Certains militants « pro-mariage-pour-tous », pour obtenir le mariage, invoquent un argument qui ne tient absolument pas : celui de la « sécurité » de l’enfant élevé par un couple homo, en cas de décès de l’un de ses deux « pères » ou de l’une de ses deux « mères » (Les régimes totalitaires ont coutume d’user aussi abondamment de l’argument de la « sécurité », de la « prévention », et notamment celui de la « Sécurité nationale », pour asseoir leur terreur, voire déclarer des guerres). Car s’il s’agit de régler par la loi des scénari-catastrophe qu’ils ont en grande partie orchestrés, il existe dans le Code Civil (n°377) ce qui s’appelle la « DÉLÉGATION D’AUTORITÉ PARENTALE », qui permet à l’enfant perdant son père ou sa mère biologique d’être élevé et reconnu socialement par le partenaire de celui-ci/de celle-ci. Le passage par la « case MARIAGE » n’est donc absolument pas obligatoire.