boxe

Boxe

 

 

NOTICE EXPLICATIVE

 

Film "Garçons d'Athène" de Constantinos Giannaris

Film « Garçons d’Athène » de Constantinos Giannaris


 

Pourquoi y a-t-il tant de boxeurs dans les œuvres de fiction traitant d’homosexualité ? Puisque dans la réalité concrète, on voit bien que les boxeurs ne sont pas spécialement homos ni même efféminés (… peut-être parfois lesbiennes, et encore…). Plutôt le contraire ! Ce code est à prendre dans son sens symbolique, bien sûr, comme beaucoup des codes de ce Dictionnaire des Codes homosexuels (qui ne sont pas des « vérités » et des généralités sur les individus homos réels, mais des contours probables de leur désir homosexuel). La boxe symbolise très bien le désir homosexuel dans la mesure où elle est l’alliance de l’amour et de la violence, de l’esthétique et de la mort (exactement comme pour la corrida). Le corps à corps fusionnel entre les deux boxeurs cinématographiques annonce en général une liaison amoureuse destructrice, ou bien parfois un conflit intérieur passionnel dû à la bisexualité de l’un des protagonistes homosexuels.

 
 

N.B. : Je vous renvoie également aux codes « Liaisons dangereuses », « Adeptes des pratiques SM », « Fusion », « Don Juan », « Solitude », « Coït homosexuel = viol », et « Corrida amoureuse », dans le Dictionnaire des Codes homosexuels.

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 

 

FICTION

 

Film "Les Yeux de sa mère" de Thierry Klifa

Film « Les Yeux de sa mère » de Thierry Klifa (avec le boxeur homo)


 

Le personnage homosexuel pratique la boxe, ou bien tombe amoureux d’un boxeur : c’est ce que l’on voit par exemple dans le film « Borstal Boy » (2000) de Peter Sheridan, le film « Like It Is » (1998) de Paul Oremland, le dessin Tijuana Muscle (2006) de Xavier Gicquel, le film « Hazel » (2012) de Tamer Ruggli, la série Hit & Miss (2012) d’Hettie McDonald (Mia, le héros transsexuel M to F pratique la boxe), la chanson « Boxing Club » d’Alizée, le film « Maurice » (1987) de James Ivory, le film « Le Trou aux folles » (1979) de Franco Martinelli, le dessin Boxeurs (2005) de Boris X, le film « Reflection On A Goldeneye » (« Reflets dans un œil d’or », 1967) de John Huston (où Leonora s’intéresse plus au matche de boxe que le major Weldom, davantage occupé à regarder de loin son amoureux…), le conte Papa porte une robe (2004) de Piotr Barsony (dans lequel Jo Cigale, le papa de Gégé, 7 ans, ne peut plus boxer, et se met à danser en se travestissant : « Papa porte une robe… Il est triste, le fils du boxeur… » dit son fils), le film « Praia Do Futuro » (2014) de Karim Aïnouz (avec Ayrton qui simule un combat de boxe dans le vide), le film « Rocco et ses frères » (1960) de Luchino Visconti, le film « Les Nuits fauves » (1991) de Cyril Collard, le vidéo-clip de la chanson « Je t’aime Mélancolie » de Mylène Farmer (avec le combat de boxe sulfureux), le vidéo-clip de la chanson « Et c’est parti ! » de Nâdiya, le vidéo-clip de la chanson « Too Much » des Spice Girls, le film « Rude » (1995) de Clement Virgo, le film « Fighting Tommy Riley » (2005) d’Eddie O’Flaherty, le film « La Ville » (1998) de Yousry Nasrallah, le conte El Laucha Benítez Cantaba Boleros (1995) de Ricardo Piglia (avec le « Viking », le fantasme de l’homosexuel), la pièce L’Anniversaire (2007) de Jules Vallauri, le film « À cause d’un garçon » (2001) de Fabrice Cazeneuve (avec le personnage de Régis), le film « Kids Return » (1996) de Takeshi Kitano, le film « On ne choisit pas sa famille » (2011) de Christian Clavier (avec une scène de boxe entre femmes), le film « Le Cimetière des mots usés » (2011) de François Zabaleta (avec la photo d’un boxeur), le film « Ixe » (1982) de Lionel Soukaz, le film « Wild Side » (2004) de Sébastien Lifshitz (avec Jamel et Mikhail), la B.D. (de La P’tite Blan) Coming Soon et Coming Out (2010) de Blan et Galou, le film « Le Planeur » (1999) d’Yves Cantraine (Fabrice pratique la boxe, et il est repéré par son amant homosexuel pour la première fois lors d’une séance d’entraînements), le film « Garçons d’Athènes » (2000) de Giannaris Constantinos, le film « Fils préféré » (1993) de Nicole Garcia (Francis est rejeté par son père qui voulait en faire un boxeur), le film « L’Embellie » (2000) de Jean-Baptiste Erreca (avec Saïd et Karim), le film « Jerking » (2007) de Val Desjardins, le film « Wrestling » (2007) de Grimur Hakonarson (avec les deux lutteurs homos), le film « Chéri » (2009) de Stephen Frears, la pièce Ma double vie (2009) de Stéphane Mitchell (avec le judo cette fois), l’album de dessins Un Livre blanc (2002) de Copi (dans lequel le boxeur est féminisé : « La colombe de la paix, un gros pigeon blanchâtre, ex-boxeur », p. 79), le film « Bettlejuice » (1988) de Tim Burton (avec la femme-boxeur), le film « Brüno » (2009) de Larry Charles, le film « Un Amour à taire » (2005) de Christian Faure, la pièce Casimir et Caroline (2009) d’Ödön von Horváth, le film « Vil Romance » (2009) de José Celestino Campusano, le roman La Mort difficile (1926) de René Crevel, l’opérette Ketty Boxeur (1927) de Gaston Gabaroche, le film « Beautiful Boxer » (2004) d’Ekachaï Uekrongtham, le roman El Misántropo (1972) de Llorenç Villalonga, le roman A Sodoma En Tren Cobijo (1933) d’Álvaro Retana (avec le personnage de Nemesio), la pièce D’habitude j’me marie pas ! (2008) de Stéphane Hénon et Philippe Hodora, le film « L’Air de Paris » (1954) de Marcel Carné, le film « La Dernière Rafale » (1948) de William Keighley, le film « La Polka des marins » (1951) d’Hal Walker, le film « Adam est… Ève » (1954) de René Gaveau, le film « Hold-up à Londres » (1960) de Basil Dearden, le film « Les Lunettes d’or » (1987) de Giuliano Montaldo, le film « La Parade » (2011) de Srdjan Dragojevic, le film « À toute vitesse » (1995) de Gaël Morel, le one-man-show Comme son nom l’indique (2008) de Laurent Lafitte, etc. Par exemple, dans le film « Plan B » (2010) de Marco Berger, Bruno a accroché un poster d’un boxeur noir chez lui. Dans le vidéo-clip de la chanson « College Boy » d’Indochine, le protagoniste principal, homosexuel, pour se défouler, boxe dans le vide. Dans la pièce Hétéro (2014) de Denis Lachaud, le couple des deux « pères » homosexuels de Gatal s’affublent sans cesse de sobriquets à la fois affectueux et machistes : l’un d’un appelle toujours l’autre « mon Boxeur » pour l’un.

 

Film "Like It Is" de Paul Oremland

Film « Like It Is » de Paul Oremland


 

Dans l’idée, le personnage homosexuel est tenté par les sports de combat : « Si j’abandonne les études, je me mettrai au karaté : ce sport est génial. Ton père trouverait bizarre qu’un jeune homo aime les arts martiaux, mais ma passion est sincère. » (Chris s’adressant à son amant Ernest dans le roman La Synthèse du camphre (2010) d’Arthur Dreyfus (2010), p. 119) ; « Olivier a fait de la boxe. » (Jacques, l’ex d’Olivier, dans la pièce Un Cœur en herbe (2010) de Christophe et Stéphane Botti) ; « Y’a de la boxe, si tu veux. » (Juna proposant différents jeux vidéo à son amante Kanojo, dans la pièce Gothic Lolitas (2014) de Delphine Thelliez) ; « Je boxe pour la liberté d’expression. » (la figure de Sergueï Eisenstein, homosexuel, simulant de boxer dans le vide, dans le film « Que Viva Eisenstein ! » (2015) de Peter Greenaway) ; « Les choses ont bien changé depuis que tu t’es mis à boxer des gens. » (Otis s’adressant à son meilleur ami gay Éric, dans l’épisode 8 de la saison 1 de la série Sex Education (2019) de Laurie Nunn) ; etc.

 

Téléfilm "Un Amour à taire" de Christian Faure

Téléfilm « Un Amour à taire » de Christian Faure


 

Le boxeur incarne l’Éternel masculin qui fait fantasmer le personnage homosexuel. « Le Père Benicho, à la boxe, il est champion ! » (Bernard, le héros homo de la pièce À quoi ça rime ? (2013) de Sébastien Ceglia) ; « Il a même fait un sermon contre la boxe ! » (Bryan, le héros homosexuel parlant du père Raymond, dans la pièce Les Vœux du Cœur (2015) de Bill C. Davis) ; etc. C’est la raison pour laquelle ce combattant est souvent féminisé ou homosexualisé par celui qui rêverait de l’avoir dans ses bras.

 

Dida Diafat

Dida Diafat, l’icône fantasmatique de la boxe médiatisée


 

Le désir de boxe est également présenté par le personnage homosexuel comme l’expression d’un amour passionnel qui conduit à la mort, comme une démarche esthétisée de vengeance à l’encontre de son amant dont il ne supporte plus la domination. « Et j’ai compris. Khalid était mon ennemi. J’étais son ennemi. C’était écrit. Rien ne pouvait plus changer cette fatalité. J’ai fermé les yeux, moi aussi. Pour mieux me préparer au dernier combat. Le dernier round. Le dernier chapitre. L’un contre l’autre. » (Omar dans le roman Le Jour du Roi (2010) d’Abdellah Taïa, p. 163) ; « Petra et elle s’étaient écartées l’une de l’autre et se tenaient à présent face à face sur le canapé, comme si elles s’apprêtaient à entamer un match de boxe ou un jeu de ficelle. » (Jane, l’héroïne lesbienne en couple avec Petra, dans le roman The Girl On The Stairs, La Fille dans l’escalier (2012) de Louise Welsh, p. 54) ; etc.

 

Les Lunettes d'or (titre original : Gli occhiali d'oro) est un film italien réalisé par Giuliano Montaldo

Film « Les Lunettes d’or » de Giuliano Montaldo


 

La boxe peut être enfin le masque du viol, une manière pour le héros homo de sortir les griffes – ou plutôt les gants, ici… –pour prendre sa revanche sur son agresseur sexuel. Dans le film « Corps à corps » (2009) de Julien Ralanto, par exemple, l’héroïne Raphaëlle se met à la boxe et au lesbianisme pour remonter la pente du viol qu’elle vient de subir (deux hommes l’ont coincée dans une rue isolée), pour sauver la face et jouer la dure. Dans le téléfilm « Baisers cachés » (2017) de Didier Bivel, Louis, le héros homosexuel, joue de la boxe. Il semble pratiquer ce sport pour plaire à son père et par homophobie, pour s’endurcir. D’ailleurs, c’est lorsqu’il assume son homosexualité qu’il dira « Je n’ai plus envie de boxer. »… ce à quoi Stéphane, le père de son amant Nathan, lui rétorquera : « Tu boxes pour qui ? Pour ton père ou pour toi ? »

 

La pratique des arts du combat n’est pas sans conséquences fâcheuses. La boxe est la forme sportive que le machisme homophobe et le désir homosexuel se choisissent souvent pour frapper et violer les protagonistes homosexuels. « Je crois que c’est le dernier round. » (Harold, le héros homosexuel capitulant la soirée entre amis homos qui s’entredéchirent, dans le film « The Boys In The Band », « Les Garçons de la bande » (1970) de William Friedkin) ; « Polly ferait mieux de devenir hétéro et coucher avec un boxeur italien qui la mettrait sur le trottoir et la tabasserait de temps en temps, chuis sûr que là, et là seulement, elle prendrait son pied ! » (Simon par rapport à sa meilleure amie lesbienne Polly, dans le roman Des chiens (2011) de Mike Nietomertz, p. 46) ; etc. Par exemple, dans le film « L’Homme blessé » (1983) de Patrice Chéreau, Henri, le héros homosexuel, en cherchant à séduire Jean et lui prouver sa force, se blesse au front en tapant sa tête contre un punching-ball de fêtes foraines. Retour de bâton désirant !

 

Le héros homosexuel est attiré à l’âge adulte par quelque chose qu’il fuit toute son enfance : sa masculinité, sa force. Par exemple, dans le film « No Se Lo Digas A Nadie » (1998) de Francisco Lombardi, le père de Joaquín force son fils homo de 15 ans à s’endurcir, en le faisant jouer à la boxe, mais il finit par le maltraiter. Dans le film « Billy Elliot » (1999) de Stephen Daldry, le monde viril de la boxe est mis nettement en opposition/miroir avec le supposé « monde de tapettes » de la danse. Dans le film « Call me by your name » (2018) de Luca Guadagnino, Sammy et Oliver regardent ensemble des diapositives de statues grecques et de boxeurs : « Des centaines de photos de nos boxeurs sont arrivées hier. » (Sammy, le père homosexuel d’Elio, lui-même homo, s’adressant à Oliver, l’amant secret de son fils)

 
 

FRONTIÈRE À FRANCHIR AVEC PRÉCAUTION

 

PARFOIS RÉALITÉ

 

La fiction peut renvoyer à une certaine réalité, même si ce n’est pas automatique :

 
 

Couple lesbien en conflit dans le film "We Have To Stop Now!" de Robyn Dettman

Couple lesbien en conflit dans le film « We Have To Stop Now! » de Robyn Dettman


 

Cette attraction homosexuelle pour la boxe, je l’explique par la recherche d’une force qu’on a jadis fuie (sa force d’homme, celle qui peut effrayer un jeune adolescent notamment) ou que l’on recherche parce qu’on se croit inexistant et qu’on se prend pour un dieu invincible : « Je me faisais toujours gronder aussi pour les jeux turbulents voire dangereux que j’inventais : bataille de feuilles, courses sur les pierres, combat de boxe… » (cf. article-témoignage « Tom Boy à l’affiche » d’Isabelle, une femme qui a voulu dans sa plus tendre enfance devenir un garçon)

 

Certaines personnes homosexuelles sont réellement passionnées par la boxe : c’est le cas de Francis Bacon, Patrick Sarfati, Nicolas Wagner, Jean Cocteau, entre autres… Quand elles ont l’argent, elles s’offrent quelquefois la galante compagnie des athlètes du ring : « Deux boxeurs brésiliens pour moi tout seul. Des garçons de très bonne humeur, disposés à tous les jeux. » (Pascal Sevran, Le Privilège des jonquilles, Journal IV, (2006), p. 155) D’autres exercent carrément ce sport. Par exemple, le boxeur Panama Al Brown, en dehors des terrains de combat, était danseur de claquettes dans La Revue Nègre de Joséphine Baker ; et par ailleurs, il fut l’amant du poète Jean Cocteau il lui baisait même les pieds !). La sportive lesbienne Violette Morris, en 1939, réorganise la boxe en France et se propose de rouvrir toutes les salles, du Central au Palais des Sports. L’ex-manager de Lennox Lewis, Kellie Maloney, ancien boxeur, est maintenant un homme transsexuel M to F.

 

Violette Morris

Violette Morris


 

Dans son essai Le Rose et le Noir (1996), Frédéric Martel relève – sans l’analyser – la mystérieuse fascination esthétique et fantasmatique qu’exerce la boxe sur les sujets homosexuels : « Au cinéma, comme dans le dessin, la chanson, les ballets (et même la boxe et la corrida), les homos ont reconnu une légèreté, une grâce, une élégance qui étaient trop maniérées pour ne pas être équivoques. » (p. 63) On retrouve cette idée de « boxe désirante » dans l’autobiographie Folies-fantômes (1997) d’Alfredo Arias : « J’aime le mouvement et la violence. C’est pour ça que je veux te photographier en train de danser le tango. Le tango est une sorte de boxe sentimentale. Tu as remarqué ? Quand les boxeurs s’accrochent l’un à l’autre, il ne manque plus que la musique. » (Florence B. à Angelito, pp. 76-77) L’essayiste Hélène Cixous insiste également sur la dimension affective du combat pugilistique lorsqu’elle commente l’exposition de lutteurs sumos « Les Lutteurs » de la peintre Danièle Heusslein-Gire : « La peinture de Danièle pour moi est une peinture onirique. Ce qui me frappe c’est que le vrai sujet des Lutteurs, ce n’est pas la violence. C’est la danse lente de la lutte, la complicité amoureuse. »

 

Film "Reflet dans un oeil d'or" de John Huston

Film « Reflet dans un oeil d’or » de John Huston (avec l’inversion de « genres »)


 

Autre exemple : le metteur en scène homo Patrice Chéreau a organisé la pièce Dans la solitude des champs de coton (1985) de Bernard-Marie Koltès – racontant une rencontre amoureuse entre un prostitué et son client potentiel – sous forme de combat de boxe. La boxe est envisagée ici comme une danse amoureuse à la fois sensuelle et dangereuse, y compris dans le rapport entre l’artiste et son œuvre : « Construire une œuvre, c’est surtout ‘se découvrir’ comme on le dit à la boxe, c’est-à-dire baisser la garde, se retrouver en état de grande vulnérabilité. » (Patrice Chéreau) Le dramaturge et comédien argentin Copi dit « se préparer comme un boxeur » quand il joue la comédie (cf. l’article « Au Festival d’Automne : Copi sur le ring » dans le journal Le Figaro, le 8 octobre 1983).

 

Film "Billy Elliot" de Stephen Daldry

Film « Billy Elliot » de Stephen Daldry


 

Le goût homosexuel pour la boxe et les rapports corporels de grande proximité (quasi fusionnels) entre personnes de même sexe sont, je pense, probablement le contrecoup d’un vieil éloignement de la juste violence/camaraderie entre adolescents pendant l’enfance. Moins les personnes homosexuelles se sont « frottées » amicalement avec leurs pairs sexués étant jeunes, plus elles désirent les retrouver dans une fusion pour le coup amoureuse plus tard : le phénomène de l’élastique est assez logique. Dans l’histoire des garçons gays notamment, la (peur de la) boxe a pu être, l’élément déclencheur par défaut de l’homosexualité. « Ils [les curés] ont décidé d’en faire un boxeur. Ils le firent boxer avec un enfant plus petit que lui. » (Alfredo Arias parlant d’un danseur espagnol gay, dans son autobiographie Folies-fantômes, op. cit., p. 162) Comme certains individus craintifs et un brin « mauviettes douillettes » ont fui les bagarres, les sports collectifs, et les rapports d’homo-sensualité avec les copains qui se battaient sur la cour d’école, ils en ont déduit un peu rapidement à l’âge adulte qu’ils devaient être attirés par leurs semblables sexués « autrement » (comprendre = amoureusement), loin des sentiers d’une guerre ludique qu’ils craignaient par-dessus tout. La boxe, très peu pour eux !

 

Peter Griggs incarnant Paco, le boxeur gay de la pièce Killer Queen

Peter Griggs incarnant Paco, le boxeur gay de la pièce Killer Queen


 

Concernant les liens de coïncidence entre boxe et homosexualité, je suis tombé dernièrement sur un article du journal L’Express, assez court mais très intéressant (« Dans le coin rose… Boxe et Homosexualité »), où le journaliste Jean-Charles Bares développe l’idée selon laquelle il existe dans le milieu de la boxe – pourtant réputé homophobe – une homosensibilité réelle : « Aucun plaidoyer ne saurait soustraire la boxe à son auto-critique. La boxe professionnelle porte encore aujourd’hui les marques d’une homophobie normée. Peut être le noble art devrait-il ouvrir les yeux sur une partie de son histoire. » Bares se penche sur le cas du boxeur homo nord-américain Émile Griffith, qui faisait secret de son homosexualité alors qu’il vivait en couple : « Dans le New York des années 60, les rumeurs vont bon train sur la sexualité d’Émile Griffith, qui est toujours resté lui même ambigu. Émile Griffith et Benny Paret ne s’apprécient guère. Ce 24 mars 1962, leur troisième combat sent la poudre : ‘Hey pédale, je vais te corriger toi et ton époux.’ Rigolard, Paret provoque, roucoule quand Griffith s’avance pour la pesée. ‘Je n’étais la pédale de personne’ confiera-t-il plus tard dans le documentaire « Ring Of Fire » [(2004) de Ron Berger] qui lui est consacré. L’histoire retiendra qu’au 12e round, Benny Paret, à bout de forces, est acculé dans le coin. Griffith s’acharne alors sur son adversaire. Son corps s’affaisse sur les cordes puis tombe inerte au sol. Plongé dans le coma, le cubain décède dix jours plus tard. Rongé par la culpabilité, Emile Griffith confessera plus tard. ‘J’ai tué un homme et beaucoup de gens comprennent et me pardonnent. J’aime un homme et beaucoup le considèrent comme un péché impardonnable’. » L’article se termine par la mention des clubs de boxe amateurs ou semi-professionnels existant dans le monde entier : « Aujourd’hui encore, la boxe gay est un tabou, à la marge. Pourtant, ces dernières années, des clubs homosexuels se sont crées un peu partout à travers le monde : San Francisco, Londres, Sydney… En France, le projet a ses fans, mais reste au point mort. » D’ailleurs, Peter Griggs, l’un des fondateurs du San Francisco Gay Boxing Club, joue le rôle de Paco, un boxeur homo surnommé « The Pink Pounder », dans la pièce Killer Queen (2011) de Michael Onello. Griggs et ses amis gays boxeurs souhaitent démocratiser la pratique de la boxe en la sortant du carcan « hétérosexuel » dans lequel on l’aurait cantonnée depuis des siècles : « Nous voulons créer une ligue pour que la boxe soit à nouveau pratiquée aux Gay Games, les jeux olympiques homosexuels. Le rêve c’est d’entraîner des compétiteurs pour qu’ils aillent un jour défendre le drapeau arc-en-ciel ! »

 

Emile Griffith, boxeur bisexuel

Emile Griffith, boxeur bisexuel


 

D’autres lutteurs témoignent de leur expérience de boxeur homo, comme par exemple Mitchell Geller : « En 1976, j’avais 25 ans. Je participais au tournoi des Golden Gloves à Lowell, Massachusets. Un cousin de mon adversaire savait que j’étais gay, nous traînions dans les mêmes bars… Les insultes homophobes ont commencé à fuser dans la foule. J’étais fou de rage, j’avais honte pour mon père qui était dans la salle. Lui se moquait que je sois gay. Un boxeur ne doit jamais céder à la colère. Alors j’ai ravalé ma haine et je l’ai dirigé contre mon adversaire. J’étais calme, déterminé, je frappais durement au corps. Au fil des rounds et des coups donnés la foule s’est tue. Quand j’ai été déclaré vainqueur, plus personne ne m’insultait. […] De mon expérience, les boxeurs, les entraîneurs acceptent aisément l’homosexualité. Les personnes les plus homophobes, celles qui ne peuvent tout simplement pas accepter, ce sont les fans de boxe. Ils vivent si intensément à travers les boxeurs qu’ils admirent, un culte un peu érotique en soi, que l’idée qu’un homosexuel puisse avoir le cran de passer les cordes et se battre avec ses poings les rend fous. Car eux ne le peuvent pas. » À travers ces lignes, on peut lire que la boxe, bien plus que l’expression d’une « fierté homosexuelle en action », est surtout l’instrument homosexuel d’une hétérophobie/homophobie sous-jacente, voire d’une réponse vengeresse face au viol. « Quand il s’est fait insulter par les autres élèves sur le ring, il a utilisé la cadence des injures pour exécuter une danse gitane. Quelque temps plus tard, les mêmes élèves, pour l’humilier, ont voulu introduire un morceau de craie dans son anus. Il a tellement crié qu’ils ont arrêté net. Dans ses cris, le danseur a découvert une voix ample que de temps en temps il utilise avec succès dans son répertoire de chansons espagnoles. » (Alfredo Arias, Folies-Fantômes (1997), p. 162)

 

 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.