Vous me croyez si vous voulez. Et tant pis si le titre que j’ai mis sonne grandiloquent et sensationnaliste. Mais hier soir, en plein jour de saint Valentin, le diable est venu me rendre visite, à travers un jeune trentenaire, d’une grande beauté, roux, cheveux en bataille, barbu, d’une extrême sensibilité et fougueuse générosité, au regard souvent fuyant (car je l’ai vu en vrai sur écran), au pseudonyme étrange (je ne vous le donnerai pas tel quel mais je peux juste vous donner une traduction approximative : « Esprit du Mensonge »), à l’adresse mail bestiale – « L’Animal » – (vrai de vrai : je n’invente rien ; et en plus je ne diabolise/bestialise absolument pas le bonhomme en tant que tel… car d’une part il le fait bien assez par lui-même, visiblement, et d’autre part, parce que le vrai diable n’est pas humain).
 

Il a déboulé dans la soirée sans crier gare. Pile au moment où je naviguais en eaux troubles sentimentalement et éclésialement parlant. Un peu avant la diffusion de l’émission du Palmashow sur TF1. C’est allé super vite. Après une rapide prise de contact par mails, on a eu une discussion vidéo en « face time » de deux heures et d’une grande intensité amoureuse. Il m’a dit que je lui plaisais sur tous les plans (en particulier physique, mais aussi intellectuel), qu’il monterait dès qu’il pourrait à Paris pour me rencontrer (il a même parlé de ce week-end ou du début de semaine), m’a conté fleurette mais avec art, délicatesse, subtile flatterie et grande brillance intellectuelle… jusqu’au moment où – et là je n’ai rien compris de son revirement vu qu’on avait parlé de ma foi et de mes engagements politiques et intellectuels sans détour – il a découvert, en l’espace des deux heures sans contact qui ont suivi notre échange-vidéo, ce que j’écrivais (mon blog, mes vidéos, mes articles, mes livres…), s’est laissé submerger par Internet (malgré mes mises en garde), m’a suspecté de duplicité, comme si je l’avais « dupé » en jouant un double jeu, et que le Philippe médiatique – à ses yeux méchant – n’avait absolument rien à voir avec le Philippe intime et réel – à ses yeux adorable – qu’il était disposé à aimer. Il n’a jamais su me dire pourquoi il me coupait en deux comme ça ; et je l’ai mis au défi de me dire en quoi mes écrits ou vidéos seraient sectaires, dangereux ou éloignés de ses valeurs profondes ainsi que de moi.
 

Tant et si bien que, du 7ème Ciel, nous avons dégringolé en fin de soirée au 36e dessous. Sans transition. Sans explication rationnelle de sa part (j’ai juste décelé dans les quelques longs messages qu’il m’a écrits pour justifier sa prise de distance une admiration jalouse : il a en effet pris ombrage – c’est lui-même qui m’a parlé d’ « ombre » – de mes articles et s’est à plusieurs reprises rabaissé intellectuellement par rapport à moi, comme si j’étais bien plus fin et brillant que lui… alors que, franchement, de ce côté-là, il n’avait pourtant rien à m’envier). Il s’est volatilisé du jour au lendemain. Ses profils (Whatsapp, compte sur les réseaux) n’existent plus. Il ne donne plus signe de vie. Sur le coup, ça m’a scié les pattes. Car j’y ai cru (malgré la fulgurance de la rencontre, et le stade embryonnaire de cette dernière) et j’ai trouvé ce basculement humainement injuste et incompréhensible. D’une violence extrême.
 

Mais je m’en remettrai. Et pour deux raisons bien simples. D’abord parce qu’au fond de moi est semé la certitude éternelle que je suis aimé de Jésus. J’accueille cet homme et sa réaction comme des dons de Dieu et je les resitue dans une perspective d’éternité, de surnaturalité. J’ai l’intime conviction que tout a un beau Sens, même ce qui nous apparaît sur le coup comme des injustices et des tuiles. Je sais que, quoi qu’il arrive et quels que soient les événements ou les rencontres qui me sont données de faire, je suis aimé et que s’accomplit Sa Volonté. Je n’ai donc pas de haine ni d’amertume envers mon déconcertant visiteur. Sans compter qu’intimement j’ai aussi l’assurance que s’il n’a pas été en mesure d’accueillir mon passé et ma production, c’est qu’il ne m’aurait pas aimé vraiment et qu’il n’aurait pas pu m’aider à porter mes combats dans la joie et le respect. Donc c’est sans regret. Je veux être aimé en entier. Pas être saucissonné, ni inquiéter, ni être pris pour le Docteur Jekyll et Mister Hyde que je ne suis pas.
 

Enfin, la seconde raison qui me console, c’est le caractère improbablement surnaturel de l’événement. Et là encore, je ne me rabats pas dans la facilité d’une lecture trop spiritualiste, diabolisante et manichéenne des choses pour me dédouaner de toute responsabilité ou me victimiser, ni pour transformer mon bel inconnu en diable incarné (qu’il n’est à l’évidence pas). Je me contenterai de parler de manifestation humaine à caractère démoniaque. Car tout simplement, les indices démonologiques sont bien là. Et je ne peux pas les nier. J’ai donc moi aussi peut-être vécu à mon insu un épisode spirituel similaire à celui de mes frères homos.