Passion pour catas

Passion pour les catastrophes

 

 

NOTICE EXPLICATIVE :

 

La catastrophe pour cacher et redorer la violence de l’homosexualité

 

Davantage performante que le registre de la comédie, l’alliance entre homosexualité et catastrophe dramatique fait en ce moment recette dans les cinémas et plus largement au service de la propagande identitaire et amoureuse LGBT. Le scénario-catastrophe conquiert de plus en plus les cœurs et est extrêmement efficace car il confère de la gravité, du réalisme et du dramatisme « beau » à l’homosexualité, tout en faisant diversion sur la gravité réelle des actes homos puisque ceux-ci sont totalement noyés ou dissociés ou blanchis par le fond cataclysmique noir qui les encadre. En revanche, c’est le surgissement téléphoné et illogique de la catastrophe, tombant comme un cheveux sur la soupe homosexuelle, qui est rarement identifié et dénoncé, mais qui est clairement malhonnête et violent, car il fonctionne sur le chantage affectif et l’instrumentalisation de la souffrance des vrais gens pour leur faire dire ce qu’on veut, et surtout ce qu’ils n’auraient jamais défendu, à savoir l’homosexualité.
 

La thématique homosexuelle est justifiée et diluée dans ces films de propagande parce qu’elle est couplée à un inattaquable thème dramatique suscitant la compassion (le handicap, la discrimination raciale, la pauvreté, un accident, une catastrophe naturelle, un conflit armé, une intolérance religieuse, l’homophobie gratuite, une maladie, etc.). Or une catastrophe dite « naturelle », tout comme le désir homosexuel, n’est jamais purement « naturelle ». Elle est un signe de péché, ne l’oublions pas. Et ce péché, c’est l’éjection, en amour, de la différence des sexes et de la différence Créateur/créatures.
 

Comme les films de blacksplotation (qui n’hésitent pas à marier le Gay Power au Black Power, l’anti-homophobie à l’anti-racisme, pour servir leurs propres intérêts), on peut constater actuellement que certains réalisateurs pro-gays surfent sur la vague victimiaire de la crise économique actuelle, des actes homophobes, de la maladie, de la mort cruelle, ou du cataclysme, pour donner corps à leurs propres fantasmes amoureux, pour faire passer l’homosexualité pour un « moindre mal » voire pour LA solution qui conjurera le mauvais sort « homophobe », « hétérosexuel », économique et politique, mauvais sort soi-disant « totalement extérieur et étranger à l’homosexualité ». Nous avons affaire à l’amalgame classique entre différence des sexes (souplement intangible) et différence des espaces (sans cesse changeante). C’est une démarche malhonnête et mensongère, en plus d’une exploitation des plus pauvres. Dans les films défendant l’homosexualité, l’accident est orchestré à des fins idéologiques irréalistes, mais paradoxalement pour prouver une réalité crue vraie : en effet, les réalisateurs homosexuels qui aujourd’hui construisent la beauté de leurs amours sur pellicule (parce qu’ils ne peuvent pas les vivre dans le Réel) sont maintenant persuadés qu’ils peuvent vivre leur vie par procuration avec les personnages idéalisés de leurs créations pathos, vraisemblables mais pas réalistes, sont persuadés qu’ils n’ont rien orchestré du tout. Malaise et circonspection. Nous sommes bel et bien arrivés à l’époque de la « minute difficile » annoncée par Jean Cocteau, où l’esthétisme émotionnel se substitue à l’intelligence, où la Vérité est confondue et occultée par la sincérité, où la plupart de nos contemporains et nos créateurs ne distinguent plus la fiction de la Réalité. J’ai de la peine et de la colère contre ces menteurs professionnels sincères, qui embarquent tant de monde dans leurs utopies. Car ça, c’est réellement catastrophique.

 

N.B. : Je vous renvoie aux codes « Ennemi de la Nature », « Première fois », « Plus que naturel », « Mort = Épouse », « Chevauchement de la fiction sur la Réalité », « Amour ambigu de l’étranger », « Innocence », « Voyeur vu », « Espion homo », « Homosexualité noire et glorieuse », « Inversion », « Homosexuel homophobe », « Milieu homosexuel infernal », « Viol », « Entre-deux-guerres », « Témoin silencieux d’un crime », « Mort », « Adeptes des pratiques SM », « Fan de feuilletons », « Femme au balcon », « Méchant pauvre », « Mère Teresa », « Emma Bovary ‘J’ai un amant !’ », « Bobo », « Amant diabolique », « Oubli et Amnésie », « Aube », « Humour-poignard », « Clonage », « Jeu », « Fresques historiques », « Femme vierge se faisant violer un soir de carnaval ou d’été à l’orée d’un bois », « Amant triste », « Poids des mots et des regards », « Personnage homosexuel empêchant l’union femme-homme », « Fantasmagorie de l’épouvante », « Clown blanc et Masques », à la partie « Paradoxes du libertin » du code « Liaisons dangereuses », et à la partie « Adieux » du code « Un Petit Poisson Un Petit Oiseau », dans mon Dictionnaire des Codes homosexuels.
 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 
 

FICTION

 

a) L’accident et la catastrophe subis :

Vidéo-clip de la chanson "Les Mots" de Mylène Farmer

Vidéo-clip de la chanson « Les Mots » de Mylène Farmer


 

Dans les fictions homo-érotiques traitant d’homosexualité, il est souvent question des catastrophes, de l’Apocalypse, de la fin du monde, des accidents, du déchaînement destructeurs des forces naturelles, tous ces événements apparemment extérieurs et indépendants de la volonté humaine : cf. le film « Catastrophes » (1996) d’Emma-Kate Croghan, la comédie musicale Panique à bord (2008) de Stéphane Laporte (avec la référence au Radeau de la Méduse), le film « Concussion » (2013) de Stacie Passon, le film « The Last Island » (1990) de Marleen Gorris, Le tableau Le Radeau de la Méduse (1819) de Théodore Géricault, le film « L’Imposteur » (2005) de Christoph Hochhaüsler, la pièce Sallinger (1977) de Bernard-Marie Koltès (sur fond de la guerre de Corée), le film « In & Out » (1997) de Franz Oz (avec la guerre du Vietnam), le roman Éden Éden Éden (1970) de Pierre Guyotat (avec la guerre d’Algérie), le vidéo-clip de la chanson « Les Mots » de Mylène Farmer (avec la catastrophe du Radeau de la Méduse), le film « Giorgino » (1994) de Laurent Boutonnat (sur fond de chute de l’Empire communiste), le film « Mort à Venise » (1971) de Luchino Visconti (avec l’épidémie de choléra et Venise en flammes), le vidéo-clip de la chanson « There Is A Light That Never Goes Out » du groupe The Smiths (parlant d’un accident de voiture et réalisé par Derek Jarman), le film « Vivere » (2008) d’Angelina Maccarone, le film « Hustler White » (1995) de Bruce LaBruce, la pièce La Pyramide ! (1975) de Copi (avec l’accident de voiture), la chanson « Accident » de Barbara et Catherine Lara, le film « Almost Normal » (2005) de Marc Moody, le roman Incidents (1987) de Roland Barthes, le film « Les Amis » (1970) de Gérard Blain, le film « Orphée » (1950) de Jean Cocteau, le roman Deux garçons, la mer (2001) de Jamie O’Neill (sur fond de Première Guerre mondiale en Irlande), le film « Intrusion » (2003) d’Artémio Benki, la pièce Sallinger (1977) de Bernard-Marie Koltès, le film « Mulholland Drive » (2000) de David Lynch, le spectacle musical Un Mensonge qui dit toujours la vérité (2008) d’Hakim Bentchouala (avec l’accident de Maxime), le roman Currito El Ansioso : Accidentada Historia De Un Gomoso Pervertido (1920) d’Álvaro Retana, le film « Le Roi et le Clown » (2005) de Lee Jun-ik, le film « Un Nuage entre les dents » (1973) de Robin Davis, le film « No Soy Como Tú » (2012) de Fernando Figueiras (avec l’accident ferroviaire), le film « Elle + Elle : leur histoire d’amour » (2012) de Sranya Noithai (Bua souffre d’un cancer incurable), le film « La Nuit américaine » (1972) de François Truffaut, le film « L’Inattendue » (1987) de Patrick Mimouni, le film « The Linguini Incident » (1992) de Richard Shepard, le film « Lan Yu, histoire d’hommes à Pékin » (2001) de Stanley Kwan, le film « The Accident » (1999) de Julian Lee, le film « L’Incident » (1967) de Larry Peerce, le film « O Beijo » (1964) de Flavio Tambellini, le film « Rage » (1976) de David Cronenberg, le film « Nés en 68 » (2008) d’Olivier Ducastel et Jacques Martineau, le film « Le Quatrième Homme » (1983) de Paul Verhoeven, le film « Total Loss » (2000) de Dana Nechushtan, le film « Tableau de famille » (2000) de Ferzan Oztepek, le film « Siegfried » (1986) d’Andrzej Domalik, le film « Respire ! » (2004) de Dragan Marinkovic, le film « Tras El Cristal » (1985) d’Agusti Villaronga, le film « Segunda Piel » (1999) de Gerardo Vera, le film « Haijiao Tianya » (« Incidental Journey », 2001) de Jofei Chen, le film « Más Allá Del Jardín » (1997) de Pedro Olea, le film « Kaboom » (2010) de Gregg Araki, le roman La Synthèse du camphre (2010) d’Arthur Dreyfus (avec l’annonce subite du cancer des os de Chris, le héros homo), le roman Le froid modifie la trajectoire des poissons (2010) de Pierre Szalowski (avec le grand froid paralysant Montréal), le film « Indian Palace » (2011) de John Madden (avec la maladie incurable de Graham, le héros homo, qui veut revoir son premier amour, Manadj, avant de mourir), le film « Freeheld » (2015) de Peter Sollett (avec le cancer du sein de Laurel), le film « Navidad » (2009) de Sebastian Lelio, le film « Los Abrazos Rotos » (« Étreintes brisées », 2009) de Pedro Almodóvar, le roman Par d’autres chemins (2009) d’Hugues Pouyé, le roman L’Amant pur (2013) de David Plante (avec Nikos et sa tumeur au cerveau), le film « Un accident est si vite arrivé » (2006) d’Anne Crémieux, le film « Praia Do Futuro » (2014) de Karim Aïnouz (avec la noyade inattendue d’Heiko, l’amant de Konrad ; puis la chute en moto d’Ayrton), la pièce Le Cheval bleu se promène sur l’horizon, deux fois (2015) de Philippe Cassand (avec le fatal accident de vélo d’Isabelle), etc.
 

Par exemple, dans le film « Adored Diary Of A Porn Star » (2004) de Marco Filiberti, Federico et son frère Riki sont témoins d’un accident de voiture mortel. Dans le film « Mommy » (2014) de Xavier Dolan, la mère de Steve, le héros homosexuel, est victime d’un accident de voiture, heureusement sans trop de gravité : un chauffard lui coupe la route. Dans le film « La Mante religieuse » (2014) de Natalie Saracco, le père David meurt en scooter. Dans le film « Bayaw » (2009) de Monti Parungao, Rhennan est témoin de la mort accidentelle de Pia, tuée par Nilo. Dans le film « Rebel Without a Cause » de Nicholas Ray (« La Fureur de vivre », 1955), les lycéens – dont Jim, le héros homosexuel – se rendent tous au Planétarium de Los Angeles, et assistent à une conférence sur la fin de l’Univers. Dans le film « Morgan » (2012) de Michael Akers, Morgan, le héros homosexuel, devient paraplégique suite à un accident dans une course cycliste. Dans le film « La Robe du soir » (2010) de Myriam Aziza, Juliette, l’héroïne lesbienne, regarde une scène d’un accident de voiture à la télé. Dans son one-(wo)man-show Madame H. raconte la saga des transpédégouines (2007), Madame H. fait l’inventaire de toutes les catastrophes qui se sont déroulées au cours de l’Histoire de l’Humanité. Dans le film « Stand » (2015) de Jonathan Taïeb, Anton regarde sur internet les agressions homophobes filmées : elles le vampirisent, le fascinent, l’obsèdent… et finalement, c’est ce qui va lui arriver à la fin du film. Dans le film « le Placard » (2000) de Francis Veber, dans sa cuisine, la radio allumée, François Pignon, le héros hétéro qui jouera l’homosexuel, éteint le bulletin des mauvaises nouvelles qui le submergent. Dans le film « Jonas » (2018) de Christophe Charrier, dans le salon familial, pendant le dîner, Jonas, le héros homo et ses parents regardent à la télé les informations datant de 1997 et relatant la mort de la Princesse Lady Di. Plus tard, à l’époque contemporaine (15 juillet 2015), Jonas suit les infos cette fois annonçant la fusillade de Lafayette en Louisiane. Et enfin, dans la scène finale, on voit le père de Jonas suspendu aux mauvaises nouvelles du transistor de la cuisine, faisant état de la mort de Nathan. Dans le film « Todo Sobre Mi Madre » (« Tout sur ma mère », 1998) de Pedro Almodóvar, Esteban, le jeune héros homosexuel, meurt dès le début du film dans un accident de voiture, avant d’avoir pu réaliser sa carrière artistique. Dans le film « Facing Mirrors : Aynehaye Rooberoo » (« Une Femme iranienne », 2014) de Negar Azarbayjani, dès que Rana, chauffeuse de taxi, découvre la transsexualité de sa passagère intersexe F to M Adineh, elle hurle, la gifle et la voit comme un monstre : « Me touche pas ! Sors de ma voiture !! » C’est en cherchant à la fuir qu’elle a un accident avec son taxi. Dans le film « The Cakemaker » (2018) d’Ofir Raul Graizer, Tomas, un Allemand, est en couple épisodique avec Oren, un Israëlien, qui finit par se tuer dans un accident de voiture à Jérusalem.
 

En général, la catastrophe, l’épreuve (la maladie, la mort, le meurtre, etc.), l’accident (bête), arrivent de manière impromptue : « Il s’est fait renverser par ce chauffard de merde. » (Richard, pleurant son amant Kai, décédé dans la rue en allant prendre son bus, dans le film « Lilting », « La Délicatesse » (2014) de Hong Khaou) ; « Le jour de l’accident, tout s’est arrêté. » (Junn, la mère de Kai, idem) ; « La tour d’en face prend feu ! » (Micheline, l’homme travesti M to F décrivant un hélicoptère qui s’est scratché sur un immeuble, dans la pièce La Tour de la Défense (1974) de Copi) ; etc. Mais comme ils sont juxtaposés à une intrigue amoureuse voulue magnifique ou un instant de « vérité » comme le coming out, l’accident ou la catastrophe est vite jugé(e) comme méchant(e), cruel(-le), homophobe, meurtrier(e).
 
 

b) L’accident et la catastrophe homosexualisés :

Le héros homosexuel se prend parfois lui-même pour la catastrophe. Il dit : « Je suis catastrophique » : « Je suis Monsieur Sinistre. » (Elliot, le héros homosexuel du film « Hôtel Woodstock » (2009) d’Ang Lee) Je vous renvoie au code « Entre-deux-guerres » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels.
 

C’est parfois la pratique homosexuelle et le coming out qui provoquent ou qui sont l’accident, la catastrophe : cf. le film « Post Apocalyptic Cowgirls » (2010) de Maria Beatty, la chanson « Dile A Tu Amiga » de Dalmata (le chanteur se fait renverser par une voiture, puis a des hallucinations lesbiennes en boîte), le film « Je t’aime toi » (2004) d’Olga Stolpovskay et Dmitry Troitsky (l’histoire homosexuelle démarre sur un accident de voiture), etc. « Je le vois avoir un accident de voiture. » (Bryan parlant de son amant Tom, dans la pièce Les Vœux du Cœur (2015) de Bill C. Davis) ; « Le désastre est total. » (cf. la phrase subséquente au départ de la reine Marie-Antoinette avec Madame de Polignac, dans le film « Les Adieux à la Reine » (2012) de Benoît Jacquot) ; « On pourrait appeler ça une Révélation. » (Steven évoquant l’accident qui a coïncidé avec son coming out, dans le film « I Love You Phillip Morris » (2009) de Glenne Ficarra et John Requa) ; « Est-ce que tu sors avec une bande de tantes ? J’aurais pu deviner que ça allait arriver. Tes fantasmes paranoïaques d’arrestation et d’accident ont été le premier symptôme. » (Myrma Minkoff s’adressant à Ignatius le héros homo, dans le roman La Conjuration des imbéciles (1981) de John Kennedy Toole, p. 414) ; « J’ai eu un accident très très grave. Je suis tombée amoureuse des femmes. » (Océane Rose-Marie évoquant son adolescence, dans son one-woman-show Châtons violents, 2015) ; etc. Par exemple, dans le film « Comme les autres » (2008) de Vincent Garenq, c’est le baiser homosexuel qui provoque l’accident de voiture de Manu et Philippe. Dans le film « In & Out » (1997) de Frank Oz, Peter, en voiture, manque d’écraser Howard, son futur amant qui roulait en vélo en pleine campagne. Dans la biopic « Vice » (2018) d’Adam McKay, c’est l’accident de voiture de Mary Cheney qui déclenche son coming out à sa famille. Dans le film « A Single Man » (2009) de Tom Ford, Jim meurt dans un accident de voiture… mais son amant George revient en pèlerinage sur le lieu du drame, comme si celui-ci magnifiait leur amour. Dans son one-man-show Changez d’air (2011), Philippe Mistral dit qu’il a rencontré son « mari » pour la première fois le 11 septembre 2001. Dans le film « La Dérade » (2011) de Pascal Latil, après avoir subi une greffe cardiaque qui lui a sauvé la vie, Simon apprend que le donneur est en fait son compagnon François décédé dans un accident de voiture. Ils se sont mutuellement sauvés la vie et bien que séparés, ils vont finir leurs jours ensemble. Dans le roman The Well Of Loneliness (Le Puits de solitude, 1928) de Marguerite Radclyffe Hall, les deux amantes Stephen et Angela se rencontrent à cause d’un accident impliquant un chien. Dans le film « 120 battements par minute » (2017) de Robin Campillo, Nathan, le héros homosexuel, raconte que, quand il avait 19 ans, il a été pris dans une tempête de neige alors qu’il se trouvait en voiture avec son amant Arnaud. Ils ont été rendus invisibles. Nathan s’est imaginé un accident dans lequel une voiture se serait encastrée dans la leur, et que leurs corps calcinés auraient été ensuite retrouvés sans vie, constitueraient les funestes carcasses noircies d’une homosexualité vécue dans l’ombre et stigmatisée socialement. Dans le film « Die Mitter der Welt » (« Moi et mon monde », 2016) de Jakob M Erwa, Phil, le héros homo, a rencontré Nicholas lorsqu’ils n’avaient que 8 ans… et se retrouvent quelques années plus tard, dans le même lycée. Leur rencontre initiale d’enfance résonne comme un signe du destin (lié par une boule à neige en verre) : Phil a bousculé Nicholas qui sortait d’un supermarché et a fait renverser son sac plastique rempli de bouteilles d’eau minérale.
 

Film "The Burning Boy" de Kieran Galvin

Film « The Burning Boy » de Kieran Galvin


 

Dans le film « The Burning Boy » (2000) de Kieran Galvin, le premier baiser homosexuel entraîne la mort. En effet, c’est au moment où Ben donne à son meilleur ami Chill le signe charnel que ce dernier attendait tant que paradoxalement l’accident arrive. Ben essaie de relativiser l’acte qu’ils viennent de poser (« Écoute, ça va, c’est pas grave. Je sais que je te plais. ») mais Chill s’énerve, pousse son copain, qui finit par faire une mauvaise chute le laissant totalement inanimé dans un cabanon qui prendra entièrement feu. Ce film vise à faire comprendre au spectateur que le refus de sa propre homosexualité est criminel ; mais au-delà de cette dialectique idéologique, on nous montre en toile de fond que le baiser homosexuel tue.
 

Dans le film « The Boys In The Band » (« Les Garçons de la bande », 1970) de William Friedkin, Michael, le héros homosexuel, essaie de forcer Alan, le héros hétéro, à assumer son attraction naissante pour Hank… en lui présentant son désir homosexuel comme un accident qu’il ne pourra pas éviter : « Tu n’arrives pas à partir. Comme pour un accident. On ne peut regarder ni détourner le regard. ». Plus tard, Donald, un pote gay de Michael, lui fait la remarque que les accidents n’existent pas : « Il n’y a pas d’accidents. » ; et Michael lui répond : « Je te souhaite d’en avoir un en rentrant. » L’amour est vraiment considéré par les personnages de ce film comme un déterminisme, une fatalité implacable, où le désir et la liberté humaine n’ont plus leur place.
 

L’accident, c’est en réalité la rupture radicale avec la différence des sexes. Par exemple, dans le film « Ander » (2008) de Roberto Caston, suite à un accident dans lequel il va se casser une jambe, Ander, le coureur de jupons, va découvrir son homosexualité.
 

L’accident ou la cata, c’est, aux yeux du héros homosexuel, la différence des sexes qui n’a pas su devenir communionnelle, qui a clashé, qui n’a pas survécu à la fusion ou qui s’est encastrée sur elle-même : « Un homme et une femme occupaient la grosse voiture de sport noire. Au même instant j’eus la vision de l’hôtel où ils allaient : un palais blanc, à Cannes ou à Monte-Carlo, avec sa haute grille de fer forgé et ses allées de gravier. […]Ils s’étaient encastrés sous le mastodonte, comme s’ils avaient fui quelque chose. L’espace d’un instant je les vis tous les deux dans leur automobile déchiquetée : courbés en avant dans leur sommeil. » (Laura, l’un des héroïnes lesbiennes, dans le roman Deux femmes (1975) d’Harry Muslisch, pp. 149-151) Par exemple, dans le roman La Vie est un tango (1979) de Copi, au moment où Solange et Silvano s’embrassent, Silvano se fait massacrer par les CRS. Au fond, c’est toute la sexualité qui est diabolisée et envisagée comme « accidentelle » ou « cataclysmique ». Ce n’est pas un hasard si le premier court-métrage de Pascal Alex-Vincent, daté de 2009, représentant un jeune adolescent de 18 ans (Gaëtan) et une jeune adolescente du même âge (Juliette) découvrant sereinement la génitalité ensemble dans une forêt, s’intitule « Tchernobyl » : pendant qu’ils « font l’amour », un speaker à la radio évoque une catastrophe nucléaire…
 
 

c) L’accident et la catastrophe orchestrés :

Souvent, dans les fictions homo-érotiques, les événements accidentels ou dramatiques tombent comme un cheveu sur la soupe dans l’intrigue, et viennent à la fois briser l’« identité » et l’« amour » homosexuels, à la fois confirmer ceux-ci dans leur beauté, innocence et éternité. Le spectateur découvre que l’accident et la catastrophe dépeints ne sont pas si catastrophiques ni si fortuits que ça. « Dans son obsession du contrôle il avait besoin de prévoir l’imprévisible jusque dans ses moindres détails. » (Jason, l’un des héros homosexuels dans le roman L’Hystéricon (2010) de Christophe Bigot, p. 377) Il semble qu’ils aient été programmés, et même voulus, « érotisés », « esthétisés » par le héros homosexuel. Et même si, au départ, il n’en avait pas l’initiative, il finit par s’y faire et par les considérer comme les cadres idéaux de sa personnalité et de son amour (ex : les plans drague calculés, la croyance aux coups de foudre, etc.) : cf. le roman Ma catastrophe adorée (2004) de Mathieu Lindon, le film « Les Yeux fermés » (2000) d’Olivier Py (parlant d’un accident tragique d’avion qui ne laisse aucune trace de tristesse chez le héros homosexuel), la pièce Comme ils disent (2008) de Christophe Dauphin et Pascal Rocher (avec le faux accident prétexté), la pièce My Scum (2008) de Stanislas Briche, le film « Play Dead » (2001) de Jeff Jenkins, le film « Pon Un Hombre En Tu Vida » (1999) d’Eva Lesmes, le vidéo-clip de la chanson « Beau Malheur » d’Emmanuel Moire, etc.
 

En quelque sorte, l’accident semble « naturaliser », « évidentialiser » le lien sentimental homosexuel. Par exemple, dans le film « Amour toujours » (1995) de Gabriel de Monteynard, nous retrouvons le thème de l’accident-pas-si-accidentel-que-cela : deux hommes tombent amoureux suite à un accident de vélo soi-disant involontaire. Ce qui se veut amour sincère et spontané en réalité se révèle être une surprise complètement scénarisée, une réalité trafiquée, puisque l’amant de Gustave Durant lui avoue à la fin qu’« il a provoqué l’incident qui a permis leur rencontre ». Dans la pièce La Nuit de Madame Lucienne (1985) de Copi, Vicky a été victime d’un attentat au drugstore, attentat qui l’a fortement handicapée… et peut-être qu’elle-même portait la bombe.
 

Souvent déçu par ses expériences homosexuelles, le héros homosexuel tente de justifier son attraction pour les accidents/catastrophes par le cynisme ou le registre ironique : « J’irais bien voir ‘La Liste de Schindler’. Pour décompresser. » (Rodolphe Sand dans son one-man-show Tout en finesse , 2014) ; « Qu’est-ce qu’on s’est poilés à Fukushima. » (Didier Bénureau dans son spectacle musical Bénureau en best-of avec des cochons, 2012) ; « L’enfer n’est pas pire que ce Monde. » (Rinn, l’héroïne lesbienne de la pièce Gothic Lolitas (2014) de Delphine Thelliez) ; etc. Il rentre dans la peau de la bourgeoise grande folle, qui parle toujours de catastrophes, qui en voit partout, et qui aime se faire peur : « Un cataclysme ? Pourvu que ça n’arrive pas chez vous ! » (la Reine dans la pièce La Pyramide ! (1975) de Copi) ; « Y’a eu une catastrophe !… J’étais effondré à cause de ma dinde ! » (Romain Canard, le coiffeur homo, par rapport à sa dinde au four, dans la pièce Dernier coup de ciseaux (2011) de Marilyn Abrams et Bruce Jordan) ; etc. Par exemple, dans la biopic « Yves Saint-Laurent » (2014) de Jalil Lespert, Yves Saint-Laurent est paniqué devant la télé avec ses amis, à regarder le JT sur la Guerre d’Algérie : « Tu te rends compte, si ça bascule, on aura l’air malins… » Et Betty, son amie bourgeoise, de répondre en riant : « J’ai toujours rêvé d’une catastrophe financière ! ». Dans l’épisode 68 « Restons zen ! » (2013-2014) de la série Joséphine Ange gardien, l’héroïne lesbienne Romane a remplacé la nouvelle de son homosexualité par celle d’un accident fictif pour éviter d’affronter son père. Ce dernier (Alain Richepin) réagit, par conséquent, très bien : « Ça va. Apparemment, ton accident, c’est pas trop grave. » Une fois qu’il découvre le pot aux roses, il demande à sa fille pourquoi elle lui a menti. Elle lui répond : « Parce que je voulais rester en Thaïlande et que j’ai inventé cette histoire d’accident, voilà. »
 

Film "Après lui" de Gaël Morel

Film « Après lui » de Gaël Morel


 

Mais la plupart du temps, c’est le registre sérieux, idolâtre, nostalgique, politique, dramatique et violent qui prend le dessus. « À t’entendre, on dirait que vous êtes sur le radeau de la Méduse. » (Colette s’adressant à Jason, le héros homosexuel du roman L’Hystéricon (2010) de Christophe Bigot, p. 34) ; « Le chaos est dans l’air. » (cf. la chanson « Gabon » de Jann Halexander) ; « Tout est chaos à côté. » (cf. la chanson « Désenchantée » de Mylène Farmer) ; etc. Certains héros homosexuels semblent craindre autant qu’être attirés par les drames humains, par morbidité, paranoïa-victimisante-qui-tient-chaud et voyeurisme malsains. C’est la raison pour laquelle certains sont fanas de la presse à scandale, de la télé-réalité, des émissions voyeuristes fondées dont le scandale et la mort sont le fond de commerce, des faits divers sur les accidents semi-orchestrés, des meurtres non-élucidés : cf. le ballet Alas (2008) de Nacho Duato (à propos de l’impact des journaux à scandale), le film « Strangers On A Train » (« L’Inconnu du Nord-Express », 1951) d’Alfred Hitchcock (avec Bruno, le héros homosexuel psychopathe, et grand lecteur de press people), le film « Kika » (1993) de Pedro Almodóvar (avec la « Télé Suicides en direct »),, le film « Serial Mother » (1994) de John Waters, le film « Tesis » (1996) d’Alejandro Amenábar, le film « L’Attaque de la Moussaka géante » (1999) de P. H. Koutras, la pièce Nietzsche, Wagner, et autres cruautés (2008) de Gilles Tourman, la pièce Dépression très nerveuse (2008) d’Augustin d’Ollone (avec la fausse émission Suicide en direct), le film « Après lui » (2006) de Gaël Morel (avec l’attraction morbide et incestuelle d’une mère pour le meurtrier accidentel de son fils), les romans Un Garçon d’Italie (2003) et L’Homme accidentel (2008) de Philippe Besson, la pièce La Famille est dans le pré (2014) de Franck Le Hen (avec l’émission de télé-réalité Stars chez eux menée par une présentatrice folle-dingue, Graziella), etc. D’ailleurs, les créateurs homosexuels maquillent mal leur complaisance ou leurs pulsions sadiques derrière la confortable excuse du « second degré ».
 

« Enfant, il examinait avec un soin particulier les photographies des journaux illustrés où la part la plus large était faite à l’assassinat. Aujourd’hui son destin voulait qu’il se trouvât lui-même à l’intérieur d’une de ces images violentes, ainsi qu’un spectateur qui se serait subitement transporté sur la scène et au milieu du décor qu’un instant plus tôt il regardait de la salle. » (Paul dans le roman Si j’étais vous (1947) de Julien Green, pp.117-118) ; « Jane s’imagina des snipers embusqués parmi les monuments, une bombe frappant les tombes, les personnes déjà mortes projetées en l’air ; résurrection et Jugement dernier. » (Jane, dans le roman The Girl On The Stairs, La Fille dans l’escalier (2012) de Louise Welsh, p. 37) ; « La survie de notre espèce m’importe bien peu et, oserais-je le confesser ? Il m’arrive même parfois de rêver de l’écroulement des empires. » (la figure de Marcel Proust dans le roman En l’absence des hommes (2001) de Philippe Besson, pp. 96-97) ; « Une crise arrive dans le pays, c’est la débâcle c’est la faillite. […]La télé est éteinte au lieu d’être allumée. Moi qui rêvais de drames, ceux des autres, pas les miens… » (cf. la chanson « À table » de Jann Halexander) ; « L’an 2000 sera spirituel, c’est écrit dans ELLE. Du fun pour une fin de siècle. » (cf. la chanson « L’Instant X » de Mylène Farmer) ; « J’aime les scandales quand ils concernent les autres. » (Dorian, le héros homosexuel du roman Le Portrait de Dorian Gray (1890) d’Oscar Wilde) ; etc.
 

La catastrophe ou l’incident est utilisé(e) comme un gage/une preuve d’innocence par le héros homosexuel qui, pour ce faire, rentre dans un jeu de « folle perdue », de fashion victim, ou de vierge effarouchée bobo étonnée par elle-même. Il mime sur lui-même, de manière publicitaire, les effets de l’accident pour mieux se convaincre qu’il n’a rien orchestré : « Il n’y a pas de stratégie. Je ne sais pas avoir de stratégie. » (Vincent, le héros homosexuel du roman En l’absence des hommes (2001) de Philippe Besson, p. 17) Le personnage homosexuel simule d’être surpris par sa programmation du hasard, d’être foudroyé par un amour incompréhensible qu’il aura pourtant initialement orchestré : « Il se passe une chose que je n’avais pas prévue. » (Éric s’adressant à son amant Sven, dans le roman L’Amant de mon père (2000) d’Albert Russo, p. 139) ; « Depuis cette nuit-là, elles [Gabrielle et Émilie] s’écrivent, s’interrogent sans relâche sur la nature de leur sentiment, sur ce fol élan réciproque que rien ne laissait prévoir. » (Élisabeth Brami, Je vous écris comme je vous aime (2006), p. 12) ; etc.
 

Chose incroyable mais réelle : le héros homosexuel se met alors à désirer vraiment l’accident, la catastrophe. Par exemple, dans la pièce Angels In America (2008) de Tony Kushner, Harper est à l’affût des « catastrophes cosmiques ». Dans son one-man-show Bon à marier (2015), Jérémy Lorca tourne en dérision le tsunami d’Asie du Sud-Est. Dans la comédie musicale HAIR (2011) de Gérôme Ragni et James Rado, à un moment, sur un écran géant, sont montrées au public des images de guerre, du tsunami japonais et de Fukushima, sur un air de fête et de gospel. Toute la bande d’amis libertaires célèbre leur idolâtrie millénariste : « Ce soir, la dernière nuit du Monde, restons tous ensemble regarder la lune. » (Claude) Dans la pièce Comme ils disent (2008) de Christophe Dauphin et Pascal Rocher, David lit la revue à scandales Voici. Dans le roman Riches, cruels et fardés (2002) d’Hervé Claude, Victor est friand des histoires de disparitions racontées dans les journaux. Dans le film « L’Imposteur » (2005) de Christoph Hochhaüsler, Armin, le protagoniste, cultive une passion morbide : il adore observer les accidents de la route. Dans le roman La Nuit des princes charmants (1995) de Michel Tremblay, le narrateur homosexuel avoue son « petit goût de drame qui couve, de catastrophe qui mitonne » (p. 29). Il est fan d’opéras classiques dans lesquelles il peut observer les drames des autres (réels ou fictionnels) et y projeter son propre narcissisme mortifère : « Je suis un personnage muet qui assiste avec une joie méchante aux malheurs des autres. » (p. 18) ; « Le trio [des personnages de l’opéra La Bohème de Puccini] s’enroule autour de moi, je me vautre dedans, je vis avec une grande délectation les trois malheurs qui se déploient en même temps dans mon oreille, je peux vivre simultanément trois malheurs, c’est ça, je crois, qui me plaît le plus. » (idem) ; etc. Par exemple, dans la pièce Doris Darling (2012) de Ben Elton, Doris, la présentatrice-télé lesbienne, confesse sans honte qu’elle attend impatiemment que les drames arrivent, que les bombes explosent, pour avoir un scoop qui la rendra célèbre : « Plus le monde va mal et mieux je me porte ! »
 
 

FRONTIÈRE À FRANCHIR AVEC PRÉCAUTION

 

PARFOIS RÉALITÉ

 
 

La fiction peut renvoyer à une certaine réalité, même si ce n’est pas automatique :

 
 

a) L’accident et la catastrophe subis :

Dans les discours courants sur l’homosexualité, il est souvent question des catastrophes, de l’Apocalypse, des accidents, du déchaînement des forces naturelles, tous ces événements apparemment extérieurs et indépendants de la volonté humaine. Par exemple, le documentaire « Du Sollst Nicht Schwul Sein » (« Tu ne seras pas gay », 2015) de Marco Giacopuzzi commence par une représentation du Déluge qui engloutit des poupées Ken gays. Dans l’émission Temps présent spéciale « Mon enfant est homo » de Raphaël Engel et d’Alexandre Lachavanne, diffusée sur la chaîne RTS le 24 juin 2010, la maman de Lucien, un jeune témoin homosexuel suisse, raconte la sensibilité de son fils « face aux nouvelles qu’ils écoutaient à la radio » petit.
 

Il y a un lien indéniable entre homosexualité et décadence, désir homosexuel et catastrophes. Il n’est pas causal. Mais l’arc-en-ciel est toujours signe de pluie, même s’il peut la précéder ou la suivre. J’ai souvent coutume de dire que le désir homosexuel ne crée rien, mais qu’il est le voyant rose d’une catastrophe déjà passée ou imminente. L’Histoire humaine me donne raison (cf. je vous renvoie au code « Entre-deux-guerres » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels). « En l’an 1000. – Cette époque, pour laquelle la légende prédisait la fin du monde, connut un grand relâchement des mœurs. La sodomie (d’après les chroniqueurs du temps) devint alors le vice le plus répandu dans toutes les classes de la société, chez les princes comme chez les serfs, chez les évêques comme chez les moines. L’abbé de Clairvaux, Henri, écrivait au pape Alexandre III, en 1177 : ‘L’antique Sodome renaît de ses cendres ! » (Jean-Louis Chardans, Histoire et anthologie de l’homosexualité (1970), p. 128) On peut penser notamment à la coïncidence entre les années folles et l’irruption de la folie nazie dans les années 1930 ; à la simultanéité de l’arrivée du Sida et la débauche de pratiques homosexuelles qui se vivaient dans les années 1970-1980. La permissivité, l’excès, la luxure, louvoient souvent avec les accidents, les catastrophes, les maladies. La Nature reprend toujours ses droits, et d’autant plus violemment qu’ils Lui ont parfois été injustement retirés.
 
 

b) L’accident et la catastrophe homosexualisés :

L’accident, dans l’esprit de beaucoup de personnes homosexuelles, recycle la pulsion entre grande love story, en coup de foudre : « C’était un coup de foudre réciproque. » (Élisabeth par rapport à son amante Catherine dans le documentaire « Les Invisibles » (2012) de Sébastien Lifshitz) ; « Il a levé les yeux, a souri et moi je suis tombé amoureux, immédiatement, instantanément. On appelle ça le coup de foudre. Moi, j’appelle ça la reconnaissance mutuelle. […] Je ne l’ai pas quitté. Il ne m’a pas quitté. On a dansé ensemble. Une fois. Un slow. ‘Pull marine’. Isabelle Adjani. » (Abdellah Taïa parlant de son amant Slimane, dans son autobiographie Une Mélancolie arabe (2008), p. 108)
 

L’accident était pourtant potentiellement l’espace salutaire laissé pour le doute face à l’homosexualité, pour la gêne face à la viol/au fantasme de viol (qui passera, aux yeux de certains militants pro-LGBT, pour de l’homophobie intériorisée) : « Faudrait pas qu’on ait un accident. » (la dernière phrase de Kamel s’adressant à son amant-ventouse Christian, dans l’autobiographie Parloir (2002) de Christian Giudicelli, p. 168) Une intuition de la conscience humaine avertit les personnes homosexuelles que le véritable accident qui les fait souffrir, la catastrophe qui les guette, c’est uniquement le passage à l’acte homosexuel ainsi que les sentiments homo-érotiques assumés. Par exemple, la forme qu’a choisie Jean Cocteau pour déclarer sa flamme à Jean Marais par téléphone est signifiante. Il lui annonce une « catastrophe ». Cette catastrophe, c’est qu’il l’aime : « Il y a une catastrophe : je suis amoureux de vous. » Jean Marais lui répond que lui aussi (cf. l’article « Jean Marais : le Disciple dissipé » de Patrick Renaudot, dans le Magazine littéraire, n°423, septembre 2003, p. 33). Par rapport au roman La Mort à Venise (1912) de Thomas Mann, Kurt Hiller lui a seulement reproché que « l’amour pour un garçon soit diagnostiqué comme un symptôme de décadence et décrit presque comme le choléra » (Philippe Simonnot, Le Rose et le Brun (2015), p. 122).
 

Mais malheureusement, le motif de l’accident sert d’alibi à beaucoup de personnes et de créateurs homosexuels pour ne pas à avoir à s’interroger sur les échecs et les insatisfactions de la pratique homosexuelle. Si ça n’a pas marché, « c’est le destin », « c’est le hasard », « c’est que c’était pas le bon moment ni la bonne personne », « c’est la vie », « c’est l’amour ».
 

« Le grand point faible de l’homosexualité, c’est sa lâcheté : surpris en flagrant délit ‘d’outrage aux mœurs dans un lieu dit public’, le pédéraste ne peut chercher aucun secours chez son partenaire de rencontre ; il est seul. Personne n’est jamais homosexuel… sauf celui qui se fait pincer. Une ignoble loi de la jungle régit notre existence et nous vivons dans la perpétuelle attente de la catastrophe. » (Jean-Luc, 27 ans, homosexuel, dans l’essai Histoire et anthologie de l’homosexualité (1970) de Jean-Louis Chardans, p. 103)
 

 

c) L’accident et la catastrophe fantasmés et orchestrés :

Marilyn Monroe passant sur une bouche d'aération

Marilyn Monroe passant sur une bouche d’aération


 

La plupart des personnes homosexuelles n’écoutent pas leur conscience, et trouvent plutôt dans les accidents/catastrophes un motif esthétique fantasmé dans lequel masquer/justifier leurs sentiments et leurs actes homosexuels. Les cataclysmes et les incidents sont une façon de combler leur effondrement désirant/identitaire, ou bien leur fantasme victimisant de viol/mort. « Je rêve si souvent de catastrophes propices aux évasions héroïques et aux aventures ! » (Frédéric Mitterrand, La Mauvaise Vie (2005), p. 59) ; « Je me persuade que nous allons avoir un accident. C’est un jeu, une construction. J’anticipe le dérapage, les freins qui hurlent, les tonneaux, l’explosion du moteur. Et mon corps projeté dans un fossé. Je touche de mes mains le sang qui coule de mes tempes, j’ai perdu la voix. J’attends de savoir ce qu’on fera de moi après la mort des miens. […] Je frotte une dernière fois l’idée de ma mort pour en faire jaillir ma légende, et déjà la voiture freine, l’exceptionnel cesse. Je ne suis qu’un garçon quelconque et envieux. » (Christophe Honoré, Le Livre pour enfants (2005), pp. 41-52) ; etc. Par exemple, dans son Journal (1992), Jean-Luc Lagarce raconte qu’il est tellement fasciné par les catastrophes qu’il tient un journal nécrologique des personnalités médiatiques défuntes. Andy Warhol aime prendre en photo les crashs d’avion, les défenestrations réelles. Truman Capote est attiré par la catastrophe et le crime odieux : cette passion est relatée dans la biopic « Scandaleusement célèbre » (2007) de Douglas McGrath. Dans le documentaire « Du Sollst Nicht Schwul Sein » (« Tu ne seras pas gay », 2015) de Marco Giacopuzzi, Sofiane, musulman homosexuel de vingt ans, lit sa revue Closer.
 

Aussi dur que paraisse le constat, certaines personnes homosexuelles, de leur propre aveu, identifient l’apparition du Sida dans les années 1980 comme LA Catastrophe qui leur confère un statut de victimes homosexuelles : « Une certaine proportion d’homosexuels sont dans une sublimation de la séropositivité ou revendiquent une séroconversion volontaire. […] La séropositivité permet d’annoncer son homosexualité, de faire en quelque sorte partie du ‘club’. » (la Direction Générale de la Santé, citée dans l’essai Sida, le vaccin de la vérité (1995) de Thomas Montfort, p. 30)
 

Une grande part de la communauté homosexuelle trouve dans l’homophobie, les accidents ou les catastrophes une occasion en or de se rendre intéressante en se victimisant, de s’acheter un héroïsme à peu de frais. Elle survivrait à un danger permanent, à une oppression permanente qui pourrait surgir de tous côtés et à n’importe quel moment. « À l’époque, il y avait de la discrimination partout. C’était affreux. » (le danseur transsexuel M to F « Carmen Xtravaganza », dans le documentaire « Let’s Dance – Part I » diffusé sur la chaîne Arte le 20 octobre 2014)
 

L’accident ou la catastrophe incontrôlée permettent à un certain nombre de créateurs/cinéastes homosexuels de donner corps magiquement/instantanément à leurs amours impossibles/insatisfaisantes. Ces événements tragiques tombent comme un cheveu sur la soupe dans les intrigues qu’ils filment, et viennent à la fois briser l’« identité » et l’« amour » homosexuels, à la fois confirmer ceux-ci dans leur pseudo beauté, innocence et éternité. L’accident et la catastrophe dépeints par les personnes homosexuelles militantes pro-gays ne sont pas si catastrophiques ni si fortuits que ça. Il semble même qu’ils aient été programmés, et même voulus, « érotisés », « esthétisés » par elles : cf. la photographie Catastrophe mauve (1963) d’Andy Warhol. Et même si, au départ, elles n’en avaient pas l’initiative, elles finissent par s’y faire et par les considérer comme les cadres idéaux de leur personnalité et de leur amour. Il s’agit de prouver l’amour par son contraire.
 

Par exemple, dans le roman Si tu avais été… (2009) d’Alexis Hayden et Angel of Ys, à chaque fois que le mythe de l’amour homo éternel peut subir la moindre égratignure, les auteurs font survenir l’accident de manière totalement abusive, comme une forme de censure, et de justification de l’amour homo par la catastrophe scabreuse, injuste, homophobe : Bryan se retrouve dans le coma après un accident de moto ; son amant Kévin est sur le point de se pendre ; Bryan finit assassiné à la fin du roman par une agression homophobe inattendue. Ce roman tente de nous certifier deux convictions contradictoires : que l’amour homo est magnifique ET impossible.
 

De même, le roman Accointances, connaissances, et mouvances (2010) de Denis-Martin Chabot obéit à la même spirale sentimentalo-tragique : tous les personnages vivent simultanément des amours homosexuelles totalement idéalisées ET aussi totalement dramatisées (ça va ensemble quand un désir rejoint l’irréel !) : Marcel a 4 ans quand il a son accident qui le rend tétraplégique ; Ahmed et Saïd sont frappés par la foudre (qui sera fatal à Saïd) pile au moment où ils s’embrassent ; Patrick, le grand frère de Lucie, meurt tragiquement dans l’attentat contre les tours du World Trade Center ; quant à Lucie, elle voit sa compagne Ginette partir à la guerre en Irak.
 

La juxtaposition cinématographique d’un mal accidentel et de l’homosexualité est une recette qui marche de plus en plus au cinéma et dans les séries car elle repose sur un chantage aux sentiments et des réalités humaines douloureuses qu’il est extrêmement difficile de cautionner. Tout comme le téléfilm « Juste une question d’amour » (2000) de Christian Faure exploitait la difficulté du coming out pour justifier le « couple » homo, tout comme le film « Les Joies de la famille » (2008) d’Ella Lemhagen exploitait le malheur de l’orphelin pour justifier la « beauté » de l’adoption « homoparentale », tout comme le film « Beautiful Thing » (1996) d’Hettie MacDonald exploitait le malheur de la précarité et du chômage pour dépeindre une idylle amoureuse homosexuelle, tout comme le film « My Beautiful Laundrette » (1985) de Stephen Frears exploitait le malheur de la xénophobie pour justifier la force de l’« amour » homo, tout comme le film « Loin du paradis » (2002) de Todd Haynes exploitait le malheur du racisme pour justifier la « véracité » de l’« identité homosexuelle », tout comme le films « Love ! Valour ! Compassion ! » (1997) de Joe Mantello exploitait sincèrement le malheur du Sida pour justifier les « couples » homos, tout comme le film « Tom Boy » (2011) de Céline Sciamma exploitait le « malheur » de l’adolescence et de sa soi-disant « cruauté » pour justifier la schizophrénie transidentitaire d’une adolescente, tout comme le film « Comme les autres » (2008) de Vincent Garenq exploitait le malheur de la stérilité pour justifier la Gestation Pour Autrui (= les mères porteuses), tout comme le téléfilm « Un Amour à taire » (2005) de Christian Faure exploitait le malheur de la guerre pour justifier la force de l’histoire d’« amour » homo, tout comme le film « Cloudburst » (2011) de Thom Fitzgerald exploitait le malheur de la vieillesse et de la mort pour prouver la beauté du « couple » homo, tout comme le film « Harvey Milk » (2008) de Gus Van Sant exploitait le malheur de l’homicide et de la folie meurtrière pour justifier le courage du militantisme LGBT, tout comme le film « I Love You Phillip Morris » (2009) de Glenn Ficarra exploitait le malheur de la prison pour démontrer la puissance de l’amour entre deux hommes, tout comme le film « Week-end » (2011) d’Andrew Haigh exploitait le désespoir amoureux pour justifier la « beauté » des « plans cul », tout comme le film « Le Secret de Brokeback Mountain » (2005) d’Ang Lee exploitait le malheur de l’homophobie intériorisée pour rappeler l’urgence du coming out, le film « Pride » utilise également la misère du monde ouvrier et les maladresses parfois violentes d’un monde hétéro découvrant l’existence des personnes homosexuelles, pour nous faire signer aveuglément le certificat d’« amour » décerné à la relation entre deux personnes de même sexe. Désolé, mais cela reste du mensonge.
 

Quand nous voyons des films traitant de l’homosexualité et choisissant pour toile de fond des événements terribles venant détruire une romance ou une identité homosexuelle présentée comme idyllique, nous avons tous envie de dire à la fin de la projection que la spectaculaire catastrophe ou l’agression extérieure rendent les unions homosexuelles, sinon idéales, du moins justifiables, même si dans les faits, ces films sont bien éloignés de la réalité quotidienne des « couples » homosexuels de chair et d’os. Qui peut essayer de comprendre avec un certain détachement les mécanismes de l’homophobie, après avoir vu un tel carnage d’« amour » construit sur pellicule ? Qui peut paraître humain de remettre en cause une image d’Épinal de l’« amour » homosexuel contrebalancée par une violence visuelle assurément percutante, mais ô combien exagérée ? Difficile, par exemple, de ne pas avoir le cœur brisé en voyant sur les écrans le désarroi du mari de Cathy Whitaker dans le film « Loin du Paradis » (2002) de Todd Haynes, homme qui n’arrive résolument pas à réprimer ses penchants homosexuels malgré toute la bonne volonté du monde, ou de ressortir du visionnage du « Secret de Brokeback Mountain » (2006) d’Ang Lee en affirmant la bouche en cœur que l’« amour » homosexuel n’est pas réel et merveilleux, même si nous l’avons vu entravé. Qui peut humainement se réjouir de voir dans le film « Pride » (2014) de Matthew Warchus la spoliation (pour reprendre les termes de cette chère Arlette Laguillier) des droits des mineurs, la répression policière, la maltraitance des villageois au chômage et crevant de froid en hiver sans chauffage, le rejet d’un adolescent homo par sa famille bourgeoise hétérosexiste ? Personne ! Vraiment personne !
 

Mais, je vous le demande, est-ce que l’Amour ne se manifeste que dans les cas extrêmes où la liberté humaine se rapproche de la nullité ? À travers de tels films, les réalisateurs homosexuels sont plutôt en train d’enfermer l’Amour et l’identité humaine dans un cadre déterministe et fataliste. Ils valident par un regard orienté vers des situations particulièrement dramatiques une vision de l’existence humaine et de l’Amour très négative. Ils énoncent que l’Homme n’est que rarement libre et heureux, et que c’est cela sa vérité d’amour et d’identité. Comment peuvent-ils espérer ensuite que leur défense du désir homosexuel apparaisse aux yeux de la société comme aimante ?
 

Il semble paradoxal de prouver l’Amour par son contraire. Face à ce nouveau type de « films choc » (qui, soit dit en passant, dans leur formule, ne s’opposent pas aux comédies sentimentales et enjouées de l’homosexualité), nous sommes pris entre l’extrême compassion et la méfiance de l’émotionnel, si bien travaillé par le cinéma. Au fond, la révolte et l’empathie ne sont que des effets recherchés par ceux qui créent le mythe du couple télégénique homosexuel heureux, ou de l’homosexuel assumé et émancipé post-coming out, pour masquer la réalité d’une union beaucoup moins rose dans les faits. Ils universalisent, en quelque sorte, un méfait opéré sur un personnage télévisuel homosexuel vivant un scénario-catastrophe, pour ensuite justifier leurs utopies personnelles et des revendications concernant la communauté gay très discutables dans la réalité concrète. L’injustice filmée ne laisse pas de marbre, c’est sûr. Mais il y a une sorte de malhonnêteté intellectuelle à traiter de l’homosexualité avec d’autres thèmes qui lui sont liés mais non de manière causale (par exemple la folie meurtrière des camps de concentration, le déferlement incontrôlé de l’homophobie dans certains milieux sociaux culturellement pauvres, une agressivité familiale exacerbée, l’émergence inopinée du Sida, le handicap, etc.). Malhonnêteté rehaussée par sa prétention (hypocrite) au réalisme et à la biographie, car souvent ce sont des films basés sur des personnes ayant déjà existé, ou sur des « faits réels ». Le pire, c’est que je crois que cette volonté naturaliste du réalisateur est sincère et qu’il ne s’est même pas rendu compte qu’il manipule le Réel et le public par l’émotionnel.
 

Ne nous laissons donc pas déborder par nos émotions : écoutons la Réalité, qui est bien meilleure conseillère. En effet, comme humainement et éthiquement nous ne pouvons pas cautionner la haine et le mépris, nous sommes encouragés à signer sans réfléchir à des versions idylliques et victimisantes de l’« amour » homosexuel. On se réveille. Le couple homosexuel n’est pas le couple homosexuel cinématographique. La communion fraternelle vécue entre personnes homos (parfois concrète et porteuse d’une chaleur amicale réelle, d’un vrai pouvoir d’actions associatives de solidarité) n’est pas le couple homo. C’est con de le dire mais c’est vrai. Ne confondons pas l’amitié avec l’amour, la solidarité avec l’amour conjugal, la sincérité de nos bonnes intentions avec la Vérité (on peut vouloir le bien sans le faire), les films avec la Réalité, l’euphorie (adulescente) avec la vraie joie.
 

L’autre manière (moins sucrée et en apparence moins naïve, moins pathos… mais au fond tout aussi naïve) de quitter le Réel, c’est, chez les artistes LGBT, la création d’accidents par la violence et par l’iconoclastie politico-artistique… reposant concrètement sur des pièces contemporaines, sur des films « masturbation intellectuelle » pornos et trash, sur des actions militantes ponctuelles genre « accident programmé » (les sitting, les dying, les dégradations de bâtiments, les kissing spontanés, les arrivées impromptues des Femen sur les lieux de culte catholique, etc.). Si l’on s’en tient uniquement au monde du théâtre LGBT actuel, la mise en scène de soirées-catastrophes, où s’enchaînent les engueulades, les règlements de compte, les accidents, les gags plus ou moins sérieux, est une spécialité de l’humour camp. Tout y est dramatique mais finalement peu grave tellement l’accident est grossier, répétitif, est un ressort dramaturgique systématique. Je pense par exemple aux pièces de Copi, de Denis Lachaud, de Rodrigo Garcia, etc. Ces œuvres iconoclastes qui finissent en apothéose de la destruction (les scènes de théâtre parfois sont défigurées d’eau, de peinture, de merde, après les happenings « accidentels » et « politiques ») chantent en réalité la victoire artistique des apparences et des sentiments sur le Réel et sur l’Amour incarné.
 

Les happenings déproblématisent totalement l’homosexualité, sont des mises en scène qui se veulent innocentes, spontanées, improvisées (car l’acte homosexuel y est présent, mais non-assumé, non-verbalisé, non-justifié en tant qu’identité ou en tant qu’amour) mais qui justifient les actes homos par omission (car la pratique scénique est déjà une justification). En somme, ce sont des instruments de censure particulièrement redoutables puisqu’ils orchestrent l’accident en enfermant le spectateur dans leur silence et dans les impressions qu’ils suscitent en lui : « Les incidents divers sont particulièrement abondants. […] Les uns font appel à la violence, d’autres à l’ironie ; les uns ressemblent à des Haï-Kaïs, les autres représentent des scènes épiques. […]Le Happening ne comporte aucune intrigue, ainsi pas d’élément interne de ‘suspens’ qui puisse susciter l’intérêt du spectateur, et finalement le satisfaire. […] Il n’est pas exact (comme le supposent certains amateurs de ce genre de spectacle) que les Happenings soient un jeu d’improvisation. Ils sont répétés avec soin pendant une période qui peut varier d’une semaine à un mois. […] Les éléments matériels, objets mous ou résistants, propres ou sales, utilisés selon leur nature, prennent, dans le Happening, une importance primordiale. Ce souci d’utilisation de la matière, qui fait que le Happening tient de l’art de la peinture, au moins autant que de celui du théâtre, apparaît encore dans une certaine façon de traiter les personnages comme des objets plutôt que comme des êtres individualisés. […] L’art, ainsi compris, est à l’évidence agressif. Agressivité à l’égard du conformisme présumé de son public, et à l’égard du milieu social lui-même. Par sa technique des oppositions flagrantes, le surréalisme cherche, sur la sensibilité, l’effet de choc. […] Le surréalisme peut viser des objectifs plus sérieux : le fondement d’une thérapeutique, par une rééducation de la sensibilité dans le domaine des arts, et par une sorte de traitement psychanalytique visant à la réforme du caractère. Et il peut constituer enfin un arsenal technique de la terreur. […] Les Happenings présentent trois caractéristiques essentielles : en premier lieu, l’objectivation ou la dépersonnalisation des personnages ; en second lieu, l’importance accordée au spectacle et au bruitage, au détriment de la parole ; enfin, une volonté délibérée d’éprouver durement le public. […] Dans les Happenings, le bouc émissaire, c’est le public. » (cf. l’article « Les Happenings : Art des confrontations radicales » de Susan Sontag, L’Œuvre parle (1968), pp. 403-420) La scénarisation de l’accident ou de la catastrophe dans les fictions homo-érotiques, en plus d’illustrer une lâcheté et une démission de la pensée, fait et veut faire violence. Ne nous y trompons pas : c’est de la censure pure… sauf qu’on a du mal à s’en rendre compte car le premier à se censurer, c’est le censeur même !
 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.