Message personnel à ceux qui rêveraient que mon voeu de continence soit absolument un choix par défaut, un croix de suicidaire qui ne s’aime pas, la preuve chez moi d’un orgueil démesuré, d’une frustration non-assumée, le fruit d’une série de déceptions amoureuses que je n’aurais pas digérées, le signe d’une diabolisation homophobe de l’amour homosexuel, une fuite maladive de la sexualité et des plaisirs, le résultat d’une peine de coeur irréparable. Dommage pour eux : dans ma période de « flirt » d’un an et demie (de 2009 à 2011) où j’ai vécu concrètement l’expérience charnelle avec des garçons, je peux leur assurer que je suis toujours sorti avec des garçons adorables et respectueux, que j’ai vécu des relations dans une grande sincérité, et que le sexe homosexuel, j’ai adoré ça. J’ai pris mon pieds, vraiment. Et c’est justement parce que je suis allé jusqu’au bout de mes fantasmes, et que j’ai connu – même de manière fugace – les beautés du couple homo, que je peux justement dire maintenant qu’il ne me suffit pas, et qu’il y a largement mieux. C’est précisément parce que l’amour homosexuel est juste « bien » qu’il n’est pas le meilleur ! C’est précisément parce que je n’ai vécu que des expériences amoureuses homosexuelles satisfaisantes que mon choix de la continence est libre et positif ! Un vrai OUI, quoi. Et je remercie mes « ex » de m’avoir fait découvrir cela, à leur insu.