Fou de joie ! Je vais bientôt revoir Lydia G., une des deux seules amies et collègues qu’il me reste de la période où j’étais prof à l’Éducation Nazionale (c’est vous dire le vide amical qu’a opéré mon opposition médiatique au trafic d’enfants qu’est le « mariage gay »). Douze années après. C’était au Lycée Corot de Savigny-sur-Orge. Et Lydia, évidemment, c’est la prof d’anglais la plus fun, la plus folle et la plus volcanique (la plus « chacal », quoi) que je connaisse. Quelle joie ! On avait même enflammé ensemble la piste de danse de la Nuit des Follivores au Bataclan, sur « Never ending Story » de Limahl (Vous pouvez pas comprendre mdr) !