Je commence à recevoir des mails de panique de certains prêtres catholiques qui débarquent sur mon blog, comme sur une terre inconnue, comme réveillés d’un profond sommeil cauchemardesque. Je vois qu’ils dormaient (et qu’ils se foutent du monde, en fait) car ils commencent par me flatter sur la beauté de mon « témoignage » (qui remonte à il y a 6 ans, et qui les a « touché » : quelle blague), et après, ils me parlent d’hétérosexualité (dans le sens de différence des sexes : ils n’ont rien compris), puis de la lame de fond du prochain livre de Martel (Frédéric; pas Charles) – Sodoma – sur l’homosexualité sacerdotale au Vatican qui leur arrive sur la gueule. En gros, ils ne me connaissent pas et n’ont jamais cherché à le faire.
 

1) Je ne suis pas un témoin. Si vous me prenez pour un témoin, c’est que vous m’avez écouté comme un joli conteur d’histoires. Vous n’y êtes pas. Je suis analyste.

2) L’oblature (eunuques pour le Royaume), ça fait un bye que je défends l’idée (et la vie consacrée qui va avec), mais les évêques et les cardinaux restent muets et n’assument pas ce que dit le Catéchisme sur l’homosexualité, ni la Bonne Nouvelle annoncée aux personnes homos. Pas un seul soutien. Ils nous regardent comme des pestiférés et des dangereux. Et l’association Courage n’a pas le courage de l’apostolat : ils prônent l’abstinence mais pas la continence, et ne parlent jamais d’homosexualité.

3) Si vous aviez lu mes livres, vous ne confondriez pas la différence des sexes avec l’hétérosexualité, et ne parleriez pas d’ « hétéro ». L’hétérosexualité est la Bête de l’Apocalypse, et le diable déguisé en différence des sexes. Je pense avoir suffisamment étayé le danger de l’hétérosexualité… mais comme vous vous en foutez, et que la plupart des prêtres préfèrent boire des bières et faire cools et branchés…
 

Nous allons très prochainement vivre des temps d’une difficulté jamais égalée, en particulier dans l’Église. C’est une erreur et un gâchis monumental que tout mon travail (notamment mon livre Homo-Bobo-Apo : la synthèse de tous mes livres) ait été écarté (je ne suis plus invité nulle part), car le fer de lance de l’anticléricalisme mondial actuel et des persécutions antichrétiennes imminentes est l’homosexualité. Le livre de Martel n’est qu’un exemple de cela, de l’assoupissement sacerdotal et du retour de boomerang des opposants de l’Église, qui vont s’appuyer uniquement sur l’homosexualité (et le « mariage gay ») pour attaquer les cathos. Moi, j’ai été mis en quarantaine par les « cathos », voire boudé par eux. Je n’ai quasiment plus aucune marge de manoeuvre, et on n’ose même plus me regarder en face. C’est dire si c’est bientôt la fin des haricots (car je ne fais que défendre ce que dit l’Église).
 

À tous ces prêtres qui m’ont ignoré et qui maintenant viennent chouiner auprès de moi, je vous dis « Il est trop tard. Il fallait vous réveiller avant ! Bonne suite à vous. Et bonnes Tribulations ! »
 
 

N.B. : À noter que les seuls « journalistes » « catholiques » qui se risquent à faire une recension de SODOMA ne parlent pas du sujet (l’homosexualité sacerdotale), mais font juste un procès d’intentions (« Le livre de Martel a été écrit parce que – blabla – et contre nous » : la prose victimisante et paranoïaque habituelle de Jeanne Smits).