(Cet article est rédigé par Philippe Ariño, français, homosexuel, prof d’espagnol de 32 ans, bloggueur du site l’Araignée du Désert et auteur de « L’homosexualité en vérité » paru à la mi-octobre 2012.)

Paradoxe. Les grands oubliés du « mariage pour tous » sont les deux bénéficiaires officiels de celui-ci ! : les personnes homosexuelles d’une part, et les enfants d’autre part. Les personnes homosexuelles parce qu’on ne les écoute pas vraiment (sans doute parce qu’elles-mêmes ne s’écoutent pas assez non plus…), on ne les accepte qu’à partir du moment où elles jouent pendant 5 minutes leur rôle de militants révoltés, bafoués et émus : le sens de leur désir homosexuel, ce qu’elles vivent au quotidien, leur difficulté à trouver l’amour en couple et à le vivre sereinement sur la durée, n’intéressent pas nos législateurs gay friendly ! Idem pour les enfants. En tant que personnes, ils ne sont pas reconnus. Les pro-mariage-pour-tous les considèrent principalement comme un droit, une preuve d’amour entre partenaires de même sexe, un certificat de bonne aptitude à bien élever. Leur conception biologique dans l’amour, leur existence, les conséquences dramatiques de cette nouvelle loi gommant la différence des sexes (au moins au départ dans le Code Civil, ensuite à long terme dans leur psychisme), concrètement, nos hommes politiques s’en contre-fichent ! Comment se fait-il que notre société française laisse faire un tel irrespect des personnes homosexuelles et des enfants ? Sûrement parce qu’elle veut continuer à ne pas s’aimer, sans s’en donner les preuves, en se berçant d’illusions identitaires/amoureuses/légalistes pour faire diversion.

Mais ne nous fions pas aux bons sentiments, et regardons le Réel : l’homophobie du « mariage pour tous », matinée de sincérité, de victimisation et de lutte contre les « discriminations », est criante ! Cette loi est homophobe pour deux raisons majeures. D’une part, la société bisexuelle donne le mariage aux personnes homosexuelles pile au moment où il n’a plus de sens ni de valeur à ses yeux, où elle divorce à gogo, où l’adultère bat son plein. Elle refourgue ce qu’elle ne veut plus. Merci du cadeau ! D’autre part, cette loi ne reconnaît pas la spécificité, la singularité et la différence du couple homosexuel. Elle donne à croire qu’il pourra singer le couple femme-homme+enfant grâce à un droit législatif, ce qui est purement et simplement faux ! Elle ne respecte donc ni la réalité du mariage (qui structure par définition la différence des sexes et, si c’est donné, la procréation), ni la réalité conjugale du couple homosexuel (qui, par nature, n’intègre pas la différence des sexes, et n’est pas procréatif). C’est comme si, au nom de l’égalité, on m’offrait un pull « taille 6 ans » ! Je n’ai rien contre les enfants de 6 ans, mais ce pull ne sera pas pour autant un cadeau, car il ne s’ajustera pas à ma réalité ! Pour les couples homosexuels, c’est pareil. Ce n’est pas parce qu’une loi veut apparemment leur bien qu’elle le fait concrètement, et qu’elle les reconnaît tels qu’ils sont… même si elle prend l’apparence d’un présent joliment enrubanné. Certes, on ne leur impose rien (il s’agit uniquement du « mariage pour tous ceux qui le désirent » !). C’est plus hypocrite que ça : on leur « permet » juste de croire qu’une fiction anthropologique et amoureuse est possible, alors qu’elle est, pour le coup, un pur sketch. D’une sincérité confondante.

Malheureusement, beaucoup de personnes homosexuelles se laissent embobiner par cette propagande démagogique « pro-choix » qui les instrumentalise. Car concrètement, elles ne veulent pas du mariage. Faites un sondage ! Interrogez-les sur leurs réelles motivations à vouloir se marier : celles-ci n’émanent pas d’une paix et d’un amour profonds. Elles demandent le mariage uniquement parce qu’elles suivent quatre mots d’ordre (« Égalité », « Droit », « Sincérité » et « Progrès ») auxquels elles obéissent aveuglément sans les questionner (l’égalité n’a pas à être le conformisme ou l’uniformité ; le droit n’est pas là pour justifier tous nos désirs, surtout les plus irréalistes ; la sincérité n’équivaut pas à la vérité, et d’aucuns savent que l’enfer est pavé de bons sentiments ; enfin, pas une dictature humaine ne s’est pas avancée sous la bannière de la liberté et du progrès pour s’imposer avec une violence incroyable). Les couples homosexuels les plus solides de mon entourage sont justement ceux qui ne veulent pas du mariage. Et les rares qui le réclament aujourd’hui le voyaient il y a encore quelques années de cela comme le carcan bourgeois hétéro-patriarcal par définition, à ne surtout pas reproduire ! Ils ne suivent pas un chemin de raison et de vraie liberté en retournant leur veste aujourd’hui !

Au fond, les quelques militants pro-mariage-pour-tous et gay friendly ne désirent pas le mariage en lui-même. Ils s’engluent dans l’image, l’orgueil, la peur et le terrorisme, sur fond d’« homophobie », afin de cacher qu’ils sont instrumentalisés par le lobby social (inconsciemment) bisexuel, celui qui ne croit plus en l’amour incarné et qui chante un amour planant parce qu’il déprime : en général, ils veulent du « droit au mariage » pour avoir le droit et la liberté de le refuser ! ; ils veulent du mariage pour les autres mais pas pour eux-mêmes ; ils veulent du mariage, non en soi, mais en tant que symbole patriotique de l’évolution des « droits LGBT » d’une part et en tant que symbole d’équivalence d’amour universel d’autre part. Mais au final, ils restent dans l’image et la fuite d’eux-mêmes. Et le pire, c’est que celui qui dénonce à juste titre leur aveuglement subit leur rafale d’insultes et de procès d’ « homophobie » ! Marchent-ils sur la tête ?

Quand les personnes homosexuelles comprendront que la loi du « mariage pour tous » est un alibi pour ne pas traiter des vrais problèmes de la société (crise, pauvreté, perte des repères moraux, chômage, etc.) et pour ne pas les écouter ELLES, elles se réveilleront et mesureront qu’elles ont servi de cache-misère social (des viols, des divorces, des familles décomposées, des adultères, etc.). Elles verront que l’opposition populaire et citoyenne à cette loi inique et surréaliste du « mariage pour tous » n’a rien d’homophobe. Espérons que ce réveil arrivera avant qu’il ne soit trop tard ! Qu’elles viennent défiler le 13 janvier 2013 pour défendre leur BELLE différence !

Philippe Ariño