Cette semaine, dans certains journaux italiens et espagnols, je suis présenté comme un « ex-activiste gay » (cette passion soudaine pour les changements radicaux, les conversions magiques et les ruptures…). Je tiens à rectifier. Je suis toujours un activiste gay/homosexuel, et je n’ai jamais cessé de l’être. Je défends la cause homosexuelle et la communauté homosexuelle (si et seulement si elles sont tournées vers l’amitié désintéressée et l’étude du désir homosexuel). Je ne suis ni un « ex-gay », ni un homme « homo mais pas gay » (dénominations homophobes qui m’horripilent, qui « cassent du lobby LGBTI », et qui sont partagées par la grande majorité des personnes homosexuelles pratiquantes). Je n’ai jamais cessé d’être un militant, un activiste gay. Et la culture gay fait partie de mon héritage et je défends son explication, son décryptage, et les personnes qui en font partie ou qui s’en revendiquent (sans jamais justifier l’identité homo, l’amour homo, la pratique homo).