Politiquement, mon coeur penche à gauche. Vers une gauche catholique, centrée sur Jésus et sur les pauvres, et qui ne méprise pas la droite. Alors vous voyez, on est loin du compte si on regarde les partis qui existent aujourd’hui ! Je ne suis ni socialiste (je suis juste social), ni communiste (je suis juste fraternel), ni alter-mondialiste (la richesse et le pouvoir ne doivent pas être diabolisés, mais simplement utilisés comme des instruments de service), ni « de droite » (la droite a tendance à penser à la production de richesses, mais pas systématiquement à leur distribution ensuite), ni « de gauche » (la gauche a tendance à penser aux personnes sans reconnaître leur réalité, en défendant des idées – la liberté, la tolérance, l’égalité, le droit, etc. – qui, posées comme absolus, rejoignent le libéralisme individualiste et capitaliste qu’elle prétend hypocritement éradiquer). Je suis juste « de tendance gauche », car ça doit être les pauvres en premier, les richesses matérielles en second (quand pour la droite, c’est l’inverse ; quand pour la gauche figée et haineuse de la droite, il y a mépris du matériel et des corps sexués). Je suis de tendance gauche parce que j’aime la politique, parce que j’ai en horreur le clivage gauche/droite (la différence entre la gauche et la droite existe, mais elle ne doit pas être moralisée, manichéennisée, transformée en guerre) et que je ne m’enferme ni dans la gauche telle qu’elle a été pervertie par le socialisme ou le communisme ni dans la diabolisation de la droite. Je suis royaliste (parce que je crois en la royauté de Jésus, qui devrait être le prince de ce monde) mais surtout monarchiste républicain (le pouvoir politique doit être personnifié par un chef). Je suis républicain (parce que j’aime les choses publiques) mais pas républicaniste laïciste (parce que la République telle qu’elle est vécue aujourd’hui est franc-maçonne, individualiste, consumériste, faussement démocratique et anti-catholique : elle est devenue une parodie d’anti-fascisme qui, pour le coup, devient très fasciste, puisque le propre du fascisme, c’est de se nier lui-même et de voir/traquer des fachos partout). Le seul parti actuel qui me semble être « de tendance gauche » sans être ni « de gauche », ni « de droite », ni « de centre », le seul parti qui en France me semble cohérent et qui vaille le coup de l’engagement puisqu’il est ouvertement chrétien-social, c’est le PCD (Parti Chrétien Démocrate) tenu par Jean-Frédéric Poisson. Puis-je être plus clair ?