De retour d’une soirée de balade avec mon amie Annaïck à la Tour Eiffel. Magnifique… même si le fauteuil roulant n’est pas très indiqué en pleine foule 😅.
 

C’est avec Annaïck (infirme moteur cérébrale, qui n’a pas l’usage de la parole et qui ne peut me répondre que par « oui », « non » ou « un peu ») que je me rends compte combien l’homosexualité est conviviale. Notre grand jeu, comme on ne peut pas avoir de grandes conversations et de grands débats, c’est de noter les mecs qu’on croise dans les rues de Paris et de voir lequel de nous deux parvient à récolter le plus d’attention. Et en général, c’est toujours moi qui perds, et Annaïck qui se fait draguer par les beaux mecs, en particulier par les Noirs : ils lui font de l’oeil et sont spécialement gentils avec elle – on n’a jamais compris pourquoi – et dans ces cas-là, évidemment, Annaïck explose de rire bien discrètement (en fait, pas du tout discrètement ^^). On s’amuse comme on peut, et surtout gayment 🙂