Sortie de la 1ère partie du documentaire « Les Folles de Dieu » en français (+ quelques anecdotes de tournage)


 

TADAM ! Chers amis, voilà ENFIN la première partie (sur 25 parties en tout !) en français de notre documentaire « Les Folles de Dieu » (Foi et Homosexualité) !
 

Réalisé par Philippe Ariño (moi-même), tourné par l’excellentissime photographe Jean-Yves Morvan, et monté par le vidéaste péruvien Gerson Gonzales.
 

– Avec Perrine Coulombel (France) : la touche « douceur » de l’équipe ! #ForceBleue

– Avec Christian Mercado (Pérou) : la touche « empathie » de l’équipe ! #ForceRouge

– Avec Santiago Mejía (Colombie) : la touche « intello (Gaston Lagaffe) » de l’équipe ! #ForceVerte

– Avec Guillaume Gourinat (Allemagne) : la touche « sensualité » de l’équipe ! #ForceViolette

– Avec Gerson Gonzales (Pérou) : la touche « combativité » de l’équipe ! #ForceJaune

– Avec Éric Chevillard (France) : la touche « clown » de l’épique !

– Avec Philippe Ariño (Espagne-France) : la touche « sensibilité » de l’équipe ! #ForceOrange
 

Avec aussi les voix exceptionnelles de la chanteuse Steph Bach et du doubleur pro Quentin Espitalier. Avec la collaboration musicale d’artistes prestigieux : Rahan, Athenas, Thierry Jamard, Santiago Benavides…
 

Un sacré boulot (de 2 ans) qu’on met en libre accès sur YouTube pour vous ! Profitez-en tant qu’on peut encore exprimer sur l’homosexualité une pensée différente de l’« homosexuellement correct ». Car nous sommes constamment censurés par les homophobes gays friendly.
 

Et si vous voulez voir la suite (car le travail de montage est colossal : sans compter que le film sort en 5 langues différentes : français/espagnol/anglais/allemand/italien), il n’en tient qu’à vous ! Pour faire un don : c’est ce lien de la cagnotte. Sans argent, nous ne pouvons ni avancer, ni rembourser nos dettes, ni vivre (tout simplement). Par conséquent, nous comptons sur chacun d’entre vous pour diffuser cette vidéo, en public comme dans vos cercles privés. Vous êtes notre unique publicité. Merci d’avance !
 

#LGBT #Queer #LesFollesDeDieu #FollesDeDieu #Foi #Catholicisme #Pape #Cathos #homos #Gays #LasLocasDeDios #TheHolyGays #lePazzeDiDio #DieTuntenGottes #Instagay #Église #Catholiques #Courage #Documentaire
 

N.B. : Vous pouvez vous abonner à la chaîne YouTube des « Folles de Dieu », pour voir les versions dans d’autres langues (déjà en espagnol : « Las Locas de Dios »).
 
 

PETITES ANECDOTES DU TOURNAGE
 

Pour les petites anecdotes de tournage (car il y en a plein !^^), le gamin qui joue au foot est un gars que Gerson et moi avons rencontré dans les Arènes de Lutèce (5e arrondissement, donc mon quartier). Je l’avais vu, mais je n’avais pas osé lui demander qu’on le filme. Et c’est Gerson qui m’a encouragé à le rappeler alors qu’il quittait l’arène. Et il a rejoué au ballon avec plaisir pour nous. Ce fut notre tout premier figurant volontaire ! (Après, nous avons osé demander à d’autres badauds, et même à des couples homos!).
 

Autre anecdote : Santiago, pour son exposé sur les figures de l’enfance et de l’adolescence dans les films pro-gays, était à proximité d’un pré avec des vaches, en pleine montagne. Et on ne le voit pas, mais les mouches étaient nombreuses (haha) et ont parfois dérangé 😂. Mais Santi est resté imperturbable.
 

Autre anecdote croustillante : Perrine Cbl a dû faire plusieurs fois les prises avec les pissenlits car leur boule duveteuse était parfois rebelles🤣.
 

Et concernant la présentation de Gerson Gonzales lors de son portrait, la chorégraphie qu’il fait devant la Tour Eiffel était initialement prévue devant l’Arc de Triomphe… mais comme – pour une raison inconnue – l’Arc de Triomphe était éteint ce soir-là, on s’est rabattu sur la Tour Eiffel. Et finalement, c’était mieux ainsi ! Et c’est une idée que j’ai de nous filmer en train de danser en choisissant une chanson qu’on aimait bien, avec les écouteurs branchés sur les oreilles. Gerson dansait sur « Poker Face » de Lady Gaga (hihi). Et moi, je me suis choisi « Partie pour zouker » de Lorie 🤣. Comme ça, vous connaissez les dessous de l’histoire!^^
 

Autre anecdote marrante : dans la scène où on voit Gerson Gonzales sur le Quai Henri IV (Paris) bordant la Seine, il y a un grand-père prenant en photo son petit-fils prenant la pose. Ils sont tout les deux immobiles, comme un arrêt sur image scénarisé. Et comme si c’étaient deux figurants qu’on aurait contractés… alors que pas du tout! Ils se sont trouvés là « par hasard ». Et moi, je filmais pour la première fois avec la caméra 4K (et son stabilisateur) que je ne maîtrisais pas du tout ! haha ! Ce fut un « loupé réussi ». Et tout le monde était à sa juste place ! 🥳
 

Autre anecdote rigolote de tournage : Dans la scène de présentation de Guillaume, quand il court dans la montagne (les Pyrénées) et qu’il finit par nous tirer dessus 💅, vous parviendrez peut-être à me voir, si vous regardez bien entre les herbes (haha!). Comme un imbécile, je me trouve légèrement dans le champ de vision de la caméra de Jean-Yves, en tout petit, car je m’étais placé en bas de la prairie (une prairie absolument magnifique, immense : quand nous l’avons découverte, nous n’avions pas envie d’en partir ; un vrai petit coin de paradis) pour donner le top départ à chacun des membres du groupe (qui devait courir successivement vers la caméra en guise de présentation)… mais je n’étais pas descendu encore assez bas 😝😂 ! Et au bout du compte, la seule séquence de qualité qu’on a pu garder, le seul qui courait dans la colline montante de manière stable et réussie, ce fut Guillaume (les autres, on a l’air de Laura Ingalls pas du tout sportives, à bout de souffle et faisant pitié mdr!).
 

Autre anecdote : Dans la présentation des protagonistes, ma marche en travelling à la Bibliothèque François Mitterrand (Paris) a été super galère à tourner pour Gerson et moi ! 😂 On a dû faire une vingtaine de prises pour avoir la bonne. Car il fallait que l’esplanade soit vide, sans badauds ; il fallait trouver le bon angle, la bonne attitude (et Gerson ne devait pas perdre l’équilibre en marchant avec la caméra le long des escaliers : c’était casse-gueule pour lui) ; et j’étais en petite chemise noire alors qu’on était en octobre, avec le froid automnal… donc j’étais un peu frigorifié (haha). Mais ça l’a fait !
 

Autre anecdote du tournage : le confessionnal où a été filmé Christian Mercado (le témoin mexicain) se trouve à l’église Notre-Dame de Cholet. Et il était surmonté d’un bas-relief représentant l’épisode de Jésus défendant la femme adultère.
 

Scoop : Arnaud Lemasle (celui dont je parle dans l’épisode 1) est vivant !
 

Autre petite anecdote rigolote du tournage des « Folles de Dieu » : La chute de Guillaume (témoin trans) – que vous voyez au début du documentaire et qui a été filmée par Jean-Yves Morvan – était bel et bien accidentelle ! 😂😱 Nous devions marcher sur une corniche pierreuse naturelle située sous un pont d’un village des Pyrénées appelé Bétharram, pour ne pas tomber dans l’eau du Gave (le cours d’eau qui passe aussi par Lourdes). Et Guillaume, pourtant le plus agile de nous tous, a malencontreusement glissé, en nous faisant tous hurler d’effroi (haha) ! Mais il s’est repris. Et l’image est belle. Cerise sur le gâteau: Gerson Gonzales a su en plus l’exploiter au mieux en jouant avec la cymbale de chute de la chanson « Deep Blue Sea » de Rahan ! 🤩
 

Autre anecdote : Gerson Gonzales, en choisissant d’illustrer le récit de mon « passage à tabac » soft au collège par la chanson « Mon Dernier Voyage » de Thierry Jamard, ignore combien il est tombé juste dans son montage, puisque Thierry Jamard était précisément mon prof de musique du collège à l’époque ! Et d’ailleurs, pile après l’encerclement par les garçons de ma classe de 5e, juste après la récré, j’avais cours de musique justement avec lui. Et les gars de ma classe (j’étais débarqué en retard en cours, tout tremblant à cause de ce qu’ils m’avaient fait subir) m’avaient préparé une place au milieu de la salle pour continuer de m’encercler et de m’emmerder pendant le cours. Manque de bol pour eux, leur plan d’humiliation a raté car il restait une place dans le fond de la classe. Et je m’y suis assis. Voilà « toute » l’histoire. En tout cas, ça a tout son sens que Thierry chante sur cette séquence.
 

Autre « anecdote » des « Folles de Dieu » : À trois semaines du tournage, mon équipe et moi devions être hébergés à la Cité Saint Pierre (de Lourdes). Là-bas ils accueillent vraiment tout le monde. Et quand je dis tout le monde, c’est tout le monde : y compris les plus marginalisés (personnes handicapées, prostituées, transsexuelles, toxicos, gens du voyage, etc.). Eh bien il faut croire qu’il y a des exceptions… puisque les responsables de la Cité Saint Pierre (Claire Ozoux, le journaliste Mathias Terrier) nous ont dit inexplicablement « non », en avançant des arguments complètement vaseux : « Nous ne pouvons pas vous accueillir… Votre projet n’est pas assez mature… » ; « Et puis votre groupe n’est parrainé par aucun évêque… »; « Mais ne le prenez pas mal. Ce n’est pas contre vous… D’ailleurs, la Cité Saint Pierre a déjà accueilli plusieurs fois le groupe DUECDevenir Un En Christ – chapeauté par l’évêque de Carcassonne… » Face à cette mauvaise foi manifeste – disons-le « cette homophobie » (Mathias Terrier m’avait pourtant interviewé sur Radio Présence Lourdes il y a quelques années, et l’interview avait été cordiale) – j’ai commencé à argumenter : « Si notre projet est ‘immature’, voulez-vous que je vous envoie les 53 pages de notre script? » (c.f. Voici d’ailleurs la liste complète des 246 questions) ; « L’évêque de Carcassonne appuie DUEC? Pourtant, ce groupe n’obéit pas à l’Église et valide la pratique homosexuelle… » (Au téléphone, Claire Ozoux ne savait plus où se mettre ; elle a même écorché le nom de DUEC tellement elle n’y connaît rien au sujet…). Et puis j’ai cessé d’argumenter, car je voyais bien que la résistance venait d’ailleurs, et que ce n’était pas mon film ni mon groupe, mais ce que nous représentions ainsi que la peur, qui avait guidé le rejet de la Cité. J’ai compris qu’en amont, c’était aussi la journaliste Nathalie Cardon qui avait fait peur et pression à tous ces responsables catholiques lourdais.Ce fut un mal pour un mal pour un bien, puisqu’on a trouvé un hébergement et un lieu de tournage beaucoup plus beaux que Lourdes : Bétharram ! (un sanctuaire moins connu que Lourdes, et où pourtant il y a aussi eu des apparitions mariales). La Vierge Marie a donc veillé sur notre projet de bout en bout. Et le plus drôle, c’est que 3 jours avant le tournage, j’ai été logé à Lourdes avec une couverture de « bénévole volontaire du sanctuaire » (haha) : badge, polo, chambrette, voiture, tickets resto, etc. J’avais vraiment l’impression d’incarner le rôle surréaliste du réalisateur de film sans le sou, INFILTRÉ et sur place INCOGNITO pour un tournage sous haute surveillance et controversé… 🤣 Le grotesque dans lequel l’homophobie de la majorité des catholiques nous a mis… Cela dit, les ennemis du documentaire n’ont pas réussi à nous faire taire et n’ont pas pu empêcher ce tournage. Eh oui : les Folles de Dieu, on ne s’en débarrasse pas comme ça ! 😉💄🏳️‍🌈 J’ai aussi demandé à pas mal de prêtres présents à Lourdes au moment du tournage s’ils voulaient intervenir à l’une ou l’autre des journées pour donner leur avis sur l’homosexualité et montrer que le clergé nous accueille, écoute et nous aime nous personnes homos. J’ai même supplié un super frère capucin que j’avais rencontré lors d’une confession au sanctuaire de Lourdes et avec qui on avait bien accroché (il m’avait gardé 1 heure dans son confessionnal !). Mais rien à faire. La dizaine de prêtres/évêques sollicités se sont tous défilés, en s’inventant des excuses-bidon, en se réfugiant derrière leur réputation ou l’image de leur communauté. Après, qu’ils ne s’étonnent pas que l’opinion publique pense que le clergé catholique est majoritairement homophobe. Car c’est la stricte réalité, malheureusement.
 

Autre anecdote croustillante de la première partie des « Folles de Dieu » : Les premières interviews personnelles, que vous voyez tournées en salle, ont une particularité. Nous avons tous été embellis par Christian Mercado, le maquilleur des stars et des Miss, et aussi le témoin mexicain du film. Ce sont ses crayons, ses poudres, ses masques de beauté, ses talents de coiffeur et d’arrangeur, qui nous ont mis en valeur. C’est particulièrement visible avec l’interview de Perrine Coulombel, très en beauté, et coiffée par Christian. Par ailleurs, deux jours avant le démarrage officiel du tournage, comme nous étions sur place à Bétharram mais que nous attendions Gerson Gonzales (le témoin péruvien) qui a eu des problèmes d’avion, nous avons eu le temps de mieux former et consolider notre équipe avec deux jours de balade, de photographies, de prises d’images avec Jean-Yves Morvan notre photographe. Un soir, dans la chambre à 4 où dormaient Christian, Santiago, Jean-Yves et Guillaume, on a joué à un jeu compréhensible par tous les participants, sans que le décalage des langues pose problème : le Codenames que j’avais apporté. Et puis Christian nous a proposé de nous faire des masques de beauté aux volontaires (Il avait dans ses bagages tout le nécessaire du parfait make-up Artist ! 💄💅🧖‍♂️). Je crois que j’ai eu cette soirée-là un de mes plus gros fous-rires du tournage. En effet, Christian nous a fait un masque de beauté à Santiago Mejía (témoin colombien) et à moi. Et nous devions rester chacun allongés sur un lit, sans bouger, pour que le masque sur notre visage fasse effet. Et à un moment, nous avons imaginé le responsable de notre lieu d’hébergement ouvrant brutalement la porte de la chambre et découvrant horrifié la position gênante et incongrue dans laquelle notre groupe de folles « ingérables » et « imprévisibles » se trouvait. Et le fou-rire est venu quand Christian – qui en plus d’être hyper drôle parce qu’il a le sens du calembour à propos, concis et efficace, énoncé avec le ton pince-sans-rire qui le caractérise, a un talent inné de l’imitation – a imité en une phrase la possible réaction furibonde de notre hôte : « ¡¡ Aquí no es un Salón de Belleza !! » (traduction : « Ici c’est pas un Salon de Beauté!! »). Évidemment, moi qui ne devais surtout pas bouger, rien qu’en imaginant la scène et l’embarras qu’elle aurait pu causer, j’étais juste plié !! 🤣 Et Santi aussi !!
 

Autre anecdote inédite (et, ici, des signes du Ciel irrationnels, donc à mes yeux, des miracles) : Pour moi, le documentaire devait absolument avoir lieu à Lourdes, chez la Vierge Marie, et pas ailleurs. Puisque c’est elle la Virginité par excellence. Et notre film parle de la virginité homosexuelle. Certaines personnes ont cherché à me décourager (« Pourquoi si loin ? Pourquoi pas à Paris ? Y’a rien à Lourdes… Ce serait plus simple à la capitale. Tu serais sur place… »). Mais j’ai tenu bon. Et Lourdes-Bétharram, c’était le lieu idéal. Autre bâton dans les roues qui nous a été miraculeusement ôté : le tournage s’est tenu pendant 10 jours, fin septembre 2019-début octobre 2019… c’est-à-dire juste avant la pandémie mondiale du Coronavirus. Autant vous dire, sur le fil du rasoir ! On aurait attendu encore 3 mois, on l’aurait eu dans le baba ! C’était fichu. Et j’ai bloqué cette date de manière un peu militaire et autoritaire, sans céder aux pressions. Par exemple, dans le casting des témoins homos qui avaient inespérément accepté de participer, nous avions un gars canadien, droit dans ses bottes et dans sa Foi catholique, très mignon et très sympathique au demeurant, François, qui était chaud patate pour le projet, qui m’assurait vouloir venir témoigner… mais à la condition qu’on décale le tournage à janvier/février 2020 (ce serait tombé pile pendant la fermeture des frontières internationales…). Je ne saurais pas vous dire pourquoi je lui ai dit un « non » catégorique, et me suis accroché au calendrier que j’avais décidé, surtout compte tenu de la rareté des témoins homos cathos… mais je l’ai fait. Et bien m’en a pris ! Je l’ai congédié, en pensant en moi-même : « C’est maintenant ou jamais. Tu veux pas venir à ces dates-là ? Eh bien tant pis pour toi ! Ciao ! ». Pareil, il y a eu des journalistes catholiques qui m’ont dit que le tournage « avait lieu trop tôt, était un peu prématuré », que nous « n’étions pas prêts », qu’il « fallait reporter pour nous laisser encore un peu de temps », pour « fignoler » et « vraiment proposer un produit de qualité ». Et effectivement, le tournage s’est fait un peu « à l’arrache », avec les moyens du bord, des achats un peu « fous » et hâtifs (cagnotte en ligne ; achat des billets d’avion de la Colombie ; du Mexique et du Pérou ; commande des fauteuils aux 6 couleurs du Rainbow Flag surtout ; logement trouvé 3 semaines avant le tournage…). Mais, à un moment donné, il faut bien se jeter à l’eau, arrêter les atermoiements, ne pas s’attarder en chemin, et ne pas écouter les « conseils » qui sont en réalité des lâchetés déguisées, voire des attaques du démon. Et heureusement que nous avons tourné à Lourdes précisément dans les jours choisis ! Il était moins une !
 

Autre petit miracle : Gerson Gonzales, le témoin péruvien, a dû, pour les besoins du film (montage, script, prise d’images…), rester un mois supplémentaire à Paris, et est reparti pour Lima le 6 novembre 2019. Et le dernier jour, la Vierge Marie nous a fait deux cadeaux somptueux. Le premier, c’est que juste avant qu’il ne prenne son avion, nous avons décidé d’aller prendre les dernières images du documentaire plutôt que de travailler à l’appart. Dans l’idée, j’avais envie de retourner au Marais (le quartier gay de Paris) car nous ne l’avions filmé que de nuit, et il nous manquait des images diurnes. Et puis en chemin, je ne sais pas ce qu’il m’a pris, j’ai changé d’avis, pris une autre direction : la pointe du square du Vert Galant ! (vous savez, là où la Seine se sépare en deux bras, avec le Louvre et le Pont des Arts en vis-à-vis, et un saule pleureur planté en bout ?). Eh bien là-bas, nous n’y avons trouvé absolument personne… sauf, assis sur ce « Bout du Monde », un couple gay de deux gars mexicains, se tenant par la main !! Gerson et moi avons pris notre courage à deux mains. Nous leur avons dit que nous réalisions un documentaire sur l’homosexualité, en leur déclinant le contenu, et leur avons demandé s’ils acceptaient que nous les filmions. Ils ont accepté avec joie (De tout le tournage, c’est le deuxième couple homo qui nous a donné sa permission de figurer dans le film). Gerson et moi étions très émus de leur amitié, et surtout pour Christian Mercado (le témoin mexicain de notre documentaire). Enfin, le deuxième cadeau incroyable de ce dernier jour de tournage est venu de Gerson. En effet, en faisant ses valises, il a insisté pour me laisser le micro et l’enregistreuse, en m’expliquant rapidement comment ils fonctionnaient. Sur le moment, je n’ai pas compris pourquoi il me les confiait. C’était lui, l’ingénieur-son en chef ! Pourquoi me laisser un outil que je ne maîtrisais pas bien ? Ça n’avait aucun sens… pas même celui de faire baisser le poids de ses bagages. Je pense que la raison a échappé à Gerson lui-même ! haha. Et, avec le recul, comme ce choix fut inspiré ! D’une part, parce que l’essentiel de mon travail actuel sur le film se joue sur les traductions et surtout sur l’enregistrement des voix-off avec l’enregistreuse ! ; et d’autre part, parce que cet outil n’aurait été d’aucune utilité pour Gerson au Pérou, étant donné que là-bas, c’est peine perdue pour trouver des volontaires pour faire le doublage en français/anglais/allemand/italien et même espagnol (ils sont 100 fois plus frileux et homophobes par rapport à l’homosexualité qu’en France… ce qui ne veut pas dire que je n’ai pas non plus galéré en France, faut pas croire : ça a même parfois été la croix et la bannière pour gagner la confiance des doubleurs, qu’ils soient cathos ou athées. Certains gays friendly m’ont même sorti sérieusement qu’ils préféraient prêter leur voix à Hitler qu’accepter de doubler Guillaume le témoin transsexuel du film… Véridique ! Et effrayant de stupidité cathophobe-homophobe…). Bref, tout ça pour dire que le don de Gerson n’est pas explicable autrement que par la Grâce divine.
 

Autre anecdote de cette première partie des « Folles de Dieu » : le fou-rire que Éric et moi avons eu juste à côté de la grotte des apparitions de la Vierge Marie (la grotte de Massabielle) s’est produit le dernier jour du tournage à Lourdes. Il faisait nuit. Il y avait un petit crachin. Comme Perrine et Éric ne pouvaient pas venir à Cholet pour le tournage de la dernière des 8 journées du film (sur la dimension sainte de l’homosexualité), j’ai décidé, pour notre dernière soirée tous ensemble (on a loupé la veillée aux flambeaux car je me suis planté d’horaire, et nous nous étions éternisés dans une pizzeria miteuse…), de prendre Perrine et Éric à part, et de les enregistrer sur quelques questions de la fin qui les inspiraient, mais uniquement avec le micro et sans la caméra. Nous nous étions abrités sous un parapluie. Le fou-rire avec Éric est survenu de manière totalement inattendue, vous vous doutez bien. Et je trouve ce dernier tellement vrai et tellement à l’image de notre groupe, de notre documentaire (À lui seul, ce fou-rire illustre la bonne ambiance entre nous, également tout le message du film – nous abordons le lien entre homosexualité et Foi MAIS dans l’Amour/humour – et désamorce tout procès que nos détracteurs pourraient nous faire de « tristesse » ou de « dissimulation » ou de « présomption » : l’humour désarme le diable) que j’ai souhaité qu’il serve d’incipit au documentaire. Pour montrer dès l’entrée que nous allions aborder des sujets certes graves et lourds… mais de manière légère et grave à la fois. Et le plus drôle dans l’histoire, c’est que lors de l’enregistrement de ce son, Éric s’est laissé décontenancer par le démarrage impromptu d’une messe en italien célébrée à la grotte… d’où son lapsus « homosexualité = déficience », puis son éclat de rire. Et ce que je trouve extraordinaire, c’est qu’Éric a osé lier homosexualité et péché (cette corrélation est le Tabou maximal aux yeux de nos contemporains, est scandale pour notre Monde !), et qu’en plus, cette messe a débuté par un chant cucul et kitsch vraisemblablement entonné par un choeur de bonnes soeurs ou de grenouilles de bénitier… mais dont les paroles sont prophétiques (même eschatologiques) et annoncent la libération des malades, des opprimés, des rejetés, bref, la promesse des Béatitudes et du Salut/sainteté qui concernent pile poil les personnes homosexuelles et notre documentaire : « La Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres : le Seigneur sauve son Peuple, Alléluia ! » On n’aurait pas pu rêver mieux comme coïncidence… et donc comme entrée-choc ! Notre documentaire veut annoncer le Salut et la libération des personnes homos par Jésus.