Aclaración sobre el título « Las Locas de Dios » / Précisions sur le titre « Les Folles de Dieu » / Einzelheiten über den Titel « Die Tunten Gottes »


 

Ya sé que el título « Las Locas de Dios » puede molestar, parece inútilmente controversial. Pero no es provocativo como parece, ni insultante. Traduce una voluntad de abarcar a TODAS las personas homosexuales, incluso a las que todos marginan, es decir a las afeminadas, a las prostitutas, a las trans, a las que hacen maneras o comedia, a las que no son política/social/homosexual/eclesialmente correctas (En el « ambiente homo », se odia literalmente a las « locas »). Nosotros queremos acoger a TODOS los miembros de nuestra familia. Claro, hubiéramos podido escoger un título más liso y serio (« Homosexualidad y Fe », « Homosexuales y Católicos », o « Homosexualidad y Verdad »). Hubiera sido más fácil, ¡ en particular para Gerson en Perú, y para los Latinos del grupo ! (Solo a causa de este título, ¡ Gerson recibió cartas de insultos por parte de sacerdotes peruanos !). Este titular desata y revela la homofobia de los que no aman a todas las personas homosexuales, y que odian por ejemplo las Marchas del Orgullo y toda la « cara oscura » del mundo homo, despierta la homofobia de los que quieren « cambiarnos » y que sueñan con una comunidad homosexual lisa, « respetable », invisible, y que ya no se sentiría homosexual. Pero por otro lado, ese título me parece realmente perfecto (aunque sea una Cruz desde la perspectiva social) porque brinda paradójicamente mucha Paz, marca humor (para un tema que generalmente se aborda de manera trágica, miserabilista, triste : « Las Locas de Dios » nos sale del registro medical o del registro religioso y legal), y relaja a muchísimas personas, en particular a las que se alejaron de la Iglesia Católica (porque ven que sabemos reír de nosotros y de nuestra imagen, y que sabemos acoger e identificarnos incluso a las « maricas » y a todos « los » homosexuales). Y finalmente también relaja a todos los católicos tentados de despreciarnos porque nos hubiéramos presentado pretenciosamente como « puros », como « vírgenes vestales » (que no somos : por ejemplo, actualmente, Guillaume, desgraciadamente, roda películas pornos…), como hipócritas « modelos de virtud » intachables. La auto-burla, además de liberar de sus complejos a la gente herida, puede ser una forma de humildad y de juego : nos ensuciamos… para poder alcanzar a todos. De todas formas, las personas que se detienen al título de nuestro documental – y solo a causa de éste – no hubieran abierto más su corazón a las personas homosexuales viniendo con un título más suave, más científico (« AMS », o « SSA »…) y menos sulfuroso, partiendo de la idea de que « de la homosexualidad, no se habla » puesto que no es una identidad, que a la homosexualidad « no se tiene que justificar », y de que « se sana », « puede desaparecer » y « no existe ». Así que no nos arrepentimos ^^. Y asumimos la guerra interior que puede despertar este título (guerra que se llama « homofobia »). Yo creo que éste brinda mucha Paz, y desactiva todos los ataques que los « gays friendly » (enemigos de la Iglesia) y que los católicos « progres » podrían hacernos. Y permite hacer resaltar la homofobia de los católicos conservadores que no quieren amar a todas las personas homosexuales.
 

Je sais bien que le titre « Les Folles de Dieu » peut gêner, voire sembler inutilement polémique. Alors qu’en réalité, il n’est ni racoleur ni provocateur comme il paraît, ni même insultant. Il reflète au contraire une volonté d’embarquer TOUTES les personnes homosexuelles, y compris celles que tout le monde écarte, c’est-à-dire les efféminés, les exubérants/extravagants, les prostitués, les transgenres/transsexuels, les maniérés ou les Drama Queens, celles qui ne sont pas politiquement/socialement/homosexuellement/ecclésialement correctes (Dans le « milieu homo », les « folles » sont littéralement détestées). Nous, nous avons voulu accueillir TOUS les membres de notre famille. Bien sûr, nous aurions pu choisir un titre plus lisse et sérieux (« Homosexualité et Foi », « Homosexuels et Catholiques », ou « Homosexualité et Vérité »). C’eût été tellement plus simple, en particulier pour Gerson au Pérou, et pour les Latinos du groupe ! (Uniquement à cause de ce titre, Gerson a reçu des lettres d’insultes de la part de prêtres péruviens !). Cet intitulé déchaîne et révèle l’homophobie de ceux qui n’aiment pas toutes les personnes homosexuelles, et qui haïssent par exemple les Gay Prides et tout le « côté obscur » du monde homo, réveille l’homophobie de ceux qui veulent « nous changer » et qui rêvent d’une communauté homosexuelle « clean », « respectable », invisible, qui ne se sentirait plus homosexuelle. Alors qu’en réalité, ce titre me paraît réellement parfait (bien qu’il soit une Croix d’un point de vue social) parce qu’il apporte paradoxalement beaucoup de Paix, qu’il est plein d’humour (pour un sujet qui généralement est abordé de manière tragique, misérabiliste, triste : « Les Folles de Dieu » nous sort du registre médical ou religieux ou légal), et décomplexe énormément de personnes, en particulier celles qui se sont éloignées de l’Église Catholique (parce qu’elles voient que nous savons rire de nous et de notre image, et qui nous sommes même prêts à nous identifier aux « pédales » et à tous « les » homosexuels). Et finalement aussi, il calme tous les catholiques tentés de nous mépriser parce que nous nous serions prétentieusement présentés comme des « petits purs », comme des « vestales virginales » (que nous ne sommes à l’évidence pas : par exemple, Guillaume tournant actuellement des films pornos, malheureusement…), comme d’hypocrites « modèles de vertu » sans taches. L’autodérision, en plus de lever les complexes de beaucoup de gens blessés, peut être une forme d’humilité et de jeu : on fait semblant de se salir… pour pouvoir rejoindre tout le monde. De toute façon, les personnes qui s’arrêtent au titre de notre documentaire n’auraient quoi qu’il en soit pas davantage ouvert leur cœur aux personnes homosexuelles avec un titre plus policé, plus doux, plus scientifique (« AMS », ou « SSA »…) et moins sulfureux, en partant du principe qu’il n’y a pas lieu de « parler de l’homosexualité », puisque l’homosexualité « ne doit pas être justifiée/essentialisée », qu’« elle se guérit », « peut disparaître » et « n’existe pas ». Alors pas de regret ^^ (Et estimez-vous heureux : nous aurions pu faire bien pire en intitulant notre documentaire « Les Pédés de Dieu » !^^). Et nous assumons la guerre intérieure que notre titre peut réveiller (guerre qui s’appelle « homophobie »). Je crois qu’il apporte beaucoup de Paix, et désamorce toutes les attaques que les « gays friendly » (ennemis de l’Église) et que les catholiques « progressistes » pourraient nous faire. Et il permet de faire ressortir l’homophobie des catholiques conservateurs ou coincés qui ne veulent pas aimer toutes les personnes homosexuelles.
 

Was den Titel betrifft, verstehe ich Ihre anfängliche Abneigung. Mir ist klar, dass er stören oder sogar unnötig kontrovers erscheinen kann. Dabei ist er in Wirklichkeit weder reißerisch, noch provokativ, trotz dem Anschein, nicht mal beleidigend. Im Gegenteil, er spiegelt den Wunsch wider, ALLE homosexuellen Menschen mitzunehmen, einschließlich derer, die jeder meidet, das heißt die Verwiblichten, die Überschwänglichen/Extravaganten, die Prostituierten, die Transgender/Transsexuellen, die Manierierten oder die Drama Queens, diejenigen, die sich politisch/gesellschaftlich/homosexuell/kirchlich nicht korrekt fühlen. (Im Schwulenmilieu werden die « Tunten » buchstäblich gehasst). Wir wollten ALLE Mitglieder unserer Familie begrüßen. Natürlich hätten wir einen glatteren oder ernsthafteren Titel wählen können (« Homosexualität und Glaube », « Homosexuellen und Katholiken » oder « Homosexualität und Wahrheit »). Es wäre viel einfacher gewesen, besonders für Gerson in Peru und für die Latinos der Gruppe ! (Nur wegen dieses Titels erhielt Gerson beleidigende Briefe von peruanischen Priestern !).Der Titel bringt die Homophobie derer ans Tageslicht, die nicht alle homosexuellen Menschen lieben und die zum Beispiel Gay Prides und die « dunkle Seite » der Homo-Welt hassen. Er weckt die Homophobie derer, die « uns verändern wollen » und die von einer « cleanen », « respektablen », und unsichtbaren homosexuellen Gemeinschaft träumen. Einer Gemeinschaft, die sich nicht mehr homosexuell fühlt. Dabei scheint mir dieser Titel wirklich perfekt zu sein (obwohl er aus sozialer Sicht ein Kreuz ist), denn er bringt paradoxerweise viel Frieden, ist humorvoll (für ein Thema, das im Allgemeinen in einem tragischen, elenden und traurigen Ton angegangen wird) : Mit den « Tunten Gottes » verlassen wir das medizinische, religiöse, rechtliche Register und entspannen viele Menschen, insbesondere diejenigen, die sich von der katholischen Kirche abgekehrt haben (weil sie sehen, dass wir über uns selber und unser Image lachen können und dass wir sogar bereit sind, uns mit den « Schwuchteln » und allen « Homosexuellen » zu identifizieren). Und schließlich beruhigt er auch alle Katholiken, die versucht sind, uns zu verachten, weil wir uns angeberisch als « Rein » präsentiert hätten, als « jungfräuliche Vestalinnen » (was wir selbstverständlich nicht sind: zum Beispiel Guillaume, der derzeit leider Pornofilme dreht…), als makellose heuchlerische « moralische Vorbilder ».Selbstironie kann, neben dem Aufheben der Komplexe vieler verletzter Personen, eine Form von Bescheidenheit und Spiel sein: Wir tun als seien wir schmutzig … um alle erreichen zu können. Wie auch immer, die Menschen, die nicht über den Titel unseres Dokumentarfilms hinausgehen, hätten auch mit einem glatteren, weicheren, wissenschaftlicheren (« AMS » oder « SSA »…), weniger anrüchigen Titel ihre Herzen nicht weiter für homosexuelle Personen geöffnet,. Sie gehen sowieso davon aus, dass man « über Homosexualität nicht spricht », dass man sie « nicht rechtfertigen/essentialisieren darf », dass man sie« heilen » kann dass sie, « möglicherweise verschwindet » und « nicht existiert ». Also kein Bedauern ^^ (Und seien Sie froh : Wir hätten es viel schlimmer machen können, mit einem Titel wie « Die Schwuchteln Gottes »! ^^). Und wir akzeptieren den inneren Krieg, den unser Titel erwecken könnte (Krieg, der « Homophobie » genannt wird).Ich glaube, der Titel bringt viel Frieden und entschärft alle Angriffe, die « Gay-Friendlys » (Feinde der Kirche) und « fortschrittliche » Katholiken auf uns machen könnten. Und er kann die Homophobie der konservativen oder verklemmten Katholiken zeigen, die nicht alle schwulen Menschen lieben wollen.