Une fois de plus, les porte-parole de la Manif Pour Tous du 26 mai ont prouvé leur homophobie en ne se risquant pas à parler d’amour, et surtout en ne remettant absolument pas en cause l’amour homosexuel, alors que c’est précisément ce dernier que la Loi Taubira justifie, et au nom duquel celle-ci est passée. Ils étaient à nouveau tétanisés à l’idée d’être taxés d’homophobes en prenant à bras le corps le sujet de l’homosexualité sur les podiums, tétanisés à l’idée de poser un jugement sur les actes homosexuels, actes que certains cautionnent même par leur défense de l’Union civile. Ils n’évoquent l’homosexualité que comme un mot abstrait qui ne modifiera rien de leur propre pratique amoureuse. Ils ne se servent des personnes homosexuelles que comme des individus-vitrine, des alibis (cf. Homovox). Ils se sont encore enlisés dans un sempiternel discours centré sur les conséquences du mariage sur la filiation, et non sur le mariage en lui-même, ne répondant pas à l’argumentaire sentimentaliste, anti-homophobie, et pro-gay des pro-mariage-pour-tous. Lamentable, surtout quand on voit que la réputation d’homophobie du mouvement d’opposition au « mariage pour tous » est la plus tenace dans l’inconscient collectif (et pour cause !) ; surtout quand on comprend que les gens n’ont soif que d’une chose : c’est d’entendre définir l’amour vrai et l’homosexualité ! Les responsables de la Manif Pour Tous ont tellement peur de parler d’homosexualité (c’est bien ça, la définition première de l’homophobie = la peur et la haine des personnes homosexuelles ; la peur de poser un regard réaliste sur l’homosexualité) qu’ils affichent à leur insu une contradiction énorme : ils veulent le bien des personnes homosexuelles sans en parler ni reconnaître ce qu’elles vivent ! N’est-ce pas finalement imiter complètement l’homophobie « gay friendly » de ceux qui ont défendu le ‘mariage pour tous » ?

Mardi 26 mai 2013 au soir