Je discutais aujourd’hui avec un ami qui fréquente depuis 27 ans le « milieu homosexuel », et qui me racontait que la seule fois de sa vie où il s’est rendu, avec un autre pote gay, dans un bar lesbien, il avait été témoin d’une baston entre femmes-qui-« aiment »-les-femmes. Même si le constat est nié par les intéressées, parce qu’elles préfèrent cantonner la violence dans les mondes des hommes, et ne pas voir la brutalité de la pratique homosexuelle ou de la croyance en l’amour homosexuel tous sexes confondus, il apparaît que les femmes lesbiennes, entre elles, se crêpent énormément le chignon, se tabassent, s’insultent, sans que jamais personne ne relève cette forte tendance.

Mon ami me parlait par ailleurs d’une gérante de bar – qui connaît très bien le monde de la nuit, car elle a d’abord travaillé plusieurs années dans une boîte gay, puis ensuite dans une boîte lesbienne – et elle lui a assuré que dans le milieu homosexuel masculin, elle n’avait assisté qu’à 3-4 bagarres, alors que dans l’établissement lesbien qu’elle gérait, c’étaient des bagarres tous les jours ! Alors pour le refrain de la douceur lesbienne, nous repasserons ;-).

N.B. : Et faisons toujours gaffe à bien parler de la violence de l’acte homosexuel, et non de la violence des femmes lesbiennes prises individuellement.