Je n’ai pas de talent spécial pour l’écriture. J’ai juste quelque chose à dire. Quelqu’un à annoncer. Sans ça, je ne me serais pas lancé. Écrire pour le plaisir, ou parce que ça fait joli, ou pour se raconter, s’il n’y a pas de message et de combat précis derrière, pour moi, ça ne suffit pas. Et beaucoup d’auteurs actuels ragent d’avoir envie d’incarner le fantasme de l’écrivain, mais de n’avoir rien de fort à défendre. Pour moi, l’écriture est un acte prioritairement militant. Il faut ressentir une sorte d’ « urgence à dire et à dénoncer ». La foi en Jésus aide beaucoup à ça.