Je m’interroge sur l’étrange mode du « Leetchi-Bashing » (sarcasme à l’encontre de la cagnotte en ligne Leetchi) lancée dernièrement par certaines icônes médiatiques du boboïsme (l’humoriste Tom Villa par exemple; Maxime Gasteuil aussi ; ou encore, pas plus tard qu’hier soir aux Césars, Florence Foresti – qui est de moins en moins drôle et a de plus en plus de mal à camoufler son carriérisme et son rôle de bouffonne du Système… ; les journaleux de France Inter ; etc. ).
 

 

 

Pourquoi ce rabaissement parfois haineux ? C’est quoi, votre problème, au juste ? Pourquoi ces bobos se fendent-ils soudain d’une petite pique contre Leetchi (pique qui fera ricaner leur cour de petits-bourgeois radins et de Précieuses de salon dans les dîners et les cérémonies publiques) ? Qu’ont-ils besoin, ces pseudo pourfendeurs du Régime, de tacler les modestes caisses du don (quasi) gratuit ? D’où vient cette « urgence » chez eux de mépriser les projets qui ne menaceront pas leur carrière, de « casser » les tirelires presque vides que des personnes de seconde classe remplissent péniblement et patiemment ? D’où sort chez les maîtres de l’audimat cette soudaine envie de tirer sur les ambulances, de parodier les mendiants (qu’ils ne sont pas), de dézinguer les seules niches financières solidaires qui ne sont pas encore sous leur contrôle, d’écraser/fasciser encore plus les pauvres, de retirer le seul moyen de subsistance/financement qu’ont certaines personnes sans aide, sans production, sans sponsor, pour créer et mener à bien des projets et être libres ?
 

Personnellement, je peux témoigner que sans la plate-forme Leetchi, jamais mon documentaire « Les Folles de Dieu » n’aurait pu se faire et ne verrait le jour. Car ce n’est pas sur les médias (y compris « catholiques ») ni sur les gens de l’Église-Institution que j’aurais pu compter ! Leetchi a été ma bouée de sauvetage. Honnêtement. Leetchi, c’est le seul espace de crowd-founding et d’amitié virtuelle solide que je connaisse, la seule plate-forme sécurisée de financement qui échappe encore aux flicages et qui permet une créativité juste, une réelle indépendance, une libre circulation des biens, une solidarité et une générosité concrètes.
 

Florence Foresti se dit « écœurée » de la récompense d’une œuvre de Polanski (qu’elle confond avec la personne de Polanski ou avec certains actes de Polanski : il faut lui expliquer la différence car elle n’a visiblement pas encore compris…). Moi, perso, je suis écœuré de son mépris des pauvres et des mendiants, et de son écœurement/indignation de Princesse vexée de ne pas centraliser tous les gains. Elle sera au moins attaquable sur ce seul point…
 

L’écœurement de « Madâââme »


 

(Et pour ceux qui veulent participer à un documentaire de pauvres fait par des pauvres qui ne gagneront pas un kopeck ou tout juste que le minimum pour rembourser leurs dettes – j’ai nommé « Les Folles de Dieu » -, voici le lien pour cette « pauvre cagnotte Leetchi » pour nous aider.)
 

N.B. : Article affilié : « Blanche Gardin ou le phénomène des faux courageux ».