Je ne suis pas d’accord pour qu’on dise que les personnes homosexuelles ne PEUVENT pas être de bons parents. Ce n’est pas en termes de « capacité », de « possibilité » qu’il faut voir la chose, mais d’idéal : d’une part, tout ce qui est possible n’est pas forcément idéal ; et d’autre part, il est intellectuellement tout à fait envisageable qu’un enfant grandisse avec plus d’amour dans une famille monoparentale ou homoparentale que dans une famille intégrant la différence des sexes. La présence de la différence des sexes dans un couple est importante mais ne suffit pas à elle seule pour décréter que l’unique forme de famille possible pour accueillir un enfant est le couple femme-homme. C’est l’expérience aimante et joyeuse de la différence des sexes qui est idéale. Pas la différence des sexes seule. C’est pourquoi je dirais que le couple homosexuel n’est pas idéal pour l’accueil d’un enfant, même si dans les faits, il PEUT très bien le faire. Je ne dis pas que les couples homosexuels ne sont pas capables d’élever correctement des enfants. C’est qu’ils ne « doivent pas forcément, dans l’idéal ». Ce n’est pas pareil. Pour être un bon parent, cela ne dépend pas que de l’individu ou du couple : cela dépend aussi de la structure conjugale où cet individu s’inscrit, et des bienfaits non-négligeables du respect de la différence des sexes.