Oui. J’ai envie d’en témoigner. Parce que je l’ai vu de mes propres yeux. Et parce que, malgré mon injuste réputation de dresseur de tableau noir de la pratique homosexuelle (ceux qui l’ont construite pour m’attribuer un discours de « traumatisé aigri, haineux et secrètement homophobe » n’ont certainement pas lu le chapitre du « Cas Jérémy » de mon livre Homo-Bobo-Apo et préfèrent m’arrêter à ma mention du lien non-causal entre homosexualité et viol développé dans mon livre Homosexualité en Vérité publié il y a 6 ans, plutôt que d’aller voir plus loin), je n’ai jamais statué de manière définitive sur le « couple-personnes » homosexuel ni attaqué les deux personnes composant les « couples » homos de mon entourage. Tout le contraire. Je les accueille et cherche à comprendre ce qu’elles vivent, avec le plus de bienveillance, de Vérité et d’humilité possible, et aussi de Vérité.
 


 

La preuve : j’ai rencontré dernièrement un « couple » lesbien qui m’a profondément touché. C’était fin septembre dernier (2018), alors que je me trouvais en voyage dans un OuiBus qui me conduisait dans le sud de la France. Il pleuvait des cordes ce matin-là, quand l’autocar est parti de la gare Paris-Bercy. Le jeune chauffeur maghrébin, bien que gentil, s’est montré intraitable avec deux gars qui lui assuraient à l’entrée du bus qu’ils avaient pré-payé leurs billets, et qui, malgré tous les arguments persuasifs et toutes leurs supplications, n’ont rien pu faire pour le convaincre de les laisser monter à bord : ils ont dû racheter des billets. Néanmoins, contrairement au protocole habituel, ce chauffeur s’est montré étonnamment clément et patient avec les quelques passagers inscrits sur son portable et qui, eux, manquaient à l’appel, puisqu’il les a quand même attendus avant de finalement se décider à démarrer quand même : notre car est parti avec un quart d’heure de retard. Ce n’est qu’en commençant à rouler que tout d’un coup, sous une pluie battante, nous avons vu débouler deux jeunes femmes noires, look survêtement et téci, chargées comme des mules, et criant tout ce qu’elles pouvaient après avoir reconnu leur bus (en fait, elles s’étaient pointées à la gare des Flixbus, différentes de celle des Ouibus… d’où leur retard). Moi, j’étais assis juste derrière le chauffeur, et je me suis dit : « Vu l’impartialité avec laquelle il a traité les deux mecs il y a 10 minutes, à tous les coups il va laisser les deux malheureuses sur le carreau, sans déroger à la règle… » Mais elles faisaient tant de peine et étaient tellement essoufflées, trempées jusqu’aux os, que notre étonnant chauffeur a eu pitié d’elles et leur a ouvert sa porte, sans même que les deux nouvelles passagères, éternellement reconnaissantes, n’aient pu mettre leurs encombrantes valises en soute. Elles se sont assises au premier rang, à la même hauteur que moi : c’étaient deux femmes noires d’une vingtaine d’années (25 ans, à peu près : une plus noire de peau que l’autre, et plus baraquée aussi). Elles rendaient grâce au Ciel d’avoir été prises in extremis (« Oh mon Dieu ! ») et d’être en lieu sec. Et elles ont bien mis cinq minutes pour respirer normalement et retrouver leur esprit (l’une d’elle, la plus costaude, s’était même fait très mal à la jambe – elle avait reçu un gros coup – mais cachait sa souffrance). Dans leur manière d’expliquer leur confusion de gares (et j’avoue que, lorsqu’on n’est pas parisien, il est facile de se planter entre la gare des Flixbus et la gare des Ouibus, et difficile d’imaginer qu’il y a deux gares distinctes qui ne se trouvent pas sur le même lieu), elles avaient l’air cools, drôles, éduquées, cultivées et intelligentes. Tandis qu’elles parlaient au chauffeur – leur avalanche de paroles était une manière de le remercier et de lui donner raison de leur avoir accordé leur chance –, elles s’adressaient aussi à moi par la même occasion. Et je les ai tout de suite pris en empathie. En plus, j’avais un peu de place à côté de moi, et j’ai pu les désencombrer de leurs lourds bagages qui obstruaient le passage du car. Elles avaient besoin d’être consolées de leur grosse frayeur, et je me trouvais au bon endroit pour ça.
 

Mais ce n’est pas le plus touchant dans l’histoire. En effet, moi qui me rendais à une session de formation que je délivrais à des formateurs à l’affectivité juvénile à propos de l’homosexualité, j’ai « comme par hasard » eu une belle surprise et un beau clin Dieu. Car une fois la quiétude routinière et ronronnante du car retrouvé, j’ai vu, sans le faire exprès, que les deux filles avaient placé sur leurs jambes une couverture commune pour se réchauffer, et qu’elles se tenaient – discrètement et amoureusement – par la main. C’était tellement mignon, et je les ai senties tellement aux petits soins l’une envers l’autre qu’évidemment, ce point commun de condition existentielle/homosexuelle me les a rendues d’emblée encore plus sympathiques. De plus, elles n’étalaient pas leurs sentiments (j’ai juste entendu un léger « bébé » adressé à la dérobée). Comble de leur gentillesse : elles se sont partagé un paquet de boules chocolatées Maltersers. Elles n’étaient pas obligées de m’en proposer (de surcroît, l’esprit traditionnel des OuiBus est plutôt à l’indifférence et au chacun-pour-soi)… mais, sans que je louche du tout sur leurs friandises, elles m’ont tendu leur paquet une première fois, puis une seconde fois, en me filant une bonne ration de réserve ! Je me suis dit en moi-même qu’elles avaient déjà le bénéfice à mes yeux d’être lesbiennes mais qu’elles n’étaient surtout que bonté, générosité, profusion, gratuité et gentillesse. Et tout cela, sans rien attendre en retour, sans essayer de prouver quoi que ce soit. Elles ont débarqué en trombes et de force dans ma vie, en sont reparties tout aussi vite puisque nous n’avons pas gardé contact. Mais je sais que c’est le Seigneur qui les a mises sur ma route.
 

 

En repensant à cet épisode émouvant, je me dis qu’au Ciel, les surprises vont être de taille. Nous découvrirons qu’un grand nombre de personnes homosexuelles, même pratiquant activement leur homosexualité, et promises à une damnation annoncée comme « certaine » par les néo-pharisiens et la doxa religieuse puritaine des « grandes religions » monothéistes (christianisme, judaïsme, islam), a été bon, fraternel, charitable et christique, sur terre, et déjouera tous les pronostics de malheur et de perdition qui pesaient sur lui de son vivant.
 

Au passage, j’en profite pour vous recommander le nouveau film de Wanuri Kahiu, « Rafiki », dont les protagonistes sont un couple lesbien composé de deux adolescentes africaines, au Kenya. Je l’ai vu avant-hier. Et j’ai reporté les codes dans mon Dico. Ce film, aussi idéalisé et infidèle à la réalité soit-il (même s’il part d’un substrat de réel sans doute terrible et qu’il traite d’une homophobie sur le terrain qui doit être existante et d’une violence extrême), m’a bouleversé. Et je suis ressorti de la salle de cinéma en me disant que la partie était inégale et perdue désormais, qu’on ne peut plus lutter humainement contre cette propagande gay friendly super efficace. C’est fini. C’est bientôt la Fin.