Mauvaise nouvelle pour l’Église : j’apprends à l’instant la parution dans 3 jours du livre co-écrit « à 4 mains » par notre Pape émérite Benoît XVI et le Cardinal Sarah.
 

Comme d’habitude, avec ce cardinal imposteur, on a affaire à un carriérisme invisible qui prend la forme hypocrite et mielleuse de la déférence/sujétion au Pape sur le modèle féodal (genre « subsidiarité d’obéissance cardinalice » ou « collégialité paternelle, filiale et fraternelle ») puisque Sarah se met à la place de l' »humble plume » d’un Pape concrètement affaibli qui, sans être sénile ni stupide, se trouve malgré tout au second plan et presque intégralement instrumentalisé.
 

Le point d’orgue de cet ouvrage, c’est le CÉLIBAT SACERDOTAL et le rappel de sa nécessité : « C’est non-négociable !! » disent-ils avec autorité. Merci, on le savait déjà, et c’est pas ça qu’on discute ni le problème de fond. Le problème de fond, c’est l’homosexualité sacerdotale qui menace ce même célibat. Pas l’énonciation de l’obligation du célibat.
 

Bref, dans tous ses discours, le Cardinal Sarah use du même subterfuge : il traite d’une évidence ou métavérité (le silence, l’engagement-martyre, la divinité du Jésus, etc.) qui n’est pas prioritaire, mais qu’il présente comme prioritaire pour se donner le beau rôle de l’indispensable redresseur de barre de l’Église et du Monde supposément « en plein marasme schismatique », et donc le rôle d' »humble » chef. Concrètement, il enfonce des portes ouvertes et ne règle pas les vrais problèmes. Pire, il les alimente et crée le schisme qu’il dénonce (notamment celui entre les suiveurs du Pape Benoît et les suiveurs du Pape François… comme si le Pape François était favorable au mariage des prêtres…), se mettant en discret mais sirupeux porte-à-faux avec le Pape actuel (François). Quand je vous disais que le Cardinal Sarah est mauvais de chez mauvais (en plus de raconter de la merde qui plaît à l’immense majorité des cathos).
 

 
 
 

P.S. : Regardez ça. Et le pire, c’est que même avec ces attaques, les catholiques vont continuer à nier que l’homosexualité est le fer de lance de l’anticléricalisme actuel.