Je ne veux pas paraître cruel, mais sérieusement, qui trouve ce témoignage d’Asia Bibi profond (à part KTO) et en quoi nourrirait-il notre Foi ? Expliquez-moi…
 

Est-ce que le fait d’avoir été persécuté au nom de sa Foi ou de prouver qu’on prie suffit à faire un témoignage profond ? Je ne crois pas. Est-ce la souffrance ou la persévérance dans les persécutions qu’on doit récompenser, ou un discours christocentré qu’on doit nécessairement applaudir ? Je ne crois pas non plus. Et pourquoi opposer la Foi en acte et la Foi intellectuelle et bien exprimée? Le vrai discours mystique nous nourrit aussi intellectuellement, parle à notre intelligence, en plus d’ « inspirer » et de « réveiller notre émotion ». Saint Paul, lui, n’a pas été le premier des apôtres simplement parce qu’il a été incarcéré et persécuté au nom de sa Foi ; mais il nous a touchés parce qu’il s’est bien exprimé et a dit des choses profondes, des choses qui nous rapprochent du Mystère de la Foi et de la Connaissance. Je n’entends strictement rien de profond dans le discours d’Asia Bibi. C’est du vent. Désolé. La souffrance ou l’endurance dans l’annonce de sa catholicité n’est à mes yeux absolument pas quelque chose d’édifiant, de nourrissant, de suffisant.
 

Les pharisiens font de la Foi une affaire de volonté, d’intentions. C’est effrayant. (Certains veulent même utiliser Asia Bibi comme preuve vivante que l’islam est un terrible danger). Et ils bonifient la « fermeté » (le mot revient souvent dans l’interview : merci l’hermétisme et la franc-maçonnerie ecclésiastique), la force, la stabilité, l’intention, la performance, la détermination. Ça ne va pas.
 

Et ne croyez pas que je cherche absolument de la haute voltige spirituelle ou de l’exposé à la saint Thomas d’Aquin. Au contraire ! Pour moi, la vraie expérience du martyre ne produit pas de « grands discours » mais déjà un discours simple, profond et un minimum substantiel. Je ne l’entends pas dans l’attitude de cette femme. D’ailleurs, c’est presque drôle comme la présentatrice de KTO rame comme une grosse malade pour rallonger la sauce, car l’interview tourne court déjà au bout de 15 minutes…
 

Enfin, les visions ou les rêves prémonitoires dont Asia Bibi parle, comme si Dieu s’adressait à elle directement et qu’elle était le canal prophétique, je trouve ça complètement bidon, et typique des faux prophètes.
 

Bref, je ne crois pas que notre Église nous appelle à applaudir des personnes du simple fait qu’elles ont souffert au nom de Jésus et ont été endurantes pour Lui… même si c’est déjà louable et édifiant, je ne dis pas le contraire… mais peut-on s’en satisfaire ? Il faut arrêter, même sous couvert d’engagement, de simplicité ou de victimisation, ou de pseudo visions christiques, de nous infantiliser et de nous prendre pour des imbéciles.