Si nous devions vraiment nommer les choses et les prendre courageusement à bras le corps, le noeud du problème que pose le « mariage pour tous » est double : c’est d’une part la justification sociale de la pratique homosexuelle (autrement dit le désir homosexuel actualisé sous forme de couple et/ou d’identité soi-disant fondamentale de l’individu qui le ressent), et d’autre part la banalisation de la différence des sexes (cette différence étant le socle fondamental et prioritaire de l’amour le plus réel, le plus incarné, le plus fécond et le plus beau qui existe sur Terre si elle est couronnée par le désir et la liberté). Ce sont les deux ennemis que nous devrions, à mon sens, dénoncer. Les conséquences de cette loi sur la filiation sont aussi à dénoncer… mais si nous ne décrivons pas leurs deux racines, parler de l’adoption et de l’enfant ne sera pas compris par l’opinion et ne nous servira de rien.