coït

Coït homosexuel = viol

 

NOTICE EXPLICATIVE :

 
Avis aux lecteurs : ce code contient des passages qui peuvent choquer les âmes sensibles ou les plus jeunes.
 

B.D. Kang de Copi

B.D. Kang de Copi


 

Non, amis lecteurs, ce code ne présentera pas les actes homosexuels comme nécessairement dépravés, brutaux, avilissants, glauques, meurtriers, dénués de douceur, de beauté ou de spiritualité, ni des actes obligatoirement circonscrits au toucher ou à la pénétration … comme donnerait à le penser le signe « égal » de son titre. Mais au contraire il parlera surtout des actes homosexuels « hors milieu », doux, acorporel, parfois même uniquement verbaux ou visuels. Il abordera aussi bien la question des coïts homos que des simples baisers, échangés en rase campagne, loin des établissements du Marais, entre partenaires vivant une relation de fidélité honorable. Car même ces actes posés dans des cadres apparemment respectueux reposent sur la même violence, la même discrimination, que les actes qui sont posés dans l’obscurité d’une backroom de sauna : la violence de l’éjection de la différence des sexes, différence sur laquelle repose toute existence humaine et tout amour qui sait l’accueillir… même si cette violence sera bien sûr graduelle. Tout acte homo, même pas encore posé mais déjà prospecté et cru beau, est violent. Et à chaque fois qu’il est posé, l’exclusion de la différence des sexes se rejoue concrètement. Après, bien sûr, il a des contextes où cette expulsion est plus visible, plus nette, plus blessante. Elle a bien sûr des degrés de puissance, de violences et de gravité. Mais déjà, qu’on en ait conscience ou pas, qu’on enrobe cette violence (par la sincérité, par les sentiments, par l’esthétisme, par la bonne intention) ou pas, elle est là. Et ne sera pas sans effet dans l’insatisfaction, la déception, le malaise, ressentis y compris par deux partenaires de même sexe qui la pose en ayant l’impression d’accomplir un geste banal d’amour et de plaisir.

 

La violence lors du coït sexuel humain n’est pas le propre de l’homosexualité. Elle fait aussi partie du coït hétérosexuel (et beaucoup moins du coït femme-homme aimant). En revanche, je souligne qu’avec la pratique homosexuelle, l’expulsion de la différence qu’elle induit universellement est un facteur aggravant de violence.

 

C’est la raison pour laquelle ce code concerne spécialement les personnes homosexuelles qui sont persuadées qu’elles ne sont pas violentes quand elles embrassent leur copain (ou leur copine, pour les femmes lesbiennes) ou quand elles couchent avec ; et surtout les personnes pacsées, « mariées », en couple « fidèle et durable », connues pour être sobres dans leurs pratiques sexuelles, peu fantaisistes et peu identifiables comme « typiquement du ‘milieu’ », des crèmes de garçons ou de filles, quoi.

 

En revanche, les personnes homosexuelles qui trouvent que je n’exagère pas dans mes propos, celle qui sont conscientes d’être violentes quand elles pratiquent l’homosexualité, et qui font même parfois violence à leur partenaire en connaissance de cause (encore que… je me demande si on peut faire un geste pareil vraiment « en connaissance de cause »…), vous pouvez passer votre chemin !

 

Bref, autant dire que tout le monde peut rester 😉 ! Parce que je ne connais quasiment aucun individu homosexuel pratiquant qui, quand il sort avec quelqu’un, ou même devient violent avec lui, ne le fait pas par amour, par désespoir – jugé « beau » par le désespéré – , ou avec les meilleures intentions du monde… !

 

Il est étonnant de voir dans énormément de films traitant d’homosexualité – y compris ceux qui s’attachent à présenter l’amour homosexuel sous son meilleur jour (c’est ça le pire, cet écart prodigieux entre intentions et actes !) – que la scène de fornication homosexuelle ressemble à un viol, ou aboutit même carrément à un meurtre. On le voit bien : les réalisateurs homosexuels mettent en scène ce qu’ils ne veulent pas qu’on leur attribue. Cette représentation catastrophique de la copulation homosexuelle, mise en scène par les personnes homosexuelles elles-mêmes, est très inconsciente, est d’une naïveté inquiétante car elle laisse supposer pour le coup qu’elle s’actualise bien plus souvent qu’on ne le croie dans la réalité concrète… même si, une fois qu’il devient réel, le viol s’opère à visage caché, dans des contextes sombres qui ne seront pour la plupart jamais dévoilés au grand jour (intimité d’une chambre, pénombre d’un parc ou d’une ruelle, secret d’un échange porno entre deux webcam, cadre clandestin de la prostitution, affaires de crime passionnel étouffées par l’argument-bulldozer de l’« homophobie 100% hétérosexuelle », etc.). La difficulté du thème que j’aborderai ici, c’est qu’il est éminemment intime, tabou, honteux, et que la violence psychologique (faisant partie de la violence physique, en amont comme en aval) n’est pas immédiatement visible à l’œil nu, ni même scientifiquement quantifiable.

 

La question de la définition de l’acte homosexuel en tant que « viol » est épineuse, d’une part parce que le viol n’est pas l’apanage des individus homosexuels (bien des couples intégrant la différence des sexes se traitent mal ; et toute sexualité humaine, même aimante, comporte une part de violence, qui ne s’appelle plus « violence » quand elle est canalisée vers la vie et l’amour), d’autre part parce qu’il existe une gradation de violences y compris dans la catégorie très diversifiée des actes homosexuels (il y a quand même une différence objective entre les pratiques sexuelles qui se vivent dans une backroom, par exemple, et une gentil rendez-vous « câlins et massages ») ; et enfin, en troisième lieu, parce que le viol est en grande partie défendu et vécu comme un enchantement par les acteurs homosexuels eux-mêmes (cf. je vous renvoie surtout au code « Déni », ainsi qu’à la partie sur le « Désir de viol » dans le code « Viol » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels). Du coup, nous ne sommes pas aidés pour comprendre toute la violence immédiate et rétrospective de l’acte homosexuel fictionnel. Et pourtant, elle existe bel et bien, et reste à dénoncer !

 
 

N.B. : Je vous renvoie également aux codes « Cannibalisme », « Symboles phalliques », « Vampirisme », « « Première fois » », « Adeptes des pratiques SM », « Corrida amoureuse », « Liaisons dangereuses », « Douceur-poignard », « Mort-Épouse », « Déni », « Désir désordonné », « Violeur homosexuel », « Scatologie », « Homosexuel homophobe », « Voleurs », et « Viol », dans le Dictionnaire des Codes homosexuels.

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 

 

1 – PETIT « CONDENSÉ »

Film "Cost Of Love" de Carl Medland

Film « Cost Of Love » de Carl Medland


 

Souvent, on entend dire de la part de personnes homosexuelles que les réticences (voire l’homophobie) des gens par rapport à l’homosexualité viendraient principalement du fait qu’ils ne supporteraient pas l’idée de voir deux mecs s’embrasser ou « s’enfiler ». Ils trouveraient ça gratuitement sale parce qu’ils feraient une incompréhensible allergie à la différence et à une expérience inédite, ils feraient mentalement une transposition exagérée de films porno-SM ou de leurs propres fantasmes cauchemardesques cachés sur leur propre réalité, et n’auraient rien compris des sentiments et de la douceur des « vrais » couples homos. En d’autres termes, la gêne des « hétéros » ne viendrait que d’un choc culturel, que d’un refus de comprendre et de tester l’acte homo ; en aucun cas elle se justifierait par les faits, ou par une violence objective des gestes amoureux homosexuels. 

 

Film "Les Mille et une nuits" de Pier Paolo Pasolini

Film « Les Mille et une nuits » de Pier Paolo Pasolini


 

Or, je crois que l’acte homosexuel – et je parle même du simple baiser, de la caresse – est en soi violent, même s’il peut être intentionnellement doux et respectueux. C’est ce qui le motive (un désir de fusion, un désir d’éloignement du Réel, un désir de se faire plaisir – ou à l’extrême inverse de s’oublier totalement en faveur du plaisir de l’autre – plutôt que de s’orienter vers la vie, une prévalence des intentions et des sentiments sur l’Amour en actes et sur l’horizon de sens-durée de ce Dernier) qui est violent. Beaucoup de personnes homosexuelles ne vénèrent pas véritablement l’autre puisque l’amour de sa chair va jusqu’à l’absorption symbolique. Fantasmatiquement, la distance entre le sujet et l’objet s’efface, et dans cet effacement le « je » se perd également, alors qu’il prétendait, par un rapprochement fiévreux à la réalité concrète, se retrouver lui-même. On voit souvent, dans les films comme dans la vie quotidienne, des amants se prier de se laisser respirer, de cesser de se marcher sur les pieds. La juste distance de vie entre eux deux n’est pas respectée au maximum. En termes de pulsions, aimer homosexuellement signifie chercher à posséder, à avaler, et même plus radicalement à faire disparaître l’être aimé par le désir d’absorption (cf. je vous renvoie aux codes « Fusion » et « Cannibalisme » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels). Quand certaines personnes homosexuelles embrassent leur amant (en discothèques notamment), il est fréquent qu’elles miment l’acte de dévoration. Elles savent très bien toute la part de bestialité qu’il y a dans leurs gestes, mais elles détestent se l’entendre dire, et la mettent sur le compte de l’expression fougueuse et spontanée de la passion (cf. je vous renvoie au code « Chiens » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels). Pourtant, la violence de la pulsion est bien là.

 

Si le désir homosexuel conduit à la beauté-laideur de l’humanité-bestialité, les actes génitaux qu’implique l’amour homosexuel constituent-ils pour autant un viol ? Voilà une question importante faisant peu débat, même si elle soulève un tollé général avant même d’être traitée. Je répondrai en disant « oui et non ». Pas autant et pas moins que la majorité des personnes homosexuelles ne le disent. Dans le sens génital et donc social du mot « viol », majoritairement non. Oui, au moins dans son sens symbolique, c’est-à-dire de la contamination des fantasmes sur la réalité concrète.

 

Ceux qui ne voient dans la sodomie qu’un viol obéissent à une croyance sociale absurde réduisant le rapport amoureux homosexuel à un acte bestial, purement compulsif, et dénué d’amour. Cette vision hétérosexuelle et homosexuelle des coïts homosexuels est souvent très éloignée de la réalité, car bien des accouplements entre amants homosexuels se déroulent pacifiquement, avec beaucoup de respect et de tendresse, sans forcément en passer par la pénétration anale. J’ai bien écrit « vision homosexuelle », car aussi curieux que cela puisse paraître, l’association de la sodomie au viol et à la bestialité ne vient pas uniquement des personnes homophobes : elle est aussi le fait des personnes homosexuelles. « S’il y en a qui connaît l’animal qui est en moi, c’est bien toi, non ? » (Pierre s’adressant à son amant Benjamin, dans la pièce Le Fils du comique (2013) de Pierre Palmade) Les scènes de viol homophobe, juxtaposées cinématographiquement à des scènes d’amour homosexuel ne manquent pas dans les créations homo-érotiques : le film « Du même sang » (2004) d’Arnault Labaronne en fournit un parfait exemple. Chez beaucoup d’auteurs homosexuels, la pénétration anale est fréquemment présentée comme impossible ou ultra-violente. À l’image, beaucoup de personnes homosexuelles diabolisent la sodomie pour la pratiquer sans états d’âme dans la réalité concrète, alors qu’elle n’est ni un geste abominable ni un acte essentiel. Elles aiment nourrir l’inconscient collectif qui associe la sodomie à l’acte odieux, en profitant du fait que seuls ceux qui la pratiquent seraient autorisés à en parler en connaissance de cause et à la diaboliser. Elles amplifient alors iconographiquement la douleur qu’elle engendrerait, comme dans la scène des noces du film « Salò ou les 120 Journées de Sodome » (1975) de Pier Paolo Pasolini. Un certain nombre d’auteurs homos associent dans leurs créations le pénis de la pénétration anale à tous les symboles phalliques dangereux imaginables. La sodomie est souvent diabolisée, en même temps que sanctifiée. Elle ne convertirait pas le violé en maudit, mais au contraire lui révèlerait sa sainteté, son innocence de martyr. Je crois qu’ici la diabolisation de la pénétration anale est à prendre prioritairement dans son sens symbolique – le personnage homosexuel troue l’arrière-train de son compagnon comme une épingle perce un simple papier cartonné –, avant d’être considérée dans son sens « réellement fantasmé ». D’ailleurs, rien qu’en regardant les faits, on constate qu’entre hommes gays, la pénétration anale n’est pas tellement monnaie courante, du fait aussi de sa violence : « Quant aux hommes homo-bisexuels, […] la pénétration anale est souvent pratiquée par près de 25% d’entre eux (24,9% pénétration insertive et 24,1% pénétration réceptive) contre 2,5% chez les hétérosexuels. » (Enquête sur la Sexualité en France (2008) de Nathalie Bajos et Michel Bozon, p. 253) Même si le lien de causalité entre pénétration anale et viol est en lui-même absolument détestable et injuste, en revanche, il convient de ne pas relativiser ni de nier le lien de coïncidence. Car c’est le déni de ce dernier qui peut du coup rendre le fantasme du viol par la sodomie actualisable. Quand on demande en privé à certains hommes gays ce que la sodomie leur procure, ils sourient de l’incongruité de la question, puis finissent par cracher le morceau : « Pour tout avouer, ça fait pas du bien… » Biologiquement, la pénétration par l’anus ne va pas de soi, et peu de gens la trouve plaisante. La sodomie dit une sexualité par défaut. Les hommes gays font avec ce « trou corporel » (en plus de la bouche pour la fellation) parce qu’ils n’ont pas trop le choix ailleurs s’ils veulent pénétrer leur partenaire. Même si certains médecins affirment que la sodomie est sans danger, ils ne vont pas jusqu’à dire qu’elle est bonne pour la santé, ni respectueuse et fertile. Par la pénétration anale, on force un chemin qui n’est pas naturellement celui de la pénétration sexuelle classique. Il manque à l’endroit de l’anus les sécrétions vaginales : on est obligé d’user de produits artificiels, de vaseline, de lubrifiants, pour faciliter le passage du pénis. De plus, le sphincter de l’anus est puissant et parfois résistant, donc la sodomie peut causer une peine initiale, au moins un inconfort dans un premier temps. Certains hommes gays constatent également après avoir été pénétrés une période de constipation passagère, signe que l’acte sexuel de la sodomie bouleverse temporairement le métabolisme naturel des individus. Une pénétration anale ne se fait pas sans douleur. Dans les guides de kâma sûtra gay – qui mettent pourtant un point d’honneur à dédramatiser jusqu’aux pratiques sexuelles les plus avilissantes –, on insiste beaucoup sur la douceur et les précautions à avoir au moment de la pénétration, sur l’accoutumance du partenaire pénétré. Même si ce n’est pas clairement dit, la nécessité du forcing dans l’acte sodomite est implicite. Si la pénétration anale va en se banalisant dans les discours sociaux actuels, il ne faut pas oublier qu’au départ, elle fait mal aux personnes pénétrées et pénétrantes, pas seulement physiquement mais aussi psychiquement. Dans le film « Mauvaises Fréquentations » (2000) d’Antonio Hens, le personnage de Guillermo nous dit bien ce qui se passe la « première fois », et aussi pendant l’après-sodomie. « Je ne m’étais jamais laissé pénétrer. Mais il a dit que j’allais aimer, je n’avais qu’à me détendre. Malgré la salive et mes efforts pour me relaxer, ça faisait un mal de chien. Voyant qu’il n’y arrivait pas, il s’est mis à pousser de toutes ses forces. J’ai jamais eu aussi mal. Mais depuis, je me dilate sans problème. » Par la suite, beaucoup de personnes gays réécrivent l’épisode de la pénétration dans l’angélisme – la prostate serait même, selon certains, le « point G homosexuel » ! (pourquoi pas, après tout ?) –, ou se mettent à mépriser les partenaires sexuels qui mettent du temps à accepter la sodomie. Mais le malaise concernant la pénétration anale revient autrement dans le couple, généralement sous forme d’agressivité et d’indifférence mutuelles.

 

COÏT De mon sang

Film « Du même sang » d’Arnault Labaronne


 

Avant d’être plus rarement un acte réel, le viol est déjà un fantasme homosexuel. Toutes les personnes homosexuelles n’ont pas ressenti le viol ni ont été génitalement violées par leur amant du seul fait d’avoir pratiqué la sodomie. Il ne s’agit pas d’homosexualiser le viol, pas plus que de définir intégralement comme violent tout acte amoureux de nature homosexuelle. Une fois encore, j’insiste pour que soient laissés les emblèmes du désir homosexuel au pays des mythes et que nous ne les ramenions pas systématiquement à la réalité concrète, comme le ferait l’esprit cartésien, superstitieux, homosexuel, hétérosexuel, ou homophobe. C’est aussi la société qui nous apprend à trouver les actes homosexuels sales, alors que sur le coup et en soi, ils ne sont ni sales ni entièrement violents, et peuvent être dans le meilleur des cas l’expression de la force d’un amour authentique. Ils possèdent la dualité désarmante des réalités fantasmées : ils font à la fois beaucoup de bien et beaucoup de mal. Bien des accouplements homosexuels, incluant la sodomie et la fellation, restent tout à fait honorables. Cependant, ils leur manquent le respect corporel de la finalité symbolique, et donc procréative, de l’acte génital aimant et incluant la différence des sexes : si tout couple n’est pas tenu évidemment de « faire un enfant » à chaque fois qu’il « fait l’amour » – contrairement à ce que pensent beaucoup de personnes homosexuelles qui reportent leur croyance en l’obligation de la procréation sur les institutions religieuses et la société « hétérosexiste » (il suffit d’écouter l’actuel pape Benoît XVI parler de la non-sacralisation de la procréation dans le couple femme-homme pour en voir le cœur net : « Même si la maternité est un élément fondamental de l’identité féminine, cela n’autorise absolument pas à ne considérer la femme que sous l’angle de la procréation biologique. Il peut y avoir en ce sens de graves exagérations, qui exaltent une fécondité biologique en des termes vitalistes et qui s’accompagnent souvent d’un redoutable mépris de la femme. […] Ce n’est pas en se contentant de donner la vie physique que l’on enfante véritablement l’autre. La maternité peut trouver des formes d’accomplissement plénier même là où il n’y a pas d’engendrement physique. », cf. « Lettre aux évêques de l’Église catholique sur la collaboration de l’homme et de la femme dans l’Église et dans le monde », 2004) –, et que vivre le plaisir sexuel pour le plaisir sexuel n’est absolument pas condamnable, il y a cependant dans le coït femme-homme aimant, même non-procréateur, une annonce sous-jacente de l’enfant qui peut donner à l’union conjugale une ouverture qui tue l’égoïsme, une dimension supérieure que l’acte homosexuel, s’inscrivant davantage dans une perspective de l’instant que dans un projet de vie éternelle, ne possède pas.

 

Si le rapport entre viol et actes génitaux et corporels homosexuels doit être relevé, il faut veiller d’une part à ne pas faire du viol l’apanage des personnes homosexuelles – nulle sexualité n’est à l’abri du viol, que ce soit entre la femme et l’homme qu’entre semblables sexués (le mariage dit « hétérosexuel » peut aussi servir à camoufler des abus sexuels au sein de certains couples femme-homme ; La sodomie, par exemple, n’a rien d’une pratique proprement homosexuelle puisque 15% des hommes et 13% des femmes hétérosexuels l’exerceraient régulièrement ; cf. Alfred Spira, Rapport Spira Bajos, 1992). Par ailleurs, les Français (hétéros et homos confondus) pratiquant la pénétration anale restent une minorité. « En 1992, seulement 24% des femmes et 30% des hommes déclaraient en avoir fait l’expérience, alors qu’en 2006, ils sont respectivement 37% et 45%. » (Enquête sur la Sexualité en France (2008) de Nathalie Bajos et Michel Bozon, p. 276) –, et d’autre part, à ne pas réduire les rapports homosexuels à la seule pénétration anale. Je n’entends pas par « viol homosexuel » que l’analité ou la sodomie. Je prends soin de le souligner car en ce moment, un certain courant de pensée véhicule l’idée selon laquelle les « ennemis des homos » seraient hostiles aux couples homosexuels uniquement par dégoût de la sodomie, ou bien que les femmes lesbiennes seraient plus douces dans leur sexualité que les hommes gays, ce qui me semble être absurde. Le terme « viol » tel que je l’emploie s’applique déjà au simple baiser homosexuel et aux coïts lesbiens. Il ne saurait se réduire à la possession d’un pénis, car même les femmes lesbiennes peuvent désirer pénétrer, comme le montre les propos d’Élisabeth à son frère Paul dans le film « Les Enfants terribles » (1949) de Jean-Pierre Melville : « Je t’ai percé un jour, mon p’tit bonhomme ! » Beaucoup de femmes lesbiennes, à la sexualité pourtant débridée, sont les premières à se rassurer sur la non-violence de leurs accouplements : en se comparant à des hommes gays forts consommateurs de sexe, elles prétendent être plus « sentimentales » lors de leurs coïts, moins bestiales et moins portées sur le sexe du fait d’être femmes. Je veux bien admettre que la sexualité masculine soit par nature plus compulsive et hygiénique que la sexualité féminine, cela ne décharge en rien le désir et l’acte génital lesbiens de leur brutalité. Si l’accouplement lesbien ne dégageait aucune violence, il n’aurait pas envahi à ce point-là l’univers machiste du porno. Certaines femmes lesbiennes avancent qu’elles ne forcent pas des voies non-naturelles lors de leurs étreintes, et qu’en plus, leur coït serait « égalitaire » puisqu’il ignorerait les distinctions discriminatoires de la passivité et de l’activité induites par la pénétration anale ou vaginale. Mais le viol, s’il n’est pas, comme nous l’avons vu précédemment, réductible à la pénétration, peut être précisément dans l’absence de conflit des corps, dans l’invasion du fantasme sur la réalité concrète. La sexualité homosexuelle, parce qu’elle n’a pas l’aval de la Nature et qu’elle ne vit pas des bienfaits concrets de la différence des sexes, bascule malgré elle vers le mythe, la représentation fantasmatique, la prédominance du faire-semblant, le mime. En ce sens, elle traduit un désir de viol. Elle se manifeste par une propension plus grande à l’envie de possession, comme pour illustrer que la fusion des corps n’est pas un minimum complète et qu’il faut la forcer. Dans le coït femme-homme aimant, au contraire, il y a une nécessaire confrontation à la réalité symbolique de la différence des corps, un essentiel combat entre les partenaires qui laisse un espace à l’amour, à l’humour, et à la Réalité. La rencontre sexuelle grandissante ne se passe pas dans une exacte réciprocité, dans l’illusion d’une perfection désincarnée, dans une simultanéité partagée et mimée : la réciprocité implique justement un déséquilibre, un curieux va-et-vient, une plongée vers le mystère du sexe inconnu, un donner-recevoir, une confiance insensée… bref, une nécessaire inexactitude qui fait toute l’exactitude et la beauté du coït femme-homme désirant, même s’il n’est pas toujours parfait techniquement parlant.

 

Film "Broken Sky" de Julian Hernandez

Film « Broken Sky » de Julian Hernandez


 

La part fantasmatique me semble plus accrue dans les pratiques homosexuelles que dans la génitalité entre une femme et un homme dont les gestes sont davantage dictés par une correspondance des corps, un horizon procréateur, un ajustement des anatomies. La dissymétrie corporelle imposée lors des actes homosexuels est illustrée par la distinction actif/passif qui se maintient de manière tenace dans la communauté homosexuelle : beaucoup moins dans le couple formé par une femme et un homme, à qui il ne vient même pas à l’idée de se demander qui est l’actif ou le passif lors des coïts tellement les deux amants ont l’assurance d’être confirmés par la Nature, et qu’ils se savent acteurs ensemble de leur amour (la femme est active dans l’accueil !). Les personnes homosexuelles sont davantage obligées d’inventer des pratiques sexuelles qui, parce qu’elles les éloignent de la Réalité, rejoignent la réalité concrète de manière plus brutale, quand bien même elles désirent rejoindre intentionnellement la délicatesse. Bien entendu, les pratiques SM n’intéressent qu’une minorité d’entre elles, car la plupart ne supportent pas l’idée de soumission, de souffrance, de domination et de représentation dans l’acte sexuel. Mais quand la violence n’est pas ouvertement douloureuse, elle peut se traduire sous d’autres formes dans le couple homosexuel : la fougue, l’infidélité, l’attachement au sexe, la lassitude, le goût du paraître, la jalousie, le manque d’écoute et d’envie, etc.

 

Dans l’absence de résistances que semble offrir l’uniformité homosexuelle, dans la confrontation rassurante et terne des semblables, on retrouve la violence rose et policée des Barbie : celle qui cherche à préserver de toutes les aspérités du réel. Simone de Beauvoir décrit très bien sur certains passages du Deuxième Sexe (1949) la prédominance du fantasme sur la Réalité lors du coït lesbien : « Entre femmes l’amour est contemplation ; les caresses sont destinées moins à s’approprier l’autre qu’à se recréer lentement à travers elle ; la séparation est abolie, il n’y a ni lutte, ni victoire, ni défaite. […] L’anatomie préside à l’ordre des caresses, vouant la rencontre des corps de femmes au manque et au mime. » (Simone de Beauvoir, Deuxième Sexe (1949) citée dans l’article « Simone de Beauvoir » de Sylvie Chaperon, sur le Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes (2002) de Didier Éribon, p. 67) Dans l’accouplement homosexuel, le viol se situe plus dans l’envahissement du mythe sur la réalité concrète qu’en actes désignés socialement comme « violents ». Que les personnes homosexuelles le veuillent ou non, la discordance corporelle lors des unions génitales homosexuelles fait de l’homogénitalité davantage une simulation d’orgasme qu’une communion réelle vécue à deux. Pendant le coït anal notamment, l’un des amants jouit ; l’autre se fait spectateur de l’orgasme du premier sur lui, et réécrit a posteriori son plaisir, qui reposera davantage sur l’avant et l’après lecture de la mise en scène de la rencontre sexuelle que sur l’expérience concrète d’un assouvissement partagé simultanément avec le partenaire. Cette approche du sexe est en partie désincarnée, déséquilibrée, et donc potentiellement sadomasochiste. La fellation, pratique qui n’est pas exclusivement homosexuelle mais qui reste très répandue parmi les hommes gays, est un autre exemple de spectacle idolâtre de la génitalité. Le fellateur s’abaisse devant l’autel du pénis de l’homme qui reçoit la fellation. Moins il y a de face-à-face dans les positions sexuelles entre deux personnes, plus nous nous éloignons du relationnel et rejoignons la violence infantilisante du mythe.

 

Film "L'homme blessé" de Patrice Chéreau

Film « L’Homme blessé » de Patrice Chéreau


 

Il semble que, dans le rapprochement amoureux homosexuel, le passage violent du mythe à la réalité fantasmée s’initie bien avant le passage à l’acte génital et la pénétration anale ou vaginale. Le viol se limite au simple baiser sur la bouche. Quand on écoute certaines personnes homosexuelles raconter leur premier baiser homosexuel, on les trouve bizarrement peu enthousiastes. Elles ne sont ni dégoûtées, ni amusées, mais juste fascinées par un geste qu’elles situent davantage sur le terrain de la science-fiction que sur celui de la beauté mémorable. Il leur a souvent laissé une impression de catapultage forcé dans un monde inconnu, paranormal. « Nous nous sommes embrassées, et j’ai su que ma vie avait basculé. J’ai été projetée d’un monde à l’autre. J’ai été poussée. » (Corinne, témoin lesbien mimant le mouvement de projection violente vers l’avant avec la main, dans l’émission Ça se discute sur la chaîne France 2, le 18 février 2004) C’est comme s’il faisait passer brutalement du fantasme à la réalité fantasmée en entravant une liberté. Relativement nombreux sont les sujets homosexuels qui ont fondu en larmes quand ils l’ont reçu. Même dans les fictions, nous voyons quelques exemples de ce surprenant « baiser-homosexuel-qui-fait-pleurer ». « Et voilà que je pleure, sans expliquer pourquoi. G. me regarde avec une douce interrogation. Que lui dire ? Que je ne l’aime pas ? Ce n’est pas vrai. Aimer, c’est si facile. Que je l’aime moins ? Ce n’est pas vrai non plus. C’est autrement, voilà tout. Je pleure parce que je cède à mon désir de caresses. » (Cathy Bernheim, L’Amour presque parfait (2003), pp. 47-48) Il est parfois clairement associé au viol (cf. « Yossi et Jagger » (2002) d’Eytan Fox, « L’Homme blessé » (1983) de Patrice Chéreau, etc.). Le baiser homosexuel peut avoir la violence d’une caresse dénuée d’amour, comme le décrit Stefan Zweig dans son roman La Confusion des sentiments (1926) : « Ce fut un baiser comme je n’en avais jamais reçu d’une femme, un baiser sauvage et désespéré comme un cri mortel. » (Stefan Zweig, La Confusion des sentiments (1928), p. 126)

 

Film "Vil Romance" de José Celestino Campusano

Film « Vil Romance » de José Celestino Campusano


 

Bien souvent, l’initiation à la génitalité homosexuelle est vécue comme un traumatisme. Il n’est pas anodin que les artistes homosexuels traitent régulièrement des « première fois » dans leurs créations (cf. Dictionnaire des Codes homos). Même si les personnes homosexuelles n’ont pas le monopole du viol ou du fantasme de viol – beaucoup de jeunes filles ou de garçons hétérosexuels ont vécu leur défloration comme un viol. En revanche, je crois que leurs unions corporelles y sont plus biologiquement, corporellement, psychiquement, et symboliquement exposées que les unions entre la femme et l’homme, du fait de l’exclusion radicale de la différence des sexes dans tous les couples homosexuels, et de la nature du désir homosexuel, davantage tourné vers la réification. Si les jeunes adolescents homosexuels reculent au maximum l’échéance de leur premier « passage à l’acte », que la majorité d’entre eux sont allés à la génitalité « comme on va chez le dentiste », ce n’est pas sans raison. Il y a une violence dans l’acte génital (et simplement sensuel) homosexuel, qui reste difficile à définir, mais qui pourtant existe. Cela vaut le coup d’écouter les récits du premier rapport sexuel des personnes homosexuelles : on a parfois l’impression d’entendre une mise en scène de viol – et plus rarement un viol réel. Ceci transparaît parfois dans le discours des personnages fictionnels homosexuels. « La première fois, c’est toujours bizarre » avoue Julián, dans le film « Krámpack » (2000) de Cesc Gay. Dans « Quels adultes savent » (2003) de Jonathan Wald, le jeune Roy, demande à son amant qui vient juste de le déflorer : « On se sent toujours comme ça après ? »

 

Dans la bouche des personnes homosexuelles réelles, le sentiment de viol concernant le dépucelage se mêle souvent à l’optimisme forcé. « La première fois où ça s’est fait avec un garçon, c’était très fort… très violent. » (Denis, témoin homosexuel dans l’émission Bas les Masques, sur la chaîne France 2, en septembre 1992) Mais au final, la violence symbolique gagne tout le tableau. « Ça s’est passé mal, très très mal, parce que c’est comme si ça en rajoutait encore, en définitive. Le fait de passer à l’acte, pour moi, faisait que ça rajoutait encore de la complication à mon existence. » (Olivier, 37 ans, parlant de la découverte de son homosexualité et de son premier passage à l’acte homosexuel, dans l’émission « Une Vie ordinaire ou mes questions sur l’homosexualité » (2002) de Serge Moati) Il n’est absolument pas rare de rencontrer des sujets homosexuels qui ont vu leur amant effondré juste après qu’ils l’aient « déniaisé ». Sur le coup, ils n’ont pas saisi pourquoi. Ce dernier s’est tout de suite excusé d’avoir pleuré, leur a assuré que c’étaient des larmes de joie et de découverte, qu’elles étaient un soubresaut de culpabilité induite par le poids culturel (« judéo-chrétien » !) et éducationnel. Et l’énigme s’est approfondie sans trouver d’écho. Beaucoup de personnes homosexuelles ne peuvent même pas dire leur souffrance du viol à leur partenaire, car elles sentent qu’il ne pourra pas les comprendre. Et plus profondément encore, il leur est difficile de lui avouer un fantasme de viol – et plus rarement un viol réel – consenti à deux.

 

Film "Sex Life In L.A." de Jochen Hick

Film « Sex Life In L.A. » de Jochen Hick


 

En amour homosexuel, rapt et ravissement se confondent souvent. La lecture enchanteresse que beaucoup de personnes homosexuelles font de l’assemblage des corps entre semblables sexués n’efface pas la violence des fantasmes et des réalités qu’ils peuvent impliquer. En désir, bon nombre d’individus homosexuels veulent voler leur partenaire amoureux. Il est parfois possible d’en entendre certains affirmer textuellement qu’ils couchent avec de beaux garçons rien que pour leur « voler leur beauté » et se l’appliquer à eux-mêmes. Cette expression en dit long sur ce qu’est l’acte homosexuel dans son essence : un fantasme de vol motivé par un désir non pas seulement d’aimer l’autre pour ce qu’il est, mais aussi d’être lui et de se dérober à soi. C’est sûrement ce qui explique que dans beaucoup d’œuvres de fiction, les protagonistes gays se définissent comme des « voleurs » après avoir vécu leur première expérience homosexuelle. En image, les rapports corporels homosexuels sont fréquemment montrés comme des vols, des viols, voire des meurtres, comme on va le voir plus explicitement maintenant dans le « GRAND DÉTAILLÉ ».

 
 

2 – GRAND DÉTAILLÉ

 

FICTION

 

a) La violence du coït masculin fictionnel :

Film "Kick Off" de Rikki Beadle-Blair

Film « Kick Off » de Rikki Beadle-Blair


 

Dans les fictions homo-érotiques, l’accouplement génital homosexuel est souvent figuré comme un viol, et s’achève parfois par la mort d’au moins un des deux amants : cf. le roman La Dette (2006) de Gilles Sebhan, le film « Madame Satã » (2001) de Karim Ainouz, le film « Du même sang » (2004) d’Arnault Labaronne, la pièce Penetrator (2009) d’Anthony Neilson, le film « Hey, Happy ! » (2001) de Noam Gonick, le film « Mysterious Skin » (2004) de Gregg Araki, le film « L’Homme que j’aime » (2001) de Stéphane Giusti, le roman Querelle (1947) de Jean Genet, le film « La Ley Del Deseo » (« La Loi du désir », 1986) de Pedro Almodóvar, le roman Nicolas Pages (1999) de Guillaume Dustan, le film « Le second mari de Cléopâtre » (1998) de Jon Reiss, le film « Cruising » (1980) de William Friedkin (se déroulant dans le milieu sado-masochiste), la pièce Big Shoot (2008) de Koffi Kwahulé, le roman Eustace Chisholm And The Works (1967) de James Purdy, le film « Reflection In A Golden Eye » (« Reflets dans un œil d’or », 1967) de John Huston, le roman Giovanni’s Room (1955) de James Baldwin, le film « Le Secret de Brokeback Mountain » (2006) d’Ang Lee, le film « Happy Together » (1997) de Wong Far-Wai, le film « The Rocky Horror Picture Show » (1975) de Jim Sharman, le roman Radcliffe (1963) de David Storey, le roman Pompes funèbres (1947) de Jean Genet, les photos de Joseph Caprio (1992) (montrant la violence de la pénétration), la comédie musicale Angels In America (2008) de Tony Kushner (avec le coït violent entre Joe et Roy), le film « Salò O Le 120 Giornate Di Sodoma » (« Salo ou les 120 journées de Sodome », 1975) de Pier Paolo Pasolini, la pièce Mon Amour (2009) d’Emmanuel Adely, le film « Honey Killer » (2013) d’Antony Hickling, le film « Cannibal » (2005) de Marian Dora, le vidéo-clip de la chanson « Foolin’ » de Devendra Banhart, etc.

 

Film "Les Damnés" de Luchino Visconti

Film « Les Damnés » de Luchino Visconti


 

Des allusions sont faites à la douleur provoquée par le coït homo, souvent sur le mode satirique, mais parfois sérieusement : « Toute sodomie commence par un viol. » (Paul dans la pièce Homosexualité (2008) de Jean-Luc Jeener) ; « Je reçois de la vessie un direct qui littéralement me casse en deux. » (Vincent Garbo dans le roman éponyme (2010) de Quentin Lamotta, p. 28) ; « Tu avais mal à l’endroit du… coït. » (Dominique, évoquant à son pote Jérôme la folle nuit d’amour alcoolisée qu’il a/aurait vécu avec François le personnage homo, dans la pièce On la pend cette crémaillère ? (2010) de Jonathan Dos Santos) ; « Pourquoi être gay est-ce si difficile ? […] Je me sens mal. Et j’ai encore mal au cul… » (Eddie, parlant de la sodomie, et déçu que Scott l’ait dépucelé et pris pour un simple « plan », dans le film « The Big Gay Musical » (2010) de Casper Andreas et Fred M. Caruso) ; « Je vais avoir du mal à m’asseoir pour un moment. » (Doyler, le héros homosexuel s’adressant à Anthony qui l’a sodomisé, dans le roman At Swim, Two Boys, Deux garçons, la mer (2001) de Jamie O’Neill) ; « Ça me plairait. Mais ça fera peut-être un peu mal. » (Doyler sur le point de sodomiser son amant Jim, idem) ; « Vous avez plus de chance que moi. Quand je ne me fais pas arrêter, mon client a une maladie vénérienne. » (Emory, le héros homosexuel efféminé racontant la promiscuité des saunas et des lieux de drague homosexuel qu’il fréquente, dans le film « The Boys In The Band », « Les Garçons de la bande » (1970) de William Friedkin) ; etc. Par exemple, dans la pièce Et Dieu créa les folles (2009) de Corinne Natali, le coït, selon Jean-Luc (le héros homosexuel), ça doit être « rapide comme une diarrhée ». Dans le film « La Parade » (2011) de Srdjan Dragojevic, quand Citron, le héros hétéro, demande à Radmilo, son ami homosexuel, ce que ça procure l’acte homo (et surtout la sodomie), ce dernier répond : « Ça fait mal. » Dans le film « Que Viva Eisenstein ! » (2015) de Peter Greenaway, Sergueï Eisenstein, homosexuel, se fait sodomiser par Palomino : « Ça fait mal. Ça pique ! Je vais vomir. Je saigne ! ». Ce dernier le rassure un peu : « Une vierge est censée saigner. »

 

Film "L'Homme au bain" de Christophe Honoré

Film « L’Homme au bain » de Christophe Honoré

Quelquefois, le viol est carrément filmé, et plus simplement suggéré. Par exemple, dans le film « Toto qui vécut deux fois » (1998) de Daniele Cipri et Francesco Maresto, Fefe force son amant Pietrino à faire l’amour avec lui. Dans la pièce Copains navrants (2011) de Patrick Hernandez, le coït homosexuel entre Vivi et Norbert est une simulation de hold-up. Dans son one-man-show Bon à marier (2015), Jérémy Lorca voit un de ses amants au lit comme « un braconnier » qui va le tuer pendant le coït : « Il m’a foutu la peur de ma vie ! » Il le voit comme un être virtuel : « Et moi, j’étais en dessous, et je tapais ESCAPE ESCAPE ESCAPE !! » Dans le roman La Ciudad Y El Pilar De Sal (1947), Jim viole Bob. Dans le film « J’embrasse pas » (1991) d’André Téchiné, Manuel Blanc se fait violer par un mec sous les yeux d’Ingrid. Dans la pièce Les Rats (2008) de Jean-Pierre Pelaez, l’accouplement homosexuel est associé à la bestialité de la fornication des rats. Dans le roman El Matadero (1838-1840) d’Esteban Echevarría, un jeune « unitaire » se fait sauvagement sodomiser par la barbarie « rosiste ». Dans le film « Presque rien » (2000) de Sébastien Lifshitz, le jeune et beau Cédric veut sans cesse faire l’amour avec son copain Mathieu, mais ce dernier résiste : « Non ! J’ai pas envie… J’ai l’impression que tu penses qu’à ça… J’aime pas comment t’es ! » Dans le film « J’ai tué ma mère » (2009) de Xavier Dolan, pendant qu’Antonin et Hubert font l’amour, la chanson « Laisse-moi t’embêter » de Noir Désir passe en fond sonore. Dans le film « Vil Romance » (2009) de José Celestino Campusano, au moment du coït, Raúl se montre à chaque fois très brutal avec son jeune amant Roberto : « Pendant nos rapports, tu as été assez violent. » avoue sans grande résistance ce dernier ; à l’écran, leur tout premier ébat nous est clairement présenté comme un viol (on voit le pauvre Roberto hurler à Raúl : « Tu vas me faire mal !!! […] Ça fait mal !!! »). Dans le film « Le Fil » (2010) de Mehdi Ben Attia, Malik, le héros homosexuel, se fait pénétrer sauvagement par un inconnu dans la rue. Dans la pièce La Dernière Danse (2011) d’Olivier Schmidt, Paul force son amant Jack à faire l’amour avec lui : à la fin de l’agression, Jack lui dit qu’il « l’a foutu en l’air ». Dans le film « Esos Dos » (2012) de Javier de la Torre, le coït dans la backroom est présenté comme un viol, le prostitué Rubén semble faire « payer » physiquement à son client le fait que ce dernier le paye financièrement (il lui « bourre » l’arrière-train comme un malade). Dans le film « Free Fall » (2014) de Stéphane Lacant, les premiers contacts corporels entre Marc et Engel sont particulièrement violents : Marc part en courant, se débat ; ils se battent au judo ; ils se blessent lors d’un exercice de simulation d’émeute. Dans le film « Shower » (2012) de Christian K. Norvalls, le héros homo fracasse le crâne de l’homme qu’il vient d’embrasser sur la bouche dans un vestiaire de douches à la piscine : il finit par le tuer. Dans le film « Mezzanotte » (2014) de Sebastiano Riso Davide, le héros homo de 14 ans, est enculé contre un mur en verre, sur fond rouge, par un autre prostitué.

 

Dans le film « Homme au bain » (2010) de Christophe Honoré, Omar supplie à son amant Emmanuel de ne pas le pénétrer (« Arrête ! Arrête ! Non. »), mais ce dernier n’a que faire de ses plaintes et le viole tout en feignant de lui demander l’autorisation (« S’il te plaît… S’il te plaît… ») ; une fois qu’Emmanuel a fait sa petite affaire, Omar s’en va contrarié (« Ça y est ? C’est bon ? Tu t’es vidé ? J’peux me rhabiller ? »). Un peu plus tard, on revoit Emmanuel en pleine action de viol sur un jeune étudiant en histoire, au départ consentant, mais qui va le regretter puisque cela déchaîne la hargne de son agresseur, qui lui flanque plein de fessées, le bat, s’apprête à l’étouffer.

 

Le viol que le protagoniste subit n’est pas nécessairement lié au toucher ou à la pénétration. Il peut s’agir d’un viol psychologique, verbal, tout aussi perturbant. « On se contamine si facilement quand on couche ensemble. » (Léopold s’adressant à son amant Franz, dans la pièce Gouttes dans l’océan (1997) de Rainer Werner Fassbinder) ; « J’ai juste envie de vomir à chaque fois que tu me touches. » (Édouard parlant à son amant Georges, dans la pièce En ballotage (2012) de Benoît Masocco) ; etc. Par exemple, dans le film « Bulldog In The Whitehouse » (« Bulldog à la Maison Blanche », 2008) de Todd Verow, la sodomie est présenté comme l’instrument de pouvoir et de domination qu’utilise Bulldog sur le secrétaire de presse. Même le personnage « passif » peut violer : « Les mecs passifs et menteurs, ça existe. » (Davide, un des potes gays de Tommaso, dans le film « Mine Vaganti » (« Le Premier qui l’a dit », 2010) de Ferzan Ozpetek)

 

Film « Entre couilles » (2012) de Sadri Tijani

 

Il est fréquent que la violence du coït homosexuel n’apparaisse pas clairement comme choquante, y compris au regard des victimes qui le subissent et qui, bien souvent, font une relecture enchanteresse postérieure d’un acte qu’elles ont quand même « un peu voulu » dans leur tête et dans leur cœur : « Ce fut doux et violent. » (Jean-Marc en parlant du coït qu’il a vécu avec Michael, dans le roman Le Cœur éclaté (1989) de Michel Tremblay, p. 256) ; « On se bastonne entre mecs. Et puis après, on fait l’amour. » (Arnaud, le héros homo parlant de son amant Benjamin, dans la pièce La Thérapie pour tous (2015) de Benjamin Waltz et Arnaud Nucit) ; « Je l’aime à son corps défendant. » (cf. la chanson « Les Mauvais Choix » d’Étienne Daho) ; « Cette violence nous rassemble. » (le juge Kappus au sujet de Julien, dans le roman Portrait de Julien devant la fenêtre (1979) d’Yves Navarre, p. 184) ; « J’aime trop pétrir ses fesses de coureur, me coller à son dos cambré de statue. Je le renverse dans le lit : il m’est livré. Il est à moi. Alors je sais que son sexe m’appartient. Je le saisis d’un coup, son sexe bandé et chaud dont il est si fier, son gros membre de beau garçon. J’avale son gland rose, son bourgeon gonflé prêt à donner sa sève. Je le sens si bien quand il me prend, bien large et vigoureux. J’aime qu’il me déchire, qu’il m’éventre tout entier du bas en haut. Enfin, je suis si terriblement heureux quand je danse empalé sur lui. » (le narrateur homosexuel du roman Chambranle (2006) de Jacques Astruc, p. 97) Par exemple, dans le film « Torch Song Trilogy » (1989) de Paul Bogart, quand Ed exprime ses remords à Arnold son ex-amant (« Arnold, je ne suis pas sûr que quand on couchait tous les deux c’était aussi satisfaisant pour moi que pour toi. Quelquefois, c’était un peu violent, un peu trop déchaîné. »), ce dernier ne voit pas où était le problème (« C’est drôle. Moi, j’demande que ça. » lui répond-il). Dans le roman Babyji (2005) d’Abha Dawesar, quand Linde est prise de remords de coucher avec Anamika, une jeune femme de vingt ans de moins qu’elle (elle a l’impression de la violer, exactement comme les agresseurs masculins d’Anamika qui l’avaient violée dans un bus : « Je pense que nous devrions arrêter. Parce que tu es jeune et que je suis vieille. Parce qu’ils t’ont agressée, mais que je suis tout aussi coupable qu’eux. […] C’est à peine si tu as l’âge d’être consentante. C’est du détournement de mineur. », pp. 120-121), Anamika ne riposte pas, et s’étonne même des excuses de sa compagne : « Pourquoi tu dis ça ? »

 

On retrouve bien ce déni du viol génital dans le discours des protagonistes du roman Des chiens (2011) de Mike Nietomertz. En effet, Simon, l’un des protagonistes homosexuels, se fait sodomiser par un inconnu dans un coin du Louvre : « Dans une odeur de pisse rance et de merde, sur des capotes souillées, il me fait l’amour. Égoïstement, avec gaucherie. C’est rapide, douloureux, brutal. Il hurle sa jouissance qui arrive, me mord l’oreille, jouit, se retire et le temps que je me retourne, que je lui offre un regard plein de reconnaissance pour sa bite en moi, il dit ‘Je dois aller bosser, je suis en retard’. » (p. 15) Il se justifie d’éprouver du plaisir dans l’acte homosexuel, et spécialement la sodomie, même si ses propos restent très ambivalents : « C’est bon et douloureux à la fois. » (idem, p. 27) ; « (Ça me blesse un peu) Mais c’est pas ça ! C’est pas choper quelqu’un et le baiser. Chuis pas un chien. C’est prendre ce que tu as de plus intime, tu vois, ton cul, et boum, tu le donnes, tu l’offres, comme le plus beau cadeau que tu puisses faire à quelqu’un. Ça fait mal de se faire enculer, même après des années de pratique. Ben c’est pas anodin d’aller chercher de la douleur chez quelqu’un. […] J’ai besoin d’un amour en forme de bite dure qui me rentre en dedans. […] C’est pas vain, parce que la douleur, je l’ai longtemps pour moi. C’est ça ma preuve qu’on m’a aimé, même cinq minutes, même dans le froid, même mal. Ma preuve d’amour c’est l’érection du mec et ma preuve que je suis en vie, c’est la douleur qu’il me laisse après. » (idem, p. 16) Quant à Mike, le narrateur de l’histoire, il cautionne également la violence de l’acte homosexuel, dans une nonchalance qui laisse pantois : « Je m’ennuie un peu, mais je joue le jeu de l’excitation. Ça dure longtemps. De lassitude, je finis par supplier à son oreille ‘Prends-moi, putain, défonces-moi, steplé.’ P. devient encore plus animal, presque violent, il déchire un peu la corolle de mon téton droit en le pinçant, me mord les oreilles, respire en crachotant dans mon visage, serre avec ses genoux mes deux jambes l’une contre l’autre tout en donnant des coups rageurs de bite entre mes cuisses. Je sens ruisseler cette petite vague de foutre qui se déverse tandis que P. est pris de spasmes. Il gesticule encore quelques secondes au dessus de moi, puis s’arrête et s’abandonne de tout son poids sur moi, comme un corps mort. » (Mike, idem, p. 44) ; « Quand c’est fini je lui caresse les cheveux. Il transpire, son front est humide. Il me dit ‘tu m’as fait mal’. Sa voix est étreinte par l’émotion. Je lui réponds : ‘C’est pas ce que tu voulais ? » (Mike à propos de son amant « R. » qu’il a pénétré, op. cit., p. 69) ; etc.

 

Film "Presque rien" de  Sébastien Lifshitz

Film « Presque rien » de
Sébastien Lifshitz


 
 

b) Pas plus doux entre femmes, faut pas croire ! :

Film "Lesbian Psycho" de Sharon Ferranti

Film « Lesbian Psycho » de Sharon Ferranti


 

Certaines héroïnes lesbiennes se targuent d’être « plus douces », « plus sentimentales », et « moins brutales » dans leur coït que leurs homologues masculins (« hétéros » comme gays). Mais à l’écran ou sur papier, on a des surprises ! Leur lecture angéliste, sexiste, et misandre, de la sexualité lesbienne rentre très souvent en porte-à-faux avec ce qui nous est montré (par elles ! c’est ça le comble) sur nos écrans et dans les discours : je vous renvoie à des œuvres telles que le film « Shoot Me Angel » (1995) d’Amal Bedjaoui (où la gendarmette et sa voleuse font l’amour ensemble), le roman Deux Dames sérieuses (1943) de Jane Bowles, le film « Kaboom » (2010) de Gregg Araki, le film « Black Swan » (2011) de Darren Aronofsky, le film « Looking For » (2006) de Michelle Pollino, le film « The Return Of Post Apocalyptic Cowgirls » (2010) de Maria Betty, le film « Tan De Repente » (2003) de Diego Lerman, le roman Deux Femmes (1975) d’Harry Muslisch, le one-woman-show La Lesbienne invisible (2009) d’Océane Rose-Marie, le roman Journal de Suzanne (1991) d’Hélène de Monferrand, le film « Agathe et Lou » (2013) de Noémie Fy, le film « Die Frau » (2012) de Régina Demina (avec l’écolière agressée par sa camarade sous la douche), etc.

 

Par exemple, dans la nouvelle « Une Langouste pour deux » (1978) de Copi, un parallèle direct est fait entre la scène d’amour lesbien qui unit Marina et Françoise, et la séance de torture entre les deux enfants François et Ludovic : « François lui enfonça le manche de la pelle dans l’anus de Ludovic et se mit à sauter sur lui ; cependant, François serrait très fort la main de Marina. » (p. 83) Dans le one-woman-show Wonderfolle Show (2012), Nathalie Rhéa raconte ses étreintes torrides avec Tatiana (« enlacées comme deux petits bagarreuses ») qui prennent l’allure d’un rapt : « Elle me bâillonnait la bouche. » Dans le film « La Vie d’Adèle » (2013) d’Abdellatif Kechiche, on ne compte pas moins de quatre scènes et demi de pur sexe, dont certaines sont tellement interminables et poussées que même les deux actrices se sont en tournage considérées traitées comme des « prostituées » par le réalisateurs.

 

Dans le roman Des chiens (2011) de Mike Nietomertz, quand Polly, la meilleure amie lesbienne de Simon, lui apprend comment s’est fait sauter dessus par sa « folle » de copine Anna (« J’ai poussé la fenêtre qui donnait sur sa chambre, plongée dans le noir, et dès que j’ai posé le deuxième pied à l’intérieur, elle a surgi de l’ombre et d’un coup, elle a posé sa main sur ma bouche, m’a plaqué face contre le mur. D’une seule main, elle a ouvert mon slim, et elle a glissé des doigts qu’elle avait mouillés préalablement dans sa bouche. Au début, j’avais mal, mais elle a continué en m’insultant. Si je gémissais, elle me mettait des baffes […] elle m’a attaché les poignets, bâillonné la bouche et elle m’a godée à fond, et juste avant que je jouisse une deuxième fois, elle a arrêté. Elle m’a libérée, elle m’a mise à genoux devant elle et elle m’a obligée à la lécher, à la faire jouir. Après, elle m’a laissé en plan, elle a dit ‘maintenant, je suis crevée, on dort’. », pp. 33-34), Simon s’insurge à sa place, en dénonçant la violence de leur coït : « Je trouve ça glauque. Pas l’homosexualité féminine, mais entendre quelqu’un raconter qu’il s’est fait violer et devoir trouver ça normal, ça me saoule. » (p. 34) Mais Polly a l’air de trouver que le viol est normal, car il serait compris dans la fougue passionnelle de la copulation lesbienne : « Je suppose qu’elle pense que le sexe lesbien est forcément violent. » (Mike, le narrateur, idem, p. 47) ; « Dans le sexe, c’est surtout Claude qui parle, qui dit ‘Maintenant je suis un mec, je viens de te voir passer devant moi dans la rue, je te chope dans un coin sombre et je te baise comme la belle salope que tu es…’ Polly aime bien être passive, ça l’arrange que Claude veuille toujours être dominante. » (cf. la description du couple lesbien Polly/Claude dans le roman Des chiens (2011) de Mike Nietomertz, p. 74) ; etc.

 

La violence du coït homosexuel ne se situe pas forcément dans une brutalité objective mais plutôt dans la fuite de la Réalité et de la différence des sexes. C’est pourquoi elle se retrouve aussi, et de manière d’autant plus surprenante, dans les coïts fictionnels lesbiens. Au départ, le personnage homosexuel féminin ne mesure pas le danger qui se profile, bien au contraire : « Mathilde me domine de son mètre soixante. La victoire se lit dans ses yeux, une victoire sans défaite, sans bataille, sans adversaire. Voilà ce que le sexe a de fabuleux : rendre loisible à chacun, quelle que soit sa position, de savourer son triomphe hors d’une quelconque rivalité avec l’autre. » (la narratrice lesbienne du roman Mathilde, je l’ai rencontrée dans un train (2005) de Cy Jung, p. 62) Une fois la juste et nécessaire violence/réalité de tout coït humain évacuée, le clone travesti de cette dernière s’infiltre, mais cette fois de manière plus voilée, plus pernicieuse, plus inattendue, plus grégaire : « Dès la porte de sa maison franchie, nous nous étions ruées l’une sur l’autre et avions fait l’amour telles deux furies. Notre voracité avait de quoi surprendre. » (idem, pp. 8-9) ; « Je comprends le sens du verbe baiser. Je vais la prendre, la niquer, la mettre… Pas dans l’immédiat mais c’est exactement ce qui va se passer. Un instant, je suis marrie de ce constat : il choque mes principes ; il s’oppose à l’idée que je me fais de l’amour. Mathilde n’est pas un objet ; je ne peux me résoudre à adopter un comportement et des pensées à l’allure si misogyne. » (idem, p. 21) ; « Je veux qu’elle me prenne, presque qu’elle me fasse mal. » (idem, p. 23) Le viol passe inaperçu car il est scellé par le consentement mutuel entre les deux femmes (sachant qu’en réalité, le consentement n’a jamais été un gage de véritable liberté ni de respect en amour) : « Je me souviens simplement de mes gestes, de l’avoir poussée vers son lit, et, allant droit au but, d’avoir constaté que son désir était aussi violent que le mien. » (Suzanne à propos d’Héloïse, dans le roman Journal de Suzanne (1991) d’Hélène de Monferrand, p. 306)

 
 

c) Lors de l’accouplement homo, l’un des deux amants tente d’étouffer ou d’étrangler son compagnon :

Film "L'Inconnu du Nord-Express" d'Alfred Hitchcock

Film « L’Inconnu du Nord-Express » d’Alfred Hitchcock


 

Comme pour illustrer que le problème majeur du couple homosexuel est celui du rejet de la différence des sexes, et donc plus foncièrement celui du manque d’espace de chasteté qui permet une relation d’amour sereine et une assise solide dans le Réel, de nombreux romanciers, dramaturges, et réalisateurs homosexuels mettent en image des scènes d’« amour » homosexuel où les deux protagonistes s’empêchent de respirer, s’étripent, se tenaillent la gorge, se tordent littéralement le cou !

 

Film "Drôle de Félix" d'Olivier Ducastel et Jacques Martineau

Film « Drôle de Félix » d’Olivier Ducastel et Jacques Martineau


 

Je vous renvoie aux meurtres des amants homosexuels par strangulation dans le film « My Summer Of Love » (2004) de Pawel Pawlikovsky (avec la scène finale où Mona tente de noyer sa copine Tamsin), le roman Un Anneau d’argent à l’oreille (1982) de Tony Duvert (avec le Professeur Brisset, retrouvé étranglé dans son hôtel particulier de Neuilly), le film « L’Homme blessé » (1983) de Patrice Chéreau (qui s’achève par le crime sur la couche : Henri étrangle Jean puis se met à pleurer sur son cadavre nu), le film « Good Boys » (2006) de Yair Hochner (avec les coup de ciseaux et l’étouffement par oreiller entre amants), le film « L’Étrangleur de Boston » (1968) de Richard Fleischer, le film « Contradictions » (2002) de Cyril Rota, le film « Strangers On A Train » (« L’Inconnu du Nord-Express », 1951) d’Alfred Hitchcock, le film « Rope » (« La Corde », 1948) d’Alfred Hitchcock, le film « Dial M. For Murder » (« Le Crime était presque parfait », 1954) d’Alfred Hitchcock, le film « Casualty » (1999) d’Andy Abrahams Wilson, le film « Je vois déjà le titre » (1999) de Martial Fougeron (quand à la fin Paulo tente d’étouffer son copain avec un oreiller), le film « Le Temps qui reste » (2005) de François Ozon, la pièce Un Barbu sur le net (2007) de Louis Julien, la pièce La Nuit de Madame Lucienne (1986) de Copi (où Madame Lucienne a été étranglée d’une seule main), le film « Hôtel Woodstock » (2009) d’Ang Lee (où Wilma, le flic travelo, aurait tué son amant par strangulation), les film « New Wave » (2008) et « Notre Paradis » (2010) de Gaël Morel, la pièce Ma double vie (2009) de Stéphane Mitchell (dans laquelle Tania, l’héroïne lesbienne, est soupçonnée d’avoir cherché à étrangler Léa au judo), le film « Cost Of Love » (2010) de Carl Medland, le film « L’Étrangleur » (1970) de Paul Vecchiali, le film « Kaboom » (2010) de Gregg Araki (Lorelei essaie de tuer sa copine Stella par strangulation), le film « Respire » (2014) de Mélanie Laurent (avec Charlène qui finit par étouffer son amante Sarah avec un coussin), le vidéo-clip de la chanson « Ça fait mal et ça fait rien » de Zazie, etc.

 

« Aïe ! Aïe ! Aïe ! Vous m’étranglez ! » (le personnage de Pédé se faisant enculer par le travesti Fifi, dans la pièce Les Escaliers du Sacré-Cœur (1986) de Copi) ; « Plus j’aime quelqu’un, plus j’ai envie de le tuer. […] Moi, c’est parce que je t’aime que je veux te tuer. […] Je pourrais t’étrangler. » (Cherry à son amante Ada, dans la pièce La Star des oublis (2009) d’Ivane Daoudi) ; « Adam introduisant son membre urino-reproducteur dans le derrière d’un canard tandis qu’il l’étranglait. » (Copi, La Cité des Rats (1979), p. 88) ; « Cinq autres [hommes] s’emparèrent de l’albatros pour lui enfoncer une bouteille de bière dans l’anus tout en l’étranglant. » (idem, p. 139) ; « Tu m’as étranglée. » (Joséphine à sa sœur Fougère, dans la pièce Les Quatre Jumelles (1973) de Copi) ; « Au moment de jouir, j’exulte et je l’égorge. » (le vampire Prétorius, racontant une de ses aventures sexuelles avec un homme, dans la pièce Confessions d’un vampire sud-africain (2011) de Jann Halexander)

 

Quand Querelle étouffe son amant arménien dans Querelle de Brest (1947) de Jean Genet, il lui vient à l’esprit que le visage de l’homme étranglé ressemble au sien quand il éjacule. Dans le film « Black Swan » (2011) de Darren Aronofsky, Veronika « viole » (pour ainsi dire, car l’acte ressemble à un cauchemar) Nina, et l’étouffe avec un coussin. Dans la pièce La Tour de la Défense (1974) de Copi, pendant que Luc et Jean font l’amour sous la douche, le premier essaie de noyer le second. Dans le roman Le Portrait de Dorian Gray (1890) d’Oscar Wilde, tandis que Dorian embrasse le peintre Basile, il l’étrangle jusqu’à le faire mourir. Dans la pièce En ballotage (2012) de Benoît Masocco, Arnold, l’un des héros homosexuels, tente d’étrangler son meilleur ami (lui aussi homo) Georges. Dans la pièce Hétéro (2014) de Denis Lachaud, Gatal, le jeune héros homosexuel, a opté pour « la strangulation en comité restreint » afin d’asphyxier et de punir son fiancé de l’avoir trompé avec un autre homme dans un hôtel. Dans la pièce Un Tango en bord de mer (2014) de Philippe Besson, Vincent et Stéphane, les deux ex-amants, s’avouent qu’ils ont maintes fois rêvé de s’assassiner l’un l’autre… et notamment par strangulation : « Mourir par ta main, ça aurait été romanesque. » (Stéphane) Dans la pièce Gothic Lolitas (2014) de Delphine Thelliez, Juna étouffe ses amies (Suki et Kanojo) à distance, pendant un combat de magie, en enserrant leur cou. Dans le film « The Talented Mister Ripley » (« Le Talentueux M. Ripley », 1999) d’Anthony Minghella, Tom, le héros homosexuel, est presque étranglé à mort par Dick, l’homme qu’il aime, sur un bateau. Plus tard, à la fin du film, il étouffe son amant Peter avec un coussin (« Tu m’étouffes… »), en se confondant en excuse pendant son forfait : « Pardon… pardon… »

 

Dans le roman Si tu avais été… (2009) d’Alexis Hayden et Angel of Ys, Kévin et Bryan, les deux amants, se chahutent et se battent. Au départ, Bryan fait semblant d’étrangler son copain, mais le geste devient sérieux, au point que Kévin le supplie d’arrêter : « Qu’est-ce que tu fais ? Arrête ! » (p. 163) Apparemment, la strangulation semble une pratique sexuelle courante du couple, vu qu’un peu plus tard, Bryan propose à nouveau à Kévin de lui « faire sa fête » en le faisant manquer d’air : « Quand tu rentres, d’abord je t’embrasse, parce que tu me manques de trop et que j’en meurs d’envie, ensuite je t’étrangle. » (idem, p. 220)

 
 

FRONTIÈRE À FRANCHIR AVEC PRÉCAUTION

 

PARFOIS RÉALITÉ

 

La fiction peut renvoyer à une certaine réalité, même si ce n’est pas automatique :

 
 

a) La violence du coït homosexuel masculin :

La violence dans la pratique homosexuelle et dans les couples de même sexe n’est malheureusement pas qu’un mythe (je vous renvoie à ce lien ainsi qu’à celui-ci.). Depuis toujours dans l’histoire des civilisations humaines, l’accouplement génital homosexuel est associé à un viol. Dans la Bible, par exemple, les actes homosexuels (sodomie, pédérastie, mais aussi sentiments actés) sont clairement définis par saint Paul comme une « abomination ». Le mot est certes fort, mais explicite. Nous pouvons penser par ailleurs aux représentations homosexuelles de David et Goliath marquées par le sadomasochisme, aux tableaux de Caravage (XVIe siècle) représentant le sacrifice d’Isaac par Abraham comme un viol, à Ganymède enlevé par un aigle noir sur ordre de Zeus (dans la mythologie grecque).

 

Film "La Baie sanglante" de Mario Bava

Film « La Baie sanglante » de Mario Bava


 

Plus proches de nous sont les témoignages des personnes homosexuelles elles-mêmes. Loin de contredire ce qu’ont deviné nos ancêtres, elles avouent également vivre un viol au moment de leurs ébats sexuels (avec ou sans pénétration anale, peu importe : l’essentiel n’est pas dans les rôles d’« actif/passif ») : « Pour lui, l’acte sexuel ressemble toujours à un viol. » (Jean-Paul Sartre parlant de Jean Genet, dans la biographie Saint Genet (1952), p. 127) ; « Lorsque je fais l’amour avec lui, je ne fais que reproduire un rite cannibale qui consiste à m’emparer de sa jeunesse […]. » (Alexandre Delmar, Prélude à une vie heureuse (2004), p. 137) ; « J’ose t’aimer par effraction. » (Michel Bellin, Impotens Deus (2006), p. 75) ; « Je sais bien que T. m’a trahi. […] Je suspends la pierre juste au-dessus de la tête de T., qui dort sur le ventre, et enfin je la lâche, j’entends un fracassement, je suis douché d’un liquide chaud et collant, son sang, ses particules cervicales. […] Je vais me recoucher et j’enlace le corps humide qui m’a trahi, je me serre contre lui, je ne le retourne pas, je me fraye lentement un passage entre ses fesses. » (Hervé Guibert, Le Mausolée des amants (2001), p. 39) ; « Chouaïb était maintenant nu, entièrement nu. […] C’est à ce moment-là que j’ai réalisé ce qui allait physiquement m’arriver, se produire en moi. Exploser en moi. Pour la première fois. J’ai fermé mes fesses. J’ai fermé mes yeux. Avec force. […] Il a alors attrapé ma tête, m’a tiré les cheveux et a dit, autoritaire, vulgaire : ‘ouvre tes fesses, j’ai dit… Ouvre-les ou bien je te viole… Je le jure que je vais te violer, petite Leïla… […] Je m’étais transformé en petit tigre enragé. Il aimait ça. La bagarre. Les défis. Les offensives. Il était de plus en plus excité. Moi aussi. En colère et excité. On se donnait des coups, pour de vrai, pour de faux. Il m’insultait. Zamel. Salope. Petite Leïla. Je le mordais, au bras, aux cuisses. On se poussait. » (Abdellah Taïa décrivant le coït avec son cousin Chouaïb dont il est amoureux, dans son autobiographie Une Mélancolie arabe (2008), pp. 22-23) ; « Je l’ai fait. Je savais ce que je faisais. J’ai fait avec ce garçon ce que je n’ai jamais fait avec toi. Des gestes nouveaux. Des pratiques nouvelles. Du danger. Une grande violence. Le noir autrement qu’avec toi. » (Abdellah Taïa s’adressant à son amant Slimane et lui racontant une infidélité, idem, p. 122) ; « Je flairais un brin d’allégresse, lorsque la sensation de ses doigts pour me pousser à danser contre lui pénétrait sur ma chair, créant une vive douleur. Cependant, je désirais cette souffrance pour reprendre conscience de mon corps, comme emporté loin de moi par la vague de plaisir. […] Ruisselant de sueur, il me mordillait les fesses en cherchant à introduire d’une manière décidée, son majeur dans mon orifice anal. La douleur me pinçait. En dépit du retrait que désirait ma conscience, mon corps finit sa course, prisonnier comme ces vers de terre au bout d’un hameçon. […] À peine fut-il sur moi, que je versais des larmes de désolation. L’instant de sodomie, rigoureusement chargé, vit tout mon être disparaître dans les profondeurs du mal pour ne devenir qu’une empreinte. Les filles pensais-je alors, subissent-elles le même sort ? J’avais terriblement mal et je hurlais que jamais plus je ne résisterais, mais qu’il fallait que cela cesse. Torture terrifiante qui m’incendiait de partout, son sexe sans pitié qui me ravageait par des tamponnements secs et violents. » (Berthrand Nguyen Matoko, Le Flamant noir (2004), pp. 66-68) ; « En observant Bruno pénétrer Fabien, la jalousie m’a envahi. Je rêvais de tuer Fabien et mon cousin Stéphane afin d’avoir le corps de Bruno pour moi seul, ses bras puissants, ses jambes aux muscles saillants. Même Bruno, je le rêvais mort pour qu’il ne puisse plus m’échapper, jamais, que son corps m’appartienne pour toujours. » (Eddy Bellegueule simulant des films pornos avec ses cousins dans un hangar, dans le roman autobiographique En finir avec Eddy Bellegueule (2014) d’Édouard Louis, p. 154) ; « On s’est quand même furieusement envoyés en l’air. » (Bertrand parlant de ses coïts avec Pierre, dans l’émission Infra-Rouge du 10 mars 2015 intitulée « Couple(s) : La vie conjugale » diffusée sur France 2) ; etc.

 

Par exemple, dans le film « New York City Inferno » (1978) de Jacques Scandelari, les coïts filmés lors du concert SM – et qui n’ont pas été du tout scénarisés ni joués par des acteurs (comme l’avoue très simplement le réalisateur lui-même) – sont en réalité de véritables scènes de torture. Dans le documentaire « Zucht Und Ordnung » (« Law And Order », 2012) de Jan Soldat, les deux « vieux amants » se torturent l’un l’autre et montrent tout fiers à la caméra leurs instruments de torture sexuelle (raquettes électrisées pour se fouetter le cul, colliers piquants, menottes, etc.). La Fistinière bis ! Je vous renvoie à la violence « conjugale » observée dans les « couples » homos (cf. http://m.slate.fr/story/65941/violence-conjugale-couples-homosexuels)… qui n’ont évidemment le monopole de la brutalité dans les coïts (mais force est de constater que l’éjection de la différence des sexes est un facteur aggravant de violence !).

 

Film "L'Homme blessé" de Patrice Chéreau

Film « L’Homme blessé » de Patrice Chéreau


 

Comment expliquer cette violence plus accrue dans le coït homosexuel ? Je crois qu’elle vient de la frustration engendrée par l’ennui, par la fadeur d’une uniformité amoureuse sans relief (narcissique, on peut le dire) et peu tournée vers les altérités fondamentales de l’Humanité, par la stérilité du trop-plein de ressemblances, par le désir sécuritaire et peu nourrissant de se rassurer en se centrant sur soi et sur ses jumeaux sexués.

 

En outre, l’acte génital humain est le lieu de découverte de nos plus belles beautés mais aussi de révélation de nos plus profondes blessures, limites, fragilités. Et comme le désir homosexuel, contrairement à la coupure fondatrice et relationnelle qu’est la différence des sexes (une saine et nécessaire blessure, une faille pouvant être porteuse de vie), est une blessure où la différence et la vie ont du mal à se nicher (même si en intentions il aspirerait à avoir les mêmes vertus que la différence des sexes), une blessure qui a pu provenir d’un viol et qui en tout cas en fait souhaiter un, il fait naître des sentiments paradoxaux et contradictoires au cœur de tout individu qui le ressent. « J’ai demandé au ciel de me dire pourquoi je suis là ? Qui j’étais ? Et quelques jours plus tard, on dit que le hasard n’existe pas, je regardais la télé le soir en zappant les chaînes, je vois un film érotique chouette et je vois un homme de dos, et l’autre personne je la voyais pas et après je me rends compte que ce sont deux homosexuels. Je n’avais jamais vu d’homosexuel en chair et en os et de les voir en plus en plein acte de violence. J’ai eu comme un coup de poignard, une monté de colère, un viol de mon être, une déchirure, je savais ce que c’était des pédés mais le voir physiquement a été comme un choc, comme une balle en pleine tête et à partir de ce moment-là ma vie est devenue un enfer, car je suis quelqu’un de craintif, et le moindre problème qui surgit faut que je tente de le résoudre sinon je peux paniquer très vite et là je me remémore ces images sans cesse. À m’en faire gerber et presser ma tête et ma poitrine continuellement comme dans un étau. Je me suis dit : ‘T’es un homme et eux aussi donc tu peux faire cet acte aussi’ et que je ne pouvais imaginer qu’un homme puisse descendre aussi bas dans l’instinct animal malsain. » (cf. le mail d’un ami, Pierre-Adrien, 30 ans, juin 2014) Et c’est le fait de reconnaître en son amant un désir de viol (jumeau du sien !) qui, bien souvent réveille l’homophobie, la violence, j’en suis de plus en plus convaincu (cf. je vous renvoie au code « Homosexuel homophobe », l’un des plus importants de mon Dictionnaire des Codes homosexuels). « Chaque étreinte, chez les pédérastes, peut se terminer par la mort, par le crime purificateur ; un jour ou l’autre, la raison s’éveille – pour un instant – et le plus fort tue le plus faible, après avoir assouvi son désir ; il le tue d’autant plus facilement que la nausée, le dégoût montent toujours à nos lèvres d’êtres sans amour tout de suite après l’acte, comme une marée de remords. » (Jean-Luc, homosexuel, 27 ans, dans l’essai Histoire et anthologie de l’homosexualité (1970) de Jean-Louis Chardans, p. 98) C’est la pratique de l’acte homosexuel qui crée conjointement l’homosexualité et l’homophobie, dans un même mouvement : « Tout à coup, il se retrouva sur mon dos. J’essayai de l’en faire tomber. Il me fit une habile clé de bras pour pouvoir s’enfoncer un peu en moi. Je me cabrai de douleur, comme un cheval, nous éjectant tous deux du lit. Nous roulâmes le long du sol, en nous frappant. Puis, épuisés, nous nous séparâmes. Il jura ; s’habilla ; partit. C’était la première et dernière fois que je me faisais presque enculer. » (Gore Vidal, Palimpseste – Mémoires (1995), p. 146)

 
 

b) Pas plus doux entre femmes, faut pas croire ! :

Film "Kaboom" de Gregg Araki

Film « Kaboom » de Gregg Araki


 

Certaines femmes lesbiennes se targuent d’être « plus douces », « plus sentimentales », et « moins brutales » dans leur coït que les hommes (« hétéros » comme gays). Je nuancerai beaucoup le tableau ! Leur lecture angéliste, sexiste, et misandre, de la sexualité lesbienne (mais pas si farfelue à bien des égards : c’est vrai que les hommes ont, en général, une sexualité plus compulsives que les femmes) rentre très souvent en porte-à-faux avec ce qu’elles font dans le secret de l’alcôve : je vous renvoie aux clubs de sadomasochisme lesbien (à Paris, il existe même une association spéciale pour ça : les Maudites Femelles), et au phénomène accru – et si mal connu – de la violence conjugale entre femmes lesbiennes. De toute façon, il suffit d’écouter et de prêter l’oreille quand nos chères, douces, tendres, et poétiques amies lesbiennes parlent de « sexe entre filles » pour comprendre toute la part de violence, de « déchargement » pulsionnel (et de vengeance d’elles-mêmes, après tout) qui se vit dans leurs coïts.

 

Dans le film « La Vie d’Adèle » (2013) d’Abdellatif Kechiche, on assiste à au moins 4 scènes de pur cul, d’une indécence et d’une brutalité qui tentent de se faire passer in extremis pour « non-pornographiques » et « aimantes ». Mais en coulisses, les deux actrices (qui jouaient le rôle d’Adèle et d’Emma) ont avoué qu’elles avaient été traitées comme des « prostituées » par le réalisateur qui les a poussées à bout, notamment pour prouver coûte que coûte que deux femmes peuvent jouir au lit sans la présence d’un homme ou d’un pénis. À l’écran, on les voit d’ailleurs pousser des hurlements orgasmiques qui ne semblent ni beaux ni libres (par moment, le spectateur se sent mal à l’aise de les voir se mordre ou se donner des fessées, à l’apogée de leur « orgasme »…).

 
 

c) Lors de l’accouplement homo, l’un des deux amants tente d’étouffer ou d’étrangler son compagnon :

Comme pour illustrer que le problème majeur du couple homosexuel est celui du rejet de la différence des sexes, et donc plus foncièrement celui du manque d’espace de chasteté qui permet une relation d’amour sereine et une assise solide dans le Réel, on découvre qu’un certain nombre de personnes homosexuelles s’entretuent par étouffement et strangulation : cf. le Masque-empreinte de Jean Cocteau avec une main lui enserrant le cou (1930) exposé à la Cinémathèque de Bercy à Paris. Ne me regardez pas avec des yeux ronds : c’est véridique. « La strangulation est un mode d’assassinat qui a été souvent employé sur des pédérastes. » (Daniel Borillo et Dominique Colas, L’Homosexualité de Platon à Foucault (2005), pp. 272-284)

 

Film "L'Homme blessé" de Patrice Chéreau

Film « L’Homme blessé » de Patrice Chéreau


 

La liste de faits divers dans lequel sexe/homosexualité non-assumée/strangulation sont liés est longue et très incomplète, mais déjà, elle peut nous donner une idée de l’ampleur du phénomène. Par exemple, en Allemagne, le serial killer Fritz Haarmann a défrayé la chronique car il a tué au minimum 24 hommes de tous âges entre 1918 et 1924, en les étouffant et en les découpant ensuite : « Au moment de l’étreinte sexuelle, Haarmann, à la façon de ces passionnées qui mordent leur amant à l’épaule, étouffait dans ses mâchoires, en les serrant à la gorge, les adolescents qu’il tenait sans défense et immobilisé sous le poids de son corps. » (cf. un extrait des rapports de police sur les crimes du « boucher de Hanovre », cité dans l’essai Histoire et anthologie de l’homosexualité (1970) de Jean-Louis Chardans, p. 224) Dans la biopic « Yves Saint-Laurent » (2014) de Jalil Lespert, on voit Pierre Bergé essayer d’étrangler Jacques de Bachère, l’amant occasionnel de Yves Saint-Laurent. En 1983, le tueur en série homosexuel Dennis Nilsen, surnommé « l’Étrangleur à la cravate » tue ses victimes masculines (15 en tout) par strangulation. Le 11 décembre 1986, l’écrivain français Alain Pacadis, qui avait tenté de se suicider en 1982, meurt étranglé par son compagnon, âgé de 20 ans, qui voulait, dira-t-il à la police, le « délivrer de son désespoir ». Aux États-Unis, Jeffrey Dahmer (« le monstre de Milvaukee »), cannibale et nécrophile, homosexuel de surcroît, a tué entre 1978 et 1991 dix-sept jeunes hommes : il veut à chaque fois faire l’amour avec des hommes inanimés et morts, qu’ils aimaient asphyxier. Le 23 décembre 2002, dans les Hauts de Seine, Philippe Digard (26 ans) étouffe et tue Ilia, un jeune prostitué homosexuel. En 2001 à Houston aux États-Unis, Richard Masterson a tué par strangulation le travesti Darin Honeycut : selon lui, Darin lui avait demandé de lui serrer le cou pour lui causer une asphyxie érotique, une pratique consistant à priver d’oxygène le cerveau d’un partenaire pour décupler son orgasme. En septembre 2003, à Lausanne, le jeune Russe Salomon (34 ans) étrangle son amant de 63 ans au terme d’une soirée arrosée (le prévenu prétend avoir réagi de manière violente et impulsive, sous le coup d’un dégoût irrépressible qu’il fait remonter à une tentative de viol subie de la part d’un homme, lorsqu’il avait 10 ans). Le soir du 2 novembre 2008, à Saint-Aygulf, le Tunisien Ramzi Berrejeb (28 ans) étrangle un retraité avec qui il a eu une relation homosexuelle non-assumée. Le 15 février 2010, le prince saoudien homosexuel Saud Bin Abdulariz Bin Nasir al Saud (34 ans) a été reconnu coupable du meurtre du serviteur (32 ans) qui partageait sa chambre, et son lit, dans un luxueux hôtel londonien (ce dernier a été retrouvé étranglé, le corps couvert de bleus et de morsures au visage). En juillet 2012, Maurice Mjomba (29 ans et homo), un activiste engagé pour les droits des LGBT de Tanzanie, est retrouvé mort étranglé chez lui. En juin 2011, le Nîmois Laurent Julien, âgé de 30 ans, a été mortellement étranglé, juste après la feria. Le crime « homophobe » n’était en réalité qu’une séance « amoureuse » homosexuelle qui avait mal tournée… Au Texas (États-Unis), le 17 juillet 2015, Bryan Michael Canchola (20 ans) a tué son amant Stephen Sylvester (18 ans) en l’étranglant. What else ?

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.