Je remarque qu’en lien avec mon livre sur Joséphine, le génie ou l’ange sont souvent des fantasmes fictionnels d’êtres humains voulant en réalité se transformer en statue de pierre. C’est le cas par exemple de l’animateur homosexuel MaGloire qui, dans la nouvelle version 2019 de l’émission Fort Boyard, campe un personnage de génie qui emmène les candidats dans l’épreuve du Fakir, où ils doivent marcher sur des clous (encore le plomb alchimique…) et des verres (encore le sablier narcissique…) : « Vous me connaissez… mon génie aura un costume divin et bijouté ! Avec plein de pierreries comme j’aime ! » (c.f. l’article « MaGloire le nouveau génie de Fort Boyard » de Marie Poussel pour le journal Le Parisien, daté du 4 mai 2019).

 

Mais sans doute que là encore, comme dit Xavier Guillaume à mon sujet, je sombre dans le « symbolisme paranoïaque »… #CEstPasTousLesJoursFacileDêtreBobo