Pédophilie

Pédophilie

 

 


(Et le premier crétin qui me sort que, parce que je parle du lien de coïncidence entre homosexualité et pédophilie, j’assimilerais toutes les personnes homosexuelles aux pédophiles, ou que je jouerais inconsciemment le jeu des homophobes en déterrant un vieil amalgame, il s’en prend une ^^…)

 
 

NOTICE EXPLICATIVE

Oui. Vous avez bien entendu. Le mot qui sert à construire des monstres humains dont on ne veut rien savoir est lâché ! « PÉDOPHILE » Alors tout le monde est prêt à se déboucher les oreilles ? Je vous propose, pour une fois, de stopper l’hémorragie de la diabolisation d’un désir présent – à différents degrés – en tout être humain, y compris les femmes, et de nous poser pour réfléchir sur le malaise SOCIAL que disent les actes pédophiles, sans tomber dans l’écueil de stigmatiser des exceptions de bourreaux pour se soulager la conscience et surtout ne jamais s’identifier à eux. Je crois que le désir pédophile est humain, et même par les personnes comme moi qui ont conscience de n’être attirées que par des personnes adultes (… voire même carrément plus âgées que moi). La pédophilie dit une violation COLLECTIVE de la différence des générations (cela semble à priori le plus évident ; et cette violation marche dans les deux sens : du côté des plus âgés comme des plus jeunes), et des autres différences du Réel (en arrière-fond : la différence des espaces et la différence des sexes). C’est la raison pour laquelle les liens entre le désir homosexuel – qui rejette systématiquement la différence des sexes, et fréquemment la différence des générations – et le désir pédophile existent. Ces liens non-causaux et non-systématiques font pousser des hauts cris aux personnes homosexuelles qui diabolisent ET le désir pédophile ET leur propre désir homosexuel. Surtout en ces temps où la demande du droit au mariage homo, à l’adoption et à l’homoparentalité, se fait si insistante de leur part. Mais ne nous laissons pas impressionner. Si le cliché de « l’homosexuel pédophile » est visible, c’est bien pour des raisons (plus ou moins justes). Et si la plupart des membres de la communauté homosexuelle se précipitent à le traiter d’« homophobe » d’un air outré et scandalisé, raison de plus pour examiner la part de réel et la part de fantasme qui se cachent derrière l’odieuse étiquette !

 

N.B. : Je vous renvoie également aux codes « Éternelle jeunesse », « Violeur homosexuel », « Élève/Prof », « Prostitution », « Poupées », « Petits morveux », « Inceste », « Parodies de mômes », « Curé gay », « Inceste entre frères », « Frère, fils, père, amant, maître, Dieu », dans le Dictionnaire des Codes homosexuels.

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 

 

1 – PETIT « CONDENSÉ »

 

Liens entre

pédophilie et homosexualité ?

 

PÉDOPHILIE 1

Don Bachardy et Christopher Isherwood (en « couple »)


 

Le lien pédophilie-homosexualité offusque beaucoup de personnes homosexuelles parce qu’il existe véritablement, même s’il est difficilement démontrable étant donné qu’il se range du côté des réalités fantasmées, donc des coïncidences et des images. C’est la raison pour laquelle il faut en parler, tout en dénonçant tous les discours qui établissent des rapports de causalité entre homosexualité et pédophilie. Les agressions pédophiles sont majoritairement le fait d’adultes (dits ou qui se disent) hétérosexuels, et il est évident que les personnes homosexuelles ne doivent pas, du fait de leur orientation sexuelle, être tenues à l’écart des structures d’encadrement de l’enfance.

 

Les personnes homosexuelles qui se livrent concrètement à des actes pédophiles sont assez rares. Leur nombre est souvent excessivement grossi par les personnes homosexuelles elles-mêmes. Il est par exemple dommageable de constater, venant d’un certain nombre de jeunes hommes gays, un amalgame quasi-systématique entre âge, homosexualité, et pédophilie : ils ont un peu trop tendance à qualifier de « vieux pervers » toute personne homosexuelle plus âgée qui s’intéresse(rait) à eux.

 

La phobie de la pédophilie concernant l’homosexualité, aussi injustifiée soit-elle, n’est pas pour autant à mépriser entièrement : elle est à analyser pour être combattue, sinon, elle risque de s’actualiser. C’est son rejet systématique, exercé massivement par la communauté homosexuelle et nos sociétés médiatisées, qui montre qu’elle correspond à une certaine réalité désirante, et parfois concrète. Par exemple, un nombre non-négligeable de couples homos se distinguent par un écart d’âge entre les partenaires nettement plus prononcé que chez les couples femme-homme (cf. Alfred Spira, Rapport Spira Bajos, 1992 ; j’aborde aussi largement le sujet des rapports amoureux homosexuels avec un écart prononcé d’âges entre les partenaires, dans les codes « Frère, fils, père, amant, maître, Dieu » et « Inceste (Père et fils homos tous les deux) » sur mon Dictionnaire des Codes homosexuels). Par ailleurs, parmi les personnes homosexuelles qui dénoncent à juste titre l’assimilation causale de la pédophilie à l’homosexualité, il y a beaucoup plus de fervents défenseurs et de pratiquants de la pédophilie qu’on pourrait l’imaginer. Le meilleur exemple de ce paradoxe, c’est Guy Hocquenghem, qui écrivit en 1983 Les Petits Garçons. La réalité du tourisme sexuel dans les pays du Tiers-monde, ou de la prostitution masculine à échelle planétaire, vient confirmer que les liens de coïncidence non-reconnus entre homosexualité et pédophilie peuvent se faire actes.

 

Il n’est pas rare d’entendre certaines personnes homosexuelles invoquer tous les avantages que présente la relation pédophile pour l’adulte et l’enfant (par exemple la rupture de l’isolement et de la solitude, les bienfaits pédagogiques du chaperonnage, la possibilité pour un homme mûr d’échapper à la frustration sexuelle, la relation d’affection « forte » entre l’éraste et l’éromène, l’« expérience » que peut en tirer l’initié juvénile, etc.). Elles reprennent parfois mot pour mot le discours de l’homme pédéraste qui tend toujours à la flatterie de sa victime (« il est très mûr pour son âge »), à la glorification dédramatisante des sentiments au détriment de la reconnaissance de la violence des actes.

 

Le mythe de l’éternelle jeunesse, particulièrement palpable dans le « milieu homosexuel », montre l’élan incertainement et fantasmatiquement incestueux et pédophile du désir homosexuel, quand bien même un certain nombre de personnes homosexuelles sont sûres et certaines de n’être attirées que par des individus mûrs et adultes. Il traduit en négatif une angoisse de la vieillesse. On entend celle-ci exprimée par beaucoup de sujets homosexuels, y compris chez ceux qui n’ont que la vingtaine. Même s’ils savent bien qu’il leur faudra à un moment ou un autre renoncer à finir avec un petit jeune de vingt ans, ils ne se défont pas de cette utopie pour autant. Chaperonner un éphèbe pré-pubère, c’est un moyen détourné de faire le bain de jouvence du Pygmalion, mais aussi de revivre une jeunesse perdue en se substituant aux enfants.

 
 

GRAND DÉTAILLÉ

FICTION

Le personnage homosexuel est attiré sexuellement par les enfants et la jeunesse médiatique :

 

PÉDOPHILIE 2

Film « Les Amitiés particulières » de Jean Delannoy


 

Les créations artistiques traitant d’homosexualité abordent énormément le thème de la pédophilie : cf. le film « Tendres Adolescents » (1980) de Jean-Daniel Cadinot, le film « La Conséquence » (1977) de Wolfgang Petersen, le film « Au Nom du Père » (1972) de Marco Bellocchio, le film « Solamente Nero » (1978) d’Antonio Bido, le film « L’Éveil de Maximo Oliveros » (2005) d’Auraeus Solito, le film « L.I.E. » (2001) de Michael Cuesta, le film « Peur primale » (1996) de Gregory Hoblit, le film « Happiness » (1998) de Todd Solondz, le film « Mystic River » (2004) de Clint Eastwood, le film « The Woodsman » (2004) de Nicole Kassell, le roman The White Cockades ; An Incident Of The Forty-five (1887) de Xavier Mayne, le film « Allemagne Année Zéro » (1948) de Roberto Rossellini, le film « Les 5000 doigts du Docteur T » (1952) de Roy Rowland, le film « If… » (1968) de Lindsay Anderson, le film « Les Amitiés particulières » (1964) de Jean Delannoy, le film « Amours particulières » (1969) de Gérard Trembaciewicz, le film « Bruno, l’enfant du dimanche » (1968) de Louis Grospierre, le roman Nos Plaisirs (1983) de Mathieu Lindon, le film « Short Eyes » (1977) de Robert M. Young, le film « Sapore del Grano » (1986) de Gianni Da Campo, la nouvelle « Le Travesti et le Corbeau » (1983) de Copi, le film « Jeepers Creepers » (« Le Chant du diable », 2000) de Victor Salva, le film « Souffle au cœur » (1971) de Louis Malle (avec le jésuite pédéraste), le film « Fiesta » (1995) de Pierre Boutron (avec le colonel Masagual, un officier franquiste pédéraste), le film « Scout toujours » (1985) de Gérard Jugnot (avec le personnage de Georges), les films « Les Amis » (1971) et « Un Enfant dans la foule » (1975) de Gérard Blain, le roman Sexy (2007) de Joyce Carol Oats (avec la relation entre Darren et Mr Tracy), le film « Naked Blood » (1995) de Hisayasu Satô, le film « Le Jardin des Délices » (1967) de Silvano Agosti, le roman Agostino(1944) d’Alberto Moravia, le film « Agostino » (1962) de Mauro Bolognini, le film « Tommy » (1975) de Ken Russell, le film « Blue Jeans » (1976) d’Hugues Burin des Roziers, le film « Twist » (2004) de Jacob Tierney et Adrienne Stern (avec le monde de la prostitution masculine), le film « Night Corridor » (2003) de Julian Lee, le film « Another Gay Movie » (2006) de Todd Stephens (mettant en scène des adolescents ayant parfois des ébats sexuels avec des adultes), le film « Walk a Crooked Path » (1970) de John Brason, le film « Une si jolie petite plage » (1948) d’Yves Allégret, le film « Boy Culture » (2007) de Q. Allan Brocka (la pédophilie est ici légitimée par la prostitution), le film « Whole New Thing » (2005) d’Amnon Buchbinder, le film « Huit Femmes » (2002) de François Ozon, le film « L’Exécutrice » (1985) de Michel Caputo, le film « Montreal Main » (1974) de Frank Vitale, le roman La Comunión De Los Atletas (1979) de Vicente Molina Foix, le film « La Ville dont le prince est un enfant » (1996) de Christophe Malavoy, le film « L’Île Atlantique » (2005) de Gérard Mordillat, le film « Precious Moments » (2002) de Lars Daniel Krutzkoff Jacobsen, le film « Smukke Dreng » (« Joli Garçon », 1993) de Carsten Sonder, le roman Jeux d’enfance (1930) de Giovanni Comisso, le film « La Classe de Neige » (1997) de Claude Miller, le film « La Vierge des Tueurs » (2000) de Barbet Schroeder, le roman Pasión Y Muerte Del Cura Deusto (1924) d’Augusto d’Halmar, le film « La Tendresse des Loups » (1973) d’Ulli Lommel, le film « Un Printemps sous la neige » (1983) de Daniel Petrie, le film « Charlotte For Ever » (1986) de Serge Gainsbourg, le film « Gossenkind » (1992) de Peter Kern, le film « L’Enfant Miroir » (1990) de Philip Ridley, le film « So Lange Du Hier bist » (2005) de Stefan Westerwelle, le film « Vito E Gli Altri » (1992) d’Antonio Capuano, le film « Pianese Nunzio, 14 Anni A Maggio » (1996) d’Antonio Capuano, le film « Il Sapore Del Grano » (1986) de Gianni Di Campo, le film « Det Forsomte Forar » (1993) de Peter Schröder, le film « Si Te Dicen Que Caí » (1989) de Vicente Aranda, le film « The Lost Son » (1998) de Chris Menges, le film « La Tribu » (1990) d’Yves Boisset, le film « Le Trou » (1960) de Jacques Becker (l’un des quatre détenus, homosexuel, est incarcéré pour détournement de mineurs), le film « Grâce à Dieu » (2019) de François Ozon, etc.

 

Par exemple, dans la pièce À partir d’un SMS (2013) de Silas Van H., Jonathan propose à son amant Matthieu de regarder le documentaire « Atrocité de la pédophilie en Thaïlande ». Dans la pièce Doris Darling (2012) de Ben Elton, le vieux Douglas drague le jeune Santiago. Dans son spectacle musical Bénureau en best-of avec des cochons (2012), Didier Bénureau chante une relation pédophile entre un homme de 50 ans et une fillette de 14 ans : « Être un vieux pédophile, c’est vraiment pas facile. » Dans le film « Keep The Lights On » (2012) d’Ira Sachs, Erik, le héros homosexuel, a vécu sa première expérience sexuelle à 13 ans. Dans le roman L’Ange impur (2012) de Samy Kossan, Samy a 15 ans quand il se prostitue. Dans le film « W imie… » (« Aime… et fais ce que tu veux », 2014) de Malgorzata Szumowska, après avoir découvert son attraction homosexuelle pour les jeunes délinquants qu’il encadre, Adam se traite lui-même de pédophile. Dans la pièce Un Cœur en herbe (2010) de Christophe et Stéphane Botti, Jacques, l’écrivain quinquagénaire est totalement subjugué par la jeunesse de Mathan, un branleur de 18 ans. Dans le film « La Vie d’Adèle » (2013) d’Abdellatif Kechiche, Emma, femme mûre, sort avec Adèle, qui est mineure (au fur et à mesure de l’intrigue, cette dernière passera le cap des 18 ans : ouf, ça devient ainsi une film vachement plus moral, nous sommes sauvés… Dans le film « Boys Like Us » (2014) de Patric Chiha, Nicolas, homosexuel à la trentaine bien tassée, se met à draguer un petit jeune autrichien, Michael, au bord d’un lac ; et le lycéen rentre dans le jeu. Le héros homo aime visiblement la chair fraîche car il avait auparavant dragué lourdement un jeune serveur saisonnier du chalet de montagne où il s’était restauré avec ses deux autres amis homos Gabriel et Rudolf. Gabriel, quant à lui, semble attiré par les hommes mûrs (il part à la conquête d’un moniteur de colo hétéro, Andreas), mais pourtant, quand il débarque dans une église pour demander à un vieux prêtre où se trouve le groupe d’enfants d’Andreas, sans d’autres explications, sa réplique laisse entendre qu’il est lui aussi pédophile : « Je cherche des enfants. » Dans son one-man-show Tout en finesse (2014), Rodolphe Sand met avec l’application Grindr l’homosexualité sur le même plan que la pédophilie : « Grindr pour les gays. Kinder pour les pédophiles. » Dans le one-man-show Au sol et en vol (2014) de Jean-Philippe Janssens, Jeanfi, le steward homo, ironise sur ses origines natales belges en disant qu’elles ont été le terreau de sa conscience d’être homo : « J’viens d’un p’tit village du Nord. Pédophilie, ça vous dit quelque chose ? Moi, au milieu de tout ça, j’ai compris que j’étais très sensible. Trop sensible. » Dans le roman At Swim, Two Boys (Deux garçons, la mer, 2001) de Jamie O’Neill, tous les personnages homosexuels masculins sont émerveillés par la jeunesse et les éphèbes… y compris les adolescents qui tombent amoureux entre eux : « L’amour des enfants lointains… l’amour lointain des enfants rappelle à l’humanité ses origines nobles. » (Mr Mack parlant de Jim, son fils homosexuel) Anthony, l’un des pédérastes « mûrs », dirige d’ailleurs une chorale d’enfants à l’église, et il a été condamné à aux travaux forcés pendant deux ans pour pédérastie sur mineurs. Dans le film « Imitation Game » (2014) de Mortem Tyldum, Alan Turing, le mathématicien homosexuel, est arrêté par la police pour avoir des relations sexuelles avec des mineurs, et notamment un certain Murray qui le cambriole. Dans le roman Sophia House, La Librairie Sophia (2005), le Comte Smokrev, bourgeois homosexuel d’une grande perversité, vénère une sculpture, L’Hermès de Praxitèle, représentant un homme caressant un jeune homme. Dans le film « Test : San Francisco 1985 » (2013) de Chris Mason Johnson, Tyler, le coloc hétéro de Frankie, le héros homosexuel, couche avec des filles mineures de moins de 17 ans… mais s’autorise presque un écart avec Frankie lors d’une séance-massage. Le film « Mezzanotte » (2014) de Sebastiano Riso traite de la prostitution masculine, et pire que ça, de la prostitution juvénile. Davide, le héros homosexuel, n’a que 14 ans, et vend quand même son corps aux hommes. Les prostitués masculins parodient ironiquement la réalité de la pédophilie dans leurs rangs : « On ne touche pas aux petits garçons ! » dira l’un d’entre eux. Dans le film « Call me by your name » (2018) de Luca Guadagnino, Oliver (la trentaine) sort avec Elio, un mineur de 17 ans : « Fais pas l’enfant. Rendez-vous à minuit. » Dans le téléfilm Fiertés (2018) de Philippe Faucon, diffusé sur Arte en mai 2018, Serge sort avec Victor, un mineur… mais ça ne l’empêche pas de prôner l’amour et la maturité de Victor devant le père de ce dernier, Charles, qui le menace de le dénoncer à la police : « Je ne me sers pas de votre fils. » Dans le film « Jonas » (2018) de Christophe Charrier, Nathan, le héros homosexuel, fait croire qu’il a été abusé entre l’âge de 10 à 14 ans par un prêtre pédophile de son école primaire catholique. Dans le film « Mon Père » (« Retablo », 2018) d’Álvaro Delgado Aparicio, quand Anatolia, la mère de Secundo, apprend l’homosexualité de son mari Noé, elle pense immédiatement à protéger son fils : « Si tu touches à mon fils, je te tue ! » Dans le film « Ma Vie avec John F. Donovan » (2019) de Xavier Dolan, John ironise lors d’un talk show télévisé sur sa relation épistolaire avec Rupert, un gamin de 10 ans qu’il renie publiquement : « On est faits l’un pour l’autre. »

 

Dans le téléfilm « Les Dix Petits Nègres » (2015) de Sarah Phelps, l’homosexualité est sous-jacente. William Blore, l’inspecteur, a violé dans une cellule de la prison de Dartmoor un prostitué homosexuel, James Stephen Landor, qui faisait le tapin dans les pissotières, et qu’il a fait condamner aux travaux forcés à perpétuité où il a fini ses jours : « Edward Landor était un pédéraste. Plutôt mourir que de m’approcher d’un de ces pervers ! » ; « Il était sans défense. Ce n’était qu’un gamin. »
 

Les pratiques pédophiles ne se limitent pas au monde homosexuel masculin. Les pédophiles lesbiennes ne sont pas à exclure du tableau : cf. le film « Ma Mère préfère les femmes (surtout les jeunes…) » (2001) d’Inés Paris et Daniela Fejerman, le film « Olivia » (1951) de Jacqueline Audry (avec Edwige Feuillère et Simone Simon), le film « Rome, ville ouverte » (1945) de Roberto Rossellini, le film « Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain » (2001) de Jean-Pierre Jeunet (avec la garçonne d’un certain âge, chez qui Amélie sonne à la porte par erreur), et surtout le film « Massacre pour une orgie » (1964) de Jean-Pierre Bastid. « J’avais détourné une mineure de 15 ans qui était mon élève. » (Suzanne en parlant d’Erika, dans le roman Journal de Suzanne (1991) d’Hélène de Monferrand, p. 185) ; « La jeunesse qui rayonne à chaque instant de vous, voilà ce que la Reine aime chez Sidonie. » (cf. une réplique du film « Les Adieux à la Reine » (2012) de Benoît Jacquot) ; « Vous me faites à chaque fois l’effet d’un bain de jouvence. » (la Reine Marie-Antoinette à son amante Madame de Polignac, dans le film « Les Adieux à la Reine » (2012) de Benoît Jacquot) ; « Je donnerais gros pour avoir votre âge. » (Serena Merle louchant sur la jeune Isabelle, dans le film « Portrait de femme » (1996) de Jane Campion) ; « Épousez-moi, mon bonhomme. J’étais dans la chaussure pour enfants. » (Mr Chapiro s’adressant à Vince, dans le film « L’Objet de mon affection » (1998) de Nicholas Hytner) ; etc.

 

Dans le roman The Girl On The Stairs (La Fille dans l’escalier, 2012) de Louise Welsh, le Dr Alban Mann est qualifié par Jane, l’héroïne lesbienne, de « pédophile incestueux » (p. 76)… et les faits donneront raison à Jane car Mann viole sa jeune fille Anna. Cependant, Jane, pourtant en couple avec Petra, rentre exactement dans le même jeu qu’elle dénonce en s’intéressant de trop près à Anna : « Si Maria faisait courir le bruit que Jane était une espèce de prédatrice lesbienne avec un penchant pour les adolescentes, la vie à Berlin pouvait devenir impossible. » (Jane parlant de Maria la prostituée, op. cit., p. 168) Jane est fascinée par la jeune Anna au point de la rêver au pieu avec elle : « Elle rêvait d’Anna. Elles étaient seules dans le noir, les doux cheveux de la fille retombaient sur le visage de Jane. Elle eut l’impression d’être au lit avec elle et se mit à paniquer ; ce n’était pas ce qu’elle voulait, tout allait de travers. Les lèvres de la fille se posèrent sur les siennes et elles s’embrassèrent, la langue d’Anna frémissante et insistante. Jane comprit à nouveau ce qu’elle était en train de faire et tenta de la repousser mais quelque force supérieure les collait l’une à l’autre. Elle sentait le poids du corps de la fille, la douceur de ses seins, et elle se tortilla pour se dégager, tentant désespérément de s’échapper, mais elle avait beau se tourner dans toutes les directions, elle était piégée. Elle repoussa Anna de toutes ses forces, mais sans résultat, elles étaient verrouillées l’une à l’autre, et brusquement Jane comprit ce qui les retenait là. Elles étaient scellées, l’une au-dessus de l’autre, sous le plancher de l’immeuble de derrière. » (p. 222)
 

PÉDOPHILIE 3

Film « La Mauvaise Éducation » de Pedro Almodovar


 

Même si ce n’est pas systématique, le personnage homosexuel a pu être victime d’un viol pédophile dans son enfance : « Il n’avait pas 6 ans qu’il se faisait déjà attrapé par les Arabes du côté de la Huchette. » (Mme Simpson parlant au masculin de sa fille Irina, dans la pièce L’Homosexuel ou la difficulté de s’exprimer (1967) de Copi) ; « J’préfère encore me faire tripoter par un prêtre comme mes copains cathos quand ils vont au caté. » (Laurent Spielvogel à propos du rabbin à qui il va rendre visite, dans son one-man-show Les Bijoux de famille, 2015) ; « L’écrivain qui ne cherchait qu’une aventure amoureuse, ne l’aurait pas regardé deux fois s’il n’avait pas été séduisant. » (Pawel Tarnowski, homosexuel continent, parlant de Goudron, l’écrivain plus âgé que lui et qui a tenté de le pervertir, dans le roman Sophia House, La Librairie Sophia (2005), p. 173) ; « Il me tire à lui, je te dis, et je ne peux pas rompre l’emprise qu’il a sur moi. » (Pawel Tarnowski parlant du jeune David qui l’attire, idem, p. 175) ; « ’Tu désires l’abomination.’ Il ne pouvait y croire au début. Lui qui avait souffert des attentions de Goudron se transformait maintenant en Goudron ! Cela ne pouvait pas être vrai. Pourtant, c’était vrai ! » (Pawel Tarnowski parlant de son élan homosexuel pour le jeune David, suite à l’attachement pédophile de Goudron, idem, p. 177) ; « Ce que j’aurais fait à cette époque de ténèbres, d’autres me l’avaient fait. » (Pawel parlant du viol pédophile qu’il a subit par son mentor Goudron, idem, p. 441) ; « C’est très perturbant de découvrir le sexe comme ça. » (Joe, un homme homosexuel obèse, très anxieux et efféminé, qui a été violé par un prêtre à l’adolescence, dans le film « Spotlight » (2016) de Tom McCarthy) ; etc. Dans le roman Des chiens (2011) de Mike Nietomertz, R. raconte qu’il s’est fait violer par un certain Laurent, « un fils de pute qui ne voulait pas mourir seul et qui a violé sa jeunesse » (p. 71).  Dans le one-man-show Cet homme va trop loin(2011) de Jérémy Ferrari, le Père Vert, avant de devenir un curé gay et pédophile, a jadis été violé par son père et par ses profs. Dans la B.D. La Chair des pommes (2006) de Freddy Nadolny Poustochkine, le héros homo, en pleine puberté, subit la pression d’un homme pédophile pendant qu’il découvre son homosexualité.

 

PÉDOPHILIE 4

B.D. « Kang » de Copi


 

En général, le personnage homosexuel ne fait pas secret de ses élans sexuels pédophiles. « Il a fini pédophile, comme tous ces pédérastes. » (Gérard en parlant de M. Folaste, dans le one-man-show Ali au pays des merveilles (2011) d’Ali Bougheraba) ; « Et moi, je l’aime, la jeunesse. N’est-ce pas, Jean-Ba ? » (le prêtre s’adressant à son enfant de chœur de 14 ans, dans le spectacle musical Bénureau en best-of avec des cochons (2012) de Didier Bénureau) ; « Je découvris la douceur des regards complices de ces androgynes que sont parfois les adolescents. » (le narrateur homosexuel parlant de ses années collège dans la nouvelle « La Chaudière » (2010) d’Essobal Lenoir, pp. 18-19) ; « Ce que je préfère dans ma vie de chiotte, ce sont ces groupes de potes ados à l’apogée de leur puissance génésique […] C’est tellement excitant de voir ces petits mecs jouir sans vergogne, à côté de ces kyrielles de vieillards lubriques de trente ans. » (« le chiotte » dans la nouvelle « Mémoires d’un chiotte public » (2010) d’Essobal Lenoir, p. 87) ; « Marilyn possède des instantanés où on me voit embrasser les enfants sur la bouche, dormir enlacé avec eux : elle me fait un chantage. » (le héros homo marié parlant de sa harpie de compagne, dans le roman Le Bal des Folles (1977) de Copi, p. 77) ; « ‘Si j’osais, pensa M. Fruges, je l’embrasserais. J’adore les enfants. Celui-ci est enfermé en lui-même comme je l’étais à son âge, moi aussi. Il y a un regard d’une profonde admirable, avec, dans l’expression, quelque chose de blessé qui me plaît. » (Emmanuel Fruges face à Georges, 6 ans, dans le roman Si j’étais vous (1947) de Julien Green, p. 153) ; « Il aimait vraiment l’enfance ; c’était même ce qu’il y avait en lui de moins atteint, de moins suspect. Les dimanches de communion, les bons jours, comme on disait encore dans sa famille, alors qu’il s’agenouillait à la sainte table, il cherchait à se placer tout près d’un enfant, s’il y en avait un, afin de lui voler un peu de cet amour surnaturel dont il sentait que le petit être était l’objet inconscient ; et, ce soir, il surveillait du coin de l’œil le garçonnet qui chantonnait tout seul et dont il admirait l’innocence comme un spécialiste reconnaît et apprécie le spécimen parfaitement venu d’une espèce rare. » (Emmanuel Fruges,idem, p. 156) ; « Comme un coup de tonnerre, l’idée éclata dans son cerveau : devenir cet enfant. Il frissonna et fit instinctivement un pas en arrière. Jamais une tentation pareille n’avait fondu sur lui avec une telle violence, et il en éprouva un choc qui faillit le terrasser. Que pouvaient être les triviaux désirs de la chair auprès de cette concupiscence nouvelle ? Ses yeux se fermèrent. ‘On n’a pas le droit’, pensa-t-il. Pendant quelques secondes, il eut l’impression de grands coups portés à l’intérieur de son crâne et il mit les deux mains à ses oreilles. » (idem, p. 157) ; « Berlot, le prof de sport, si soucieux de la propreté des corps qu’il vient jusqu’aux douches donner un coup de main aux plus lents. » (Quentin Lamotta, Vincent Garbo (2010), p. 42) ; « Ton père adorait vraiment nous regarder nager à poil. » (un ami s’adressant à Daniel après le coming out posthume du père de ce dernier, dans le film « Joyeuses Funérailles » (2007) de Franz Oz) ; « Constant est d’un naturel extrêmement probe. […] Cependant, même les hommes dont le sens moral est des plus élevés sont extrêmement sensibles à l’influence des attraits physique d’autrui. L’histoire moderne, pas moins que celle de l’Antiquité, nous offre un grand nombre d’exemples terriblement éprouvants de ce à quoi je fais allusion… » (Gwendolen dans la pièce The Importance To Being Earnest, L’Importance d’être Constant (1895) d’Oscar Wilde) ; etc.

 

Dans la pièce Les Z’Héros de Branville (2009) de Jean-Christophe Moncys, Gérard a un « terrible secret » à révéler : son « attirance pour les jeunes hommes ». Dans le roman En l’absence des hommes (2001) de Philippe Besson, on entend la figure de Marcel Proust chanter les bienfaits de l’amour des jeunes garçons : « L’amour d’un homme pour une femme ne peut pas se comparer à l’amour de ce même homme pour un adolescent. L’amour pour une femme charrie tellement d’habitudes, de certitudes, de passages obligés qu’il devient rapidement quelque chose d’agréable, certes, mais qu’on maîtrise, qui n’apporte pas de réelle surprise. L’amour pour un adolescent, lui, renferme tous les émerveillements, tous les emportements ; il a cette intensité désespérée, il est menacé d’extinction à tout moment et porté au plus haut, précisément par la grâce. » (pp. 83-84) D’ailleurs, dans ce même roman, Proust vit une histoire amoureuse avec Vincent, un jeune intellectuel de seize ans, tout aussi consentant que lui, mais conscient de l’invisibilité, du confort, et de la supériorité de son statut d’éromène : « C’est plus difficile pour vous que pour moi […] de vous tenir à côté d’un jeune homme de seize ans. » (Vincent s’adressant à Proust, idem, p. 21) ; « Si la syphilis causait autant de ravages que le sida et terrorisait pareillement les pédérastes de la fin du XIXe siècle, des adolescents n’auraient certes pas enfilé de capotes pour jouer à touche-pipi ! » (le narrateur homosexuel de la nouvelle « De l’usage intempestif du condom dans la pornographie » (2010) d’Essobal Lenoir, p. 97) ;

 

La relation pédophile devient parfois effective, consommée. Elle sera alors très souvent euphémisée par le terme passe-partout de « couple » ou d’« amour (entre ados) ». Par exemple, dans la pièce La Mort vous remercie d’avoir choisi sa compagnie (2010) de Philippe Cassand, Omar, un des personnages homosexuels, a une liaison avec un ado de seize ans. Dans le film « Tras El Cristal » (1985) d’Agustí Villaronga, un pédophile nazi paralysé vit une histoire d’amour avec le jeune infirmier s’occupant de lui. Dans le film « Mort à Venise » (1971) de Luchino Visconti, un jeu de drague ambigu s’instaure entre le vieux musicien Ashenbach (50 ans passés) et le tout jeune et blond Tadzio (14 ans). Le roman Flamand noir (2004) de Bertrand N’Guyen Matoko raconte l’histoire de pédophilie entre un curé et un jeune étudiant noir. Dans le roman Le Livre muet (2007) de Sébastien Doubinsky, le géomètre Alessandro Salomonsen vit une relation homosexuelle avec Stefano, un adolescent de 15 ans. Dans le film « Les Damnés » (1969) de Luchino Visconti, l’icône gay Helmut Berger (interprétant le personnage de Martin Essenbeck) est en réalité un pédophile ; il provoque le suicide par pendaison de la petite Lisa qu’il avait initialement attouchée et couverte de cadeaux : « Lisa, regarde ce que je t’ai apporté. Il te plaît, ce petit cheval ? Tu pourras monter dessus, puisqu’il te plaît, hein ? Il faut le caresser. Caresse-le, Lisa, il est à toi. Tu l’aimes bien ? Tu seras très gentille avec lui. Tu le soigneras bien… parce qu’il t’aime beaucoup. J’assure. » Dans le film « Rose et Noir » (2009) de Gérard Jugnot, au moment où le jeune prince Frédéric de Montmirail monte dans le carrosse de Saint Loup, le comité d’accueil qui lui est réservé par les deux mignons très efféminés Sergio et Myosothis mêle séduction et perversion (« Bonjour mon cœur… »). Dans le roman La Cité des Rats (1979) de Copi, Mimile dit qu’il est allé en taule : « La dernière fois, paraît que j’avais tué un vioque pour lui voler ses sous, la fois d’avant c’était un bambin pour le violer. » (pp. 62-63)

 

Si le personnage homosexuel renonce à la pédophilie, c’est par acquit de conscience. Quitte à en rajouter dans le rejet, il déclare que ça ne l’intéresse et ne le concerne en rien du tout. Mais c’est son mépris trop vite exposé de la jeunesse et du fantasme pédophile qui l’inculpe. « Je m’étais fait l’illusion de retrouver en vous ma propre jeunesse, mais rien en vous ne me séduit. Il y a trente ans, je vous aurais peut-être trouvé désirable, et encore je ne suis pas sûr de cela, et puis vous n’étiez qu’un nouveau-né. » (Cyrille au jeune Journaliste, dans la pièce Une Visite inopportune (1988) de Copi) ; « Je n’allais quand même pas me jeter à la poursuite de jeunes hommes dans la vingtaine, moi qui avais tellement toujours ridiculisé ceux qui sombraient dans le culte de l’éphèbe ! Mais je ne pouvais pas non plus aller contre mes goûts ! » (Jean-Marc dans le roman Le Cœur éclaté (1989) de Michel Tremblay, p. 228) Par exemple, dans la pièce Sugar (2014) de Joëlle Fossier, Georges, le père de famille homosexuel, est suspecté officieusement par sa femme Christelle de pédophilie : elle l’empêche d’approcher leurs propres enfants. Il s’en indigne… mais en même temps, il sors avec William, son amant secret qui a l’âge d’être son fils.

 

C’est parfois à travers le traitement fictionnel de l’homoparentalité que surgit en toile de fond le désir pédophile des personnages gays. Par exemple, dans le film « Les Joies de la famille » (2009) d’Ella Lemhagen, Göran tombe sous le charme d’un jeune délinquant au commissariat, avant de découvrir que c’est son futur fils adoptif. Dans la pièce Try (1994) de Dennis Cooper, les deux pères adoptifs homosexuels violent le petit Ziggy. Dans le roman Michael Tolliver est vivant (2007) d’Armistead Maupin, le couple gay Ben et Michael « homosexualisent » le petit-neveu de 7 ans de Michael, Sumter. Ils prospectent ludiquement sur ses possibles tendances homosexuelles futures (« Tu crois qu’il est des nôtres ? », p. 104). La différence des générations est complètement banalisée et niée : « L’âge n’est pas un problème. » (Michael évoquant la différence d’âge importante avec son amant Ben, idem, p. 34)

 

La présomption de désir pédophile chez le héros homosexuel n’est pas toujours avérée : elle est parfois juste un soupçon pesant sur un bouc émissaire à qui on veut charger la barque. Par exemple, dans le film « Scènes de chasse en Bavière » (1969) de Peter Fleischmann, la Bouchère a peur pour son fils Franz et accuse Abram de pédophilie. Dans le film « Les Joies de la famille » (2009) d’Ella Lemhagen, le jeune Patrik confie à un agent de police ses craintes d’avoir comme « famille d’accueil » un couple de deux « pères » homosexuels : « Si je me fais violer, ce sera de votre faute ! » Dans le film « Une petite zone de turbulence » (2009) d’Alfred Lot Olivier, le personnage de Philippe, hétérosexuel, fait une blague de mauvais goût à son futur beau-frère Matthieu qui s’inquiète de ne pas voir revenir son petit copain de Grèce pour le mariage de sa sœur : « On ne peut toujours le retrouver. On balance une photo sur internet. Ils ont retrouvé un pédophile comme ça ! »

 

PÉDOPHILIE 5

Film « 4h30 » de Royston Tan


 

Le problème du personnage homosexuel réellement pédophile, c’est qu’il ne s’identifie pas forcément comme un pédophile puisqu’en intentions, il ne considère plus l’enfant comme un être différent de lui mais comme un semblable, un individu responsable et aimant, à qui il fait la confiance de le vieillir, l’honneur de le rendre semblable à lui, à qui il peut faire l’amour, tout simplement. On lit parfois chez les héros homosexuels le désir d’aimer les enfants avec un cœur non pas humain, ni même un cœur de maman ou de papa, mais un cœur maternaliste ou paternaliste : « Le vrai problème, ce sont les enfants. La tristesse de ne pas en avoir et de ne pas pouvoir en adopter. J’ai toujours aimé les enfants. Je crois que j’aurais été une assez bonne mère. » (Tim dans le film « De la vie des marionnettes » (1980) d’Ingmar Bergman)

 

La tentation pédophile ne va pas que dans un seul sens (de l’adulte vers l’enfant) : elle peut aussi venir de l’adolescent homosexuel vers l’adulte de qui il veut se faire protéger et éduquer. Il est curieux de voir que certains jeunes homosexuels fictionnels se passionnent pour des personnages pédophiles, de qui ils prétendent se sentir très proches, ou qu’ils reconnaissent comme des jumeaux de désir. « Oui Madame, j’aime les hommes plus vieux. » (Jefferey Jordan dans son one-man-show Jefferey Jordan s’affole, 2015) Par exemple, dans le roman L’Hystéricon (2010) de Christophe Bigot, Cédric lit un roman noir parlant d’un pédophile serial killer. Dans le film « Mezzanotte » (2014) de Sebastiano Riso, la pédophilie vient du jeune homosexuel (Davide, 14 ans) vers ses amants, qu’il entraîne à la chute. Dans le film « Drift » (2002) de Quentin Lee, Léo, à la vingtaine à peine sonnée, avoue à son jeune amant Ryan, qu’il a maintenu une correspondance virtuelle soutenue avec un internaute pédophile qu’il a identifié inconsciemment comme un reflet de lui-même : « J’avais un pote, un gars de 52 ans, rencontré sur Internet, qui vivait en Iowa et qui s’attaquait à son neveu. Et pourtant, je sentais un lien viscéral avec lui… à travers les mots, les e-mails. Je m’enfermais des jours entiers pour communiquer avec lui. »

 

Quand le pas de la relation charnelle est franchie, le jeune amant n’est pas toujours choqué d’entretenir une liaison illicite avec un amant qui a l’âge d’être son père. Il croit qu’en se donnant à corps perdu à l’interdit, il vaincra ses peurs, il fera preuve de courage, il « s’assumera » pleinement en tant qu’homo, il sera initié à l’amour vrai. Par exemple, dans le roman Babyji (2005) d’Abha Dawesar, quand Linde, une femme mûre sortant avec Anamika, une lycéenne qui s’est fait agresser par des hommes dans un bus, est prise de remords par rapport à leur union amoureuse (« Je pense que nous devrions arrêter. Parce que tu es jeune et que je suis vieille. Parce qu’ils t’ont agressée, mais que je suis tout aussi coupable qu’eux. […]C’est à peine si tu as l’âge d’être consentante. C’est du détournement de mineur. », pp. 120-121), l’adolescente s’étonne, rechigne, et refuse la rupture conjugale. Dans le film « Quels adultes savent ! » (2003) de Jonathan Wald, Roy, le jeune héros se jette désespérément dans les bras de Maurice, un homme plus âgé que lui, pour connaître le sacrifice qui lui donnerait accès à ses fantasmes homosexuels de films pornos : après s’être fait dépuceler, il tombe de haut en découvrant qu’il a idéalisé un acte que l’adulte a, pour le coup, bâclé et banalisé.

 

PÉDOPHILE 7

Film « The Blossoming Of Maximo Oliveros » de Auraeus Solito


 

Quand j’écris que même les jeunes héros gays peuvent être pédophiles, et que la pédophilie n’est pas fondamentalement une question d’âge mais bien de désir, je ne plaisante pas du tout. Par exemple, dans la pièce Happy Birthgay Papa ! (2014) de James Cochise et Gloria Heinz, la relation homosexuelle entre Chris et Ruzy, pourtant du même âge, est mise en parallèle avec la relation d’« amour » entre le père de Chris et une petite jeunette : « À 15 ans, c’est tellement mignon, tendre. » dira ce dernier.

 

Il arrive même que le jeune héros homosexuel viole son partenaire plus âgé. Par exemple, dans le roman La Vie est un tango (1979) de Copi, Silberman se fait « bourrer » par son « beau-frère » de 14 ans dans les toilettes le jour de ses fiançailles (p. 48). Dans le film « Ausente » (« Absent », 2011) de Marco Berger, un élève drague son prof. Dans le roman La Cité des Rats (1979) du même auteur, la petite Vidvn suce le sexe de son père Mimile (p. 63). Dans le film « Krámpack » (2000) de Cesc Gay, l’adolescent Dani embrasse Gérard, le romancier quinquagénaire, sur la bouche, à la dérobée, sans que celui-ci s’y attende : « C’était bien ce que tu voulais, non ? M’embrasser ? » ; après un moment d’hésitation face à la violation implicite de l’interdit de l’inceste, l’adulte lui rend alors fougueusement son baiser. Dans le film « Sils Maria » (2014) d’Olivier Assayas, Helena est subjuguée par la « jeunesse » de Sigrid, et cette dernière en profite : leur liaison pousse Helena au suicide. Dans le film « Le Maillot de bain » (2013) de Mathilde Bayle, le jeune Rémi, 10 ans, ressent son premier émoi pour un beau papa de 35 ans, et part à sa conquête. Dans le film « Atomes » (2012) d’Arnaud Dufeys, Hugo, éducateur de 34 ans à l’internat, voit son quotidien perturbé par Jules, un adolescent provocateur qui lui fait du rentre-dedans.

 

La pédophilie peut être aussi une invention créée de toutes pièces par l’éromène qui ne veut soudainement plus assumer son attrait incestueux pour son amant plus âgé. Par exemple, dans la pièce Les Miséreuses (2011) de Christian Dupouy, Jean Valjean se fait suspecter de pédophilie par le jeune adolescent qui au départ avait essayé de le draguer : le chantage à la pédophilie paraît aussi imparable et efficace que le chantage au viol exercé par une femme sur un homme, ou le chantage au racisme d’un Homme de couleur sur un Blanc. Dans le roman Le Garçon sur la colline (1980) de Claude Brami, c’est Pascal, le jeune protagoniste, qui projette des sentiments amoureux non partagés et totalement démesurés sur l’adulte, Pierre.

 

Enfin, la pédophilie peut être réversible ou aller de paire avec l’attrait pour les personnes de son sexe plus âgées. Par exemple, dans le roman Les Carnets d’Alexandra (2010) de Dominique Simon, Alexandra, femme mariée, drague sa petite voisine de 13 ans (p. 21) ; jadis, quand elle était plus jeune et en pensionnat, elle avait été jadis se réfugier dans le lit d’une grande : « Une nuit, alors que tout le monde dormait, je m’étais levée et, après avoir entrouvert le rideau qui isolait le lit de la surveillante du dortoir, je m’étais glissée sous ses draps. Dans un demi-sommeil, elle me laissa faire. Je me blottis contre elle et commençai des caresses qu’elle ne refusa pas. De son côté, ses mains faisaient de même. J’étais dans un état d’émotion qui ne se pouvait imaginer. Ses doigts se portaient déjà sur mon intime, mais, dès que sa main se posa sur mes seins, à peine plus gros que ceux d’un garçon, elle me dit d’une voix qui, bien qu’étouffée, n’appelait aucune réplique : ‘Non, va-t-en, je ne veux pas, tu es trop petite.’ » (Alexandra, la narratrice lesbienne du roman Les Carnets d’Alexandra (2010) de Dominique Simon, p. 225) Dans le film « Le Roi de l’évasion » (2009) d’Alain Guiraudie, Armand, 43 ans, aime normalement les hommes mûrs et les vieux. Mais il a été retrouvé nu dans un bosquet avec la jeune mineure Curly de 16 ans qu’il a violée : c’est ce qui donne à penser au flic qui l’arrête : « Le fait que vous aimiez les vieux m’incite à penser que vous aimez aussi les jeunes filles. »

 

Enfin, le fantasme pédophile ou incestueux compris dans le désir homosexuel se voit à travers la tromperie sur l’âge de certains personnages et sur le flou (volontaire ?) autour de la différence des sexes, flou entretenu dans beaucoup d’oeuvres de fiction homo-érotiques. C’est une récurrence par exemple chez Copi. « C’était une Indienne de 12 ans mais elle avait la poitrine d’une femme de 20 ans. » (Silvano – le héros qui croit avoir 70 ans alors qu’il en a 100 – en parlant de la bonne, dans le roman La Vie est un tango (1979), p. 156) L’inversion de la différence des générations est typiquement calquée sur la démarche et le discours du violeur (« Il est beaucoup plus mûr que les gars de son âge… »).

 
 

FRONTIÈRE À FRANCHIR AVEC PRÉCAUTION

 

PARFOIS RÉALITÉ

 

La fiction peut renvoyer à une certaine réalité, même si ce n’est pas automatique :

 
 
PÉDOPHILIE causalité pub
 

Même si c’est tabou, un certain nombre de personnes homosexuelles ont été violées dans un contexte de pédophilie et d’adolescence. Et si elles n’ont pas été violées par des humains, elles l’ont au moins été par des images, images qui ont stimulé leurs élans pédophiles ou leur sexualité d’enfant : « Vivant dans ce monde de jeunes garçons, j’ai été initié tout naturellement. » (Pierre Démeron, homosexuel de 37 ans, au micro de Jacques Chancel, dans l’émission Radioscopie sur France Inter, 3 avril 1969) ; « Il suffit pour s’en convaincre de regarder un porno gay, certains studios (Hélix par exemple) n’emploie que des jeunes adultes mais aux corps adolescents (pas trop musclés, imberbes, visage ado, coiffure Justin Bieber, beaucoup de scènes où les garçons sont habillés – au début, évidemment – en uniforme de lycéens…) et ces films ont beaucoup de succès dans le milieu homosexuel (je dois avouer en parler en connaissance de cause). » (cf. Robin, un ami homo, dans un mail envoyé en janvier 2014) ; « Ma découverte de la sexualité, c’est d’abord au travers de photos que je l’ai faite. Des photos pornographiques que mon père cachait dans un placard et sur lesquelles j’étais tombé par hasard. Ces photos montraient des couples en train de mimer l’acte sexuel à deux ou à plusieurs : c’est à cause de ces photos que j’ai découvert la masturbation, et pour moi la sexualité s’arrêtait à cela, car je n’ai pas reçu d’éducation sexuelle de mes parents. À l’école, c’étaient les débuts de l’éducation sexuelle et ce n’est pas avec ce que l’on nous disait que j’aurais pu comprendre grand-chose… l’acte homosexuel, par contre, m’était inconnu. C’est lors de vacances scolaires que je l’ai découvert à l’âge de douze ans, avec un homme d’une trentaine d’années… Il m’a proposé de monter dans sa chambre pour me montrer quelque chose. Les choses en question, c’étaient des photos pornographiques que ce monsieur faisait venir de Suède, de Hollande, de tous ces pays qui ont une réputation de mœurs très libérales. Ces photos… il y en avait pour tous les goûts : homosexualité masculine, féminine, enfant en cours de puberté en état d’érection, et même des photos de femmes en train de ‘faire l’amour’ avec des animaux. » (Philippe, homosexuel séropositif, dans son autobiographie L’enfer est à vos portes, 1991) ; « Mon ancien camarade de classe me met sous les yeux deux photos de Janson, cinquième et quatrième, toute la classe. […] Moi, mince, l’air silencieux, innocent d’une innocence évidente. Cela m’a ému, car depuis… Et tout à coup, le visage de Durieu que j’avais oublié et qui m’a arraché un cri : un visage d’ange résolu. Silencieux aussi celui-là, on ne le voyait pas, il disparaissait, je ne pouvais pas m’empêcher de ressentir sa beauté comme une brûlure, une brûlure incompréhensible. Un jour, alors que l’heure avait sonné et que la classe était vide, nous nous sommes trouvés seuls l’un devant l’autre, moi sur l’estrade, lui devant vers moi ce visage sérieux qui me hantait, et tout à coup, avec une douceur qui me fait encore battre le cœur, il prit ma main et y posa ses lèvres. Je la lui laissai tant qu’il voulut et, au bout d’un instant, il la laissa tomber lentement, prit sa gibecière et s’en alla. Pas un mot n’avait été dit dont je me souvienne, mais pendant ce court moment il y eut entre nous une sorte d’adoration l’un pour l’autre, muette et déchirante. Ce fut mon tout premier amour, le plus brûlant peut-être, celui qui me ravagea le cœur pour la première fois, et hier je l’ai ressenti de nouveau devant cette image, j’ai eu de nouveau treize ans, en proie à l’atroce amour dont je ne pouvais rien savoir de ce qu’il voulait dire. » (Julien Green, L’Arc-en-ciel, Journal 1981-1984, avril 1981, pp. 23-24) ; « C’est comme la nécrophilie : c’est un péché. Tout comme l’alcoolisme ou la toxicomanie. L’homosexualité, c’est la même chose. L’homosexualité ne conduit pas seulement à la pédophilie. Mais aussi au meurtre, à la dépression et à la toxicomanie. Les statistiques le prouvent. » (Petras Gražulis, président du groupe politique lituanien d’extrême droite Ordre et Justice, dans le documentaire « Homo et alors ?!? » (2015) de Peter Gehardt) ; etc. Par exemple, dans le roman très autobiographique Un Fils différent (2011) de Jean-Claude Janvier-Modeste, Ednar, le héros, vit trois viols pédophiles avant de se dire homosexuel à l’âge adulte : « J’avais peut-être eu tort de lui avoir caché tous mes maux y compris mes agressions pédophiles. » (Ednar par rapport à sa mère, dans le roman très autobiographique Un Fils différent (2011) de Jean-Claude Janvier-Modeste, p. 94) C’est ce qui est vraiment arrivé à l’auteur. Dans le documentaire « Vivant ! » (2014) de Vincent Boujon, Mateo, homosexuel et séropositif, raconte qu’il a été violé à l’âge de 15 ans, dans un bar gay, par « un type qui avait mis une saloperie dans son verre ». Il avoue que sur le coup qu’il ne se souvenait plus de rien.

 

PÉDOPHILIE 8

Oscar Wilde dans un cabaret de Paris (dessin par Jean Matet)


 

Les personnes à la fois homosexuelles et pédophiles ont de tout temps existé. En voici quelques exemples connus : Gilles de Rays, le criminel Haarmann d’Hanovre, Roger Peyrefitte, Michael Jackson, Henri de Montherlant, Jean Delannoy, Benjamin Britten, Luchino Visconti, Pier Paolo Pasolini, René Schérer, Justin Fashanu, Mariano Ramírez, Álvaro Retana, Antonio de Hoyos, Jacques Fersen, Horation Alger, James Rennie, Terrence Patrick Bean, le Dr John Money, etc. Michel Caignet fut poursuivi en 1997 dans une affaire de diffusion de films pornographiques pédophiles. John Baptist von Schweitzer séduit un garçon de 14 ans. L’acteur nord-américain Kevin Spacey, homosexuel, a harcelé un enfant de 14 ans. Même si le phénomène ne prend pas une ampleur démesurée (« Dans le monde des homosexuels, les pédérastes sont d’affreux malades dont les cas sont fort rares. » déclare Jean-Luc, 27 ans, homosexuel, dans l’essai Histoire et anthologie de l’homosexualité (1970) de Jean-Louis Chardans, p. 93), il n’est pas non plus isolé ou à ignorer. Par exemple, le romancier britannique Oscar Wilde couchait avec des mineurs. Le pasteur nord-américain Eddie Long est homosexuel et pédophile. L’écrivain français Tony Duvert dévoile son obsession pour les enfants dans tous ses romans ; il est d’ailleurs un pédophile notoire. Dans l’essai Histoire et anthologie de l’homosexualité (1970) de Jean-Louis Chardans, Jean-Luc, jeune homme de 27 ans, témoigne de son parcours homosexuel tumultueux : il enchaîne les partenaires de tous les âges, et raconte même qu’il fut surpris avec un gamin de 12 ans. Dans l’autobiographie Folies-Fantômes (1997) d’Alfredo Arias, Jacques, le vieux couturier, a pour modèle et amant le jeune cadet de 16 ans, Pedro : « Il s’immobilisa, interloqué devant cette nudité inattendue. ‘C’est un rêve. C’est un ange descendu sur terre’, soupira le vieux couturier. » (p. 261) Les poésies de Luis Cernuda chantent les charmes des jeunes adolescents. Le juriste néerlandais Edward Brongersma est pédophile : il a même écrit un livre sur le sujet, La Pédophilie (1959-1964), où il explique que la pédophilie basée sur le « consentement » est tolérable. Guy Hocquenghem rédige Les Petits Garçons (1983) pour justifier la pédophilie. Yukio Mishima se met à défendre la pédérastie présente dans la tradition samouraï. André Gide plaide en faveur de la pédérastie dans son essai Corydon (1924), et tente de faire valoir qu’il existe des « pédérastes normaux », autrement dit non-efféminés. Dans les Jardins de Rome, il se livre sans complexe à des actes pédophiles en disant qu’il n’a rien à faire de la morale : « Mon Prix Nobel me couvre… » (André Gide cité par Marcel Jouhandeau dans l’émission « Apostrophe », Antenne 2, le 22 décembre 1978) En 1949, Pier Paolo Pasolini, à l’âge de 27 ans, est impliqué dans une affaire de détournement de mineurs avec 3 élèves. Dans son « Domaine des Esprits » où il habitait, le chanteur homo Charles Trénet accueillait des mineurs pour des surprises-parties sexuelles. Il a été pris en flagrant délit avec 4 jeunes Allemands de 19-20 ans. Il fut condamné à la prison pour attentat aux mœurs, à Aix (France). Jadis, le fou chantant avait vécu ce qu’il a fait subir ensuite aux plus jeunes : en 1928, à Perpignan, à 15 ans, il rencontra Albert Bausil, 50 ans, poète, comédien, directeur de journal, personnalité incontournable du Roussillon, qui est devenu son Pygmalion ; entre l’homme et l’enfant s’est noué une relation amoureuse, qui devint sexuelle. Je vous renvoie également à cet article.

 

Selon Karl Heinrich Ulrichs (1825-1895), « l’Uraniste a droit à une satisfaction de ses désirs sexuels naturels et comme cela ne peut se faire qu’avec l’autorisation d’un jeune homme, cette autorisation, dans de telles conditions, non seulement est un acte moralement permissible, mais il peut être aussi un acte de charité chrétienne, et même, sous certaines circonstances, un devoir. Ulrichs va jusqu’à comparer la situation du garçon sollicité par l’Uraniste à celle d’une femme esseulée qui donne naissance à un enfant avec l’aide de deux soldats rencontrés en chemin qui, fortuitement, lui servent de sages-femmes. La pauvre a été contrainte d’exposer sa nudité la plus intime à leurs yeux. De la même façon, Ulrichs en est sûr, même si le jeune partenaire de l’Uraniste éprouve une aversion instinctuelle à l’encontre de la relation homosexuelle, il reconnaît par la raison que la pulsion amoureuse de l’Uraniste est innée, et qu’elle doit aboutir. En cette circonstance, on plaidera l’absence de péché et la pureté. » (Philippe Simonnot dans son essai Le Rose et le Brun (2015), pp. 86-87) ; « Il faut se rendre compte que l’amour des jeunes garçons à cette époque n’était pas le tabou absolu qu’il est devenu aujourd’hui. Deux personnages de la haute société, Elisar von Kuppfer et Eduard von Mayer (1872-1960), avaient bâti une philosophie et un style de vie basés sur l’esthétique pédérastique. Dans le ‘Paradis de Minusio’, situé à Locarno, en Suisse, quatre-vingts-quatre éphèbes nus s’exhibaient dans des poses variées au sein du Sanctuarium Artis Elisarion. » (idem, p. 160) ; etc.
 

La pédophilie n’est pas nécessairement la rencontre d’un adulte et d’un enfant. Elle peut tout à faite être la rencontre de deux adolescents vivant la génitalité qui n’est pas de leur âge. « C’est pendant mon adolescence que j’ai vécu les ‘mauvaises habitudes’. » (Pierre Démeron, homosexuel de 37 ans, au micro de Jacques Chancel, dans l’émission Radioscopie sur France Inter, 3 avril 1969) Par exemple, Charles Trénet a été trouvé nu quand il avait 15 ans, en train de s’amuser avec son camarade Max Barnes dans un jardin de l’Hôtel Mustafa Ier.
 

PÉDOPHILIE 9

Karol Szymanowski et Boris Kochno


 

Certaines personnes homosexuelles ont ouvertement parlé de leurs fantasmes pédophiles : « Moi, en filmant, je suis un pervers polymorphe ! Je veux me mettre dans la peau et le désir de l’homme qui aime les petites filles… » (François Ozon, dans l’article « La Vérité des Corps » de Philippe Rouyer et Claire Vassé, sur la revue Positif, n°521/522, juillet/août 2004, p. 42) ; « Naturellement, comme la plupart des hommes, je suis attiré par les jeunes mâles adolescents. » (Gore Vidal, Palimpseste – Mémoires (1995), p. 55) ; « Un jour, le démon de midi ou de onze heures entre en jeu, un gamin parle et c’est le scandale, plus ou moins vite étouffé : ‘M. Un-Tel, le coiffeur (ou l’antiquaire) de la Place-aux-Huiles… Qui aurait cru ça ? … Si gentil… si doux… Surpris avec un petit garçon de douze ans !’ … et papati… et patata… » (Jean-Luc, 27 ans, homosexuel, racontant sa propre expérience pédophile, dans l’essai Histoire et anthologie de l’homosexualité (1970) de Jean-Louis Chardans, p. 103) ; « J’ai un faible pour les jeunes garçons. » (Peter Gehardt, ironique, dans son documentaire « Homo et alors ?!? », 2015) ; etc.

 

L’auteur colombien Fernando Vallejo a d’ailleurs parfaitement compris la correspondance étroite qui existe entre différence des sexes (et donc sa violation : l’homosexualité) et différence des générations (et sa violation : la pédophilie), quand il s’amuse à détourner dans un jeu de mots l’adjectif « bisexuel » : « Je suis bisexuel : j’aime les mecs et les enfants… »

 

Dans l’iconographie homo-érotique, la représentation de la pédophilie saute aux yeux. Les dessins pornographiques de Roger Payne mettent fréquemment en scène des ébats sexuels entre des hommes mûrs et des adolescents. Concernant le shota japonais, c’est un genre de mangas représentant des gamins de 10 ans – montrés comme consentants et conscients de ce qu’ils font – dans des scènes homosexuelles avec des adultes : cette réalité de la pédophilie homosexuelle est occultée par les traductions, mais sur les dessins, on voit bien que les personnages n’ont pas plus de 13 ans.

 

Dans le documentaire « Les Invisibles » (2012) de Sébastien Lifshitz, qui retrace différents parcours de personnes homosexuelles, on apprend par exemple que Pierrot le papy fermier homosexuel a vécu sa première relation homo à 12 ans avec un homme de 40 ans : ils se sont caressés mutuellement ; Christian, le dandy homosexuel quinquagénaire dit avoir aimé toucher (chez les Jésuites) le sexe des hommes plus âgés que lui ; Thérèse, femme lesbienne de 70 ans, vit une « passion » destructrice avec Emmanuelle, de 27 ans de moins qu’elle.

 

Par ailleurs, le tourisme sexuel de par le monde est un phénomène réel et peu publicitaire pour les personnes homosexuelles, parce qu’on peut compter dans leurs rangs un certain nombre de clients pédophiles : « En Algérie, en Tunisie, la pédérastie est de pratique courante. Les jeunes cireurs maures se prostituent aux citadins. » (Jean-Louis Chardans, Histoire et anthologie de l’homosexualité (1970), p. 150)

 

PÉDOPHILIE 10

André Gide


 

Alors comment s’arrange la communauté homosexuelle pour cacher ou ignorer ce qui se passe en son sein à ce sujet ? C’est très simple : en général, elle joue l’offusquée ou l’amoureuse tolérante. La violence de la pédophilie est amortie par les bons sentiments, par une idéalisation des amitiés d’adolescence. L’homme pédophile, adulte comme pré-pubère, invoque, pour justifier l’acte pédosexuel, la beauté des sentiments, la tendresse, l’éducation, l’ouverture au monde, la protection, l’expérience, le don de soi, etc. C’est comme si l’éraste ( = l’adulte) et l’éromène ( = le jeune) ne formaient, en désir, qu’une seule et même personne, un homme-enfant fantasmatique : l’un parle à la place de l’autre, se vieillit et se rajeunit tout à la fois. « Encore une fois, on peut faire confiance à l’enfant pour dire si oui ou non il a subi une violence. » (Michel Foucault, « La Loi de la pudeur », 4 avril 1978, cité dans le recueil  Dits et Écrits II, 1976-1988 (2001), p. 776) Dans l’essai Primera Plana (2007) de Juan A. Herrero Brasas (p. 85), Armand de Fluvià souligne une différence – importante pour lui, même si en vérité elle est peu évidente… – entre la pédophilie (que par ailleurs il condamne et qu’il différencie de la « pédérastie », uniquement applicable au contexte de la Grèce antique) et l’éphébophilie (il trouve qu’un enfant de 14 ans amoureux d’un adulte, s’il est sûr de ses sentiments et de sa sexualité, est tout à fait libre de se mettre en couple avec un homme mûr attiré par « sa grâce juvénile »). L’acte pédophile englobe aussi deux adolescents qui vivent ensemble une expérience génitale à un âge où le don entier des corps est prématuré et violent, y compris s’il est vécu dans l’innocence de la gravité de l’acte.

 

PÉDOPHILIE 11

 

De fil en aiguille, c’est ainsi qu’on se retrouve parfois avec d’anciennes victimes d’inceste ou d’actes pédophiles qui, une fois adultes, ratifient l’« amour homosexuel » comme elles ratifieraient l’« amour pédophile », et partent même à la recherche de petits jeunes, en reproduisant l’ancien viol presque à l’identique. Souvent, l’homme pédophile est une ancienne victime de pédophilie : « Comment lui dire ce que j’avais en moi. Il était si jeune, je ne voulais pas lui faire ce qu’on m’avait fait. Inscrire le doute. Pourtant je le désirais. Je perdais pieds, haletant d’envie d’aimer. » (Gaël-Laurent Tilium au sujet de son amant Sébastien, dans son autobiographie Recto/Verso (2007), p. 161) ; « Nous fîmes un détour par le collège de son enfance. […] Nous fûmes reçus par le proviseur qui se souvenait de Didier et qui nous permit de visiter l’internat. Je vis qu’il voulait surtout me montrer le dortoir. Des dizaines de petits lits blancs étaient alignés dans une immense salle sombre. Il me désigna le sien puis la petite chambre du surveillant, près de la porte. Il fit des allusions à ce qui se passait la nuit dans ces dortoirs. Je compris alors, sans qu’il le dise clairement, qu’il avait subi ici la même chose que moi. Mais étrangement, il était enjoué et avait l’air de trouver que c’était un bon souvenir. » (Christophe Tison parlant de Didier, l’homme qui a abusé de lui, dans son autobiographie Il m’aimait (2004) de Christophe Tison, p. 59) Par exemple, Aleister Crowley, abusé dans sa jeunesse par un ecclésiastique de Trinity College, va, dès sa sortie de Cambridge, publier un recueil de poésies érotiques, White Stains (Taches blanches, 1898), dans lequel il fait l’apologie de la pédophilie. La transformation mentale de l’abus pédophile en amour vrai ou anodin est un mécanisme souvent mis en œuvre dans la volonté d’effacement de la violence. « Avant, je ne voyais pas tellement ce qui m’était arrivé comme un abus. Je voyais ça comme une relation homosexuelle entre un adulte et un enfant. C’est récent que je perçois qu’il pouvait y avoir un abus là-dedans, même s’il n’y a pas eu de violence. Moi, j’étais plus ou moins consentant. » (Denis, 31 ans, victime d’abus à l’âge de 8 ans, et qui a ensuite abusé de son petit cousin une fois arrivé à l’âge adulte, cité dans l’essai Ça arrive aussi aux garçons (1997) de Michel Dorais, p. 163) On entend parfois ce genre de défense de la pédophilie de la part de certaines personnes homosexuelles : il faudrait permettre aux hommes pédérastes de laisser libre cours à leur désir pédophile car « l’absence de toute sexualité conduit beaucoup plus aux abus sexuels » (Hugo sur le site http://homophobie.free.fr, consulté en octobre 2003).

 

Alors j’entends d’ici certaines personnes homosexuelles ou gays friendly s’insurger de me voir souligner ce qui pour eux ne sont que des « exceptions », et me rétorquer que la grande majorité des personnes homosexuelles se savent exclusivement attirées par des adultes voire des hommes très mûrs. Par exemple, Jean-Louis Bory (professeur de littérature de métier) disait en boutade que ce ne n’étaient pas ses élèves qui devaient craindre ses avances, mais plutôt les pères de ses élèves ! Je pourrais le plagier dans les termes, étant moi aussi prof, et attiré par les papas. J’ai, pour ma part, la « chance » que mon homosexualité ne m’oriente que vers les hommes de mon âge, et surtout plus âgés que moi : jamais je n’ai été tenté par un de mes étudiants lycéens. Y compris mes élèves de terminale ne me paraissent pas assez cuits… 😉 Cependant, j’ai l’honnêteté de reconnaître que même moi, le gars attiré exclusivement par les hommes de minimum 30 ans, je suis cependant habité, de par mon désir homosexuel, par un élan pédophile, car à mon sens, je pourrais flatter (et j’ai déjà flatté par le passé) des hommes mûrs pédophiles et subjugués par ma jeunesse. Je crois également que l’homme pédophile n’est pas pédophile tout seul, que la pédophilie est une relation et un acte ; non des personnes clairement identifiables, avec un âge et un sexe précis. L’attraction pour les hommes plus âgés que moi a quelque chose du désir incestueux ou « inversement pédophile », si je puis dire. Et cette tendance pédophile qui me pousse vers les hommes mûrs s’inversera logiquement dès que je prendrai de l’âge.

 

Quand je tombe sur certains passages de l’autobiographie d’Eddy Bellegueule (qui a vécu un acte à la fois pédophile et homosexuel avec ses cousins, à un âge – 10 ans – qui l’inscrit dans l’âge mineur), je me dis que ça ne fait pas l’ombre d’un doute que le désir pédophile et le désir d’hommes mûrs s’entrecroisent : « Pendant que mon cousin prenait possession de mon corps, Bruno faisait de même avec Fabien, à quelques centimètres de nous. Je sentais l’odeur des corps nus et j’aurais voulu rendre palpable cette odeur, pouvoir la manger pour la rendre plus réelle. J’aurais voulu qu’elle soit un poison qui m’aurait enivré et fait disparaître, avec comme ultime souvenir celui de l’odeur de ces corps, déjà marqués par leur classe sociale, laissant déjà apparaître sous une peau fine et laiteuse d’enfants leur musculature d’adultes en devenir, aussi développée à force d’aider les pères à couper et stocker le bois, à force d’activité physique, des parties de football interminables et recommencées chaque jour. » (Eddy Bellegueule dans le roman autobiographique En finir avec Eddy Bellegueule (2014) d’Édouard Louis, p. 153)

 

Parce que cela arrange tout le monde, on a tendance socialement à dérelationnaliser la pédophilie, à la cantonner uniquement du côté des personnes adultes. Certes, celles-ci sont censées être plus conscientes de leurs actes, plus libres, plus responsables, que les mineurs avec qui elles vivent une relation sexuelle et sentimentale. Mais ne perdons pas de vue qu’une personne mineure est, dans une moindre mesure, dotée de désir et de liberté aussi ; c’est un être libre en devenir. On ne comprendra véritablement la pédophilie que si on ne la réduit pas à une personne en particulier, qu’on n’en fait pas une ligne blanche traçant un trait bien net départageant les victimes éternelles d’un côté et les bourreaux éternels de l’autre, que si on l’envisage comme une relation, que si on en parle comme un désir universel non-systématiquement acté. Il est à ce titre fascinant de voir comment, sous couvert d’amour homosexuel, la victime et le bourreau d’un acte pédophile se font imparfaitement miroir, et répondent au même désir. Je prends soin de dire que cet écho existe mais n’est pas systématique (en d’autres termes, je ne justifie absolument pas le discours qui laisse entendre que l’enfant serait aussi pervers que l’adulte qui l’entraîne dans la pédophilie, et que, « quelque part » il l’aurait inconsciemment « bien cherché »). Cependant, reconnaître à la victime d’abus pédophiles sa capacité à reproduire ou non à l’âge adulte ces mêmes abus, c’est finalement défendre sa liberté, son évolution, et briser toute chaîne de déterminismes en ce qui la concerne. Plus on enferme une personne blessée sexuellement dans son enfance en éternelle victime, plus on l’encourage à devenir plus tard bourreau sans qu’elle ne s’en rende compte.

 

Le viol pédophile n’est pas unilatéral. Comme il est une relation impliquant deux individus, il peut être cultivé aussi par les personnes qu’on désigne et qui s’auto-désignent comme « victimes », ou comme « jeunes ». « À l’âge de 15 ans, se souvient Karl Heinrich Ulrichs (1825-1895), il eut sa première éjaculation nocturne. À cet âge, il aurait été séduit par un homme de trente ans. Il était très attiré par des soldats de 20 à 22 ans, dont il faisait le portrait en secret, ce qui suffisait à l’enflammer. Selon lui, l’homosexualité était prédominante dans l’armée allemande. » (Philippe Simonnot dans son essai Le Rose et le Brun (2015), p. 79) ; Clairement, je connais certains mineurs qui viennent « chercher » les adultes, qui les encouragent à la luxure, qui réveillent en eux des penchants pédophiles. « Ma première relation sexuelle, je l’ai eue, je devais avoir 15-16 ans, j’étais plus jeune. Il y avait une dame comme vous, que ma mère avait fait venir. Elle préparait une maîtrise d’espagnol et d’anglais et ma mère m’avait fait donner des cours particuliers par cette fille, elle s’appelait Dorothée. Elle était lesbienne. J’étais attirée par elle, mais j’étais attirée aussi par une collègue de ma mère, mais je me méfiais comme de la peste des gens qui la fréquentaient, parce que j’avais peur qu’elle me fasse chanter, qu’ils disent : ‘Je vais le dire à ta mère, etc.’ Avec Dorothée, ça a pu être possible, car j’étais en terrain de confiance, je savais que si ma mère l’avait su, elle aurait eu les pires ennuis, elle aurait pu être attaquée pour détournement de mineure. C’est surtout aussi ce qui m’a mise en confiance, parce que si elle en parlait, elle pouvait se mettre en danger. » (Viviane, femme lesbienne de 38 ans, dans l’essai Se dire lesbienne : Vie de couple, sexualité, représentation de soi (2010) de Natacha Chetcuti, p. 63) Quoi qu’il en soit, même si l’adulte peut être en général jugé plus sévèrement à cause d’actes de pédophilie, il n’en reste pas moins que les torts seront toujours partagés entre l’adolescent et l’adulte. Parce que tout être humain est libre, qu’il peut évoluer, et qu’il n’est pas indéfiniment victime.

 

Nous ne devrions pas négliger la place qu’occupent la pornographie d’une part, et les rapports sexuels entre adolescents d’autre part, dans l’encouragement à la pédophilie homosexuelle, au lieu de mener une chasse aux sorcières en aval, du côté des adultes. J’ai reçu récemment un mail d’un ami pédo-psychiatre qui allait dans ce sens : « J’ai rarement eu l’occasion de rencontrer des pédophiles adultes. Je dois avouer avec regret et tristesse que les rares cas qu’il m’a été donné de rencontrer m’ont paru tout à fait irrécupérables tant le désir chez eux était envahissant et au delà de toute ressource thérapeutique, fut-elle chimique.Par contre, il m’a été donné de rencontrer à de nombreuses reprises des adolescents ayant abusé de plus jeunes. Parmi ces derniers, très peu avaient été eux-mêmes abusés. Tous avaient conscience d’avoir transgressé un interdit. Une très large majorité avait abusé d’un enfant du même sexe. Souvent dans l’entourage familial, dans 2 cas il s’agissait de demi-frères issus du père (alors que la fratrie matri-linéaire avait été respectée). Un accès précoce à la pornographie avait presque toujours été le facteur favorisant du passage à l’acte. Concernant les victimes (et au risque d’en faire hurler certains) je rejoindrais l’avis d’un certains nombre de psychanalystes leur sentiment vis à vis de l’abuseur était presque toujours ambivalent, le plateau de la balance pouvant pencher du côté d’une recherche active de répétition de l’acte auprès de l’abuseur). Il va de soi que l’ambivalence est fonction du lien affectif préalablement établi entre l’auteur et la victime. Certaines victimes m’ont avoué ne pas avoir réellement compris en quoi elles avaient été victimes ou abusées. Ce sont généralement ces dernières qui ont cherché plus tard à reproduire ce qu’elles avaient subi avec d’autres enfants. Pas plus tard que la semaine dernière, un patient que je suis depuis de nombreuses années m’a avoué avec beaucoup de culpabilité qu’après avoir été abusé à l’âge de 6ans par un adolescent dans une institution où il avait été placé (faits révélés à l’entourage d’une façon banalisante et qui n’avait donné lieu à aucune suite), il avait 4 ans plus tard, à l’émergence de sa puberté harcelé un de ses frères ainés et eu pendant plusieurs mois des relations avec ce dernier qui avait fini par y mettre fin. Face à de telles situations, il me semble néanmoins primordial de garder les idées claires vis à vis des patients : même si la victime a pu avoir une part de responsabilité dans les faits, la plus grande part de responsabilité revient toujours au plus âgé, plus averti et théoriquement plus conscient du caractère transgressif de l’acte. J’en viens maintenant à la façon dont cette ambivalence, et parfois cette complaisance de la victime peut être récupérée pour servir de justification au discours pédophile. Il me semble que ce type de discours se fonde sur une conception tout à fait erronée de la liberté de l’autre et en particulier de l’enfant. L’acte libre (qui ne saurait être simplement faire ce que l’on veut) relève d’une volonté pleinement consciente et prête à en assumer pleinement les conséquences (ce que l’on n’est pas en mesure d’attendre d’un enfant ou d’un adolescent dont la maturité affective et psychologique n’est pas suffisante). Pire encore, la réalisation d’un tel acte a fréquemment pour conséquence d’entrainer une dépendance affective ou sexuelle grave qui entraveront pour longtemps sa liberté. »

 

Si l’acte pédophile n’est pas nécessairement source de tentation/séduction pour la grande majorité des personnes homosexuelles (qui savent où elles en sont au niveau de leurs envies et de leurs attirances), il arrive en revanche qu’il soit redouté, ou même qu’il se cristallise en fantasme/peur chez beaucoup d’entre elles.

 

Pour ma part, j’ai rencontré dernièrement un ami homo de soixante ans, bien conservé, qui m’a avoué malicieusement qu’il « avait cette particularité d’aimer les jeunes. » Comme j’étais en train de rédiger cet article que vous lisez à présent, je lui ai demandé de préciser jusqu’à quel âge il était capable de descendre concernant sa recherche amoureuse. Il m’a avoué en riant que « grâce à Dieu », il n’était jamais encore sorti avec des mineurs : « Je ne reproduis pas ce que j’ai vécu dans mon enfance. » (je précise qu’il s’est fait violer à trois reprises dans son enfance, par un adulte différent à chaque fois). Dans son cas, la pédophilie reste donc confinée sur le terrain des fantasmes et des désirs non-actés. Mais je crois qu’elle est quand même présente en lui, de manière larvée. D’ailleurs, sa première expérience homosexuelle, celle qui selon lui reste la plus marquante et la plus indétrônable puisqu’il la qualifie encore d’« amour véritable », cinquante ans après, c’est précisément une expérience pédophile qui remonte à ses 14 ans, avec un autre jeune du même âge.

 

Je l’écris noir sur blanc parce que je l’ai entendu de mes propres oreilles : autant les actes pédophiles sont/ont l’air minoritaires dans la communauté homosexuelle, autant les fantasmes pédophiles sont pour le coup très répandus : « Coco devait avoir cinquante-six ou cinquante-sept ans, mais l’idée d’inceste avec un fils fictif remplissait son imaginaire érotique. » (Alfredo Arias, Folies-Fantômes (1997), p. 94) ; « J’ai enseigné pendant quatre ans à des adolescents et aucun ne m’a appelé au secours. Ensuite, j’ai été nommée en École Normale où tous mes élèves étaient majeurs. Mais je me suis souvent demandé ce que j’aurais fait si j’avais été sollicitée par des collégiens ou des lycéens à la dérive, voire désespérés. » (Paula Dumont, Mauvais Genre (2009), p. 97) Lors de ses émissions radiophoniques « Homo Micro » sur RFPP, l’animateur Brahim Naït-Balk fait souvent allusion à sa préférence sexuelle pour les jeunes éphèbes, même si sa morale personnelle réprime l’aveu d’élans pédophiles : « J’ai l’impression que pour moi le temps s’est arrêté à l’adolescence. Aujourd’hui, j’ai 45 ans et je suis systématiquement séduit par des très jeunes hommes d’environ une vingtaine d’années, comme si moi-même j’étais resté fixé à cet âge-là. » (pp. 47-48) écrit-il dans son autobiographie Un Homo dans la Cité (2009) ; « Étant donné qu’il m’arrivait de m’occuper d’enfants, j’étais obsédé par la crainte qu’ils me soupçonnent de pédophilie. C’était absurde, mais je ne pouvais m’empêcher d’y penser. » (idem, p. 65) ; « Pour compliquer davantage ma vie, il se trouve que je ne suis attiré que par les hommes beaucoup plus jeunes que moi. Dès qu’ils ont dépassé 25 ans, ils ne me plaisent plus. » (idem, p. 110) ; etc.

 

On peut mettre du côté du fantasme pédophile toutes les démarches actuelles de la communauté homosexuelle pour baisser l’âge de la majorité sexuelle, ses appels pressants aux coming out d’adolescents encore indéterminés dans leur orientation sexuelle (sous prétexte de prévention des suicides). Quand nous applaudissons à l’homosexualité des jeunes enfants et que nous leur facilitons l’accès au monde de la génitalité qui n’est pas encore le leur, nous cautionnons d’une certaine manière la pédophilie, que nous le voulions ou non. Je vous renvoie à la campagne visant à diffuser le dessin-animé pro-gay « Le Baiser de la Lune » (2010) de Sébastien Watel dans les écoles primaires en France ; aux vidéos circulant sur internet de jeunes ados nord-américains qui se sont suicidés, qu’on présente comme des « gays confirmés » et des martyrs de « l’homophobie » (exemple : Jamey Rodemeyer, 14 ans), ainsi qu’à la campagne « It Gets Better » aux USA ; aux articles « Le Petit Garçon qui voulait se déguiser en Daphné de Scoubidou » sur le numéro de Yagg du 8 novembre 2010 et « Angleterre : Transsexuel à 12 ans » sur l’Aleloo Magazine du 25 septembre 2011.

 

PÉDOPHILIE 12

Film « Teorema » de Luchino Visconti


 

Les personnes homosexuelles jouent et rient souvent de ce lien entre homosexualité et pédophilie, même si elles se montrent extrêmement susceptibles et agressives dès qu’il est traité par d’autres personnes qu’elles. Elles seules se donnent le droit d’en rire ; et il faut qu’il soit échangé sous cape, en comité restreint. Par exemple, dans le film « ¿ Qué He Hecho Yo Para Merecer Esto ? » (1984) de Pedro Almodóvar, la scène de la consultation chez le dentiste pédophile (célibataire, sans enfant, particulièrement complaisant avec Miguel, le jeune fils de Gloria) est savoureuse et explicite. On en rit d’autant plus qu’elle est l’œuvre d’un cinéaste homosexuel. Mais elle pourrait être jugée « homophobe » si elle venait d’un créateur non-homosexuel. Les caricatures d’homosexuels pédophiles fictionnels sont régulièrement créées et imitées par les membres de la communauté homosexuelle pour faire diversion sur leurs fantasmes pédophiles existants. Mais ont-ils conscience qu’ils donnent des bâtons pour se faire battre ? À l’évidence, non. L’auto-parodie, mâtinée de militance agressive, ne fait que confirmer le nature pédophile des désirs homosexuel et hétérosexuel.

 

Par exemple, le chanteur homosexuel Nicolas Bacchus se définit lui-même ironiquement comme un pédophile (cf. l’article « Identité Nationale : Une Chanson francophobe écrite par un pédophile »). Sur son blog, il causalise le lien entre homosexualité et pédophilie pour mieux attribuer cette caricature aux « homophobes » non-homosexuels (alors que c’est quand même lui qui la fait !), et noyer le poisson de la pédophilie homosexuelle en soutenant de manière assurée que « les » homosexuels ne sont ni plus ni moins pédophiles que les autres : « Il y a ce fameux fantasme du couple de pédés pédophiles qui ‘enfile’ sa progéniture. Le gamin ou la gamine atterrissant chez un couple homosexuel risque de tomber sur des détraqués. Le risque sans doute existe. Comme il existe pour n’importe quel enfant d’avoir un père pédophile et une mère complice. C’est triste à dire, mais les homosexuels sont des hétérosexuels comme les autres. » Je ne suis d’accord qu’avec sa dernière phrase ; et cependant, je ne dis certainement pas que le risque de passage à l’acte pédophile soit le même pour tout être humain. Bien au contraire. Je postule que ce risque est plus fort chez les personnes à sexualité blessée : autrement dit les individus homosexuels ET les individus hétéros-bisexuels (ne formant qu’une seule et même personne, au final) ; pas les personnes non-hétérosexuelles et non-homosexuelles.

 

PÉDOPHILIE 13

Film « Mysterious Skin » de Gregg Araki


 

Ce sont les personnes homosexuelles qui font elles-mêmes implicitement le lien de causalité entre homosexualité et pédophilie… pour ensuite dire que ce sont ceux qui ont identifié leur manège qui ont l’esprit mal tourné. Par exemple, je suis allé voir dernièrement la comédie musicale « Chantons dans le placard » (2011) de Michel Heim, qui retrace un panorama des chansons françaises parlant de manière plus ou moins voilée d’homosexualité ; et une place spéciale a été consacrée à la chanson de Guy Béart « Le Monsieur et le Jeune Homme », louant in extremis la beauté de la relation père-fils : l’ambiguïté homosexuelle a été cultivée quasiment jusqu’au bout, ET par l’auteur, ET par les comédiens homosexuels qui ont repris sa chanson (« Un monsieur aimait un jeune homme. Surtout, ne nous affolons pas : regardons autour de nous comme chaque amour va son propre pas. […]. Un monsieur aimait un jeune homme. Cela n’a rien que de banal. Les habitués des hippodromes font des folies pour un cheval. Ai-je dit qu’ils vivaient ensemble, ensemble une même maison ? […] Un monsieur aimait un jeune homme. Méprisant toute précaution ils allaient dans les vélodromes : le vélo, c’était leur passion. […] Un monsieur aimait un jeune homme, il lui payait tous ses cahiers. Le monsieur était économe, le jeune était écolier. Il lui payait aussi ses livres, lui donnait parfois quelque argent. […] Un monsieur aimait un jeune homme, ils marchaient la main dans la main […]. Ils échangèrent un baiser. Où croyez-vous que nous en sommes ? Jusqu’où nous conduisent nos pas ? Un monsieur aimait un jeune homme. Il est si doux d’être papa ! ») Il est donc bluffant de voir une nouvelle fois l’origine de l’homophobie. Car elle provient des personnes qui se disent attaquées par les clichés qu’elles créent et qu’elles diabolisent.

 

Minitel

Planche « Minitel » dans la B.D. « Le Monde fantastique des gays » de Copi

 

Pour conclure, je tiens à souligner que les personnes homosexuelles âgées n’ont pas le monopole du ressenti du désir pédophile. Tout récemment, j’ai eu l’occasion de lier amitié avec un garçon de mon âge, homosexuel, et qui m’a révélé qu’il était malgré lui attiré par des mineurs. Grâce à son humour, à sa distance par rapport à l’homosexualité (il ne la pratique plus et essaie de vivre la continence), j’ai pu comprendre que pédophilie et personne équilibrée pouvait très bien se marier ensemble… même si j’imagine que leur alliance ne se fait pas sans combat ! J’admire les personnes pédophiles qui ne passent pas à l’acte.

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.