Que penser de l’ « Amour d’amitié » que proposent certaines rares associations LGBT chrétiennes? Personnellement, je ne le défends pas. Je trouve qu’elles entretiennent un flou entre amitié et amour (saupoudré de foi) qui me dérange, qui finit par déraper (j’ai entendu des témoignages qui allaient dans ce sens). À travers cette notion très ambiguë d’ « Amour d’amitié », elles adoptent une conception platonique – et donc désincarnée – de l’amour, et sentimentalo-pieuse de l’amitié… donc au bout du compte, ni l’amitié ni l’amour ne sont vécus et respectés. Or, je crois vraiment que la continence que demande l’Église aux personnes homosexuelles va plus loin que la simple absence de contacts physiques. L’acte homosexuel passe déjà par la foi aux sentiments et à l’amour homosexuel, par un épanchement amoureux, par la convoitise. N’est continent que celui qui clairement a décidé de lâcher le rêve de former un couple homosexuel, qui ne louvoie pas entre l’amitié et la sensualité, qui ne se sert pas de la foi pour garder secrètement ses sentiments érotiques, celui qui a vraiment posé clairement le choix de l’amitié simple.