Ce que nos contemporains ont du mal à comprendre, c’est que la violente de la schizophrénie du désir homosexuel ne s’applique pas qu’à l’homosexualité refoulée, mais aussi à l’homosexualité pratiquée de manière décomplexée.