Ce qui est génial, c’est que, pendant l’année où j’évangélisais avec Frigide Barjot (avant ma prise de distance avec elle en mai 2012), j’étais – selon son propre aveu aussi à elle – beaucoup plus écouté qu’elle. Donc mon soi-disant « discours intellectualisé » voulu inaccessible pour mes détracteurs, ça me fait plutôt marrer. Comme il est facile pour certains de se trouver toutes les excuses pour cacher leur lâcheté, ou leur mépris du bon sens des autres. Une pensée, même simple et audible comme la mienne, devient fatalement inaudible à partir du moment où on la bâillonne et où on ne l’a dit pas! Mais moi qui l’ai dit ouvertement, je me rends compte qu’elle est comprise par beaucoup de monde, même des gens très simples. Et je ne me fais jamais taxer d’homophobie ou de garçon « compliqué ».