Archives de catégorie : Phil de l’Araignée

LAS 25 PARTES DEL DOCUMENTAL « LAS LOCAS DE DIOS » (LISTA DE LAS 246 PREGUNTAS)


 
🇪🇸 En español.
🇫🇷 En français.
🇬🇧 In english.
🇩🇪 In Deutsch.
🇮🇹 In italiano.
 
AYUDA FINANCIERA
 

EPISODIO 1 : LA PERSONA HOMO

 

Jornada 1 : Dimensión íntima de la homosexualidad

 

PARTE 1

(véanse el enlace del video)

Pregunta 1 – ¿De qué categoría de personas homosexuales te consideras?

Pregunta 2 – ¿Por qué has venido a este rodaje?

Pregunta 3 – ¿Qué esperas de este documental?

Pregunta 4 – ¿Por qué es tan difícil hablar de homosexualidad en sociedad?

Pregunta 5 – ¿Cómo descubriste tu homosexualidad?

Pregunta 6 – ¿Cómo descubriste tu transidentidad y tu bisexualidad?

Pregunta 7 – ¿Ha sido difícil descubrir tu tendencia homosexual?

Pregunta 8 – ¿Cómo viviste tu homosexualidad en la escuela?

Pregunta 9 – ¿Cuáles son las figuras de la infancia y la adolescencia en las películas pro gays? EXPEDIENTE

Pregunta 10 – ¿Cómo se puede saber si se es verdaderamente homosexual?
 

PARTE 2

Pregunta 11 – ¿Cuáles son los indicios en tu vida que explicarían tu tendencia homosexual?

Pregunta 12 – ¿Te hubiera gustado ser una chica? ¿Y eras afeminado de pequeño ?

Pregunta 13 – ¿Cuáles fueron las canciones y películas fundadoras en tu infancia y adolescencia?

Pregunta 14 – ¿Se nace homosexual?

Pregunta 15 – ¿Ya se te ha ocurrido que tu homosexualidad podría ser temporal?

Pregunta 16 – ¿Crees que puedes cambiar de orientación sexual?

Pregunta 17 – ¿Por qué das tanta importancia a tu orientación sexual?

Pregunta 18 – ¿Cuál es la definición de la homosexualidad? EXPEDIENTE

Pregunta 19 – ¿Por qué la homosexualidad femenina es más invisible que la homosexualidad masculina? EXPEDIENTE

Pregunta 20 – ¿Es la homosexualidad antinatural?
 

PARTE 3

Pregunta 21 – ¿De qué la homosexualidad es el signo ? EXPEDIENTE

Pregunta 22 – Se habla de « disforia de géneros », de « bipolaridad ». ¿Te enoja?

Pregunta 23 – ¿Hay un vínculo entre homosexualidad y psiquiatría ? EXPEDIENTE

Pregunta 24 – ¿Qué es la Teoría del Género, la bisexualidad, la intersexuación, la transidentidad, la transexualidad ? EXPEDIENTE

Pregunta 25 – Si eres homosexual de por vida, ¿qué piensas hacer de ello ? Si Dios permite que todavía seas homosexual, ¿cuál es la razón para ti ?

Pregunta 26 – Si eres transgénero de por vida, ¿qué piensas hacer de ello?

Pregunta 27 – ¿Qué quisieras decir a un adolescente que se descubre homosexual?

Pregunta 28 – ¿Qué te gustaría decir a una persona adulta que siempre se ha sentido homosexual y que mira este documental ?
 
 

Jornada 2 : Dimensión familiar de la homosexualidad

 

PARTE 4

Pregunta 29 – ¿Qué es el coming out (salida del clóset) ?

Pregunta 30 – ¿Cómo suelen pasar las salidas del clóset en las películas ?

Pregunta 31 – ¿ Cómo suelen pasar las salidas del clóset en la vida real ?

Pregunta 32 – ¿Les dijiste tu homosexualidad a tus padres ? ¿ Y cómo te fue ?

Pregunta 33 – ¿Te arrepientes respecto a tu salida del clóset ?

Pregunta 34 – ¿Tus padres adivinaron tu homosexualidad antes de que se la anunciaras ?

Pregunta 35 – ¿Tienes una relación serena con tus padres ? ¿Ha habido perdones entre vosotros ?

Pregunta 36 – ¿Cómo crees que recibirán estas imágenes ? ¿ Como una nueva salida del clóset ?

Pregunta 37 – « Honra a tu padre y a tu madre. » Concretamente, ¿qué puedes decir de bueno de ellos con el tiempo ?

Pregunta 38 – ¿Qué consejos dar a los padres cuyo hijo les dice que es homosexual ? EXPEDIENTE
 

PARTE 5

Pregunta 39 – ¿Por qué los padres se sienten culpables ? ¿La homosexualidad provienne de la familia y de los padres, de la educación ?

Pregunta 40 – ¿Son los padres responsables de la homosexualidad de su hijo ?

Pregunta 41 – ¿Aconsejáis salir del clóset ?

Pregunta 42 – ¿Puedes hablar libremente del tema con tu familia ?

Pregunta 43 – ¿Cómo han reaccionado tus hermanos o hermanas ante tu salida del clóset ? ¿ Crees que lo aceptaron tal como lo dijeron ?

Pregunta 44 – ¿Cómo reaccionó tu hermano cuando se enteró de tu destransición ?

Pregunta 45 – ¿Los hermanos o las hermanas han tenido alguna influencia en la homosexualidad de una persona ? EXPEDIENTE

Pregunta 46 – ¿Hay una tía que te ha marcado ? ¿o un primo ? ¿o una abuela ? ¿o un tío ? ¿o un hermano ? ¿Y has deseado eróticamente a uno de ellos ?
 

PARTE 6

Pregunta 47 – ¿Cuál es el papel de las tías y de las abuelas en la homosexualidad de una persona ? EXPEDIENTE

Pregunta 47 bis – ¿En tu familia, hay otras personas homosexuales ?

Pregunta 48 – ¿Eres comprendido por el resto de tu familia en cuanto a tu continencia homosexual, o te consideran como un facho ?

Pregunta 49 – ¿Cómo compaginas hoy tu homosexualidad y tu Fe ?

Pregunta 50 – ¿Qué refleja tu homosexualidad de tu propia familia?

Pregunta 51 – Mi marido me ha dejado por otro hombre. ¿Qué puedo hacer ? EXPEDIENTE
 
 

Jornada 3 : Dimensión amorosa de la homosexualidad

 

PARTE 7

Pregunta 52 – ¿A qué edad saliste con un hombre ?

Pregunta 53 – ¿Alguna vez has probado con alguien del otro sexo ?

Pregunta 54 – La primera vez homosexual (encuentro, beso, coito…), ¿cómo la viviste ?

Pregunta 55 – Cuando practicaste un acto homosexual, ¿sentiste en el momento que estaba mal ? E incluso hoy, ¿te arrepientes de haberlo hecho ?

Pregunta 56 – ¿Eres capaz de quedarte en « pareja » durante mucho tiempo ? ¿Eres alguien fiel ?

Pregunta 57 – ¿Ya has vivido bajo el mismo techo con un hombre o una mujer ? Y sí, ¿por qué no ha durado ?

Pregunta 58 – ¿Quién es la última persona de la que te enamoraste ?

Pregunta 59 – ¿Alguna vez te has enamorado « realmente » ?

Pregunta 60 – ¿Tu entorno (amistoso, profesional, familiar, social) conoció a tu novio ?

Pregunta 61 – ¿Has mantenido el contacto con tus ex ? Para ti, ¿es posible y deseable?
 

PARTE 8

Pregunta 62 – ¿Has sido feliz o infeliz en pareja? ¿Cuál es la relación homosexual de más alta calidad que hayas experimentado ?

Pregunta 63 – ¿Has conocido períodos en los que te caíste muy bajo ? ¿Pudiste salir de la situación ?

Pregunta 64 – ¿Cómo suele funcionar el ligue homo ?

Pregunta 65 – ¿Cuál es el arquetipo del Príncipe azul de la comunidad gay ? ¿y la Princesa azul de la comunidad lesbiana ?

Pregunta 66 – La homosexualidad, ¿es Amor ?

Pregunta 67 – ¿Hay parejas homosexuales que funcionan y que además son felices ?
Pregunta 68 – NADA

Pregunta 69 – ¿Y qué hay de las parejas homosexuales míticas ? EXPEDIENTE
 

PARTE 9

Pregunta 70 – ¿Qué tiene de malo la pareja homosexual ?

Pregunta 71 – Entonces, ¿Es bueno prohibirse de enamorarse, de ligar a alguien y de ser seducido ?

Pregunta 72 – ¿Es un crimen o un pecado enamorarse y salir con una persona del mismo sexo, incluso en un contexto respetuoso ?

Pregunta 73 – ¿Es la práctica homosexual demoníaca ?

Pregunta 74 – ¿Cuáles son los aspectos positivos de la pareja homo ? ¿Por qué tenemos ganas de creer en ella incluso cuando hemos elegido la continencia ? EXPEDIENTE

Pregunta 75 – ¿Son las parejas homosexuales más complejas que las otras ?

Pregunta 76 – Hablemos de la penetración, del sexo oral, de la sodomía. ¿Qué malestar nos generan ?

Pregunta 77 – A nivel de la salud, ¿la práctica homosexual es más arriesgada y sucia que otras ?

Pregunta 78 – Hoy eres continente. Pero, ¿qué haras el día que te enamores realmente de un chico bien que te convenga y que no te decepcione ?

Pregunta 79 – Y si pudieras transicionar ahora sin riesgo para tu salud, ¿lo harías ?

Pregunta 80 – ¿Extrañas besar, abrazar, dormir con « alguien » ?

Pregunta 81 – ¿La « pareja homosexual casta » o el « amor de amistad », hay que creérselo ?
 
 

EPISODIO 2 : EL MUNDO HOMO

 

Jornada 4 : Dimensión cultural y comunitaria de la homosexualidad

 

PARTE 10

Pregunta 82 – Según tú ¿el Mundo entero tiene que saber que eres homo, bisexual o trans ? ¿ La homosexualidad, la bisexualidad o la transidentidad es un asunto social ?

Pregunta 83 – ¿Por qué la homosexualidad es un tema universal y primordial para nuestro Mundo ?

Pregunta 84 – ¿Cuál es la Historia de la comunidad homosexual ? EXPEDIENTE

Pregunta 85 – ¿Cómo es el « ambiente homosexual » de tu país ? ¿Le tienes cariño ?

Pregunta 86 – ¿Has ido alguna vez a una asociación, a un festival o a un barrio homosexual ? ¿ Y por qué te sientes a gusto acá (o no te sientes a gusto) ?

Pregunta 87 – ¿Es el « ambiente » homosexual distinto de un país a otro ?

Pregunta 88 – ¿Cómo es el ambiente lésbico ? EXPEDIENTE
 

PARTE 11

Pregunta 89 – ¿ Cómo es el mundo trans ? EXPEDIENTE

Pregunta 90 – ¿Qué novela hablando de homosexualidad te impactó más ?

Pregunta 91 – ¿Alguna vez has comprado y hojeado una revista gay ?

Pregunta 92 – ¿Qué papel ha desempeñado la pornografía en la construcción de tu homosexualidad ?

ENTREVISTA CON ZAK EN LA ESCUELA DE BELLAS ARTES DE CERGY

Pregunta 93 – ¿Cuál es la primera película gay que viste ?

Pregunta 94 – ¿Y una película trans ?

Pregunta 95 – ¿Ya has seguido alguna serie gay o lésbica ?

Pregunta 96 – ¿Qué celebridad homo admiras más ?

Pregunta 97 – ¿Una película o una novela puede ser calificada de « homosexual » ? ¿Qué los atrae en una canción, una película, un artista, una novela ?

Poema de Arthur Rimbaud

Presentación del Diccionario de los Códigos homosexuales de Philippe Ariño EXPEDIENTE

Pregunta 98 – ¿Existen gustos musicales específicamente gays ? EXPEDIENTE
 

PARTE 12

Pregunta 99 – Las producciones artíticas que tratan de homosexualidad, ¿qué imagen dan de la homosexualidad y de ustedes ?

Pregunta 100 – ¿Existe realmente la comunidad homosexual o se trata de un mito marketing ?

Pregunta 101 – ¿Cuáles son las bellezas del « ambiente homosexual » ? ¿Qué se encuentra en el « ambiente homosexual » que no se encuentra en la sociedad civil ?

Pregunta 102 – ¿Te definirías como « fuera del ambiente » o « dentro del ambiente » ? ¿ « homo » o « gay » ?

Pregunta 103 – ¿ En qué te gustaría que se convirtiera la comunidad homosexual para que sea bella y puedas asumirla ?

Pregunta 104 – ¿Qué sentimientos pasan por tu mente cuando ves salidas del armario por televisión ?

Pregunta 105 – ¿Qué reacciones tienes frente a las personalidades trans mediáticas ?

Pregunta 106 – ¿Ya has ido a alguna Marcha del Orgullo Gay ? ¿Y qué has sacado de ésta ?

Pregunta 107 – Háblanos de la Historia de las Marchas del Orgullo. EXPEDIENTE

Pregunta 108 – ¿De qué sirven las « Marchas del Orgullo » ? ¿ Se debería repudiar, odiar el Orgullo gay ?
 
 

Jornada 5 : Dimensión política internacional de la homosexualidad

 

PARTE 13

Pregunta 109 – Existe una visibilidad homosexual aparentemente creciente y masiva en los medios (series, concursos) : ¿Por qué ?

Pregunta 110 – ¿Cómo se impone la diversidad homosexual en el espacio urbano y en el calendario ?

Pregunta 111 – ¿Es exagerado hablar de infiltración de la homosexualidad en la escena política nacional e internacional ?

Pregunta 112 – ¿Cómo la política LGBT logra implantarse incluso en países que a priori se oponen a ella ?

Pregunta 113 – ¿Qué es la Teoría del Género (Ideología del Gender) y cómo entra en la mente de las personas ?
 

PARTE 14

Pregunta 114 – ¿Qué puedes decir sobre la legislación pro-gays en tu propio país ?

Pregunta 115 – ¿Qué argumentos presentar contra la Unión Civil, el « matrimonio gay » ? ¿ Por qué estas leyes son homófobas (incluso si se anuncian « gays friendly ») ?

Pregunta 116 – ¿Se puede considerar que las estructuras homoparentales son familias en sentido estricto ?

Pregunta 117 – ¿Dónde estabas durante las manifestaciones anti « matrimonio igualitario » en Francia en 2013 ?

Pregunta 118 – Si te enfrentaras a los políticos que sometieron a votación el matrimonio homosexual en tu país, ¿qué te gustaría decirles ?

Pregunta 119 – ¿Debería la transidentidad convertirse en una Causa mundial ? EXPEDIENTE

Pregunta 120 – ¿Qué cosas la transidentidad y la transexualidad pueden decir del Mundo y al Mundo ?

Pregunta 121 – En octubre del 2018, en Uruguay, el Parlamento aprobó la Ley Trans. Entre otras cosas, es un acuerdo de principio para la hormonización de los niños. ¿ Qué opinas de este tipo de leyes ?

Pregunta 122 – ¿Describirías la comunidad homosexual actual como una dictadura ? EXPEDIENTE
 

PARTE 15

Pregunta 123 – ¿Crees que es útil arremeterse contra el lobby LGBT/gay y denunciarlo como una dictadura que no representa a todas las personas homosexuales ?

Pregunta 124 – ¿Quién mueve los hilos del « lobby gay » ? ¿Es el lobby homosexual ? DOBLE EXPEDIENTE

Pregunta 125 – ¿Quién financia el lobby LGBT ? EXPEDIENTE

Pregunta 126 – ¿Qué soluciones más globales se pueden proponer para detener este tsunami arcoíris mundial ?
 
 

Jornada 6 : Dimensión homófoba de la homosexualidad

 

PARTE 16

Pregunta 127 – ¿Tu oposición a las leyes LGBT es entendida por las personas que te rodean ?

Pregunta 128 – ¿Oponerse al matrimonio homosexual es homofobia ?

Pregunta 129 – ¿Qué significa la palabra « homofobia » ? ¿Existe realmente ? ¿No se trata más bien de una ideología victimista ?

Pregunta 130 – ¿Por qué la « homofobia » es una palabra perfecta ?

Pregunta 131 – ¿Has sido alguna vez testigo de un acto homófobo ?

Pregunta 132 – ¿Has sido alguna vez víctima de un acto homófobo ?

Pregunta 133 – ¿Has sido víctima de homofobia laboral ?

Pregunta 134 – ¿Has sido alguna vez víctima de un acto tránsfobo ?

Pregunta 135 – ¿Qué rechazos has sufrido en nombre de tu homosexualidad en la escuela, en tu familia, en tus círculos amistosos, en el trabajo, por Internet, por los periodistas ?

Pregunta 136 – ¿Qué rechazos has sufrido en nombre de tu homosexualidad o de tu transidentidad en relación con tu Fe católica ?

Pregunta 137 – ¿Puede la homofobia ser « gay friendly » ?

Pregunta 138 – ¿Quién es el pijo o pupi gay ? EXPEDIENTE

Pregunta 139 – ¿La homofobia puede ser homosexual ?
 

PARTE 17

Pregunta 140 – Como un buen « homosexual », ¿has dado muestras de homofobia alguna vez en tu vida (palabras, actitudes) ?

Pregunta 141 – ¿Como un buen « trans », ¿has dado muestras de homofobia alguna vez en tu vida (palabras, actitudes) ?

Pregunta 142 – ¿Por qué tantas personas homos se consideran « fuera del ambiente » ?

Pregunta 143 – ¿Cómo Internet ha cambiado la comunidad gay ? ¿Y cuáles son los códigos de los sitios de citas ?

Pregunta 144 – ¿Son preocupantes la compartimentación mercantil y la diversidad de la « comunidad gay » ?

Pregunta 145 – ¿Cuál es el lado feo del « ambiente homosexual » ?

Pregunta 146 – ¿El « ambiente homosexual » verdaderamente era mejor antes ?

Pregunta 147 – ¿Quiénes son los grandes olvidados de la comunidad homosexual ? EXPEDIENTE

Pregunta 148 – ¿Cuál es la cara oscura del « ambiente » trans ? EXPEDIENTE

Pregunta 149 – ¿Qué es la « homofobia interiorizada » ? EXPEDIENTE

Pregunta 150 – ¿Crees que la propaganda pro-gays aumenta la homofobia en un país en lugar de reducirla ?

Pregunta 151 – En tu país, ¿cómo se considera a las parejas homosexuales ? ¿Son libres de tomarse la mano en la calle ?
 

PARTE 18

Pregunta 152 – En tu país, ¿cómo se considera a las parejas trans ?

Pregunta 153 – ¿Por qué es tan difícil hablar de homosexualidad ?

Pregunta 154 – Si seguimos así, ¿a dónde llevará a las personas homosexuales su bulimia de derechos y su sobrerepresentatividad política y mediática ?

Pregunta 155 – ¿Existe un vínculo entre homosexualidad y Fin del Mundo ? EXPEDIENTE

Pregunta 156 – ¿Qué medios recomendarías para impedir los actos homófobos ? Para ti, ¿cuál es el mejor antídoto contra la homofobia ?
 
 

EPISODIO 3 : EL CIELO

 

Jornada 7 : Dimensión eclesial y religiosa de la homosexualidad

 

PARTE 19

Pregunta 157 – ¿Cómo Dios se manifestó concretamente en tu vida ?

Pregunta 158 – ¿Alguna vez te has enamorado de un fiel católico ? ¿ O incluso de un sacerdote ?

Pregunta 159 – ¿La Fe complica las cosas y agranda tu malestar si te sientes homosexual ? En cambio, ¿en qué sentido es un « plus » ?

Pregunta 160 – ¿Cómo se siente una persona homosexual en una asamblea cristiana ?

Pregunta 161 – Los católicos en general piensan que la homosexualidad es un tema irrelevante que concierne solo al 3 % de la población, y que no merece tanto debate. ¿Podemos estar de acuerdo con eso ?

Pregunta 162 – ¿Qué rostros tienen los que se oponen a vosotros en la Iglesia ?

Pregunta 163 – ¿Qué rechazos ha sufrido en nombre de tu homosexualidad en tu parroquia, en la Iglesia, en los medios católicos, en los grupos de oración ?

Pregunta 164 – ¿Qué realidad desagradable dentro de la Iglesia Católica refleja una persona homosexual ?

Pregunta 165 – ¿Hay muchos católicos practicantes homosexuales ? ¿Cuál es la proporción en las asambleas dominicales ? ¿Por qué tantos ?

Pregunta 166 – ¿Existe un vínculo entre los escouts y la homosexualidad ?

Pregunta 167 – ¿Las parroquias tienen que admitir a personas homosexuales que practican su homosexualidad para servicios como el catecismo, el consejo presbiteral, la animación (coro, lector), etc. ?

Pregunta 168 – ¿Los formadores escolares encargados de la educación sexual están lo suficientemente armados como para hablar de homosexualidad frente a los alumnos ?
 

PARTE 20

Pregunta 169 – Soy animador cristiano en un campamento para personas discapacitadas, y observo acercamientos entre 2 veraneantes con síndrome de Down. ¿Me meto o los separo ? ¿Qué les digo si fingen el compromiso amoroso bajo la presión de los demás ?

Pregunta 170 – ¿Cómo puedo hacer si un pariente mío es homosexual, rechaza a la Iglesia, y anda con gente de un mundo tóxico ? ¿Cómo puedo dialogar con él pero al mismo tiempo darle a entender que no apruebo su conducta ?

Pregunta 171 – Mi hijo/hermano/primo/amigo me invita a su boda homosexual. ¿Acepto ir a pesar de que ello vaya en contra de mis convicciones religiosas ?

Pregunta 172 – ¿Cómo expliquas que los católicos practicantes terminen defendiendo el « matrimonio homosexual » ?

Pregunta 173 – ¿Cuál es la proporción de feligreses pro-gays y pro-Unión Civil en la Iglesia y en las iglesias ?

Pregunta 174 – ¿Alguna vez te han decepcionado los sacerdotes con respecto al tema de la homosexualidad ?

Pregunta 175 – Como sacerdote, ¿debo ser firme o tierno frente a una persona homosexual ?

Pregunta 176 – Una pareja homosexual quiere bautizar a su hijo. ¿Acepto ?

Pregunta 177 – Me piden que bendiga una unión homosexual. ¿Acepto ?

Pregunta 178 – Si uno de mis feligreses es una « pareja » homosexual, ¿lo animo a vivir como hermano con su pareja ?

Pregunta 179 – ¿Se puede integrar a las personas homosexuales en una oración universal ? ¿Se debe aceptar vigilias de oración contra la homofobia ?

Pregunta 180 – ¿Eres rechazado por los sacerdotes a causa de tu homosexualidad ? ¿A qué sacramentos no tienes acceso como persona homosexual ?

Pregunta 181 – ¿Alguna vez te ha seducido un sacerdote ?

Pregunta 182 – ¿Por qué la sospecha de homosexualidad contra los sacerdotes es tan fuerte ?

Pregunta 183 – ¿Hay muchos sacerdotes homosexuales ? ¿Cuál es la proporción en la Iglesia ? ¿Cómo podemos tener una idea de eso ?

Pregunta 184 – ¿Existe un vínculo de sangre entre la homosexualidad y el sacerdocio ?

Pregunta 185 – ¿Dónde estamos con el fenómeno del lesbianismo en los conventos de monjas ?

Pregunta 186 – ¿Cómo puede un sacerdote dejarse sorprender por la homosexualidad después de su ordinación ? ¿No podía darse cuenta de ello antes ?

Pregunta 187 – ¿Echan a los seminaristas del seminario si descubren que son homosexuales ?
 

PARTE 21

Pregunta 188 – ¿Cómo interpretar el documento del 2005 de Benedicto XVI que prohibe el acceso al sacerdocio a los seminaristas homosexuales ?

Pregunta 189 – ¿En qué estado se encuentra actualmente el reclutamiento sacerdotal en los seminarios respecto a la homosexualidad ? ¿Es suficiente la formación sobre el tema ?

Pregunta 190 – ¿Hay que echar a todos los sacerdotes homosexuales de la Iglesia ?

Pregunta 191 – Mi párroco se fue con un hombre. La parroquia lo apoya. ¿Qué se puede hacer ?

Pregunta 192 – Soy sacerdote y homo. ¿Cómo lidio con esta doble condición ?

Pregunta 193 – ¿Cómo son tratadas las personas homosexuales, incluso continentes, por los católicos, los sacerdotes y los cardenales ?

Pregunta 194 – ¿Se dan cuenta los católicos de que no respaldan a las personas homosexuales continentes (a pesar de que ellas vivan lo que la Iglesia les exige) ?

Pregunta 195 – ¿Es bueno que la Curia pase por alto el tema de la homosexualidad y lo descarte ?

Pregunta 196 – ¿Por qué es grave que las altas esferas de la Iglesia no defiendan el celibato continente ?

Pregunta 197 – Pero ¿por qué la homosexualidad es más peligrosa para la Iglesia Católica que incluso el aborto, el preservativo, el adulterio, el divorcio y la pedofilia ?

Pregunta 198 – ¿En qué figuras eclesiásticas y mediáticas pueden confiar ?

Pregunta 199 – ¿Y el Papa Francisco ? ¿Alguna vez habéis tratado de conseguir una audiencia con él ? ¿Él es lo suficientemente firme, claro y listo con respecto a la homosexualidad ? EXPEDIENTE

Pregunta 200 – ¿Parece que el único que adopta un discurso claro y sin concesión sobre la homosexualidad, es el Cardenal Sarah ?

Pregunta 201 – ¿Existe un riesgo de cisma debido al no tratamiento eclesial de la homosexualidad ?

Pregunta 202 – ¿El asunto Laurent Stefanini (embajador francés), el asunto Krzysztof Charamsa (sacerdote gay), el asunto James Martin (jesuita norteamericano pro « católicos LGBT »), el asunto Vigano (en relación con Mons. McCarrick), el asunto Mangiacapra (el prostituto napolitano) y el asunto Martel (libro « Sodoma ») ¿ forman parte de una agenda premeditada para acorralar a la Iglesia ? ¿ Cuál es el próximo ataque ?

Pregunta 203 – ¿Existe realmente una mafia gay en el Vaticano ?

Pregunta 204 – ¿Por qué se podría decir que la pedofilia es la cara visible, la vitrina de la homosexualidad sacerdotal ?

Pregunta 205 – Como católicos, ¿qué decirles a los adversarios de la Iglesia que la acusan de haber encubierto los casos de pedofilia en sus filas ?

Pregunta 206 – Soy sacerdote y estoy entre rejas por pedofilia. ¿Qué te gustaría decirme ?
 

Jornada 8 : Dimensión santa de la homosexualidad

 

PARTE 22

Pregunta 207 – ¿ Qué dice la Biblia sobre la homosexualidad ? ¿ No es demasiado dura cuando habla de abominación ?

Pregunta 208 – ¿Qué dice la Biblia, el Catecismo y la Iglesia ?

Pregunta 209 – ¿ Por qué la Iglesia se opone a los actos homosexuales, o sea a la formación de las parejas ? ¿ Cómo se puede justificar el « intrínsecamente desordenado » ? ¿ Qué falta en los párrafos del Catecismo ?

Pregunta 210 – ¿Era san Pablo homófobo ?

Pregunta 211 – Bajo la Inquisición, dicen que la Iglesia quemó a sodomitas, ¿no ?

Pregunta 212 – ¿ Cuál es la posición de las otras religiones (judíos, musulmanes, protestantes) en cuanto a la homosexualidad ? ¿ Hay puntos comunes con el catolicismo ?

Pregunta 213 – ¿Existe un vínculo entre protestantismo y homosexualidad ?

Pregunta 214 – En lo que se refiere a los documentos oficiales más recientes de la Iglesia Católica (Catecismo), ¿ piensas que hay algo que cambiar ?

Pregunta 215 – ¿ Como persona homosexual, qué tengo que decir en el confesionario ? ¿ Debería hablar de mi tendencia sexual a mi confesor e incluirla en la lista de mis pecados ?

Pregunta 216 – ¿ Es la homosexualidad un pecado ? ¿ Una persona homo en estado de pecado mortal irá al infierno ? ¿ Seré condenado si practico la homosexualidad ?
 

PARTE 23

Pregunta 217 – ¿Qué textos bíblicos son más adecuados para hablar al corazón de las personas homos ? ¿Qué lugar ocupan los ángeles de la guarda en su vida ?

Pregunta 218 – ¿Existen santos homosexuales ?

Pregunta 219 – ¿Eran los discípulos de Jesús homosexuales ? ¿Y Jesús era homo ?

Pregunta 220 – Quisiera realmente cambiar mi orientación sexual por la Gracia de Dios. Sé que no soy profundamente homo y que Dios no quiere eso de mí. ¿Estoy equivocado ?

Pregunta 221 – ¡En otras épocas, no había tanto capricho respecto a la homosexualidad ! ¿No pueden forzarse un poco, casarse, y darse cuenta que se les pasará ? ¿Alguna vez has intentado con un hombre, al menos ?

Pregunta 222 – ¿Funcionan las ágape terapias ?

Pregunta 223 – ¿ El trabajo espiritual puede sustituirse al trabajo psicológico ? ¿ Conoces a buenos terapeutas adaptados a los católicos ?

Pregunta 224 – ¿Tienes algunos consejos buenos de lectura sobre la homosexualidad ?

Pregunta 225 – ¿Por qué Dios ha permitido que sea homo o que algunos lo sean duraderamente ?

Pregunta 226 – ¿Alguna vez has pensado en ser sacerdote ?

Pregunta 227 – ¿Cómo permanecer fielmente católico con esta condición homosexual ?

Pregunta 228 – ¿Cuál es el vínculo entre las personas duraderamente homosexuales y las personas divorciadas vueltas a « casar » ?

Pregunta 229 – ¿Qué camino de felicidad plena y concréta espera a las personas duraderamente homosexuales que desean seguir un verdadero camino de Iglesia ?

Pregunta 230 – ¿Cuál es la diferencia entre castidad, abstinencia y continencia ?

Pregunta 231 – ¿Cuáles son las falsas continencias ?

Pregunta 232 – ¿ Cómo parar la masturbación y poner en práctica la continencia en mi vida cristiana ?

 

PARTE 24

Pregunta 233 – ¿Por qué hay tan pocas personas continentes como ustedes ?

Pregunta 234 – ¿ En qué estructuras se han enredado los movimientos católicos de acompañamiento de las personas homosexuales ? ¿ Cuáles son los puntos fuertes y débiles de Courage Internacional ?

Pregunta 235 – ¿ Es deseable y viable una comunidad de hermanos homosexuales continentes ? ¿ Se puede planear un día crear una consagración específica ? ¿ una obladura ? ¿ No hay aquí un riesgo de encerrar a las personas en su tendencia ?

Pregunta 236 – ¿Es necesario crear una pastoral específica para las personas homosexuales ? ¿No se corre así el riesgo de estigmatizarlas aún más ?

Pregunta 237 – ¿Son las personas homosexuales discípulos lo suficientemente fuertes como para llevar la continencia y luego un apostolado ?

Pregunta 238 – Al ser católicos y homosexuales abstinentes como tú, ¿no temes que los católicos se aprovechen de ti ? ¿e incluso que alimentes su homofobia ?

Pregunta 239 – ¿ Lo que dice un sacerdote sobre la homosexualidad se dirige solo a una persona homo creyente ? ¿ Cómo un no-creyente puede sentirse identificado ?

Pregunta 240 – Las próximas persecuciones anticlericales a escala mundial parecen centrarse en la homosexualidad ¿ Eso significa que desempeñaré un papel importante ?

Pregunta 241 – ¿ Cuál es el mayor peligro que enfrenta un católico en relación con la homosexualidad ?

Pregunta 242 – Activistas LGBT demandan a mi parroquia por homofobia. ¿ Qué se puede hacer ?

Pregunta 243 – ¿ Qué argumentos profanos podemos usar para defender el punto de vista de la Iglesia frente a personas ateas ?

Pregunta 244 – ¿ Qué consecuencias crees que tendrá este documental que hacen juntos ?

Pregunta 245 – ¿ Son irremplazables en el testimonio sobre la homosexualidad ?

Pregunta 246 – Si una persona no homosexual es menos légitima para hablar públicamente de homosexualidad, ¿ en qué otro terreno es más legítima y tiene un papel tan potente como el vuestro ?
 
 

BLOOPER

 

PARTE 25

 


 

Vaccination anti-COVID : exacte illustration du matérialisme chez nos contemporains


 

En ce moment, je me sens bien seul concernant la vaccination contre la COVID. À Cholet (où j’ai passé quelques jours), j’étais le seul à la refuser. Que ce soit avec les voisins de mon ancien quartier, ou bien avec les paroissiens de l’église de mon enfance (où presque la totalité des vieux se sont faits vacciner), j’entendais qu’ils étaient tous pro-vaccination. D’ailleurs, ils sont quasiment tous vaccinés. Et ceux qui ne l’étaient pas comptent bien l’être au plus vite.
 

Et vu qu’ils ne savent rien ni du virus ni du vaccin qui leur est inoculé, ils ne peuvent que mettre en avant leurs bonnes intentions (« C’est pour la collectivité. » « C’est pour protéger les autres. » « C’est une démarche solidaire. », « C’est pour sauver les autres. », « C’est pour en finir une bonne fois pour toutes avec cette pandémie », blabla) : sinon, ils n’ont aucune argumentation.
 

Personne ne voit la vaccination comme ce qu’elle est (une thérapie génique massive). Personne ne voit que ce vaccin va devenir un danger mortel pour les personnes vaccinées, non en lui-même, mais dans la réponse immunitaire qu’il occasionnera, ou bien dans la fragilisation qu’il engendrera quand arriveront des mutations plus graves du virus.
 

Et le pire, c’est que si tu ne vas pas dans leur sens, ces paranoïaques hypocondriaques trouvent le moyen de dire que c’est toi le parano (parce que tu aurais peur d’un vaccin « inoffensif ») ! C’est le Monde à l’envers !
 

Même pendant l’homélie de la messe de ce matin à l’église saint Louis, qui pourtant dénonçait les trafics et les commerces inhumains (en se servant du texte du jour où Jésus chasse violemment les marchands du Temple), ils ont trouvé le moyen de justifier la vaccination en disant que « c’était malheureux que notre Monde ne soit pas suffisamment solidaire et que tous les êtres humains ne puissent pas avoir accès au vaccin »… alors que l’injustice et le vrai business, c’est justement le vaccin ! ; et les nouveaux matérialistes, esclaves et corrompus au Système marchand des Big Pharma, ce sont précisément eux !
 

Ce qui me frappe dans cette histoire, c’est le matérialisme (en plus de la lâcheté et de la peur) qui se cache derrière la justification du vaccin. J’ai remarqué que plus les gens sont matérialistes, plus ils se font vacciner et voient le vaccin comme le Sauveur qu’Il n’est pas, comme une manière de conjurer leur esclavage inconscient au matériel et à l’argent ; et qu’en revanche, moins les personnes sont attachées au matériel ou éloignées des autres et de Dieu, plus elle ouvrent les yeux sur le danger (invisible) que constitue ce vaccin, et le refusent. Le vaccin anti-COVID est, à mon avis, le reflet de deux réalités injustifiables : la peur et le matérialisme.
 

La preuve que le Gouvernement Mondial a choisi comme stratégie de soumission d’aligner le vaccin avec le matérialisme pour qu’ils se renforcent/se justifient l’un l’autre, et pour les rendre tous deux indispensables voire divins, c’est qu’il a supprimé de manière totalement injustifiée tous les plaisirs matérialistes et consuméristes rebaptisés « la vie d’avant » (théâtres, cinémas, restaurants, concerts, grands magasins, boutiques, sports…) tandis qu’il a laissé comme par hasard l’exercice des cultes religieux donc ce qui n’est pas matérialiste (alors qu’il n’y a pas grande différence – au niveau des risques encourus – entre une assemblée dominicale et l’assistance à un spectacle ou à la projection d’un film dans un ciné : pourquoi, dans ce cas-là, avoir laissé les messes et interdit les loisirs, si ce n’est pour des raisons d’idolâtrie et de dépendance matérielle ?). Et ce Gouvernement Mondial savait que nos contemporains sont soumis au matérialisme, dépendants de l’argent, agrippés à leur petit confort, à leur pain et à leurs jeux, donc que pour cette raison (et non pour une question de vie ou de mort : nos contemporains ne veulent pas du vaccin pour ne plus mourir – comme ce fut peut-être le cas lors du premier confinement – mais uniquement pour retrouver leur vie matérialiste d’avant), ils demanderaient unanimement le vaccin. Le vaccin est le prix à payer pour retrouver leur dieu Mamon ou « Matérialisme ». Seuls les pauvres et ceux qui ne sont pas dépendants des biens matériels, qui ne sont pas des adorateurs des plaisirs et de l’argent, refusent le vaccin. C’est donc bien que le vaccin est un signe intérieur inconscient d’avarice.

Il faut nous OCCUPER ! C’est urgent !


 

Je reviens de la messe de saint Nicolas des Champs. L’Évangile du jour c’était sur le lépreux guéri par Jésus (Mc 1, 40-45). Et lors de la prière universelle, l’équipe paroissiale s’est efforcée de nommer les « lépreux » post-modernes de notre société, rarement cités dans les intentions de prière, en nous invitant à nous rapprocher d’eux. Apparemment, personne n’a été oublié : les gens de la rue, les personnes incarcérées, droguées, prostituées, criminelles… Tout le monde sauf les personnes homosexuelles ! Et je me disais en moi-même que, malgré leurs efforts et leurs gentilles intentions, les catholiques choisissaient leurs lépreux, ils ne nommaient pas les « lépreux des lépreux », ceux dont on n’ose même pas susurrer l’existence et prononcer le nom (sous prétexte que l’homosexualité n’est pas une identité). Nous, personnes homos, allons jusqu’à être réduites à une lèpre verbale, invisible, incatégorisable tellement elle fait peur.
 

Et sur le chemin de l’aller, je me suis dit en moi-même – sans le souhaiter et sans ruminer un quelconque plan de vengeance évidemment, mais uniquement parce que je ne peux que le constater autour de moi – que l’accompagnement et les propositions ecclésiales qui nous sont faits à nous personnes homosexuelles sont tellement nuls que d’une part il ne faut pas s’étonner que nous soyons beaucoup à faire n’importe quoi (drogues, sexe, drague frénétique, aventures sans lendemain, dépressions, suicides, prostitution, etc.) et d’autre part que nous nous sentions abandonnées au point de fomenter un plan de riposte corsée. Car cette mise à l’écart, ce manque de propositions enthousiasmantes, ne sera pas sans conséquence pour l’Église Catholique humaine. Il faut savoir que nous, personnes homosexuelles, nous sommes un peu comme les gamins turbulents dans une classe ou dans un groupe : si vous ne nous occupez pas intelligemment, nous pouvons vite nous transformer en Enfants Terribles capables de foutre tout le Système et l’établissement en l’air. Nous ne nous contentons pas, comme les marginaux bobos, de nous poser en outsiders faisant leurs trucs de leur côté, ne faisant pas chier et claquant silencieusement la porte. Non non. Nous, nous sommes du genre pots-de-colle, teigneux, rancuniers, vengeurs, susceptibles, capricieux, emmerdeurs, hystéros et procéduriers à la Benoît Berthe ou Krzysztof Charamsa… ou cette peste de Sabine Paturel !
 

Donc c’est un très très mauvais calcul de la part des catholiques de penser qu’en ne nous proposant rien ou en faisant mine que nous n’existons pas, le problème va se tasser, les esprits vont se calmer et passeront à autre chose. Les sales gosses homos, il faut nous occuper ! Et intelligemment. Par un apostolat substantiel et enthousiasmant qui nous prend tout notre temps et toute notre vie/énergie de célibataires hyperactifs pour l’instant largement sous-estimés et sous-employés. Le service minimum ne suffit pas. Sinon, au mieux nous nous auto-détruisons dans notre coin, au pire nous détruisons l’Église et la mettons à feu et à sang. Et le pire, c’est que maintenant, nous en avons largement les moyens ! Je n’exagère pas.
 

Pour l’instant, la digue n’a pas encore tout à fait sauté. Mais si les catholiques et leurs responsables pensent que l’homosexualité n’est pas une urgence, que les lignes du Catéchisme ou les petits groupes de parole style Courage suffisent à nous « aimer », à nous calmer, à nous occuper et à éteindre l’incendie, ils se foutent le doigt dans l’œil ! Non seulement c’est insuffisant mais c’est dangereux. Car la bombe homo-bisexuelle est prête à exploser. Sans compter que nous avons toute la société civile, les médias et les hommes politiques derrière nous. Le rouleau compresseur LGBT que nous représentons est aux portes de l’Église, et ne peut faire de celle-ci qu’une bouchée, c’est moi qui vous le dis ! OCCUPEZ-NOUS au lieu de simuler – les rares fois où vous le faites – de vous occuper de nous !

Le culte idolâtre et maçonnique actuel au Pain eucharistique


 

Avec cette crise sanitaire, notre rapport à la nourriture terrestre mais aussi spirituelle est questionné autant que chamboulé. Nous sommes amenés, comme dans tout temps de « famines » ou de restrictions, à retourner à l’Essentiel et à le privilégier. Mais malheureusement, à l’heure du choix de l’Essentiel, à cause du mouvement de panique et aussi d’un refroidissement général des cœurs et de la Charité (car avec les besoins primaires, les gens ne rigolent plus et ont tendance à ne penser qu’à leur gueule, et deviennent capables de se battre pour un morceau de pain !!), certains vont avoir tendance à se tromper d’essentiels, ou bien à s’accaparer certaines nourritures essentielles pour au final passer à côté de la meilleure d’entre elles : la Charité en actes et en partage.
 
 

S’ATTACHER À L’OBJET « EUCHARISTIE » PLUTÔT QU’AU CORPS MYSTIQUE DU CHRIST PRÉSENT DANS LE PARTAGE DU PAIN ET DE L’AMITIÉ AVEC TOUT HOMME

 

Je vais peut-être vous choquer en disant ça, mais l’Eucharistie n’est pas le plus grand trésor et la chose la plus importante de la vie d’une personne catholique ni de l’Église : c’est la personne de Jésus. Et la personne de Jésus ne se laisse pas enfermer dans un seul sacrement, ne se réduit pas à une seule forme (la Bible, ou l’Eucharistie, ou la Croix, etc.). Non. Jésus est aussi présent de manière privilégiée à travers tout être humain, à travers notre prochain. Et le jour où nous ne pourrons plus (par manque de prêtres, parce qu’on nous supprimera les messes, parce qu’on sera trop vieux pour pouvoir nous déplacer dans une église, etc.) y avoir accès, nous nous en rendrons compte encore plus. Ça ne veut pas dire que nous devons nous dispenser de recevoir Jésus dans le Pain béni et consacré, et dans les autres sacrements (irremplaçables) de l’Église Catholique. Ça veut juste dire que le sacrement qui prévaut sur tous les sacrements matériels et rituels, c’est la Personne de Jésus, et c’est donc l’Amour des frères et même des ennemis. C’est ça le plus grand des sacrements.
 

Le théologien Maurice Zundel l’a bien souligné (il est l’un des seuls, d’ailleurs) : il dit que la plus grande hérésie actuelle des catholiques, le plus grand malentendu entre Jésus et nos contemporains, se concentre sur l’Eucharistie, et sur la fétichisation de Jésus en bout de pain au détriment de la reconnaissance de sa Personne dans le partage fraternel.
 

Vie, mort et Résurrection (éd. Sigier) de Maurice Zundel


 

Et ce qui me « troue le cul » (désolé pour l’expression : mais c’est thérapeutique), c’est que maintenant, les catholiques fétichistes de l’Eucharistie, qui réclament « leur » messe et « leur » Eucharistie (dans la bouche, hein, sinon c’est pas « valide »…) traînent en procès d’hérésie sacramentelle et de volonté de tuer les sacrements le Pape François qui, sans pour autant négliger l’Eucharistie-hostie, honore pourtant le plus important des sacrements à savoir la Charité christique en actes. Je repense à cette superbe caricature humoristique représentant le Pape appelé par un sacristain pour célébrer l’Eucharistie à l’intérieur d’une église-bâtiment, et qui, tout en distribuant du pain aux pauvres, lui répond qu’il est précisément en train de vivre concrètement le sacrement de l’Eucharistie. Je ne dis pas qu’il faut déserter les églises et se priver de l’Hostie : je dis qu’il faut aussi voir Jésus ailleurs que dans un ostensoir (que beaucoup regardent comme une télé hypnotisante), un tabernacle, un ciboire, une statue, une icône, une messe tradi « extraordinaire ». Le principal tabernacle dans lequel se trouve Jésus, c’est le cœur de tout Homme, à commencer par le nôtre.
 

 
 

CULTE DU PAIN EUCHARISTIQUE ET DIABOLISATION DE L’HOMOSEXUALITÉ

 

Fait très étonnant : l’idolâtrie de certains catholiques pharisiens et ritualistes pour l’Eucharistie (Jésus-Pain vivant, consacré par les prêtres pendant la messe) va de pair avec l’homosexualité (et en l’occurrence, une homophobie exprimée) : ne me demandez pas pourquoi Pain et Homosexualité se retrouvent ainsi associés par la Fachosphère actuelle… mais au moins, avec les deux exemples que je vais vous donner juste en-dessous, vous allez tout de suite comprendre !
 

 

On commence avec ce que j’appelle « un faux prophète » à la sauce Réacosphère latino, le prédicateur Rafael Diaz, qui, à grand renfort de prophéties eschatologiques (pour dire ensuite « Je vous l’avais bien dit ! ») et d’apparitions mariales (la 3e partie du secret de Fatima, en tête de gondole) va d’une part briller par son homophobie (en s’appuyant sur sa propre version revisitée des propos de saint Paul – « Les homosexuels n’iront pas au Paradis » – alors que saint Paul n’a jamais écrit ça… puis en se victimisant, comme si on le stigmatisait de dire ces « vérités gênantes » et « bibliques » : honteux) et d’autre part va embrayer tout de suite après sur l’expression de son attachement indéfectible et crispé pour l’Eucharistie (Je le cite : « L’amour pour l’Eucharistie s’est perdu. L’Eucharistie, c’est le plus important. Il n’existe rien de plus important au Monde que l’Eucharistie. Il n’y a rien au-dessus ! L’Eucharistie est le centre et le sommet de la Foi catholique ! » : il a entendu ça où ?), sacrement qu’il voit menacé par la crise sanitaire et par les « merdias ». Au fond, ce genre de prédicateurs haïssent l’Église et les gens d’Église (à commencer par le Pape François), même s’ils disent toujours que ce sont les autres qui attaquent ces derniers et pas eux. Mais qu’ils s’entendent parler (c.f. : Pour ceux qui comprennent l’espagnol, vous irez écouter de la 11’00 à la 17’39) !
 

 

L’autre exemple de cette curieuse synchronicité entre idolâtrie fétichiste de l’Eucharistie et homophobie, c’est le philosophe allemand Jean-Pierre Aussant. Pareil. Un type intellectuellement solide, en apparences, qui se dit « catholique », mais qui trouve le moyen de glisser des quenelles contre le Pape François. Tout ça pour imposer sa vision christocentrée et finalement réifiante de Jésus à travers le Pain consacré, ainsi que son homophobie latente. Peu de catholiques actuels s’en rendront compte, car ils souffrent de la même idolâtrie ritualiste et de la même confusion entre personnes homosexuelles et « lobby LGBT ». Mais il n’empêche que c’est une hérésie et un virage terribles, un dévoiement de la Foi (au nom de la Foi !).
 

 
 

FRANC-MAÇONNERIE BOBO DU PAIN EUCHARISTIQUE !

 

Les catholiques actuels, en se posant en victimes dont on violerait la « liberté de culte » et dont on priverait des sacrements « essentiels » (or non, les sacrements ne sont pas vitaux : c.f. l’article ; l’article ; ou encore l’article), ne se voient même pas imiter la Franc-Maçonnerie bobo qui elle aussi a placé le Pain sur un piédestal par rapport aux autres aliments (Je m’en suis rendu compte en voyant comme les bobos ont sanctuarisé le baguette et le petit déjeuner : c.f. la chaîne de restaurants Le Pain quotidien ; et à Cholet par exemple, ma ville de naissance, les boulangeries s’appellent « Ange » et sont les seuls points de vente de nourriture de proximité qui ont survécu à la crise sanitaire, alors que les restaurants sont en chute libre). Eux aussi, les cathos conservateurs et tradis, ont privilégié le pain aux autres aliments, aux Hommes, ou aux autres sacrements (notamment ceux liés à la Charité). Eux aussi emploient le jargon maçonnique de l’alchimie (c. f. l’émission de Radio Courtoisie), de l’hermétisme, de la construction (ils définissent l’hostie comme du ciment ! sans déconner…), et de la lumière (luciférienne), pour déclamer leur adoration passionnelle pour l’Eucharistie ! Ces passionarias de l’Eucharistie sont même prêtes à se rouler par terre, à défendre le tabernacle plutôt que les êtres humains, à tuer père et mère (et Pape) pour assister à leur petite messe ! Grand bien leur fasse. Mais mon Dieu, quelle méprise sur qui est vraiment Dieu !
 

 

 

 
 

N.B. : Vous ne voyez pas, mais là, en ce moment, je suis en train de me faire traiter de « protestant » et d’ « ennemi des sacrements et de l’Eucharistie » par des cathos tradis qui me demandent de retirer immédiatement mon article ! 😂

Le Père Pio ne s’appelle pas le Père Fouettard


 

J’ai remarqué que certains saints – connus pour leur entièreté, leur radicalité, leur intransigeance et leur refus des compromissions – sont actuellement beaucoup utilisés comme martinets ou épouvantails à cathos, par des catholiques sans cœur et sans Miséricorde, pour effrayer les esprits faibles en leur rappelant que « le Salut c’est pas gagné… voire c’est même compromis » y compris pour les catholiques pratiquants qui sont baptisés, qui vont régulièrement à la messe, vont se confesser, sont parfois religieuses ou prêtres, et se croient prémunis contre l’enfer ou abrités par les sacrements.
 

En général, pour instaurer leur terrorisme, ces catholiques pharisiens jouant les « lanceurs d’alerte » menaçants (car ils sont eux-mêmes pris de panique par la situation mondiale, par l’imminence de l’arrivée du Christ en Gloire, et surtout par leur propre sécheresse de cœur) nous offrent sur les réseaux sociaux par exemple des récits d’apparitions d’âmes damnées de religieuses venant prévenir qu’elles ont été prises au dépourvu ; ou bien ils reprennent à leur compte des citations (généralement très romancées et dramatisées) des paroles du Padre Pio ou de la Bienheureuse Conchita Cabrera de Armida (cette dernière étant convertie en une sorte de matraque hystérique tapant sur les prêtres en prétendant soi-disant « les aider à être aussi purs que le Christ qu’ils ont revêtu » et à les sauver !!) ; ils se plaisent aussi à nous rapporter des récits de personnes ayant connu une expérience de mort imminente où elles étaient aux portes de l’enfer ; ils s’appuient également sur les suppliques de la Vierge Marie (à Lourdes, à Medjugordje, à Fatima, etc.) appelant avec insistance à la repentance et à la conversion des cœurs à la veille du Retour de son Fils.
 

 

La perversion de ces avertissements concernant la vie après la mort et le Salut des âmes, c’est qu’à la fois ils sont par certains côtés avisés et nécessaires pour notre humilité ou pour créer l’électrochoc d’un retour radical au Christ (oui, il ne suffit pas d’être baptisé, d’aller à la messe, d’aller se confesser, de recevoir l’extrême-onction, pour avoir son ticket pour le Paradis : et c’est toujours bon de garder l’humilité, d’être jusqu’à l’heure de notre mort assaillis par le doute et par ce vertige d’être pécheurs voire damnés, c’est important de ne pas avoir un rapport magique ou intéressé aux sacrements, de ne pas les transformer en passeports V.I.P., de garder la crainte de Dieu et de douter de son Salut, d’entendre qu’il est urgent que nous rejetions clairement le mal dans notre vie), et à la fois ils sont une atteinte à la Foi de cœur et à la Bonne Nouvelle du Salut offert par Dieu car ils décrètent l’invalidité ou l’inefficacité des sacrements (les pharisiens sont très forts pour décider si un sacrement est « valide » ou pas ! ou bien, si une âme ira en enfer ou pas !), dévoilent que le « Ta Foi t’a sauvé » de Jésus ne serait qu’une superstition ou un abus de croyance ou une « promesse à risque », témoignent d’un scepticisme à l’égard du Salut et de l’Amour de Dieu, dépeignent Jésus comme un Juge impitoyable et sans pardon, instillent la défiance plutôt que la confiance. Bref, ils ne stimulent pas la Foi à force de faire peur, de faire croire que c’est par nos actes que nous hériterons du Paradis et que nous le « mériterons », de marteler une pourtant vérité qui est celle que l’enfer existe, que des âmes sont damnées pour toujours, que des catholiques et des prêtres iront en enfer, que le Salut n’est assuré pour personne d’autre que les gens que Jésus a cités nommément dans les Évangiles.
 

Je pense que Là-Haut, le saint Padre Pio, la Vierge (de Fatima ou d’Akita ou de la Salette), et d’autres saints qui ont parlé de la vie après la mort et du risque de l’enfer, doivent être furax de se voir ainsi transformés en prophètes de malheur, en terroristes ou en martinets séparant les boucs des brebis. Et je garde dans mon cœur ce conseil que m’a donné un prêtre en confession au Sacré-Cœur de Paris, qui m’a dit : « Le plus important, quand nous tombons, c’est à chaque fois de s’adresser à Jésus en implorant son pardon, en lui disant tout simplement : ‘Prends pitié Seigneur du pauvre pécheur que je suis ! Prends pitié de moi.’ » Et c’est la pitié du Seigneur qui sauve, en même temps que notre foi personnelle (… et de cœur !) en cette pitié. Ce n’est pas plus compliqué que ça. Et bien sûr, nos actes comptent dans l’œuvre de Salut de Jésus pour notre âme. Mais ce ne sont pas eux qui nous sauvent. Ni notre peur (de l’enfer ou de l’« invalidité » des sacrements) !

Heureusement pour la France que ce n’est pas les Wonsembe mais bien la famille Lefèvre qui a gagné hier soir La France a un incroyable talent !


 

Vous aurez beau dire tout ce que vous voulez, heureusement pour la France que ce n’est pas les Wonsembe mais bien la famille Lefèvre (symbole de la ringardise assumée et humble) qui a gagné La France a un incroyable talent hier soir, quand on y pense !
 

Quels que soient nos goûts ou nos croyances religieuses, qu’aurait signifié symboliquement et moralement une victoire des kaïds suicidaires, des poulains-cascadeurs de Sugar Sammy (le certes désopilant juré canadien, mais finalement aussi, par certains côtés, celui qui incarne la figure cynique et sadique de l’émission, poussant les limites de l’« audace » jusqu’au suicide, aux risques inconsidérés, à la violence : il n’y avait qu’à entendre comment les Wonsembe ont été capables de frôler la mort « pour gagner le concours » pour s’interroger sur leurs motivations et le sens réel de leur folie combative !) ? Eh bien la victoire de la culture de mort sur la culture de vie. De la « force » sur la douceur. Ni plus ni moins. Bientôt, il va falloir se tuer sur scène pour être considéré comme « incroyable » et « talentueux ».
 

 

Donc, malgré l’apparente injustice de la victoire de la famille Le Quesnoy (… ou plutôt Von Trapp, qui remporte les 100 000 €) sur la famille Wesh-Wesh (qui selon les internautes haineux aurait largement plus mérité cet argent et la victoire vu les risques encourus et les prouesses techniques de « guedin » qu’elle a opérées), malgré l’apparente simplicité et faiblesse des vainqueurs, malgré le soi-disant « aveuglement » attendri du jury de La France a un incroyable talent (qui se serait fait « couillonner » par Versailles et donc par la « secte de La Manif Pour Tous » : sur Twitter, Hélène Ségara se fait traîner en procès de ringardise et de carrière finie parce qu’elle a promis aux gagnants de cette édition 2020 d’assurer sa première partie de tournée…), malgré la déception/frustration du baron noir de l’émission (Sammy) qui méprise ouvertement et régulièrement la France dans ses remarques cinglantes et défend plus ou moins ouvertement la culture de mort et de la transgression des limites humaines (je rappelle que c’est lui qui a « golden-buzzé » les cascadeurs inconséquents et suicidaires de Wonsembe), HEUREUSEMENT que c’est quand même la famille Lefèvre, moins spectaculaire, moins technique, moins bling-bling, moins kamikaze, moins tête-brûlée, défendant ouvertement Jésus, la France, la Vie, la beauté, les traditions humanisantes et vitales, avec beaucoup d’auto-dérision en plus, qui a gagné, bordel ! C’est rassurant et bon pour la France ! Non mais ! Il ne manquerait plus que les Français, au nom du fait que l’Amour, la famille ou la beauté seraient « dépassés/cuculs/ringards/réacs », sacrent « l’incroyable talent de se foutre en l’air » ou privilégient la technique et le risque mortel sur l’éthique et l’Humain-Divin ! Notre pays n’est pas tout à fait encore au fond du gouffre ! (Et bravo à M6 et au Peuple français pour son courage)

Nouveau Journal de l’Antéchrist : Mépris du mariage à l’Assemblée Nationale française + Victoire de Kelly à La Voz Espagne + Perte de mon interview avec Shot Católico


 

J’ai 3 nouvelles à vous donner concernant notre Monde et l’actu. Ça va ressembler à un nouveau numéro du « Journal de l’Antéchrist » ^^ :
 

La première, c’est que mine de rien, même si les Nations du Monde ont l’esprit occupé à autre chose (le vaccin et leurs courses de Noël), des lois d’une extrême gravité (pourtant méconnue) sont en train de passer dans l’indifférence générale, des lois qui optionnalisent puis éjectent la différence des sexes couronnée par l’Amour (le mariage) et qui nous acheminent vers un trafic humain (au nom de la supposée analogie entre les liens du sang et les liens sentimentaux) : par exemple, rien qu’hier, l’Assemblée Nationale en France a voté que le mariage homme-femme aimant ne sera plus la priorité et n’aura plus l’exclusivité des adoptions d’enfants… ce qui est extrêmement grave pour les enfants et les familles, même si ça a l’air d’une loi d’ouverture. Autre exemple : avant-hier, la Suisse – le pays pourtant de la neutralité bienveillante – a fini par céder au « mariage » gay, qui je le rappelle est loin d’être une loi juste et généreuse et aidant les personnes homos puisqu’il est un trafic d’enfants et d’Humains déguisé. Bref, la COVID-19 a bon dos et arrange les législateurs libertaires du Monde entier pour faire passer des lois sans que personne ne dise rien.
 

 

Deuxième chose que je voulais vous dire : j’ai regardé hier soir la finale de The Voice Espagne. C’est Kelly (nom féminin porté par un homme… Encore un tacle à la différence des sexes…) qui a gagné. Suivre cette émission depuis la France, en plus d’avoir été l’occasion de voir les nombreuses différences qu’il y a entre « La Voz » et « The Voice France » (je ne rentrerai pas dans les détails mais il y aurait de quoi écrire un article complet !) m’a permis de confirmer que mon prochain Dictionnaire des Codes Apos (sur Joséphine ange gardien) était mûr et inspiré. Car j’ai retrouvé dans La Voz exactement le même jargon de la Nouvelle Religion mondiale que dans Joséphine. Un exemple parlant : Kelly a vraiment été présenté comme l’Apôtre de la « Seconde Chance » (« Segunda Oportunidad » en espagnol). Et j’explique, toutes les séries et films actuels à l’appui, le culte (luciférien) mondial actuel basé sur le concept de « DEUXIÈME/SECONDE CHANCE » (qui au fond constitue l’antithèse du Pardon donné et incarné par Jésus). Bref, tout ça pour dire que les coïncidences d’une précision chirurgicale et la transversalité/transnationalité/universalité de Joséphine ange gardien (et finalement de la Franc-Maçonnerie antéchristique) m’ont été confirmées. Après la sortie de mon documentaire, je réaliserai ce Dictionnaire.
 

Enfin, 3ème et dernière nouvelle : sans qu’ils arrivent à me/se l’expliquer, les présentateurs de la web-TV catho péruvienne Shot Católico, avec qui nous avions tourné une émission filmée à distance de 15 minutes vraiment excellente, ne peuvent pas récupérer la séquence tournée. Elle est perdue. Et apparemment, c’est le cas pour 5 interviews autres que la mienne (Je sais que le Pérou a vécu une véritable descente aux enfers le mois dernier, tant au niveau économique que politique). Je ne peux pas leur en vouloir, même si je doute d’avoir l’énergie et la disponibilité pour refaire comme ils me le proposent une nouvelle interview (qu’ils souhaitent « encore plus courte »… alors qu’elle était déjà trop courte pour un thème aussi important que l’homosexualité !), et même si je suis bien dégoûté car dans l’interview originale j’avais réussi à couper par surprise l’herbe sous le pied à mes deux interviewers cathos bien-pensants qui voulaient absolument me voir cracher sur le « lobby LGBT » (qu’ils prennent pour le « lobby gay » afin de victimiser à peu de frais les cathos, et les rares témoins cathos homos en particulier) en leur démontrant que le réel « lobby LGBT » était d’une part le « lobby hétérosexuel » (toutes les lois pro-gays passent au nom de l’hétérosexualité et sont défendues politiquement par des personnes qui se présentent comme « hétéros gays friendly ») et d’autres part était le « lobby catholique Anti-Lobby-LGBT ». Je leur ai démontré – mon voyage au Pérou et les dernières prises de position papales pro-Union-Civile à l’appui – que l’immense majorité des catholiques actuels était pro-homosexualité et pro-mariage-gay (y compris les opposants auto-proclamés de ce dernier) car ils refusaient de dénoncer l’Union Civile et de parler d’homosexualité. Bref, j’avais pris les deux animateurs au jeu de leur inconsciente homophobie « gay friendly ». Et vraiment, je ne suis pas sûr d’avoir l’énergie de refaire ce coup de maître. D’autant plus qu’ils me proposent un format encore plus ridiculement réduit d’émission. Les catholiques sont tellement largués sur l’hétérosexualité et ignorants de leur propre homophobie (en France, en ce moment, ils préfèrent applaudir le discours réchauffé d’un Gaëtan Poisson, par exemple) que les bras m’en tombent. Je préfère me concentrer sur « Les Folles de Dieu » (qui constitue une somme de travail mais aussi de vérités) qui suffit à justifier que je ne m’époumonne pas ailleurs, même si aujourd’hui c’est tellement le bordel partout que tout deviendrait « urgent et utile ». Je crois que je vais quand même prioriser et donc décliner une deuxième interview avec Shot Católico. Si la première – pourtant excellente – n’a pas été la bonne, je pense que l’hypothétique deuxième n’est pas un meilleur rendez-vous. Le bon rendez-vous, c’est notre documentaire.
 

À vous les studios!
 
 

C’est y pas mignon? 😂🥴 Un vaccin pour Noël… demandé par les enfants… Comment résister ?lol

La Franc-Maçonnerie dans le téléfilm « Coup de foudre à Bangkok » sur TF1


 

J’ai regardé hier « Coup de foudre à Bangkok », diffusé sur TF1. Depuis 2016, la chaîne propose chaque année ce genre de comédie romantique faite-maison pour Noël (c’est le Harlequin version bobo, si vous préférez). J’avais vraiment adoré « Coup de foudre sur un air de Noël », en 2018, avec Barbara Cabrita dans le rôle principal, qui était un bijou de drôlerie et qui en même temps donne envie de tomber amoureux. Et depuis, je regarde cette série produite par TF1, car elle est un vrai miroir social et mondial.
 

« Coup de foudre à Bangkok » avait, au niveau du goût, beaucoup moins de saveur. Les idées diffusées m’ont d’ailleurs choqué. Plus de sexe, plus de violence et de vulgarité. Mais en revanche, j’ai trouvé que cet épisode était tellement truffé de codes symboliques apocalyptiques et maçonniques que j’ai décidé de vous en présenter ici la liste. Ce décryptage – que j’ai depuis longtemps sur le feu concernant la série Joséphine ange gardien – sera un avant-goût de mon Dictionnaire des Codes apos (vous avez déjà mon Dictionnaire des Codes homos sur mon blog L’Araignée du Désert, ainsi que mon Dictionnaire des Codes bobos dans mon livre Les Bobos en Vérité, et il ne vous manquera plus que mon Dictionnaire des Codes apos avec mon prochain livre sur la place de l’homosexualité et de la Franc-Maçonnerie dans la série Joséphine ange gardien… comme ça, vous retrouverez mon fameux trio Homo-Bobo-Apo).
 

Mais penchons-nous dès maintenant sur « Coup de foudre à Bangkok » et précisément sur la place de la Franc-Maçonnerie (autrement dit du boboïsme et de la Nouvelle Religion Mondiale) qu’on peut y observer. Cette Franc-Maçonnerie, secrètement anti-Église Catholique, est basée, comme son nom l’indique, sur la franchise et la maçonnerie. Normal qu’une comédie romantique, dont le nerf de la guerre est la bonne intention, le bon sentiment, se concentre sur la franchise ! Et ensuite, étant donné que la Franc-Maçonnerie entend faire croire aux Hommes qu’ils s’auto-construisent eux-mêmes sans l’aide de Dieu et de Jésus et de son Église (l’Esprit Saint), il est aussi tout à fait logique qu’elle concentre sa propagande luciférienne sur l’architecture, la construction, les bâtiments, et les 3 matériaux avec lesquels elle prétend fonder son Empire, c’est-à-dire le soleil, l’électricité et l’or.
 

 

Déjà, rien que dans le logo du générique de « Coup de foudre à Bangkok » apparaissent le triangle et la maçonnerie. Ensuite, tous les personnages du téléfilm se définissent comme des bâtisseurs : « Je construis des immeubles : je suis architecte. » déclare par exemple Laura, l’héroïne principale, pour se présenter à son futur amant Marc. « Votre travail c’est de construire. Nous gérons le reste. » ordonne la méthodique Malee, interprétée par la chanteuse Anggun ; le boulot de Sandrine Lafore, jouée par Mathilda May, c’est d’aller contrôler des chantiers de construction ; le personnage d’Alex, quant à lui, est l’archétype du carriériste dont les dents rayent le parquet. Et comme la logique de la Franc-Maçonnerie est même de présenter la destruction comme une construction (c’est la fameuse règle royale de la Franc-Maçonnerie : « Ordo ab Chaos », littéralement « l’ordre par le chaos »), la série nous offre aussi son lot de « constructeurs déconstructeurs ou reconstructeurs ou réparateurs » : « Moi je suis plutôt dans la reconstruction. Je reconstruis des familles. » répond sèchement Marc à Laura. Car beaucoup de personnages de la série des « Coup de foudre à… Tatawouine » sont des carriéristes qui n’acceptent pas de se le voir renvoyer, puisqu’en même temps qu’ils n’ont que le mot « carrière » en bouche, ils nous sortent le couplet du blues du businessman qui dit qu’il « n’y a pas que la carrière ou le boulot dans la vie (… il y a aussi la bite et les couilles) » : « Ça fait 10 ans que je construis pour les autres. J’ai jamais rien construit pour moi. » regrette Laura. Mais finalement, ces personnages bobos ne sortent pas de l’idée – fausse en l’occurrence et carriériste – qu’on construirait sa vie et celle des autres.
 

 

 

La Franc-Maçonnerie développe une obsession pour l’architecture et la construction. Dans « Coup de foudre à Bangkok », on voit des buildings à perte de vue, des bâtiments impressionnants, des triangles partout. Dans les temples maçonniques, les deux colonnes, les triangles, les piliers, le Pavé Mosaïque, le fil de plomb, occupent une place centrale. Eh bien dans « Coup de foudre à Bangkok », les héros nous parlent des piliers de fondation : je pense à Sandrine au téléphone avec ses architectes d’Hong-Kong. Par exemple, on voit les deux colonnes dans la salle de spectacle de la péniche de la société Suthama. Sur le bureau de Laura apparaissent équerre, compas, règle (les outils symbolisant la Franc-Maçonnerie). Benjamin évoque la figure de l’échelle. Laura souligne chez Marc son « côté carré ». Alex et Laura parlent du monde de l’entreprise et de la carrière comme d’un pavé mosaïque, d’un jeu d’échecs. Laura défend ses moules. Marc bosse pour une ONG (ARI Orphanage Houses) promouvant les maisons.
 

 

 

« Coup de foudre à Bangkok » défend tacitement l’idée que nous serions tous des bâtiments vivants, des totems, des temples (… et pas de l’Esprit Saint, mais de la Pierre philosophale !). La Maison est considérée comme un être humain, serait l’Humain même, et serait plus importante à sauver que lui ! Si si ! Je revois l’image du jeune Benjamin, interprété par l’excellent Gavril Dartevelle, devant une pancarte avec écrit en rouge sang « SAFE HOME » pour la défense de l’orphelinat. D’ailleurs, le personnage de Marc s’identifie carrément à l’orphelinat qu’il dirige : « S’ils détruisent l’orphelinat, je sais pas quoi faire. J’ai toute ma vie ici. ». Limite l’orphelinat-bâtiment a plus d’importance pour les protagonistes que les enfants qu’il abrite : « On va sauver l’orphelinat. » promet résolument Laura.
 

 

Quelles sont les matières avec lesquelles les francs-maçons actuels prétendent nous faire nous construire nous-mêmes ? Comme je l’ai dit au départ, il y a 3 matières physiques : le soleil (autrement dit l’héliocentrisme), l’électricité (comme le suggèrent les illuminatis lucifériens), et l’or.
 

 

Concernant le soleil dans « Coup de foudre à Bangkok », c’est lui, entre guillemets, le maître d’œuvre, puisque le bâtiment qui va être construit par les architectes du téléfilm doit, comme l’explique Malee, avoir des « façades adaptées à l’ensoleillement. ». Autre détail héliocentrique qui ne m’a pas échappé : l’actrice Blandine Bellavoir, jouant le rôle de Laura, porte sur la colonne vertébrale un tatouage linéaire représentant un concept New Age bouddhiste (bref, une connerie…) qui s’appelle, si je ne m’abuse, le « plexus solaire » : une sorte de centre énergétique créateur que chaque Humain porterait en lui pour rééquilibrer le Monde. Si ce n’est pas la religion solaire, alors qu’est-ce que c’est ?
 

 

On continue avec le dieu « Électricité » dont les francs-maçons (et donc les bobos) sont friands. « Coup de foudre à Bangkok », c’est vraiment la Fête des guirlandes ! On en voit partout : au tout début au balcon de l’appartement parisien de Laura, ensuite dans l’orphelinat de Marc ; et enfin, sur la péniche lors de la soirée Jet Set. Sans compter, par ailleurs, que les personnages sont décrits comme des tempêtes (Marc dit à Laura qu’elle est un « Ouragan de force 8 »), qu’ils sont suspendus à leur téléphone portable (le téléphone portable commande d’ailleurs à l’action), et qu’ils emploient souvent l’expression « coup de foudre » pour parler de leurs coups de cœur (c’est ce que fait Malee ; et ce n’est pas pour rien si le nom du téléfilm est « Coup de foudre à Bangkok »…). En lien (c’est le cas de le dire…) avec l’électricité, on retrouve beaucoup le lexique du textile. C’est le côté Li-Fi de l’affaire. Et les attachements amoureux des personnages prennent la forme des cordages ou des tissus lumineux : « Laura Brunel, accepteriez-vous de partager ma vie, et de manger des vers à soie ? » dit Marc à sa belle au moment de lui faire sa déclaration.
 

 

Enfin, je voulais vous parler de l’or, la 3e énergie sur laquelle se concentre la nouvelle Religion Mondiale. Dans « Coup de foudre à Bangkok », c’est incroyable comme le culte de l’or est instauré. Déjà, le projet architectural de l’épisode s’appelle « Gold Siam ». Si si. Ensuite, l’orphelinat de Marc est situé sur un ancien temple bouddhiste où se trouve « The Golden Mount » (textuellement, le « Mont d’Or »). La devanture du moule architectural de Laura est surmontée d’or. Les 3 danseuses thaïs de la péniche portent chacune à la main une coupelle d’or. Le petit sac à main de Malee est jaune doré. Laura, lors de la réception sur la péniche, porte une robe en lamé or. Les boucles d’oreilles de Sandrine sont d’or. Et pour parachever le tableau aurique, le téléfilm a été réalisé par un certain Chris Briant. Je crois qu’on va s’arrêter là dans cette ruée vers l’or.
 

 

 

Alors bien sûr, ces 3 matières énergétiques intéressent les francs-maçons dans leur matérialité brute. Mais c’est surtout l’or invisible (c’est-à-dire l’énergie, l’intelligence, la personnalité, le savoir, la connaissance, la science et la conscience, etc.) qui constitue le « Graal » de la Franc-Maçonnerie. C’est pourquoi nous allons voir maintenant quelles sont les valeurs sur lesquelles mise la Nouvelle Religion Mondiale pour asseoir son pouvoir et manipuler les esprits. Je vais les citer un peu en vrac, juste pour que vous puissiez les mémoriser (sachant que je développerai ces concepts surtout à travers le téléfilm Joséphine ange gardien et donc mon Dictionnaires des Codes apos).
 

On va commencer avec le mot « FORCE ». Contrairement au catholicisme qui valorise la fragilité en Jésus, le Gouvernement Mondial, ne jurant que par le dieu « Énergie », met en avant la « Force ». On le voit dans « Coup de foudre à Bangkok » surtout à travers le personnage de Sandrine Lafore (le nom de famille est bien signifiant ici). Elle joue toujours la femme forte, refusant le renoncement ou la faiblesse, « croyant dur comme fer » (je cite) à tout ce qu’elle entreprend. Mais cette force n’est pas toujours maîtrisée : Sandrine finit, je cite encore, par « péter un câble. » ; son fils Benjamin ne sait pas toujours bien diriger ses « boules de feu » sur jeu-vidéo ; et on apprend que le temple bouddhiste a été transformé en orphelinat suite à un incendie. Donc la Force invoquée par la Nouvelle Religion mondiale a bien son côté obscur.
 

On continue sur les valeurs de la Franc-Maçonnerie, avec le RÊVE ou l’IMAGINAIRE ou l’IMAGINATION. Bref, les francs-maçons, à force de haïr le Réel qu’est Jésus et de lui préférer le pragmatisme matérialiste, ou l’angélisme désincarné de Lucifer, se prennent les pieds dans le tapis de l’onirisme ou du symbolisme : « Imagination is everything. It is the preview of live’s could be. » lit-on par exemple dans l’aéroport de Bangkok.
 

Autre concept en vogue dans la Nouvelle Gouvernance Mondiale : le mot « PROJET ». Je l’ai entendu je ne sais combien de fois dans « Coup de foudre à Bangkok ». Toute ressemblance avec un certain gouvernant de la France dont le nom commence par un « M » et finit par un « N » serait purement fortuite…
 

L’Antéchrist et ses suiveurs adorent aussi le concept de COOLITUDE. Aujourd’hui, c’est le mot passe-partout dont peu se méfient, et qu’on entend à longueur de temps dans les séries. C’est la dictature de la coolitude. C’est comme ça : il ne faut plus être bon (comme Jésus) : il faut être COOL ! Capiche !?! : « Marc, lui, il est cool. » dit par exemple le jeune Benjamin dans « Coup de foudre à Bangkok » ; « C’est cool. » renchérit Alex ; « C’était cool de te rencontrer. » avoue Laura à Benjamin ; « Franchement, Marc, t’es trop cool. Et toi Laura, t’es presque cool. » lance Benjamin à Laura et Marc, en distribuant les bons points de coolitude. L’objectif d’une vie, ce serait ce paraître là.
 

Six autres valeurs du boboïsme ou de la Franc-Maçonnerie qu’on entend beaucoup dans « Coup de foudre à Bangkok » : le SAVOIR-FAIRE (le « savoir-faire haut de gamme » comme dit Malee), la MAÎTRISE, la FIERTÉ (il faut être obligatoirement fiers les uns des autres), l’AUDACE, les IDÉES. Ce sont des mots d’ordre omniprésents.
 

 

Dans le même ordre d’idée, les francs-maçons qui se prennent pour le Créateur nous martèlent le concept de CRÉATIVITÉ/CRÉATION comme un objectif que nous devrions atteindre universellement : « Creativity is the greatest expression of liberty. » lit-on dans les escalators de l’aéroport de Bangkok, ou encore cette citation de Maya Angélou « You can’t use up creativity. The more you use, the more you have. » (Maya Angélou). Je rappelle à tout hasard que la série des téléfilms « Coups de foudre à… » est présentée officiellement comme une « création » TF1.
 

 

La Franc-Maçonnerie mondiale est également fondée sur la notion (bien creuse) d’AMÉLIORATION : elle nous souhaite toujours « le meilleur » et pointe ce dernier comme un paradis. Dans « Coup de foudre à Bangkok », le chantre de l’amélioration, c’est sans conteste le personnage d’Axel, le requin de l’architecture, qui met sans cesse Laura au défi de faire mieux que lui. Il lui répète toujours la formule consacrée « Que le meilleur gagne. ».
 

Autre grande marotte de la Nouvelle Gouvernance Mondiale pour nous asservir en nous donnant l’impression de nous transformer en héros : c’est la notion de RESPONSABILITÉ : là encore, le téléfilm « Coup de foudre à Bangkok » fait très fort dans le prêchi-prêcha en faveur de la responsabilité : « La responsabilité, c’est ce qui fait la base de la démocratie. » déclare par exemple le directeur du collège français de Bangkok) ; « Ils doivent prendre leur responsabilité. » menace Marc aux agences immobilières face aux caméras de télévision.
 

La Franc-Maçonnerie mondiale (et finalement tous leurs nombreux suiveurs) nous bassine aussi constamment avec le concept de DIFFÉRENCE (comme si toute différence ou tout mélange était bon en soi, était des natures). Dans « Coup de foudre à Bangkok », c’est très clair : Malee le dit, il faut « faire la différence » ; et Laura, plus tard, le lui répète : « Il faut voir plus grand. Différent. » La Franc-Maçonnerie, c’est vraiment l’hétérosexualité dans toute sa splendeur, c’est-à-dire le culte de la différence en soi, le culte de l’anticonformisme. « Laura a pensé hors du cadre. Bravo. » conclut Malee à la fin du téléfilm.
 

La Nouvelle Religion Mondiale aime aussi beaucoup le mot « CONFIANCE ». Alors vous pensez bien qu’il ne s’agit pas de la confiance ou de la foi en Jésus, mais plutôt uniquement de la « confiance en soi » (et un peu « aux autres ») qui est mise en avant. Cette expression – en lien avec le symbole de la main tendue ou donnée – est omniprésente dans les films et les séries actuelles.
 

Autre valeur chère à la Franc-Maçonnerie, c’est la COMMUNICATION. Cette injonction à la communication (Il faudrait absolument « communiquer », « parler », « faire savoir », « partager », « réagir », « s’exprimer », « dire ce qu’on ressent et ce qu’on pense », y compris quand on ne pense pas et qu’on n’a rien à dire) est perverse car elle se fait sur la base de l’auto-victimisation (et pas du tout sur la recherche de Vérité-Charité qu’est Jésus). Par exemple, il est fait tout un pataquès autour d’un phénomène certes grave mais hyper maltraité ou récupéré par les libertaires, à savoir le harcèlement scolaire. Et dans « Coup de foudre à Bangkok », on n’y coupe pas ! Le jeune Benjamin est harcelé dans son collège… et ça devient l’Injustice n°1 de la Planète, LA Cause internationale contre laquelle il faudrait lutter en priorité (ça dépasse la prostitution, la misère, le trafic d’organes ou d’humains, les assassinats, etc.). Ces problèmes de riches traités comme des épreuves de pauvres sont sidérants. Et bien sûr, la solution, ce serait la COMMUNICATION : « Si y’a quelqu’un qui t’emmerde, il faut que t’en parles. » insiste Laura auprès de Benjamin. Et même Marc encourage le gamin à la délation : balancer son « agresseur » sur les réseaux sociaux, « ce n’est pas mal : ça le dissuadera de faire de nouvelles victimes ». Magnifique, cette Génération de mouchards communicants MeToo, Balancetonporc, S.O.S. Homophobie, S.O.S. Racisme ou anti-islamophobie
 

La Franc-Maçonnerie mondiale aime également beaucoup la notion d’EXCUSE, qu’elle supplante à la réalité du PARDON (le pardon, c’est trop catho, c’est trop hypocrite, hein…) : « Je suis pas faite pour les excuses. » avoue Laura. Les bobos ne savent pas dire pardon et le méprisent : ils lui préfèrent largement la « seconde chance », l’« excuse »… donc des parodies de pardon, bien souvent suivies d’ailleurs de la vengeance, car en général, il n’y a pas de 3e chance offerte de leur part. Par exemple, lorsque Marc force le jeune Keng à (je cite) « s’excuser. » auprès de Benjamin, ce dernier ne manque pas de narguer par la suite le garçon repentant et d’ironiser sur son emploi du mot « pardon ».
 

Autre valeur promue par la Franc-Maçonnerie, c’est le NON-RENONCEMENT (et derrière, on y entend le refus de la finitude et de la justice divine définitive). « C’est pas mon genre (de me laisser martyriser). » déclare Laura, triomphante. La volonté individuelle serait reine et devrait décider de tout. Y renoncer serait le comble du défaitisme et du sacrilège. À chaque fois que des expressions d’abandon ou de renoncement ou d’échec irréversible sortent dans les séries ou les films actuels, elles sont en général immédiatement suivies d’une révolte ou d’une contradiction qui vient les invalider. Les échecs, d’accord, mais point trop n’en faut, et surtout jamais définitifs ! « C’est trop tard. » déclare Marc, en voulant jeter l’éponge pour sauver son orphelinat. Eh bien la série s’empressera de faire mentir son défaitisme et de promettre qu’il ne faut jamais renoncer, a fortiori à soi-même. Cet optimisme obligatoire et anti-renoncement est le contraire du catholicisme qui appelle justement au renoncement à soi.
 

Autre concept en vogue dans la Franc-Maçonnerie et au Gouvernement Mondial : celui de CHANCE. Comme l’avait vu Serge Gainsbourg (qui dénonçait la chance comme le nouvel opium du Peuple), on nous serine avec la chance ou l’égalité des chances comme d’autres avec le droit. « C’est ça la vie : c’est saisir les opportunités. » déclare Alex à Laura dans « Coup de foudre à Bangkok ». Refuser la « chance » est considéré comme un terrible affront, un sacrilège, un blasphème. Par exemple, Laura fait pleurer une orpheline thaï qui veut lui offrir gratuitement un grigri, une sorte de collier-amulettes de la chance, parce qu’elle le lui refuse, ce qui ne manque pas d’insurger ce « maître de sagesse » juvénile que serait Benjamin : « T’as vraiment pas de cœur. C’est des bracelets porte-bonheur ! Les Thaïs, ils croient vraiment que c’est magique ! » La chance, selon les francs-macs, c’est à saisir obligatoirement. Ils ne nous laissent pas trop le choix…
 

 

C’est pareil pour les concepts d’AIDE ou de SOLIDARITÉ. La Nouvelle Religion Mondiale n’a rien trouvé de mieux pour maquiller son dessein d’homicide sur l’Humanité que d’habiller ce dernier de solidarité et d’humanisme intégral. Comme ça, les Humains n’y voient que du feu. ! Personne ne leur veut du mal, pas même Lucifer, puisqu’il prétend vouloir « les aider (… à être plus humains) ». C’est un coup de maître de sa part, il faut le reconnaître. Et cette dictature de l’aide ou de la solidarité (c’est bien ça, la Franc-Maçonnerie : vouloir se sauver soi-même par ses propres actes de solidarité) transparaît énormément dans « Coup de foudre à Bangkok » : « Nim peut t’aider. » dit Marc à Laura ; « Marc va t’aider. » dit Laura à Benjamin ; « Je veux t’aider. » dit Laura à Marc ; « Tu veux vraiment m’aider ? » demande Marc à Laura ; « Marc et moi on veut t’aider. » disent Laura et Marc à Benjamin. Etc. etc. Au cas où vous ne l’auriez pas compris, les francs-macs veulent absolument AIDER. Eh bien pour ma part, pour leur répondre, je reprendrais volontiers à mon compte cette remarque d’un sketch de Salomone et Dujardin dans l’émission Farce Attack : « Si tu veux m’aider, ne m’aide pas. ».
 

 

Deux autres concepts du positive wording de la Franc-Maçonnerie qu’on retrouve dans « Coup de foudre à Bangkok » (je suis déçu… : je n’ai pas entendu une seule fois « PASSION », qui est pourtant un incontournable…), c’est l’AVENIR (en lien avec la jeunesse et une certaine idée de l’enfance : « L’Avenir c’est les enfants » déclare Marc) et c’est l’ESPOIR : « C’est ça sa force : toujours continuer à donner de l’espoir. » nous dit-on de Marc). L’optimisme lénifiant et dégoulinant de la Nouvelle Gouvernance Mondiale singe l’Espérance (à savoir la Résurrection et la victoire définitive de Jésus sur la mort) en espoir (à savoir une combattivité ou un volontarisme rose bonbon, la « positive attitude » de Lorie).
 

Mais le principe maçonnique qui détrône évidemment toutes les autres valeurs que je vous ai citées est bien la FRANCHISE (ou tous ses synonymes : la sincérité, la clarté, la transparence, le fait d’être direct ou cash, les 4 vérités, la spontanéité, l’honnêteté). Eh bien oui : dans « Franc-Maçonnerie », il y a « franc » (au sens aussi de français). Et ça se sent énormément dans « Coup de foudre à Bangkok », qui est un hymne à la franchise ! Marc, par exemple, utilise beaucoup l’adverbe « franchement ». La fratrie Malee/Wattana est fan du côté franc de la culture mondiale : Sandrine souligne que « dans la famille Suthama, ils sont super francophiles !» et que (je la cite) « la French Touch, c’est vraiment ça qui compte. » En lien avec le culte maçonnique pour la franchise et les bonnes intentions, ainsi que la devise « Ordo ab chaos » (l’ordre par le chaos) de la Franc-Maçonnerie, on pourrait dire que le couple Laura et Marc, c’est symboliquement l’allégorie parfaite de l’Ordo ab chaos. Déjà, si on prend individuellement le personnage central de Laura, on voit qu’elle a son côté ordre (elle est architecte, elle construit des cadres, elle est franche, elle est présentée par TF1 comme une femme « à la répartie cinglante ») mais aussi son côté désordre (elle a une sexualité libérée, elle est présentée comme une femme volcanique, transgressive, à la crinière de feu, qui désobéit, part dans tous les sens, et n’en fait qu’à sa tête). Quant à Marc, il adopte cette philosophie (très orientaliste, bouddhiste, mais aussi macroniste) du soi-disant « équilibre des contraires », comme si le bien avait besoin du mal pour exister et agir. Par exemple, il conseille à Benjamin d’« utiliser son agressivité pour construire. ». Et, comme je le disais, Marc et Laura, c’est vraiment l’alliance du carré et du rond (Laura dit à Marc qu’elle le trouve très « carré », et lui la décrit comme un ouragan tourbillonnant). Deux franchises se rencontrent et veulent construire leur vie à deux.
 

Au-delà des intentions de construction, dans le concret, la Franc-Maçonnerie ne fait pas que construire, justement. Bien au contraire. C’est plutôt une entreprise déguisée de démolition d’Humanité ! C’est bien ça le problème. Elle s’en prend aux 4 socles d’Humanité et de Divinité que sont la différence des sexes (entre l’homme et la femme), la différence des générations (entre fils et père ou entre enfants et adultes), la différence des espaces (entre riches et pauvres, concitoyens et étrangers, ouvriers et patrons, Peuple et dirigeants, etc.) et la différence Créateur/créature (Hommes et Dieu, Jésus et Église, Humains et anges/végétaux/animaux/minéraux/robots, etc.).
 

Concernant son attaque de la différence des sexes, c’est assez flagrant dans « Coup de foudre à Bangkok ». Le mariage (ou la famille) fait peur à tous les personnages (les rares mariages qui existent sont des façades pour l’adultère). Par exemple, Laura est tétanisée à l’idée d’être en couple avec quelqu’un : « Ça veut dire qu’on va devoir former un couple ?? » demande-t-elle, tout angoissée, à Marc. Quant à ce dernier, il a jusqu’à présent toujours refusé de se marier, car, comme le dit le personnage de Dao, « Sortir avec une Thaïlandaise, c’est sortir avec toute sa famille. ».
 

La misandrie (à savoir la haine des hommes) est aussi très présente dans le téléfilm. Dès la première scène, le pauvre Pablo se fait jeter comme une vieille merde par Laura et découvre qu’il a été utilisé comme un vulgaire « plan cul ». Et au début du téléfilm, on entend la chanson « Elle fait pleurer les garçons parce qu’elle ose dire non. », désignant Laura comme un piège-à-hommes. Dans « Coup de foudre à Bangkok », les hommes et les pères sont soit absents, soit montrés comme des êtres volages ou lâches : « Rassurez-moi : vous êtes pas du genre à allaiter ? » demande sarcastiquement Laura à Marc au moment de leur rencontre. Par exemple, le papa de Benjamin est à Boston et a abandonné son fils ; Laura va sur les applis de rencontres (Squeezer) et consomme les mecs. Dans cette série, c’est le gynocentrisme qui prend le pouvoir : Anggun, en grande prêtresse du féminin sacré si cher à la Franc-Maçonnerie mondiale, dirige les opérations, évince son « adultère de frère » et prend l’ultime décision de l’épisode.
 

 

Concernant la différence des générations, elle est également mise à mal dans « Coup de foudre à Bangkok ». Comme je l’ai souligné dans mon livre Les Bobos en Vérité, il y a souvent dans le boboïsme d’une part un caractère incestueux caché (une relation frère/sœur trop fusionnelle ou jalouse… et c’est le cas dans « Coup de foudre à Bangkok » entre Malee et Wattana par exemple) et d’autre part un matricide symbolique (qui succède presque toujours à un parricide), c’est-à-dire qu’un enfant (en générale une fille incarnant la figure de l’effrontée) vient venger le meurtre de son père en tuant symboliquement sa mère jugée despotique. Le matricide – c’est-à-dire le meurtre de la mère – occupe tout le tableau de « Coup de foudre à Bangkok ». Laura déteste sa propre maternité et celle des autres femmes : « Moi les nourrissons pendus aux mamelles de leur mère, ça me fait vomir… » Elle fait même croire en boutade à Marc que « pour ses 17 ans elle s’est fait ligaturer les trompes. » pour être sûre de ne pas tomber enceinte. Puis face à sa mère symbolique, Sandrine, l’architecte qui lui a donné la vocation d’être elle-même architecte, elle la tue verbalement : « J’avais tellement d’admiration pour toi… Tu sais quoi ? J’espère ne jamais te ressembler. » À ce propos, Sandrine, incarnée par la jolie Mathilda May, est la figure par excellence de la mère démissionnaire, qui délaisse son enfant (Benjamin). La seule maternité valorisée dans le téléfilm, c’est la maternité adoptive, c’est-à-dire pas de sang : avec l’apprivoisement inespéré entre Laura et Benjamin.
 

 

Le meurtre symbolique de la différence des sexes orchestré par la Franc-Maçonnerie ne s’arrête pas là. Il va jusqu’à la promotion soit de l’asexualité (je pense à Benjamin, coiffé comme les gamins bobos, c’est-à-dire « à la Mowgli », avec les cheveux mi-longs : l’ado androgénéisé) soit de l’homosexualité (Benjamin demande à Laura si elle a « déjà couché avec des nanas ? ». Même si ça reste très léger – comparé à Joséphine ange gardien – on voit çà et là des rainbow Flag apparaître dans certaines séquences du téléfilm ou dans les chansons, comme « l’arc-en-ciel sur le cœur » pendant le karaoké).
 

 

Pour ce qui est de la violation/transgression de la différence des générations, on voit par petites touches dans « Coup de foudre à Bangkok » une promotion de la pédophilie. Déjà, dès la première scène de ce téléfilm pourtant supposé « familial » et diffusé à une heure de grande écoute, on nous montre une scène de cul entre deux adultes (Merci TF1 pour les mômes qui sont tombés dessus sans rien avoir demandé…). La pédophilie apparaît aussi dans la suspicion de tourisme sexuel que Laura jette sur Marc dans l’avion qui les conduit en Thaïlande. Sans parler de la relation amoureuse projetée entre Benjamin (gamin de collège) et une jeune Thaïlandaise de son âge. Laura le surnomme « Roméo ». Ça ne choque que moi ? Je veux bien reconnaître à l’acteur qui joue le rôle de Benjamin Lafore – Gavril Dartevelle – une étonnante maturité pour son âge, il n’en reste pas moins que les scénaristes de « Coup de foudre à Bangkok » lui ont prêté des répliques et des réactions qui ne sont pas celles d’un ado, mais d’un adulte, de surcroît libertin et obsédé sexuel. Y compris le personnage de Laura le remarque et est obligé de lui mettre le hola quand Benjamin lui pose des questions déplacées et intrusives sur la sexualité des adultes. Ça aussi, c’est de la pédophilie symbolique.
 

« Coup de foudre à Bangkok » cherche également à flinguer la différence des espaces. Dans le genre téléfilm bien manichéen, bien-pensant, et raciste (mais en mode « anti-racisme et #BlackLivesMatter »), difficile de faire mieux ! C’est le Noir (Marc) le bon, le gentil, l’Humanitaire, avec le cœur sur la main, face à la Blanche (Laura) bourgeoise, délurée, superficielle, égoïste, occidentale.
 

Enfin, la Franc-Maçonnerie s’affaire à détruire la différence Créateur/créatures (à savoir Jésus et l’Église) pour lui supplanter une religion qui n’en porte pas le nom, c’est-à-dire un humanisme intégral « sans Dieu ni maître », ou une spiritualité fondée sur un dieu « Énergie » où l’Homme se confondrait avec la Nature, les animaux, le « vivant », et même le Cosmos. Dans « Coup de foudre à Bangkok », on est complètement là-dedans. Le collège français de Bangkok, apparemment catholique (il s’appelle « Saint Jean-Baptiste de la Sale ») est vidé de ses croix et de sa catholicité. C’est devenu un collège huppé pour expat’ et gosses de riches, ayant choisi pour religion le multiculturalisme internationaliste : des guirlandes de drapeaux de tous les pays décorent le bureau du proviseur qui a l’air aussi catho que Frigide Barjot.
 

 

En revanche, côté Nouvelle Religion Mondiale, là, il y a de quoi faire avec « Coup de foudre à Bangkok ». La bière coule à flots dès le départ. Par exemple, juste après son « plan cul » avec Pablo, Laura lui propose une bière (c.f. Vous irez lire, pour ceux que ça intéresse, mes articles parlant de la bière comme nouvelle religion mondiale qui prétend se substituer au Sang du Christ : c’est très sérieux et documenté, ne croyez pas). Ce téléfilm est aussi une vitrine de l’orientalisme. Les protagonistes – même les plus sceptiques – finissent par serrer les colliers de chance comme des chapelets, par pénétrer les temples bouddhistes et les défendre contre les plans de démolition et d’achat des agences immobilières sans vergogne.
 

 

Comme je vous le signalais un peu plus haut, l’objectif, à plus ou moins court terme, de la Nouvelle Religion Mondiale antéchristique, c’est de nous assimiler, nous Humains, au nom de notre Humanité, aux végétaux, minéraux, animaux, anges, Cosmos et même objets/robots. « Je pense végétal. » déclare haut et fort Laura. Dans « Coup de foudre à Bangkok », la part belle est faite aux fleurs (Nous sommes tous des plantes, n’est-ce pas ?) : on nous amène au marché aux fleurs de Bangkok, en nous expliquant qu’elles sont les âmes de la ville, et qu’elles sont les meilleurs offrandes de gratitude au dieu Bouddha. On nous montre aussi des télescopes, comme dans le bureau de Laura.
 

 

C’est la religion moniste, donc à la fois naturaliste et cosmique, où la Terre et le Ciel ne formeraient qu’un Tout, et transformeraient l’Homme en infime détail de ce Tout. On retrouve dans certains plans-séquences de ce téléfilm les 5 couleurs des bandes énergétiques des religions héliocentriques (blanc, gris, noir, jaune, rouge) déclinées par Alberto Villoldo concernant la civilisation inca.
 

 

La tentative des francs-maçons naturalistes d’assimiler le genre humain au « règne » animal est marqué par la forte présence – au moins symbolique – de la Bête dont parle saint Jean dans le livre biblique de l’Apocalypse, ainsi que de son image et de sa marque (la fameuse « Marque de la Bête » : le 666 ou la puce électronique RFID subcutanée portée à la main ou au front). Dans « Coup de foudre à Bangkok », la Bête est visuellement là. Par exemple, Marc dit qu’il « a un boulot monstre qui l’attend. » ; les héros mangent des insectes séchés censés être plein de protéines (vers à soie, araignées, cafards) ; on voit un statue d’un éléphant sur la table de la salle à manger de Sandrine ainsi qu’une sculpture de cygne en tissu sur le lit de la chambre d’hôtel de Laura ; certains protagonistes se comparent à des animaux et s’animalisent (« On est pareils toi et moi : on est des loups solitaires. » déclare Alex à Laura).
 

 

Pour ce qui est de la Marque de la Bête, on la voit sur la plaque d’immatriculation de la voiture rouge de Marc (le 666 stylisé), ainsi que sur le tatouage dorsal et héliocentrique de Laura, mais également à travers l’insistance sur la main (le motif « High Five » du tee-shirt de Benjamin) ou encore avec la clé USB (Laura donne à Malee la clé de la réussite de son projet et de l’intrigue : « Vous pouvez prendre ma clé USB. Y’a ma proposition dessus. »)
 

 

Enfin, terminons avec un peu d’onomastique (étude des noms et prénoms) pour y voir le mal caché. Dans « Coup de foudre à Bangkok », la méchante qui a l’air gentille parce qu’intransigeante, c’est Malee… et dans Malee, il y a « Mal ». Et on voit qu’Anggun campe le personnage d’une veuve noire impitoyable. Quant à la Marque de la Bête, ce n’est pas un hasard que Marc se prononce comme « Marque », et que son nom de famille (« Lavoisier ») renvoie clairement à un chimiste qui, sans être officiellement initié franc-maçon, a fortement influencé la Franc-Maçonnerie.
 
 
 

J’en ai fini de mon étude sur ce téléfilm « de Noël ». Un conseil : ne regardez pas « La Petite Maison dans la prairie » avec moi : vous risqueriez de ne pas en dormir la nuit.

Franc-Maçonnerie, Homosexualité et COVID dans le dessin animé Scooby-Doo : Mystère Associés (avec podcast audio)


 

Vous connaissez tous Scooby-Doo, le dessin animé nord-américain des studios Hanna-Barbera qui a bercé notre enfance depuis les années 1970… et qui, depuis, a subi pas mal de liftings qui l’ont rendu véritablement monstrueux ? Eh bien j’ai regardé pour vous la toute dernière bouture 2010-2013 de Scooby-Doo, qui s’appelle Scooby-Doo : Mystères associés, parce que, même si chacun des 52 épisodes qui composent les saisons 1 et 2 peuvent se regarder séparément, ils fonctionnent sous forme d’intrigue fil rouge, de roman-feuilleton.
 

 

Et cette intrigue tourne autour d’une chasse au trésor, un trésor caché sous la ville de Crystal Cove, qui est gardé par un sarcophage renfermant une divinité maya, Nibiru, ancêtre des sumériens égyptiens, divinité tellement démoniaque qu’elle a le pouvoir de détruire non seulement la ville de Cristal Cove comme elle l’a fait il y a 500 ans au temps des conquistadors, mais aussi plus largement le Monde et le Cosmos. Grâce à un disque planisphérique alchimique conduisant au trésor, et composé de 6 parties formant un soleil, 6 parties convoitées également par la première agence historique des détectives « Mystères Associés » dirigée par le diabolique perroquet le Professeur Périclès (l’antithèse de Scooby-Doo), l’équipe des seconds « Mystères associés », composée de Fred, Daphné, Véra, Sammy et Scooby-Doo, parviendront à réparer l’Histoire et à sauver l’Humanité en découvrant le trésor sous-marin de Nibiru et en terrassant l’entité démoniaque qui, à cause de l’appât du gain et de l’or, a rendu folles et méchantes les 7 autres agences de détectives qui les ont précédés.
 

Ça, c’est pour le résumé de l’intrigue dans les grandes lignes.
 

Maintenant, j’ai envie de vous proposer une analyse de Scooby Doo : Mystères et associés un peu plus poussée que la plupart des interprétations plates qu’on entend sur Youtube. Car elle sera symbolique et spirituelle. C’est une analyse qui non seulement décrit mais dénonce aussi. Car oui, au-delà de l’attachement nostalgique et de la sympathie bien compréhensible que génère ce dessin animé fédérateur qui a marqué des générations et des générations de téléspectateurs (moi aussi, j’ai aimé les premiers Scooby-Doo ; et en tant que personne homo, je ne suis pas le seul à m’être identifié à Daphné voire même à Véra !), il y a beaucoup de choses à dire et à dénoncer dans Scooby-Doo nouvelle formule, 40 ans après. Notamment en ce qui concerne la Franc-Maçonnerie et la Nouvelle Religion mondiale antéchristique. Car contrairement à ce que pensent beaucoup de nos contemporains, les dessins animés n’ont rien d’innocent et formatent les esprits de nos têtes blondes dès le plus jeune âge. Donc à nous d’être attentifs et de ne pas nous laisser rouler dans la farine. En plus, les cartoons actuels sont prophétiques à leur façon, puisqu’ils portent des contenus de plus en plus clairement eschatologiques, c’est-à-dire tournés vers l’Apocalypse (le Retour en gloire de Jésus Roi de l’Univers) et vers la Fin des Temps. Donc raison de plus pour nous y intéresser et pour les regarder avec les bonnes lunettes !
 

D’ailleurs, à ce propos, je vous invite, après cette vidéo, à aller écouter un autre podcast que j’ai réalisé sur l’anti-catholicisme dans les dessins animés des années 80, car vous y retrouverez beaucoup de points communs.
 

Mais rentrons dans le vif du sujet, et penchons-nous sur le cas précis de Scooby-Doo : Mystères associés, et ses accointances avec la Franc-Maçonnerie luciférienne. Pour ceux d’entre vous qui n’y connaissent rien en Franc-Maçonnerie, ou qui pensent naïvement que ce sont des sociétés secrètes auxquelles seule une élite de l’ombre appartiendrait, je vais vous résumer en peu de mots ce qu’est la Franc-Maçonnerie, en vous prouvant par-là même que la Franc-Maçonnerie ce sont avant tout les idées bien plus qu’une adhésion officielle, et que ces idées sont largement sorties des loges et sont maintenant inconsciemment et massivement validées par la grande majorité de la population mondiale, et donc que le franc-maçon ce n’est pas « l’autre » mais c’est potentiellement « prioritairement nous ». La Franc-Maçonnerie, qu’est-ce que c’est ? C’est simple comme bonjour : c’est la franchise + la maçonnerie. C’est-à-dire la croyance que je me créerais, me construirais, m’améliorerais, et me sauverais moi-même, sans Jésus, à travers mes bonnes intentions, mes actes de solidarité ou de justice, ma quête de savoir et de connaissance, ma propre conscience. La Franc-Maçonnerie est donc luciférienne et diabolique, même si elle prône l’humanisme intégral, la solidarité mondiale et la liberté absolue. Sa doctrine, c’est l’intelligence sans Amour, ou l’intelligence à la place de l’Amour. Elle remplace le vrai Dieu (Jésus) par le dieu « Énergie » (je pense au trio Or/Soleil/Électricité), le dieu « Connaissance », le dieu « Humanisme », et cherche à ce que chaque Homme n’obéisse à personne d’autre qu’à sa conscience/volonté/ressenti/subjectivité/activité personnel(-le). En fait, c’est un individualisme de masse, déguisé en altruisme ou « idéal collectif » puisqu’il vise tout le monde et même le Cosmos.
 

Dans Scooby-Doo, on retrouve tous les ingrédients de la Franc-Maçonnerie. Dès le départ, le groupe d’adolescents de « Mystères associés » (on ne sait pas trop quel âge ils ont : on dirait plutôt des adulescents) s’annonce comme une loge, malgré ses allures hippies flower power rigolotes (ils roulent en van fleuri, et Sammy est l’archétype du hippy paresseux et rêveur). Malgré son caractère improvisé et amateur, l’agence de détectives s’appelle dès 1969 « Mystery Incorporated », nom qu’on pourrait traduire par « Société du Mystère ». C’est donc bien une société secrète… qui lutte contre les secrets, soit dit en passant ! Dans Mystères Associés, l’équipe obéit à son vénérable, un certain « Monsieur E » (Ricky Owens), qui conduit leur jeu de piste en semant çà et là des indices ou des lettres pour les guider vers leur quête de connaissance et de résolution des mystères. Chaque membre a un talent pour parvenir à ce but : Fred incarne la force tactique (il est le maître des pièges), Daphné la ruse et la séduction, Sammy le paresse et la maladresse révélatrices, Scooby-Doo le peur gaffeuse accidentellement géniales, Véra l’intellect (elle est le cerveau du groupe).
 

Comme je l’ai dit dans le résumé, l’agence de détectives « Mystères associés » n’est qu’une copie améliorée de 7 autres sociétés secrètes (composées elles aussi chacune de 4 humains et d’un animal) qui se sont formées avant elle, et qui ont perdu leur pureté à cause de l’or :
 

1) « Mystères Associés 2 » a tout d’abord son clone précolombien, « les Chasseurs de Secrets » et leur jaguar Spot, en mode maya.
 

 

2) Elle a son clone monastique, « la Fraternité du Mystère » (Fraternitas Mysterium) et son âne Cordo, en mode franciscain.
 

3) Elle a son clone mexicain « L’Alliance du Mystère » (Alliance Misterioso) et son putois El Fucci, en mode Zorro.
 

4) Elle a son clone féministe « Le Gang du Mystère » et son taureau Tiny, en mode cowgirls du Far-West.
 

5) Elle a son clone aurique avec « La Loge bienveillante du Mystère » (je n’invite rien… ou « Loge Philanthrope du Mystère ») et son orang-outang Mr Pichies, en mode ruée vers l’or. Cette loge maçonnique a été fondée par Oswald Burlington, comme on l’apprend dans l’épisode 10 de la saison 2 « Terreur nocturne », un épisode crucial pour comprendre les ponts directs entre « Scooby-Doo » et la Franc-Maçonnerie.
 

 

6) Elle a son clone familial, « La Confrérie du Mystère » et son chat Wizkurd, en mode égypto-maçonnique, avec le père, Cleptus Darrow qui ressemble au colonel Sanders des pubs KFC.
 

 

7) Enfin, elle a son clone maléfique avec « Mystères Associés 1 », bande composée de Cassidy Williams (alias « Angels Dynamite »), de « Monsieur E » (Rick Owens), de Brad et Judy les parents biologiques de Fred, et du diabolique perroquet le professeur Périclès.
 

Ces confréries ont comme point commun d’avoir toutes été (je cite) « manipulées par l’entité démoniaque » enfermée dans le sarcophage maya du trésor précolombien qu’elles ont découvert, et donc d’avoir cédé à l’appât du gain et du pouvoir. « Mystères Associés 2 » auraient donc évité le piège de cupidité et d’avarice dans lequel tous leurs prédécesseurs seraient tombés. Et à la fin de l’histoire, ils intègrent tous l’Université Miskatonique où ils occuperont une chaire prestigieuse de savants omniscients, illuminés.
 

Le dessin animé attribue à « Mystères associés » la création du Monde, ou plutôt d’un Monde parmi tous les Mondes interdimensionnels qui existeraient. En terrassant Nibiru qui (je cite) « dévorait des Mondes », l’équipe de Scooby-Doo a pu « créer un Monde sans mystères (donc selon eux, sans mal) » à la fin de la saison 2.
 

Beaucoup de titres d’épisodes de Mystères associés sont des références clairement maçonniques : par exemple « Le chaos hurlant » à l’épisode 12 de la saison 1 (la devise de la Franc-Maçonnerie, c’est « l’ordre par le chaos ») ; « La Cité engloutie » à l’épisode 11 de la saison 2 (la Franc-Maçonnerie rêve de fonder ou de découvrir une Cité d’or) ; « Malédiction sur les planches » à l’épisode 15 de la saison 2 (les planches sont les travaux exposés lors des tenues blanches des initiés francs-maçons), etc.
 

En lien avec les planches et l’obsession franc-maçonne pour la construction, il est beaucoup fait mention des « plans » dans Scooby-Doo. « Vous savez ce qui me remonte le moral ? Faire des plans. » dit par exemple Fred, dans l’épisode 4 de la saison 2.
 

 

En loges maçonniques, ils sont à fond branchés sur le Discours de la Méthode de René Descartes, et appuient leur recherche de savoir et de conscience sur le concept de « méthodes ». Eh bien dans Scooby-Doo (tout comme dans Joséphine ange gardien d’ailleurs), j’ai relevé de nombreuses mentions aux « bonnes vieilles méthodes » ou à la « méthode » (Dans l’épisode 14 de la saison 2, par exemple, Blue Falcon se vante même de posséder « 23 méthodes » !)
 

Certains épisodes de Scooby-Doo suivent carrément la trame des rites maçonniques d’adhésion (ou dits « de réception ») en loges : l’épisode 17 de la saison 1, intitulé « Pris au piège », dans lequel l’équipe se retrouve enfermée dans différentes salles où elle doit résoudre des mystères et déjouer des pièges, en mode « escape game », sinon, elle périra ; et bien sûr, l’épisode 25 de la saison 2, intitulé « L’Avènement de Nibiru » l’avant-dernier de la série, où, pareil, les 5 détectives doivent « passer sous le bandeau » entre guillemets, c’est-à-dire trouver les clés et les indices qui leur permettront de passer des portes, de ne pas mourir, et d’accéder au trésor, sachant que la 1ère porte représente l’élément de l’air, la 2e l’élément de la terre, la 3e l’élément de l’eau et la 4e l’élément du feu (les 4 éléments font partie des rites initiatiques les plus courants en loges maçonniques).
 

Le triangle est une figure trinitaire géométrique littéralement adorée par les francs-maçons. Il encadre souvent un œil et symbolise en gros la perfection du savoir et de la conscience humaine. On voit des triangles un peu partout dans Scooby-Doo.
 

 

Le chandelier – à trois branches ou plus – est un accessoire bien connu des obédiences maçonniques. Il est notamment symbole de sagesse. On l’aperçoit comme par hasard dans le dessin animé Scooby-Doo.
 

 

Le Pavé Mosaïque – damier ou dallage qui ressemble parfois à un plateau d’échecs – est aussi très très présent dans les temples maçonniques. Eh bien il apparaît dans bon nombre d’épisodes de Mystères associés. La Franc-Maçonnerie s’inspire beaucoup des chevaliers du Moyen-Âge et de l’ordre des Templiers. Et l’épisode 8 de la saison 1 de Scooby-Doo fait la part belle à la chevalerie.
 

 

Dans Scooby-Doo : Mystères associés, ils reprennent très souvent le concept chevaleresque et épique de « quête ». Par exemple, dans l’épisode 13 de la saison 2, intitulé « La Colère de Krampus », face au disque planisphérique reconstitué, s’illuminant comme un soleil avec la lune en toile de fond (soleil et lune, comme dans les temples maçonniques…), Fred déclare triomphalement : « Nous avons terminé notre quête ! »
 

L’objectif ultime de l’agence de détectives est clairement civilisationnel : il est de fonder, sauver, consolider ou reconstruire une ville, voire un Monde. « On a sauvé Crystal Cove ! » s’écrit Véra au tout dernier épisode. Et à bien des reprises, nos amis sauvent la ville d’un fléau qui la menace et qui ressemble à une des 10 plaies d’Égypte (un troupeau de bêtes piétinant tout sur son passage dans l’épisode 17 de la saison 2, une invasion de cigales dans l’épisode 3 de la saison 1, une éruption volcanique d’« une puissance équivalente à 1000 soleils » dans l’épisode 14 de la saison 2, etc.). Dans l’épisode 21 de la saison 1, Monsieur le Maire achète carrément un temple perse à l’abandon sur un site de vente en ligne. Un Temple perse… ça ne vous rappelle pas le Temple de Salomon, centre médullaire de la Fin des Temps, et modèle également de tous les temples maçonniques ?
 

Dès le premier épisode de Scooby-Doo : Mystères associés, le décor maçonnique est planté ! : Véra, l’intello du groupe, fait une visite guidée de Crystal Cove, « la ville la plus hantée du Monde », en retraçant l’histoire de l’exploitation d’or et des matières premières du lieu par des compagnies et des fraternités maçonniques et civilisatrices, en remontant à peu près à la naissance de la Franc-Maçonnerie mondiale (donc la fin du 17e siècle, début du 18e) jusqu’à son essor actuel (les loges du 19e au 21e siècle) : « Les premières traces des phénomènes inexpliqués dans la région remonte à l’année 1632 quand une garnison de conquistadors espagnols a mystérieusement disparu dans les environs du port. Cette malédiction a frappé à nouveau en 1765 quand une congrégation de missionnaires a disparu sans laisser de trace. Après ce drame, les disparitions se sont arrêtées jusqu’à il y a environ une centaine d’années quand Cleptus Darrow trouva un énorme gisement d’or et renomma cette ville Crystal Cove. »
 

 

La Franc-Maçonnerie mondiale, comme je vous le disais un peu plus haut, s’appuie principalement sur 3 énergies lucifériennes physiques pour asseoir le règne de leur dieu « Énergie » censé remplacer le vrai Dieu, à savoir Jésus : le soleil, l’or et l’électricité. C’est très clair dans Scooby-Doo : Mystères associés. Déjà, concernant l’héliocentrisme, c’est-à-dire le culte au dieu solaire, le dessin animé laisse une place centrale aux civilisations solaires, donc en premier lieu à l’Égypte Antique (les Annanukis, descendant des sumériens, présentés comme « les premiers dieux sur terre », ont des corps d’hommes et des têtes d’animaux des divinités égyptiennes telles que Apis, Horus, Anubis : ce sont eux qui guident l’équipe de Scooby-Doo jusqu’à la victoire finale) et en second lieu aux empires précolombiens mayas, aztèques et incas. Le tout premier club de Mystères Associés était, nous dit-on, maya, et s’appelait « les Chasseurs de Mystères ». Et tout au long des épisodes de la série, il est fait à de nombreuses reprises mention aux religions maya et inca.
 

 

Mais revenons au soleil, à l’or et à l’électricité. Comme je vous disais, le Soleil est le dieu du dessin animé Scooby-Doo. Étonnant, puisqu’on a l’impression que la majorité des actions se déroulent dans l’obscurité et dans une ambiance nocturne effrayante. Pourtant, c’est le soleil qui encadre la série (Même la toute dernière image montre la Mystery Machine rejoignant le soleil). Quant à Crystal Cove, le logo de la ville est précisément le soleil. Et à la toute fin de la série, le panneau qui indiquait que « Crystal Cove était l’endroit le plus hanté de la Planète » est remplacé par l’écriteau « Crystal Cove : l’endroit le plus ensoleillé de la Planète ».
 

 

Pour ce qui est de l’or, dans Scooby-Doo, les personnages sont pris ou se prennent pour des pierres. Par exemple, le shérif – figure emblématique du dessin animé, qu’on voit à chaque épisode – s’appelle justement Branson Stone (donc « pierre » en anglais). Je vous rappelle aussi à tout hasard que le créateur de Scooby Doo qui vient de mourir à 87 ans en août 2020, s’appelle Joe Ruby (exactement comme le rubis !). Par ailleurs, beaucoup de personnages de Scooby-Doo parlent de « carrière ». C’est un mot qui revient souvent. Dans l’épisode 7 de la saison 1 intitulé « Un Fantôme rock and roll », Daphné demande à la leader du groupe des Hex Girls de la convertir en pierre stellaire : « Transforme-moi en Rock-Star. » Et quand Fred essaie de l’arracher à sa carrière naissante de chanteuse, elle le repousse en lui disant qu’elle n’est plus un être humain mais une pierre : « Il n’y a plus de Daphné : Appelle-moi Silex ! »
 

Les pierres occupent parfois le haut de l’affiche des personnages les plus importants de Scooby-Doo. Par exemple, dans l’épisode 11 de la saison 1 intitulé « L’Élixir du Vampire », tout l’enjeu se concentre sur un rubis nommé « l’Œil du diable ». Dans l’épisode 18 de la saison 1 intitulé « Le Secret du Dragon de Jade », toute l’intrigue est centrée sur un rubis. L’or est évidemment le métal précieux qui fait le plus perdre la tête aux personnages de Scooby-Doo, à tel point que certains d’entre eux finissent pétrifiés ou en statues auriques à cause de lui. L’or est habité spirituellement par des entités démoniaques : « À cause de notre soif de puissance et de richesse, nous avons libéré un terrible démon. » déclare le spectre du Conquistador El Aguirre, possédé par l’or.
 

 

Dans l’épisode 10 de la saison 2 intitulé « Terreur nocturne », la figure d’un architecte, Oswald Burlington, est mise à l’honneur : « Voici l’homme qui a fait bâtir cette bibliothèque : Oswald Burlington. Le Baron du Rail. Le Roi de l’Acier. Ou encore l’Empereur de la Vapeur. » Son équipe et lui arrivent sur un train-fantôme symbolisant la ruée vers l’or et la Révolution industrielle. L’idolâtrie pierreuse des personnages de Scooby-Doo, et finalement aussi de ses concepteurs, est telle, que dans les derniers épisodes, les modèles ésotériques des héros sont les Annunakis, des statues de pierre. Il va sans dire que ce culte de l’or est luciférien. Et ce n’est pas un hasard si le Conquistador Fernando El Aguirre, assoiffé d’or, soit le capitaine du galion de la Santa Lucía. Lucifer, quand tu nous tiens…
 

 

La troisième puissance énergétique promue par la Nouvelle Religion mondiale, et par Scooby-Doo, c’est l’électricité. Cette énergie est mentionnée par beaucoup de personnages, et certains monstres (comme le Gnome sombre de l’épisode 8 de la saison 1) s’en servent pour asservir les Humains et les pétrifier. Même les personnages les plus naturalistes et bobos – tels que Fred Jones – ne jurent que par elle : « Quel bonheur de retrouver le confort de l’électricité ! » s’exclame-t-il dans l’épisode 14 de la saison 2 intitulé « Le Cœur du Mal ». Cet attachement à l’électricité est aussi évidemment luciférien.
 

 

Ces trois puissances énergétiques privilégiées par la Franc-Maçonnerie ne seraient rien sans ce qui permet leur alliance (ou leur alliage) avec le cœur de l’Homme, à savoir les égrégores (qui sont la somme des intelligences, des volontés et des cœurs d’un même groupe humain, faisant advenir la divinité), à travers le processus alchimique. Une fois invoqué par les gnostiques, un Feu physique/énergétique/électrique pourrait, du haut du Ciel, et sous la forme d’une Bête lumineuse, s’abattre sur la Terre, nous enflammer, ne faire qu’Un avec nous, et purifier notre pierre philosophale intérieure : « J’invoque la pluie de feu ! » hurle par exemple le Mage des Ténèbres, dans l’épisode 4 de la saison 2 intitulé « La Toile du Tisseur de rêves » ; « Consume-moi, Monstre de métal ! Tu es mon œuvre maîtresse ! » s’exclame Randy Warsaw face à une de ses installations, dans l’épisode 6 de la saison 2 intitulé « L’Art des ténèbres ! » ; « Oublie ce chien ! Consume-moi ! » ordonne Périclès au dieu Nibiru, dans le tout dernier épisode. Il y a vraiment plein de pactes satanico-alchimiques dans Scooby-Doo, c’est flagrant.
 

En Franc-Maçonnerie, l’électricité, autrement appelée « la Force », n’est pas à entendre que dans son sens physique. Elle revêt un caractère éminemment gnostique (l’expression « être au courant » est bien électrique et gnostique à la fois, hein), un caractère éminemment spirituel aussi (l’esprit des lumières), et repose sur la notion de fraternité fusionnelle (qui se traduit concrètement, comme je l’ai dit, par l’égrégore). Il faut savoir qu’à chaque tenue blanche maçonnique, c’est-à-dire à chaque rencontre de loge, a lieu ce qu’on appelle une « Chaîne d’Union » qui fait vivre un égrégore. Ça consiste en quoi ? Tous les membres de la loge se donnent la main, « unissent leurs forces et leurs consciences » pour « s’élever vers un idéal » qui va leur faire vivre un état second, une illumination des consciences, un déplacement métaphysique. Une corde lumineuse électrique va circuler par la jonction des mains à travers le corps de tous les participants (comme les Enfoirés Kids dans leur école de sorciers-chanteurs), et faire advenir une entité énergétique luciférienne d’en haut qui fera, l’espace d’un instant, sentir chacun des maillons humains de la Chaîne d’Union tout-puissant et omniscient.
 

On retrouve ce rituel maçonnique de la Chaîne d’Union dans Scooby-Doo du début (dés la première scène de l’épisode 1 de la saison 1) jusqu’au tout dernier épisode (l’épisode 26 de la saison 2). En effet, dans le premier épisode, les 5 membres de l’agence « Mystères Associés » se retrouvent enfermés hermétiquement dans une cellule de la prison de Crystal Cove et joignent leurs mains pour fêter leur indéfectible association. Et dans le dernier épisode, le rassemblement des 5 forme une bulle hermétique anti-chocs et invincible. De plus, ils forment une corde humaine qui les empêche d’être aspirés par la force concentrique diabolique de Nibiru. Le Professeur Périclès, le grand Maître de l’agence initiale de « Mystères Associés », rêve lui aussi de reformer avec ses compagnons cette Chaîne d’Union qui lui redonnerait son pouvoir gnostique : « Je voulais qu’on joigne à nouveau nos forces. » dit-il à son acolyte « Monsieur E », dans l’épisode 7 de la saison 2 intitulé « La Goule de la Crypte ».
 

Pour la Franc-Maçonnerie, la notion d’unité – très souvent entendue comme une fusion, donc prise dans son acception totalitaire, uniformisante, monolithique, hermétique, obligatoire, horizontale – est très importante, même si dans le fond elle a des prétentions de verticalité pyramidale. Cette injonction à l’unité absolue n’est évidemment pas du tout chrétienne, bien que beaucoup de cathos actuels, par une mauvaise compréhension du message du Christ, pensent le contraire et croient, sous l’influence de l’esprit maçonnique du Monde, que l’Unité est une valeur bonne en soi, et qu’elle est même christique. Non. Jésus n’a jamais défendu l’unité (excepté l’unité en sa personne) et a plutôt défendu les séparations et les divisions, car c’est ainsi qu’Il crée, reconnaît et permet la vie : en discriminant.
 

Or Scooby-Doo est un dessin animé de propagande pro-Unité en tant que force victorieuse de tout, un dessin animé de propagande anti-discriminations. On nous parle très souvent d’alignement des planètes. Et le prêtresse de l’esprit de cohésion du groupe, la chantre de l’équipe soudée (au sens métallurgique de l’adjectif) qui s’occupe de la bonne fermeture fusionnelle de « Mystères Associés », c’est bien l’hystérique Daphné. Face au défaitisme de Véra (qui, par exemple, dans l’épisode 11 de la saison 1 intitulé « L’Élixir du Vampire », exprime sa résignation : « Regardons les choses en face ; nous ne sommes plus une équipe soudée. »), Daphné, au contraire, martèle sa « Unity Attitude » : « Quand nous sommes réunis, nous pouvons tout réussir. J’en suis convaincue ! » harangue-elle à ses compagnons dans l’avant-dernier épisode de la série. « On ne se sépare pas. On ne se séparera plus jamais ! » Dans le tout dernier épisode, elle en remet une couche : « Le cœur, c’est nous. Ce sera toujours nous. On s’aime les uns les autres. » ; et un peu plus tard, même chose : « On est ensemble. On va gagner ! »
 

Pour les francs-maçons, le symbolisme, l’hermétique et l’alchimie sont les procédés-clés de la transformation du plomb en or, et plus spirituellement de la prétention à la création d’Humanité, de Divinité, d’Amour et d’Immortalité visée par la Franc-Maçonnerie. Dans Scooby-Doo, il n’y a pas un épisode qui ne traite pas de biologie, ni de l’exploitation illégale d’un composant chimique (gaz naturel, lithium, engrais toxique, dynamite, propane, plomb, hélium, etc.). Même de manière anodine. « Un jour, j’ai vu Lionel Barrymore s’acharner sur un sofa avec un tuyau de plomb. » glisse par exemple Vincent Van Ghool, dans l’épisode 15 de la saison 2 « Malédiction sur les planches ». Évidemment, moi, quand j’entends « plomb », je comprends direct « alchimie » ! Et je fais le lien avec la Franc-Maçonnerie. Même si ce lien a peut-être échappé aux concepteurs même du dessin animé.
 

 

Par ailleurs, le symbolisme (l’étude des indices, des signes et des codes, mais malheureusement, dans le cas de la Franc-Maçonnerie, le plus souvent déconnectée de toute recherche d’une Vérité unique et universelle qui est Jésus) occupe une place centrale dans Scooby-Doo. L’équipe de « Mystères et Associés » est basée sur l’association, les alliages, et l’étude des symboles, comme dans les loges francs-maçonnes. Et leur quête d’indices est guidée par l’alchimie. D’ailleurs, dans l’épisode 10 de la saison 2 (à mes yeux le plus important), intitulé « Terreur nocturne », à la fin, un livre mode d’emploi de l’alchimie tombe magiquement de la fenêtre de la bibliothèque Burlington et va servir de guide à nos 5 détectives en herbe pour l’élucidation du disque planisphérique leur indiquant le lieu où se trouvent le trésor et l’entité démoniaque qui le garde sous la mer : « C’est un ancien ouvrage d’alchimie écrit par Bartolomé O’Magnus, déclare la vieille Dean Fenk. C’était l’alchimiste en chef du roi-héritier de l’Empire romain, alias Charles Quint. » Et Véra de rajouter que Bartolomé O’Magnus est celui qui a créé le disque planisphérique. Dans l’épisode 13 de la saison 2 intitulé « La Colère de Krampus », le Conquistador El Aguirre précise qu’il a « utilisé le disque d’alchimie, el planisférico, afin d’indiquer l’endroit où lui et ses compagnons avaient caché ce trésor diabolique sous des tonnes et des tonnes de terre ». La recomposition du disque planisphérique fonctionnant comme un puzzle, est une démarche typiquement maçonnique. Elle est l’enjeu principal de la série Scooby-Doo : Mystères associés, construite également comme un puzzle à reconstituer par les téléspectateurs.
 

 

Qu’est-ce que recherche la Franc-Maçonnerie luciférienne et la Nouvelle Religion Mondiale ? Quel est l’objet de leur « quête » ? Plus que l’or, plus que la matière jaune ou palpable, c’est surtout la matière grise. C’est-à-dire celle qui ne s’achète ni ne s’échange. C’est l’intelligence. La connaissance. Le savoir brut. Celui qui donne le pouvoir, le vrai ! La sagesse ! Le contrôle ! « Le savoir c’est le pouvoir ! » déclare par exemple le père de famille qu’on voit au tout début de l’épisode 10 de la saison 2 intitulé « Terreur nocturne ». « La connaissance, c’est ça la clé de la vraie beauté ! » renchérit la mère de Daphné à sa fille dans l’épisode 11 de la saison 1 intitulé « L’Élixir du Vampire ».
 

 

Le gnosticisme est présent à tous les coins de planches de Scooby-Doo, notamment à travers l’omniprésence visuelle de l’œil. L’œil est un symbole maçonnique archi connu. Il symbolise la conscience et la recherche de connaissance absolue. Dans le symbolisme de la Franc-Maçonnerie, on le voit souvent apparaître à l’intérieur d’un triangle, pour signifier que la subjectivité individuelle serait reine, parfaite et universelle. Et c’est incroyable comme dans Scooby-Doo on retrouve l’œil maçonnique, parfois même à l’intérieur de son triangle (comme dans le pendentif de Angie Dinckley, la maman New Age de Véra). On l’aperçoit jusque dans le générique, avec l’œil grossi de Véra dans sa loupe, qui ensuite devient l’œil de Sammy.
 

 

On croise également beaucoup de bibliothèques dans le dessin animé Scooby-Doo : non seulement ce sont les lieux qui rationnalisent et éclairent les phénomènes apparemment surnaturels, mais ce sont aussi tout simplement les temples de la connaissance, de la raison, de la Gnose, par excellence.
 

Dans Scooby-Do, la raison est fortement mise en opposition au concept de « croyance » (ce dernier étant diabolisé). La croyance (ou la Foi), c’est pour les faibles, nous dit-on, pour les flipettes, pour les idiots, pour les insensés, pour les superstitieux, pour les dangereux fondamentalistes catholiques (… oups, pardon, ça m’a échappé !). Le personnage de Véra, la cartésienne, la pragmatique, celle qui se refuse à se laisser manipuler par la peur, à s’abandonner aux croyances, aux légendes, aux superstitions populaires évoquant l’existence des monstres ou des démons, est l’incarnation vivante du rationalisme anti-croyances. Notre intello à lunettes a fait de la démystification des croyances sont cheval de bataille ! Jamais on ne lui fera avaler qu’un monstre ou un esprit existe ! Elle sait qu’il y a toujours une explication rationnelle à toute chose et une mise en scène explicable y compris derrière les phénomènes apparemment les plus étranges et paranormaux ! Ce n’est qu’à partir de l’épisode 19 de la saison 2 intitulé « L’Attaque du démon glouton » que Véra semble – à la surprise générale – vivre une forme de crise de pragmatisme, un tournant déiste. Elle qui auparavant refusait catégoriquement le surnaturel et ne voyait derrière les monstres que des escrocs humains déguisés, se rend à l’évidence qu’il existe dans certains mystères – ou en tout cas concernant le mystère de Nibiru – des (je la cite) « forces surnaturelles et bien réelles » à l’œuvre. « Nous sommes face à une forme d’intelligence extra-dimensionnelle et bien réelle. » dit-elle dans l’épisode 24 de la saison 2 intitulé « La Grande Porte du Pouvoir ». On voit bien, à travers Véra, le virage mystique des matérialistes scientistes qui s’observe déjà énormément dans notre Monde réel. C’est la Nouvelle Religion Mondiale : antithéiste (c’est-à-dire contre les religions instituées et contre la royauté divine de Jésus) mais moniste et déiste (c’est-à-dire tournée vers un dieu énergie informe, confondu avec la Nature et le Cosmos). Véra choisit pour divinité l’intelligence. C’est ce qui s’appelle en d’autres termes l’illuminisme gnostique. « Hey ! Les amis ! J’ai eu une illumination ! » s’exclame par exemple Fred dans l’épisode 7 de la saison 1 « Un Fantôme rock and roll ». « Gnose » signifie « connaissance ». Et la Franc-Maçonnerie mondiale est un gnosticisme. Il est saisissant de voir dans Scoobi-Doo le culte qui est fait au savoir, à la connaissance, à l’intelligence. Un culte, je le rappelle, satanique, puisque, comme le soulignent certains prêtres exorcistes, « le diable, c’est l’intelligence sans Amour » voire même à la place de l’Amour. Par exemple, après le voyage initiatique hypnotique de notre club des 5 dans le « Pays des rêves » (dans l’épisode 22 de la saison 2, intitulé précisément « Coincés au Pays des rêves »), Nova, leur chienne-guide spirituelle, leur dit : « Je vois que vous avez beaucoup appris dans ce monde entre les mondes. Alors maintenant rentrez chez vous avec cette connaissance. »
 

Nova a la mission de former intellectuellement et spirituellement Scooby-Doo, dépositaire principal de la sagesse des Annunakis. Elle lui répète comme un mantra cette phrase gnostique (grotesque puisqu’elle est basée sur les notions – très en vogue en ce moment dans notre Monde subjectiviste – d’« intuition », d’« instinct », de « ressenti ») : « Tu sauras, tu verras, tu sentiras. »
 

La quête de connaissance étant toujours incomplète (désolé mais à part Jésus, l’Homme n’est pas Dieu et n’a pas l’omniscience de ce dernier…), elle est infinie et forcément déçue : « On a l’impression d’avoir beaucoup d’informations et on se rend compte qu’on ne sait pas grand-chose. » se décourage la jolie Daphné, dans l’épisode 24 de la saison 2 intitulé « La Grande Porte du Pouvoir ». Mais son infatigable copain, Fred, le roi de la logique, continue aveuglément de nous marteler son optimisme gnostique à la Macron : « Pour moi, l’éducation, c’est primordial. » (dit-il dans l’épisode 21 de la saison 2 intitulé « L’Envers du miroir »), quitte parfois à prendre sa copine, moins persévérante que lui, de haut : « L’intelligence, c’est pas ton point fort, je le sais ! ». Mais il déclarera à d’autres moments que c’est pour mieux trouver grâce à ses yeux : « J’ai voulu t’éblouir avec ma parfaite connaissance des pièges. » (ça, c’est dans l’épisode 6 de la saison 2 intitulé « L’Art des ténèbres ! »).
 

Ce qui me frappe le plus dans Scooby-Doo, et finalement dans la prétention gnostique de notre Monde à vouloir tout régler, tout contrôler, tout connaître, tout résoudre, tout voir, c’est son intolérance au Mystère, au secret, à l’invisible, au caché. Donc à Dieu. Comme si le Mystère était forcément mauvais, n’était que mensonge, était un monstre. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si certaines loges d’investigation qui ont précédé « Mystères associés » s’appellent « chasseurs de mystères ». Tout ce qui n’est pas connu, ou bien le non-su, est jugé mauvais, monstrueux, suspect, à traquer. Et dans leur paranoïa gnostique, les héros de Scooby-Doo considèrent le mystère comme un problème. Véra, par exemple, veut à tout prix « résoudre le mystère ». C’est dire si ce dernier est diabolisé ! Et dans l’ultime épisode, nos héros se retrouvent comme des cons face à un monde lisse, terne, dénué de secret, de réalités invisibles à découvrir : « Nous avons créé un monde sans aucun mystère. » se lamente mollement Fred. Car quel monde triste, ennuyeux et totalitaire que celui où la Vérité serait visible et s’imposerait comme une évidence ! Un Monde sans le Mystère des mystères invisibles aimants qu’est Jésus !
 

En Franc-Maçonnerie, la supposée prévalence de l’intelligence sur l’Amour, ou la primauté du « droit à savoir » ou à « tuer les mystères » s’appuie sur plusieurs concepts humanistes valorisés par notre Monde globalisé, presqu’entièrement acquis à la cause maçonnique d’auto-détermination et d’auto-construction de l’Homme par lui-même. Au Hit-Parade des valeurs maçonniques les plus applaudies, et qu’on entend sans arrêt dans Scooby-Doo, on trouve évidemment la franchise (et ses synonymes : sincérité, transparence, le fait d’être direct, la clarté, etc.). Il faut être FRANC ! Arrive ensuite la « fierté » (C’est dingue le nombre de personnages de Scooby-Doo qui s’échangent des déclarations de fierté). Je suis FIER DE TOI mon fils ! Puis ensuite on a la « confiance » (ça s’échange aussi à fond les confiances ; et bien sûr, la « confiance en soi » doit primer sur la confiance aux autres et en Dieu). Ou encore on nous sert aussi énormément l’amélioration : « Nos actions ont créé un monde meilleur » se félicite par exemple Sammy, dans le tout dernier épisode. La Franc-Maçonnerie mondiale vise la construction d’un monde meilleur. Ça ne veut rien dire, mais ça fait bien ! On trouve aussi une valorisation du concept de « changement »… parce que le changement c’est maintenant. Les francs-macs aiment bien également le mot « chance », qui est l’opium du Peuple (comme l’a souligné visionnairement Gainsbourg), ainsi que l’adjectif « cool », qu’on entend beaucoup dans Scooby-Doo (la coolitude est le mot d’ordre de la Nouvelle Gouvernance mondiale !). Il est aussi beaucoup question du « destin » (les francs-maçons ne croient pas au hasard… et comme ils se refusent à croire en Jésus ou en un dieu déterminé, ils ne jurent, comme Macron, que par le « Destin », par un sens machinique et fataliste de l’Histoire). Et je bouclerais la liste du positive wording maçonnique par la notion de « maîtrise ». Dans les loges maçonniques, même si leurs membres se définissent tous comme des « éternels apprentis », il existe différents niveaux de qualifications : apprentis, compagnons et maîtres. Et il est beaucoup question de maîtrise. Eh bien dans Scooby-Doo aussi : le méchant Périclès prétend être le « Maître de tous » ; et Daphné prévoit de se marier avec Fred (je cite) « après leur maîtrise ».
 

En plus d’être luciférien et maçonnique, je dirais que le dessin animé Scooby-Doo : Mystères associés est diabolique. Oui, j’emploie les grands mots. Il faut bien appeler un chat « un chat » ! Car justement, ce cartoon promeut ouvertement la Bête. En effet, la Bête décrite dans le récit biblique de l’Apocalypse de saint Jean, ainsi que son image et sa marque, est vraiment la reine de Scooby-Doo. Plus encore que Scooby-Doo lui-même : je dirais que c’est plutôt l’association dithéiste de Scooby-Doo et de la chienne Nova formant la Bête entre guillemets « providentielle » qui est la grande héroïne du dessin animé. Et pour rehausser le prestige de la Bête, les concepteurs de la série l’ont dédoublée sous forme de « Bête gentille » d’un côté, terrassant une « Bête méchante » de l’autre, censée dépasser la première en méchanceté et en dangerosité. Astucieuse méthode de dédoublement siamois que j’ai déjà observée dans de nombreux autres films et dessins animés.
 

 

Commençons par la Bête méchante. Elle est apparemment le principal monstre de Crystal Cove, comme on nous le dit à la fin de la saison 1 de « Mystères Associés ». « La Bête est toujours là. » nous prévient Cassidy Williams alias « Angel Dynamite », dans l’épisode 25 de la saison 1 intitulé « La Créature de l’ombre ». En plus des bêtes mises en avant dans chaque épisode de « Scooby Doo » (en règle générale, ce sont d’ailleurs elles qui donnent leur nom aux titres des épisodes de la série), plus on avance dans l’intrigue, plus on nous annonce l’entrée imminente et fracassante de la Bête des Bêtes : Nibiru. « Nibiru va revenir. Car l’Histoire se répète. Ça commence avec l’Animal ! Toujours l’Animal ! » avertit le spectre du moine possédé de la Fraternité Mystérium, dans l’épisode 15 de la saison 2 intitulé « Malédiction sur les planches ». Elle a l’air terrible, cette Bête méchante. Elle revêt carrément le costume de la Bête de l’Apocalypse, les traits d’une Fin du Monde. Par exemple, dans l’épisode 17 de la saison 2 intitulé « La Horde de l’enfer », elle prend la forme d’un troupeau imparable détruisant tout sur son passage, une horde de bêtes hybrides mi-vaches, mi-bourdons mi-piranhas mi-squelettes, fabriquées de toutes pièces par le machiavélique Professeur Périclès. Dans l’épisode 10 de la saison 1 intitulé « Qui veut la peau de Scooby-Doo ? », elle se présente comme un « robot-chien démoniaque ». Dans l’épisode 21 de la saison 1 intitulé « Le Manticore », elle apparaît comme une Bête volante « avec des ailes de dragon, une queue de scorpion, un corps de lion, et un horrible visage humain ». Dans les épisodes 11 puis 13 et 25-26, elle prend la forme d’une armée de robots « au style IIIe Reich » (je cite) donc nazis, dirigée par un perroquet-Führer parlant allemand, le professeur Périclès, croisé avec la puissance astronomique et cosmique de Nibiru c’est-à-dire le diable en personne.
 

 

Face à cette « Bête méchante » obscure se trouve une autre Bête, non moins diabolique, mais plus discrète dans sa méchanceté et plus blanche colombe en apparence, qui passera pour la gentille parce qu’elle va terrasser la méchante. Et quand je parle de la Bête gentille, je pense évidemment au personnage-vedette de Scooby-Doo.
 

Mais avant d’en venir à lui, je voudrais déjà vous montrer comment le dessin animé Scooby-Doo fait la part belle à la Bête, tout ça pour rabaisser l’être humain au rang d’animal et ensuite lui faire croire que les animaux seraient plus humains que lui. Autrement dit, en faisant du naturalisme misanthrope et anti-spéciste. Tout d’abord, il est vraiment étonnant de voir comment dans ce dessin animé, les animaux sont considérés comme des dieux ou des êtres humains à part entière. Par exemple, dans l’épisode 14 de la saison 2 intitulé « Le Cœur du Mal », Blue Falcon dit qu’il « tient plus à son chien qu’à sa propre vie ». Et le Dr Quest, face à l’animal mortellement blessé de Blue Falcon, promet de le ressusciter. Dans la série « Les Monstres et les démons sont nos amis, il faut les aimer aussi », on retrouve également la figure d’Ernesto Che Guevara dans l’épisode 12 de la saison 1 intitulé « Le Chaos hurlant », qui lance une campagne de déstigmatisation des monstres et des bêtes : « Les monstres ne doivent pas être stigmatisés. » ; « Char Gar Gothakon, la Bête qui n’a pas de nom. Il a le droit de vivre parmi nous. » Vive l’abolition de la distinction entre Hommes et animaux ! Oui à l’égalité Démons = Humains ! Nous sommes tous des mammifères et des anges, après tout ! Nous ne valons parfois pas mieux qu’eux ! Et nous faisons tous partie du Vivant !
 

Dans « Scooby-Doo », les personnages humains se plaisent à rêver d’un monde animal parfaitement humanisé en même temps que mécanisé, avec des réactions, des sentiments et des actions humains. « Y’a plus qu’à trouver un chacal parlant. » plaisante Véra dans l’épisode 22 de la saison 1 intitulé « Attaque de la tête réduite ». Scooby Doo sait parler : c’est le premier exemple de Bête parlante du Monde de Crystal Cove. Viendront ensuite le perroquet Périclès et la chienne Nova. Daphné parle d’ailleurs comme à un être humain à cette dernière : « T’es une bonne fille, Nova. » s’extasie-t-elle dans l’épisode 17 de la saison 2 intitulé « La Horde de l’enfer ».
 

Mais l’envahissement de la Bête ne s’arrête pas là. La Bête, c’est non seulement Scooby-Doo mais finalement aussi tous ses compagnons. La troupe de « Mystères Associés » emploie plein de termes (« instinct », « intuition », « sentir », « curiosité », « nez », etc.) appartenant à la Bête et au registre animalier, termes qu’elle valorise, de surcroît ! Et à chaque fin d’épisode, le méchant démasqué sort systématiquement la même phrase de conclusion qui animalise la fine équipe : « Mon plan aurait marché à merveille si vous n’aviez pas fourré votre nez dans mes affaires, bande de petits fouineurs ! » En outre, tous les membres de Mystères Associés jouent à être aussi animaux que Scooby : Sammy mangeant comme un morfale, Daphné faisant sa bête curieuse, Véra reniflant les pistes, Fred construisant des pièges pour capturer ses proies, et se targuant d’avoir (je le cite dans l’épisode 19 de la saison 1 intitulé « La Terreur de la nuit ») « assuré comme une bête ». CQFD.
 

Mais bien entendu, la Bête providentielle, désignée par une autre bête providentielle (sa jumelle karmique, Nova), ça reste Scooby-Doo : « Un seul être peut se dresser au travers du chemin de Nibiru : Scooby-Doo. » déclare Nova, telle une apparition cosmique parlante dans un constellation d’étoiles, au tout dernier épisode. (Au passage, celui qui se met au travers du chemin, bibliquement, c’est le diable. J’dis ça j’dis rien). Le Salut du Monde viendrait d’un animal. C’est bien connu… Déjà, dans le dessin animé, il y a 500 ans, c’est « l’Âne Porto qui sauva la ville de Crystal Cove » du tremblement de terre qui l’a en partie ensevelie sous les eaux. Et cette fois, l’élu bestial qui terrassera la méchante bête avec une lance qui porte à son extrémité une pierre coupante au nom d’une autre bête gentille (« le cœur de jaguar »), c’est Scooby-Doo !
 

 

La métamorphose progressive de Scooby-Doo de bête gentille en bête méchante, je l’avais déjà vue venir depuis longtemps. À la différence des autres versions historiques de Scooby-Doo, la grande métamorphose que j’observe avec Scooby-Doo 2010, c’est l’esprit. Le dessin animé est visuellement devenu extrêmement plus violent, plus bruyant, plus effrayant (je ne montrerais pas ça à un public de plus de 10 ans), plus sexualisé (y compris dans les costumes sexys de certains montres), plus brutal. Et l’état d’esprit de Scooby Doo n’est plus le même qu’à l’origine. Le chien-mascotte, qui auparavant était l’incarnation de l’innocence, de la candeur, de la maladresse, de la joie (il rigolait toujours nerveusement et irrépressiblement comme l’autre chien crétin d’Hanna Barbera : Diabolo dans Les Fous du volant… et ce fou rire était vraiment communicatif), ce chien qui était l’incarnation de la bêtise touchante, de la peur grelottante (le premier Scooby-Doo venait toujours se refugier, tout frissonnant, dans les bras de Sammy, comme un bébé sautillant), est devenu, dans Mystères associés, un chien menaçant, justicier, autoritaire, vengeur. On ne le voit plus rigoler du tout. En bref, il s’est converti en méchant. La vraie Bête diabolique, même si personne ne le verra, car la Bête plus évidemment méchante que lui (le Professeur Périclès, le gros « nazi ») fera diversion, et parce que le personnage de Scooby-Doo bénéficie d’un évident capital sympathie depuis 50 ans auprès de son jeune public, c’est Scooby-Doo. La vraie bête méchante, c’est lui.
 

 

Pour continuer dans la lecture interprétative eschatologique (donc relative à la vraie Fin des Temps), la Marque de la Bête (dont parle l’Apocalypse, et qui est désignée comme le « 666 » par saint Jean) apparaît dans Scooby-Doo : Mystères associés, parfois sous la forme justement du 666Si on ne trouve pas le n°6, lui finira par nous trouver. » déclare Daphné, dans l’épisode 8 de la saison 2 « Une Nuit sur la montagne hantée »), tantôt sous la forme de la puce RFID électronique subcutanée, donc greffée sous la peau. Par exemple, dans l’épisode 14 de la saison 2 intitulé « Le Cœur du Mal », il est question (je cite) de « signature thermique sur le dragon », de « pile – le Quest X – dissimulée dans le chien », de mouchard accroché à la ceinture de Blue Falcon. Dans l’épisode 16 de la saison 2 intitulé « Les Envahisseurs sont parmi nous », le shérif Stone raconte qu’à l’âge de 14 ans, des extraterrestres lui ont « greffé une puce dans les fosses nasales pour le localiser en tout temps, lui voler ses souvenirs et lui faire faire des choses horribles. » Cette puce greffée contient les plans des aliens pour revenir chez eux. Dans l’épisode 3 de la saison 2 intitulé « La Nuit du clown triste », Daphné a un émetteur de repérage dans la cheville, appelée « puce de localisation ». Ça fait beaucoup de puces, je trouve…
 

L’objectif de la Bête de l’Apocalypse, et a fortiori des monstres de Scooby-Doo mais aussi du chien-phare de la série lui-même, est de détruire l’Humain et le Divin, en s’attaquant à leurs 4 socles principaux : la différence des sexes, la différence des générations, la différence des espaces, et la différence Créateur/créatures (à savoir l’Église Catholique).
 

Concernant la différence des sexes, on voit très peu de couples homme-femme unis et heureux : même le couple de Fred et Daphné mettra les 2 saisons à se concrétiser. Et Scooby-Doo empêche au couple de Sammy et de Véra de se former (Véra, d’abord blessée et folle de jalousie de cette relation zoophile fusionnelle, finit par se rabattre sur Marcy – alias « Miss Eau-de-Boudin » – avec qui elle entretient une relation crypto-lesbienne qui a fait couler beaucoup d’encre. Et à raison : la misandrie – c’est-à-dire la haine des hommes – transpire dans le discours de Marcy : « Ce que ça peut être humiliant de devoir compter sur un garçon. » déclare-t-elle dans l’épisode 8 de la saison 2. On voit dans Scooby-Doo : Mystères associés énormément de virilités piétinées et de féminités détruites, angélisées (par exemple, la maman de Véra s’appelle « Angie ») ou abandonnées, de féminités fatales et vengeresses, en particulier dans l’épisode 6 de la saison 1 intitulé « La Légende d’Alice May » (avec la figure de la mariée vénéneuse et monstrueuse), ou encore à travers le personnage de Daphné, qui depuis ses débuts en 1969, s’est largement pétassisée (il n’y a qu’à entendre sa chanson gothique « L’Amour est un piège » dans l’épisode 7 de la saison 1 pour comprendre sa métamorphose en mante religieuse ou en femme fatale qui n’aurait plus besoin des hommes). Daphné, tout en jouant les victimes et les femmes bafouées, se permet de gifler Fred (dans l’épisode 11 de la saison 2), de le répudier et de le tromper (dans l’épisode 1 de la saison 2), de le mépriser comme un « vieux gars » sale et bohème. Si bien que ce dernier finit par vivre une véritable crise identitaire (surtout à l’épisode 7 de la saison 1) – qui ne le conduit tout de même pas à l’homosexualité, mais pas loin : il se fait traiter de « fillette » par son père, doute de sa masculinité (« Tant pis si je ne suis pas un homme ! »). En parlant de virilités piétinées, nous voyons à énormément de reprises Fred, mais surtout le duo Sammy/Scooby-Doo, se travestir en femmes (l’inverse, en revanche, n’arrive jamais pour la gent féminine de la série). Sans compter qu’on y croise aussi beaucoup de personnages secondaires efféminés : Randy Warsaw (dans l’épisode 6 de la saison 2, qui est un fac simile d’Andy Warhol), Mr Fist (dans l’épisode 4 de la saison 2), Gus Boggs le manager efféminé (dans l’épisode 7 de la saison 1), Mr LeFranck le prof d’art dramatique maniéré (dans l’épisode 15 de la saison 2), et tant de personnages anonymes par ailleurs. Plus que clairement homosexuels, on pourrait qualifier l’équipe de « Mystères Associés » de « queer », c’est-à-dire de « bizarre » en anglais. Le qualificatif « Queer » embarque un peu tous les « genres » sexuels et identitaires qu’une personne veut se donner. D’ailleurs, à ce propos, le terme que Abraham Elison, le véritable « Monsieur E » final, attribue à tous les membres de l’équipe dans l’ultime épisode de la série, c’est précisément celui de « queer » : « Vous êtes étranges, les enfants. » Et pour donner de l’eau au moulin de ma thèse queerisante, j’aimerais souligner que le tic de langage caractéristique de Sammy (et ça, c’est nouveau par rapport aux autres versions de Scooby-Doo avant 2010), c’est de caser le mot « genre » à toutes les phrases. Enfin, il ne vous échappera pas non plus que la palette chromatique incarnée par notre équipe de détectives obéit à peu de choses près à celle du rainbow flag (le drapeau arc-en-ciel LGBT) : Fred (pour le bleu et le jaune), Daphné (pour le violet), Véra (pour le orange et le rouge), Sammy (pour le vert)… et Scooby-Doo (pour le marron-caca bestial de l’hétérosexualité). Donc la boucle gay friendly est bouclée ! Même la figure du mâle alpha représentée par ce beauf de shérif Stone s’accoquine très souvent avec le Maire de la ville ou bien d’autres figures efféminées servant ses intérêts. Quant à la voix de Scooby-Doo, elle était initialement masculine et elle s’est androgénéisée : en 2010, elle est devenue un mélange de virilité et de féminité.
 

 

Concernant la différence des générations, le dessin animé Scooby-Doo s’en prend aux jeunes (présentés très souvent comme des sales gosses monstrueux), ainsi qu’aux adultes (figurés comme des êtres immatures, irresponsables, traîtres, et également monstrueux : par exemple, dans l’épisode 2 de la saison 2, Véra parle de la « mentalité tordue des adultes »), mais il s’en prend également aux parents (Fred, par exemple, renie ses parents biologiques Brad et Judy autant que son père adoptif, même si le second est repêché in extremis : « Mes parents biologiques sont encore plus démoniaques que celui qui me servait de père ! »). La frontière entre les générations est par ailleurs régulièrement floutée dans Scooby-Doo : l’équipe de détectives est censée être composée d’adolescents… mais en réalité, ce sont des adultes sans âge, sans engagement social, sans travail (on apprend qu’ils sont étudiants, mais on les voit pas beaucoup travailler).
 

La différence des espaces est également dans le viseur de la Bête et du dessin animé Scooby-Doo. Elle est effacée. Le but des protagonistes, c’est textuellement de « voyager dans d’autres dimensions : voyager entre les mondes. » (je reprends les termes de l’épisode 25 de la saison 2 intitulé « L’Avènement de Nibiru ») : « Les Annunakis voyagent dans l’espace-temps de nombreux univers. Nous sommes venus vous aider à grandir, à évoluer. » déclare la chienne Nova, dans l’épisode 26 de la saison 2 intitulé « Le Passé décomposé ». La différence des espaces géographiques et temporels est complètement abolie dans Scooby-Doo : on passe d’un pays à l’autre, d’une époque à l’autre, sans aucune cohérence. La vie humaine même est désignée comme un immense mirage, une réalité éthérique, une subjectivité, une mascarade sans consistance et qui peut être effacée, corrigée, oubliée, rêvée. Tout dépendrait du point de vue ! « Inception », quoi ! Par exemple, dans le tout dernier épisode de la série, intitulé « Le Passé décomposé », en détruisant l’entité maléfique, notre équipe de détectives a complètement réécrit le futur et l’espace-temps. « Rien de tout ça n’a jamais existé. » conclut Véra. C’est d’un nihilisme désespéré et désespérant, quand on y pense ! Quel mépris de la vie et de l’incarnation humaines !
 

À travers Scooby-Doo (mais je l’ai entendu aussi dans la bouche des têtes pensantes d’un mouvement mondialiste apolitique comme Unité Nationale), on perçoit que c’est le grand retour en force en ce moment du zoroastrisme (religion panthéiste du IIe siècle avant J.-C., dont le berceau est la Perse, les actuels Afghanistan/Iran) mais aussi de la mythologie égypto-babylonienne, des civilisations et des spiritualités présentées comme plus universelles, plus originelles et plus fédératrices que le catholicisme, voire plus crypto-christiques que le Christ même (les défenseurs mondialistes du zoroastrisme ou des sumériens vont par exemple nous dire que ce sont les extra-terrestres qui ont construit les 3 pyramides de Gizeh, ou bien que le catholicisme n’a rien inventé puisqu’il y avait déjà dans les civilisations qui l’ont précédé des figures symboliques de la croix, de la vierge Marie, du démon, de Jésus !). Dans Scooby-Doo : Mystères associés, nos 5 détectives sont intronisés en tant que réincarnations des Annunakis, ces êtres extra-terrestres du zoroastrisme babybolinien, précolombien et plus largement sumérien donc cosmique : « Vous êtes bien les héritiers des fondateurs. Ça ne fait maintenant plus de doute. » leur déclare la chienne Nova, la femelle de Scooby-Doo, la moitié divine de ce dernier, qui sert de messagère et de guide du groupe vers son réveil de conscience et sa divinisation.
 

La visée du dessin animé, et finalement de la Nouvelle Religion mondiale, c’est l’abolition de l’Incarnation de Jésus en tout Homme, et c’est aussi l’abolition de l’espace-temps. Ceci est clairement illustré dans Scooby-Doo : Mystères associés par la promotion de la civilisation sumérienne des Annunakis. Je citerai ici le topo de Véra dans l’épisode 13 de la saison 2, intitulé « La Colère de Krampus », où elle explique qui sont les Annunakis : « J’ai effectué des recherches sur Internet et j’ai trouvé ceci : Nibiru est une planète évoquée dans les ouvrages d’un certain Zécharia Sitchin. En particulier dans un livre intitulé ‘Les 12 Planètes’. Si l’on se fie à l’interprétation qu’il a faite des textes religieux babyloniens, une planète géante du nom de Nibiru croise la trajectoire de la Terre tous les 3600 ans. À cette occasion, ces sentinelles de pierre intéragissent avec l’Humanité. Sitchin fait le rapprochement avec les Annunakis, des créatures issues des mythes sumériens et qui étaient les premiers dieux vénérés sur Terre. Mon encyclopédie en ligne préférée indique également ceci : Les écrits évoquent une catastrophe. La Terre est supposée entrer en collision avec un astre géant. Rencontre à laquelle nous ne survivrions pas. Ceux qui croient à la théorie de l’Apocalypse font généralement référence à cet objet en tant que ‘Planète X’ ou encore ‘Nibiru’. » Dans le dernier épisode de la série, Scooby-Doo et ses compagnons parviennent, en terrassant le diabolique Nibiru, à changer le continuum espace-temps. Un autre épisode de Scooby-Doo, le n°16 de la saison 2, intitulé « Les Envahisseurs sont parmi nous », parle également de l’existence des extra-terrestres. Et ces derniers pilotent Crystal Cove puisque, comme je le soulignais tout à l’heure, ils ont greffé une puce RFID à l’intérieur des fosses nasales du shérif Stone depuis son plus jeune âge.
 

Enfin, le dessin animé Scooby-Doo s’en prend à la différence Créateur-créatures, c’est-à-dire Jésus et l’Église. Il défend un Monde sans limite, hors-sol, liquide, où rien n’est permanent, où les actes, la mort et le mal n’ont aucune importance ni gravité, un Monde relativiste, sans Vérité et sans Justice : « N’ayez pas peur : tout peut être défait et tout peut être pardonné. » affirme la chienne Nova avec sa voix d’hôtesse de l’air, dans l’épisode 22 de la saison 2 intitulé « Coincés au Pays des rêves ». Les héros de Scooby-Doo sont des demi-dieux, immortels : ils ne meurent jamais, ne donnent jamais leur vie étant donné qu’ils ne peuvent la perdre. L’Humanité est défigurée dans Scooby-Doo, croisée hybridement et technologiquement avec des animaux ou avec des machines. Par exemple, on retrouve des Cyborgs mutants et chimériques dans l’épisode 14 de la saison 2 (intitulé « Le Cœur du Mal »), dans l’épisode 12 de la saison 2 (intitulé « Le Lougarours »), et finalement dans tous les déguisements de monstres confectionnés par les Humains.
 

Le dessin animé Scooby-Doo nie, en réalité, l’unicité de l’être humain en même temps que l’unicité de la vie humaine (En fait, les concepteurs de cette série croient en la réincarnation, en l’existence de plusieurs vies humaines sous d’autres corps et sous d’autres dimensions). Ce cartoon nie aussi l’alliance entre l’âme et le corps humains, en se faisant le promoteur d’un dithéisme androgynique New Age laissant croire que les êtres humains seraient des moitiés d’Homme fusionnellement complémentaires avec d’autres moitiés, comme dans la cosmovision platonicienne. « Tu es ma moitié d’orange. » déclare par exemple Fred à Daphné, dans l’épisode 24 de la saison 2 « La Grande Porte du Pouvoir ». « Ça veut dire qu’on est un groupe d’âmes-sœurs. » lance encore Sammy à Scooby-Doo avec qui il ne veut faire qu’Un, dans l’épisode 21 de la saison 2 intitulé « L’Envers du miroir ».
 

Au fond, les personnages de « Mystères Associés » sont diaboliques non d’être 100 % mauvais, mais d’être des êtres divisés, d’être les allégories fictionnelles d’un dithéisme (des entités divisées en deux ou fusionnellement compatibles… comme dans la pensée manichéenne ou hindouiste qui postule que le Bien et le mal s’annuleraient et s’équilibreraient nécessairement en s’associant). La Franc-Maçonnerie actuelle est très branchée « orientalisme », donc tout ce qui est bouddhisme, ésotérisme New Age, spiritualités monistes et cosmiques centrées sur le dieu « bien-être et énergie totalitaire ». On retrouve ces courants dans Scooby-Doo : les symboles du Yin et du Yang, la thalasso bouddhiste où se rendent Daphné et Véra, l’hypno-thérapeute le professeur Horatio Kharon, les personnages maîtrisant tous les dialectes d’Orient (comme Dean Fenk dans l’épisode 10 de la saison 2, ou bien Marta Queen défendant l’espéranto – la langue universelle – dans l’épisode 18 de la saison 2). La série louvoie aussi avec l’occultisme satanique et la magie noire : par exemple, Scooby-Doo et Sammy font appel aux entités spirituelles démoniaques en jouant au Ouija dans l’épisode 23 de la saison 1 intitulé « Un Fantôme à Crystal Cove », ou font des incantations dans l’épisode 2 de la saison 1 intitulé « Attaque de la tête réduite ». Certains personnages de Scooby-Doo s’exercent également à la sorcellerie : notamment la mère de Véra, Angie Dincley, qui est comme une sorcière : elle a un « grimoire des mauvais sorts » et tient le Musée des Horreurs de Crystal Cove ; dans sa jeunesse, elle a vécu des expériences vaudous dans la jungle mexicaine. Cette attaque contre la différence Créateur/créatures est évidemment le reflet, dans ses soubassements, d’un anti-catholicisme qui a du mal à se cacher. Dans Scooby-Doo, le catholicisme est pointé du doigt comme la « méchante religion » qui aurait éteint le prestige des civilisations et religions qui l’ont précédée. L’anti-catholicisme dans Scooby-Doo, concurrencé par des pratiques occultes le singeant, ne fait aucun doute. On voit des concerts rock dans des églises ; Scooby-Doo faisant des incantations et célébrant des enterrements païens ; les dessinateurs virant toutes les croix du Christ dans les cimetières ; les moines décédés transformés en spectres, comme par exemple le frère Serra dans l’épisode 15 de la saison 2, et étant – je cite – « sous l’emprise de forces maléfiques » ; les églises ou les galions catholiques figurés comme des maisons hantées effrayantes ; etc.
 

 
 
 

Donc voilà. Pour conclure ce long exposé sur la place de la Franc-Maçonnerie dans Scooby-Doo et sur le caractère satanique de ce dessin animé et en particulier du personnage de Scooby-Doo, je dirais que tout ce que j’ai relevé dans mon analyse n’est pas un appel à diaboliser ou à interdire ce cartoon. Au contraire : autant affronter la Bête en face, mais en la regardant avec les bonnes lunettes, et droit dans les yeux. Car elle est pleine d’enseignements pour nous tous et pour notre futur proche.
 

Quand je vous dis qu’une certaine lecture attentive de Scooby-Doo est visionnaire et prophétique, et nous annonce avant l’heure le programme du Gouvernement Mondial, je ne déconne pas. Par exemple, la série (pourtant réalisée et enregistrée avant 2010) dévoile que la pandémie du Covid (ou de « la » Covid) était déjà pensée depuis belle lurette et n’est pas le fruit du hasard. Par exemple, dans l’épisode 24 de la saison 2 intitulé « La Grande Porte du Pouvoir », Sammy, au moment de nommer le nom des habitants de Crystal Cove, s’emmêle les pinceaux et dit « les Crystalcovid », avant de se faire corriger par Fred lui parlant des « Crystalcoviens ». Coïncidence ? Je ne crois pas. Autre exemple : dans l’épisode 8 de la saison 1 intitulé « Le Gnome sombre », le shérif Stone impose des zones non-accessibles : « Vous n’avez pas le droit de rentrer. C’est une zone en quarantaine. » La quarantaine, ça ne vous rappelle rien, chers confinés ? Donc à nous d’écouter le sous-texte de la culture populaire, souvent méprisée ou innocentée parce qu’elle est jugée enfantine ou de mauvaise qualité. Bienvenue dans la Fin des Temps !

Le mythe que « faire une fellation, certain(e)s aimeraient vraiment ça »


 

De plus en plus d’hommes mariés (qui se croient ou/et disent « hétéros ») me contactent en ce moment parce qu’ils se croient homosexuels (ou attirés par des transsexuels) du fait de se sentir frustrés ou non-satisfaits sexuellement par leur épouse. Et leur croyance/peur soudaine d’être homos, ou la frustration/les reproches croissants qu’ils font à leur épouse, se cristallisent en particulier autour de la fellation (un peu moins de la sodomie : ils sont un peu plus capables de reconnaître que la sodomie puisse faire mal ou déplaire à leur partenaire sexuel-le. La fellation, non.).
 

Il existe une grande naïveté, idéalisation et ignorance croissante à ce sujet. À cause de l’unique son de cloche sur la fellation qu’on entend socialement, à savoir celui des jouisseurs/bénéficiaires de la fellation. À cause du silence de ceux qui la réalisent concrètement mais qui se forcent à banaliser l’acte, en pensant que « maintenant tout le monde le fait », donc que « ça doit être bien et plaisant pour tous ». À cause du ressenti de ces hommes « hétéros » au moment des fellations qu’ils ont pu connaître avant leur mariage (ils s’auto-persuadent alors qu’un si grand « bonheur » doit forcément être partagé par la personne qui le leur fait vivre ! par pur transfert ou projection perverse-narcissique), à cause des simulations de jouissance singée par les actrices pornos ou les acteurs pornos gays qu’ils ont vus sur leur écran (on voit d’ici l’attitude lascive de certaines stars du X feignant de se délecter de se faire éjaculer facialement dessus…), à cause de l’assignation sociale de la fellation majoritairement à l’homosexualité (et pour cause : dans les relations homos, la fellation et la sodomie sont de plus en plus présentées comme les passages obligés de la vie génitale et amoureuse), ces spectateurs masculins non-homosexuels finissent par s’imaginer naïvement que « la fellation c’est génial non seulement pour celui qui se fait sucer mais aussi pour celui/celle qui suce », qu’ils « sont peut-être homos pour désirer/fantasmer aussi fort la fellation », et enfin que « leur femme n’est qu’une coincée qui n’a rien compris au plaisir dont elle se prive, qu’une capricieuse, et même une despote désobéissante qui ne remplit pas son devoir conjugal de satisfaction de son mari, et qui le pousse à la ‘torture’ que serait la frustration ». Ça va loin.
 

Alors on va tout de suite se réveiller et désacraliser la fellation. Puisque visiblement, de moins en moins de monde voit de mal là-dedans (ni non plus dans la masturbation, la pornographie, l’adultère, la prostitution, la sodomie : toutes ces pratiques n’auraient aucune valeur morale, ne seraient « qu’une question de goûts personnels » et ne génèreraient aucune violence/souffrance universelle…).
 

Je dirais donc, pour tordre le cou aux idées reçues sur la fellation, à la croyance qu’on peut « aimer ça » (côté suceur), et donc à ces angoisses de pseudo « homosexualité » de maris frustrés, que la fellation, en vrai, et quoi qu’en disent les personnes qui réécrivent l’acte et leur ressenti du moment par leurs bonnes intentions, ce n’est agréable principalement que pour la personne sucée mais quasiment pas pour la personne qui suce. Et croyez-moi, je parle par expérience, et en ayant écouté de nombreuses personnes homosexuelles (ou même des femmes mariées) me décrire leur ressenti sensoriel et gustatif. La fellation, c’est – toujours et pour tout le monde – désagréable au goût, écoeurant, même si ce n’est en revanche pas toujours vécu comme une pratique avilissante ou dégradante (je suis bien placé pour le dire : je l’ai connue et pratiquée dans un cadre respectueux, apparemment libre, où j’ai réussi à trouver ça plaisant – non pas en soi mais parce que je sentais que je procurais un plaisir intense à mon partenaire qui finissait par avoir des retombées sur mon propre plaisir). La fellation, pour celui ou celle qui la fait, ce n’est pas agréable en bouche (odeur et goût dégueulasses du sperme, des sécrétions sexuelles et de l’urine + envie de vomir d’avoir un gros membre protubérant enfoncé dans la bouche et tamponnant le fond de la gorge : j’ai entendu plusieurs témoignages allant dans ce sens, c’est-à-dire des gars qui se forçaient à ne pas vomir et à penser à autre chose pendant qu’ils suçaient, pour oublier leur dégoût). De surcroît, la fellation est une pratique qui n’est pas véritablement libre ni égalitaire : la personne sucée a beaucoup plus de plaisir physique que la personne qui suce (le fossé entre les plaisirs est énorme) ; il n’y a pas de face à face ; la personne suçante est agenouillée, et bien souvent rabaissée au rôle d’esclave, dans le cadre de la prostitution ou du « plan cul », au rang de spectatrice du « cadeau »/de la gâterie qu’elle fait à l’autre, de servante qui attend son tour (ou pas).
 

Au fond du fond, même si les médias et la plupart des sexologues – soumis à un relativisme bon ton – n’osent pas l’avouer et avancent que les pratiques de fellation et de sodomie sont normales et jouissives pour les deux partenaires sexuels, même si certaines femmes disent qu’elles « aiment sucer leur compagnon/aiment le goût de sa bite » pour reconquérir la liberté et la dignité qu’elles perdent dans une relation amoureuse déséquilibrée, la fellation n’est agréable pour personne, voire même dégoûte toute personne qui la fait. C’est tabou de le dire et de le présenter comme une vérité générale. Mais si vous n’êtes pas d’accord, donnez-moi des contre-exemples pour que je change d’avis. Et je changerais d’avis. Pour l’instant, je n’ai jamais rencontré de suceur ou de suceuse qui, même dans un cadre amoureux respectueux et fidèle, aime gustativement ça et n’éprouve pas de dégoût. Tout comme je n’ai jamais rencontré de fumeurs – y compris chez ceux qui disent qu’ils ont appris avec le temps à aimer et à savourer le plaisir d’« en griller une » – qui n’ont pas trouvé leur première clope « dégueulasse ». De même, il faut arrêter de nous mentir sur la fellation, ou que certains hommes, conditionnés par le monde pervers et déformant du porno, s’imaginent à tort que leur femme puisse « aimer ça » et « y trouver du plaisir (en se forçant un peu et avec le temps) ». C’est faux. Le temps ou la bonne volonté ou le « faire plaisir » ou l’habitude ne changera rien à la violence et au dégoût objectif que génère cette pratique.
 

Donc écoutez-moi bien : vous avez non seulement le droit de refuser une fellation (même dans le cadre d’une relation établie, autorisée, longue, mariée, « de confiance »), mais en plus, vous avez le devoir de dire que c’est dégueulasse pour tout le monde (y compris pour la personne qui – pour des pressions et des chantages multiples – peur de décevoir, peur de perdre son partenaire, peur de dire non, peur de priver son partenaire d’une plaisir immense, etc. – va réécrire ses sensations et se forcer à dire qu’elle « a appris à aimer »). Jusqu’à preuve du contraire, la fellation, ce n’est bon que pour une seule des deux personnes qui la vivent, donc c’est une pratique à 80% égoïste, avilissante, inégalitaire et violente.