capture-decran-2016-11-05-a-14-53-22
 

J’ai visionné cette émission-télé sur le lien suivant.

 

Les pro-Vie ne font absolument pas le poids. Car il n’y a pas, dans leur « camp », de personnes homosexuelles, alors qu’en face, il n’y a que des personnes homosexuelles. Le choix du téléspectateur est vite fait ! Ils n’ont aucune crédibilité. Le « discours sur le vrai » ne vaut pas les personnes vraies. Le discours sur la chasteté et le rappel de l’amour de Dieu envers les personnes homosexuelles ne valent rien sans le rappel de la Vérité. Les catholiques restent très polis, soucieux d’avoir l’air ouverts et non-jugeants. Mais il leur manque ET des témoins concernés, ET d’audace pour nommer le mal. Les témoignages ne sont que d’un côté (très mauvaise répartition). Les catholiques sont nus comme des vers. Mon livre est gentiment montré par Lionel Avanthay​. Mais ce n’est pas suffisant : il faut la vraie présence ! Et moins de rejet inconscient.

 

En plus, les catholiques suisses n’éclairent absolument pas ce qu’est l’hétérosexualité, l’ « amour » homo, l’homophobie. Ils restent campés dans le natalisme, l’Enfant, l’absolutisation de la Vérité ou de la Réalité. En face, leurs détracteurs les bouffent tout cru juste en prononçant 3 mots : « homosexualité », « hétérosexualité », « homophobie ». Et en montrant leur tristesse ou leur indignation.

 

Quant à la filiation, les catholiques, français comme suisses, se plantent en la réduisant à une question de présence ou d’absence des parents : c’est une erreur, et ça décrédibilise totalement leur propos.