1
 

Voici une suite à L’homosexualité en Vérité, que j’ai commencée à rédiger fin mars 2016. Elle est en trois parties. Voilà la deuxième (n°80 à 159) puis la troisième (n°160 à 247). En constatant le succès de mes « 133 questions : l’homosexualité expliquée à un ado de 11-17 ans » écrites il y a peu, ainsi que le battage médiatique autour des affaires de pédophilie dans l’Église, mais également en voyant arriver l’exhortation du Pape François qui constitue la synthèse du Synode sur la Famille (2014 et 2015) et pour laquelle il est attendu sévèrement au tournant (alors que pourtant, une exhortation papale n’a pas de valeur juridique en soi et ne revêt pas habituellement d’importance particulière), je me suis donc motivé pour écrire cet article-livre au sujet de l’homosexualité à l’intérieur de l’Église catholique, livre que j’aurais dû vous proposer beaucoup plus rapidement. Mais bon, peut-être qu’avant, il n’était pas mûr.
 
Couverture
 

Les catholiques ont énormément d’interrogations intérieures et d’angoisses nées de la confusion apportée par l’homosexualité dans leur Maison confessionnelle. Mais comme ils connaissent mal le sujet, et qu’à cette ignorance se mêlent l’angoisse et l’autodéfense – pour s’épargner d’entrer dans des polémiques scandaleuses, dangereuses ou trop douloureuses -, ils ont tendance à extérioriser l’homosexualité sur le monde païen et à se poser des questions hyper généralistes et superficielles sur l’homosexualité, sans pour autant affronter et régler le problème.
 

Même à la session « Homosexualité » de Paray-le-Monial à l’été 2015, j’avais bataillé pour qu’on sorte l’homosexualité de son écrin individualiste et compassionnel construit autour de la personne homosexuelle et de son ressenti/vécu (même spirituel), pour vraiment aborder en profondeur la dimension politique, internationale, artistique, communautaire, institutionnelle, de l’homosexualité. Mais tout suite, il y a eu des résistances et une censure à l’interne. Il ne faut pas universaliser l’homosexualité ! Il ne faut pas regarder non plus l’Église catholique de l’intérieur, telle qu’elle est, ni se risquer à l’autocritique. Pourquoi ? « Parce que c’est beaucoup trop sensible. » « Parce que c’est un terrain trop polémique. » « Parce qu’il faut éviter les dérapages et les clivages. » « Parce qu’il ne faut pas aller trop loin ni blesser les gens. » Ok. Et ce que vivent vraiment les personnes homosexuelles, leur rencontre, leur réalité, leur personne, ce qui se passe dans l’Église, vous n’en avez rien à faire ? Un état des lieux en Vérité de l’impact de l’homosexualité dans l’Église catholique s’impose. Moins on regarde une blessure, plus elle s’agrandit.
 

Vu toutes les questions qui me sont formulées pendant les conférences (rares sont celles qui concernent directement l’Église, alors que pourtant, l’attente est pressante), vu aussi toutes les confidences de croyants et de prêtres que je reçois dans le privé, j’avais largement de quoi remplir un livre ! Il y a du dossier, comme on dit !
 

Alors, que les gens d’Église qui m’ont parlé sous le sceau du secret se rassurent : je ne trahirai pas leur confiance. De toute façon, je connais tellement de « secrets d’État », tellement de révélations lourdes de conséquences, tellement de scoops ignorés même de la plupart des confesseurs, qu’au bout d’un moment, si je ne tenais pas ma langue, je deviendrais soit fou soit vous m’auriez retrouvé assassiné depuis longtemps !
 
Silence 3
 

Non seulement les 247 questions que vous allez lire ne fouillent/créent pas la merde, mais elles peuvent constituer sans doute l’antidote d’un crash ecclésial qui, sans lui, promet d’être imminent et dramatique pour notre Institution et notre monde. Le crash fatal de l’Église n’aura jamais lieu car « les puissances de la Mort ne l’emporteront pas sur l’Église » (Matthieu 16, 23) et il n’y a pas de Croix christique sans Résurrection… Mais cela dit, la Passion christique dans laquelle les catholiques des derniers temps s’engagent risque d’être quand même corsée. Alors cela vaut le coup de limiter les dégâts et la perdition des âmes.

 

Vous trouvez ci-joint la version en PDF de mon ouvrage en intégralité, en-libre-acces-ici.
 
 
 
 
 

CHAPITRE I – HOMOSEXUEL ET CATHOLIQUE RÉGULIER DANS L’ÉGLISE :

 

1 – Ces 247 questions, vous dites que c’est un peu celles qu’auraient dû se poser les cardinaux et le Pape lors du dernier Synode sur la Famille s’ils s’étaient penchés un minimum sérieusement sur le sujet de l’homosexualité ?

Oui. Je reparlerai du Synode au chapitre V. Mais je peux déjà dire que les catholiques dans leur ensemble préfèrent envisager le phénomène de l’homosexualité comme une réalité extérieure à l’Église. De peur de se laisser « contaminer » par lui. De peur de lui donner trop d’importance par rapport à la Révélation. Et les rares fois où l’homosexualité est identifiée comme un phénomène interne, elle est expressément réduite à un épiphénomène périphérique à « accompagner » (le Pape François n’a-t-il pas enjoint d’« aller aux périphéries »). Or, je crois que l’homosexualité devient une réalité interne d’autant plus prolifique qu’elle est ignorée et qu’elle se diffuse par la voie de sa soi-disant « rivale » l’hétérosexualité. Ce qui se passe dans la société, c’est à l’image de ce qui se passe dans l’Église. Il n’y a pas de frontière franche entre les deux. Au nom de l’Incarnation de Jésus, Homme qui n’est pas du monde mais qui est venu dans le monde.
 

2 – Y a-t-il beaucoup de catholiques pratiquants homosexuels ? Quelle est la proportion dans les assemblées dominicales ?

Je n’en ai absolument aucune idée. Et c’est bien normal : notre tendance sexuelle n’est pas peinte (encore) sur notre front (je dis « pas encore » parce qu’avec le fichage numérique de toute la population mondiale – via la puce RFID – selon l’orientation sexuelle, les sentiments, les pratiques, les goûts, les rencontres, les opinions politiques, les croyances, etc., c’est en train de changer). Et comme, en matière d’homosexualité, il ne faut pas trop se fier aux apparences d’une assemblée paroissiale, je préfère ne pas me prononcer et n’avancer aucune statistique. Ce n’est pas parce qu’on voit par exemple un bon père de famille s’occuper d’une poussette et de sa marmaille sur les allées de l’église qu’on ne se trouve pas face à une personne homosexuelle. Idem pour le prêtre : son aube et son col romain ne font pas toujours l’homme religieux chaste qu’il devrait être. Je suis toujours étonné de prendre connaissance du nombre d’hommes mariés sur les sites de rencontres gays, du nombre de mères de famille catholique bisexuelles. Et les témoignages « en off » de certains prêtres, me faisant comprendre qu’au confessionnal ces derniers reçoivent un certain nombre de situations de profonde détresse vécues par des paroissiens mariés vivant un double vie ou des tentations homosexuelles qui les écartèlent, ne m’autorisent ni à généraliser et à « voir des homos partout », ni à être aveugle et minorer la fulgurance de l’atavisme bisexuel dans l’Église catholique actuelle.
 

3 – Pourquoi autant de catholiques pratiquants homosexuels ?

S’il y en a beaucoup, ce que je ne sais pas (même si en ce moment, je n’arrête pas d’en croiser dans les paroisses et les lieux saints : j’ai même vu un « couple » de deux sexagénaires quitter main dans la main, comme deux adolescents, le sanctuaire marial de la Rue du Bac… À l’aise Blaise…), il y a bien des explications. J’en relèverai seulement trois.

Cette proximité tient d’une part à la nature aimante de l’Église : l’Église est un « aimant à pécheurs et à personnes blessées/blessantes » parce qu’Elle accueille tout le monde inconditionnellement, et en particulier les cas cliniques, pervers et carcéraux. Le Pape François a bien rappelé que la famille que le Christ dirige et que lui conduit était un « hôpital de campagne ». Donc c’est à cause d’une Bonne Nouvelle (Jésus est venu prioritairement pour les pécheurs) qu’on peut faire le constat d’une mauvaise. Dans l’Église, humainement, il y a le pire comme le meilleur.

À mon avis, cette proximité entre homosexualité et catholicisme s’origine également dans le fonctionnement du désir homosexuel qui est un élan de fusion fiévreux et orgueilleux avec Dieu, le contre-coup d’un débordement de générosité et de grands talents reçus à la base. Judas, Lucifer, les démons, étaient des êtres très prometteurs, d’un point de vue objectif. L’attraction homo-érotique veut braver/transcender les limites du Réel humanisant, en particulier la différence Créateur-créatures (l’Église, le Christ) et la différence des sexes, parce qu’humainement et divinement, ceux qui la ressentent ont de quoi rivaliser avec Jésus : j’ai suffisamment expliqué en quoi l’homosexualité signifiait un désir de se prendre pour Dieu. Sur un malentendu existentiel et amoureux, sur une incompréhension de la véritable identité du Christ et de Sa Croix, bien des fidèles et des prêtres rejoignent l’homosexualité pourtant au nom de Jésus et de leur « foi ». L’Église catholique semble répondre à leur sensiblerie, à leurs superstitions, à leurs appétits d’exceptionnalité messianique et leur soif d’être tout-puissants. Il est complètement logique qu’Elle attire les orgueilleux !

Enfin, l’attraction des personnes homosexuelles pour l’Église, et cette curieuse affluence croissante que j’y observe dernièrement – je dis curieuse, car elle est idolâtre, elle est un « Je t’aime moi non plus » plein d’ambiguïtés, un « amour » mêlé de haine jalouse – sont dues, je crois, au contexte eschatologique : l’arrivée imminente du Christ, et la fin d’un monde. L’Église arrive à sa phase maximale de corruption apostasique, mais aussi de purification par le Sang. Le mal colle à Jésus, s’accroche à Lui, non parce qu’il L’aime (comme le donneraient à penser les apparences et sa sincérité) mais en réalité pour retarder sa chute dans son propre vide. La présence des personnes homosexuelles dans l’Église est un signal fort de Parousie et de décadence civilisationnelle/mondiale/ecclésiale.

 

4 – Quels sentiments traversent une personne homosexuelle croyante dans son quotidien d’Église ?

C’est compliqué. Car nous pouvons vivre de grands moments de dépression, de tristesse, de révolte, de dégoût, de découragement, couplés à de grands moments de libération et de jubilation. Étant souvent très sensibles, à fleur de peau, exigeants, intelligents, fins analystes, nous vivons très mal nos chutes ou rechutes, nos fragilités, notre condition homosexuelle. Nous avons du mal à nous pardonner d’être « comme ça ». Et comme nous ne comprenons pas toujours pourquoi notre corps, notre cœur – et même notre foi ! – nous entraînent vers ceux que nous ne pourrons jamais aimer vraiment, nous sommes tentés de rentrer en révolte envers nous-mêmes, envers l’assemblée dominicale, envers l’Église toute entière, un peu comme un célibataire qui crise de se sentir seul au milieu d’une foule apparemment « heureuse » et familiale. C’est ce genre de décalages vertigineux !

Même si nous pouvons connaître de longues phases de repos (parfois trois-quatre ans sans la moindre tentation), nous vivons extrêmement mal les turbulences de notre désir, les « intermittences du cœur » dont parle Marcel Proust. Ça peut devenir physique, viscéral, très violent. Au tréfonds de nous-mêmes, nous ressentons un grand besoin d’amour et d’engagement, mais aussi l’impossibilité de le voir exaucé. Parfois, les gens de l’autre sexe nous dégoûtent. Et le fait qu’ils soient cathos comme nous n’y change rien. Peut-être même que ça nous révulse encore plus : on n’a pas envie de laisser miroiter quoi que ce soit, ni d’utiliser Dieu pour être encore plus déçu et décevoir. Le spiritualisme ou l’angélisme nous inquiètent, et je crois, souvent à raison, car nous les avons quelquefois testés « de bonne foi » justement. Y compris avec les personnes de notre propre sexe. Nous nous méfions donc encore plus d’un certain rapport magique à la foi qui peut se révéler catastrophique, diabolique. Que va-t-on briser le cœur d’une gentille paroissienne, déjà que les filles sont en majorité dans l’Église et qu’elles se ruent sur les rares opportunités masculines qui ne sont pas rentrées au séminaire ? Que va-t-on sortir avec une personne catho de notre sexe pour vivre une « foi à moitié », même si au départ et dans l’« idéal », une présence masculine, qui plus est spirituelle, suffisait à nous griser, nous troubler, et qu’elle nous manquera toujours/longtemps (et il ne s’agit même pas « simplement de sexe », en plus) ?

Nous, personnes homosexuelles croyantes et pratiquantes, avons une conscience aiguë de notre exceptionnalité gâchée, d’une générosité dingue non-exploitée, d’un potentiel qui ne doit pas être utilisé, d’une élection qui restera sans doute méconnue et écartée. Nous avons conscience de porter une blessure méconnaissable, que pas même un catho compatissant ne plaindra. Et ça nous plonge dans un abîme de mélancolie profond, qui peut aller jusqu’aux envies de suicide. Que peux-tu faire d’une mauviette comme moi, Seigneur ? Quelle place et quelle vocation attends-tu de moi ? Je ne cadre nulle part !

Pas plus tard qu’aujourd’hui, pour la Fête de la Divine Miséricorde (3 avril 2016), je me suis retrouvé dans l’église Saint-Sulpice à Paris, perdu au milieu d’une foule immense de plus de 3000 personnes. Je ne sais pas pourquoi : pendant les trois-quarts de la messe, alors que j’avais tout pour rentrer dans la fête (je me trouvais derrière la chorale ; tout le monde semblait joyeux ; le Christ Miséricordieux est un grand jour de Foi dans l’année et de découverte du Pardon ; je ne vis pas en ce moment de terribles épreuves ; Monseigneur Rey qui officiait a fait une homélie formidable sur l’Évangile du jour consacré à l’« incrédulité » de saint Thomas ; etc.), mon cœur était néanmoins loin. J’ai perdu pied. J’avais envie de quitter les lieux. Je n’étais pas dedans. Je me suis mis à fantasmer amoureusement sur un gars catho que j’ai rencontré dernièrement, à me sentir étranger à la cérémonie et même à l’Église catholique, à jouer sincèrement l’incompris et l’exclu en m’identifiant à toutes les personnes homosexuelles catholiques dans mon cas (= les Invisibles de l’Église), à comparer ma situation à une personne handicapée ou malade qui ne bénéficiera pas sur la terre de la guérison prodiguée par Dieu à certains élus. Et puis tout d’un coup, sans raison, mon cœur durci s’est fissuré, inondé de larmes, dilaté, réchauffé, comme après une éclipse solaire. Ma voisine, une femme aveugle avec sa canne blanche, d’une quarantaine d’années et d’une intelligence inhabituelle apparente, s’est tournée inexplicablement vers moi pour me demander, par anticipation du mouvement de foule vers l’Eucharistie, « Est-ce que vous pourrez m’accompagner ? ». Là, avec enthousiasme, j’ai dit oui. Puis dans l’attente du début de la distribution, j’ai commencé à fondre discrètement en larmes, sans que ma voisine infirme ne s’en aperçoive (évidemment), car je savais que c’était le Seigneur qui me l’avait délicatement envoyée. Ensuite, tout le chant de communion (« Mon Seigneur et mon Dieu ») rappelait que je ne pouvais compter que sur Jésus SEUL. Pendant la communion, je voyais défiler devant moi tous types de fidèles, et notamment des gens au physique délabré, limite grands brûlés, me remémorant qu’il y a largement plus mal loti que moi. Et enfin, c’est au moment où je pensais que nous, les personnes homosexuelles, étions les rebuts inutiles de l’Église, que j’ai aperçu dans la chorale une amie – secrètement lesbienne et m’ayant fait son coming out la semaine passée – se retourner afin d’aider vocalement ses cinq collègues alti qui maîtrisaient mal leur voix. Cette vision-là, ça m’a achevé (de bonheur) ! C’était une avalanche de signes en l’espace de quelques secondes, pour me remettre à ma place mais aussi pour me rappeler que j’étais spécialement aimé de Dieu, également en tant que personne cabossée, isolée, homosexuelle. Voilà. Cette messe était à l’image du spectre de sentiments qui peuvent traverser une personne homosexuelle croyante pendant toute sa vie d’Église.
 

5 – La foi complique-t-elle les choses et agrandit-elle mon mal-être si je me sens homosexuel ?

Indéniablement, oui. De prime abord, il apparaît vraiment plus compliqué d’être homosexuel et catholique que d’être homosexuel tout court. Mais qui a dit que le confort et l’ignorance étaient le bonheur et ne privaient pas de liberté ? Qui voudrait laisser croire que la culpabilité inconsciente est plus facile à porter que la culpabilité consciente ? Comme l’écrivait très justement le philosophe René Girard, le sacré contient la violence (et donc la souffrance), dans le double sens du terme « contenir » : il la renferme/comprend en même temps qu’il la canalise/l’empêche. La foi en Jésus est donc, dans un temps humain, la plus grande chance mais aussi la plus grande épreuve du croyant, et a fortiori du croyant homosexuel. Elle le pousse vers des contrées arides, des interrogations profondes, des dilemmes douloureux, des culpabilités justifiées, des prises de conscience qui l’isolent de son époque, qui le malmènent apparemment « pour rien ». En effet, beaucoup d’athées et d’incroyants jugent que la religion est une « prise de tête » et un « sadomasochisme » aussi terribles qu’inutiles et infondés. Mais en réalité, la foi, vécue sur la durée et dans une vraie fidélité à Dieu, éprouve la liberté du croyant homosexuel, purifie ses élans désirants et ses relations, apportent une joie paradoxale (celle du devoir et de l’effort accomplis), produit beaucoup de fruits. La foi est un don d’amour. Il en coûte de la recevoir et de la garder. Elle rend libre mais fait souffrir, car il n’y a pas d’Amour véritable sans combat et sans don/abandon entier de soi. Les incroyants ont coutume de penser que c’est la foi qui crée la culpabilité… alors qu’en réalité, ce sont nos désirs et actes mauvais qui la construisent. Notre foi et notre conscience ne font que détecter un mal qui ne vient pas d’elles.
 

6 – À l’inverse, en quoi la foi catholique est-elle un « plus » dans mon ressenti homo ?

La foi m’apporte une claire connaissance de mon identité profonde, de mon péché, de mes blessures, mais aussi de mon Salut. Elle aide donc toute personne homosexuelle à s’aimer pleinement elle-même et à aimer pleinement les autres, sans comédie, en toute simplicité, humour, originalité, réalisme et Vérité. Elle donne son véritable sens et sa beauté à une tendance homosexuelle parfois durablement enracinée. Elle est la chance de la vie de toute personne homosexuelle. Que ferions-nous sans la foi ? Que de relations amicales et amoureuses vaines vivrions-nous sans elle !

À cause d’elle et à cause de mon désir homosexuel que je n’ai pas choisi, je fais partie de deux mondes qu’individuellement, socialement, spirituellement (et quand l’homosexualité se pratique) tout oppose : le monde catho et le monde homo. Ce métissage hybride et bipatride, qui pourrait être inconfortable si je me berçais encore d’illusions à trouver l’« amour homo » tout en conservant ma foi, ou si carrément je pratiquais mon homosexualité, devient paradoxalement un moteur surprenant pour ma joie de croire et pour ma vie. Un délice de beurre dans les épinards. Déjà, la faille homosexuelle me rapproche de ceux qui souffrent, me rend attentif et à l’écoute du moindre mal-être psychique, me permet de détecter davantage les paroissiens ou les gens extérieurs à l’église qui ont des soucis au niveau de la sexualité, de l’amour, de la foi, et qui ont besoin de mon assistance. Elle décomplexe les marginaux, me rend frère de chacun, agit comme une porte d’entrée originale dans laquelle tout le monde peut s’engouffrer sans crainte d’être jugé. L’homosexualité est tellement inattendue à l’intérieur de l’Église qu’elle nous prouve concrètement l’universalité et l’humanité surprenante de l’Église. Toute personne homosexuelle catholique est un messager secret et insolent de la Bonne Nouvelle qu’est le Christ, la preuve vivante de la Parole de Résurrection suivante : « La pierre qui était rejetée par les bâtisseurs est devenue la Pierre d’angle. » (Mt 21, 42) C’est de toute beauté, les personnes homosexuelles dans l’Église, en fait !

Et puis d’un point de vue plus surnaturel et mystique, ma fêlure homosexuelle rend possible une communion plus grande avec Jésus sur la Croix (car lui aussi, Il vit un écartèlement douloureux), une meilleure disposition à l’accueil de la Grâce divine qui va la traverser et la transcender. L’homosexualité est une excellente terre pour le grain semé par le Seigneur : scarifiée, retournée, brisée, fragile, humiliée, impuissante, elle ne peut pas lutter longtemps contre l’eau de pluie et les bonnes semences divines. L’homosexualité brise mon orgueil de me croire parfait, elle m’installe dans une impuissance et une douleur qui m’empêchent de me prendre pour un Superman qui n’a pas besoin de Jésus. Elle me prédispose à l’humilité (si et seulement si je ne m’en révolte pas et je ne la pratique pas). Ma tendance homosexuelle peut être, par Grâce, moteur et accélérateur de sainteté. Qu’est-ce que ça peut être drôle, impertinent et percutant d’être homo et catho, je vous jure ! En évangélisation de rue, par exemple, je peux vous dire que ça convertit dix fois plus vite les passants athées que bien des prières, des mises en scène d’écoute respectueuse, et des jolis discours !

 

7 – Quels sont les inconvénients d’être homo et fidèle catholique ?

C’est plus qu’un inconvénient. C’est une Croix ! C’est une contradiction existentielle quasi imposée. Dans l’homosexualité, l’appel ecclésial à l’indigence est une douleur vive et lancinante qui ressemble parfois à un sadisme divin, à un supplice, à une folie, à un problème insoluble, à une maladie. À toi homosexuel, on t’annonce que, si tu veux vivre en conformité avec ce que te demande l’Église, tu dois abandonner un des cinq sens humains les plus importants pour être heureux : le goût. Tu dois manger sans sentir la joie de ce que tu ingères. Tu dois renoncer à la jouissance, à la chair, et même aux sentiments amoureux. En gros, tu aimes et vis sans plaisir ! On t’annonce que, pour être pleinement heureux, tu dois passer à côté de ces bonheurs simples et souvent intenses que sont la tendresse et le couple. Et démerde-toi avec ça pour aimer quand même ! En réalité, en étant homo et catho, tu es attiré par ce que tu ne peux pas aimer ; et tu es révulsé par ce qui seul pourra te permettre d’aimer (= le mariage femme-homme aimant ou le célibat consacré). Pareil : démerde-toi avec ça pour trouver la sortie !

Et comme si ce n’était pas assez, les choses se compliquent quand, célibataire (ou même catholiquement marié, avec une famille à charge), tu tombes un jour sur l’homme dont la seule présence te grise, la gentillesse, l’intelligence, l’écoute, l’humour, l’intégrité, la noblesse spirituelle, te touchent en plein cœur. Tu as exceptionnellement une belle âme devant toi, qui te semble appétissante (et pour des raisons plus élevées qu’un simple « plan cul »), qui te veut du bien, qui n’est pas là que pour son plaisir égoïste, qui se sent loin de toutes les revendications politiques excessives du militantisme homosexuel classique (même du militantisme homo « chrétien »), et qui peut partager ta foi et sa tendresse avec toi. En ce qui me concerne, ça n’est pas souvent (les tentations sont peu nombreuses vu que rares sont les gars, même cathos, qui m’attirent à la fois physiquement, intellectuellement et spirituellement, et avec qui je peux projeter une vie de « couple » commune : dès le départ, la plupart ne pourront demeurer que des frères et des bons amis), mais force est de reconnaître que la tentation en question peut me revenir parfois. Et quand elle est là, aïe aïe aïe, que c’est douloureux ! Même après quatre ans de calme plat. Et surtout quand les sentiments semblent partagés, et que la volonté de rester fidèle à l’Église ne tient soudain qu’à un fil… et ne disparaîtrait apparemment même pas si je sortais avec l’homme en question puisque cette fidélité serait juste portée à deux et pas tout seul, et conserverait pour une fois le sceau de la communion avec Dieu et avec Église !

Je découvre quelquefois la douleur, l’arrachement, l’angoisse, les affres de la privation, du renoncement à sortir avec un gars catho dont je commence à tomber amoureux et qui m’attire autant que lui est attiré par moi. C’est un véritable crève-cœur. « Je t’aime. / Moi aussi… mais malgré tout, non. » J’ai beau offrir tout ça à Dieu dans la prière, savoir que je porte la responsabilité et les espérances de beaucoup d’âmes dans ma fidélité à la continence, la douleur vive du remord ne disparaît pas tout de suite, voire s’annonce peut-être durable. Le doute m’assaille, et les questions « À quoi bon résister (et dans cette résistance, faire souffrir quelqu’un qu’on aime) ? » « Pourquoi y aurait-il incompatibilité totale entre foi et homosexualité ? » « Pourquoi le mal, si mal il y a, prend l’apparence du bien et produit du bien ?? » « M’en voudras-tu Seigneur, m’en voudrez-vous famille et communauté chrétiennes, de ce que je n’ai pas choisi ou de l’entorse à mes engagements/discours passés que je pourrais faire ? » restent nombreuses, obsédantes. Je ressens sous mes pieds cette ligne de crête où je ne comprends pas (ni intellectuellement ni émotionnellement) pourquoi je dis non au « couple » homo, ni pour quelles raisons valables j’obéis à l’arbitraire de la foi, arbitraire qui m’apparaît dans l’instant comme un entêtement, un orgueil puant, un massacre d’amour, un gâchis, une intransigeance, une psychorigidité habillée de piété, une cruauté, un confort déguisé en « courage saint ».

C’est pourquoi je ne pourrai jamais en vouloir à quelqu’un, et surtout pas à un « couple » homo catho, qui à la base n’a pas choisi d’être homo et qui vit une vie « conjugale » et spirituelle donnée aux autres et à Dieu, de ne pas s’imposer la perfection du célibat consacré continent, de la juste distance fraternelle. Moi-même, je trouve que la distinction qui sépare la continence de la vie chrétienne de « couple » homo est souvent ténue, inextricable. Et je doute constamment d’avoir choisi la meilleure voie. Ce que je sais, c’est que, si la continence est la meilleure voie, celle-ci reste aride et ne me rend pas meilleur que les autres, et à peine plus heureux qu’eux parfois. Et je n’en voudrai à aucun catholique homo de ne pas pouvoir/vouloir la suivre, de ne pas être capable de la privation de tendresse/de compagnonnage, de ne pas tenir la course d’endurance de la continence (appelée « amitié désintéressée »). Les deux cas – le « couple » homo catho ou bien la continence sans le sacerdoce – sont de toute façon des solutions par défaut. L’une (= la continence) est juste plus libre et différemment déchirante que l’autre. C’est tout. Je ne connais que trop bien l’amertume de la compromission qu’est le « couple homo » (et j’imagine encore plus le « couple homo catho »), l’insatisfaction du « choix » de la solution dite « de facilité », plus ravageuse encore que l’aspérité de la continence. Mais je comprends aussi les « couples » homos cathos pratiquants, leur « courage » (de la contradiction), les motivations de leur engagement. Ils ont eu si peu le choix ! (à part celui de se mettre en « couple » et de ne pas obéir à 100 % à l’Église). Je comprends que l’exigence de vivre en frères apparaisse aux yeux de certains comme un artifice, une hypocrisie, une épreuve insurmontable, une exception inaccessible, une irréalité, face à une personne qu’on aime à l’évidence beaucoup plus qu’un ami. Choisir le « correct » ou le « possible » ou l’« adapté » ou le « moindre mal », au lieu du meilleur, ne mérite pas le plus grand des blâmes… même si, concernant les actes homosexuels en eux-mêmes, l’Église parle de « péché intrinsèquement désordonné » qui compromet sérieusement le Salut de l’âme. Une relation humaine homosexuelle ne peut pas être alignée sur l’acte homosexuel ni réduite à cet acte, quand bien même l’acte la teinte indéniablement de péché ou de sainteté.

En résumé, j’en souhaite beaucoup à toute personne qui vit l’épreuve d’être ET catho ET homo ! Cette situation est terriblement inconfortable et ne permet pas énormément de prouesses. À dire vrai, les prouesses, je n’en ai vues que dans la continence… et encore, ça reste crucifiant. Et j’en souhaite à l’Église et au Pape pour trancher sur cette maigre frontière qui sépare la beauté du « couple » homo catho et la beauté de la continence ! C’est un véritable sac de nœuds. Si je devais faire une comparaison parlante, ce cas de figure d’hybridité de conditions et de situations relationnelles ambiguës que constitue le « couple » homo croyant pratiquant ressemble aux paradoxes offerts par des adultères ou des divorces « réussis », par des « fidélités au mariage coûte que coûte », ou bien par des couples femme-homme solides et concubins dont le mariage religieux n’est ni la culture ni l’éducation. On se retrouve face à un « couple » homo catho équilibré comme face à un couple de divorcés remariés au rayonnement indéniable, avec enfants adorables nés de leur seconde union. Même joli merdier ! Heureusement qu’il y a l’Esprit Saint pour démêler tout ça ! Je ne peux donc pas en vouloir aux prêtres qui ne savent pas comment se positionner clairement sur cette question de l’homosexualité, qui plus est une homosexualité améliorée par une certaine forme de spiritualité, de chasteté, d’obéissance, de respect, d’amitié, de fécondité et de Vérité. La délicatesse, la prudence ou le silence des prêtres à l’égard des « couples » homos, ne sont pas toujours du relativisme, de la tiédeur complaisante, ou de la trahison : ils sont quelquefois le signe de leur pauvreté de cœur, de leur humanité, d’une empathie toute christique. Comme Jésus face à la samaritaine, ces curés nomment le péché, disent ce que font les gens, sans poser de jugement de personnes et sans donner à ces dernières d’injonctions moralisantes. Leur force se limite juste à une présence aimante et à une invitation : « Va, appelle ton mari, et reviens.[…] Tu as raison de dire que tu n’as pas de mari : des maris, tu en as eu cinq, et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari ; là, tu dis vrai. » (Jn 4, 16-18) ; « Je ne te condamne pas moi non plus. Va et ne pèche plus. » (Jn 8, 11)

 

8 – Quels sont les avantages d’être homo et fidèle catholique ?

Les rares avantages – et ils sont déjà énormes et suffisants pour être heureux ! – que je vois au fait d’être homo et catho, c’est la grande liberté que ça donne, ce sont la bizarrerie et le choc culturel personnifiés que ça crée. Comment, si ce n’est par miracle, l’agencement de « l’Impossible » du point de vue social peut-il exister et être réuni en une personne bien vivante et unique, qui plus est heureuse et assumant tout à fait ET sa foi ET sa tendance homosexuelle ?? L’existence même du catholique homosexuel est un effet bœuf, une insolence dans et à l’extérieur de l’Église, et l’occasion d’un émerveillement permanent. Bien sûr, les autres beaux avantages de l’hybridité foi/homosexualité – hybridité que la majorité de nos contemporains voient comme un conflit, une opposition, une homophobie intériorisée ou une irréalité – sont la rencontre concrète et le soutien inégalable de Jésus et de Marie au sein de la condition homosexuelle. Ce sont les blagues et les surprises incroyables réservées par l’Esprit Saint. Ce sont les rencontres rares, drôles, fulgurantes, solides et improbables que permet l’homosexualité, réalité désirante qui fait écho à toutes les souffrances interdites et intimes de l’Humanité, qui décomplexe et attire beaucoup de marginaux et de blessés de la vie, qui réconcilie énormément de monde avec l’Église. Sans rire, j’ai remarqué qu’être homo et catho nous ouvre la porte de quasiment tous les cœurs. Y compris des gens qui ne veulent pas le donner à des ministres de l’Église officielle. Et enfin, le grand avantage de l’assortiment homosexualité/catholicisme, il me semble que c’est l’humilité. Car l’écharde de l’homosexualité empêche à un moment donné celui qui annonce Dieu de manière hyper originale et hyper puissante de se prendre pour Lui et de s’auto-glorifier. De par sa nature de peur et de blessure honteuse et violente, l’homosexualité équilibre et atténue forcément l’euphorie orgueilleuse de l’apostolat original qu’elle permet. « Les révélations que j’ai reçues sont tellement exceptionnelles que, pour m’empêcher de me surestimer, j’ai dans ma chair une écharde, un envoyé de Satan qui est là pour me gifler, pour m’empêcher de me surestimer. » (2 Cor 12, 1-10) L’homosexualité n’est forte que d’être faible et au service de la foi. Vécue dans la foi, elle contient sa puissance et sa propre mort.
 

9 – Qu’est-ce qui, dans la foi catholique, attise/renforce l’attraction homosexuelle ?

Il y a une explication positive à cette attraction homosexuelle catholique, à la base (j’ai bien dit « explication » et non pas « justification » ni « raison positive »). En fait, c’est la grandeur d’Amour de Dieu. Un croyant un peu jaloux de celle-ci, un peu trop flatté de se voir agréablement embelli par la beauté des dons spirituels et humains que Dieu lui a offerts et par l’Amour que Dieu lui porte, est davantage tenté que celui qui ne connaît pas Dieu de se fondre en Lui, de se prendre narcissiquement pour Jésus, de s’aimer lui-même et d’aimer ses semblables sexués à l’excès, et donc davantage tenté par l’homosexualité. Nous sommes bien d’accord, ce n’est pas une foi véritable, mais seulement un simulacre de foi, une foi dévoyée, qui encouragent à la fascination homosexuelle. Et l’homosexualité n’est ni de la faute ni du fait de l’Amour de Dieu, mais bien de la liberté (mal utilisée et mal comprise par l’être humain) que cet Amour induit. Une certaine pratique catholique protestantisée/islamisée stimule la transgression de la différence Créateur/créature.
 

10 – Êtes-vous déjà tombé amoureux d’un fidèle catholique ? d’un prêtre ?

Avant de choisir la continence, j’avoue qu’entre 2009 et 2011, ma recherche amoureuse homosexuelle se dirigeait logiquement vers un alter ego : quelqu’un avec qui je puisse partager non seulement le plaisir physique mais aussi la communion avec Dieu. Et à première vue, le séminariste ou celui qui sort d’année de propédeutique ou le prêtre, c’est un peu l’incarnation du prince charmant aux yeux de tout croyant homosexuel catholique ! La perle rare qui condensera la foi et l’amour fidèle. Bon, finalement, dans la pratique, on se rend vite compte que le « couple homo catho » n’est beau que de ne pas se former, et qu’il y a une mystérieuse incompatibilité entre la pratique religieuse et la pratique homosexuelle même dite « chaste » : on ne peut pas rejeter la différence des sexes en amour tout en se donnant pleinement à l’Église qui EST la différence des sexes. C’est impossible. Peut-être que certains y verront un sadisme de la part de Dieu, sadisme corroboré par la force et la tendresse réelles des amitiés continentes qui laisseraient croire à leur propre dépassement. En effet, personnellement, je ne commence à craquer pour un catho que lorsque je suis sûr que nous ne pourrons être que frères et que nous tiendrons mutuellement en continence. En fait, mon prince charmant, c’est la continence. Qu’un autre frère catho homo souhaite la briser avec moi, et voilà qu’on se déçoit, qu’on ne s’attire plus et qu’on a conscience qu’on gâcherait tout ! Je comprends pourquoi Xavier Thévenot désignait la continence comme la « Voie Royale ». À ceux qui me disent que la continence serait la solution de facilité, je répondrais : non, ce n’est pas facile, mais c’est pour ça qu’elle est grande et à vivre. La continence, c’est le début des vraies tentations (ou des tentations vraies !). C’est au moment où tu parviens à être vraiment continent que tout d’un coup, sans que tu n’aies rien calculé, les opportunités amoureuses sérieuses (avec des vrais cathos homos comme toi, qui avant ne sortaient jamais du bois : tu croyais même que tu étais le seul sur terre !) se présentent. En voyant ça, on a comme une envie de se tourner vers Jésus en lui demandant s’il le fait exprès. Il n’y a pas de vrai bonheur sans la Croix, sans combat. Ainsi l’a voulu Dieu. Elle a une saveur unique, intense, amère, indépassable et divine, cette beauté fraternelle qui n’apparaît que dans la limite fixée par la Croix de Vérité du Christ.

 

11 – Est-on rejeté par les prêtres pour cause d’homosexualité ?

On est en général très bien accueillis car il y a de plus en plus de prêtres qualifiés. Mais ça arrive encore trop souvent qu’on soit rejetés, malheureusement. Soit parce qu’on tombe sur un prêtre rigide qui confond Vérité et Charité (en mettant la première au-dessus ou à la place de la seconde) ou homosexualité et personne homosexuelle. Soit parce qu’on tombe sur un prêtre trouillard qui sort systématiquement la carte joker « Va voir un psy/marie-toi » pour se dédouaner de ne pas nous annoncer le Christ. Soit (ce qui revient aux deux profils précédents, et qui est beaucoup plus fréquent aujourd’hui) parce qu’on tombe sur un prêtre qui nous accueille trop bien, qui est trop complaisant vis à vis de la pratique homosexuelle, qui nous conseille même de « laisser courir », de « dédramatiser » voire de nous trouver un Jules ! Alors qu’ils avaient une grande soif de Vérité-Charité, beaucoup de mes amis catholiques homosexuels ont été éjectés par certains clercs du fait que ces derniers voulaient trop bien les accueillir par une indifférence gay friendly relativiste. Ils passaient alors de confessionnal en confessionnal, et leur mal-être s’accentuait, au point de quitter parfois définitivement l’Église. Il n’y a que la Vérité qui est sexy, que voulez-vous.
 

12 – Que dire au confessionnal en tant que personne homosexuelle ?

Ce n’est pas à moi de vous le dire. C’est à l’Esprit Saint. Et c’est à vous de demander à Jésus qu’Il vous souffle en quoi vous L’avez blessé. Dans un confessionnal, c’est le péché (= notre relation à Dieu) qui doit ressortir de votre bouche ; pas simplement les fautes (= notre conscience d’avoir mal agi) que vous avez commises… même si ces dernières sont liées au péché. Après, mon conseil, il sera double : allez voir un prêtre de préférence quand vous n’avez rien à lui dire (ça donne en général les meilleures confessions ; et lui vous aidera à accoucher puisque c’est le médecin des âmes qui devient Jésus). Et puis si vous avez plein de choses à dire, écrivez pourquoi pas une liste, et ne lésinez pas sur la description de ce qui vous fait le plus souffrir et le plus honte car c’est là que se trouve le gros de votre péché… et donc ce sera pour vous un gros poids en moins là-haut au purgatoire quand vous vous retrouverez devant votre Livre de Vie. Bref, sortez le dossier (de l’homosexualité, pardi !) sans chichi : masturbation, aventures homosexuelles, trahisons amicales, sites de rencontres, plans cul, saunas, Communion Eucharistique prise en état de péché, éloignement de l’Église, adultère et cocufiage de votre femme, vie de « couple homo » chaotique, etc. Les prêtres catholiques d’aujourd’hui non seulement ne tomberont pas de haut et ne vous trouveront pas vulgaires (ils en entendent bien pire à longueur de journée sur la misère humaine !) mais en plus, il y a de fortes chances pour que la confession de votre infamie leur fassiez plaisir : ils se diront, grâce à vous, qu’ils ne sont pas prêtres pour rien ! C’est par vos ordures et votre boue que vous purifiez votre/leur cœur et leur ministère ! Incroyable, mais vrai.
 

13 – Est-ce que la foi rend les familles plus homophobes et plus intransigeantes ?

Si malheureusement la foi servira toujours – jusqu’au retour du Christ – d’alibi à la violence, au rejet, à l’hypocrisie, à la bêtise de beaucoup de pharisiens « catholiques » contemporains (le diable ne connaît-il pas lui-même la Bible par cœur et n’est-il pas l’un des douze en Judas ?), ce n’est quand même pas de la faute de la foi, de Jésus ni de l’ensemble des cathos ! Une foi vraiment vécue dans l’humilité et l’obéissance à l’Église ne donne que des bons catholiques et des familles aimantes. Si vos parents catholiques pratiquants réguliers se comportent mal envers vous en rapport avec votre homosexualité, ce n’est pas dû au fait qu’ils soient catholiques mais dû soit au fait qu’ils ne sont pas vraiment cathos (de cœur) soit au fait que c’est vous qui n’êtes pas vraiment catho ni tolérant avec ceux qui croient. Mais le Seigneur et son Église, eux, n’y sont pour rien dans l’homophobie que vous connaîtriez ! Et aller manifester contre le « mariage homosexuel », une loi objectivement injuste et ignoble (cf. la question n° 63), n’est non seulement pas une preuve de désamour homophobe de votre famille à votre égard, mais paradoxalement une belle marque de solidarité.

Et je tiens à dire que, de toutes les personnes qui ont entendu mon témoignage et ont su pour mon homosexualité, ce sont les catholiques qui m’ont le mieux accueilli et qui m’ont le moins jugé (même si, bien entendu, parmi les catholiques, les réactions sont très contrastées et changeantes, et l’accueil n’a pas été idéal du tout, même en temps de « mariage pour tous »). Mon bilan globalement élogieux contredit un peu – mais pas complètement non plus – la mauvaise réputation attribuée traditionnellement aux catholiques, qui sont bien moins « fermés » que les gens qui se présentent comme nos amis et défenseurs de « nos droits (homosexuels) » mais qui en réalité ignorent tout des souffrances que nous vivons sous prétexte de vouloir notre bien. L’intolérance homophobe, je le constate encore maintenant, vient surtout des défenseurs athées gays friendly de la pseudo « identité homosexuelle » et du pseudo « amour homo » : ils nous enferment dans une identité et une sentimentalité asexuée qui ne sont pas nous et ne nous combleront pas.

De ma propre expérience, en revanche, je n’ai jamais été mal accueilli par un prêtre en face à face (au contraire !), je ne me suis jamais pris une porte de confessionnal dans la figure, je n’ai jamais reçu de tomates dans les paroisses et les groupes d’aumônerie et les classes de lycées catholiques. Des peurs, des suspicions, des coups bas et des médisances par derrière, de l’indifférence, des trahisons, oui, parfois. Mais jamais des attaques frontales ni de lynchages ni des menaces (comme en sont capables beaucoup de mes frères homosexuels, et la majorité des gens qui se disent « hétéros »). Tout simplement parce qu’argumentativement, les catholiques ne peuvent pas rivaliser avec moi sur le terrain de la connaissance de l’homosexualité ni avec la continence qui m’est donnée de vivre. Et puis parce que de toute façon et de toute éternité l’Église catholique appartient et obéit à Dieu-Amour, donc à un moment donné, la méchanceté de ses fidèles s’arrête.

 

14 – Votre communauté ecclésiale vous a-t-elle rejeté ?

Oui dans ma paroisse de naissance à Cholet (les paroissiens m’ont ignoré et certains m’ont même dit que je leur avais fait honte au moment de mes prises de position contre le « mariage gay »). Oui par les ordres religieux de ma propre ville natale. Oui dans beaucoup d’aumôneries (par exemple, je me suis fait jeter sans raison apparente à l’aumônerie de mon quartier parisien, par les deux responsables : un prêtre et une religieuse en civil). Oui dans quasiment tous les établissements scolaires catholiques français. Oui dans un mouvement humanitaire catholique – dont je tairai le nom – pour lequel j’avais postulé pour partir à l’étranger. Oui dans ma propre paroisse à Paris (j’ai dû attendre trois années avant qu’on me propose de témoigner). Oui par beaucoup des communautés paroissiales partout en France qui m’avaient accueilli au départ avec enthousiasme et qui ensuite ont retourné leur veste. Oui par une très grande majorité de prêtres et d’évêques. Oui par presque tous les journaux catholiques sans exception. Oui au Vatican. Oui, même dans les mouvements catholiques d’accompagnement des personnes homosexuelles. Alors que, concrètement, dans le fond comme dans la forme, personne n’a grand-chose à me reprocher. L’ignorance est la principale des explications. La peur, la bêtise, l’orgueil et la méchanceté, les explications-annexes. Il ne fait pas bon d’être homosexuel dans l’Église catholique aujourd’hui, c’est moi qui vous le dis. Même si, bien entendu, il n’est pas question d’excommunication, et qu’à tout constat général négatif s’additionnent des milliers d’heureuses exceptions, et que l’Église catholique est guidée par l’Esprit Saint, toujours. Je suis donc en totale solidarité avec mes frères homosexuels qui ont assez de cœur et de foi pour Y rester malgré tout. Et je comprends ceux qui se barrent ou qui Lui désobéissent, même si je ne les justifie pas et qu’ils ont tort de partir/de faire le mal.
 

15 – Avez-vous déjà été déçu par les prêtres concernant la question de l’homosexualité ?

Oui. Constamment je suis déçu. Et c’est complètement logique. Ils ne porteront pas la Croix de l’homosexualité à notre place ! Il n’y a que Jésus et Marie qui peuvent nous comprendre… et parfois, par à-coups, par atavisme de Grâce, et par intervention de l’Esprit Saint, certains de leurs ministres. En général, concernant l’homosexualité, les prêtres catholiques sont démunis. Ils savent théoriquement quoi nous demander (ils connaissent un minimum le Catéchisme ; certains s’appuient même sur mes écrits). Mais ils devinent bien que ce qu’ils proposent est en cours d’expérimentation, ressemble concrètement une voie de garage, est le plat amer de la continence. Ils ont le devoir de proposer un chemin fidèle au Magistère et en même temps ils ne se voient pas demander à une personne ce qu’eux-mêmes ne vivent pas toujours, ou ne vivent pas avec facilité. Ils ne se voient pas indiquer un chemin vocationnel qui ne sera pas le leur… car eux, au moins, ils sont prêtres : vers où renvoyer les personnes homosexuelles si ce n’est vers la solitude d’un célibat qui ne sera pas consacré/ordonné, ni vers un mariage ? Ils parlent d’un sujet (l’homosexualité) qu’ils ne comprennent pas toujours (ne serait-ce que sensiblement) et s’adressent à des personnes qui s’y connaissent parfois bien mieux qu’eux. Ils ne peuvent que compatir. Ils ne peuvent que proposer une voie que seule la personne homo peut s’imposer librement à elle-même et ce que seul Dieu peut lui donner : la Croix. Cool… Déception au bout du chemin.

En plus, nous, personnes homosexuelles continentes, sommes tellement peu nombreuses parmi nos jumeaux d’orientation sexuelle que Dieu nous donne l’impression que nous sommes livrées à nous-mêmes, que nous sommes notre propre référence et notre meilleure aide. On ne peut chercher de soutien nulle part. Et c’est normal. C’est la radicale unicité de la Croix. Et même quand on me dit : « Va demander l’avis de ton père spirituel, va chercher de l’aide et du conseil auprès d’un prêtre quand tu te sens au cœur d’une tempête », je me rends compte concrètement que je suis quasiment leur seule référence de réussite de continence homosexuelle, que tout ce qu’ils savent sur l’homosexualité c’est surtout moi qui le leur ai appris. Alors vers qui me tourner quand la crise de colique intérieure est aux abois ? En fait, désolé de vous le dire, mais notre unique secours dans ce genre de situation ne viendra pas vraiment des prêtres, ni des Hommes, mais principalement de Jésus et de nous-même. « Les humains : du vent, rien de plus ; les hommes : rien de plus décevant. Sur la balance, à eux tous, ils ne pèseraient pas lourd. » (Psaume 62, 10) C’est l’isolement et l’unicité de la Croix que impliquent cela. Que voulez-vous que je vous dise ? Il n’y a que Jésus qui porte notre Croix avec nous (et Lui, en plus, Il ne sait pas où reposer la tête). Pas les autres. Ne comptons pas sur les Hommes.

Une fois dit cela, la conscience de notre isolement aurait de quoi nous conduire au suicide ou dans une profonde dépression. Car vraiment, nous, personnes homosexuelles, ne sommes pas aidées. Mais malgré tout, nous n’avons qu’une seule aide – celle de Marie et de Jésus – et ça reste la meilleure. Demandons à Jésus des consolations. Il nous les donne ! Surtout devant sa Croix. Délai de réponse : grand maximum deux jours. Mais en général, ça peut être dans la seconde !

Pas plus tard qu’hier, ça n’allait pas très fort pour moi. À ma soirée d’anniversaire (pourtant réussie), j’ai rencontré par hasard un garçon de mon âge qui m’a fait de l’effet, et comme ça arrive souvent pendant 48 heures dans ces cas-là, cette tentation amoureuse m’a plombé, m’a replongé dans des questionnements existentiels et amoureux douloureux, qui me paraissaient sur le coup insurmontables. N’ayant plus le cœur à parler, à écrire ou à exprimer quoi que ce soit sur internet (c’est l’habituel « effet sentiments amoureux homosexuels » sur moi), ça ne servait à rien que je reste à la maison. Et comme je n’avais toujours pas assisté à la messe de ma journée dominicale, j’ai décidé – une fois n’est pas coutume – de me rendre à l’église Saint Antoine de Padoue, boulevard Lefebvre (15e), à pied, même si elle est loin de là où j’habite. Au fond, je l’ai compris après : c’était une invitation de saint Antoine en personne.

Sur la route, j’ai croisé au moins quatre couples femme-homme différents qui se sont roulés des pelles magistrales juste sous mes yeux. Comme pour me mettre à l’épreuve. En plus, je ruminais une secrète vengeance contre une invitation d’une journaliste de Radio Notre-Dame qui m’a contacté le matin même, et que je trouvais insultante, après tout ce que cette radio pseudo « catholique » m’avait fait, après son traitement catastrophique de l’homosexualité depuis des années.

Je suis arrivé le cœur démoli, plein de révolte, de tristesse, de larmes, devant la statue de saint Antoine de Padoue, à l’intérieur de l’église du même nom. Je me suis prosterné à genoux devant lui, tout en me tenant droit et digne, en implorant sa pitié, sans théâtre, sans avoir la force de prononcer quoi que ce soit pendant un quart d’heure. Juste pour être là et parce que j’étais las. Pourquoi tu me fais ça, Seigneur ? Pourquoi je dois rester célibataire si ça me fait autant souffrir ? Pour les beaux yeux d’une promesse publique ? Pour obéir scolairement à une morale catholique sur l’homosexualité dont personne – pas même les prêtres et le Pape – n’est très sûr ?

Je me suis contenté de demander juste une chose à saint Antoine et Jésus : qu’ils me consolent. J’ai fixé des yeux – comme jamais – le visage souriant du saint. Son lys de la virginité ressortait bien. Et tout d’un coup, de la statue a émané une phrase : « Il faut souffrir. » Je ne l’ai pas entendue distinctement comme on entend un humain. Je n’ai pas eu de vision non plus. Mais la phrase revenait en boucle dans ma tête. « C’est vrai, me suis-je dit : pas d’Amour ni de Salut sans souffrir. C’est cela, la Vérité insupportable que le diable n’a pas acceptée. C’est cela, le consentement le plus intolérable pour tous ceux qui ne comprennent pas les catholiques et qui rêvent d’une foi-confort. Ils veulent aimer sans souffrir. Ils veulent être sauvés sans passer par la Croix. Or c’est impossible. Il faut souffrir pour être sauvé. Et la souffrance que je vis est obligatoire si je veux aimer et être sauvé. » C’est bête, mais si les prêtres, dans leurs homélies ou au confessionnal, nous annonçaient davantage cette obligation de la souffrance (« Je ne sais pas si vous êtes au courant, mais il vous faut souffrir. Sinon, vous n’aimerez pas et vous ne serez pas sauvé. »), on culpabiliserait et on souffrirait beaucoup moins que de devoir en tirer le constat de nous-même ou par les événements, ou en ressentant la souffrance comme quelque chose d’anormal ! C’est non seulement « normal » de souffrir, mais le contraire est inquiétant.

Ensuite, la messe de 18h a débuté. Alors que ça n’avait rien à voir avec les textes du jour (Ac 7, 55-60 ; Ps 96, 1-9 ; Ap 22, 12-20 ; Jn 17, 20-26), le chant d’entrée et le chant final étaient dédiés à l’Esprit Saint : ça commençait fort. J’avais demandé des consolations : j’en ai eues ! D’abord, le Seigneur m’a gâté car il n’y avait que des chants que je pouvais embellir par ma voix de basse. Puis le curé qui officiait seul était un jeune prêtre italien, très agréable à regarder. Et surtout, il était d’une spontanéité et d’une profondeur étonnantes. À vrai dire, c’est rare de tomber sur des prêtres beaux gosses. En général, on a plutôt des fins de série, des vieux gars ou des beautés hiératiques Saint-Cyr. En plus, il ne suffit pas qu’ils soient jeunes pour être beaux. Il ne suffit pas qu’ils soient hommes pour qu’ils soient masculins et doux. Il ne suffit pas qu’ils soient beaux pour qu’ils n’en jouent pas. Mais Dieu a tenu à m’offrir ce prodige : un prêtre beau, innocent, masculin, énergique et simple. Là, Jésus faisait visiblement un effort pour moi, pour me plaire de manière saine. Et je ne suis pas étonné qu’il ait pris la forme du père Claudio : Il se choisit toujours les personnes les plus belles, aussi bien intérieurement qu’extérieurement. Là, avec le père Claudio Avogadri, c’était la consolation visuelle ! (haha) Moi qui pleurais intérieurement de devoir donner ma beauté et mon âge à Jésus dans la virginité, en renonçant aux hommes sexys de ma génération, j’avais face à moi un autre cadeau de Jésus : un homme beau que je ne pouvais désirer, mais qui comme moi a choisi le célibat et a été choisi par Dieu pour être continent. Ça m’a calmé et amusé en même temps.

Le plus étonnant est ce qui est venu ensuite. Le père Claudio a commencé la messe en disant que la deuxième lecture était la toute dernière de la Bible, et que par son contenu, elle avait largement de quoi nous conduire à la consolation et à la fidélité : la Parousie qui nous délivrera des tentations et des efforts est imminente ! « Voici que je viens sans tarder, et j’apporte avec moi le salaire que je vais donner à chacun selon ce qu’il a fait. » (Ap 22, 12) ; « Oui, je viens sans tarder. » (Ap 22, 20) En gros, pour résumer, le père Claudio nous soutenait comme un entraîneur bienveillant et rassurant : « Tenez bon, mes amis, même si vous souffrez en ce moment ! Ça vaut le coup d’être encore un peu fidèle ! Car Jésus est sur le point d’arriver ! » En plus, les lectures de la messe renvoyaient à la pureté dans le sacrifice de notre personne pour Dieu. « Le temps est proche. Que le saint se sanctifie encore. Heureux qui lave son vêtement dans le sang de l’Agneau. » Ça tombait super bien.

Intrigante fut aussi l’homélie que le père Claudio a faite dans un français quasi parfait, et qui répondait quasi mot pour mot à ma demande préalable devant saint Antoine. Comme si le saint avait transmis à son jeune curé toute notre conversation privée, toute ma prière ! Avec franchise, le prêtre nous a avoué d’emblée qu’à propos du texte d’Évangile (Jn 17, 20-26), très centré sur la thématique de l’Unité, il n’avait quasiment rien à dire. C’est une prière du cœur. Que rajouter de plus ? Quoi commenter de plus ? Une prière ne se décortique pas. Elle se passe de commentaires. (Moi pareil, devant saint Antoine, et dans ma journée, j’étais en panne de paroles ! Et ma récente tentation homosexuelle me rendait muet, incapable d’écrire.) Il a également centré son homélie non pas sur l’Unité – comme il aurait été de bon ton de le faire, et comme s’y exercent en ce moment les moralisateurs cathos-bobos médiatiques qui brodent sur « l’Unité des chrétiens » et sur « la Miséricorde » pour ne pas s’entendre dire leur manque de courage à annoncer la Vérité – mais sur la fidélité à soi-même. A priori, je ne suis pas un adepte du concept de « fidélité à soi » car souvent, dans notre monde, celle-ci est une excuse à l’égoïsme. Mais dans la bouche de ce prêtre, la fidélité à soi-même était tellement connectée à Jésus, à notre conscience intérieure (l’Esprit Saint), au martyr de saint Étienne (« Pourquoi est-il allé jusqu’au bout ? Au nom de quoi ?? » s’interrogeait le père Claudio), que c’était exactement ce que j’avais besoin d’entendre par rapport à mon engagement à la continence homosexuelle : « Quand je suis fidèle à moi, c’est à Jésus que je suis fidèle. Quand je suis infidèle à moi-même, je suis infidèle à Jésus. Quand je suis attaqué, c’est Jésus qui l’est en moi. » Le père Claudio nous faisait un appel vigoureux à vivre en cohérence et en fidélité avec ce que nous ressentons au fond de nous, avec ce que nous avons décidé, pour ne pas subir les douleurs de la « fragmentation » (expression qui sentait l’italianisme), les tristesses de la « perte de nous-même » dans des pratiques ou des relations qui ne nous ressemblent pas. Et ce fond de notre Unité, c’est Jésus.

Ensuite, il nous a expliqué que c’était important de se prosterner devant une personne, car c’était cela le véritable amour (… je venais de m’agenouiller longuement devant saint Antoine). Il a évoqué après le vague à l’âme qu’on pouvait ressentir à certains moments dans notre vie, même quand il fait super beau dehors (… et c’était tout à fait le sentiment paradoxal qui me fendait le cœur juste avant de venir à l’église et d’avoir marché sous cette belle journée de printemps).

À la sortie de la messe, j’ai attendu qu’il n’y ait personne pour m’entretenir avec le père Claudio, et le remercier (sans arrière-pensées) d’avoir été à son insu le Messager de mon échange privé avec saint Antoine juste avant la messe. Le remercier de m’avoir si bien consolé. Je crois que ça lui a fait plaisir ! Et c’était vrai, en plus.

Donc vous voyez comme les prêtres sont décevants et dans quelle perspective je le crois ! Alors, pour résumer, si vous vous sentez homosexuel, n’attendez surtout rien des prêtres. Mais attendez tout de Jésus qu’ils ont revêtu. Certains sacerdoces sont la consolation de l’homosexualité continente.

 

16 – Vivez-vous mal le fait que votre famille soit allée manifester contre le « mariage gay » ?

Non. J’en veux plutôt aux membres de ma famille qui ne sont pas allés manifester, même si je les comprends vraiment d’un autre côté! Les Manifs Pour Tous étaient si homophobes (pas en intentions mais dans les faits) et si inconsciemment pro-mariage-pour-tous (par leur défense inconsciente de l’Union Civile et de l’hétérosexualité) qu’il y avait de quoi les fuir ! Toute personne homosexuelle croyante, pendant les Manifs Pour Tous, était prise entre deux feux, partagée entre une profonde révolte devant l’homophobie bien-intentionnée et hypocrite de la plupart des manifestants (« Mon chéri, si on va manifester, c’est pas contre toi, tu sais. C’est pour les conséquences sur les enfants. » mentaient sincèrement les parents ; et le fils homo ou ses amis de leur répondre : « Vous espérez vraiment que je vais vous croire ?!? Cette loi passe en notre nom, à nous personnes homosexuelles, est notre cadeau personnalisé, notre reconnaissance sociale et matérielle, dit notre amour, se fait passer pour nous… et vous osez me dire que l’homosexualité n’a rien à voir là-dedans ?!? Toute la revendication politique, légale, sociale, sentimentale, identitaire de cette loi du ‘mariage pour tous’ repose sur la croyance en l’amour homo et sur les personnes homos ! Vous vous foutez de qui ?!? ») et l’homophobie objective et pourtant subtile de la loi du « mariage pour tous » en elle-même (en effet, donner sous forme de contrat la différence des sexes à des unions qui n’intègrent pas celle-ci, c’est faire un cadeau pourri/inadapté aux personnes qu’on applaudit tout en les censurant et dont on se sert pour se venger secrètement du mariage, c’est accorder un privilège qui ne change rien aux situations de souffrance et d’insatisfaction qu’elles vivent concrètement et quotidiennement).

Toutes les personnes homosexuelles croyantes sensées ont pu se rendre très vite compte que Jésus était écarté des manifs ; et le sujet de l’homosexualité et les personnes homosexuelles, tout autant ! Elles étaient donc rejetées dans les deux dimensions les plus intimes et les plus importantes de leur personne. Alors oui, il y avait de quoi mal le vivre ! Même après l’ouragan et l’autosatisfaction confortable de la victimisation, les manifestants anti-mariage-gay, tout penauds, osent à peine les regarder dans les yeux. C’est bien la preuve qu’il y a eu homophobie et cathophobie. ET du côté des pro-mariage-pour-tous ET du côté des anti-mariage-pour-tous. C’est un coup à briser sa continence et à se pointer maintenant en public devant tous les cathos pro-Vie et à rouler une magistrale galoche à un mec sous leurs yeux !

L’expérience des Manifs Pour Tous a été un traumatisme d’une violence incroyable et non encore admise, non pas tant dans la société civile qu’à l’intérieur même de l’Église catholique. Les catholiques, d’ailleurs, mettront du temps à reconnaître la fracture interne qui les divise à cause de la Loi Taubira. C’est pour cela qu’à l’avenir, ils risquent de beaucoup s’opposer, de surcroît à propos de quiproquos à l’apparence de « détails », car il n’y a pas eu de pardon là-dessus.

 

17 – Les personnes homosexuelles ont-elles toujours été bien accueillies dans l’Église ?

Publiquement, et de ce que j’ai vu, les personnes homosexuelles n’ont quasiment jamais été bien accueillies (sauf en cachette). Car dès que cet accueil est visible, c’est la hantise des récupérations et des interprétations, ou alors c’est la compromission à « l’amour homo » et la complaisance démagogique. Le seul qui fait exception en ce moment, à mon sens, c’est le Pape François : ni démago ni complaisant ni indifférent.

Pour le reste, si nous sommes montrées ou invitées, c’est souvent dans une fulgurance temporaire et juste pour rassurer par rapport à la présomption d’homophobie, plus que pour ce que nous avons à dire. Je vois bien le bazar que c’est, pour les catholiques et les prêtres, de me faire venir en conférence, et surtout pour rendre celle-ci publique. Ça se transforme en mode transitoire ou carrément en Affaire d’État, y compris à l’intérieur des paroisses et des aumôneries. Par exemple, début juin 2016, à Lille, parce que mon témoignage sur la consolation – en lien avec l’homosexualité – avait fait l’objet d’une invitation élargie dans les réseaux sociaux catholiques, ça a déclenché une mini guerre civile dans le milieu catholique lillois : peurs, chantages, menaces, scepticisme de certains prêtres, contrôle de la Pastorale de la Santé puis par la Pastorale de la Famille, scandale… Comme si j’étais un dangereux criminel ! Sidérant. J’ai failli décommander. Heureusement, la conférence a quand même eu lieu, et s’est bien déroulée, surtout grâce à la combattivité admirable de certains organisateurs. Mais que d’épreuves pour simplement nous accueillir ! Et le pire, c’est que les bâtons dans les roues sur ce chemin de l’accueil des personnes homosexuelles sont mis par ces catholiques qui se déclarent nos meilleurs amis… mais qui concrètement nous ferment les portes de leur église dès que nous ouvrons la bouche pour dire ce que nous vivons.

À la décharge des cathos, et pour rendre à César ce qui est à César, les personnes homosexuelles, dans l’Église catholique, sont un peu moins mal reçues qu’ailleurs. Car les cathos sont davantage préparés à l’hospitalité, à appréhender la réalité de la Croix dans toutes les situations humaines, et à ne pas juger les personnes selon leurs actes ou blessures. Mais même chez eux, il y a encore de sérieux progrès à faire pour d’une part se détendre sur l’homosexualité (y compris et surtout pour les catholiques qui nous soutiennent un peu trop chaleureusement pour être honnêtes !) et d’autre part pour accueillir les personnes homosexuelles en Vérité, a fortiori celles qui vivent ce que demande l’Église et qui ne font que relayer ce qu’Elle dit.

En revanche, ce qui est sûr et très rassurant, c’est que Jésus, Lui, nous a toujours bien accueillis et continue de le faire ; quant aux gens d’Église qui L’imitent, elles sont eux aussi parfaites comme leur Maître. Le vrai catholique ouvre ses bras au différent, au paumé, à celui qui ne s’aime pas ou qui est rejeté, au délinquant, au criminel, au blessé dans sa sexualité. Il est fidèle en amitié et n’a pas peur du qu’en dira-t-on. Il ne considère pas la Charité comme une soumission ou une corruption. J’ai rencontrées énormément des personnes comme cela dans l’Église catholique. Heureusement.

 

18 – Existe-t-il une pression des milieux catholiques traditionnels sur les personnes homosexuelles ?

Oui. Je l’ai constatée. Par personnes interposées, en plus ! Par exemple à travers le petit parcours du combattant de mon actuel coloc : un gars super, catho, pas homo, très simple, et qui au départ a dû souffrir à cause de son entourage. Même s’il n’avait pas de doutes sur moi, même s’il a une fiancée officielle avec qui il se prépare au mariage, il a dû dans un premier temps porter la réputation d’habiter « sous le même toit qu’un homo » auprès de ses amis et de sa famille. Les préjugés figés qui pèsent sur les personnes catholiques d’éducation traditionnelle qui veulent nous rencontrer et nous côtoyer au quotidien prouvent qu’il faut avoir du caractère et une sacrée persévérance pour ne pas se décourager et pour porter socialement le sujet de l’homosexualité ! Ça vous laisse deviner les attitudes de rejet, de méfiance, de peur, d’indifférence, d’hypocrisie, que nous, personnes homosexuelles, avons parfois à subir directement dans notre paroisse et dans les cercles conservateurs. D’autant plus quand notre homosexualité en arrive à être connue publiquement !

En discutant également avec des catholiques tradis assumés et éclairés, relativement lucides sur les raideurs et les avantages de leur milieu social/religieux « fièrement réac », et qui ont été sensibilisés à mon contact aux richesses de l’interprétation universaliste et christique de la culture homosexuelle, ils en conviennent eux-mêmes de la « profonde homophobie d’ignorance » globalement observable chez leurs pairs traditionalistes, sans que j’aie besoin d’insister. Ils la trouvent d’autant plus dommageable qu’ils me connaissent en vrai et savent combien nous pourrions nous entendre, combien je suis plus proche des tradis que des progressistes, combien les résistances des gens de leur famille politique/religieuse reposent sur des quiproquos idiots : « C’est par ignorance, cette fermeture des tradis par rapport à l’homosexualité, m’assurent-ils C’est trop bête. N’y aurait-il vraiment pas moyens qu’ils t’écoutent ? »

Cela dit, pour rassurer les catholiques tradis qui m’écoutent et me respectent, la pression des milieux catholiques progressistes à l’égard des personnes homosexuelles est autrement plus violente. Car eux, ils nous détestent en croyant nous aimer. Donc ils ne s’en rendent même pas compte. L’ignorance des tradis est peut-être moins dure à encaisser au final qu’une passion amoureuse aussi impétueuse et paradoxale que la fan attitude gay friendly.

 

19 – Les catholiques sont-ils homophobes ?

Je le pense. Contrairement à ce que j’avais pu certifier sur le plateau-télé de l’émission Dieu Merci sur la chaîne Direct 8 en mai 2011 puis pendant les Manifs Pour Tous en 2012, par démagogie, pour rassurer mes pairs confessionnels et me rassurer moi-même, je constate que les catholiques tombent régulièrement dans le travers de l’homophobie. La preuve : c’est qu’ils ne supportent pas de se l’entendre dire, et qu’ils montent sur leurs grands chevaux dès qu’ils tombent sur le mot qu’ils méprisent sans jamais avoir cherché à en connaître le sens, la substance, les mécanismes, les personnes et les actes qui se cachent derrière. Ils ne le prennent que comme une insulte ou une idéologie moderniste infondée, construite de toutes pièces par l’antifascisme moralisant libertaire. Alors que l’homophobie, concrètement, ce sont des intentions et des faits réels (insultes, harcèlement, rejets, meurtres, suicides, viols, actes génitaux violents ou pas, exterminations de masse, appareils politiques, etc.), ce sont des agresseurs et des agressés (quand ce n’est pas les deux). Oui, la majorité des catholiques est homophobe. Comme tout être humain, d’ailleurs, qui est capable – surtout quand il ne va pas bien – d’avoir peur de lui-même et de ses semblables au point de les attaquer/s’attaquer lui-même, et en particulier d’attaquer les personnes homosexuelles. Nous sommes tous homophobes de par notre humanité commune et nos complicités répétées avec le péché originel. Même moi parfois. Il n’en reste pas moins plus choquant que l’homophobie (= peur du semblable + peur de l’homosexualité + attaque contre les personnes homosexuelles + « identité » et pratique homosexuelles) soit le fait de catholiques, car eux connaissent la Vérité-Charité, et sont donc encore plus tenus de Lui obéir en s’abstenant de sombrer dans la pratique homophobe.

Par mon expérience relativement longue dans l’Église catholique, je peux vous assurer que l’homophobie est générale au sein des communautés paroissiales et du Clergé. Bien entendu, indiquer cette forte tendance n’efface en rien les nombreuses exceptions à celle-ci. Il existe quelques fidèles et quelques prêtres qui aiment les personnes homosexuelles et nous accueillent en Vérité. Mais la peur de l’homosexualité, s’originant le plus souvent dans une ignorance, dans une angoisse légitime face à l’étrangeté et au péché, bien plus que dans une volonté calculée de mal faire et de mal accueillir, est réelle et très répandue. Les catholiques, dans leur ensemble, font de l’homosexualité un tabou, un « non-sujet », un danger, voire même, par relativisme « charitable », un amour dont il ne faudrait surtout jamais parler. Ils confondent acte homo et personne homosexuelle, ou bien péché et signe de péché. Ils sont tétanisés à l’idée de seulement prononcer les mots « homosexualité » et « homophobie ». Ce désir d’enterrer le sujet de l’homosexualité est bien le stade premier de ce qu’on appelle l’homophobie. Et quand une peur n’est pas affrontée ni éclairée à la lumière aimante de l’Évangile, elle se mute très vite en agacement, en repli, en violence, en rejet des personnes que le terme interdit recouvre.

J’ai entendu de mes propres amis gays catholiques le récit véridique de certains lynchages homophobes spectaculaires et inadmissibles, orchestrés par des communautés catholiques entières (même dites « nouvelles »). J’ai vu des mises en quarantaine de fidèles homosexuels pris en flagrant délit d’adultère homosexuel ou de séduction homosexuelle, alors qu’avant leur rétrogradation, ils étaient les coqueluches de leur assemblée religieuse, de leur paroisse, de leur groupe de prière, de leur abbaye. Ils ont fini en pestiférés dont il faut s’éloigner, en princes découronnés et déchus, en héros déclassés illico au rang de traîtres ou de manipulateurs pédophiles (parce que, bien sûr, beaucoup de bonnes familles catholiques font l’amalgame entre homosexualité et pédophilie), avec une charge punitive collective implacable, digne d’une meute de loups, et souvent avec cette hystérie mielleuse qui « psychologise », « pathologise » et « spiritualise » à tout-va (« Nous t’excluons, espèce de pervers narcissique ! Judas Iscarfiote ! Et ne reviens plus ! Sache cependant que nous continuerons de prier pour toi ! En toute amitié, hein. »).

J’ai rencontré des gars exceptionnels, gentils, talentueux, pas du tout pervers, perdre du jour au lendemain tous leurs galons, être abandonnés de la plupart de leurs amis cathos et de leur réseau religieux jadis chaleureux, être définitivement exclus de leur paroisse ou de leur abbaye, simplement parce que leur homosexualité actée avait été découverte et n’impliquait pas qu’eux (ben oui : pour pratiquer son homosexualité quand on est catho, en général, ça ne se fait pas tout seul, ni en dehors du réseau catho…). Si tu ne rentres pas dans les clous, si tu ne penses pas exactement comme nous, si tu ne corresponds pas au portrait idéalisé qu’on se fait de toi, si tu as déçu les espérances de vocation sacerdotale que nous mettions en toi, si tu passes à l’acte homosexuel (et qu’en plus nous t’avons laissé un poste à responsabilité dans lequel tu as entraîné une autre personne que toi, même consentante), c’est terminé, mon gars ! Tu nous rends notre amitié ! Tu es mis plus bas que terre ! Pas de place pour la Miséricorde !

L’abord paroissial et pastoral de la faute homosexuelle est plus que maladroit : la plupart du temps, il est hyper violent et catastrophique. On n’a plus affaire à une famille spirituelle, mais à un tribunal de requins, à un système verrouillé de quasiment partout, qui harcèle, qui enferme le pécheur dans sa faute, qui mène une commission d’enquête méticuleuse contre lui, qui le stigmatise (et en plus « pour son bien », « par sécurité », « par charité »). Et très peu de paroissiens sont là pour te tendre la main. La plupart des catholiques, par rapport à l’homosexualité, se réfugient fiévreusement dans leurs tours d’ivoire que sont « la différence des sexes », « l’hétérosexualité », « la Famille », « les Enfants », et qu’ils ont érigées en idoles.

La plupart des communautés religieuses catholiques, face à la réalité de la pratique et de l’attraction homosexuelles, paniquent encore complet. Même en 2016 ! Elles découvrent un de leurs membres blessé et homosexuellement pécheur ? Au lieu d’accompagner, d’affronter le problème, de soigner, de réconforter et de laisser une seconde chance, elles amputent ! Elles excluent ! Elles jettent bébé avec l’eau du bain ! C’est la psychose. La lapidation psychologico-spiritualiste en place publique. La chasse à l’homme impur ! Le piège se referme sur celui-ci sans qu’il ait le moyen de se défendre, puisqu’il a quand même objectivement été pris en faute. Bonjour, après, la culpabilité, la perte de confiance en soi, la reconstruction, la réconciliation avec Dieu ! Il lui faudra beaucoup d’humour et de force d’âme pour se reconstruire, pour continuer de croire à l’Église-Institution, après ça. Je connais plus d’un paroissien homosexuel, plus d’un moine « défroqué », plus d’un ex-prêtre, qui, usés par l’armada diocésaine au cœur sec et aux jugements péremptoires, ont tourné durablement les talons à l’Église, pour finalement s’enfermer dans une « vie spirituelle » privée et une vie homosexuelle active, souvent destructrice. Certaines paroisses portent un lourd tribut et auront des comptes à rendre Là-haut ! C’est moi qui vous le dis !

Pour finir de répondre à la question, je crois au fond qu’il existe aujourd’hui un problème persistant dans le rapport des catholiques avec le Christ crucifié. Beaucoup ne le voient que comme un sauveur souffrant et aimant, et non comme le gourou criminel tel qu’il est apparu à ses disciples et au monde avant, pendant et un peu après sa crucifixion. Cette incompréhension du Mystère de la Croix fausse ensuite leur rapport miséricordieux aux fautifs de notre temps (notamment les fautifs homosexuels), parce qu’ils les dissocient du Christ. Or Jésus a accepté de ressembler même aux méchants (pour les sauver !). « Dieu l’a fait péché pour nous. » (2 Co 5, 21) écrit Saint Paul en parlant du curieux lien familial entre Jésus et son Père. La Croix, bien avant d’être le « signe d’Amour fou » qu’on connaît, est en premier lieu un « WANTED » de trahison et de criminalité qui précisément nous laisse croire que Jésus (et/ou son Père) ne nous aurait pas aimés, voire même qu’Il nous aurait détestés ! Je pense que nous devons le garder bien en tête à chaque fois que nous nous trouvons face à un criminel ou un homme dont nous désapprouvons la pratique (homosexuelle). Jusqu’à sa mort, il reste un Jésus déguisé en méchant, donc un Homme à aimer et à servir comme un maître. Notre Pape François, par exemple, l’a parfaitement compris.
 

20 – Avez-vous déjà vécu des épisodes de rejet dans l’Église à cause de votre homosexualité ?

Oui. Ça a commencé par la méfiance (habillée en « prudence »), la médisance (habillée en « conseil »), de mépris (habillé en « réalisme »), de rejet (habillé en « stratégie »). Et ce rejet m’a toujours été présenté comme un bien pour m’éviter un mal. Tu veux partir avec un mouvement d’Église en humanitaire ? Tu veux rentrer au séminaire ? Tu veux parler publiquement d’homosexualité ? Je te le dis en toute amitié (je prie même sur toi !!) mais il ne vaut mieux pas. Et sache encore une fois que je ne suis pas homophobe (d’ailleurs, mon témoin de mariage était homosexuel) et que c’est pour ton bien. C’est pour t’éviter un malaise avec les populations là-bas, un sacerdoce malheureux, une starification dangereuse, le piège du narcissisme dans lequel tu es déjà tombé en osant te revendiquer homosexuel ! Et je ne parle même pas des insultes de certains catholiques qui me voient comme un militant LGBT caché parce que je n’aboie pas comme eux aux mots « Gender », « GPA », « lobby », « médias », et que je révèle l’homophobie réelle de La Manif Pour Tous. En plus, j’ai le mauvais goût de m’affirmer catholique, et homme de tendance gauche. Ils me répondent qu’« être de gauche » ne veut rien dire. Que parler de l’importance de l’homosexualité est un délire monomaniaque d’intellectuel en mal de notoriété. Et que l’emploi du mot « homophobie » m’inculpe directement, me décrédibilise, me range du côté des méchants libertaires LGBT et des paranos complotistes. Vous me demandez de vous répondre, je vous réponds. Et encore, j’ai souffert ce rejet en n’étant même pas défenseur d’une quelconque « identité homosexuelle » ou « amour homosexuel » ou « droit légal homosexuel », bien au contraire. Alors je n’ose même pas imaginer quel accueil « catholique » encore pire trouvent mes frères homosexuels qui n’agissent et ne pensent pas bien, qui rentrent encore moins dans les clous de l’Église que moi, et qui offrent à leurs accusateurs des contradictions objectives !
 

21 – À quels sacrements n’ai-je pas accès en tant qu’homo ?

En tant que personne homo, en théorie, vous avez droit aux (ou plutôt le devoir des) sept sacrements de l’Église catholique : Baptême, l’Eucharistie, Confirmation, Réconciliation, Mariage, Sacrement des malades, Ordre. Petit bémol : vous ne pourrez pas les recevoir tous car entre le Mariage et l’Ordre, il faudra choisir un seul des deux. Mais le fait de ressentir une tendance homosexuelle n’empêche absolument pas Dieu de donner ses Grâces, ni une personne de les recevoir. La continence (ou la chasteté, dans le cas du mariage) ouvre à tous les sacrements. Il n’y a que le péché et les actes mauvais graves qui coupent de Dieu. Autrement dit, il n’y a que l’adultère et la pratique « conjugale » homo ou hétéro (vie hors mariage ou hors continence) qui sont un frein radical à la réception de l’Eucharistie, du Mariage, de l’Ordre, et un frein partiel à la réception du Baptême, de la Réconciliation, de la Confirmation et du Sacrement des malades. Logique : si on ne veut pas rentrer dans l’obéissance à l’Église par rapport à l’homosexualité, à quoi sert de réclamer le Baptême comme s’Il était un dû, et de se faire sa petite cuisine religieuse dans son coin ? À rien. Donc même les sacrements (Baptême, Confirmation, Réconciliation, Sacrement des malades) qui n’exigent pas un don et un engagement entiers de sa propre personne sont des préfigurations des sacrements (Eucharistie, Mariage, Ordre) qui les exigent.

Par exemple, ça me choque quand une personne homosexuellement pratiquante demande le baptême (pour elle ou pour « son » enfant élevé par elle et son partenaire de même sexe) tout en demeurant « en couple » homo. Je trouve qu’il y a une incohérence. La Grâce du Baptême ne pourra pas être accueillie pleinement par elle. De même, il me semble inadmissible que des « couples » homos, pendant la messe, prennent la file de la Communion, l’air de rien, comme des premiers communiants, et qu’en plus, le prêtre qui connaît parfois parfaitement leur état de vie, ferme les yeux et les laisse consommer le Corps du Christ. Les uns comme les autres devront en répondre au Tribunal Là-Haut. Alors certes, s’il fallait ne pas être pécheur pour aller communier, personne n’irait ! Mais il y a quand même un minimum. Et les situations d’adultère sont suffisamment graves (divorcés remariés, concubinage, pratique homo même « fidèle », tromperie et violation du mariage, parodies du mariage, débauche, infidélité…) pour que les personnes qui les vivent ne soient pas jugées dignes de recevoir Jésus qu’elles rejettent concrètement dans leur quotidien. On ne peut pas d’une part expulser la différence des sexes en « amour », puis prétendre la recevoir à travers Jésus-Eucharistie d’Amour. Il faut être respectueux de qui est le Christ, à savoir l’Incarnation divine de la différence des sexes, au lieu de Le considérer comme un « droit » ou une projection spirituelle et sentimentale !

En ce qui concerne le sacrement du pardon, là aussi, il ne peut pas être donné si la personne n’est pas baptisée au préalable, et surtout si elle n’est pas disposée à se reconnaître pécheresse dans la pratique homosexuelle et qu’elle ne prend pas la décision de changer radicalement de vie. Sinon, c’est une indulgence partielle qui est offerte à un cœur fermé. Le sacrement n’aura donc pas grand effet. Cela dit, même si le sacrement de confession n’est pas distribué, une simple discussion entre un prêtre et vous peut déjà produire de beaux fruits et vous conduire, à la longue, au vrai sacrement : ce n’est que partie remise, et il n’est pas trop tard pour se convertir. La porte des sacrements catholiques est fermée à la personne homosexuellement pratiquante, mais pas verrouillée. Et tant qu’elle n’a pas changé de vie, il lui est possible de recevoir d’autres formes de présence christique que l’Eucharistie et les sacrements : l’écoute de la Parole biblique, la prière, la vie communautaire et les frères, les actes de solidarité et de service, etc.

Il n’y a pas mort d’Homme, ni mort de Chrétien, si on ne peut pas (encore) communier ni être baptisé. La douleur de la séparation d’avec les sacrements peut être tout à fait temporaire si jamais nous nous reprenons en main : au fond, elle n’est due qu’à un orgueil qui ne veut pas se donner les moyens de mourir à la Grâce, et qui se braque, se rend inflexible. Mais au lieu de demander à Dieu et à l’Église de s’assouplir de « s’ouvrir » et de « s’adapter » à nos péchés, cherchons plutôt à nous assouplir nous-mêmes dans l’obéissance et l’écoute des commandements de l’Église pour ne pas pécher, justement. Et nous verrons que finalement, même si nous ne recevons pas (encore) le Pain entier des sacrements, nous bénéficions quand même déjà de leurs nourrissantes miettes, à l’instar de la Cananéenne de l’Évangile. « Voici qu’une Cananéenne disait en criant : ‘Prends pitié de moi, Seigneur, fils de David ! Ma fille est tourmentée par un démon.’ Mais il ne lui répondit pas un mot. Les disciples s’approchèrent pour lui demander : ‘Renvoie-la, car elle nous poursuit de ses cris !’ Jésus répondit : ‘Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël.’ Mais elle vint se prosterner devant lui en disant : ‘Seigneur, viens à mon secours !’ Il répondit : ‘Il n’est pas bien de prendre le pain des enfants et de le jeter aux petits chiens.’ Elle reprit : ‘Oui, Seigneur ; mais justement, les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres.’ Jésus répondit : ‘Femme, grande est ta foi, que tout se passe pour toi comme tu le veux !’ Et, à l’heure même, sa fille fut guérie. » (Mat 15, 22-28) Dans la Bible, il y a toujours des petits futés qui essaient de gruger le Seigneur, ou de feinter pour recevoir les bénéfices de sa Grâce. Et comme Il est bon, Il les exauce en partie, même s’Il continue de ne pas cautionner leurs actes, de leur rappeler leur devoir de conversion et leur Croix, et qu’Il ne cède pas sur l’Essentiel : l’obéissance à Ses commandements.

À travers la personne de la Cananéenne, on voit bien que Jésus traite vertement de « chiens » tous ceux qui ne font pas partie de son Peuple élu (les Juifs) et qui ne Lui obéissent pas. Ça peut paraître de prime abord pas très sympa. Mais en réalité, cela colle parfaitement à ce que disent par exemple les sujets homosexuels d’eux-mêmes (cf. le code « Chiens » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels). Alors Il ne les trahit et ne les insulte même pas. Ce sont les pécheurs qui s’insultent tout seuls. De plus, Il affirme qu’Il est venu prioritairement pour eux, et Il finit par les guérir quand même. Donc que les personnes homosexuellement pratiquantes ne s’offusquent pas, s’arment de patience et ne jouent pas les exclus à propos des sacrements de l’Église catholique, car il n’y a franchement pas de quoi. Si Jésus nous rationne, c’est d’abord parce que nous en avons besoin, et qu’un régime de Ses sacrements nous permettra de mieux les apprécier et les reconnaître au moment où nous en serons un minimum dignes. On ne passe pas à table si on n’est pas prêt, ni à n’importe quelle condition. C’est le moindre des respects que nous devons au Chef-Cuistot !

Je crois personnellement que la meilleure aide et le plus grand cadeau que Jésus et ses prêtres peuvent fournir aux personnes homosexuelles encore désobéissantes, c’est de justement ne rien leur céder, et de ne pas leur donner accès à tous les sacrements, notamment au gros morceau de Pain Vivant que leur palet, leur ventre et leur cœur ne pourront à l’évidence pas encore apprécier/honorer/accueillir/digérer. Pas par sadisme, mais au contraire parce qu’ils ne doivent pas brader ce qu’ils pourront leur donner peut-être un jour. Ce n’est pas à une personne famélique ni à une personne obèse qu’on offre un festin. À moins de vouloir la tuer ! On doit convertir son cœur petit à petit. Par doses hom(o)épathiques. Par miettes.

Récemment, en marchant dans Paris, je suis tombé sur un écriteau de la mairie qui m’a amusé autant qu’interloqué, tellement il n’obéit pas à l’air du temps, qui est plutôt – il faut le dire – au gavage, à la gloutonnerie et à l’humanisation des animaux, qu’au sevrage et au rationnement volontaires : « Si vous aimez les oiseaux, ne les nourrissez pas ! » Je serais tenté de faire le parallèle avec nous, personnes homosexuelles. Si vous, prêtres et fidèles catholiques, nous aimez vraiment, ne nous donnez pas à manger. Même sacramentellement. Comme les oiseaux, plus vous nous rationnerez, plus vous nous aimerez et nous préparerez au grand Banquet éternel. Aimer, ce n’est pas toujours tout donner. Ou alors c’est donner aussi la Croix.

 

22 – Faut-il que je parle de ma tendance sexuelle à mon confesseur ?

L’important, je crois, n’est pas de forcément la dire ou de ne surtout pas la dire. Dans les deux cas, ça peut être magnifique comme inutile/catastrophique. À vous de discerner les pour et les contre du secret ou du dévoilement. Si vous décidez de dire votre tendance, dites-la bien (et après vous être suffisamment informé sur l’homosexualité). Sinon abstenez-vous. Si vous avez décidé de garder le secret, gardez-le bien, sans théâtre, sans tristesse, sans rancœur, avec la paix de Dieu qui vous permettra de ne pas faire payer votre silence à votre confesseur ni à vous-même. Autrement, parlez-en. C’est l’Esprit Saint qui, lorsque vous L’interrogerez, vous inspirera ce qu’il vaut mieux faire dans votre cas.
 

23 – Est-ce qu’en confession je mets mon homosexualité dans la liste de mes péchés ? Est-ce que je prends le risque d’en parler ?

Si vous sentez que la nouvelle ne sera pas comprise par le confesseur (parce que vous-même n’y voyez pas très clair), si votre conscience vous indique que votre coming out ne serait qu’une pleurnichade d’où ne sortira aucun repentir ni aucune humilité de votre part, qu’il vous fermera des portes (pour votre carrière, votre vocation, votre relation future avec un prêtre que vous connaissez trop), et qu’il vous réduira à une caricature qui n’est pas vous, ou beaucoup plus positivement si vous sentez que la tendance homosexuelle ne vous enchaîne pas à des addictions ou à des pratiques ou à une dépression insurmontables, si vous sentez que l’homosexualité ne vous conduit pas à pécher, pas la peine de dire quoi que ce soit. Dieu a aussi droit à l’exclusivité de certains de vos secrets. C’est entre Dieu et vous. Et le confessionnal n’est pas l’endroit où on doit nécessairement tout dire, tout déballer, montrer l’intégralité de nos secrets, s’épancher sur nos états d’âme. Si certaines réalités de notre vie intérieure ou extérieure ne sont pas couronnées par le regret, ou la conscience/l’existence d’une faute, voire carrément la conscience/l’existence d’un péché, elles n’ont leur place que dans un échange entre amis ou dans un cabinet de psy. Pas dans un confessionnal.

Si en revanche vous voyez que votre tendance homosexuelle vous fragilise et vous conduit au péché, vous pouvez parler ET de cette tendance (qui n’est pas en soi un péché si elle n’est pas suivie d’actes ; elle se réduit juste à un « signe de péché », à un héritage du péché originel) ET surtout du péché (acte mauvais + rupture volontaire avec Dieu) qu’elle vous a poussé à commettre. Dans la confession, c’est le péché bien avant son intention, son alibi, son moteur, qui doit être révélé. L’intention ou le désir aggrave ou atténue la gradualité du péché, tout au plus. La tendance homosexuelle seule n’est pas un péché puisqu’elle n’est pas un choix. À mon avis, elle ne doit être révélée que si elle a servi à pécher, ou bien dans le cas plus rare où elle fait tellement partie de votre vie d’évangélisation, relationnelle, et que vous êtes un peu obligé d’en faire mention pour que le prêtre comprenne les péchés dont vous lui parlez ensuite, et pour lesquels l’homosexualité occupe une place contextuelle lointaine mais pas déterminante. Et dans ces cas-là, oui, la révélation de votre tendance peut être mise sur le tapis, sans faire pour autant partie de la liste de vos péchés. Le père n’est pas bête. Puis que c’est Jésus. Il sentira les inflexions de votre sentiment de culpabilité ou au contraire de votre absence de culpabilité.

Par ailleurs, hors du cadre de la confession, vous savez qu’un prêtre est souvent un ami formidable et un confident solide sur qui vous pouvez compter. Vous ne le choquerez pas en évoquant l’homosexualité : le prêtre du XXIe siècle en entend tellement des vertes et des pas mûres à longueur de journée qu’il est immunisé (limite trop, pour certains) de l’indignation et du jugement de personnes ! Si vous avez besoin d’un conseil, d’un éclairage, ou tout simplement que vous en avez gros sur le cœur, n’hésitez pas à lui dévoiler votre homosexualité. Un bon prêtre reste muet comme une tombe. Et en voyant la confiance que vous lui faites de lui parler de « ça » (car il sait combien il en coûte de prononcer certains mots), son cœur de père fondra. Vous lui ferez un plaisir aussi immense que la joie que vous aurez eue d’être écouté par lui sur le sujet si tabou de l’homosexualité.
 

24 – Je suis catho et homo. Est-il nécessaire de faire mon coming out à mes amis pas cathos ? Et à mes amis cathos ? Ont-ils besoin de savoir ?

Pas nécessairement. S’il y a une pratique homo derrière ou une intention de pratique homo ou une illusion d’« identité homo », c’est même pas la peine de le faire, il me semble. S’il y a en revanche dans votre coming out une continence et l’annonce d’un apostolat pour la Vérité à travers l’homosexualité non-pratiquée, là, je dis que c’est dommage de se taire. Mais comme en général le goût de la continence et la découverte de la puissance évangélisatrice de l’analyse et du don universalistes de l’homosexualité viennent en marchant, et avec le temps et du travail, de toute façon, votre coming out, qui plus est « catho-homo », ne sera vraisemblablement pas pour tout de suite ni précipité. Pour être réussi, il réclame un minimum de prière, de deuil (du rêve de vivre l’« amour » homo un jour), d’endurance, une patience éprouvée, un désir homosexuel compris et relativement dompté.

Après, je ne dis pas que le chemin (vers le coming out) ne peut pas se faire vite dans votre cas, d’autant plus quand le terrain a été défriché par d’autres, et que les Fins Dernières donnent à voir des formations/conversions en accéléré de personnes homosexuelles continentes grâce à l’action de l’Esprit Saint. Nous vivons une époque faste pour cela. Donc s’il y a en vous un désir saint(t) de donner votre homosexualité aux autres, au monde et à l’Église, ne refrénez pas trop votre élan. Parlez-en. Il ne faut pas gâcher les trésors. En plus, la mode des coming out gays est un peu passée. Elle a malheureusement cédé sa place à une non moins affligeante injonction mondiale à afficher qui on serait, ce qu’on voudrait, et surtout qui on ne serait pas et ce qu’on ne voudrait pas (cf. la fameuse mode bobo des #JeSuis, #Jaime, #JeVeux, #JeSoutiens, #JaiAidé #JeNeSupportePasLesBleus, etc., qui n’est en réalité qu’un aveu inconscient d’absence de personnalité, d’idées, et de combats). Alors le coming out homosexuel, le beau, le vrai, l’utile, peut revenir en force, en créant la surprise, d’autant plus qu’il s’opèrera autrement : couronné par la foi, il ne s’annoncera ni comme un coming out classique et appris, ni comme un coming inJe suis hétéro » ou « Je suis un ex-gay » ou « Je ne suis pas vraiment homo mais simplement un homme/une femme et un Enfant de Dieu »), ni même comme un anti-coming out puisque l’homosexualité n’y sera pas reniée et sera au contraire traitée pour la première fois. Quelles que soient les époques, de toute façon, le coming out de la continence catho-homo restera toujours une bizarrerie détonante et un succès non pas humain (car il sera incompris de beaucoup et fera peur même aux catholiques) mais divin. Alors raison de plus pour l’oser. Il vaut le coup. C’est de vécu.

 

25 – J’ai grandi dans une famille catho, je me suis marié à l’Église, et je suis attiré par les personnes du même sexe. Que faire ?

Vous ne m’en voudrez pas si je vous dis « Offrez votre homosexualité à votre mariage, à votre femme, à vos enfants et à Dieu » (sans nécessairement tout leur dire) ? Je le sors quand même, en ma qualité de célibataire continent qui pourrait tout à fait « se lâcher » bien plus que vous parce que rien – pas même le mariage ni le sacerdoce – ne semble le retenir. Vous avez reçu un sacrement indissoluble qu’est le mariage. Vous avez parfois transmis la vie à des enfants dont vous êtes responsable et à qui vous devez l’amour éternel avec leur mère (même si vous ne l’aimez plus vraiment). Ce n’est certainement pas pour partir vous perdre dans des aventures homosexuelles sans lendemain, ni même avec lendemain et aux bras d’un amant durable ! Face à ceux qui vous tiendront le discours hédoniste gay friendly du « moindre mal » (« Vis ta vie. Tu n’as pas à rester hypocritement avec ta femme à qui tu as menti dès le départ, et que tu as cru aimer. Tu ne ressens plus rien ? Ne t’acharne pas car le naturel va revenir au galop ! » ou bien « Il vaut mieux que tu sois heureux avec un homme – même si c’est sur le tard et au prix d’une séparation – que malheureux et insatisfait toute ta vie avec ta femme ! »), je vous le confesse avec une quasi certitude : vous vivez quand même l’amour de votre vie avec votre femme (ne la réduisez pas à la « bonne copine » qu’elle n’est pas, qu’elle n’a jamais été et qu’elle n’a pas à devenir), et vous ne trouverez jamais l’amour véritable aux côtés d’une personne de même sexe. Je vous aurais assuré la même chose si vous aviez été jeune, athée et célibataire.

La foi catholique, le statut d’homme marié (et parfois de père de famille), la qualité des personnes en individuel, le contexte de rencontre ou d’émoi homo, les sensations et les sentiments personnelles, la capacité à aimer, la probabilité de tomber amoureux d’une personne du même sexe, sont des faux débats. C’est plutôt sur les limites objectives de la pratique homosexuelle, les nombreuses insatisfactions du « couple » homo, les raisons du réveil déchirant de votre tendance homo, les réalités du combat spirituel menaçant le mariage, sur lesquels il faut vous pencher, et non foncer sur la solution de facilité. C’est en mettant des mots sur vos pulsions, vos fantasmes et vos illusions d’amour que vous désamorcerez leur puissance et revaloriserez votre mariage. Étudiez sainement votre homosexualité plutôt que de la pratiquer pour mieux la nier. Vous serez alors vraiment libres. Et votre ciel assombri se dégagera aussi vite qu’il s’était encombré.

J’ai rencontré un certain nombre d’hommes mariés et de femmes mariées avec une personne du sexe complémentaire qui, malgré la persistance de leur tendance homosexuelle sur la durée, vivent quand même très heureux leur combat pour/dans le mariage, et ont trouvé un équilibre tout à fait satisfaisant et durable. Composer son mariage chrétien avec l’homosexualité, c’est tout à fait possible et plus réussi qu’on ne le dit. Ça peut être une occasion, pour les époux, de partager ensemble le dépassement d’une peur intime qui les rapproche. Être homo et marié, ce n’est ni l’asphyxie ni l’écartèlement cornélien tous les jours ! Il suffit souvent d’arrêter de se nourrir l’imaginaire de porno et de films pro-gays à l’eau de rose, et surtout d’être plus attentif à l’autre (sans l’étouffer !).

Et si ça peut vous rassurer, beaucoup de personnes mariées non-homosexuelles ont elles aussi des tentations d’adultère féroces. Ce n’est pas propre à l’homosexualité. C’est propre à toute lutte humaine en faveur de la fidélité dans le mariage et en faveur du Christ. Donc ne focalisez pas tous vos problèmes et frustrations sur l’homosexualité. Celle-ci n’est qu’un symptôme d’un malaise et d’une peur plus large. Ne laissez pas l’homosexualité tout gâcher ou tout remettre en cause. Ne la laissez pas mener votre vie à votre place ni éteindre votre joie !

Je connais des hommes homosexuels mariés avec une femme qui, après avoir vécu un écart homosexuel, ont compris qu’ils ne trouveraient pas leur bonheur dans ce type de relations, et ont eu l’humilité de revenir à leur vie de famille d’avant en rechoisissant fidèlement leur femme. Ce ne sont pas des cas isolés. Par ailleurs, beaucoup de personnes homosexuelles ont le courage surhumain, surtout dans le contexte permissif et bisexuel actuel, de rester fidèles à leur femme, et je leur tire mon chapeau. De même, beaucoup de femmes, mariées à un homme dont elles connaissent les tendances homosexuelles, ont également le courage de la confiance et de la persévérance. Notre époque voit vraiment fleurir des héroïsmes post-modernes jusque-là inédits ! Et c’est grand… même si vivre aux côtés d’une personne handicapée sexuelle, ce n’est pas rose tous les jours, et j’imagine que ça fait connaître quelques fortes angoisses, ça renvoie en pleine face ses propres faiblesses et impuissances. En tout cas, l’homosexualité non-pratiquée et vécue dans le mariage fidèle femme-homme crée de grands saints dont on découvrira tout l’éclat de bonté, d’abnégation et de patience Là-Haut ! Eux savent concrètement ce que la phrase du Christ signifie : « Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge chaque jour de sa croix et qu’il me suive. » (Luc 9, 23)

 
 

CHAPITRE II – MINISTÈRE SACERDOTAL AUPRÈS DES PERSONNES HOMOSEXUELLES :

26 – Quand je parle d’homosexualité à mes jeunes, ils ne m’écoutent pas et me rient au nez. Comment faire pour être crédible en tant que pasteur catholique ?

Tant qu’on n’a pas compris comment fonctionnent les jeunes, déjà, on est mal barré, surtout sur un sujet aussi passionné que l’homosexualité. Les adolescents, en particulier d’aujourd’hui, carburent à l’affectif (ils ont besoin de sentir, d’entendre parler de sentiments, de bonnes intentions, de sincérité, de bienveillance), à l’Incarnation (il faut que ce soit concret, qu’ils voient que le témoin vit ce qu’il dit, que la personne directement concernée par le thème qu’elle aborde se trouve en face d’eux… sinon, ils n’y croient pas), à l’injustice (ils ne supportent pas d’être manipulés ni qu’on manque de respect à quelqu’un : ils ont un sens aigu de l’honneur mais également de la justice), à l’humour (ça, c’est la cerise sur le gâteau). Sans ces quatre critères, on les perd. On ne peut plus faire passer l’Amour, la Vérité, la Foi. Croyez-en mon expérience de prof. Je pense que je ne vous apprends rien.

Avec l’homosexualité, ce n’est pas dur. Tant que vous négligerez le témoignage par la personne homosexuelle et que vous pensez pouvoir le remplacer tout seul, vous resterez inaudible. Et la mauvaise réputation sociale et médiatique qui entoure les prêtres actuellement, de surcroît en matière de sexualité, ne fait que corroborer ma crainte ! Par exemple, le père Philippe de Maistre, un des prêtres aumôniers du lycée Stanislas à Paris, a compris sa marge de manœuvre par rapport au sujet : il sait là où il est compétent, il connaît aussi ses limites d’homme pas homo. Il a compris que sur le terrain de l’homosexualité, il ne pouvait pas faire tout seul, et qu’il avait besoin des personnes homosexuelles en chair et en os à un moment donné. Beaucoup de prêtres devraient suivre son exemple et nous solliciter.

Du point de vue maintenant du contenu de vos mots sur l’homosexualité, tant que vous demeurerez dans un discours nataliste VigiGender complètement paranoïaque et que vous caricaturerez le Gender en des termes que les jeunes ne peuvent pas comprendre (car, il faut le savoir, leur vocabulaire sentimental et rationnel interne à eux se limite à trois mots : hétérosexualité, homosexualité et homophobie), vous resterez inaudibles. Les menteurs ou les naïfs, aussi bêtes et méchants soient-ils, ne supportent pas qu’on leur prête des intentions qu’ils n’ont pas, qu’on soit imprécis dans ce qu’on leur reproche ni qu’on leur prête à notre tour des âneries. Là, pour l’instant, ce que VigiGender, La Manif Pour Tous, les mouvements Pro-Vie, et beaucoup de prêtres reprochent au « lobby LGBT », c’est à côté de la plaque ! Ils n’ont déjà pas compris que le Gender était l’hétérosexualité. Donc je vous passe leur niveau de compréhension de l’homosexualité et de l’homophobie…

D’autre part, vous, prêtres catholiques, n’utilisez pas assez la connaissance qu’on a maintenant des actes homophobes et de l’homophobie (parce qu’en général, vous méprisez le terme), ce qui est totalement absurde et dommage. Pourtant, la seule mention des actes homophobes, dont la violence est grande et coupe le sifflet, et que vous pourriez connaître mieux si vous vous y intéressiez personnellement, suffirait largement à elle seule à impressionner les jeunes, à provoquer en eux l’empathie, à leur prouver que vous en connaissez un rayon sur l’homosexualité (alors que eux – et même S.O.S. Homophobie et le Refuge – rien !), à leur montrer la vacuité de leur défense gay friendly de l’homosexualité dictée par la pensée unique médiatique, à leur faire comprendre que vous vous préoccupez vraiment des personnes homosexuelles, de leur souffrance, au-delà des discours politisés et théorique sur l’homosexualité. En plus, quand les jeunes verront un prêtre s’attaquer à l’homophobie, vous décrocherez à leurs yeux le pactole de la modernité ! Vous ne vous servez pas suffisamment de mon travail sur l’homophobie ni de tout ce que vous savez du lot de souffrances et de violences inimaginables des personnes homosexuelles que vous côtoyez. C’est pour cela qu’on vous rie au nez quand vous essayez de parler d’homosexualité. Vous ne pouvez quasiment vous en prendre qu’à vous même si vous êtes inaudibles devant un groupe de scolaires. Car les outils, vous les avez !

 

27 – Que dire au confessionnal face à une personne homosexuelle en quête de conseils ?

Avant de dire, il suffit d’être. Donc finalement, vous êtes tranquille et n’avez pas à vous faire des nœuds au cerveau pour savoir quoi dire. Et si vous avez à prendre la parole pour expliquer le positionnement de l’Église sur l’homosexualité et à donner des conseils, l’Esprit Saint vous assistera. De préférence, posez des questions plus que des affirmations. Soyez doux et à l’écoute. Ayez des coups d’audace aussi (un jour, fort de mon témoignage sur les viols, un prêtre m’a raconté qu’en confession, face à une personne homosexuelle révoltée, il avait eu la douceur et la fermeté de poser juste une question – « Est-ce que vous avez été violenté ? » – qui a déclenché un flot de larmes libérateur chez son confessé). Nous, personnes homosexuelles, sommes de la bonne terre. Le vernis se craquelle assez vite.

Je ne vous apprends en rien en vous disant aussi que, tant que vous annoncez la mort du Christ, puis sa Résurrection (en nous), l’Essentiel est là. Ça consiste en quoi, concrètement ? Concernant le dossier « mort », il s’agit que la souffrance et le mal commis sortent de nous. Et il y a en général de quoi faire chez la personne homosexuellement pratiquante ! Ensuite, la mort de Dieu doit être proclamée. La mort du grain de blé qui tombe en terre également. « Tu veux suivre Jésus ? Tu dois mourir à toi-même et souffrir. Il en va de ton Salut. Et ton âme, contrairement à ton corps, est immortelle. Donc il y a de l’enjeu pour toi pour l’éternité ! » Enfin, concernant le dossier « Résurrection », là, vous pouvez nous valoriser, dire votre joie de nous rencontrer (sans nous donner à penser que vous justifiez notre situation et notre pratique), nous demander de prier pour vous (nous y sommes très sensibles !), nous dire que notre vie est belle et que nous pouvons devenir des grands saints dans l’Église (car ça, nous en doutons, et secrètement, nous en rêvons !).

Le moment le plus délicat, mais qui doit être rare tellement la déchristianisation et l’inculture religieuse sur les sacrements catholiques sont répandues aujourd’hui, c’est quand vous aurez à annoncer que vous ne donnez pas l’absolution si jamais le confessé est en concubinage ou en couple homo et qu’il est au courant qu’il n’a pas droit au sacrement (Si ce n’est pas le cas, vous n’êtes pas obligé de le lui révéler, et il restera sur la bonne impression d’un entretien filial profond). Beaucoup de personnes homosexuelles peuvent alors rentrer dans des colères homériques en découvrant le pot aux roses. Il faut donc leur proposer une superbe contrepartie pleine d’amour et de Vérité pour les consoler de cette limite.

Si vous vous trouvez finalement dans l’obligation d’exposer la pensée de l’Église sur l’homosexualité, là, je vous conseille d’être bien aguerri pour ne pas douter au fond de votre cœur d’une part que la tendance homosexuelle est une blessure et une peur, d’autre part qu’elle n’est pas de l’amour véritable (puisque l’amour vrai est défini par l’accueil de la différence des sexes) et qu’elle cache souvent un viol, même si c’est difficile à prouver. Votre foi et votre obéissance, un peu soumises à l’arbitraire sur le coup, vous serviront de gouvernail pour garder le cap. Le confessionnal n’est évidemment pas le lieu du débat d’idées, mais tout de même, il faut un minimum. Il faut bien énoncer le « Va et ne pèche plus » pour que l’Amour du Christ soit complet. Et vous aurez toujours, en tant que prêtre confronté à une personne homosexuelle qui vous soutient mordicus qu’elle « aime », qu’elle « n’a pas le choix » et qu’elle est « très heureuse en pratiquant son homosexualité », à souffrir de l’indéfinition de la frontière entre l’acte homosexuel et le « couple » homosexuel (l’Église a statué clairement sur les actes homos, mais pas sur leur équivalence relative avec le « couple » homo, ni véritablement sur l’« amour homo »), indéfinition qui n’est pas facile à expliquer ni à justifier, mais à laquelle vous devez vous accrocher quand même car le temps, la réalité sur la durée, l’expérience des personnes homosexuelles, donnent quand même raison à la Bible et à l’Église catholique.

 

28 – Peut-on intégrer les personnes homosexuelles dans une prière universelle ?

Je ne pense pas que ce soit opportun. À moins d’avoir vécu un long temps communautaire d’explication des mots et du concept d’homosexualité avant. À moins d’une messe qui conclut un pèlerinage. À moins que la « P.U. » s’intègre dans une logique ou un déroulement de session dans laquelle l’homosexualité et les personnes homosexuelles ont réellement eu leur place. À moins (plus rare !) que la prière universelle soit lue par une personne homosexuelle continente et connue des paroissiens. Sinon, dans d’autres cas que ceux-ci, l’intention spécifique concernant l’homosexualité tombera à mon sens comme un cheveu sur la soupe, donnera à croire que l’homosexualité est justifiée et banalisée, et sera objet de scandale et d’incompréhension inutiles.

Néanmoins, je peux largement comprendre que beaucoup de prières universelles classiques actuelles, qui puent l’implicite, la pudibonderie lâche, la formule apprise et impersonnelle, l’euphémisme hypocrite, le mimétisme scolaire, agacent. Surtout quand il s’agit de nommer l’homosexualité sans la nommer (exemple : « Seigneur, nous te confions les personnes qui souffrent dans leur cœur et dans leur âme. »), de dénoncer le mariage gay sans le dénoncer (exemple : « Nous te prions Seigneur pour que les êtres humains soient respectés, de leur conception jusqu’à leur mort naturelle, et que les familles soient protégées. »), de répéter le discours creux des partis politiques de droite défendant une chrétienté culturelle plutôt que la personne du Christ (exemple entendu pas plus tard qu’hier dans une paroisse parisienne : « Prions pour les gouvernants : qu’ils portent les valeurs respectueuses de l’Humain, de la Vie, de nos racines, au service des plus fragiles et du bien commun. »), de démontrer quand même un peu d’ouverture charitable à l’égard des personnes homosexuelles en se permettant quelques discrètes fantaisies gays friendly (exemple : « Seigneur, en cette Année de la Miséricorde, apprends-nous à ne pas juger les personnes, et à vraiment accueillir les blessés de la sexualité avec ton cœur aimant. »).

Les prières universelles sont toujours – du moins dans les messes de la forme ordinaire – un reflet fidèle de notre temps. Et comme notre époque est à la confusion, à l’égarement, à la platitude, à la métaphore spiritualiste, à la démagogie politicarde, aux simulacres d’« engagement », à la peur d’annoncer la Vérité et d’employer les mots de la novlanguehomosexualité », « hétérosexualité » et « homophobie » en tête), nous sommes gâtés. En France, on voit que Sens Commun, Les Veilleurs, Écologie Humaine et les mouvements pro-Life sont passés par là et ont fait des dégâts. Ce n’est pas demain la veille qu’on entendra parler d’homosexualité dans les prières universelles. Déjà qu’en homélie ça provoque souvent un tollé dont les prêtres intrépides qui se sont risqués à l’exercice se souviennent encore…

 

29 – Comme prêtre, je dois être ferme ou doux face à une personne homo ?

Cela dépend du profil psychologique et de l’état d’esprit de la personne homosexuelle que vous accueillez. Je vous conseille de faire ce que normalement vous savez déjà faire, et qu’appliquait super bien sainte Thérèse de Lisieux quand elle était maîtresse des novices dans son couvent du Carmel : être doux avec la personne qui a besoin d’être consolée, valorisée, et qui serait écrasée par trop de rigorisme ; être fort avec la personne qui est fragile, et qui a besoin de votre fermeté, votre autorité et d’une bonne menace. La Vérité annoncée sans Charité ni humour, c’est une catastrophe. La Charité annoncée sans Vérité, également. À vous d’être rusé et de jouer sur les deux tableaux !

Ceci étant dit, concernant l’homosexualité, les personnes homosexuelles pèchent aujourd’hui tellement plus par ignorance, paresse, sentimentalisme, censure sociale et excès de « Charité » de la part des autres à leur égard, que par connaissance de la Vérité et de leurs péchés, que ça vaut davantage le coup, à mon avis, d’oser la méthode « bulldozer »… quitte à finir ensuite avec la pommade. J’ai entendu des récits d’amis homosexuels qui ont changé radicalement de mode de vie, et sont passés de la drague/masturbation à haute dose à la pratique religieuse ascétique et fidèle, grâce à des prêtres qui leur ont dit cash en tête à tête au confessionnal : « Écoutez, j’apprécie votre confiance et vous êtes infiniment aimé par Dieu. Mais sachez que l’homosexualité en tant que pratique, ça ne me plaît pas du tout. Mais alors, pas du tout ! » Mes amis en question, d’abord étonnés d’être secoués comme des pruniers, avaient besoin d’entendre cela (la radicalité de la Croix), de connaître leur péché et de réaliser que leur comportement sentimental et sexuel déplaisait fortement à Dieu. S’ils étaient tombés sur un Papy Castor un peu mou, laxiste, relativiste, pas carré, jouant sur la compassion et le silence pour singer une Charité qui n’en est plus une, ils seraient certainement repartis dans leurs anciennes mauvaises habitudes. Ils auraient été gagnés inconsciemment par la mélancolie du jeune homme riche qui n’a pas rencontré le Christ et qui n’a pas été pris au sérieux. « La Vérité vous rendra libres » (Jn 8, 32). Et au sujet de l’homosexualité, à l’heure actuelle, c’est Elle qui fait le plus défaut. En tant que prêtre, vous ne devez pas douter que l’homosexualité est mauvaise (même sous forme de « couple », de « spiritualité », ou de tendance non-actée), que l’enjeu de Salut éternel se joue pour l’âme qui la pratique, et qu’il vous faut vous documenter sur la gravité de l’homosexualité si vous n’en êtes toujours pas convaincu (et beaucoup de vos confrères n’en sont pas convaincus !). Vous ne devez pas douter que ce sont l’enthousiasme, la véhémence et la vigueur qui évangélisent le mieux.

Le confessionnal est également le lieu des questions cash mais douces et délicates. Par exemple, un jeune prêtre que je connais et qui est à la fois zélé et doux comme un agneau, m’a raconté que, suite à la lecture de mes livres, il avait osé demander à un jeune homme homosexuel assez agressif à son encontre « Est-ce que vous avez été violenté ? ». Le gars a fondu en larmes et a craché le morceau. Vous ne prenez pas beaucoup de risque à interroger sur le viol une personne homosexuelle révoltée. Car je le confirme : sa réaction de haine est en général un aveu inconscient de violences. Et une question factuelle comme celle de ce prêtre ne vexe personne. Elle ne fait que sonder un terrain fort probable.

 

30 – Doit-on traiter la question de l’homosexualité de manière pratique comme pour les cas de ceux qui en dehors des catéchumènes, n’ont pas accès à la communion ? Divorcés remariés, concubins, etc.

Oui. Tout à fait. Comme je le développe dans la question n°157, les deux « états de vie » – du divorce et de l’homosexualité -, pourtant très différents pris séparément, se rejoignent dans la modalité de leur résolution sainte, à savoir le choix libre du célibat continent. L’homosexualité actée, plus encore que pour elle-même, est un péché d’adultère, comme le remariage après le divorce ou comme toute forme de sexualité adulte hors mariage traditionnel fidèle et hors célibat consacré fidèle.
 

31 – Faut-il une pastorale spécifique pour les personnes homosexuelles ? Ne va-t-elle pas les stigmatiser davantage ? Est-ce que je la mets en place dans ma paroisse ? Fais-je une annonce ? Qui je contacte ?

La pastorale spécifique est une question pas évidente du tout, car elle va plus en profondeur que la simple présomption de justification ecclésiale de l’identité ou de la pratique homo. On a compris (mis à part Frigide Barjot, Têtu, certains membres de David et Jonathan et de Devenir Un En Christ, peut-être même certains évêques ou cardinaux supposés « progressistes ») que le Vatican ne justifierait jamais l’« identité homosexuelle », ni la pratique homo, ni l’existence d’un « amour » homosexuel, ni une Union civile, ni les bénédictions des unions homosexuelles. On a compris que l’Église accueillait les personnes homosexuelles et appelaient à ne pas les juger, mais au contraire à les valoriser. Les craintes de bons nombres d’entre nous ne se concentrent plus du tout là, mais ailleurs : sur la possibilité de faire du désir homosexuel un critère de Mission et de pastorale spécifique ; et je dirais même plus : sur la possibilité que la blessure homosexuelle soit reconnue ecclésialement en tant que lieu d’où puisse émerger la Sainteté de Dieu. Trop la folie !!! C’est ÇA, le véritable sujet de nos questionnements intérieurs. Quelle juste place laisser à l’homosexualité dans l’Église ?

Derrière le projet de création d’une pastorale spécifique destinées aux personnes attirées sexuellement par les personnes de même sexe se trouve une question pratico-pratique profonde : le désir homosexuel peut-il être considéré comme un critère de classification des êtres humains (y compris s’il est vécu dans la continence, c’est-à-dire dans l’absence de pratique homosexuelle et le refus d’identification de soi à une identité homosexuelle ou à la reconnaissance d’un désir érotique réel et souvent durable en soi !) ; et si oui, mérite-t-il un encadrement spécial (que ce soit une pastorale d’accueil spécialisée, voire même, pour ceux qui voient les choses en grand, la création, pour les personnes homosexuelles continentes, d’un ordre religieux ou d’une consécration spécifique, du même type que la confrérie qu’avait fondée le père Lataste à destination des anciennes femmes prostituées et détenues) ?

OUI catégorique, répondent les excités d’une diversité et d’une unité ecclésiale façon Gay Church, les sentimentaleux soucieux d’une intégration express forcée des personnes homosexuelles dans l’Église. Ça part d’un bon sentiment, mais ils oublient que la véritable Charité n’existe pas sans l’exigence de la Vérité sur le désir homosexuel et les actes homosexuels.

NON catégorique, répondent ceux qui, à mon avis, mélangent orientation sexuelle et identité, ou désir érotique et pratique de ce désir. « On ne peut pas réduire l’être humain à sa seule sexualité. » avancent-ils, sous couvert d’arguments universalistes. C’est faux. S’il est vrai que l’être humain ne se réduit pas à la génitalité, il se réduit, dans un temps humain terrestre, à sa sexualité (« sexualité » étant entendue comme « différence des sexes », « sexuation », et « rapport au monde et aux autres en tant qu’être sexué »). Les ennemis d’une pastorale à destination des personnes homosexuelles sont les mêmes qui diront que la reconnaissance de l’existence du désir homosexuel donne à ce dernier trop d’importance, le justifierait presque, « stigmatiserait » les personnes qui le ressentent, les « ghettoïserait » en communautarisme (« l’homophobie positive », à l’instar du « racisme positif » et des « discriminations positives »), « s’essentialiserait » sous forme d’espèce (alors qu’ils prétendront par ailleurs lutter contre cette essentialisation et attribueront la personnification du désir homosexuel aux individus qui soit reconnaissent l’existence du désir homo, soit le figent en identité ou en acte/amour, soit bâtissent un « lobby LGBT »). Rien de tout ça, concrètement, dans la création d’une pastorale spécifique ou d’une consécration spécifique.

La question de la « pastorale orientée » mérite un vrai débat, car même dans la sphère associative catholique prônant la continence (je veux parler bien sûr de Courage International, le seul apostolat en direction des personnes à attirance pour le même sexe officiellement soutenu par l’Église catholique), nous ne sommes pas d’accord entre les leaders. La plupart parlent uniquement de l’horizon de la « chasteté », terme beau mais un peu fourre-tout qui dispenserait de parler de « continence », la continence étant considérée comme un Éverest délicat/impossible à proposer publiquement (elle fait peur et ne serait pas très vendeuse), comme un choix accessible seulement à une infime minorité des personnes homosexuelles catholiques désirant être chastes. Je crois que ce n’est pas vrai : la continence est bien plus accessible et bien moins coûteuse que ce qu’on se représente ; elle est également un mot qui aide à vivre la véritable chasteté car elle donne à celle-ci une incarnation et une forme claires ; elle évite les amours platoniques et la douleur des amitiés amoureuses… réalités que le mot « chasteté » mal explicité entretient.

À mon sens, pour répondre à l’enjeu d’une pastorale ecclésiale spécifique pour les personnes homosexuelles ou les personnes concernées de près ou de loin par l’homosexualité, nous sommes mis en difficulté par deux zones de flou qui restent à éclaircir :

– La première, c’est l’amalgame (encore très persistant, voire naissant, au sein de l’Église) entre chasteté et continence. Or, pour les personnes durablement et terrestrement homosexuelles, il n’est pas proposé n’importe quelle forme de « chasteté » (car la véritable chasteté peut être vécue aussi au sein d’un couple femme-homme aimant n’ayant pas renoncé à vivre la génitalité, au sein d’une amitié femme-homme unique qui glissera vers l’amour, au sein d’une famille) ; il est justement proposé une chasteté bien spécifique, gémellaire de celle qui est demandée aux célibataires consacrés religieux, à savoir l’amitié désintéressée, l’absence totale d’activité génitale et sentimentale, et la continence (une abstinence donnée à Jésus et aux autres, avec la reconnaissance de l’existence du désir homosexuel). Rien ne sert de nous mentir et de se planquer derrière le concept religieusement correct de « chasteté » ou de « charité ». Qu’on le veuille ou non, la chasteté pour les personnes durablement homosexuelles a une forme spécifique (un peu contraignante, il est vrai, car elle est plus réduite et moins variée que pour les personnes attirées sexuellement par le sexe complémentaire) ; et cette forme s’appelle continence.

– La seconde zone de flou, c’est de se satisfaire de la continence et d’en faire une vocation d’Église. Or, la continence (tout comme le célibat sans projet de don entier de sa personne à la personne aimée), n’est pas une vocation au même titre que le mariage d’amour entre une femme et un homme ou le célibat consacré religieux et/ou sacerdotal. Elle n’est pas une « troisième voie sacrée » à mettre sur le même plan que les deux autres. Elle n’est pas non plus une voie de garage. Mais si elle veut vraiment demeurer évangélique, elle doit être comprise comme un stade transitoire, un sas vers une des deux vocations officielles de l’Église – le mariage ou le célibat consacré – qui ne se supplantera pas à celles-ci (grande prudence est demandée aux personnes durablement homosexuelles qui font le pas de la « continence vers le mariage femme-homme aimant » ; encore plus grande prudence et discernement sont demandés aux personnes durablement homosexuelles qui font le pas de la « continence vers le célibat consacré et vers le sacerdoce »), un chemin qui ne s’en éloignera pas non plus, et qui même tendra formellement et spirituellement plutôt vers les exigences du célibat consacré. Pour les personnes durablement homosexuelles dans un temps terrestre, je crois en la continence comme une étape (honorant le célibat consacré et le mariage femme-homme aimant) qui mérite une consécration qui ne soit pas considérée de la même hauteur que le célibat consacré sacerdotal ou que le mariage femme-homme aimant, mais qui, à cause de la force relative du désir homosexuel, puisse exister sans encourir le risque de faire de la continence un refuge justificateur du désir homosexuel. Même moi, en tant que personne continente, je ne suis pas habilité à m’installer dans le désir homosexuel sous couvert d’abstinence pour Jésus. Je ne sais pas comment mon désir sexuel évoluera, donc je n’ai pas à décider comment Jésus et les autres me guérissent/me guériront de cette blessure désirante qui habite en moi, je n’ai pas à m’enfermer et à me reposer sur mon témoignage de « personne homosexuelle continente » en me tenant chaud à mon désir homosexuel enrobé de foi et d’abstinence. C’est une tentation qui existe, je le reconnais, de se servir de la continence pour, en toile de fond, de pas chercher à changer, ou pour justifier une peur de la différence des sexes, ou pour s’écarter du mariage ou du sacerdoce et leur faire de l’ombre. Mais en attendant, le désir homosexuel existe, me submerge toujours en ce qui concerne les femmes. Et le désir de me donner pleinement à l’Église avec tout ce que je suis et tout ce que je ressens est bien là également ! Ce n’est pas parce que je ne suis pas (encore) appelé au mariage ni au sacerdoce que je dois rester cloîtré chez moi, que je ne peux pas me donner entièrement à l’Église, et que l’Église ne pourrait rien faire de moi et n’aurait rien à me proposer de grand !

Nous nous devons de répondre aux deux questions de la pastorale spécifique et de la consécration spécifique à l’égard des personnes homosexuelles dans l’Église, non pas dans une logique moraliste alarmiste (genre « Il faut qu’on se positionne absolument ! Pour savoir quoi répondre, pour ne pas avoir l’air de cons, pour stopper les erreurs d’interprétations, les excès et les divisions qui peuvent naître dans l’Église à cause du sujet épineux et explosif de l’homosexualité ! Pour avoir un discours clair et exigeant, charitable mais Vrai ! »), mais dans une logique beaucoup plus positive, un élan d’Espérance, d’enthousiasme car à la clé, ne perdons pas de vue qu’il y a des personnes ressentant un désir homosexuel qui sont extraordinaires et qui constituent indéniablement une richesse pour l’Église, il y a le Salut de ces personnes qui est en jeu, et puis surtout il y a un enjeu collectif de Sainteté. Une homosexualité vécue dans l’obéissance à l’Église fait de grands saints (c’est un prêtre catholique, je pense homosexuel continent, qui me l’a dit un jour). Pourquoi devons-nous, en tant que catholiques, souligner l’importance de l’homosexualité dans l’Église, sans jamais justifier le désir homo, une pseudo « identité homosexuelle » ni un « amour homosexuel » ? Parce que, dans certains cas, une fois transformé par le Seigneur, le désir homosexuel devient la pierre d’angle jadis rejetée par les bâtisseurs. Parce qu’il est un lieu d’où peut jaillir une force de Vie énorme, originale, drôle, incroyablement efficace. Un peu comme un vaccin qui contient paradoxalement une dose de poison. Comme je l’écrivais il y a peu, non seulement l’homosexualité n’est pas un petit sujet, mais elle est la planque mondiale actuelle du diable. Ça, c’est la face noire du problème. Mais la face éclatante beaucoup plus positive, c’est qu’une fois cette planque dévoilée et expliquée, une fois l’homosexualité vécue dans la continence et donnée à l’Église et aux autres, le désir homosexuel peut devenir l’un des plus puissants moteurs de sainteté par lequel l’Esprit Saint (= l’Essence de Dieu) circule et se diffuse dans le monde entier. Dit autrement, la blessure homosexuelle, en sa qualité de faille, peut, si elle est traversée par l’Esprit Saint, si elle est donnée entièrement à Dieu et à son Église, faire passer énormément de la Lumière du Christ, dans un monde crispé et particulièrement envoûté/travaillé par le mot « homosexualité » et par la pratique sensuelle et génitale BISEXUELLE.

Personnellement, je suis pour le fait que l’existence du désir homosexuel (que je ne justifie pas sous forme d’identité, ni d’amour, ni de pratique, ni même d’identité religieuse continente) soit un critère spécifique de classification des personnes (tout comme pour les divorcés remariés), et donc je suis en faveur de la création d’une pastorale spécifique à l’égard des personnes homosexuelles. Nous ne pouvons pas, du fait que nous ne sommes pas (et à raison) d’accord avec l’existence du désir homosexuel, soutenir pour autant que ce dernier n’existe pas, ni nous valoir du fait que, parce que les personnes homosexuelles sont avant tout homme ou femme ET Enfants de Dieu, elles n’ont pas besoin d’un accompagnement spécifique, ni ne vivent un chemin singulier avec ce brancard désirant. Ce serait faux, et mal connaître le désir homosexuel qui, sans être fondamental, n’en est pas moins parfois profond et durable. Le désir homosexuel est une réalité désirante qui peut conditionner fortement l’identité et les actes des personnes qui le ressentent, quand bien même il ne se substitue pas à l’identité fondamentale des personnes. Il ne peut pas toujours être balayé comme ça… même si, parfois, il est effectivement « balayé comme ça » par l’Esprit Saint, par des libérations spectaculaires, par la rencontre de la personne de l’autre sexe qui saura libérer petit à petit la personne homosexuelle de sa peur de la différence des sexes. Je crois, pour avoir étudié sérieusement l’enracinement du désir homosexuel dans beaucoup de vies humaines, pour avoir croisé aussi un certain nombre de personnes homosexuelles ayant vécu des « sessions agapê » libérantes mais pas totalement transformantes par rapport aux tendances homosexuelles, que le désir homosexuel est souvent (là encore, je dis « souvent » car cela dépend des situations et des degrés d’ancrage du désir homosexuel : le spectre des homosexualités est très vaste !) un dur à cuire. De plus, les personnes catholiques, continentes ou en chemin de continence, existent. C’est une réalité humaine d’Église, certes minoritaire en apparence (je ne demande absolument pas à la grossir, ni à ce qu’elle devienne un obsession ecclésiale, loin s’en faut), mais symboliquement très importante. Il y a derrière ces personnes à attirances pour le même sexe un fort enjeu de sainteté qui nous englobe tous. Et il y a derrière l’homosexualité un fort enjeu de conversion des cœurs d’un grand nombre de personnes non-homosexuelles, qui se présentent de plus en plus comme « hétéros gays friendly », qui se coupent de l’Église et de Jésus uniquement à cause de la question homosexuelle et de leur mauvaise compréhension du sujet. L’Église joue donc très très gros avec l’homosexualité. Plutôt que de fuir le sujet (et les sujets vivants homosexuels !) dans la tiédeur et dans la peur, en s’auto-persuadant que ce n’est pas si important, je crois que l’Église doit (et Elle est en bonne voie) prendre concrètement les rênes et proposer une pastorale spécifique pour les personnes homosexuelles. Si Elle ne le fait pas, le sujet Lui reviendra constamment dans la figure, Elle passera à côté de nombreuses personnes de qualité et à côté d’un puissant outil d’Évangélisation, d’un super canal de Sainteté = l’homosexualité traversée et transcendée d’Esprit Saint. Et Dieu déteste le gâchis. Lui, il sait faire feu de tout bois humain.

Même si, à l’évidence, le critère premier d’une vocation religieuse ou d’un accueil d’une personne humaine, c’est la vocation à suivre et à servir le Christ, il n’empêche absolument pas que se greffe à ce critère premier le contexte spécifique où Jésus appelle tout un chacun. Et il est de notre devoir, au nom de l’Incarnation du Christ dans notre Humanité sexuée et imparfaite, de tenir compte des lieux, des événements, des conditions/conditionnements terrestres, des réalités désirantes, dans lesquels Jésus s’inscrit. Et de répondre aux besoins qu’exigent ces situations. Par une pastorale ou carrément la création d’une consécration spécifique (oblature, diaconat), consécration qui ne se supplante pas à la vocation sacerdotale, qui ne la parodie pas non plus. Et pour éviter cette parodie, la création d’une fraternité religieuse serait idéale. Mais avançons déjà par petits pas en accueillant positivement la nouvelle de la création (qui en fait a déjà été suggérée sous Benoît XVI) d’une pastorale spécifique à l’égard des personnes homosexuelles. Jusqu’à preuve du contraire, nous, personnes à attraction pour le même sexe, n’avons pas la gale. Et quand bien même nous l’aurions, l’Église, Elle, viendrait quand même vers nous. Ne la freinez pas.

Enfin, pour conclure et répondre à votre question pratico-pratique de curé de paroisse, et en attente de cette oblature, je vous reconduis vers l’association Courage International, qui vous aidera à ne pas créer un groupe de parole sur l’homosexualité qui « parte en sucette ».
 

32 – Des militants LGBT (Lesbien, Gay, Bi, Trans) attaquent ma paroisse pour homophobie. Que faire ?

Ça a l’air d’un gag ou d’un détail, mais je comprends comme c’est emmerdant. Je connais des hommes politiques honnêtes qui, à cause de leur opposition au « mariage pour tous », ont à l’heure qu’il est un procès sur le dos pour homophobie, et mine de rien, comme celle-ci est considérée pénalement en France comme un délit, elle enclenche contre eux une procédure et des poursuites judiciaires extrêmement lourdes qui ne les font absolument pas marrer (menace sur leur carrière politique, pressions financières et psychologiques insoupçonnables, isolement social, surveillance et harcèlement…). Ils sont les premiers étonnés de la chape de plomb qui s’abat sur eux sur la base d’une anodine « présomption d’homophobie » qui a enflé en procès, et qui a corrompu en seulement quelques années tout notre système judiciaire national. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard qu’en France le « mariage gay » ait été porté par la Garde des Sceaux en personne : Madame Christiane Taubira !

L’accusation d’homophobie pend également au nez des prêtres qui refuseront de se plier aux bénédictions et aux mariages religieux homosexuels, ou de délivrer certains sacrements. Ou bien parce qu’ils se sont opposés au « mariage gay » quand il n’était encore que le projet législatif d’un « mariage civil bis ». Ou tout simplement parce qu’ils sont prêtres et représentent une Institution religieuse honnie au nom du mal qu’Elle profère (à raison !) contre les actes homosexuels. Par conséquent, il est tout à fait probable, dans les mois ou années qui viennent, que l’homophobie serve d’alibi pour un procès attenté contre un prêtre ou une paroisse. Dans ce cas, je vous conseille de vous documenter sérieusement sur l’homophobie (sa définition, ses mécanismes, les détournements de son sens, et ses emplois courants : j’en parle dans mon code « Homosexuel homophobe » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels ainsi que dans mon livre L’homophobie en Vérité).

Et surtout, n’ayez pas peur de l’homophobie. Elle est impressionnante mais très inconsistante quand les faits que le mot recouvre ne sont pas identifiés. Étant concrètement le coming out et la pratique homosexuelle, elle ne souffrira jamais d’être démasquée jusqu’au bout, sinon, elle incriminerait ceux-là mêmes qui vous accusent ! Étant également basée sur la croyance infondée en « l’identité homosexuelle » ou en « l’amour homosexuel » donc sur un fantasme et une intention, elle ne peut pas à elle seule constituer un motif de condamnation d’une communauté paroissiale ou d’un clerc. Elle ne devient dangereuse que si elle accompagne un fait grave (viol, coups et blessures, insultes, harcèlement, etc.). Autrement, elle n’est qu’une loupe grossissante inoffensive, qu’une circonstance aggravante mais non-constituante.

Pour ce qui est maintenant des rendez-vous que des groupes homosexuels pourraient prendre avec vous, sans tomber dans la paranoïa complotiste (mais le climat mondial est quand même ce qu’il est), vous auriez raison de vous méfier. Ils sont en général en lien avec une réclamation, une pétition, une commission d’enquête, qui annoncent une procédure cachée d’accusation pour homophobie. Les rencontres informelles, la simple consultation d’un prêtre, l’intérêt gratuit pour la parole sacerdotale, ce n’est pas vraiment le genre de la maison LGBT… S’il n’y a pas de caméras ou de curé à piéger et à instrumentaliser, les associations homosexuelles n’ont pas coutume de faire le déplacement jusqu’aux presbytères. Elles ont trop peur de s’entendre dire des vérités dont elles ne sauraient pas quoi répondre. La plupart d’entre elles agissent en meute, lâchement, à visage caché ou collectif, par courrier recommandé ou par menace de procès à distance, et dans le but de ne surtout pas s’entendre dire l’Amour de Dieu pour chacun des membres de leur délégation.

Si jamais, par miracle, ça vous arrivait, surtout, juste une chose : ne leur proposez pas de bière (cf. code 39 « Le blogueur catho (… et sa bière !) » dans mon livre Les Bobos en Vérité). C’est l’essentiel que je vous conseillerais.

À la rigueur, invitez-les à la messe ou à une vraie discussion. Et si les conditions pour un échange serein ne sont pas un minimum réunies et définies préalablement, s’il n’y a de toute évidence aucune volonté de dialogue ni d’écoute de la part des militants pro-gays, voire même un piège pénal pervers, déclinez l’offre jusqu’à temps que les règles du respect et de la Vérité soient là. En plus, rien ne vaut, pour la qualité d’une entrevue en Vérité sur un sujet aussi intime que l’homosexualité, la rencontre interpersonnelle ou en petit comité, de toute façon. En revanche, si jamais vous êtes un curé de compète (et il y en a !), droit dans ses bottes, hyper bien formé sur le sujet de l’homosexualité et de l’hétérosexualité, drôle sans être démago, avec du répondant, vous aurez une occasion en or d’évangéliser en peu de temps des cœurs très blessés donc assurément réceptifs. Les débats autour de l’homosexualité, ça passe ou ça casse. Mais la plupart du temps, avec l’aide de Dieu, et l’assurance intérieure que « l’amour homosexuel » n’est pas de l’amour, ça passe très bien !

Enfin, si la rencontre avec la communauté homosexuelle arrive dans une situation beaucoup plus forcée et dangereuse pour votre vie que prévu (je pense déjà aux persécutions, à l’incendie et la dégradation de vos locaux/églises, à votre arrestation-jugement-exécution), là, je ne vous apprendrai rien. Ce sera pour vous l’heure de la Joie des Fiançailles. Si j’avais un dernier tuyau à vous fournir : ne perdez pas de vue que les mots « homosexualité » et « catholique » (surtout associés) sont la clef des cœurs, et souvent l’occasion de surprenantes conversions. Avec eux, langue-de-bois impossible !
 

33 – Un couple homosexuel veut faire baptiser son enfant. Est-ce que j’accepte ?

Je pense que oui. Dans l’idée, cela va de soi qu’on ne peut pas priver un enfant – surtout un bébé – de l’identité d’Enfant de Dieu, de l’Amour du Père et de l’Église catholique, ni lui faire porter le poids d’une situation « conjugale » et « familiale » qu’il n’a absolument pas choisie. Là où ça devient coton, c’est plutôt sur les modalités concrètes de la distribution/administration du sacrement du baptême. En même temps, celles-ci, loin d’être problématiques, vont tester les véritables motivations du « couple » homo vis-à-vis de « leur » enfant, du sacrement, et de l’Église.

Le fait que l’enfant soit présenté par un « couple » homosexuel va (et doit !) nécessairement souffrir des modifications de forme (qui touchent fatalement au fond peccamineux de la pratique homosexuelle !). Par exemple, je crois qu’il est opportun de proposer une cérémonie discrète et retirée, et de ne pas présenter – comme cela est d’usage dans beaucoup d’assemblées paroissiales – l’événement publiquement à la communauté paroissiale, afin ne pas donner à penser que l’Église cautionne le « couple » homosexuel ou l’« homoparentalité ». Il est également bon de s’enquérir des contradictions et des modifications qu’impose de fait la condition « conjugale » homosexuelle. En effet, je connais peu de « couples » homosexuels, avec ou sans enfant, qui obéissent vraiment à l’Église, qui sont réellement désireux de s’investir dans la vie de leur église, puis de s’engager – si enfant ils élèvent – à accompagner l’éducation de celui-ci dans la foi. Et c’est logique. Comment, en rejetant Dieu le Père (c’est particulièrement flagrant chez les « couples » de femmes) et en singeant la famille de sang réelle, les unions homosexuelles prétendent-elles concrètement intégrer « leur » enfant dans la grande Famille des chrétiens ? Il y a une vraie contradiction dans la démarche. Certains prêtres laxistes s’en acquitteront peut-être. Mais ça pose quand même un problème moral, symbolique et théologique profond.

Enfin, l’enjeu spirituel, démonologique, eschatologique, résurrectionnel est soulevé par la pratique homosexuelle mais également par tout baptême d’enfant… et déborde donc sur ceux qui se prétendent ses « parents » dans l’homosexualité. Par exemple, il m’a été raconté récemment qu’un jeune prêtre provincial – dont je suis personnellement admiratif du courage et de l’intégrité – a accepté de baptiser un enfant élevé par un « couple » de même sexe, mais en posant ses conditions : il avait choqué les « deux pères » en leur disant que, pendant la cérémonie privée, il ne leur ferait pas prononcer le rituel de renonciation au mal (« Pour vivre dans la liberté des Enfants de Dieu, rejetez-vous le péché ? Pour échapper au pouvoir du péché, rejetez-vous ce qui conduit au mal ? Pour suivre Jésus-Christ, rejetez-vous Satan qui est l’auteur du péché ? »). La pilule n’est toujours pas passée. Et tant mieux si ce prêtre n’a pas perdu la Vérité en étant charitable !

 

34 – On me demande de bénir une union homosexuelle. Est-ce que j’accepte ?

À votre place, je n’accepterais pas. Pour la simple et bonne raison que votre hiérarchie vous demande explicitement de ne pas le faire (vous avez été ordonnés prêtres pour obéir), mais également parce que la frontière entre acte homosexuel et personne homosexuelle est rendue totalement floue, confuse, et indiscernable par la réalité ambiguë des amitiés amoureuses et/ou des amours platoniques homosexuelles sans sexualité (c’est-à-dire sans différence des sexes). Vous avez le devoir moral – en plus de sacerdotal – de ne pas encourager ni d’officialiser la pratique et/ou les unions homosexuelles, pas même par une imposition des mains individuelle sur chacun des partenaires du « couple » homo, ni une cérémonie d’expression d’amitié paternelle, textes d’Évangile à l’appui. Et tant pis si ça froisse ou ça jette un froid dans votre relation avec certains fidèles réguliers de votre paroisse. La Vérité n’est pas populaire. Et si vous La suivez comme vous devez La suivre, il vous faut prendre avec vous le joug de Son impopularité.

Concernant maintenant les prêtres plus honnêtes parmi vous qui ne singez pas le mariage et qui vous refusez à jouer les pasteurs cools, rebelles, démagos, compréhensifs, et qui « sortiraient du lot par rapport au commun des prêtres rigides et dociles à la hiérarchie vaticane », je ne vous apprendrais rien en vous demandant de redoubler de vigilance par rapport aux tentatives de récupération de votre statut de prêtres pour justifier l’« amour » homosexuel. Car la pression d’homophobie qui pèsera sur ceux d’entre vous qui ne se plieront pas à la réclamation de bénédiction des « couples » homosexuels va crescendo en ce moment. Et ce qui au départ se présentait comme un gag (Coluche et Le Luron déguisés en mariés) ou comme une formalité administrative (un droit civil) ou une demande polie et plaintive, se durcit de plus en plus en sentence agressive (« Espèce de prêtres diaboliques qui vous opposez à l’Amour véritable que nous vivons !! De toute façon, un jour ou l’autre, de gré ou de force, vous nous marierez ! Votre sacrement religieux est la dernière chose qui nous manque pour être en totale égalité avec les hétéros ! Et ce mariage ne vous appartient pas plus à nous qu’à vous ! »).

Il va vous falloir faire attention à ne pas tomber dans les traquenards qu’on vous tend. J’ai deux exemples précis à vous citer pour montrer que les tartes à la crème au sujet des bénédictions des « couples » homosexuels vous pendent à la figure et vous piègent bien plus vite et plus efficacement que vous ne l’imaginez. Le premier cas est celui de l’invitation à une fête amicale qu’un jeune prêtre belge que j’ai rencontré « par hasard » en stop a reçue de la part d’un de ses paroissiens en « couple » homo. Il avait un peu flairé la récupération qui l’attendait, donc même s’il ne pouvait pas faire l’affront de refuser l’événement, il a eu la prudence de débarquer en civil face aux convives, rien que pour ne pas apparaître sur les photos de la fête en soutane, en habit religieux et en col romain, et ne pas donner à penser que l’Église cautionnait quoi que ce soit. Mais c’était moins une ! Et il n’a absolument pas béni le « couple » organisateur. Il a cependant joué exactement son rôle de pasteur accueillant.

Le second exemple de chantage aux sentiments orchestré contre l’Église à propos des potentielles bénédictions sacerdotales d’unions homosexuelles (dont certaines, je le sais, ont vraiment lieu, même si c’est en catimini), ce sont les effets d’annonce médiatiques qui peuvent se répandre comme une traînée de poudre sans que vous, prêtres, ne puissiez contrôler le mouvement. C’est ce qui est arrivé par exemple à Monseigneur Brouwet pendant le pèlerinage diocésain de Lourdes-Tarbes les 5-6 mars 2016. En effet, lui et ses ministres ont été assaillis par plusieurs équipes de télévision (I-Télé notamment) parce qu’un journaliste malintentionné avait fait courir le bruit que les 250 couples femme-homme se préparant au mariage comptaient dans leurs rangs des « couples homos » : « C’est un première à Lourdes. Tous les couples, mariés ou non, homosexuels ou hétérosexuels, divorcés remariés…, sont invités au sanctuaire de la cité mariale à célébrer, samedi et dimanche, la Saint-Valentin, la Fête des Amoureux. ‘Venez à Lourdes pour vous dire je t’aime’, annonce une brochure publicitaire distribuée par le Diocèse de Tarbes et Lourdes. L’invitation est ouverte à toutes les formes de couples. » Le relai de cette fausse info ne s’est pas fait attendre. Europe 1, La Dépêche du Midi, le journal 20 Minutes… tout le monde journalistique s’est émoustillé pour rien. Et le diable était trop content de son coup : il force une fois de plus les prêtres à expliquer pourquoi ils s’opposent au « couple homo » en tant qu’acte, et pourquoi ils refusent toute bénédiction de cet acte. Vous voyez : même quand vous n’êtes pas confrontés directement et concrètement au dilemme posé par cette situation particulière, l’opinion publique et les mass médias s’arrangent pour l’orchestrer à votre place, dans le noir dessein de conforter leur préjugé anticlérical comme quoi, quoi que vous disiez ou pensiez, l’Église catholique serait homophobe parce qu’Elle ne cède pas à tous les caprices exprimés par le lobby hétérosexuel.

 

35 – Si un de mes paroissiens est en couple homosexuel, est-ce que je l’encourage à vivre en frères avec son partenaire ? Est-ce que je l’encourage à couper avec son partenaire ?

Tout dépend comment vous l’encourager. Si vous le faites mal, sans amour, sans proposition positive derrière, sans empathie, sans avoir préalablement instauré une relation fraternelle qui prend connaissance de sa situation amoureuse et n’en méprise pas la sincérité ni les bienfaits, abstenez-vous de lui dire quoi que ce soit. Vous risqueriez en plus d’être mal compris et d’être traîné en procès de formalisme pharisien. L’objectif de la correction fraternelle auprès d’un ami homosexuel, c’est bien sa joie. Pas son Salut (ou plutôt l’idée qu’on S’en fait) ni de briser tous ses « couples » successifs. Son Salut ne lui sera donné que de Dieu. N’oublions pas !

Pour ce qui est de la proposition d’un moyen terme pour y aller par pallier dans l’échelle d’exigence – le fameux « compagnonnage » pseudo spirituel, pseudo amical, pseudo chaste, et qui n’est en réalité qu’un pastiche de « l’amitié désintéressée » promue par le Catéchisme de l’Église Catholique -, elle doit il me semble s’ajuster à la situation de chaque personne homosexuelle. Il est évident par exemple qu’en cas de maladie d’un des deux partenaires du « couple », ou en cas de possession commune (quasi indissoluble) de biens matériels (voire humains !), la séparation ne peut pas être brutale ni même parfois envisageable : la personne homosexuelle qui s’est trop engagée auprès de son compagnon de vie doit prendre jusqu’au bout ses responsabilités, surtout quand la cohabitation devient par la force des choses une question de vie ou de mort. Cela dit, ces cas limites sont extrêmement rares, vu qu’en général, la séparation d’un « couple » homo n’est vitale et désastreuse pour aucun des deux partenaires.

C’est la raison pour laquelle, personnellement, je préconise une rupture concertée plus sèche et radicale qu’un simulacre de transition entre une « vie amoureuse homosexuelle active » et une « cohabitation fraternelle platonique et spirituelle », souvent proposé par les prêtres tièdes soixante-huitards ou bobos. Comme dirait Zazie, « ça fait mal et ça fait rien ». Et la Vérité, dans toute sa radicalité et dans tous les petits deuils qu’Elle nous demande, ordonne et libère bien plus que les rafistolages et les lots de consolation. Surtout dans le cas de la pratique homosexuelle, où il vaut mieux couper court plutôt que couper moins mais mal. Même si ça peut prendre du temps pour cheminer dans leur tête et dans leur cœur, beaucoup de personnes homosexuelles catholiques en couple sont secrètement en attente d’entendre que « leur union cloche », que ce n’est pas pour autant grave de le reconnaître (c’est même une Bonne Nouvelle, au final, un constat presque risible à faire), qu’elles pourraient être largement plus épanouies en amour et en Église en suivant un autre chemin moins « plan-plan » que le « couple » homo qui bien souvent ne ressemble à rien.

 

36 – L’homosexualité est-elle une cause de nullité de mariage ?

Non. Elle n’est pas une cause de nullité à elle seule. Puisqu’elle n’est pas une essence, ni une identité, ni un amour ni nécessairement une pratique. Étant une énigme (de souffrance) et une peur, elle ne pourrait être considérée comme une cause que par ricochet, que parce qu’elle s’additionne à un trouble ou à un fait plus grave qu’elle. Ceux qui s’en servent comme excuse pour retirer l’alliance sont de mauvaise foi. L’homosexualité agit souvent comme une loupe grossissante de problèmes internes au couple marié homme-femme qui se sont accumulés avec le temps, comme une circonstance aggravante ou accélérante d’un processus de séparation déjà amorcé auparavant par d’autres blessures/carences. Elle vient toujours s’ajouter soit à un problème plus profond de communication et de liberté ou de pardon ou de satisfaction entre les sexes, soit plus dramatiquement à un problème d’adultère, de tromperie, de maltraitance, de pathologie, de conduite obsessionnelle/addictive.

Un mariage religieux catholique peut être jugé invalide en raison d’un vice de consentement (le consentement est l’acte de la volonté par lequel un homme et une femme se donnent et se reçoivent mutuellement par une alliance irrévocable). Il y a plusieurs motifs – appelés « chefs de nullité » – de déclaration d’invalidité de mariage qui ne sont pas spécifiques à l’homosexualité mais qui peuvent lui être liés (canon 1095) :

– Les exclusions formelles d’un des éléments essentiels du mariage (fidélité, indissolubilité, accueil des enfants) ;

– La simulation du mariage, c’est-à-dire sans avoir du tout l’intention de réaliser l’engagement qu’il représente ;

– L’absence de liberté provoquée par des pressions graves (physiques comme morales) ;

– Une tromperie, concernant des questions importantes, afin d’extorquer le consentement du futur conjoint (par exemple on a caché un élément important de sa personnalité) ;

– Une incapacité de donner un consentement reposant sur un choix lucide et libre (par exemple une grave immaturité) ;

– Une pathologie affectant le psychisme et qui empêche de mettre en place ou d’assumer une vie conjugale (par exemple un complexe d’œdipe prégnant, ou une maladie psychique) ;

– Une incapacité foncière d’assumer les obligations essentielles du mariage (par exemple un problème d’identité sexuelle).

Ce qui va être (je suppose) examiné avec attention dans le cas d’une demande de nullité de mariage où l’homosexualité d’un des deux conjoints est authentifiée (comme actée ou simplement désirante et trop prégnante), c’est : la profondeur de l’enracinement psychique de la tendance homosexuelle en la personne qui la ressent ; le pouvoir de contrôle sur cette tendance (mesurable sur la durée et face à certaines tentations) ; la capacité à être excité sexuellement (en gros, s’il y a une érection ou non) ; la pleine connaissance et transparence de l’existence de la tendance homosexuelle dans le couple (en gros, pour qu’il y ait nullité de mariage, il faut que le mari n’ait pas prévenu son épouse de son homosexualité au préalable de leur mariage).

Tout ceci n’ôte pas le flou persistant qui entoure tout de même l’existence et le sens du désir homosexuel. Ça n’ôte pas non plus la grandeur insondable de l’action de la Grâce, de la différence des sexes vraiment accueillie, et du Sacrement divin du mariage, sur ce désir. Chaque couple est unique et a son cheminement. De surcroît, l’Esprit Saint et Jésus sont libres, guérissent ou laissent temporairement le mal comme ils l’entendent. Et l’énigme d’enracinement d’une peur ou d’un mal est parfois durablement insoluble dans un temps humain. Dans certains cas, l’homosexualité, larvée, sommeillera sans remettre en cause le mariage catholique et le menacer sérieusement. Elle bénéficiera même d’une aide divine spectaculaire. Dans d’autres cas, il arrive malheureusement que la tendance homosexuelle soit tellement profondément enracinée qu’elle agisse comme un terrain entravant fortement la solidité d’un couple marié, et réclamant la rupture pour le bien (ou le « moindre mal ») de tous. J’en souhaite donc aux juges ecclésiastiques de départager, dans le cas de l’étude de nullité de mariage à approuver ou à rejeter en relation avec l’homosexualité, pour diagnostiquer si l’homosexualité est un élément annexe ou dominant dans le couple marié qui y est confronté. Moi-même n’ayant pas la réponse, il n’y a que l’Esprit Saint qui peut les guider ! (cf. je vous renvoie à la question n°46 qui complète celle-ci).

Je tiens à rajouter que la systématisation/banalisation/démocratisation de la possibilité de déclaration de nullité de mariage dans les cas d’homosexualité contient un risque énorme : le revers de l’homophobie, une homophobie pour le coup matinée de gynocentrisme et de féminisme mal placés. La banalisation sociale de l’homosexualité peut se retourner l’air de rien en abus de pouvoir de la part des épouses quittées ou trompées par l’homosexualité. J’ai entendu de graves dérives allant dans ce sens. Certaines mères de famille exploitent l’homosexualité de leur mari pour lui retirer leurs enfants ou demander le divorce à la hâte ou le pathologiser : elles le dépeignent comme « un bipolaire », « un pervers narcissique », « un manipulateur » qui a sciemment trompé son monde. C’est moche et souvent injuste, ces exagérations.
 
 

CHAPITRE III – VIE PAROISSIALE ET SOCIÉTALE PAR RAPPORT À L’HOMOSEXUALITÉ (CAS DE CONSCIENCE DE CATHOLIQUES) :

 

37 – Comment réagir face aux couples homos présents discrètement dans l’assemblée ?

Il n’y a pas à réagir ni à dire quoi que ce soit, mais il y a à prier pour eux. Et si on le peut, avant (de préférence) ou après la messe, à écouter les personnes et à les aider à ce que l’aveu de leur faute vienne d’elles et pas de nous. Jésus, avec la Samaritaine, observe cette délicatesse. Comme me le disait récemment une femme qui a été poussée à divorcer parce que son mari l’a trompée puis quittée, et comme me le démontrent les personnes homosexuelles en « couple » stable et catholiques pratiquantes, toutes les personnes vivant le concubinage ou l’adultère ou des situations peccamineuses hors mariage et hors célibat consacré, ont vraiment le sentiment de vivre une triple peine quand elles s’efforcent de rester dans l’Église et qu’elles participent à la messe : la triple peine de souffrir de leur situation irrégulière (un divorce, la pratique homosexuelle, un avortement, le poids de leurs péchés et de la persévérance dans ces derniers), alourdie par le regard intransigeant des autres et la mise à l’écart du Sacrement de Réconciliation, du Baptême et de l’Eucharistie. Le plus dur, me disent-elles, ce n’est pas tant de se voir privées de l’Eucharistie (car il existe différentes unions avec Jésus possibles en dehors d’Elle) mais c’est de ne pas pouvoir aller se confesser. En effet, les personnes divorcées remariées ou bien les personnes homosexuelles en « couple », ne sont pas autorisées à recevoir le Sacrement de Réconciliation. La note paraît salée ! (En réalité, elle ne l’est pas, car ce sont elles qui, en persistant à mal agir, se coupent de Jésus : Lui, Il ne les a jamais abandonnées. C’est leur pratique qui leur ferme des portes ; pas l’Église !). Elles ont l’impression de se voir traitées pire que des criminels ou des pestiférés, que leur communauté religieuse et paroissiale est plus conciliante avec un SDF ou un criminel qu’avec ses frères à l’interne qui ne sont pas dans les clous. Il faut donc ménager la susceptibilité du pécheur et mettre en place toute une stratégie pour qu’il découvre sa liberté et la Vérité sans se vexer, et qu’il ne s’enfonce pas dans le mépris de l’Église ni dans l’auto-dépréciation.

À mon avis, si vous êtes confrontés à une personne en situation irrégulière, si vous identifiez par exemple des divorcés remariés ou des femmes ayant avorté ou des personnes homosexuelles en « couple », qui assistent à la messe ou qui s’engagent dans la file de communion, même si c’est malheureux, je vous conseille de prendre sur vous et de prier pour elle plutôt que d’intervenir. Arrangez-vous pour leur révéler leur péché bien avant qu’elles ne l’aggravent par le péché de sacrilège. Et si elles le commettent ou sont sur le point de le commettre, bien après le mal posé. Règle de base de la correction fraternelle : ne pas leur infliger une humiliation publique. Rien de pire que la surveillance ou l’interdiction de l’instant, que la mouchardise, que la délation, qu’une correction qui s’opère sur le vif du péché. Le contrôle doit être personnel et venir de la personne pécheresse elle-même. C’est elle qui doit avoir la main, décider si elle communie ou pas, si elle doit venir à la messe (avec son compagnon) ou pas, si elle doit rester en couple (homo ou adultérin) ou pas. Sa liberté est sacrée. Et la prise de conscience de son péché doit se faire dans la délicatesse, l’échange en Vérité, l’humour, l’écoute. Si la personne est trop proche de son péché, elle se sentira confondue avec lui, jugée, et risque de se couper définitivement de l’Église. Si on éjecte publiquement toute personne en état de péché mortel, il y a de fortes chances pour que, par orgueil, celle-ci s’enferme encore plus durablement/définitivement dans son péché. Et ce serait évidemment jouer le jeu du démon.

Un refus ou une interdiction exprimé(e) sur le fait accompli ou sur le point d’être accompli risque d’être assimilé à un rejet de personne, dont le pécheur n’a nul besoin. À part si vous êtes prêtre et qu’au moment de distribuer la Communion, vous avez le tact et l’autorité que votre sacerdoce accrédite (le Corps du Christ le vaut bien !), laissez la personne aller communier. Ne dites rien. Adressez-vous à son ange gardien. Jésus, en sachant que Judas allait le livrer, l’a quand même permis de communier à la Sainte Cène. Par les temps qui courent, durant lesquels le mal s’intensifie, se généralise et se diversifie (je pense notamment aux parents vivant en concubinage, aux parents mariés cathos qui sont notoirement passés par la PMA, aux parents monoparentaux dont les enfants sont nés hors mariage, aux parents remariés, aux personnes homosexuelles en « couple », etc.), je crois que seuls les prêtres, ou bien des personnes qui sont passées par les pratiques illégitimes incriminées et qui en sont durablement sorties, ont la légitimité d’intervenir sur le péché en actes, et possèdent sur le moment l’autorité nécessaire pour parler à la personne pécheresse sans qu’elle ne se braque. Les autres, fermons-la, sans pour autant renoncer à exprimer la Vérité à une occasion plus opportune. « Que celui qui n’a jamais péché jette la première pierre. » (Jn 8, 7) Jésus a choisi l’heure de midi (la plus anonyme) pour parler à la Samaritaine (une étrangère, son ennemie) entre quatre yeux.

 

38 – Croyez-vous que les paroisses doivent admettre des personnes homos pratiquant leur homosexualité pour des services comme le catéchisme (cheftaines scout), le conseil presbytéral, l’animation (organiste, servants de messe, lecteur, chorale), etc. ?

La question peut-être choquera ou fera rire. Mais quand on commence à la creuser, on se rend compte qu’elle mérite toute notre attention. Et les prêtres sont de plus en plus confrontés à ce genre de « détails à la con » qui peuvent enfler très vite en affaire d’État paroissiale. Concernant la seule présence ou participation des personnes de tendance homosexuelle aux activités ou aux offices de la paroisse, il est évident que ça ne pose pas problème, et même que ça nous fait plaisir et qu’elle peut apporter beaucoup. Nous avons une disponibilité et des compétences à offrir. Et Dieu accueille tout le monde dans sa maison. Il déteste le gâchis. En revanche, il faut rajouter une nuance importante à ce que je viens de dire. Les taches ecclésiales laissées aux laïcs ne sont pas toutes équivalentes, aussi bien du point de vue des compétences, que de la rémunération et de la charge symbolique et sacramentelle. Je laisse à chaque curé de paroisse l’établissement de cette hiérarchie au cas par cas. Mais lire une lecture ou jouer de l’orgue, ce n’est pas le même degré de service, d’implication, de permanence et d’exemplarité pour la paroisse. Ce n’est pas la même mission. Un jour, un prêtre de Strasbourg est venu me présenter son cas de conscience : un organiste qu’il savait en couple homo a postulé pour sa paroisse, et il ne savait comment gérer l’affaire. Il avait peur de se voir traîner en procès pour homophobie et pour avoir juger une personne pour des raisons extérieures à ses compétences indéniables de musicien. Il craignait aussi de ne pas être suivi par tous ses paroissiens. Je crois que ce qui change tout, c’est la continence. Personnellement, j’ai été catéchiste à Savigny-sur-Orge (91) et ça n’a posé aucun problème. Justement parce que la continence libère de tout prosélytisme, de toute souillure du modèle symbolique, identitaire et amoureux, qu’on dégage même inconsciemment. Pour revenir au cas de l’organiste strasbourgeois, j’ai proposé au curé de paroisse de sonder en tête à tête les motivations intérieures de son postulant : Pourquoi veut-il assurer cette tache dans l’église ? Est-ce dans une démarche de véritable obéissance aux commandements de Jésus, dans une démarche de service, d’humilité, de compréhension intime du Cœur de l’Église, de conscience d’une Mission évangélique par l’accompagnement musical ; ou bien est-ce pour l’argent, le prestige, le statut social et ecclésial, le décorum liturgique ? La pratique homosexuelle prouve déjà une désobéissance claire à l’Église. Et je crois que cet organiste ne voulait pas le poste pour remettre cette désobéissance en question. Donc personnellement, et après échange, je lui aurais dit non.
 

39 – Selon vous, quelle est la proportion de paroissiens pro-gays et pro-Union Civile dans l’Église et dans les églises ?

Aucune idée. Je devine qu’elle est massive. Je sais juste que je suis la seule personne homosexuelle catholique continente de France qui a publiquement montré son opposition à l’Union Civile (Jean-Pier Delaume-Myard l’a fait sur le tard, suite aux manifs italiennes, mais pour s’offrir une place médiatique : pas du tout pour remettre en question « l’amour » ni la pratique homosexuels) et que j’ai été écarté massivement par les paroisses pour cette raison. Quasiment tous les catholiques et prêtres français que j’ai croisés se sont habitués à l’Union Civile (depuis le PaCS en 1998) et n’ont pas compris sa gravité. Ils l’ont envisagée comme une loi qui pourrait temporiser/éviter le « mariage gay » et qui serait très différente de celui-ci (alors que ces deux lois recouvrent exactement la même réalité symbolique et intentionnelle qui donne naissance à la GPA). Une extrême minorité de catholiques français a perçu la violence du « coming out », de l’Union Civile, et finalement de toute loi basée sur l’orientation sexuelle des personnes ainsi que de la substitution de la différence des sexes par l’hétérosexualité.

Les rares prêtres catholiques d’accord avec moi flippent au dernier moment de me faire venir dans leur paroisse. Au départ, ils sont pleins d’entrain. Puis ils se rétractent. Non par peur de ce que je vais dire mais par peur des dommages collatéraux avant et après ma conférence. Ils s’attiédissent par prudence et « pédagogie ». Plusieurs curés de paroisse que je connais et qui, après avoir été très impliqués dans leur paroisse hyper catholique où ils pouvaient afficher sans problème leur engagement contre le « mariage pour tous », ont été transférés dans une nouvelle paroisse où, à la réunion de rentrée, il y avait parfois plusieurs « couples » homos qui les attendaient. Sans avoir honte de leurs convictions, ils ont décidé de la jouer stratégique, de la mettre en veilleuse, et ont préféré dans un premier temps reporter (voire plutôt carrément annuler) ma venue. La grande majorité des prêtres catholiques français n’ont absolument pas pris la mesure du massacre humanitaire que constitue l’Union Civile.

Ce désastreux constat de terrain, qui montre combien les catholiques sont peu/mal attachés au mariage et à la différence des sexes (je ne parle pas intellectuellement et intentionnellement, mais du point de vue du cœur et du concret) et en panique face à l’imminence des persécutions anti-catholiques, je peux le faire de manière encore plus prononcée dans les autres pays du monde. Par exemple, la plupart des catholiques hispanophones durcissent autant qu’ils ramollissent (façon bobo) leur position par rapport à l’Union Civile et ce qu’ils appellent le « lobby gay ». Ils sont encore plus hargneux que les Français, déjà pas mal hargneux dans le genre. Ça vous laisse deviner ! Ils rejettent en masse mon discours nuancé appelant à une considération de la réalité homosexuelle et à une remise en cause en profondeur de l’idéologie qu’ils dénoncent tout en la soutenant sans avoir réalisé comment elle s’appelle : l’hétérosexualité. Et dans les pays européens, l’ensemble des catholiques passent d’un extrême à l’autre à l’égard des personnes homosexuelles, c’est-à-dire du rejet/indifférence total(e) à « l’ouverture », pour rééquilibrer le tout, et se rattraper. Ça donne en ce moment en Allemagne les catastrophiques « Katholikentag » (le plus grand rassemblement catholique du pays), avec un programme « arc-en-ciel » composé d’ateliers divers et variés tels que « le mariage pour tous », « Comment vivent les familles arc en ciel » ou encore « Queer Theology ». Ça va très mal. C’est comme si les États Généraux du Christianisme en France se consacraient entièrement à l’homosexualité, mais dans l’optique d’associations comme David et Jonathan, Devenir Un En Christ ou La Communion Béthanie. Je ne vous explique pas le tollé. Et pourtant, on n’en est pas si loin en France, puisque j’ai été viré deux fois de cet événement catholique national.

 

40 – Le curé de la paroisse est parti avec un homme. La paroisse le soutient. Nous, on dit quoi ?

Je connais plusieurs cas concrets. Le phénomène n’est absolument pas isolé. Alors déjà, avant de dire quoi que ce soit, je vous conseille de vous former sérieusement sur l’hétérosexualité et le piège qu’elle est. Ensuite, bien entendu, ne maudissez pas ce prêtre sous prétexte que vous n’êtes pas d’accord avec ce qu’il fait. Et à l’inverse, ne justifiez pas son acte par le relativisme ambiant non plus ni un faux accueil dicté par le poncif du « non-jugement ». Priez plutôt pour lui et son compagnon. Ils en ont grand besoin, car en plus de trahir l’Église, ils se mentent à eux-mêmes et rentrent dans une impasse qu’on ne peut leur envier ni banaliser.

Le plus délicat ensuite sont les retombées et la gestion d’un tel événement dans l’ambiance de la paroisse. Car, à part quand le fait est passé sous silence (ce qui est encore un peu le cas la plupart du temps), c’est le genre de scandale qui – parce que les gens n’y connaissent rien à l’homosexualité et de surcroît se sentent de plus en plus l’obligation de donner leur avis dessus – a le pouvoir de foutre bien la pagaille et la division au sein d’une communauté. Entre ceux qui invectivent, ceux qui prennent le parti du curé, ceux qui simulent qu’ils s’en moquent, ceux qui invectivent ceux qui invectivent et ceux qui se taisent, on a tous les ingrédients humains réunis pour vivre une guerre civile en interne dans l’Église catholique !

Et encore : je vous parle d’une époque où l’homosexualité des prêtres se réglait dans une relative discrétion et ne bénéficiait pas d’une exhibition fière ni d’une couverture médiatique nourrie par les commérages des paroissiens. C’est en train de changer. De plus en plus de catholiques ont perdu leur pudeur, et se croient obligés de « se positionner » sur tout (« Pour sauver votre curé, tapez 1. Pour le virer, tapez 2. »). Et de plus en plus de prêtres, au lieu de se cacher de leur pratique homosexuelle et de planquer leur partenaire, décident de jouer le tout pour le tout, en se disant que « plus ce sera gros, plus ça passera », que leur aplomb ou la pitié qu’ils inspireront les libèrera de la honte, que leur coming out ne suffira pas à les démettre de leurs fonctions. Ils font notamment diversion en déplaçant le problème de leur adultère vers le non-positionnement de l’Église sur l’homosexualité (non-positionnement présenté comme rigide, archaïque ou naïf) et surtout vers l’énergie monumentale et impopulaire qu’il faudra à leurs supérieurs hiérarchiques ecclésiaux pour décider publiquement de leur éviction/excommunication.

Ne croyez pas que ce temps de la fierté/culot rainbow sacerdotal(e) soit loin devant nous. Ça devient de plus en plus fréquent, ces coming out « gays-chrétiens », et parfois même « gays-sacerdotaux » (Je souffre suffisamment des interviews-émotion creuses de mes camarades « homos-cathos » qui se racontent devant les caméras et s’épanchent sur le « comment ils vivent avec ces deux appartenances » sans proposer aucune analyse de fond de l’homosexualité !). En ce moment, les Krysztof Charamsa, William Nasarre, José Mantero, Andrés Gioeni, sortent du bois, et trouvent que c’est très « profond » de dévoiler à tous qu’on est « prêtre et homo », ou « chrétien et homo ». Ils ne se contentent pas de dire que « c’est possible d’être les deux » mais ils soutiennent que ce serait « plus beau et plus vrai » parce que ça s’imposerait à eux, que c’est réel, que c’est caché depuis longtemps, que c’est coûteux de l’exprimer, que ça risque d’être mal compris, que ce serait une double déclaration d’amour, et que ces deux facettes de leur vie pourraient encore plus parfaitement fusionner si l’Église avait le courage de l’Amour et du réalisme. Et à travers des cas de célébrités chrétiennes qui confient à la fois leur « indéfectible » attachement à « leur » Église/leurs paroissiens, et leur souffrance d’être « indiscutablement » homos, de plus en plus de fidèles catholiques, touchés par ces personnes « doublement victimes », avancent que les deux dimensions – catholique et homosexuelle – ne s’opposeraient pas, voire même qu’elles seraient parfaitement compatibles sans en passer par la continence.

Et presque personne ne va contredire cela, par peur de passer pour homophobe, y compris chez les catholiques tradis qui en général se servent de ces mauvais exemples de prêtres défroqués pour encore plus se désolidariser de l’Église post-conciliaire Vatican II et pour encore plus taper sur le Pape François. Par conséquent, les « sorties du placard » des prêtres homos, c’est la grande vague tiède-glaciale qui arrive. Et comme de plus en plus de catholiques doutent de la Présence de Jésus dans l’Eucharistie ou de l’existence du diable, comme ils méprisent les mots « homophobie » et « homosexualité », ne croient plus en la primauté de la différence des sexes dans l’Amour véritable ni en la primauté du célibat continent sur le mariage (Pourquoi serait-il si nécessaire que les prêtres ne se marient pas, si certains en ont l’envie ?), diabolisent le modernisme aussi bien que le traditionalisme, ils sont fins prêts à jouer la comédie soit de l’« ouverture tolérante », soit de l’intransigeance/indifférence exaspérées/offusquées. Les carottes sont quasiment cuites.

 

41 – Quel est le plus grand danger qui guette un catholique par rapport à l’homosexualité ?

Je peux nous trouver des petits dangers : l’ignorance et donc la vulnérabilité par rapport au mal, si jamais on est confronté à la réalité homosexuelle ; le relativisme, l’indifférence ou l’invective, si jamais on est gêné ou séduit par le sujet (sur la base d’une mauvaise compréhension de ce qu’est la Charité ou la Vérité) ; l’insatisfaction ou le malheur en « amour », si jamais on pratique l’homosexualité ; le sentiment d’être en constant porte-à-faux avec sa propre foi ou avec les cathos en général (pardon… « les catholiques » : il paraît que maintenant, il ne faut plus dire « les cathos ». Mon Dieu ce que les bobos cathos anars de droite sont subtils…), si jamais on se prend pour Dieu ou pour un moins-que-rien et si on vit une double vie.

Je peux également vous identifier un plus grand danger qui guette le catholique pratiquant l’homosexualité : celui d’être privé du Salut éternel. Autrement dit, de risquer d’aller en enfer et de « pécher en connaissance de cause » (pléonasme). C’est l’épée de Damoclès la plus évidente. Et déjà, à elle seule, elle suffirait à dissuader le catholique un peu fervent et capable de se projeter dans le Monde invisible, de pratiquer l’homosexualité. Même si, là encore, personne n’est réductible au mal qu’il commet, et que nous n’avons pas trop idée de la puissance de la Grâce qui peut nous racheter.

Mais à vrai dire, il y a une douleur qui se vit déjà sur terre, et qui fait couper relativement court avec la pratique homosexuelle et toute velléité de vivre en « couple » plus encore que le Salut post-mortem : c’est la perspective de se priver de l’Eucharistie, le Pain vivant de Jésus. Elle guette tout catholique qui reconnaît Dieu dans l’hostie. Pour ma part, je ne sors pas avec les personnes qui me plaisent presque uniquement parce que je tiens à Jésus-Pain ! Plus que mon Salut ou que ma réputation, c’est l’Eucharistie qui me motive à ne pas basculer dans l’homosexualité. Je sais qu’en vivant l’adultère/le concubinage, je n’aurais plus accès à l’Eucharistie, et ça me ferait énormément souffrir, je ne le supporterais pas. Je parle d’expérience : en 2010, c’est ma non-conformité avec l’état de réception de la Communion qui m’a fait quitter successivement mes amants. Je ne pouvais pas rester longtemps avec un partenaire à cause de cela. Persévérer dans le mensonge et l’incohérence, il y en a qui en ont l’énergie, l’orgueil désinvolte ou la folie. Moi, je sais que je ne tiens pas la longueur ! Si l’Eucharistie n’imposait pas une telle autorité sur moi, croyez-le, de mon côté, ce serait la fête au village depuis belle lurette ! Je serais encore en « couple ». Aujourd’hui, l’Eucharistie, c’est la seule Personne qui me retient. Son absence est mon cauchemar autant que sa consommation – que mon état de vie autorise – est ma Joie et mon plus puissant garde-fou.

 

42 – Ce que vous dites sur l’homosexualité s’adresse uniquement à un individu homo qui croit. Car si on ne croit pas en Dieu, votre objectif apparaît comme inaccessible ; sans Dieu, votre discours est irrecevable. Non ?

Je ne crois pas. Dieu est concret, universel et simple. Le fait d’être catholique, loin d’éloigner de l’intelligence et des situations humaines, rejoint tout le monde (y compris les incroyants), le bon sens, les réalités profanes, avec une précision et une délicatesse admirables, étonnantes. Surtout quand il s’agit de parler de souffrance et de sexualité. Là, on va droit au but. Nos contemporains sont fascinés par les mots qui ont façonné leur manière de concevoir le monde et l’amour : « tolérance », « différence », « égalité », « homosexualité », « hétérosexualité », « homophobie », « amour », « liberté »… À nous de les rassurer en les réemployant, en les décortiquant, tout en prenant soin de ne pas leur donner à penser que nous remettons en doute la beauté de leur sincérité, de leurs bonnes intentions. Bien souvent, les gens s’énervent parce qu’ils ne supportent pas d’être jugés « méchants » ou « mal-intentionnés ». Si nous les tranquillisons à ce niveau-là, si nous leur montrons que nous ne doutons pas qu’ils ont voulu bien faire, après, nous pourrons sans souci leur faire voir qu’ils agissent ou pensent mal (en nous incluant, si possible, en premier lieu dans leurs travers et mauvaises actions) ou plutôt qu’ils pourraient agir et penser mieux/autrement. Et ça passera tout seul !

Enfin, il n’est pas interdit de pratiquer la maïeutique, mot un peu barbare qui signifie plus simplement « laisser la personne trouver la réponse elle-même, quand elle ne pourrait pas la recevoir directement ou par quelqu’un d’autre qu’elle ». En plus, nos détracteurs ont souvent beaucoup plus de choses à nous apprendre sur l’homosexualité que nous ne l’imaginons et qu’eux-mêmes ne le soupçonnent ! Partons donc tous ensemble vers cette île au trésor qu’est l’homosexualité au lieu de nous prendre la tête sur la foi ou l’athéisme de chacun. L’homosexualité est un sujet sexy. La Foi catholique aussi. Alors les deux ensemble, je ne vous dis pas ! Qu’est-ce qu’on attend, franchement, pour annoncer l’Amour du Christ et de l’Église, par l’homosexualité ?

 

43 – Je suis catholique et je vois que mon fils ou ma fille s’est éloigné(e) de la foi. Et plus je lui montre que je prie pour lui/elle, plus ça l’agace et l’éloigne de la foi. Je fais quoi ? J’insiste ? Je lui offre votre livre ? Il/Elle va me détester encore plus.

Oui. Ne vous découragez pas. Ma maman – qui est décédée il y a un peu plus de deux ans – s’appelle Monique, comme sainte Monique qui a beaucoup pleuré à cause de son fils Augustin. Et ça a valu le coup ! N’ayez pas honte d’être une sainte Monique insistante et triste (sans tomber dans un théâtral chantage aux sentiments ou au spirituel). Si vous ne l’étiez pas, ce serait inquiétant. Ça voudrait dire que vous n’aimez pas votre descendant(e) et que vous vous moquez du Salut de son âme. En plus, les prières des parents d’un fils ou d’une fille homosexuel(-le) sont toujours entendues, si ce n’est de l’intéressé(e), au moins de Marie et de Jésus. C’est quand même l’essentiel ! Ça vous oblige finalement à centrer votre prière sur le Roi et la Reine, à ne compter que sur eux. Quant à votre fidélité au Seigneur, même si elle ne va pas a priori dans le sens des actes et des désirs de votre enfant, elle sert forcément à ce dernier de témoignage irremplaçable et de preuve que vous le prenez au sérieux, que vous l’accompagnez, que vous êtes fidèle pour deux. Elle ne peut pas rester sans fruit.

En ce qui concerne mon livre, ce n’est pas grave s’il ne plaît pas ou s’il énerve. À lui seul, il n’a pas le pouvoir de faire exploser une famille et de faire des miracles, de toute façon. Et à moins de finir à la poubelle (auquel cas on n’en parle plus… sauf si un éboueur a un enfant homosexuel et tombe dessus « par hasard » dans la déchèterie !), il peut toujours être survolé et agir dans les cœurs à rebours, ou bien reposé longtemps dans un tiroir pour être finalement redécouvert à un moment plus apaisé. Un conseil : n’agissez pas selon la réaction supposée qu’aurait votre fils ou votre fille homosexuel(-le), mais agissez toujours comme vous le devez, et pour plaire au Seigneur. Votre enfant pourrait bien vous surprendre. La foi est meilleure conseillère, et tellement plus féconde/prophétique que la peur.

 

44 – Comment puis-je faire si un proche est homosexuel, rejette l’Eglise, rejette sa famille et fréquente des gens d’un monde néfaste ? Comment dialoguer avec lui tout en lui faisant comprendre que je n’approuve pas sa conduite ?

Aimer quelqu’un, c’est l’accueillir dans tout ce qu’il est et tout ce qu’il vit. C’est aussi tolérer sa liberté de mal agir quand effectivement il commet des erreurs, tout en continuant à le lui dire si la situation ne s’améliore pas. Il vous faut donc faire le grand écart entre l’accueil dans la tolérance/compromis, et la persévérance dans l’exigence de Vérité. Je sais que ce n’est pas simple. Mais je sais aussi que c’est l’humour, ainsi que l’Esprit Saint, qui vous permettra de faire la jonction entre Charité et Vérité, et de faire passer le vigoureux message du Christ en douceur. Ne perdez pas de vue que les personnes les plus cathophobes, ce sont les catholiques. Pas les personnes qui ne connaissent pas Dieu et qui, pour le coup, ne peuvent pas Le refuser. C’est paradoxal, mais c’est la vérité.
 

45 – Y a-t-il un poids supplémentaire, une Croix plus grande, que je porte en tant que parent catholique d’un fils homo ?

Oui. Indiscutablement. Car vous savez que l’âme et le Salut de votre enfant est en jeu et en péril dans cette affaire. Par rapport à un parent qui n’a pas la foi, l’enjeu que vous, parent catholique, identifiez dans la pratique homosexuelle est plus fort, l’angoisse est plus grande. C’est bon que vous le sachiez. Déjà pour vous éviter de culpabiliser à l’excès et de trop parler/sermonner. Ensuite, pour comprendre la belle raison de votre angoisse : le combat spirituel et l’appel personnel à accentuer votre oraison. Et enfin pour identifier et prévenir encore mieux votre fils homosexuel des conséquences réelles de ses actes terrestres. En vous entendant le prévenir de son Salut et de son Éternité céleste, il aura mieux conscience que vous ne vous inquiétez pas simplement pour vous, ni pour le regard des autres ni pour son confort conjugal et procréatif, mais vraiment pour sa personne, pour son bonheur sans fin, pour Dieu. Ça change tout ! Ça rend votre prière et votre douleur par rapport à l’homosexualité aimantes, offertes, tournées vers l’autre qui est votre enfant !
 

46 – J’ai grandi dans une famille catho, je me suis marié(e) à l’Église, et mon mari (ou ma femme) m’a quitté pour un homme (pour une femme). Que faire ?

Je reconnais que ce sont des situations très douloureuses (même si aujourd’hui, on tend à banaliser cette douleur). Et avant d’apporter quelque élément de résolution que ce soit, je me garde de parler trop vite et de délivrer une méthode toute faite. Je ne peux que compatir et me trouver bien pauvre devant vous ! J’ai vu des couples mariés qui ont très bien dépassé le problème de l’homosexualité (car c’est un problème). D’autres qui se sont cassés le nez (cf. la question sur la nullité de mariage).

Le problème, dans l’actuel climat essentialiste et sentimental qui tend à banaliser et à monter au pinacle l’homosexualité comme une « vérité indiscutable de la personne », c’est que l’importance excessive conférée à l’homosexualité peut amener certains couples femme-homme d’aujourd’hui (voire certains juges de tribunal ecclésiastique) à croire en la nécessité de leur rupture, à accélérer le procès canonique en nullité, à jeter l’éponge, à irrationnaliser le problème (« Ça nous est tombé dessus. C’est comme ça. On le savait depuis longtemps. On ne peut pas lutter contre les sentiments ou contre le corps ou contre une maladie ou contre une relation homo totalement étrangère à une relation hétéro. »), à ne pas persévérer dans le dépassement des conflits (d’autant plus quand il n’y a pas eu d’enfants au sein du couple, ou quand l’adultère implique une tierce personne et donc une relation d’une apparente « autre nature »), à déchristianiser et à négliger le sacrement du mariage, à enterrer l’affaire et justifier la séparation par la fatalité déterministe, sans aller chercher plus loin (« L’homosexualité, puisqu’on ne la comprend pas et qu’elle n’est pas un choix, on ne peut pas lutter contre. Ça dépasse tout l’amour qu’on s’est porté ; ça n’annule rien. C’est ‘à part’. »). L’homosexualité peut servir d’alibi pratique et fallacieux à n’importe quelle annulation de mariage, d’argument d’autorité bidon, de légende impressionnante et de scénario facile qui expliquent et résolvent en apparence tout litige, toute culpabilité, toute séparation. Je ne dis pas qu’elle ne constitue pas parfois une raison suffisante ni un obstacle réel à la durabilité/faisabilité d’un mariage. Mais est-ce aussi simple ? Comment mesurer la profondeur d’un enracinement d’homosexualité, la force que la personne peut puiser en elle et chez sa femme et dans le sacrement du mariage, la puissance que donne Dieu pour vivre avec la fragilité homosexuelle dans la fidélité malgré tout ? C’est difficile.

Je suis coincé pour conseiller quoi que ce soit de manière tranchée sur ce cas de figure. Faut-il lâcher l’affaire ou persévérer dans les cas de ruptures de mariage pour cause d’homosexualité ressentie et/ou pratiquée ? Je dirais que ça dépend de chaque situation. Mon espérance chrétienne me fait dire que de toute façon, il ne faut jamais se décourager, et que de toute situation, même douloureuse, même inextricable et violente, Jésus peut tirer le meilleur. Je sais que de toute façon, ça vaut le coup de se battre contre l’homosexualité, car en tant que tendance et a fortiori en tant que pratique, elle peut être l’occasion de pardon et de dialogue magnifiques pouvant renforcer votre couple, faire réviser son fonctionnement ; et parce que l’homosexualité pratiquée ne rendra de toute façon pas heureux votre conjoint et en tout cas pas plus heureux que lorsqu’il était en couple avec vous. Mais parfois, il est préférable de s’incliner devant l’énigme du mal, devant la présence de l’ivraie dans le champ de la sexualité, devant notre propre impuissance par rapport à l’existence d’un mal ou d’une peur qui dépasse dans un temps terrestre quelquefois la personne avec qui on s’est marié de bonne foi, car la tendance homosexuelle peut être prédominante. Le degré de possession est à jauger selon les situations. Dans certains cas, l’homosexualité constituera un élément déterminant ; dans d’autres cas, elle pourra être tempérée, domptée et recyclée avec succès. Je connais des hommes qui sont revenus vers leur femme et leurs enfants après un ou plusieurs écarts homosexuels, parce qu’ils ont découvert que ce mode de vie ne les rendrait pas heureux. J’admire les épouses qui ont la patience et la confiance de supporter de telles turbulences, et les maris qui ont l’humilité de se battre pour revenir à la fidélité de leur mariage et surmonter leurs penchants. Je connais aussi des cas où l’homosexualité est tellement enracinée en la personne qu’elle a entraîné dans son impuissance et dans le malheur un couple, une épouse et parfois une famille entière. Donc il est important de ne pas surévaluer ni négliger l’homosexualité. Subtile ligne de crête dont je n’ai pas tous les tenants et les aboutissants, ayant moi-même essayé de me marier avec une femme que je croyais aimer et ayant déclaré forfait, malgré ma foi et ma volonté d’espérer au pouvoir du sacrement de mariage sur ma tendance sexuelle.

 

47 – Y a-t-il un lien entre scoutisme et homosexualité ?

Oui, du fait que le scoutisme soit humain, donc forcément concerné par la différence des sexes (et la peur de celle-ci). Non, ou, tout du moins, pas plus qu’ailleurs. Et je dirais même, peut-être moins qu’ailleurs. Car au sein du scoutisme, la foi, le Réel, le contact avec la Nature, l’amitié, et souvent la non-mixité des sexes, favorisent la réconciliation avec la différence des sexes, la construction de l’identité sexuée (masculine ou féminine), et par conséquent, l’éloignement du repli sur soi qu’est l’homosexualité.

Ceci dit, même dans le scoutisme, on trouve des exceptions qui confirme mon constat d’ensemble. En effet, je connais un certain nombre de gars ou de filles (une dizaine, pour être honnête) qui, soit pendant leurs années de scoutisme, soit longtemps après, se sont révélés activement homosexuels. « Scout » rime parfois avec « Coming out » ! Par exemple, rien que sur la courte période de deux ans où j’ai été louveteau chez les Scouts de France (j’avais 8-10 ans : j’ai d’ailleurs vécu cette expérience comme un petit traumatisme mdr…), je compte 3 garçons de mon âge à avoir fait un coming out à l’âge adulte, dont 1 dans ma propre sizaine (groupe de 6). Ça fait quand même une bonne moyenne. Mais ils sont loin de représenter un échantillon significatif et massif.

Certaines mauvaises langues s’amusent, par anticléricalisme primaire, voire même par jalousie interne, à homosexualiser le scoutisme, en le transformant en repaire caché de pédophiles, d’adolescents frustrés et endoctrinés, de groupes paramilitaires où la camaraderie virile YMCA exploserait en homosexualité. Quand je parle de querelles suspicieuses à l’interne, je me réfère en particulier aux Scouts d’Europe qui reprochent parfois aux Scouts Unitaires ou aux Scouts et Guides de France d’être trop libérés en matière de mœurs (comprendre : « trop progressistes et trop tapettes ») ; inversement, les Scouts de France reprochent parfois aux Scouts d’Europe leur conservatisme qui, par le refoulement de sexualité qu’il peut impliquer, se convertirait en homosexualité pratiquée de manière pas assumée. Chaque camp se refile le bébé rainbow pour s’acheter une intégrité et/ou une bonté. Dans les deux cas, il y a un peu de vrai. Trop de permissivité conduit à la confusion homosexuelle. Trop de rigidité conduit aussi à l’explosion homosexuelle (cf. les mouvements de jeunesse des Wandervögel sous l’Allemagne nazie). On constate déjà ce phénomène et cette dichotomie dans l’armée, dans la police, dans les pensionnats, en prison ou en caserne, par exemple.

Je rappelle, pour mémoire, trois événements proches qui confirment ce que je viens de souligner. Le premier, c’est le vote officiel des Boys Scout of America (BSA) de la fin de l’exclusion « des gays » dans leur encadrement, le 27 juillet 2015, aux États-Unis. Le second, c’est, en France, la récente prise de position scoute qui a surpris tout le monde, et fait grincer des dents les milieux catholiques traditionnalistes : pendant la période du « mariage pour tous » en France (2012-2013), certains Scouts de France ont défrayé la chronique en défilant publiquement (et en uniformes scouts, en plus) à des manifs pro-mariage gay ! Suite au tollé que ça avait provoqué, ils se sont bien vite rhabillés en civil puis rangés dans la neutralité, tout en déclarant qu’ils n’étaient finalement « ni pour ni contre » la Loi Taubira. Mais voilà, ils n’en pensaient pas moins. Enfin, troisième exemple : l’année dernière, en 2015, à Rome (Italie), après l’Audience Générale de l’AGESCI par le Pape François, l’après-midi, différents groupes scouts ont participé à la Gay Pride et ont été interviewés par des équipes de télévision ! Tout cela avec l’aval tacite du Comité Central

Certainement que, à l’instar des manifestants de La Manif Pour tous, la grande majorité des scouts qui étaient « pour » le « mariage gay » ne savaient pas expliquer pourquoi ils l’étaient, ni, parmi ceux qui étaient « contre », pourquoi ils s’y opposaient (mis à part par principe, par réaction opposée au progressisme ambiant, et pour les conséquences de la loi). Ce qui est sûr, c’est que l’homosexualité, dans le milieu du scoutisme international, tous bords politiques et sensibilités confondus, n’a pas été traitée ni comprise, d’une part parce qu’elle y est certainement justifiée et/ou diabolisée en cachette, d’autre part parce qu’elle y est certainement beaucoup plus pratiquée que ces mêmes scouts ne l’imaginent. Mais là encore, je ne fais que des suppositions sur la base de mes études sur l’homophobie. Le Ciel se chargera de nous donner le fin mot de l’Histoire sur ce lien énigmatique entre homosexualité et scoutisme…
 

48 – Y a-t-il un lien entre traditionalisme religieux et homosexualité ?

Oui. Contre toute attente, oui. Et ce paradoxe m’est régulièrement confirmé par des amis prêtres et laïcs tradis qui aiment pourtant vraiment l’Église catholique et assument leur préférence pour le milieu catholique traditionnel. Dans le mal, les extrêmes fusionnent et se font écho en pensant naïvement s’opposer. Dit autrement, certains croyants, en fuyant trop passionnément le modernisme et le libéralisme que représente l’homosexualité, par principe, par snobisme, par anticonformisme révolté, par ritualisme pharisien, par haine de leur époque, par alignement scolaire à un code strict et ascétique qui les rassure, tombent dans un paganisme christique (mais pas chrétien), un nationalisme « catholique », un royalisme païen carnavalesque, une luxure, une double vie, qui louvoient avec la bisexualité. Dans les milieux « catholiques » passéistes et nostalgiques, il y a un certain nombre de libertins néo-platoniciens qui s’ignorent. Ils se servent de la « tradition » pour se démarquer, pour s’éloigner du Réel, de la différence des sexes, de la différence Créateur-créature (= l’Église catholique), et donc désincarner/dévitaliser la sexualité, le mariage, la pratique religieuse et même la procréation. Dans ces cas-là, l’homosexualité se profile.
 

49 – Y a-t-il un lien entre chrétienté d’extrême droite et homosexualité ?

Bien sûr. Et plus qu’un ! Il n’y a presque que des effets miroirs entre la communauté « tradi de droite » et la communauté gay. Les extrêmes s’attirent dans la fusion-rupture mimétique violente, c’est bien connu. Alain Escada – le responsable de l’Institut Civitas – et Caroline Fourest – l’entraîneuse officieuse des Femen – s’horripilent autant qu’ils se cherchent et sont fascinés de reconnaître inconsciemment leur improbable ressemblance, ressemblance qu’ils prennent pour une radicale et inconciliable différence afin de ne pas assumer leurs actes mauvais (communs).

Il suffit d’observer les « légionnaires » de Civitas, par exemple, pour réaliser qu’ils sont aussi dépendants des médias que les LGBT (même si les deux camps prétendent détester ces mêmes « merdias », comme ils les surnomment). Ils prônent autant leurs « libertés » et leur « marginalité » désobéissante que les libertaires révoltés qu’ils pointent du doigt. Ils détestent autant leur époque qu’eux (combien de tradis s’imaginent qu’ils ne sont pas nés au bon siècle, et cultivent un art de vivre désuet !). Ils fomentent autant de sociétés secrètes que leurs collègues-espions francs-maçons. Ils avancent autant masqués qu’eux, dans la rue comme sur les réseaux sociaux. Les Hommen et les Brigandes sont les jumeaux presque parfaits des Anonymous et des Femen. Les militants droitistes honnissent autant le « lobby LGBT » que les communautaires homosexuels qui se disent tous « hors milieu » et anti-lobbies-gays. Ils ont aussi peu d’humour et de souplesse qu’eux. Ils sont aussi violents et acerbes qu’eux. Ils organisent les mêmes happenings musclés, les mêmes « actions commandos » qu’eux. Ils sont aussi paranoïaques qu’eux. Par exemple, les Antifas pro-gays identifient dans les militants d’extrême droite des aliénés obscurantistes dangereux, des inquisiteurs d’un autre temps… et les militants d’extrême droite, tout pareil, considèrent les Antifas et les Femen comme des furies, des sorcières néo-moyenâgeuses à interner en psychiatrie, des rejetons de la pieuvre maçonnique « ripoublicaine » venue des Lumières.

À l’instar des activistes pro-gays, les gens d’extrême droite – qui ne s’assument pas d’extrême droite d’ailleurs (car selon eux, le FN est odieusement « républicain » et l’« extrême droite » serait une insulte et une légende médiatique inventée exprès pour les décrédibiliser, les opprimer : l’extrême droite n’existe pas, voyons !!! Tout comme le Gender et le lobby gay !) – et intégristes – qui ne s’assument pas intégristes (car selon eux, seuls les tièdes, les relativistes, les républicains et les modernistes seraient intégristes ; et puis de toute façon, pour être intégristes, il faut déjà s’estimer « intégré » à l’Église catholique et se placer sous la tutelle du Pape actuel, ce qui est rarement leur cas !) ont fondé toute leur raison d’être sur le concept de « réalité » et sur l’action, plus que sur l’être et la Charité. À l’instar des LGBT, ils pensent que la fin justifie les moyens.

Les extrême droitistes sont autant obnubilés par la civilisation, la famille, l’enfant, le mariage procréatrice et une foi politicienne que leurs opposants hétéros-homosexuels franc-maçons. Ils sont autant cathos friendly que les pro-mariage-pour-tous sont gays friendly ! Pour eux, la Charité est une soumission, le rire une honte ou un scandale, l’accueil du pauvre une faiblesse concédée à l’invasion « barbare » (comprendre « les musulmano-libéraux »), l’Amour une vulgaire « bisounoursade » inventée par des lâches (homosexualisés, efféminés), des collabos niais et des faux catholiques. D’ailleurs, ils croient dur comme fer que le Pape François est un apostat masqué, l’Antéchrist marxiste en personne. Ils détestent autant la papauté (qui a précédé le Concile Vatican II) que les libertaires gauchistes pro-homosexualité. Ils défendent autant un Jésus-culturel, un messianisme déchristianisé et un catholicisme identitaire anti-institutionnel (qu’ils nomment « chrétienté ») que les LGBT. Beaucoup de leurs adhérents, déçus par la politique et par l’Église catholique actuelle, viennent d’ailleurs historiquement de l’extrême gauche. Plus de militants de l’extrême droite qu’on ne croie ne se rendent quasiment pas à la messe (même s’ils sont capables de crier « Viva Cristo Rey » et « Vive la France royale et catholique de sainte Jeanne d’arc !! » le temps d’une manif… pardon, d’un défilé) que leurs coreligionnaires athées d’extrême gauche. Les conservateurs réactionnaires droitistes (votant Front National par défaut, parce qu’il « n’y aurait rien d’autre de mieux ») sont souvent aussi païens (malgré leur catholicisme brandi en bannière dorée) et aussi homosexuels que les LGBT.

En effet, aussi fou que cela puisse paraître (il s’agit bien des paradoxes spéculaires habituels de l’idolâtrie haineuse), les membres de l’extrême droite et de l’extrême gauche sont des jumeaux de désirs et parfois même de pratique homosexuels. La grande majorité des militants d’extrême droite sont aussi frustrés sexuellement que les LGBT. Leur fond de commerce est la peur. Ils sont aussi peu aptes à aborder l’homosexualité (jamais les médias de la réacosphère ne m’ont sollicité, par exemple) que les magnats de la presse et de la télé homosexuelles. Ils croient autant en l’hétérosexualité (en tant que substitut de la différence des sexes) et en l’homophobie (en tant qu’intentions et images, et non pas en tant que viols et faits réels) que leurs collègues Antifas. Je connais pas mal de personnes homosexuellement actives qui sont à la tête de l’extrême droite, des curés hyper tradis, des paroissiens de saint Nicolas du Chardonnet qui, derrière une façade anarchiste ou de parfaite famille hétérosexuelle, sont des libertins et des détraqués sexuels, pétris de complexes, d’angoisses, de principes, très mal à l’aise avec la vulnérabilité, et qui ont trop figé la différence des sexes en poncif nataliste, naturaliste et spiritualiste, pour l’aimer vraiment telle qu’elle est et en vivre. Ils sont d’ailleurs très embêtés avec l’homosexualité. Ils ont peur d’aborder le sujet car soit ils se situent sur le registre du jugement-forcing des personnes et sur celui du manichéisme millénariste pseudo-biblique, soit ils ont peur de carrément passer aux aveux (… de leur divorce, de leur adultère, de leur célibat mal porté, de leur mariage arrangé, de leur bisexualité voire de leur homosexualité, de leur homophobie). Écoutez par exemple le niveau de réflexion d’Alain Escada sur l’homosexualité : c’est édifiant de voir comment il met à l’abri l’homosexualité et l’homophobie pour en faire des abstractions, des démons incarnés. Jamais il ne va les analyser. L’homophobie des membres de l’extrême droite vient chez eux d’une homosexualité refoulée et diabolisée autant que pratiquée, exactement comme les LGBT !

Pour conclure cette réponse qui mériterait à elle seule un livre entier, je vous conseille, si vous ne l’avez pas déjà fait, de lire attentivement les codes « Homosexuel homophobe », « Hitler gay », « Homosexuels psychorigides », et « Tout » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels, ainsi que le code n°39 « Le Bobo d’extrême droite » dans mon livre Les Bobos en Vérité, qui traitent de l’ambivalence de l’homophobie dans les rangs de l’extrême droite (que leurs membres rebaptisent sarcastiquement en « essstrèèèème droaaate » pour dénoncer/devancer la diabolisation soi-disant « systématique » et « insensée » dont ils feraient l’objet par la dictature gauchisante et républicaine actuelle de l’antifascisme moralisant). Je suis de ceux qui considèrent qu’on peut tout à fait critiquer intelligemment le fondamentalisme politique et religieux, de surcroît pour des bonnes raisons, et pas forcément par peur ni mauvaise foi ni endoctrinement idéogauchiste. Car une fois confronté à la réalité de ces groupuscules droitistes sectaires, on se dit qu’on ne rêve pas, que y’a du chantier, et que Jésus a été bien inspiré d’être impitoyable avec les sourcilleux pharisiens et scribes de son époque !

 

50 – Y a-t-il un lien entre catholicisme gauchiste et homosexualité ?

Effectivement. Côté gay friendly attitude, le catholicisme gauchiste est le plus attendu (le socialisme et le communisme ne rejettent rien… pas même le mal auquel ils ne croient pas : c’est là qu’est l’os). Mais pourtant, dans l’échiquier ecclésial traitant d’homosexualité, il n’est pas nécessairement le plus insistant ni le plus vindicatif, faut pas croire. Malheureusement, il n’a même pas besoin, contrairement au catholicisme droitiste ou d’extrême droite, de faire grand bruit, d’élever la voix, de se justifier publiquement, de montrer qui le compose (des catholiques dissidents qui désobéissent à leur Église) ou de montrer patte blanche, pour gagner sa bataille en faveur de « la tolérance », de « l’amour homosexuel béni par Dieu parce que Dieu est Amour », de « l’avancée des Droits homosexuels » (bataille mise sur un pied d’égalité avec la quête du CCFD, le concert pour les Chrétiens d’Orient, ou la pétition pour la réhabilitation de Mgr Gaillot et l’ordination sacerdotale des femmes…) : il a juste à se fondre silencieusement dans la masse et à attendre, tapi dans l’ombre de son église paroissiale bétonnée en forme de triangle ou de cube, que l’orage « intégriste » de la contestation anti-mariage-gay des « fachos de droite » passe…

Cela dit, à la décharge du catholicisme de gauche, dont je me revendique (je n’ai pas dit « catholicisme gauchiste » ni « socialiste » ni « communiste », attention), et qui fait souvent l’objet de railleries de la part du catholicisme de droite qui grossit son laxisme, je tiens à souligner que, dans leur ensemble, les catholiques de sensibilité de gauche font souvent preuve de plus d’accueil concret des personnes homosexuelles, de plus de nuances entre la personne et l’acte, de moins de dogmatisme et de moralisme, de moins de pratique homosexuelle refoulée, que les catholiques de droite. Certes, un nombre incalculable d’entre eux basculent dans une singerie d’empathie absolument désastreuse pour les personnes homosexuelles en quête de Vérité, dans une idéologie gélatino-spirituelle qui pue le pharisaïsme, dans une permissivité relativiste beaucoup moins aidante que le franc-parler de certains catholiques de droite très aimants, dans une solidarité mal comprise, parce qu’ils placent la bonne intention avant l’Amour exigeant de l’Évangile et avant les personnes à aider (cette confusion est bien le propre du gauchisme !). Mais ce n’est pas le cas de tous les catholiques de gauche, et encore moins des vrais catholiques de gauche (les prêtres-ouvriers, c’est comme les bons et les mauvais chasseurs des Inconnus lol !). Tous les « cathos de gauche » (expression qui fera ricaner les désabusés de la politique qui pensent que ni la gauche ni la droite n’existent, mais tant pis : je crois malgré tout en la beauté de la politique non-politicienne et je continue de voir des différences concrètes énormes entre le gauche et la droite, notamment sur la Charité en actes) ne sont pas aussi endoctrinés, cuculs, ignares, tiédasses, corrompus et pro-Union Civile que par exemple Les Poissons Roses, La Vie et La Croix. Il y a encore des gens de gauche intelligents, intègres, exigeants, qui savent aimer et accueillir les personnes homosexuelles autrement qu’en paroles et par des chansons avec des arcs-en-ciel florissant dans les grands champs à moissonner. Le Pape François (qui se garde bien de se dire « de gauche » pour éviter les clivages bipartistes), à mes yeux, en fait partie, et je m’en réjouis !
 
Chrétiens en marche
 

51 – Y a-t-il un lien entre sectes et homosexualité ?

Bien sûr. Le rejet de la différence des sexes, qu’est l’homosexualité, est par essence sectaire. La peur qu’est l’homosexualité conduit aussi au sectarisme (individualiste, amoureux et communautariste). Et, pour couronner le tout, l’homosexualité, très angéliste puisqu’elle est un désir de se prendre pour Dieu, oriente celui qui la ressent et la pratique vers les groupes religieux planants et stricts à la fois. Il est donc tout à fait logique que l’homosexualité se marie avec des actes, des comportements, des personnalités, intransigeants, et des systèmes de croyances et des institutions politico-médiatico-religieuses totalitaires telles que les sectes. Je connais beaucoup d’amis homosexuels qui en font partie, qui pratiquent le New Age et fréquentent des confréries satanistes sans même les identifier comme telles puisqu’ils en retirent certains avantages et y sont pour le développement de leur bien-être, l’évolution du genre humain.

Quand je dis « secte », je ne me réfère pas qu’à la caricature du mouvement hippie bouddhisant dirigé par un gourou raëlien, vénérant la Déesse Vishnou dans un Temple Mandarom. Je parle surtout des sectes modernes non-officielles, des gnoses hyper technicistes et naturalistes, déguisées en ONG ou en partis politiques, composées de businessmen type scientologues, de pseudo savants-psychologues, voire même de cardinaux romains en costume. Sectes sans doute plus dangereuses que leurs caricatures car elles agissent sous l’apparence du bien, de l’action solidaire, de la créativité, de la liberté, de la beauté, du progrès, de l’anti-superstition, de l’autonomie et même de la spiritualité christique. Elles misent tout sur l’agir et la volonté individuelle (confondus avec la foi), exactement comme l’illustre le couturier homosexuel Pierre Cardin dans son interview à France Info le 4 juillet 2016 (« Le bonheur est dans le travail. » ; « La création, c’est ma drogue »). La secte mondiale la plus puissante, et qui sert la « Religion Naturelle de l’Homme » de l’Antéchrist, c’est la secte des Agissants anticonformistes (ou Acteurs ou Entrepreneurs ou Managers ou Communicants ou Créateurs), qui croient en un homme-dieu qui s’affranchit de son statut de créature et qui s’autocrée par ses bonnes actions, son travail, son intelligence, son génie, ses œuvres, sa conscience, les technologies (qu’ils nomment « Nature »), sa science, l’affichage de son opposition rebelle à Lui-même et au système qu’Il crée (pour ne pas en assumer l’orgueil, la réalité et les conséquences désastreuses), et bien sûr sans l’aide primordiale de Jésus-Christ.

Le désir homosexuel prédispose à se tourner vers la trahison, l’anticonformisme, le culte de l’altérité absolue et de l’originalité (à savoir l’hétérosexualité, qui se décline le plus souvent en bisexualité et en fantasmes d’asexualité), le mysticisme messianique passéiste, le paraître, le carriérisme, le pouvoir humain surnaturalisé, la dissimulation, le panthéisme rosicrucien, etc. Il ne faut donc pas trop s’étonner que la plupart des adeptes de ces sectes non-officielles, qui rejoignent les milieux ésotériques, les sphères diplomatiques, la franc-maçonnerie, le royalisme « catholique » identitaire (cf. Franck Ferrand, Stéphane Bern, Emmanuel Macron, etc.), l’extrême droite, soient d’orientation homosexuelle.

Cela n’empêche pas que ces confréries sectaires homosexuelles soient appuyées – c’est ça le drame – par bon nombre de catholiques sincères qui se disent qu’« elles sont toujours mieux que rien : même si elles n’annoncent pas clairement le Christ, elles en prônent en tout cas les valeurs et c’est un bon début », donc ils soutiennent. Parmi ces catholiques collabos de la bisexualité sectaire, on trouve, contre toute attente, des gens qui pensent s’opposer en plus à celle-ci : des traditionnalistes (genre Civitas), des bobos anars de droite (cf. les codes n°38 et 39 de mon livre Les Bobos en Vérité) ou des humanistes intégraux anti-transhumanisme qui, par leur positive wording et leur discours anthropocentré (Écologie Humaine), rentrent complètement dans le système qu’ils dénoncent.
 

52 – Y a-t-il un lien entre protestantisme et homosexualité ?

Oui. Pour trois raisons principales, liées d’ailleurs aux trois blancheurs défendues par saint Don Bosco (la Vierge, l’Eucharistie et le Pape), qui caractérisent la quintessence de l’Église catholique universelle, et qui sont niées par les protestants. Ces derniers sont dans la rébellion et le refus d’obéir au Pape, à l’Église humaine institutionnelle voulue par le Christ. Ils doutent que les prêtres soient Jésus en personne. Ils n’aiment qu’un Jésus désincarné, transcendant, spirituel, livresque (la Bible), décidé par la volonté et la perception personnelles, qui ne se serait pas abaissé à s’incarner dans les prêtres, dans un Pain à manger, et en chaque Homme. Ils ne comprennent pas, de ce fait, la Communion des saints ni le statut spécial de « Mère de Dieu » qui incombe à Marie. Au bout du compte, ils ont un problème avec l’Incarnation (humaine et divine). Étant donné que l’homosexualité est également un refus de l’Incarnation, un refus de la virginité, et un refus d’obéissance à l’Église, il est logique que beaucoup de protestants se retrouvent en celle-ci.

Pour couronner le tout, en plus de l’incompréhension fondamentale sur l’Incarnation de Jésus en tout Homme, un autre point – sans doute le plus important – vient marquer la séparation entre le protestantisme et le catholicisme, et le rapprochement entre protestantisme et homosexualité. En effet, les protestants adoptent une conception extérieure et passive de la sanctification. Ils ne croient pas au passage de l’état de péché à l’état de grâce (cf. les pourparlers autour de la justification, qui datent de Luther). En effet, selon eux, quand Dieu intervient auprès de l’être humain, il n’y a pas de changement intérieur réel dans l’âme, mais c’est Dieu qui juge que l’âme est bonne. L’Esprit Saint est seulement une couverture qui recouvre la personne, mais l’âme (qui réagit, qui ressent, qui voudrait ce que Dieu veut) reste avec son péché. On parle alors de justification forensique (foras en latin = dehors). La passivité de l’Homme à l’égard de la Grâce, ainsi que l’impossibilité du pardon et d’une profonde conversion intérieure, viennent donc cautionner, par ricochet, l’homosexualité et l’imprégnation de celle-ci chez celui qui la ressent. Il ne peut pas y avoir de saints homosexuels, ni de sanctification effective dans la tendance homosexuelle, aux yeux des protestants. « Parce que le mal c’est pas bien et ne devrait pas exister (c’est marqué dans la Bible !), il n’existerait pas et ne pourrait pas être le terrain d’éclat du Bien. » « Dieu, ça aide et ça sauve, et il faut que j’y crois, sinon ça marche pas. Mais Dieu, c’est surtout pas moi ni en moi. » Vision très magique, volontariste, désincarnée et individualiste de Dieu, du Salut, sans compter bien sûr de l’homosexualité.

Il n’y a qu’à observer, d’ailleurs, toutes les fissures et les nombreux paradoxes des « Églises évangéliques » (luthériennes, baptistes, pentecôtistes, méthodistes, anglicanes, etc.) par rapport à l’homosexualité. Même les plus conservatrices ont du mal à accorder leurs violons, et passent du rejet rigide à l’acceptation la plus complaisante en un clin d’œil (exemples : l’ordination de femmes évêques, mariages homosexuels religieux, etc.). Ce que leur hantise de ressembler au modèle de soi-disant « fermeture homophobe des catholiques » leur fait faire, franchement… L’ambiguïté de la posture anti-homosexualité des protestants réside dans une opposition de principe liée à une lecture littérale et scolaire de la Bible plus que dans une réfutation liée à une véritable analyse de fond de l’homosexualité. Par conséquent, leur obéissance à la Parole de Jésus ne tient pas très longtemps.

 

53 – Si les enfants du catéchisme me parlent d’homosexualité (ils ont vu des couples homos à la télé, voire l’un d’eux est carrément élevé par un « couple » homo), je dis quoi?

Vous sautez sur l’occasion pour leur dévoiler un maximum de choses que vous connaissez sur le thème. Et vous verrez que Jésus aura, à travers vous, un succès fou ! Rien de pire qu’une dame-caté qui regagne par prudence ses pénates et étouffe la question de l’homosexualité ! C’est une terrible occasion manquée pour rejoindre les jeunes dans ce qu’ils vivent/croient et leur révéler l’Amour de Dieu pour eux (par personnes – les personnes homosexuelles – interposées).

Malheureusement, encore trop de catéchistes, peu assurés et peu formés, ou trop influencés par le relativisme contemporain, évitent de rentrer dans le vif du sujet, dans le jugement des actes homos, afin de ne pas s’embourber dans un débat affectif qui risque de se retourner contre eux et contre l’Église, face à une jeunesse, même d’éducation catholique, très susceptible et encouragée par son époque à confondre les personnes homosexuelles avec leurs actes, et les personnes homosexuelles avec leurs images médiatiques (les droits, les lois, les clichés de l’homosexualité, les stéréotypes de genre masculin ou féminin, etc.). Les catéchistes ou responsables en pastorale des collèges-lycées qui s’en sortent en dégainant le couplet pratique et convaincant (mais ô combien incomplet) de « l’impossibilité de réduction d’une personne à son apparence physique ou à sa sexualité », sont méritants. Mais en réalité, ils se défilent et noient le poisson. C’est bien triste pour eux et pour leurs jeunes.

Si, en revanche, vous avez suffisamment potassé le sujet, franchement, jetez-vous à l’eau. Ce sera tout bénef pour vous et pour l’Église. Je garde en mémoire ce témoignage reçu dernièrement par une amie de mon âge, mère de deux ados, Paul un garçon de 9 ans, et Mathilde une fille de 15 ans (qui s’est posée dernièrement la question de l’homosexualité, plus pour tester ses parents que par réelle conviction et par une effective homosexualité fixée). Eh bien je trouve que cette maman s’en sort très bien, et que son courage produit de beaux fruits. Sa connaissance de l’homosexualité désamorce des bombes et évite des homosexualités par réaction d’opposition anti-adultes :« Sur l’homosexualité, je peux dire que mes enfants abordent la question encore aujourd’hui… La parole est assez libre et je réponds maintenant naturellement. Et sans complexe ! Je pense que cela rassure. Il n’y a aucun doute. Je pense que Mathilde a dû être confrontée au lycée à certaines choses que je ne saurai jamais. Elle chemine et Dieu veille sur elle. Mais c’est grâce à elle que j’ai dû approfondir encore davantage le sujet parce que je suis maman et directement concernée, quand une ado commence à provoquer sur une probable homosexualité. Je ne pense pas que les parents cathos soient prêts et à l’aise pour répondre. Paul, il y a un petit mois, me faisait cette remarque : ‘Maman, je crois que certains copains de classe seront homosexuels plus tard…’ ; ‘Pourquoi ?’ lui ai-je demandé. ‘Je ne sais pas… ça se voit.’ Paul a 9 ans… et je ne parlais pas du sujet… Mathilde me dit qu’elle est homo… et je lui réponds : ‘Si tu es homo, et si tu veux être sauvée, ma fille, et ne pas perdre ton âme pour l’éternité – car si tu pratiques ton homosexualité, rappelle-toi que c’est un péché grave -, il te faudra vivre dans la continence, comme Philippe.’ En tout cas, je passe le message… Je fais mon devoir de maman aimante. Au fond, nous avons une grande complicité toutes les deux !! Mathilde va bien et je ne crains pas de la voir mal partir. Dieu veille et son ange-gardien aussi. » Cet exemple d’ajustements parent-enfant s’applique tout à fait à la relation éducateur-jeunes ou catéchiste-enfants. En plus, un vrai bon catéchiste se fait le relai fidèle de l’intégralité du message de l’Église, y compris sur l’homosexualité. Il ne sélectionne pas les passages du catéchisme qui l’arrangent, et il vit avec son époque. Il n’en est que plus apprécié de ses jeunes, et plus apôtre !
 

54 – Si mes propres enfants me parlent d’homosexualité, je dis quoi ?

Vous leur dites tout simplement la Vérité : que l’homosexualité est un mal (parce qu’elle est une peur et parfois un rejet de la différence des sexes, différence dont nous sommes tous issus et qui nous permet d’exister et d’aimer vraiment), parfois une irréalité (parce que toute peur n’est pas fondée ni durable), mais que les personnes homosexuelles quant à elles sont à respecter et à aimer (parce qu’elles ne sont pas le mal qu’elles ressentent le plus souvent sans l’avoir choisi). Vos jeunes entendent maintenant parler d’homosexualité de plus en plus tôt… à moins que leurs oreilles chastes et leurs yeux soient encore préservés de cela, auquel cas tant mieux. Ils sont donc très sensibles à votre regard respectueux à l’égard des personnes homosexuelles, mais ont d’autant plus besoin de votre éclairage sur les actes, car en Occident surtout, leur entourage scolaire, générationnel, éducatif, médiatique, les pousse précisément à ne pas aimer les personnes homosexuelles telles qu’elles sont et à ne pas juger des actes homos.

Rien ne sert de mentir aux enfants, même si c’est pour d’excellentes excuses (ne pas leur donner des idées, préserver leur innocence et leur sexualité, ne pas s’embarquer dans un débat dangereux qu’on maîtrise mal, etc.). Tout enfant et adolescent est à même de comprendre la primauté de la différence des sexes, en identité (garçon/fille) et en amour (sexualité). Tout enfant peut entendre que l’accueil de la différence des sexes, c’est l’Amour même ; et que lorsqu’on rejette la différence (des sexes), c’est qu’on aime moins et qu’on crée une souffrance, une violence, une discrimination inacceptables.

Si le sujet de l’homosexualité est amené par vos enfants, même très petits, affrontez-le avec joie et gravité (deux sentiments qui vont bien ensemble). N’en ayez pas peur. Ce sera même une aubaine pour vous que le mot soit prononcé ouvertement. Il vaut mieux que ça sorte et qu’on vous consulte plutôt que votre enfant rumine et valide intérieurement un phénomène dont il connaît l’existence et qu’il a peur de partager avec vous… car c’est à ce moment-là que les fantasmes s’imprègnent. Si vos ados ne vous parlent pas du tout d’homosexualité, a fortiori à notre époque actuelle, ce n’est, à mon avis, pas super bon signe.
 

55 – J’ai découvert que le parrain que j’avais choisi pour mon fils est homosexuel. Comment je me situe ? Est-ce que je marque la distance ? Est-ce que je change de parrain ?

Si le choix du parrain homosexuel a été fait en connaissance de cause (c’est-à-dire en connaissance de l’homosexualité), la question de conserver ce lien si précieux et unique entre votre enfant et son parrain ne se pose pas. Votre choix est responsable et forcément le bon, quels que soient les événements à venir. À moins qu’avec le temps le risque de mauvaise influence sur votre enfant soit réel et que l’ami choisi ne se révèle vraiment pas un modèle de vertu (notamment parce qu’il est en « couple », ou bien butine de copain en copain), je vous en prie : gardez cette filiation baptismale. Le parrainage est non seulement une belle preuve de confiance, mais aussi une promesse d’éternité, de paternité adoptive spirituelle qui dure à vie. En plus, vous, et surtout votre fils (ou votre fille), êtes sans doute la seule attache qui relie encore votre ami-parrain à l’Église, à la foi et à la Vérité, dans le cas où ce dernier pratique l’homosexualité. Cette relation filleul-parrain, d’anodine, peut alors devenir cruciale.

Si le choix du parrain a été fait avant que vous ne découvriez son homosexualité, c’est une situation plus délicate. Mais là aussi, voyez cette configuration non-préméditée comme une belle opportunité d’évangélisation, d’aide amicale renforcée, d’ajustement précocement adulte entre vous et votre enfant. Non comme une mauvaise surprise, une galère, un danger, une trahison, une déception, une angoisse, un problème insoluble, une excuse pour revenir sur votre décision voire pour couper carrément les ponts. Une confiance donnée ne se reprend pas. Quand bien même les relations humaines évoluent, se distendent parfois.

Je terminerai par souligner une réalité. On ne va pas se mentir. L’homosexualité fait peur, déjà par son statut de terrain glissant, par rapport à sa perversité intrinsèque une fois qu’elle devient active, mais aussi dès qu’elle louvoie avec la jeunesse (cf. la méfiance à l’égard des célibataires endurcis, l’amalgame entre homosexualité et pédophilie, le saut vers l’incertitude et la « modernité », etc.). L’alibi de la foi, de la confiance amicale ou du parrainage spirituel n’y change pas grand-chose et ne suffit pas à rassurer complètement les esprits. Alors nous, personnes homosexuelles, vous sommes doublement reconnaissantes que vous nous fassiez confiance pour être parrains ou marraines. Nous devinons parfaitement que, socialement et catholiquement parlant, nous ne sommes pas des « valeurs 100 % sûres », même aux yeux de nos très bons amis. Nous offrir un de vos enfants, c’est une sacrée gageure, et ce, pour toutes les parties en présence.

Moi, pour l’instant, je n’ai été demandé parrain qu’une seule fois dans ma vie, et d’un petit d’homme adorable, en plus. L’enfant d’amis chers. C’est un privilège que j’ai à cœur d’honorer. Même si je n’ai pas peur de moi, je sais que j’éviterai au maximum de toucher mon filleul, que je ne tomberai jamais amoureux de lui et ne serai jamais tenté par lui, tout simplement parce que, si le contraire survenait, je me l’interdirais (même en pensée) et que surtout je me pardonnerais difficilement de projeter quoi que ce soit d’érotique sur lui. Mais je sais aussi très bien qu’en théorie, en probabilité et de l’extérieur, ma condition pourrait effrayer des gens peu téméraires et dissuader certains catholiques de prendre le risque de me choisir comme parrain, au moins par précaution, « dans le doute », pour ne pas tenter le diable, et pour éviter des inquiétudes inutiles, même s’il y a peu de chances que le dérapage arrive, et si on m’assurait que « mon homosexualité n’a rien à voir là-dedans et que c’est pas contre toi… ». Beaucoup de parents préfèrent la sécurité. Je les comprends et je ne peux pas leur en vouloir. Mais sachez que ceux qui osent nous faire confiance par-delà leurs propres peurs et notre homosexualité, nous touchent au plus haut point.

Le fait que vous nous demandiez en parrain (ou marraine, pour les filles) nous console énormément de ne pas pouvoir être père (ou mère, pour les filles), nous responsabilise dans la foi (car un parrain n’a de sens que dans la foi : le « parrain-diplôme-d’amitié » est une dénaturation contemporaine du vrai parrainage), nous dissuade de toute velléité de réclamer le « mariage pour tous » puis la PMA (Procréation Médicalement Assistée) et la GPA (Gestation Pour Autrui). Le parrainage, évidemment, est plus limité que la paternité de sang, et ne comblera jamais chez nous le manque d’un couple ou d’un enfant. Mais il est mieux que rien. Et en plus, il offre tous les bons côtés de la paternité, de l’amitié et de la prêtrise, sans les inconvénients. Il constitue un beau pied de nez à l’homophobie ambiante et une preuve tangible – à l’instar de la continence homosexuelle – qu’Église et personnes homosexuelles font très bon ménage. Plutôt que de défiler bêtement dans les rues, les manifestants catholiques de La Manif Pour Tous auraient lutté beaucoup plus efficacement contre la GPA en nous nommant parrains de leurs marmots – et en nous convertissant par la même occasion à l’Amour de l’Église pour nous !

 

56 – Mon fils/frère/cousin/ami homo m’invite à son mariage. Est-ce que j’accepte, alors que ça va à l’encontre de mes convictions religieuses ? Me rendre à cette fête ne revient-il pas à cautionner, et donc à pécher ?

Ce n’est pas à moi de vous dire ce qu’il convient de faire exactement. L’homosexualité est un terrain tellement complexe et miné à cause de la sincérité qu’elle sollicite et à cause de l’humanité qu’elle comprend, qu’il n’y a pas de solution toute faite applicable à telle situation précise. Ce qui compte, quelle que soit votre décision finale, c’est qu’elle ait été motivée et qu’elle soit l’aboutissement d’une application substantielle de la Charité-Vérité. S’il y a eu de l’Amour et de la Vérité, votre choix sera forcément le bon.

Concernant précisément votre question, par exemple, il est tout à fait possible de se rendre à un « mariage » homo d’un proche de manière 100% morale et catholique, à partir du moment où vous avez formulé préalablement à vos hôtes votre opposition au couple-acte homosexuel, votre désaccord par rapport à l’événement, votre conviction que la cérémonie qui se tiendra n’est pas un mariage et qu’un « couple » homosexuel ne vivra jamais concrètement de la réalité du mariage vu que le mariage est la différence des sexes ; mais, après avoir énoncé clairement et aimablement votre avis en Vérité, il est important que vous rajoutiez que la relation et l’amour que vous portez à votre fils/frère/cousin/ami vous commandent de venir quand même. Le problème serait d’aller à pareille mascarade en y croyant. Si c’était le cas, je vous conseillerais de ne pas faire le déplacement. Mais sinon, le fait d’être présent à un « mariage » homo n’est, à mon avis, pas un péché en soi, ni une compromission. Tout dépend de la Vérité et de la Charité que vous avez mis à votre présence… ou à votre décision d’absence. Quoi qu’il en soit, la relation et les personnes priment. Si à l’évidence votre refus d’être présent au « mariage » détériorait gravement les rapports et ne serait pas compris, il vaut mieux choisir le moindre mal, et donc l’entorse à vos principes moraux, en étant quand même là. Ce sera une manière pour vous de prendre votre part de souffrance dans l’Amour, sans jamais renoncer à la Vérité, et de communier encore plus avec le Christ. Il se pourrait bien que votre effort et votre joie dans le jeûne évangélisent bien plus qu’une intransigeance puriste à rester coûte que coûte fidèle à vos croyances, aussi justes fussent-elles.

Je rajouterais une petite parenthèse qui peut avoir son importance pour votre discernement. Dans la situation que nous discutons, il est évident que le degré de risque, d’implication personnelle (et donc de péché, dans le cas où vous cautionnez l’événement) est plus haut si vous vous rendez à un « mariage » homo et que si vous aviez à inviter un proche homosexuel à votre propre mariage valide (cf. nous étudierons ce cas de figue dans la question n°64). Je ne peux pas nier qu’il est en effet plus grave de participer à une réunion « ritualisée » justifiant un acte mauvais et/ou irréel que d’inviter un frère/cousin/ami avec son compagnon à un mariage valide, même si dans les deux cas, votre justification de « l’amour » homo pourrait vous amener à pécher.

 

57 – À la fête de famille, une cousine vient avec sa compagne et « leur » enfant. Comment je réagis, et comment j’explique cette réalité à mes enfants qui les verront ?

Déjà, vous dites toute la Vérité à vos enfants, en leur rappelant l’exigence de Charité et d’accueil des pécheurs. Ensuite, je vous enjoins à accueillir largement, à faire bon accueil à tout le monde, sans faire de sélection et sans déroger à annoncer la Vérité aux personnes concernées. Certes, vous me direz que la Vérité est acte, que la Charité a des limites : « Pas de vraie Charité sans l’exigence et la vigueur de Jésus ! » Mais je crois que la première des Vérités, c’est la Charité. « Je suis pas Mère Teresa ! » Ben si, justement ! Au nom de la Communion des saints, nous sommes Mère Teresa.

Dernier conseil : si vous avez vraiment du mal avec certaines réalités sociales indéfendables qui vérolent jusqu’à votre propre famille, contemplez la filiation complètement tordue, pécheresse, adultère, incestueuse, criminelle, qu’a choisie Dieu le Père pour venir rejoindre tous les Hommes que nous sommes, et pour y greffer son propre fils Jésus. Et là, ça devrait calmer en vous toute révolte, angoisse ou sentiment d’injustice !

 

58 – J’organise une fête de famille avec ma femme et mes enfants. Mon fils, homosexuel, me dit que cette fois, il ne viendra pas sans son compagnon. Je fais quoi ?

Je vous propose de mettre en place la même méthode que Jésus : affirmer ou réaffirmer votre avis sur l’homosexualité, puis votre accueil inconditionnel et votre amour pour votre enfant, indépendamment du désaccord qui se profile entre vous. Par-delà le désaccord, même. L’Amour supporte tout. Et beaucoup de choses peuvent être dites et entendues avec de l’Amour, et dans la prise en compte bienveillante (mais non complaisante) de la sincérité des personnes, des bienfaits objectifs que vivent les personnes dans une situation qui reste inacceptable.

En plus, rassurez-vous et faites confiance au bon sens de vos enfants. Si votre fils homosexuel est suffisamment intelligent et conscient de la souffrance qu’il vous cause, il aura la délicatesse de modérer ses demandes, de bien se tenir, d’annuler certaines de ses initiatives « un peu limites » parce qu’il sait qu’elles vous mettraient mal à l’aise ou vous blesseraient. Je connais beaucoup de personnes homosexuelles qui, par amour pour leurs « vieux » et pour éviter le choc culturel, tolèrent de dormir dans un lit ou une chambre séparé(e) d’avec leur compagnon, évitent les gestes d’affection amoureuse ostentatoires, se montrent plus sobres qu’à la normale, n’abordent pas les sujets qui fâchent avec leurs parents (car elles-mêmes sont incertaines par rapport au « mariage pour tous », aux Manifs, à l’adoption, à la GPA, ou bien devinent que sur ces questions-là, il ne vaut mieux pas s’aventurer !), voire même viennent aux fêtes de famille ou chez leurs parents sans leur partenaire. Nous, les personnes homosexuelles, ne sommes pas toutes des terroristes, des bourreaux de parents et des manipulateurs !

 

59 – Mon fils me dit que si je ne l’accepte pas avec son compagnon, je ne le reverrai plus. Dois-je plier sous son chantage ?

Si votre fils (ou votre fille) homosexuel(-le) n’a pas la décence de vous épargner (parce que son esprit s’est échaudé à cause de votre tristesse, des Manifs Pour Tous, de votre pratique religieuse, d’un passé personnel douloureux enfoui, de l’influence toxique et vengeresse de son partenaire à votre égard, que sais-je encore…) et qu’il a décidé de vos tester en vous en demandant toujours plus (d’abord l’acceptation du coming out, ensuite ses drôles de fréquentations amicales, après le défilé des amants éphémères, la Gay Pride, la présence du compagnon régulier aux vacances et aux réunions de famille, puis le PaCS, quand ce n’est pas l’invitation à son « mariage » pour finir par les « petits-enfants » obtenus par PMA ou GPA !), là, je vous conseille deux attitudes… qui peuvent être menées simultanément (si si !) car elles sont complémentaires. « Soyez rusés comme des serpents et purs comme des colombes. » (Mt 10, 22) À la fois vous ne devez pas vous braquer, à la fois vous ne devez pas céder au chantage, quitte à contredire vos anciens laxismes et à demander beaucoup à votre fils (même quand, par faiblesse, par peur, par ignorance, vous auriez dû mettre le holà bien plus tôt, que vous avez laissé beaucoup trop d’étapes se brûler, que le retour en arrière semble arriver trop tard, et que votre mari ou votre femme n’est plus là pour vous seconder…), et surtout vous demander beaucoup à vous-même !

Pourquoi « à vous-même » ? Peut-être que la suraffirmation homosexuelle et « militante » de votre enfant ne réclame qu’une seule chose : que vous lui demandiez pardon pour la blessure qu’a générée votre divorce avec son père (ou sa mère… si jamais vous avez divorcé…), ou pardon pour le mal que vous lui avez fait/qu’il a ressenti comme tel, voire même que vous vous réconciliez avec la personne avec qui vous vous êtes marié(e) et que vous changiez de vie. Si vous choisissez de devenir exemplaire et irréprochable en Amour, sans doute que votre fils, de provocateur, va vous suivre dans votre changement. Tout comme son désordre homosexuel suivait par mimétisme d’opposition inconscient la déstructuration de votre propre mariage et votre désobéissance à l’Église, de même son retour à une vie plus authentique pourra obéir à la reconstitution inattendue de votre foyer et de votre propre vie de prière/de communauté catholique.

Je me doute bien que, face au chantage à l’homosexualité, lourd de conséquences parfois irréversibles (rupture définitive, maladie mortelle contractée, nouvelles vies impliquées dans la boucle de la pratique homosexuelle, bonheur existentiel compromis, etc.), on n’a pas trop envie de jouer à quitte ou double avec ses propres enfants, ni tout simplement de jouer au plus malin ni au plus têtu. Il ne faut pas perdre de vue que l’homosexualité est avant tout une blessure d’orgueil. Sa capacité de nuisance est donc forte, et parfois s’active sur un détail ou un malentendu, en plus. Par exemple, par fierté mal placée, votre enfant peut s’évertuer à rester fidèle à son compagnon alors même qu’objectivement tous deux se maltraitent et ça ne va vraiment pas entre eux. Ou bien par orgueil et provocation idiote, votre fille lesbienne peut se mettre enceinte et vous obliger à accueillir la vie d’un nouvel être que, moralement, vous ne pourrez pas renier, rejeter ni mépriser, une fois qu’il sera né.

Cependant, je vous encourage, malgré le caractère impressionnant du caprice que l’homosexualité justifiée est, de ne pas vous laisser démonter. Votre enfant, au fond de lui, attend votre courage de vous opposer à lui, espère l’aveu de sa souffrance (ou de votre péché) qui ne pourra pourtant venir que de lui (ou que de vous, pour le péché), même s’il ne sait pas vous le demander. Le temps, la prière, la fermeté, la persévérance dans la douceur et la Vérité, la joie grave et le rejet du mal, votre conversion personnelle, auront, je crois, raison des décisions théâtralement sincères et souvent trop péremptoires pour être définitives. Je garde toujours en mémoire cette observation empirique des chasseurs de gros gibiers, qui constatent que le sanglier qu’ils ont visé devient brutal et fait des dégâts considérables uniquement lorsqu’il est touché à mort. Je suis persuadé que le diable – ou toutes nos désobéissances, nos fermetures, nos colères, nos serments méchants – fonctionne de même : c’est au moment où le mal est sur le point de crever qu’il se déchaîne. Mais son énergie ne prouve ni sa victoire ni sa durée ni sa vérité. Au contraire. Elle est proportionnelle à son inexistence et à sa faiblesse. Donc concernant le chantage à l’homosexualité que parfois nous, les personnes homosexuelles, nous vous faisons, tenez-nous tête, sereinement, silencieusement, aimablement. La bombe se désamorcera d’elle-même. Les actions et résolutions dictées par notre désir homosexuel sont un colosse aux pieds d’argile. Elles se pratiquent la plupart du temps parce que vous ne priez pas assez. Et si vous priez assez mais que nous nous obstinons dans l’erreur, c’est que Dieu permet cela pour votre sanctification.
 

60 – J’organise les vacances en famille. J’aimerais inviter mon fils homo. Est-ce que j’inclus son compagnon, ou j’impose qu’il ne se joigne pas à nous ?

Imposer, non. La simple concertation règle beaucoup plus les problèmes que les non-dits ou les interdictions sèches. Contentez-vous, si vous le pouvez, de formuler votre avis sur l’homosexualité, en gardant en tête qu’inviter en vacances n’est pas neutre : cela revient à adopter quelqu’un officiellement comme un vrai membre de la famille, même si ça semble se faire dans un cadre informel et relax. Or, le compagnon de votre fils ne fera jamais partie de votre famille de sang, même par cooptation ou par sympathie. Il pourra être à la rigueur un fils d’adoption ou un ami, pris individuellement. Mais pas beaucoup plus. Ne vous mentez pas à vous-même ni aux autres. Seule la Vérité permet l’Amour et les relations authentiques.

Et soit dit en passant, si j’étais vous, j’éviterais d’en faire trop avec le petit copain de votre fils, de prendre une quelconque initiative. Il n’a à être considéré par vous ni comme un étranger, ni comme un pote ou un « gendre symbolique » avec qui on peut simuler une complicité factice et qu’on peut tromper sur la réalité (la famille) et la Vérité (la foi). À moins que la convivialité ne fasse partie de votre plan de conversion et d’évangélisation du « couple » de votre fils, je ne me poserais même pas la question de l’inviter, de l’inclure ou de l’exclure des activités familiales. Si sa présence vous est demandée, dans ce cas-là seulement vous aviserez et vous vous positionnerez en conscience le moment venu. Mais ne devancez pas les idées qui donneraient à penser que vous encouragez votre enfant dans la voie de la pratique homosexuelle. Gardez-vous également de la formulation péremptoire de décisions qui donnerait à penser que vous niez complètement ce qu’il vit amoureusement. Tous ces cas de conscience arriveront bien assez tôt et par l’intermédiaire d’autrui ! Autant que ça ne vienne pas de vous. Tout ce que je vous conseille, c’est de ne pas prendre pour acquise, de ne pas valider et de ne pas normaliser la situation illégitime de votre fils. Non parce que « cela doit être » mais au nom du bonheur des personnes en Vérité.

 

61 – Les liens avec une de mes tantes, lesbienne, qui est en plus ma marraine, se sont distendus, surtout depuis le « mariage pour tous ». Comment reprendre le contact ?

C’est tout simple. 1) En s’invitant chez elle (le Réel, toujours le Réel !). 2) Ou bien en l’appelant par téléphone. Sans trop parler (« Qui se justifie s’accuse ») mais plutôt en écoutant et en laissant le sac d’en face se vider. 3) En insistant un peu si ça ne décroche pas tout de suite. 4) En demandant pardon : pas forcément « d’avoir eu tort » – en reniant ce qu’on pense et ce à quoi on croit – mais plutôt pardon au moins « d’avoir blessé » ou que votre interlocutrice « se soit sentie blessée ». 5) En lui écrivant une jolie lettre. La plus courte possible : ne pas rentrer dans le débat mais plutôt appuyer sur l’importance de la beauté de votre relation, sans nier non plus les problèmes. 6) En reconnaissant (parce que c’est vrai) que les Manifs Pour Tous, aussi louable fût leur but, ont été homophobes. Le mot « homophobie » sortant de votre propre bouche peut avoir l’effet d’une bombe et devenir la clé ouvrant instantanément le cœur de votre marraine : je vous jure.

Vous savez : contre toute attente, les personnes les plus butées, boudeuses et contrariées, sont aussi les plus faciles à convertir et à adoucir. Pourquoi ? Parce que c’est exténuant de bouder ! Mgr Patrick Le Gal – évêque aux Armées – expliquait un jour que la personne qui boude se fatigue deux fois plus que les autres. En ruminant sa rancœur, non seulement elle punit l’autre, mais elle se punit aussi elle-même ! Double peine ! Pour l’en sortir, il faut faire usage de pédagogie, d’humour, d’écoute. Et elle sera toute contente d’avoir l’impression de se libérer doublement elle-même !

Concernant le « mariage pour tous » à proprement parler, croyez-moi, ce n’est pas derrière une vraie enquête, une mûre réflexion, et pléthore d’arguments solides, que les pro-mariage-gay se sont réfugiés et renfrognés. En général, ils ont défendu cette loi épidermiquement, sans y croire eux-mêmes (il n’y a qu’à les entendre parler du mariage !), sans autre mobile que le soutien arbitraire et affectif aux personnes homosexuelles. D’où leur silence bougon actuel. Déjà, pendant le passage de la loi, ils serraient les fesses et ne jouaient pas les fiers. D’ailleurs, l’affluence à la Gay Pride de 2013 fut très timide et beaucoup moins importante que les autres années…

En outre, de plus en plus de personnes homos se désolidarisent du « mariage pour tous » en réalisant ses conséquences désastreuses et leur propre désintérêt pour leur « cadeau » empoisonné/inutile. Alors comptez aussi sur cette prise de conscience – muette, lente mais puissante – du côté des personnes homosexuelles pour revenir en douceur vers elles. Beaucoup sont prêtes à réaliser que la relation et le passé qu’elles ont partagés avec vous, vaut bien plus que des petites guéguerres sociales dans lesquelles les gens s’arc-boutent pour masquer leurs problèmes intimes.

 

62 – J’ai amené mon fils à un goûter d’anniversaire, et en le laissant, je me suis fait piéger puisque j’ai découvert que son camarade était élevé par un couple d’hommes : qu’aurais-je dû faire ?

Le même cas de conscience risque de se poser si votre enfant se trouve – ça arrive de plus en plus – dans une classe avec un autre enfant élevé par deux hommes/deux femmes en « couple », ou avec un camarade dont l’un des deux parents biologique est socialement homosexuel. Ces nouvelles réalités fantasmées actuelles, loin d’être négligeables, suffisent à bouleverser l’équilibre et l’orientation pédagogique de tout un établissement scolaire. Rien que cette semaine, j’ai vu que dans certaines écoles primaires, la fête des mères et la fête des pères avaient été remplacées par « la fête des gens qu’on aime » au nom de la « non-discrimination » des situations familiales hors-normes. Donc il faut vous y préparer sérieusement. La science-fiction, l’humain asexué, c’est maintenant.

Dans l’affaire du goûter d’anniversaire, mais finalement dans toutes les situations où votre enfant peut se retrouver confronté à la réalité homosexuelle, je ne vous conseillerai qu’une chose : du moment que la Vérité est dite (et en toute Charité !) par vous, tous les schémas d’actions et de réactions sont envisageables. Donc vous avez le choix, en fait ! Soit vous retirez votre enfant mais avec Amour (cela dit, dans ce cas de figure, ça risque d’être compris comme un rejet des personnes… alors qu’il vaut quand même mieux favoriser l’échange), soit vous le laissez mais en expliquant comment vous le laissez (c’est-à-dire en définissant calmement les conditions), ou bien en préparant un bel échange « Vérité » avec les organisateurs au moment de le récupérer. Quand il y a de l’Amour des personnes, de la Vérité sur ce qu’elles vivent, et de l’Humour, tout devient possible, beaucoup de choses sont audibles et recevables. C’est d’ailleurs comme ça qu’on peut constater combien la foi catholique libère vraiment, dénoue les nœuds, détend l’atmosphère et décuple considérablement notre marge d’actions (en comparaison avec ceux qui agissent dans le feu de leurs convictions ou de leurs émotions, mais sans le Feu de l’Espérance, de la Foi et de la Charité). L’Église est une vraie richesse, une boîte à idées pour n’importe quelle situation, même la plus ubuesque.

Par exemple, en voyant les publicités gays friendly et pro-« homoparentalité » de mon assureur « militant » La MAIF, j’ai décidé de me désinscrire de cette mutuelle. Au téléphone, j’ai dû expliquer les raisons de mon départ. J’aurais pu tourner les talons, invoquer par flemme et rancœur une excuse-bidon courte pour rompre mon contrat sans discuter. Mais agir sans Vérité, ce n’est pas agir comme le Christ. J’ai donc pris le temps d’expliquer pourquoi je m’opposais au « mariage homo » et à l’attribution de la parenté à des formes amoureuses qui ne sont pas parentales. Ça a donné lieu à une discussion apaisée et passionnante de quasiment deux heures avec l’employé de la MAIF qui, sans ça, ne se serait jamais posé la question de l’opposition à l’homosexualité et au « mariage gay », et qui s’est avoué bousculé par la nouveauté et le courage de mon discours. Bien souvent, les gens nous rejettent uniquement parce qu’à la base, c’est nous qui les avions rejetés et n’avions pas pris le temps pour eux.
 

63 – J’affiche mon opposition au « mariage gay » et à l’homosexualité (de mon fils, de mon neveu ou de mon petit-fils). Ainsi, je me mets à dos toute la famille gay friendly pour qui je passe pour le cathos réac et intolérant. C’est dur. Comment continuer à les fréquenter dans cette ambiance lourde là ?

Je sais bien. C’est parfois très lourd à porter. Même si le procès en « intégrisme », en « conservatisme », en « retard archaïque », n’est jamais agréable à recevoir et est souvent injuste, essayez de vous dire que c’est la rançon de la Vérité et de votre Joie dans la persécution au nom de Jésus, tout en gardant bien à l’esprit que si le point de divergence peut se tasser avec le temps, il ne sera jamais un détail. Ce n’est pas « pour rien » que c’est si tendu et douloureux : il y a un BEL enjeu ! Car ce qui est en jeu avec le « mariage pour tous », c’est la différence des sexes et la différence Créateur-créatures (la foi, l’Église…)… donc autant dire les Essentiels de votre vie. Alors ça vaut le coup de vous battre, de persévérer, de souffrir ! Pas tellement « pour avoir raison ». Mais plutôt pour la préservation de la qualité de relation avec votre famille. Rien de pire que des liens ou des échanges familiaux qui ne se vivent pas dans la Vérité. Et tant pis si vos proches ne vous comprennent pas toujours, vous jugent comme « les méchants réacs’ », vous manquent de respect et vont imposent – en public comme en privé – un constant chantage aux sentiments. Ils essaient en réalité de vous soutirer une Vérité et une Charité qu’ils n’ont pas (donc à vous d’exceller doublement dans ces deux domaines !). Tenez bon ! En gardant toujours au cœur l’horizon de la Résurrection.

Par ailleurs (et ce n’est pas un détail ! c’est même le plus important, ce que je vais vous dire maintenant), dans ces affaires de tensions familiales concernant l’homosexualité-l’hétérosexualité-l’homophobie et concernant le « mariage gay », bizarrement, le plus à convertir, c’est vous-mêmes ! Le problème, ce n’est pas tellement les autres ! C’est un combat spirituel entre votre raison et votre cœur, au fond. Dans ces débats familiaux explosifs ou vaseux, vous serez, malgré les apparences, toujours plus malmenés de l’intérieur que de l’extérieur ; vous serez toujours beaucoup plus testés sur votre rapport intime à Dieu, à l’Église, à votre propre sexualité et au mariage, à votre manière de répondre aux personnes, que sur celui des autres ; vous serez toujours plus menacés par vos propres doutes personnels et votre manque d’arguments à l’encontre du « mariage pour tous », que par les « arguments » et les attaques des pro-mariage-gay (qui ne sont en général pas d’un très haut niveau : c’est de l’affectif et de l’idéologique purs que de défendre le « mariage » homosexuel). Ce que je veux signifier par là, c’est que si les attaques de vos proches vous affectent, ça n’indique pas une « injustice » ou une « conspiration » qui doivent vous faire désespérer de votre famille ou de votre époque, et vous fournir une excuse pour encore plus vous victimiser/rigidifier. Tout le contraire ! Votre peine et votre exaspération illustrent surtout que vous ne savez pas encore assez bien pourquoi le « mariage gay » est mauvais, vous ne savez pas assez pourquoi l’Église a raison sur toute la ligne concernant l’homosexualité, vous n’êtes pas assez formés sur l’homosexualité et vous n’aimez pas assez les personnes homosexuelles/leurs amis gays friendly. Alors rendez grâce pour l’occasion que vous fournissent ces persécutions de rencontrer en Vérité les personnes homosexuelles, de vous replonger dans le Catéchisme de l’Église catholique, de vous former sur l’analyse/la dénonciation de l’homosexualité et l’hétérosexualité tout en gardant fermement l’amour des personnes, d’être des témoins de Jésus au cœur de leur temps.

Je finirai cette réponse en vous offrant un petit « pense-bête » très utile que j’ai écrit il n’y a pas longtemps, pour poser de manière synthétique les quatre arguments de poids qui justifient l’opposition au « mariage gay » (et plus largement, au coming out, à l’Union Civile, à l’homophobie, au militantisme pro-gay et pro-hétérosexualité). Car souvent, même les opposants au « mariage gay » ne le connaissent pas, et ne s’attachent qu’aux « conséquences sur la filiation » de la Loi Taubira pour justifier leur intuitive objection (c’est un peu court…). Cela pourra vous aider de le lire, relire et rerelire. C’est plus un encadré pour vous et votre cœur, qu’un contenu à déverser et à asséner aux autres (de toute façon, en général, vous n’avez pas le temps de le dégainer au moment de répondre en cinq secondes à la sempiternelle question-qui-n’attend-pas-de-réponse « Mais pourquoi vous êtes contre le mariage gay ? »).

Personnellement, quand on me demande pourquoi je suis « contre le mariage gay », je dis d’abord (et le fait que je sois ouvertement homosexuel aide à l’écoute et à ma légitimité à parler, c’est évident) que je m’y oppose parce que justement j’aime les personnes homosexuelles et l’Humanité, et que cette loi ne les respecte absolument pas même si elle s’impose en notre nom. À mon avis, le « mariage gay » est gravissime pour ces quatre raisons principales :

1) D’abord, il ne repose plus sur l’Humanité puisqu’il remplace la sexuation humaine par l’orientation sexuelle des personnes, c’est-à-dire par leurs sentiments et leurs pulsions ou, ce qui revient au même, par les gens qui nous attirent érotiquement et notre pratique génitale. Comme si nous étions des anges ou des animaux, et plus des humains ! On glisse l’air de rien des Droits de l’Homme vers le Droits des homos et des hétéros. C’est très grave, cette violation d’Humanité.

2) Ensuite, ce « mariage » ne respecte pas la réalité des personnes homosexuelles et de leurs potentiels « couples », et ne règle absolument pas leurs problèmes individuels (viol, souffrances : à ce jour, 100 amis homos m’ont révélé avoir subi un viol) ni leurs problèmes « conjugaux » (violence, infidélité, ennui) et sociaux. Il complique même leur existence et augmente l’homophobie à leur encontre car il les installe dans des situations et des pratiques souvent irréversibles, commerciales et délictueuses (vol et trafic d’enfants), pratiques qui vont engendrer plus vite qu’elles ne le croient des représailles homophobes d’une cruauté terrible.

3) De plus, au nom de l’« amour », le « mariage gay » retire et banalise la différence des sexes dans les textes de loi : le mari et la femme s’affadissent en « conjoints », le père et la mère en « parents ». Symboliquement, on ne reconnaît plus la différence des sexes comme Meilleur humain pour exister et pour aimer, alors qu’on sait très bien qu’il n’y a pas d’amour humain véritable sans accueil de la différence des sexes, et que tout être humain a besoin de l’amour dans la différence des sexes pour se construire et être heureux. Autrement dit, avec le « mariage pour tous », l’amour entre les deux conjoints différemment sexués, puis entre les deux potentiels parents biologiques d’un enfant, n’est plus reconnu ni valorisé comme le meilleur pour qu’une société vive en paix, n’est plus protégé par la loi nationale. Il s’agit d’un début de massacre de l’Amour incarné, réel. Ni plus ni moins.

4) Enfin, cette loi donne minimum trois parents à un enfant. Ce scandale a été à peu près reconnu par tout le monde, même par les pro-mariage-pour-tous (c’est pour cela qu’on ne les entends plus depuis l’approbation de la loi…). En effet, à partir du moment où on nomme « parents » les deux membres d’un « couple » homo, et où on leur donne un enfant à élever, il faut nécessairement recourir à une tierce personne, quand ce n’est pas 4 et plus ! Et ce, dans tous les cas de figure, sans exception : adoptions, projet de coparentalité, conséquences du divorce ou d’une séparation, PMA (Procréation Médicalement Assistée), GPA (Gestation Pour Autrui), etc. Le « mariage gay », c’est la pluriparenté (un mythe) imposée à tous ! Bienvenue dans le « meilleur des mondes » !

 

64 – Je me marie à l’église avec mon futur mari et au moment d’envoyer les faire parts, je suis prise entre deux feux : je ne sais pas si je dois inviter mon cousin vivant aux États-Unis seul ou avec son compagnon, au risque de provoquer un psychodrame dans ma propre famille. Que faire ?

Si j’étais vous, j’inviterais quand même votre cousin avec son compagnon. L’inviter à venir seul serait ne pas respecter sa liberté ni son engagement de vie. Cela reviendrait à nier sa sincérité, sa situation, ainsi que sa personne et votre relation ; à le punir en vous mêlant de ses choix. Heureusement qu’on n’accueille pas les gens selon ce qu’ils font, mais uniquement selon ce qu’ils sont, même si on n’est pas forcément d’accord avec leurs actes et leur mode de vie, et malgré nos désaccords. Si nous n’ouvrions notre porte qu’à ceux avec qui nous sommes 100% d’accord, ou bien si nous n’invitions à notre mariage que les gens au mode de vie irréprochable, nous nous retrouverions bien seuls !

Notre amour envers les autres doit être inconditionnel. Nous n’aimons pas les gens à partir du moment où ils le mériteraient, où ils seraient en règle ou conformes à notre idée de la moralité, où nous cautionnerions toutes leurs actions. Nous leur ouvrons notre porte parce que nous les aimons au-delà de ce qu’ils font, et au-delà de la respectabilité et de la bienséance sociale. Cela ne nous dispense pas de couronner cet accueil de Vérité, en spécifiant bien pourquoi nous les accueillons, et en tenant compte de la justesse des actes. Mais c’est la Charité qui prime. « Ce qui demeure aujourd’hui, c’est la foi, l’espérance et la charité ; mais la plus grande des trois, c’est la charité. » (1 Cor 13, 13) Personnellement, j’inviterais votre cousin et son compagnon, tout en leur énonçant clairement ce que vous pensez de leur union. Pas en mode négatif et manichéen – « Vous êtes dans l’erreur, vous commettez le mal, vous n’êtes pas heureux, ce que vous faites est péché, etc. » – mais en mode positif – « Nous sommes témoins que ce que vous vivez est sincère et vous apporte des bienfaits indéniables, mais nous croyons que vous avez mieux à vivre qu’un couple, que vous n’êtes pas un minimum comblés ensemble ni encore à votre meilleure place. Si nous vous invitons tous les deux, ce n’est pas en tant que couple, mais en tant que personnes que nous apprécions chacune personnellement, comme deux amis, comme deux êtres chers à nos yeux. Si nous vous écrivons cela, c’est parce que nous voulons être en vérité avec vous, parce que nous vous aimons, et que nous voulons que vous soyez à nos côtés pour la fête. »

 

65 – Mon fils, en couple avec un homme, a un enfant (par mère porteuse ou autres) puis le fait baptiser à l’Église. Je m’y rends ou je ne m’y rends pas ? J’accueille cet enfant ou non?

Cela va de soi que vous accueillez cet enfant. Quant à la cérémonie ou messe de baptême, si vous en avez la force, et sous la condition que vous ayez bien dit préalablement et librement la Vérité et votre avis sur l’homosexualité, rendez-vous quand même à l’événement. Un enfant né même de manière illégale, illégitime, mercantile, et par les mauvais moyens, n’a pas à payer toutes les conséquences de l’orgueil de ses parents (il en paiera déjà bien assez !) et n’a pas à être privé de la Grâce divine. Il serait le fruit d’un viol que vous vous rendriez à son baptême quand même ! Puis dites-vous que la démarche des « parents », aussi truquée soit-elle, va forcément les amener à cheminer, voire à se convertir, au contact de la catéchèse du prêtre sur le baptême, si jamais ce dernier est bon. Ça ne peut que leur faire du bien que vous rentriez un peu dans la fête (car le baptême reste une grande fête) et qu’eux entendent par moyen détourné et sacré la Vérité de leur situation adultère.

Je sais bien, comme vous, que « la religion, c’est sacré », et que si on ne fait pas les choses dans les règles, surtout au niveau du rite, des conditions d’administration des sacrements, de la pureté des intentions des « parents » qui baptisent, la validité du sacrement est fortement remise en cause. En plus, votre présence au baptême pourrait donner à croire à votre fils et à votre entourage social que vous entérinez le mode de vie homosexuel. Mais dans votre cœur et dans vos mots, vous savez très bien que, si vous êtes restés fermes et fidèles à votre for intérieur en Jésus, vous ne dévierez pas et vous n’encouragerez/n’alimenterez aucun mal. Mieux : vous limiterez les dégâts et jouerez vraiment votre rôle de passeur de Dieu. Et enfin, un sacrement, même s’il est donné dans des conditions peu optimales et a choisi d’épouser les moyens et l’humanité défectueux, reste un sacrement !

 

66 – En camp ski catho, un jeune garçon me confie ses sentiments pour un de ses amis du même âge. Qu’est-ce que je fais, en tant qu’animateur ou en tant qu’un de ses camarades ?

Avant de chercher une solution humaine, priez et demandez conseil à l’Esprit Saint. Il vous répondra à coup sûr, et de manière très claire et étonnante.

Conjointement à cette sollicitation spirituelle, vous avez certainement un rôle à jouer. Si la révélation – accidentelle ou confidentielle – d’une homosexualité vous a été donnée, ce n’est pas par hasard. C’est qu’il a été considéré que vous pouviez la porter, qu’on vous a fait confiance ou bien plus dangereusement qu’on vous a testé/dragué. Réjouissez-vous-en quoi qu’il arrive, car elle va vous donner l’occasion d’annoncer le Christ et de soulager une personne qui ne portera plus sa croix invisible tout seul. Grâce à vous.

Si vous êtes animateur en camp, il y a de fortes chances que la découverte de l’homosexualité d’un des jeunes dont vous avez la charge soit d’origine accidentelle (même si je connais le cas réel d’un jeune qui est venu confier ses sentiments amoureux « irrépressibles » à l’égard d’un autre garçon de son groupe, à son responsable… et tristement/démagogiquement, le « responsable » en question avait, contre toute attente, été flatté d’une pareille marque de confiance, et avait joué l’entremetteur entre les deux garçons, en justifiant sa démarche par la banalisation et son propre désintéressement dans l’affaire). Dans le cas où vous voyez une idylle homosexuelle se tramer, je vous conseille de ne pas ébruiter la confidence auprès des autres membres de l’équipe d’encadrement, ni d’étouffer l’affaire non plus, et encore moins d’encourager la libre expression de l’homosexualité entre les deux personnes concernées, mais d’opérer d’abord et avant tout à cœur ouvert dans l’interpersonnel, dans le dialogue en face-à-face (avec les deux intéressés, ou séparément ou même uniquement avec le « tenté »), dans l’explication sereine et la dédramatisation des premiers émois adolescents fantasmés.

Si vraiment vous voyez que la situation ne s’améliore pas, voire qu’elle s’envenime (ce qui serait très étonnant car normalement, la connivence que crée la verbalisation et la compréhension de la tentation homosexuelle dégonfle le ballon de baudruche sentimental), là, il faudra envisager d’inclure d’autres personnes dans la boucle de la parlementation (moniteurs, directeur de la colo, parents, jeunes du groupe…). Mais je vous souhaite de ne pas arriver à ces extrémités. Car eus égard à la peur, à l’ignorance, aux humiliations et au chantage affectif dans lesquels entraîne très souvent tout débat sur l’homosexualité, ça risque de faire souffrir du monde inutilement, en particulier les personnes directement concernées.

 
ados
 

67 – Je suis un jeune scout et je me fais draguer par un de mes camarades qui me révèle ses sentiments à mon égard. Comment je réagis ? Ou bien je me suis pris une main aux fesses ou fait caresser par un camarade scout ou de lycée. On s’est masturbés mutuellement devant un film porno et j’ai aimé ça. Qu’est-ce que je fais ?

Ne rentre pas dans le jeu ni le cercle vicieux de l’intimidation, de la banalité, de la déconnade. La sexualité, c’est important, beau et fragile à la fois. Je sais que c’est extrêmement difficile d’aller en parler à quelqu’un car le geste affectif, amoureux, érotisé, reçu en plus à un âge trop jeune, est troublant et humiliant car il n’est pas souvent libre, pas très facile à prouver (en général, il est caché et furtif), ne semble pas suffisamment grave pour être dénoncé ni suffisamment anodin pour ne pas dérouter. Et quand en plus ce geste est homosexuel, il rejette la différence des sexes, donc blesse encore plus l’identité sexuée de ceux qui le partagent : il vient remettre en cause une identité masculine ou une identité féminine, a fortiori en pleine construction. Alors ça rajoute au traumatisme. Quand l’amitié s’en mêle (on n’a pas envie de dénoncer un camarade), que la menace de rumeur s’en mêle, que la défiance à l’égard des adultes s’en mêle (on ne veut pas qu’ils montent le fait en épingle, en fassent une affaire d’État, amplifient les ennuis), que la responsabilité personnelle s’en mêle (pour faire ce genre d’obscénités, il faut quand même être minimum deux) et que le ridicule (touche-pipi ou porno ou caresses, ça fait tapette ou bébé) vient boucler la boucle, là, c’est quasiment la condamnation au silence.

Pourtant, si tu peux en parler à un adulte de confiance, qui saura t’écouter, te rassurer, te confirmer que ce que tu as vécu n’est ni normal ni monstrueux, ni révélateur de qui tu es, qui saura dissocier l’acte de ta personne (car quand on a ton âge, on a du mal à ne pas s’identifier à ses propres actes), qui saura régler le problème en restant discret et respectueux, fais-le. Ne garde pas ce qui s’est passé pour toi. Sinon, tu vas intérioriser ta peur ou ton expérience (peut-être sous forme d’homosexualité à l’âge adulte, ce qui serait dommage car personne n’est « un homosexuel »), et tu laisseras ton ou tes camarades de forfait sans aide non plus. Tous les adultes ne sont pas mâtures, mais il y en a quand même quelques-uns. Eh puis le lieu le plus sûr où tu peux être sûr d’avoir affaire à une tombe, c’est la confession avec un prêtre catholique.
 

68 – Mon fils s’est fait draguer homosexuellement au scoutisme. Comment j’affronte l’événement ? Je pète un scandale ?

ados 2
 

Vous faites au contraire de votre mieux pour éviter le scandale (« Heureux les artisans de paix »). Évitez-vous le remake des psychodrames à la Le Quesnoy de « La Vie est un long fleuve tranquille »…

Je connais personnellement le cas – pas dans le cadre du scoutisme mais dans celui d’un collège relativement huppé, ce qui revient au même – d’un élève qui s’est déclaré amoureusement à un autre du même âge, sans qu’il n’y ait eu de passage à l’acte homosexuel. Rien que des intentions exprimées, la révélation de sentiments, peut-être un mot doux intercepté, en tout cas l’expression d’un émoi. Mais pas plus, a priori. Tout de suite les faits ont été connus car le camarade ayant reçu cette déclaration a eu le réflexe d’en parler immédiatement à son père, et l’équipe d’adultes encadrants a pris l’affaire en main et éteint avec calme l’incendie en convoquant discrètement et séparément les deux jeunes concernés. L’affaire a été en apparence vite pliée.

Bien évidemment, si cette situation arrive à votre fils, qu’il soit la « victime » ou bien l’auteur du dérapage (dans l’hypothèse où les rôles soient facilement dissociables, ce qui n’est pas toujours le cas), vous pouvez calmer le jeu, lui proposer de prendre du temps pour parler, l’écouter en solo, le rassurer. S’il est celui qui ressent une attraction homosexuelle, vous pouvez en plus de cela valoriser l’importance et la beauté des amitiés d’adolescence souvent « fortes » et passionnelles (tout en les remettant à leur juste place), lui apprendre à découvrir ses pulsions et à les canaliser, prendre le temps de faire le point sur ses sentiments (« On va voir si ça dure ou pas… »), ne pas mépriser sa sincérité, reprendre la discussion quand c’est nécessaire, expliquer calmement ce qu’est l’homophilie, à savoir une attraction ou une fascination ressentie par un certain nombre de jeunes de son âge, et qui constitue souvent une étape classique de la maturité affective des adolescents. L’homophilie n’annonce pas forcément une homosexualité présente ou future, mais elle est au contraire l’expression d’un manque d’assurance, d’une carence d’amitiés, d’une angoisse, et la promesse d’une belle sensibilité à l’amitié. « Sois libre mon garçon, et ne fixe pas en toi ce qui n’est pas figé. C’est humain de craindre la sexualité, puisque c’est la mort et la vie. »

Enfin, j’ai remarqué que dans ce genre de configurations, bizarrement et contre toute attente, l’intervention des adultes se focalise davantage sur le jeune pyromane en herbe que sur le plaignant. Par prudence et « pour ne pas en rajouter », la prise en charge du récepteur est négligée. C’est logique. On se concentre d’abord vers le danger, vers celui qui a fauté, pour éviter qu’il ne fasse d’autres dégâts et d’autres adeptes, et parce que le jeune qu’il a flatté a/aurait l’innocence pour lui, est/serait capables de vite s’en remettre et de rebondir rapidement une fois l’incident réglé, parce que les adultes veulent dédramatiser, passer l’éponge, et dédouaner celui dont ils se persuadent qu’il serait une cible accidentelle à son insu. Mais je suis d’avis que le suivi, sans pour autant être fiévreux et lourd, doit être assuré autant chez le prédateur que chez sa proie. Car il ne faudrait pas croire que la proposition – même esquissée, même tacite, même extérieure, même étrangère, même illogique – de l’homosexualité n’ait aucune incidence dans la tête et dans le cœur du jeune qui la reçoit. Quand bien même il soit beau, viril et qu’il ne présentait avant la déclaration aucun signe d’homosexualité. Un ado, à cet âge-là, est lui aussi fragile, sensible à son pouvoir d’attraction et de séduction. Le fait d’avoir plu érotiquement si jeune à un autre garçon de son âge peut générer chez lui ce genre de questionnements : « Si j’ai provoqué un question amoureux homosexuel chez un ami, si j’ai inspiré de l’homosexualité, c’est peut-être parce que je dégage de l’homosexualité sans m’en rendre compte… Peut-être ai-je été ambigu et que je l’ai cherché… Cette déclaration d’amour n’a pas pu m’arriver par hasard… ». Donc adultes qui me lisez, ne pliez pas trop vite bagages face à l’influence sentimentales des séries télé chez nos jeunes, prêts à croire et à imiter même ce à quoi ils ne se seraient pas au départ identifiés.

 

69 – Je suis amoureuse d’un homme homosexuel catholique. Je lâche l’affaire ou j’insiste ? (Question subsidiaire : Les mecs cathos mariables d’aujourd’hui sont-ils tous soit homos, soit séminaristes ?)

meilleure amie
 

Je connais des cas de figure où l’insistance, la douceur dans la persévérance, la patience et la tempérance, ont payé. Et ça donne des couples très heureux (même si l’homosexualité du conjoint ne disparaît jamais complètement, met souvent le couple en alerte, et oblige à une grande qualité d’échange…). La foi aide ! Je connais d’autres cas de figure où malheureusement les mêmes qualités se sont quand même soldées par un échec. Cela ne veut pas dire qu’il y a des filles plus douées que d’autres, que vous ne savez pas y faire si ça ne marche pas, ni que votre foi n’est pas assez forte. Ça signifie juste que l’homosexualité est une peur et une blessure complexe, qui peut être approchée et domptée bien plus souvent qu’on ne le dit, mais qui parfois est trop profonde pour être domptée dans un temps terrestre ou même comblée par une très belle amitié (spirituelle). Ce qui est casse-gueule dans ce genre de « configurations Ziggy » comme je les appelle (cf. le code « Fille à pédés » dans mon Dictionnaire des Codes homosexuels), c’est l’idéalisme et le volontarisme… ou bien, dans l’extrême inverse, la désespérance et l’abandon. En plus, le climat médiatique actuel n’aide absolument pas à sortir de la croyance que l’homosexualité peut/puisse être dépassée.

À vous de savoir pourquoi vous vous retrouvez dans cette situation tordue et parfois inextricable. À vous de discerner les vraies raisons, et d’en discuter à deux avec la personne homosexuelle qui vous attire. Est-ce par masochisme, par amour des complications, par orgueil de sauver l’autre, par peur des hommes et par misandrie, par misère affective, par adolescence prolongée ? Ou bien est-ce par foi réelle, par amour authentique de la personne et de la différence des sexes, par confrontation au handicap, par courage noble et lucide ? « Nulle n’est attirée par une personne homosexuelle par hasard. » faisait remarquer le père Xavier Thévenot. Peut-être que c’est une épreuve que Dieu vous fait porter parce qu’Il sent que vous avez les charismes pour ça. Peut-être est-ce une ruse du démon pour vous enliser dans vos blessures sexuelles. Vous seule avez la réponse et la trouverez en Christ. Mais vous avez une blessure vous aussi, c’est certain.

Concernant votre parenthèse humoristique finale, bien évidemment qu’il existe aussi des hommes catholiques bien dans leurs baskets, bien « mecs » et bien pères, et solides dans leur foi, qui vous attendent et qui savent encore courtiser sainement. Tous ne sont pas prêtres ni homosexuels ni déjà mariés ni divorcés. N’en doutez pas. Même si parfois on a l’impression qu’il n’y a pas l’embarras du choix, même si on peut se dire que l’Église catholique et la pratique religieuse sont des « trucs de gonzesses » et qu’elle regorge de femmes (vierges et affamées !), même si on constate que notre époque châtre, émascule, « frigidifie », asexualise, démasculinise les hommes, figurez-vous qu’il y a encore beaucoup de fidèles masculins – dans les églises, dans les groupes de prière, dans les paroisses – toujours célibataires qui formulent en cachette la même lamentation que vous, mais cette fois-ci à votre égard : « Il n’y a plus de vraies femmes. C’est toutes des filles faciles ou au contraire des filles coincées et bourrées de principes rigides. Les femmes d’aujourd’hui m’agressent, m’en demandent à la fois trop et pas assez, sont compliquées. Ce sont des femmes-mères ou des Mademoiselle… mais pas des épouses. J’étouffe ! » À un moment donné, il va falloir arrêter, entre les sexes, de se croire si différents. Je dis ça, je dis rien…

 

70 – Je suis animateur chrétien dans un séjour handicapés, et j’observe des rapprochements entre deux vacanciers trisomiques. Est-ce que je laisse faire ou je les sépare? Je leur dis quoi s’ils jouent l’engagement amoureux sous la pression des autres?

trisomie
 

J’ai déjà assisté à la scène en tant qu’encadrant. C’était pendant une petite « boum » avec des danses. À l’époque, j’ai séparé sans brutalité et sans bruit les deux vacanciers. Et ça n’a fait aucune vague. L’humour, le sourire et le silence font le reste. Quant à l’engagement amoureux entre deux personnes trisomiques ou handicapées mentales, il est rarement revendiqué et ne revêt pas – à ma connaissance – de caractère officiel ni sérieux ni même amoureux (…ce qui ne veut pas dire que, dans un autre cadre que l’union/l’acte homosexuel-le, ces mêmes personnes ne puissent pas être capables d’aimer véritablement : bien au contraire !). Les personnes trisomiques, souvent très sensibles et très câlines, sont beaucoup plus portées à des gestes d’effusion de tendresse quel que soit le sexe de la personne sur qui elles jetteront leur dévolu dans l’instant, qu’à une pratique affective exclusive avec les gens de leur sexe, donc à une homosexualité fixée. Déjà qu’entre deux personnes adultes « consentantes » et apparemment « en pleine possession de leurs moyens mentaux » j’ai du mal à accréditer l’authenticité de leurs étreintes et de leur « couple », combien plus j’ai du mal à croire en la liberté et au sérieux des bisous-bisous et des papouilles échangés entre deux personnes trisomiques du même sexe. Il faut arrêter – et ce, pour tous – d’entretenir le mythe de « l’amour homosexuel » et de l’« identité homosexuelle », a fortiori quand les plus fragiles sont instrumentalisés à des fins identitaristes et sentimentales très discutables.
 

71 – On me traite d’homophobe parce que je suis catho. Dois-je cacher ma foi ? Si on me dit « Tu dis ça parce que tu es croyant », dois-je répondre « Pas du tout. Je dis ça parce que c’est vrai et c’est du bon sens. Je dirais la même chose si j’étais athée ! » ?

Si vous êtes attaqué – de surcroît en procès d’homophobie – à cause de votre identité d’Enfant de Dieu et de l’Église-Institution, faites-en une occasion d’humilité, d’humour et de joie (ce n’est pas pour rien que, sur la totalité des 9 Béatitudes offertes par Jésus dans la Bible, 3 concernent le bonheur dans la persécution au nom du Christ et de la foi !) et non une occasion d’orgueil et de mépris (« Si on me persécute, c’est que j’ai forcément raison ! Et ça me donne encore plus l’autosatisfaction d’être dans le vrai, ainsi que le droit de contre-attaquer avec la même violence ou une violence décuplée ! » ; « L’homophobie : n’importe quoi ! C’est comme l’extrême droite et le Gender : ça n’existe que dans l’esprit des paranoïaques ! »).

Personnellement, quand on me sort « Tu dis ça parce que t’es catho » (sous-entendu « par superstition et soumission à quelqu’un d’autre que toi, et qui pense à ta place »), je réponds un OUI enthousiaste. Je suis heureux de déclarer que je m’oppose à l’homosexualité (et non aux personnes homosexuelles, infiniment aimables) parce que je suis catholique. Et c’est parce que je suis catholique que je deviens réaliste, concret, crédible, vrai, fin connaisseur de la réalité homosexuelle. Je suis heureux de déclarer avec conviction que, du fait de l’Incarnation de Jésus dans notre monde et du caractère empirique et simple de la foi, le catholicisme rejoint le bon sens de la personne athée, rejoint la vie intime de toute personne, et que, pour le coup je pourrais faire les mêmes constats sur l’homosexualité que si je n’étais pas croyant.

Autre bonne nouvelle que je peux vous donner pour vous aider à faire contre mauvais traitement bon cœur. Dans les « débats » passionnés sur l’homosexualité, si vous entendez que le mot « homophobie » ou l’adjectif « homophobe » sort de la bouche de vos détracteurs, dites-vous intérieurement que c’est le Jackpot ! Car là, non seulement ils jouent leur dernière carte et montrent leur talon d’Achille, mais en plus ils prêtent le flanc à l’épée de Vérité-Charité. D’une part, parce que les gens – même homos – n’y connaissent rien à l’homophobie (c’est donc l’occasion en or pour vous de les prendre en défaut d’ignorance) ; ensuite, parce que vous allez répondre à l’agression par une assurance détendue (magnifique opportunité de désarmer/bluffer le hargneux) ; troisièmement, parce que l’homophobie est un sujet souffrant et impressionnant (il est question des souffrances d’adolescence, des suicides, des viols, des meurtres, etc., bref, du lourd !), donc qui a davantage de chances de toucher la corde sensible de votre auditeur que le discours théorique sur l’homosexualité ; enfin, parce qu’avec l’homophobie, les débats sur l’homosexualité se décentrent du jugement des personnes pour se déplacer doucement vers le terrain plus apaisé et moins culpabilisant du jugement des actes. En se penchant sur la violence insoupçonnée de « l’identité » homo et de la pratique homo, sur le passé scolaire/amical/professionnel/social/amoureux des personnes homosexuelles, les gens ne se sentiront plus attaqués en vous entendant. Ils vous verront comme quelqu’un qui connaît bien les personnes homosexuelles et qui s’est laissé toucher par leurs souffrances, par leur monde. Comme un super catho !

 

72 – Dois-je dire la Vérité sur l’homosexualité au risque de ne pas être écouté et de briser d’emblée toute possibilité de dialogue, d’écoute, avec mon interlocuteur ?

Oui. Tout dépend comment (c’est-à-dire avec force et douceur). Mais oui. Écoutés, vous ne le serez jamais par ceux qui voient la foi comme une « faiblesse d’esprit ». Le dialogue, vous ne l’auriez jamais eu même si vous vous étiez tus sur l’homosexualité, de toute façon. Donc autant en parler. Vous n’avez rien à perdre, et plutôt tout à gagner. Par expérience, je sais que l’homosexualité est un thème qui déclenche l’écoute, la curiosité, les réactions et la parole, qui détruit l’indifférence. Que vous soyez homo ou pas, ce sujet est une autoroute vers la foi, et la foi une autoroute vers le traitement de l’homosexualité. Et les ennemis de l’Église et de la Vérité inventeront mille excuses, mille revendications hypocrites, mille chantages, jusqu’à temps que vous vous la fermerez, que vous n’annoncerez pas la Bonne Nouvelle catholique aux personnes homosexuelles, qu’ils n’auront pas réussi à vous arracher votre lumière.
 
Baptême christianophobie
 

73 – Mon fils homosexuel ne veut pas lire votre livre. D’ailleurs, il vous déteste, et dit que c’est à cause de vous s’il a quitté l’Église et qu’il a envie de se suicider. Quelle attitude adopter ?

Ne forcez pas sa liberté. Cela va de soi. Même si je comprends votre frustration, impatience et anxiété. Souvent, j’incarne aux yeux des personnes homosexuelles en colère contre l’Église, contre leur famille mais aussi – c’est étonnant – contre leur propre homosexualité (qu’elles se forcent de banaliser parce qu’elles ne la portent pas si bien qu’elles le prétendent) la quintessence de la monstruosité. Mais il n’y a souvent qu’un petit pas entre colère et amour. La colère est la phase terminale de la mauvaise foi, et le préalable à l’abandon. Les indifférents ne sont mus par rien du tout. Alors que les révoltés sont sur le point de basculer dans l’amour, l’aveu de préférence, et la foi. Par exemple, ce sont les personnes les plus athées qui se convertissent au catholicisme (pensons à saint Paul qui persécutait hargneusement les chrétiens juste avant sa conversion). J’ai le souvenir d’un désormais ami homosexuel, de trois ans mon aîné, qui était venu avec son copain écouter une de mes conférences dans l’Est de la France, et qui a été retourné comme une crêpe après m’avoir entendu. Il m’a avoué par la suite qu’avant de venir, il me détestait. Aujourd’hui, c’est un véritable frère qui fait un surprenant chemin de foi. Le mur de fantasmes et d’inimitié qui sépare le « Philippe Ariño médiatique » et le Philippe réel vole en éclats dès que les gens me rencontrent et cessent de me faire porter leurs pires fantasmes homophobes et anticléricaux. Par conséquence, l’attitude de fermeture de votre fils ou de votre fille à mon égard – et plus largement à votre égard et à celui de l’Église – porte paradoxalement en elle une très belle promesse.

Enfin, une autre chose est sûre : il n’existe aucune preuve concrète que mes conférences ou mes écrits aient pu pousser un jour des gens au suicide ou hors de l’Église. Bien au contraire. J’ai des preuves par mails que mon témoignage ramène des personnes homosexuelles à la pratique religieuse, à la messe et à la prière (voire carrément des prêtres !). Les mauvaises langues qui font courir la rumeur comme quoi je viderais les bancs de l’Église et provoquerais des suicides, ne m’ont jamais lu ni écouté, et cherchent à me faire taire en faisant parler leurs morts (fantasmés) à leur place. En plus, mon discours sur l’homosexualité est tellement positif qu’il est difficile de broyer du noir après l’avoir entendu. En effet, là où quasiment toute la société impose qu’il n’y ait que deux chemins de bonheur obligatoires pour nous les personnes homosexuelles (à savoir le coming out et le « couple »), moi, je dis qu’il y en a trois ! : deux satisfaisants (ceux précédemment cités) plus un autre qui les dépasse (l’homosexualité continente donnée au monde et à l’Église, et vécue dans une amitié désintéressée). Je ne fais qu’ouvrir la perspective du bonheur d’être homosexuel, et valoriser les célibats ! Donc même la personne déprimée d’être homo, même l’adolescent isolé ou croyant, même la personne homosexuelle qui se sent mal en couple, même celle qui est veuve ou âgée ou qui se trouve laide, ne peuvent qu’entrer en joie ! En plus, je ne vois pas en quoi donner une image négative de la pratique homosexuelle – image qui correspond bien souvent à des souffrances et des violences réelles – pousserait au suicide et dévaloriserait la beauté des personnes homosexuelles : c’est plutôt l’indifférence gay friendly et le déni des souffrances que vivent mes frères homos qui les conduisent quelquefois au pire !
 

74 – Le « mariage pour tous » m’a mis mal à l’aise par rapport aux personnes homosexuelles. J’ai failli ne pas aller aux manifs (ou je n’y suis carrément pas allé). Comprenez-vous mon dilemme ?

Et comment ! Dès que j’ai vu la tournure des Manifs Pour Tous et leur fondamentalisme nataliste excluant l’essence même du « mariage pour tous », à savoir l’homosexualité, j’ai cessé très vite de m’y rendre. C’est pourquoi je ne jetterai jamais la pierre à quelqu’un qui a refusé de rentrer dans la grande mascarade qu’ont été Les Manifs Pour Tous, et que j’encourage même les gens à ne plus s’y rendre et à ne plus financer cette structure politicienne au nom aussi absurde que les moyens de sa cause. Entre les pro-mariage-gay et les antis, vraiment, il est difficile de trouver sa place. Moi-même, je ne l’ai pas trouvée.

Les dirigeants socialistes qui ont imposé l’asexuation sentimentalisée du « mariage à tous » à tous les Français nous ont fait croire que les personnes homosexuelles étaient la loi qui passait en leur nom et soi-disant « pour leur bien ». Il est donc logique que, à cause de ce chantage et de cet amalgame mensonger, beaucoup de personnes homosexuelles se soient identifiées frénétiquement et naïvement au « mariage pour tous », et que beaucoup d’opposants à cette loi, par peur de passer pour homophobes et de se couper définitivement des amis ou membres de leur famille homosexuels, aient caché leur participation aux Manifs Pour Tous voire carrément n’y soient pas allés du tout.

Je ne m’autorise donc à juger personne sur sa présence ou son absence aux manifs anti-Loi Taubira, et je peux me mettre facilement à la place de ceux d’entre vous qui ont préféré ne pas y aller, surtout quand on mesure avec le temps leur maladresse et leur homophobie. Car s’il est indéniable que le « mariage pour tous » a divisé beaucoup la société, le monde et l’Église catholique, et qu’il était de notre devoir de nous y opposer (il s’agit d’une loi qui transforme la différence des sexes en option d’identité et d’Amour, alors même que la différence des sexes est la condition première et non-négociable de l’existence humaine et de l’Amour), s’il est vrai que la Loi Taubira constitue un tournant civilisationnel dramatique pour notre planète, il n’en reste pas moins vrai que l’opposition bête, homophobe, et obsessionnellement nataliste, des « catholiques » à la Loi Taubira a elle aussi contribué à diviser la société et l’Église. En effet, LMPT couvre la législation qu’elle prétend combattre : Elle ne parle déjà plus du tout du « mariage pour tous » et l’a substitué par la lutte contre la GPA et la proposition d’une nouvelle Union Civile ! C’est ahurissant.

Pour cacher son homophobie et ne pas traiter d’homosexualité, pour exploiter les catholiques crédules en les terrorisant, la Manif Pour Tous a alterné (et continue d’alterner !) les épouvantails qui feront écran à l’homosexualité et même au « mariage pour tous » : le Gender, la GPA, le transhumanisme, l’esclavage humain, la liberté d’éduquer et de croire… En tout cas, Jésus et les personnes homosexuelles sont reniés depuis le départ. Donc je comprends très bien que tout amoureux de l’Église et du Christ, et tout ami des personnes homosexuelles, se soit senti extrêmement blessé par les Manifs Pour Tous, et devienne sceptique vis à vis à la fois du « mariage pour tous » et du mouvement de contestation de ce dernier.

Cerise sur le gâteau : ceux-là même qui ne sont pas capables de défendre le message de l’Église sur l’homosexualité ni leur foi catholique, essaient maintenant de masquer leur cathophobie et leur homophobie en jouant le jeu de « l’engagement » politique et culturel, en défendant les Chrétiens d’Orient ou l’Écologie ou « la Vie » ou « l’Humain » ou les « valeurs/racines chrétiennes » ! Il y a de quoi s’arracher les cheveux devant tant de contradictions, d’orgueil et d’hypocrisie ! Je rappelle à ces apostats que les Chrétiens d’Orient sont persécutés en réalité parce que nous, catholiques occidentaux, n’assumons plus d’être catholiques (justement !) et cautionnons l’Union Civile en feignant de nous y opposer sans la nommer.

 

75 – Les slogans La Manif Pour Tous étaient-ils justes ?

Non. Ils étaient et restent catastrophiques. Ils versent soit dans l’énonciation de vérités positives insipides qui n’assument pas Jésus, soit dans le déni et la diabolisation irréfléchie de l’ennemi. Les militants et leaders de La Manif Pour Tous reproduisent à l’identique ce qu’ils reprochent à leurs opposants : par exemple, le titre même de La Manif Pour Tous est la réplique exacte du « mariage pour tous » (merci Frigide Barjot pour ce mimétisme « génial »…) ; ils ont mis la forme en guise de fond (La Manif Pour Tous, ça ne signifie strictement rien, à part une universalité sans contenu) ; le Partenariat de Vie Commune proposé dernièrement par La Manif Pour Tous est une Union Civile bis ; l’hétérosexualité et l’« amour homosexuel » ne sont pas remis en cause par les militants de La Manif Pour Tous, à l’image des pro-mariage-gay ; ils font de l’unité un absolu, tout comme leurs opposants LGBT avec l’égalité ; par leur abord uniquement nataliste du « mariage pour tous », ils transforment la mère et l’enfant tout autant en objets que les promoteurs de la GPA (le pape Benoît XVI nous avait pourtant suffisamment mis en garde contre les dérives du natalisme) ; tout comme les membres hétéros gays friendly du lobby LGBT, ils défendent « la Vie », « l’Humain », « la Famille », « la différence », « la volonté humaniste », sans se rendre compte qu’ils emploient mot pour mot le langage du monde. Dans leur opposition à l’homosexualité et à la dénaturation du mariage, les leaders LMPT restent centrés sur l’enfant, excluant ainsi tous les êtres humains qui ne rentrent pas dans le cadre du mariage procréatif ou de la famille traditionnelle, c’est-à-dire quasiment toute l’Humanité. De surcroît, ils passent totalement à côté de la réalité intentionnelle et sentimentale du « mariage pour tous », et de la réalité sentimentale et sacramentelle du mariage traditionnel.

La Manif Pour Tous, et tous les mouvements qui en sont issus, a pour le moment aligné les poncifs langagiers les plus pathétiques et hétérosexistes. Je vais prendre quelques exemples tirés du réel. Dire que « l’homosexualité n’est pas un problème, mais que le souci c’est juste les conséquences sur l’enfant », c’est faux : l’homosexualité, même en tant que tendance non-actée, pose déjà problème à la personne qui la ressent, et ne mérite pas notre indifférence. Dire « le mariage n’est pas une question d’amour », c’est faux. Le mariage, même civil, est souvent une question d’amour, même si ce n’est pas écrit sur le papier. Défendre qu’« un enfant a besoin d’un papa et d’une maman », c’est faux. Il n’a besoin que d’un papa et d’une maman qui s’aiment. Autrement dit, il n’a besoin que de l’amour entre son père et sa mère biologiques. Dire « papa + maman = enfant », c’est également faux. La différence des sexes n’est pas une garantie d’enfant, et il ne suffit pas de pouvoir techniquement procréer pour mériter le mariage ni pour être encouragé socialement en tant que modèle d’amour et de famille. Dire « Un papa, une maman, on ne ment pas enfant » est faux : souvent, dans les cas d’« homoparentalité », l’enfant peut connaître intellectuellement et physiquement l’identité de ses parents. Il n’est pas systématiquement l’objet d’une dissimulation. Le problème n’est pas le mensonge sur la généalogie, mais la suppression de l’amour entre les deux parents différemment sexués d’un enfant. Autre absurdité énoncée par La Manif Pour Tous : défendre « l’Humain », « l’Enfant », « le mariage », « la Vie », « les valeurs », « les convictions », « l’Avenir », « l’Espérance », l’opiniâtreté (« On ne lâche rien ! »), c’est inopérant, puisque même les pro-mariage-gay le font. La seule chose qui pourrait nous distinguer d’eux, c’est la lutte contre l’hétérosexualité, mais La Manif Pour Tous ne l’a pas osé. Dire que « la sexualité c’est de l’ordre du privé et que l’orientation sexuelle ne regarde personne », c’est faux. La sexualité et l’amour sont autant individuels que sociaux car ils constituent des réalités ouvertes sur le monde et sur la vie. Dire que « personne ne se définit selon sa sexualité », c’est faux et mondain : la sexualité n’est absolument pas réductible à la génitalité ni à la sentimentalité ; tout ce qui est humain est sexuel, donc tout être humain se définit par sa sexualité ! Être contre le genre ou le Gender, c’est absurde : nous avons le devoir de défendre le genre sexué et les images genrées ajustées à la Sainte Famille. Donc nous n’avons pas à nous positionner contre tous les genres ni contre le genre en soi ! Dire que « le problème, c’est les lobbies » est faux : tout groupe de pression n’est pas mauvais en soi, et l’Église catholique, par exemple, est un lobby qui mérite d’exister. Dire que « le problème, c’est la pensée unique et les médias », c’est faux. Tout dépend de ce qu’on met derrière « pensée unique », et la principale leçon à retenir, c’est que la première pensée unique et le premier de tous les médias, c’est nous ! Dire que « le Christ n’a jamais fait de politique et n’a rien fait de politique » (comprendre « les catholiques ne doivent pas afficher leur catholicité en politique et dans les médias »), c’est faux. La politique, c’est la vie. Jésus n’a certes jamais été politicien, mais il a suffisamment aimé les gens et proposé un modèle de vie qui constituait un contre-pouvoir vu comme dangereux par les politiciens de son temps, pour être politique et être jugé digne d’être crucifié. Dire et croire que « l’affichage de l’identité catholique n’est pas stratégique parce qu’elle ferme des portes et passe pour du prosélytisme », c’est faux : « catholique » signifie universel et ouvre des portes (celles du Ciel, et parfois celles de la terre). Enfin (parce qu’il faut bien clore la liste à un moment donné…), les militants de La Manif Pour Tous n’ont toujours pas capté que le Gender n’était ni un lobby organisé (étranger à eux), ni une terrible idéologie-fantôme, ni une théorie bien connue de ceux qui la défendent, mais au contraire une idéologie – l’hétérosexualité – qu’eux-mêmes cautionnent en ne la dénonçant pas explicitement et en confondant l’hétérosexualité avec la différence des sexes.

Le discours « entreprenant », altermondialiste, philosophique, politique (façon Bisounours, bobo ou extrême droite), vaguement « chrétien » (ou trop chrétien pour l’être vraiment), écolo, de Sens Commun, Écologie Humaine, La Manif pour Tous, la revue Limite, les Veilleurs, etc., est complètement à côté de la plaque (Civitas et L’Avenir Pour Tous, pas la peine d’en parler). Même l’argumentaire d’Écologie Humaine, c’est de l’humanisme intégral en barres. Il prétend lutter contre le transhumanisme, alors que le transhumanisme EST l’Humanisme intégral et mise tout sur l’Homme ! Les catholiques médiatiques, ou ceux qui feignent de l’être, développent des évidences (comme l’importance de l’éducation, de la transmission, de l’engagement, de la Miséricorde, de la sexualité), certes de manière claire et didactique, et qui sont toujours bonnes à rappeler, mais sans faire avancer réellement les débats et sans nommer les vrais problèmes sur lesquels se cristallisent les tensions sociales : l’hétérosexualité, l’homosexualité et l’homophobie, qui sont les trois seuls alibis des lois qui nous préoccupent. Quant à L’Avant-Garde, qui réunit tous les anciens membres de LMPT déçus par leur propre mouvement, ils surfent sur la vague bobo de l’anticonformisme « sans concessions », de l’antipartisme, mais leurs slogans sur les « racines chrétiennes » et « l’engagement » s’enfoncent tout autant dans la langue de bois sur l’homosexualité et l’Église catholique que les autres.

À cause de l’orgueil, de la peur, de l’ignorance, de la bêtise, de l’homophobie, de l’arrivisme, du carriérisme, du manque de vision, des rapporteurs officiels du mouvement d’opposition au « mariage gay », notre combat s’est enlisé non seulement dans la contradiction, la division (tant de groupes et de collectifs bidon qui partent dans tous les sens, quelle blague sérieuse !), mais surtout dans la collaboration avec l’ennemi. C’est effrayant. Car la France avait de réelles richesses et des moyens humains, intellectuels et spirituels, uniques pour tenir tête au transhumanisme. Là, en se pliant à l’esprit du monde et à son humanisme intégral, Elle amorce sa pente descendante vers les persécutions antichrétiennes au nom de l’homophobie. Et le pire, c’est que, quelque part, Elle l’a méritée. Nous devrions tous avoir honte du gâchis qu’a opéré La Manif Pour Tous et de la cathophobie des catholiques français.

 

76 – Diriez-vous que La Manif Pour Tous a fait preuve d’homophobie ?

Tout à fait. Même si elle le refuse, car en réalité, elle confond l’homophobie avec la présomption d’homophobie, autrement dit avec un procès d’intentions insultant et soi-disant « insensé ». Au fond, La Manif Pour Tous croit que l’homophobie n’existe pas, ou alors que sous sa forme la plus spectaculaire : l’agression physique – parfois mortelle – sur une personne homosexuelle, dans l’intention de lui nuire. Il ne lui vient même pas à l’idée qu’à son stade larvaire, l’homophobie est déjà la peur du semblable, la peur de l’homosexualité et des personnes homosexuelles, le rejet du sujet, une bienveillante indifférence. Par conséquent, il lui est impossible de s’y identifier, ou même de seulement s’imaginer qu’elle puisse participer à l’homophobie.

Les leaders de La Manif Pour Tous, qui ont délibérément refusé de parler d’homosexualité – alors que c’était l’alibi principal du « mariage gay » -, qui ont empêché les personnes homosexuelles qui traitent clairement du sujet de s’exprimer (sauf celles qui justifiaient l’Union Civile, tapaient sur le « lobby gay » et pouvaient juste leur servir de caution homosexuelle pour se dédouaner de la présomption médiatique d’homophobie), s’esclaffent de rire et ironisent dès qu’ils entendent le mot « homophobie », jurent leurs grands dieux qu’ils ne sont pas homophobes (« Enfin, voyons, est-ce que j’ai une tête d’homophobe ?? » ; « Mais comment osez-vous douter ainsi de ma bonté ?!? Comment osez-vous m’injurier, moi bleue-blanche-rose colombe ?! C’est nous, le massacre d’Orlando, peut-être ? Allons allons, on se calme et on va plutôt se tourner vers l’islamisme que vous, libertaires gauchistes, couvrez et justifiez en vous drapant derrière l’alibi homophobe ! » ; « Je ne peux pas être homophobe puisque je suis ouvertement contre, puisque je le jure sur l’honneur et que je prétends sincèrement m’opposer à toute forme d’homophobie ! » ; « L’homophobie n’existe pas et est un faux débat. C’est comme le racisme. Soyons un peu plus réalistes, responsables, adultes, et sortons de l’affectif, des accusations passionnées, des phobies sociales fantasmées, des paranoïas identitaristes et communautaristes ! » ; « Je ne suis pas homophobe ; je suis juste mariageophile. » ; etc. Rideau. On passe à autre chose. La famille, tiens, pour changer…).

Mais ce n’est pas ça, parler d’homophobie. L’homophobie n’est pas qu’une insulte, une accusation, un mauvais procès. Elle est avant tout des faits, des personnes réelles (agressées ou agresseurs), des intentions précises, des peurs effectives. À commencer par la peur d’aborder le sujet de l’homosexualité directement et de désigner l’homosexualité comme mauvaise et non-aimante. Pour bien parler d’homophobie et savoir ce qu’elle est (plutôt que d’instantanément s’en défendre), encore faut-il parler d’homosexualité. Encore faut-il savoir ce que c’est que l’homophobie : les viols – intentionnels en particulier – contre les personnes homosexuelles, ainsi que l’identité homosexuelle et la pratique homosexuelle. La présomption et l’accusation d’homophobie arrivent bien derrière dans l’échelle de considération et de gravité de l’homophobie. En revanche, l’une des plus graves homophobies – qui est largement imputable à La Manif Pour Tous pour le coup -, c’est bien la substitution de la différence des sexes par l’hétérosexualité. Quelle violence symbolique à l’égard de toutes les personnes homosexuelles que cette validation sociale et tacite de l’hétérosexualité en tant que « nouvelle sexualité/ humanité/amour/famille/enfants » !

Ce qui me console un peu dans l’utilisation indigne des personnes homosexuelles par les pro-mariage-pour-tous comme par les anti-mariage-pour-tous, c’est qu’elle a été aussi homophobe que cathophobe. Je veux dire que La Manif Pour Tous a autant ignoré, boudé et méprisé les personnes homosexuelles que les personnes catholiques. Ça ne me rend les catholiques authentiques que plus proches.

 

77 – Le « mariage pour tous » a-t-il réuni des gens qui avaient le même combat et qui auraient dû rester unis en faisant abstraction des égos ?

En apparence oui. En réalité non. Cet appel à l’unité, marotte sans cesse martelée, a été à l’intérieur du mouvement plutôt un fantasme collectif, une excuse pour renoncer à la Vérité, et un appel à s’autocensurer pour éviter de se remettre en question. D’ailleurs, concrètement, beaucoup de catholiques, pourtant opposés à la Loi Taubira, ne sont pas allés manifester et ne se sont pas reconnus dans La Manif Pour Tous. Je me risque même à dire que ça concerne la majorité des cathos. Pour ma part, je ne pense pas, en dénonçant les erreurs et les corruptions de La Manif Pour Tous, avoir fait ma crise d’égo pour obtenir absolument une visibilité médiatique. Et je ne ressens pas grand chose de commun avec quelqu’un qui à la fois s’oppose au « mariage gay » et défend l’Union Civile, ou bien avec une personne qui dit non à la GPA sans s’opposer à l’homosexualité, ou bien avec un militant LMPT qui n’est pas catholique. La Manif Pour Tous a démagogiquement cultivé cette Unité de façade pour en réalité mettre tout le monde sous sa coupe, faire taire ses adhérents et parmi eux ses contradicteurs, les détrousser de leur argent et de leur temps, les anesthésier en leur laissant miroiter des victoires fictives et des responsabilités héroïques.

J’ai souvent coutume de dire que l’Unité est aux anti-mariage-pour-tous ce que l’Égalité est aux pro-mariage-pour-tous : un opium pour nier leur éloignement commun de la Vérité et de l’homosexualité, et pour nier leurs divisions à l’interne. Excusez la trivialité de mon propos, mais il y en a encore parmi les opposants à la Loi Taubira qui, en ce moment même, se branlent avec « l’Unité », « le Bien commun », « la Bienveillance », « la Charité », « l’Espérance », « la Transmission », « la Culture » et « l’écologie ». Or l’Unité sans le Christ est une illusion. La Charité et la Miséricorde sans la reconnaissance de la misère et sans la verbalisation du mal, ce sont également des mensonges.

Quand on me dit qu’en critiquant La Manif Pour Tous et sa « stratégie », je me comporterais en horrible ingrat, en capricieux, en odieux diviseur, en grognon bouffi d’orgueil parce que son soi-disant « quart d’heure de gloire gracieusement offert par La Manif Pour Tous » n’aurait pas duré, en criminel, en traître, en complice de la GPA, je leur demande : « Mais de quelle Unité parlez-vous ? L’Unité autour de quoi et de qui ? Du Christ que vous avez renié et d’une homosexualité que vous avez niée ? Parce que là, oui, de ces deux sujets capitaux, discutons-en ! C’est vous qui divisez en n’en parlant pas, et non l’inverse ! Malgré ce que vous croyez – parce qu’à côté de cela vous m’assurez en plus souscrire à tout ce que vous lisez de moi, nous n’avons jamais été dans le même camp et nous ne combattons absolument pas le même ennemi. Moi, je combats l’hétérosexualité. Vous, vous vous opposez à toutes ses nombreuses racines sans en identifier la racine-mère. Donc ne m’appelez pas ‘frère’ et épargnez-moi le chantage affectif à l’‘Unité’ et à la ‘Charité dans l’humilité et la complémentarité’. C’est vous, chantres hypocrites de l’Unité, les véritables diviseurs, les grands éparpillés et éparpillants ! Je ne cherche aucune gloire. Je veux juste la Vérité et rien de plus ! »

Je rajouterais que l’intuition n’est absolument pas la compréhension de ce qu’on combat. Beaucoup de pro-Vie ont deviné que le « mariage gay » était une loi très grave pour l’Humanité (et je les confirme dans l’idée), mais concrètement, dans la manière de le combattre, on ne se rejoint pas du tout. La plupart des opposants au « mariage gay » s’en est pris aux conséquences de la Loi Taubira sans s’occuper des causes ni du « mariage gay » en lui-même. Un peu comme en panique, en parant au plus pressé, et sans discernement. D’ailleurs, ils n’ont toujours pas compris la gravité du PaCS et encore moins du « mariage homo », dont ils ne parlent (presque) plus. Pour eux, le mariage homo faisait déjà partie du passé avant même qu’il soit à l’étude. Ils se sont hystérisés un moment dessus (en veillant avec précaution à ne jamais le qualifier nommément de « gay ») pour, une fois voté, changer très vite de « Méchant à combattre » : la GPA, le transhumanisme, l’Islam, le Pape François, la gauche, etc. La preuve qu’ils n’ont absolument pas priorisé/hiérarchisé les choses et qu’ils ont agi en bourrins sans cervelle.

Côté pathologie et beaufitude, on est servi avec LMPT. Entre les hystériques qui s’égosillent sur la marchandisation de l’enfant et l’esclavage humain, les faux catholiques qui simulent sur eux-mêmes la persécution antichrétienne et « familiphobe » tout en tirant à boulets rouges sur le Pape, les bobos qui jouent obséquieusement/béatement le rapprochement avec les JESUISCHARLIE puis les Nuit Debout (sans grand succès d’ailleurs… C’est plutôt The Bouffishow), sans oublier les réconciliateurs œcuméniques chantant leur courage de soutenir les Chrétiens d’Orient sans être capables d’avoir le courage de se dire catholiques et opposés au « mariage gay », c’est parti dans tous les sens bien comme il faut ! Et ce sont ceux-là même qui, en plus, ont le culot de nous faire ensuite la morale sur l’Unité, pile au moment où on démasque leur manège, leur éparpillement et leur cupidité ! Utopie de l’Unité sans le Christ et de l’« humilité » sans la dénonciation du mal. Fanatisme de la complémentarité obligatoire. Chimère sucrée du « Tout concourt au bien, donc tout est bien, tout se mélange forcément bien, tout est acceptable ».

Alors je le redis sans ambages : Non, ce n’est pas parce qu’en intentions et en apparences on s’oppose à la même chose, et que cette chose est à juste raison sentie comme universellement mauvaise, qu’on s’opposerait pareil, qu’on se complèterait bien forcément, qu’on marcherait ensemble dans la même direction, voire même que notre combat serait commun et juste. La fin ne justifie pas les moyens. La « bonne » intention non plus. Le cas du « mariage pour tous » l’illustre parfaitement. Ça a été plutôt le « mirage pour tous » ! Nous n’avons pas marché ensemble et il n’y a pas eu de « Réveil des Consciences » comme certains faux prophètes de l’Écologie Humaine essaient de nous en persuader. Même si La Manif Pour Tous a eu le mérite de dévoiler accidentellement les forces vives en présence en France, elle a bel et bien divisé autant – si ce n’est plus – la société que le « mariage gay » et le gouvernement socialiste réunis. Le jour où nous aurons l’humilité de nous en rendre compte commencera, je crois, le rétropédalage vers une Unité véritable. Pas avant.

 

78 – Peut-on s’opposer au « mariage pour tous » et ses conséquences sans toucher à l’Union Civile et à l’hétérosexualité ?

Non. C’est impossible. Ceux qui proclament « l’abrogation universelle de la GPA » (grandiloquent effet d’annonce creux…) en pensant faire l’économie de la dénonciation de l’« amour » homo et de la profession de leur foi catholique se bercent complètement d’illusion et nous/se mentent. Car d’une part, le « mariage pour tous » est une tentative masquée de désocialiser puis de pulvériser à long terme le mariage religieux. Et d’autre part, l’alibi du « mariage pour tous » et même du recours à la Gestation Pour Autrui, repose sur la croyance et la justification de l’« identité » homosexuelle (sous-tendue socialement par le coming out et légalement par l’Union Civile) ainsi que de l’« amour » homosexuel (sous-tendue socialement par le « couple » homo et légalement par le « mariage pour tous » et ses conséquences) en tant qu’« amour universel et non-gay ». Pour le comprendre, il faut dépasser la rationalité cartésienne du juriste, se départir de la distinction exagérée entre le mariage civil et le mariage religieux, détacher son nez du contenu purement formel du PaCS et du « mariage pour tous », et considérer leur réalité intentionnelle avant tout. Car l’Union Civile et le mariage entre deux personnes de même sexe n’ont jamais été demandés pour leur contenu. Ils sont réclamés au nom de la « reconnaissance des personnes homosexuelles », au nom d’un alignement RÉEL (contrairement à ce que s’imaginent beaucoup de catholiques) entre homosexualité et hétérosexualité, et au nom de la justification mondiale de l’homosexualité en tant que supposé « Amour universel ». L’erreur des opposants à la GPA est de négliger le terrain de la représentation symbolique, de l’imaginaire affectif de nos contemporains, de la charge sentimentale des lois et politiques actuelles… parce qu’au fond, ils l’occupent par leur peur, leur ignorance, leur homophobie, parfois même leur manque de foi, leur(s) divorce(s) et leur soutien voilé à « l’amour homo ».

C’est particulièrement visible en ce moment : La Manif Pour Tous remplace la lutte contre le « mariage gay » par la lutte contre la GPA, pour finalement cautionner l’Union Civile en douce. Mais comme « dans sa tête » et « en intentions » Elle se dit contre l’Union Civile, Elle n’admet pas sa compromission molle, et finit par bouder dans son coin sans raison. Immaturité à tous les étages. Par fierté mal placée, les leaders de La Manif Pour Tous refusent d’admettre qu’ils ne peuvent pas se passer des personnes homosexuelles ni du traitement de l’homosexualité pour gagner leur combat (même le combat contre la GPA et celui en faveur de la famille). Ils n’ont même pas l’énergie de me contredire ou de se justifier verbalement auprès de moi car ils ne peuvent pas rivaliser avec les constats que je fais.

À leur grand dam, en dehors de la Bible et de leur foi au peu de choses qu’énonce leur Église officielle sur l’homosexualité, les catholiques n’ont quasiment que notre vie, notre existence, notre témoignage à nous personnes homosexuelles continentes, auxquels se raccrocher pour tenir encore un peu bon socialement contre l’homosexualité, contre le « mariage pour tous », contre la GPA, et pour justifier leur résistance au rouleau compresseur LGBT arc-en-ciel. Ils n’ont pas le choix, et beaucoup font la gueule de devoir en passer par nous. Pas seulement ça. Il y en a même qui actuellement s’arrachent les cheveux sur notre cas, comme par exemple Virginie Tellenne (alias Frigide Barjot) qui essaie de faire passer au forceps sa croyance en « l’amour homo » (amour dont elle ne parle jamais et dont elle refuse, par homophobie primaire, l’analyse puisque celle-ci mettrait pile le doigt sur sa propre blessure d’amour) car intuitivement, elle sent bien que l’« amour homo » est le dernier grand rempart – conjointement à la transsubstantiation eucharistique – à abattre ou à élever avant que le Christ et son Église catholique ne soient totalement livrés/révélés au monde. Il est le grain de sable qui politiquement bloque tout ou qui au contraire enclenche tout : ça dépend de quel côté on se place. Et je crois que, pour le coup, la défense frigidienne de l’« amour homosexuel » est aveugle et démoniaque.

 

79 – Les catholiques se rendent-ils compte de toutes les personnes à qui ils ont fait mal pendant le passage légal du « mariage pour tous » ?

Je ne crois pas. Rien qu’à voir le plébiscite de la plupart des catholiques en faveur de l’Alliance Vita, de La Manif Pour Tous, des Veilleurs ou des « premiers de la classe » qu’on pourrait nommer « les Intouchables » (Tugdual Derville, François-Xavier Bellamy, le père Pierre-Hervé Grosjean, Erwann Le Morhedec, etc. : un des seuls qui y voient clair sur les contradictions de ces gens-là, c’est l’excentrique père de Vergeron : vidéo 1 et vidéo 2), on est loin de la prise de conscience d’une culpabilité et de la repentance ! La majorité des catholiques sont à des lieues de s’auto-critiquer puisqu’ils se drapent actuellement dans la victimisation d’eux-mêmes (qui les empêche d’être humbles et de reconnaître leurs torts), la diabolisation paranoïaque et radicalisée de leur époque, et dans la haine du Pape François.

Ils n’ont pas non plus pris la mesure de l’enjeu prioritaire de l’homosexualité, du « mariage pour tous », de l’hétérosexualité, pour le monde. Ils les ont considérés comme une « étape » parmi d’autres, des dossiers non-universels, voire des non-sujets et des thèmes dangereux, car au fond ils ont eu peur de nous, les personnes homosexuelles. Ou alors ils ont carrément soutenu l’Union Civile et l’homosexualité pratiquée (Hollande, Duflot, Binet, Taubira, Barjot, Royal, Sarkozy, La Rochère, se disent catholiques). En plus, ils n’ont même pas idée de leur homophobie, terme qu’ils méprisent et dont ils n’adoptent que la définition médiatique caricaturale gay friendly, étant donné qu’ils nous aiment de loin mais sincèrement. Donc la demande de pardon catholique auprès des personnes homosexuelles n’est vraiment pas pour demain !

Et surtout surtout, les catholiques sont à des lieues d’imaginer que la persécution contre eux ne viendra pas uniquement de l’extérieur (médias, athées, musulmans, politiques…), mais prioritairement d’eux, de l’intérieur de l’Église : un peu avant la Fin des Temps, ce sont les catholiques qui condamneront Jésus mystique à mort. Ça se passera exactement comme à la Passion d’il y a 2000 ans. Ce sont les catholiques qui amorceront l’attaque contre l’Église et le Pape, et d’où viendra la Grande Apostasie. Pas de surprise. C’est comme cela que ça s’est passé pour Jésus. « Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite: Le serviteur n’est pas plus grand que son maître. S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi. » (Jean 15, 20) Humainement, l’Église abrite le meilleur comme le pire, que voulez-vous. Sainte Faustine (1905-1938) a vu la flagellation de Jésus en « live » et confirme que ce sont les catholiques de notre époque qui vont s’acharner contre le Pape François, contre l’Église catholique, et contre le Jésus post-résurrectionnel (l’Esprit Saint) : « Jésus me fit connaître pour quels péchés Il s’est soumis à la flagellation, ce sont les péchés d’impureté. […] Je vis des choses horribles : les bourreaux abandonnèrent Jésus et d’autres personnes procédèrent à la flagellation, elles saisirent les fouets et frappèrent le Seigneur sans miséricorde. C’étaient des prêtres, des religieux, des religieuses et les plus hauts dignitaires de l’Église, ce qui m’a bien étonnée, il y avait aussi des laïcs d’âges divers et de divers états – ils exerçaient toute leur colère sur l’innocent Jésus. » (Premier Cahier, paragraphe 445, pp. 197-198) Il est capital, pour vivre une humilité substantielle et être empli d’une sainteté éternelle, de partir du principe que le pire des pécheurs, c’est toujours nous !

 
 

CHAPITRE IV – CE QUE DISENT LA BIBLE ET LE CATÉCHISME DE L’ÉGLISE CATHOLIQUE SUR L’HOMOSEXUALITÉ :

 

80 – Que dit la Bible sur l’homosexualité ?

Pas grand-chose à se mettre sous la dent. Déjà, la Bible n’emploie jamais le mot. Elle n’aborde que les actes qu’on dit aujourd’hui « homosexuels » (pédérastie, sodomie, relations adultères hors du mariage et de l’horizon procréateur, etc.) pour les condamner fermement. En clair, la Bible en parle très peu : elle a un message d’Espérance autrement plus important à délivrer que celui de la morale sexuelle. Elle a d’autres préoccupations (la pauvreté, la souffrance, la maladie, la mort, les injustices humaines, le Salut) que la vie sentimentale et génitale de « Monsieur Tout le Monde », à vrai dire ! Après, pour ceux qui veulent quand même aller vérifier dans le texte, les seuls passages qui traitent de ces actes « homosexuels » sont Gn 19, 4-11 ; Lv 18, 22, 20, 13, et Jg 19, 22-30 ; 1 Sam 18-20 ; Rm 1, 26 ; 1 Cor 6, 9 ; et 1 Tm 1, 10

Morceaux choisis (je cite la TOB) : « Tu ne coucheras point avec un homme comme on couche avec une femme. Ce serait une abomination. » (Lv 18, 21) ; « Quand un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ce qu’ils ont fait tous les deux une abomination ; ils seront mis à mort : leur sang retombera sur eux. » (Lv 20, 13) ; « Ne savez-vous donc pas que les injustes n’hériteront pas du Royaume de Dieu ? Ne vous y trompez pas ! ni les débauchés, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les pédérastes, ni les voleurs, ni les accapareurs, ni les ivrognes, ni les calomniateurs, ni les filous n’hériteront du Royaume de Dieu. » (1 Cor 6, 9-11) ; « C’est pourquoi Dieu les a livrés à des passions infâmes ; car les femmes ont changé l’usage naturel en celui qui est contre nature ; et de même les hommes, abandonnant l’usage naturel de la femme, se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes, et recevant en eux-mêmes le salaire que méritait leur égarement. » (Romains, 1 : 22-32)

Il est à noter qu’entre l’Ancien Testament et le Nouveau, Jésus, c’est-à-dire l’Amour incarné, est passé par là. Non pour abolir ou édulcorer la condamnation à mort pour actes homosexuels prononcée dans le Lévitique et dans la Genèse (cf. l’épisode de Sodome et Gomorrhe), mais pour l’humaniser, y apporter de la Charité, du pardon, du Salut et parfois de la guérison, distinguer la faute grave d’impureté de la personne qui la commet. C’est l’acte génital en lui-même qui est condamné. Pas l’orientation sexuelle. Avec l’arrivée du Sauveur, le Salut dépasse la logique factuelle et comptable des actes, du mérite, de la bonne conduite, pour rejoindre celle de la foi, du don gratuit, de la rédemption, de la reconnaissance de la bonne volonté et de la pureté d’intention. Jésus sauve en particulier le pécheur qui reconnaît avoir besoin de Lui, et non celui qui pratique scolairement les lois et le code de conduite de l’Ancien Testament, et qui pour cette raison, estime qu’il n’a besoin de personne, pas même d’aimer son Créateur, pour être sauvé. La place de la collaboration, du consentement, de la consultation, de l’ajustement, de la rencontre, déplace sensiblement la perspective chrétienne qu’offre la Bible sur l’homosexualité. La crainte est inspirée. La confiance aussi. Qu’espérer de plus que cela ?

Enfin, saint Paul établit le lien très pertinent entre homosexualité et idolâtrie, connexion que je constate fréquemment dans le monde homosexuel actuel, très branché sur le fétichisme et les objets. Dans l’idolâtrie homosexuelle, l’être humain se met à adorer narcissiquement la créature qu’il est, et surtout ses duplications, ses réifications, ses images sublimées, au détriment du Créateur. Le déni sacrilège de la différence Créateur-créature aggrave la transgression/inversion mimétique de la différence des sexes. L’homosexualité pratiquée, aux yeux de saint Paul, devient donc la manifestation majeure de l’impiété.