Je commence à me connaître un peu : quand j’écris, c’est que ça va vraiment bien ; quand je n’écris plus, c’est que ça ne va pas bien dans ma vie, et que je ne peux pas porter mes idées parce que mes actes honteux les défigurent.