Au fond, le drame que constitue le « mariage pour tous », c’est la tyrannie du désir individuel. Un désir qui peut être bien-intentionné, universaliste, porté à deux, mais qui finalement met l’individu au centre et non les autres, l’irréel avant les personnes.