Homosexuel homophobe

Homosexuel homophobe

 

 

 

Vous pouvez retrouver un autre éclairage détaillé sur l’homosexualité homophobe dans mon essai Homosexualité sociale (décembre 2008), dans L’homophobie en vérité (septembre 2013), ainsi que dans l’un des articles les plus importants de ce site, intitulé Le Phil de l’Araignée « On n’a rien compris à l’homophobie…« . Et pour les plus pressés ou paresseux, reste ma conférence lyonnaise sur l’homophobie, qui a été plébiscitée par tous les gens présents.

 
 

NOTICE EXPLICATIVE

 

Voici un scoop sur l’homosexualité qui, par les temps qui courent, fera certainement pousser des hauts cris du côté des militants homosexuels, mais que je vais essayer de vous expliquer ici : LE DÉSIR HOMOSEXUEL EST HOMOPHOBE. Je ne dis pas simplement qu’il provient de l’homophobie, ou qu’il attise l’homophobie. Je dis carrément qu’il EST, par nature, homophobe. Et que tant qu’on s’obstinera à ne pas percevoir cela, on se rendra compte que les attaques homophobes iront crescendo avec la soi-disant montée sociale de tolérance gay friendly.

 

Alors en guise de prélude pour vous expliquer dans quel obscurantisme et quel degré d’aveuglement sur l’homosexualité la communauté homosexuelle est tombée, je vais vous citer les 3 idées reçues qui reviennent le plus fréquemment lorsqu’on aborde le thème de l’homophobie homosexuelle, et sur lesquelles les personnes homosexuelles et bisexuelles butent, autant par mauvaise foi que par ignorance :

 

1 – « Le désir homosexuel est toujours positif, aimant, et en faveur de lui-même. »

2 – « Une fois qu’on a fait son coming out, qu’on s’assume en tant qu’homo, et qu’on est « bien casé« , on ne peut plus être homophobe. »

3 – « Il n’y a que les personnes hétéros, ou les personnes homos qui n’ont pas encore accepté leur homosexualité, qui peuvent être homophobes. » (il existe une version soft et plus hypocrite de la n°3, concoctée par ceux qui veulent bien reconnaître le phénomène de l’homophobie intériorisée mais pour mieux le minorer par rapport à la supposée homophobie hétérosexuelle : « Les hétéros homophobes sont quand même largement plus nombreux que les homos homophobes. »)

 

Ces trois idées reçues – qui sont pour moi d’une bêtise monumentale – ont la dent dure dans la communauté homosexuelle et dans notre société. En plus de ne pas se fonder sur la réalité, elles empêchent la grande majorité des personnes homosexuelles de comprendre vraiment les agressions homophobes, d’y remédier, et de reconnaître les fonctionnements violents et paradoxaux du désir homosexuel.

 

Le code « homosexuel homophobe » est l’un des plus importants de ce Dictionnaire des Codes homosexuels, car il renvoie à la nature profonde du désir homosexuel, et à la définition de l’homophobie : le désir homo est un élan idolâtre, à la fois pour et contre lui-même, qui traduit plus un manque ou une faiblesse du désir, qu’un désir plein, fort, positif, et ancré dans le Réel. C’est cette assise du désir homosexuel dans le monde du fantasme déréalisant bien plus que dans celui du Réel qui crée en la personne homosexuelle un écartèlement, une division, une schizophrénie, une haine inconsciente de soi, un tiraillement qui peut ressortir en homophobie : les sujets homosexuels en général s’adorent ou se détestent… mais en tout cas ne s’aiment pas. Et il s’avère que dans les fictions, comme parfois dans leur quotidien, cette haine de soi se traduit chez eux par une persécution de leurs pairs homosexuels : les anciens casseurs de pédé se disent homos quelques années plus tard (cette homophobie – la plus connue – s’appelle l’homosexualité latente refoulée, ou homophobie intériorisée), ou bien les « nouveaux pédés » (les born again), croyant s’assumer pleinement homos mais incapables de regarder en face la nature duelle semi amoureuse semi violente de leur désir homosexuel, redeviennent les persécuteurs « hors-milieu » et anti-homos qu’ils avaient été, notamment avec leurs amants successifs. Actuellement, c’est la thèse du refoulement/refus de l’homosexualité qui est communément admise en ce qui concerne l’homophobie. Mais plus complète et responsabilisante me semble celle de la justification aveugle du désir homo en tant qu’identité éternelle et en tant qu’amour.

 

N.B. : Je vous renvoie également aux codes « Androgynie bouffon/tyran », « Liaisons dangereuses », « Hitler gay », « Milieu homosexuel infernal », « Violeur homosexuel », « Méchant pauvre », « L’homosexuel = L’hétérosexuel », « Homosexuels psychorigides », « Défense du tyran », « Témoin silencieux d’un crime », « Poids des mots et des regards » et la partie « L’homo combatif face à l’homo lâche » dans le code « Faux révolutionnaires », dans le Dictionnaire des Codes homosexuels.

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 

 

1 – PETIT « CONDENSÉ »

Le désir homosexuel, étant par nature une force éloignée du Réel puisqu’il rejette la différence des sexes (l’un des principaux rocs de la Réalité, et de l’origine de la vie), a du mal à se soutenir lui-même, à fonder des identités pleines et des amours durables, à ne pas se retourner contre lui-même à un moment donné parce qu’il fait machine arrière par peur d’accéder à la vraie Différence. C’est sans doute pour cette raison que l’essayiste nord-américain David Halperin écrit que l’homosexualité masculine ou féminine est « à la fois une identité homophobe en tant que totalisante et normalisatrice, et une identité dont toute négation et tout refus ne sont pas moins homophobes », et que sa revendication est « nécessaire mais politiquement catastrophique » (cf. l’article « Sociologie » de Jean-Manuel de Queiroz, dans le Dictionnaire de l’homophobie (2003) de Louis-Georges Tin, p. 380) Le désir homosexuel est un désir idolâtre, à la fois pour et contre lui-même, qui se déteste en même temps qu’il cherche à se dire avec fierté, qui a du mal à s’incarner, qui exprime la haine de soi en même temps qu’un trop-plein d’orgueil. Mais l’orgueil n’est pas autre chose qu’une blessure d’amour. Oui, je l’écris noir sur blanc : la spécificité du désir homosexuel, c’est d’être homophobe, c’est-à-dire contre lui-même. D’ailleurs, le terme « homophobie » – qui signifie littéralement « la peur du même » – ne pouvait pas mieux le démontrer !

 

HOMOPHOBE 1

Pièce « Somewhere in the Pacific » de Neal Bell


 

La communauté homosexuelle traque l’homophobie sans même s’être interrogée sur son sens profond, sur l’effet-miroir haineux dont elle est le témoin. « L’homophobie exprime une inquiétude face à l’autre indiscernable, équivoque, et dont les pratiques sont un peu les miennes. » (Frédéric Martel, Le Rose et le noir (1996), p. 444) Elle n’est qu’une haine de soi se traduisant parfois par une agression opérée sur les Hommes reconnus comme jumeaux de fantasmes (parfois actualisés). C’est sûrement ce qui fait dire aux personnages homosexuels du film « Les Garçons de la bande » (1972) de William Friedkin : « Si seulement nous pouvions ne pas nous haïr autant… C’est ça notre drame. » C’est une réalité difficilement audible dans nos sociétés contemporaines, mais qui s’impose à nous dans les faits : toutes les personnes homophobes sont homosexuelles/bisexuelles, et les personnes homosexuelles, très souvent homophobes. Cela se vérifie fréquemment dans les œuvres de fiction – le personnage persécutant le ou les homosexuel(s) se trouve être au final homosexuel lui aussi –, et parfois dans les faits. « À 16 ans, je cassais la gueule aux pédés. À 20 ans, je couchais avec. » (Jacques Nolot dans son film « La Chatte à deux têtes », 2002) ; « J’ai besoin de discrétion. » (Michel, le psychopathe homosexuel tuant ses amants dès qu’ils commencent à trop s’attacher, dans le film « L’Inconnu du lac » (2012) d’Alain Guiraudie) ; etc. Par expérience, on découvre à maintes reprises que ceux qui traitent les personnes homosexuelles d’« obsédés, de malades, de pervers, de détraqués » (Sébastien, Ne deviens pas gay, tu finiras triste (1998), p. 60) sont à la fois homophobes et homosexuels. Il faut s’y faire au départ, mais une fois qu’on a compris cela, beaucoup de choses sur les mécanismes de la violence s’éclairent par la suite. Les individus homophobes sont finalement ceux qui reprochent aux personnes homosexuelles d’être homosexuels eux-mêmes. La personne homophobe et la personne homosexuelle se ressemblent dans la peur de leur ressemblance, et ne supportent pas de se renvoyer l’un à l’autre leur désir mutuel de mort. Les individus homophobes ont toujours d’excellents amis homosexuels, connaissent très bien le « milieu », disent ouvertement qu’ils ne sont pas homophobes/homosexuels, semblent trop au courant des pratiques homosexuelles et des blagues sur les pédés pour ne pas « en être ». L’Homme qui rejette l’homosexualité pour en faire une espèce humaine à part entière qui serait tout à fait lui ou pas du tout lui est le même qui, en croyant s’en débarrasser, l’intériorise.

 

Qui oblige les personnes homosexuelles à se cloîtrer dans la clandestinité ? Bien avant que ce soit « la société » qui les y ait contraints, c’est un mode de vie qu’elles ont elles-mêmes choisi. Qui pratiquent les sinistres outing ? Sûrement pas prioritairement « les hétéros homophobes ». Ceux qui outent les personnes homosexuelles sont les individus qui côtoient leurs bars, leurs réseaux Internet, leurs cercles amicaux ou amoureux, donc des personnes homosexuelles aussi. Qui critique le plus la visibilité homosexuelle à la télévision ou à la Gay Pride ? Qui empêche la communauté homosexuelle de se faire une place confortable dans la société et d’être forte ? Ses propres membres. « Comment y aurait-il un pouvoir gay ? Ils se détestent tous ! » ironise Frédéric Mitterrand (c. f. l’interview « Y a-t-il une Culture gay ? » dans la revue TÉLÉRAMA, n° 2893, le 22 juin 2005, p. 18). Ceux qui défendent la cause homosexuelle dans les media s’étonnent que les seules lettres d’insultes qu’ils reçoivent proviennent presque exclusivement de leurs frères communautaires : « Je ne pensais pas qu’il y avait autant d’intolérance chez les homos. Ils se plaignent à longueur de journée de ne pas avoir tel ou tel droit et ils ne sont même pas unis entre eux.[…] Les seuls papiers méchants que j’ai eus dans la presse, c’était dans la presse gay. Quand je suis sorti de ‘La Ferme’, j’ai eu 10000 lettres de fans, et six lettres d’insultes qui venaient toutes de gays. » (Vincent McDoom dans le magazine Égéries, n° 1, décembre 2004/janvier 2005, pp. 52-55) ; « David Berger récolte des menaces de mort. Selon lui, ces dernières émanent principalement d’homosexuels. » (la du documentaire « Du Sollst Nicht Schwul Sein », « Tu ne seras pas gay » (2015) de Marco Giacopuzzi) ; etc.

 

Par exemple, dans les années 1920-30 en Allemagne, alors que Magnus Hirschfeld lance une pétition pour l’abolition de l’article 175, des tracts distribués devant son domicile accusait : « Dr Hirschfeld : un danger public ». Il sera attaqué par un autre militant homosexuel, Benedict Friedlander, pour avoir attiré la pitié sur les homosexuels au lieu de défendre leur dignité.
 

Actuellement, les gens ne voient dans la figure de la personne homophobe que l’individu gay frustré, honteux, « follophobe », tristounet, frigide. Ils oublient d’inclure dans le portrait toutes les personnes homosexuelles « assumées », extraverties, tout sourire, chantant le bonheur d’être gay ou lesbienne. Par exemple, certains sujets homosexuels se plaisent à imaginer qu’« il n’y a pas plus lesbophobe qu’une lesbienne qui s’ignore » (Marie-Jo Bonnet, Qu’est-ce qu’une femme désire quand elle désire une femme ? (2004), p. 15). Qu’ils se détrompent. Il y a tout aussi lesbophobe qu’une femme lesbienne refoulée : une femme lesbienne qui croit se connaître par cœur et qui, du fait de s’étiqueter éternellement lesbienne, refuse de reconnaître qu’elle puisse un jour devenir lesbophobe. On observe à bien des occasions des personnes homosexuelles, jouant en temps normal les grandes tapettes ou les militants de la première heure, se métamorphoser sans crier gare en brutes épaisses détestant leur communauté d’adoption. Bien des personnes homosexuelles, en disant qu’elles s’assument à 100% en tant qu’« homos », rejoignent dans l’extrême les personnes homophobes qui nient en bloc leur homosexualité, puisqu’elles aussi essentialisent le désir homosexuel, se caricaturent, se figent en objet, et donc refoulent qui elles sont profondément. S’il arrive exceptionnellement que certaines personnes homosexuelles reconnaissent que leur désir homosexuel est en partie homophobe, c’est pour mieux se donner l’illusion que depuis leur merveilleuse conversion à la « cause gay », elles s’assument pleinement en tant qu’homosexuelles et que la triste page de leur passé homophobe est déjà bel et bien tournée. S’avouer « ex-homophobe », cela revient pour elles à combattre l’homophobie et à montrer patte blanche. Mais derrière la personne homosexuelle et agressivement fière de l’être se cache souvent une personne (ex)homophobe convaincue, qui affirme haut et fort que l’homosexualité est quelque chose de monstrueux ou de génial : cela dépend des époques, du sens du vent, et des caprices de son désir homosexuel.

 

Encourager socialement l’homosexualité, cela revient à encourager l’homophobie. Le mécanisme paradoxal et homophobe du désir homosexuel est particulièrement bien expliqué par Frédéric Mitterrand dans son autobiographie La Mauvaise Vie (2005), quand il raconte comment lui et tant d’autres personnes homosexuelles connues (Pier Paolo Pasolini, Ramón Novarro, etc.) en sont arrivés à être persécutés et même tués par des amants homosexuels avec qui ils avaient été trop maternels, trop homosexuellement aimants : « Les plus graves menaces surgissent quand on est trop gentil ; le garçon est troublé, il s’expose à éprouver de la sympathie, il ne peut plus mépriser commodément. Si sa nature est franchement mauvaise, il peut prendre peur, s’enrager et devenir incontrôlable avec des pulsions de meurtre pour se débarrasser du gêneur qui a bousculé son équilibre et ses habitudes. […] Des Pelosi la grenouille, j’en ai croisé pas mal dans des endroits glauques à Paris. […] Je sais que je ne suis pas le seul à être hanté par ce crime et par tout ce qu’il laisse supposer. » (pp. 163-164) En effet, l’attaque homophobe survient si l’on traite l’homosexualité avec trop de complaisance, si non seulement on reconnaît son désir homosexuel mais en plus on s’y adonne. Ce sont ces pages qui devraient circuler dans les établissements scolaires pour la lutte contre l’homophobie ! La véritable homophobie, ce n’est pas uniquement être trop méchant envers les individus homosexuels : c’est aussi être trop gentil, trop peu exigeant et vrai. C’est pourquoi une société gay friendly et relativiste constitue une menace pour la communauté homosexuelle, tout autant qu’une société explicitement homophobe. « Aux États-Unis, à mesure que les gais et les lesbiennes réussissent à faire valoir leur droits, le nombre de meurtres homophobes semble augmenter en proportion directe. » (Louis-Georges Tin, Homosexualités : Expression/Répression (2000), p. 9) Au lieu d’applaudir ou de cracher sur les personnes homosexuelles, de leur distribuer les bons et les mauvais points, si nous réfléchissions à ce qu’est véritablement le désir homosexuel ? Un désir bassement humain, ni complètement mauvais ni tout à fait banal, parce qu’il est le signe de drames et d’une blessure à soulager.

 

Nous aurons, je crois, fait le premier grand pas contre l’homophobie le jour où nous comprendrons que, plus l’homosexualité sera tolérée socialement en tant qu’identité éternelle/idéal d’amour d’une part, et en tant que négatif parfait de l’homophobie d’autre part, plus la vraie homophobie s’accentuera. Non seulement les individus dits « hétéros » ne veulent aucun mal aux personnes homosexuelles, mais en plus de cela, à force de vouloir leur bonheur, l’écrivent parfois à leur place en ignorant totalement ce qu’elles vivent. C’est peut-être là leur seule homophobie : l’ignorance et l’indifférence sous couvert de respect des différences.

 
 

2 – GRAND DÉTAILLÉ

FICTION

a) L’homophobie avant-coming out : Le personnage homosexuel est en réalité homophobe parce qu’il refoule son désir homosexuel :


 

Les exemples d’homophobes homosexuels ne manquent pas à travers les fictions. C’est le cas dans le film « American Beauty » (2000) de Sam Mendes (avec le père de Ricky, assassin du héros Lester parce que celui-ci l’attire), le téléfilm « Madame le Proviseur : Jardin privé » (2000) de Sébastien Grall (avec un cas de outing), le film « L’Homme que j’aime » (2001) de Stéphane Giusti (avec une laborieuse acceptation d’homosexualité de la part du héros), le film « Urbania » (2004) de Jon Shear (avec le personnage très ambigu de Dean), le film « La Triche » (1984) de Yannick Bellon (dans lequel le meurtrier homophobe est finalement homosexuel), le film « Les Loups de Kromer » (2003) de Will Gould (où le prêtre persécuteur dévoile au final sa queue de loup homo !), le film « Reflets dans un œil d’or » (1967) de John Huston (avec le Major Weldon, homosexuel très refoulé, qui finira par assassiner l’amant tant convoité), le film « En El Paraíso No Existe El Dolor » (1995) de Víctor Sacca, le film « Grande école » (2003) de Robert Salis (avec le personnage très ambigu de Louis-Arnault), le film « Antibodies » (2005) de Christian Alvart, le film « Merci… Dr Rey ! » (2001) d’Andrew Litvack, le film « Hôtel des Amériques » (1981) d’André Téchiné, le film « Like It is » (1998) de Paul Oremland (avec le personnage de Craig), le roman La Colmena (1951) de Camilo José Cela (avec Matiitas, l’homosexuel refoulé et assassin), la pièce Guantanamour (2008) de Gérard Gelas (où le gardien et le prisonnier jouent au chat et à la souris), le film « Camionero » (2013) de Sebastián Miló (où l’agresseur féminise Randy avant de lui pisser dessus), le film « Terminus paradis » (1998) de Lucian Pintilie, le film « Feux croisés » (1947) d’Edward Dmytryck, le film « L’Homme de désir » (1969) de Dominique Delouche, le docu-fiction « Dear Mister Gacy » (2011) de Svetozar Ristovski, le film « Rude » (1995) de Clément Virgo, le film « Cruising » (« La Chasse », 1980) de William Friedkin (où criminalité et amour homosexuel s’unissent), le film « The Fan » (1981) d’Edward Bianchi, le film « De sang-froid » (1984) de Penelope Spheeris, le film « Contre-enquête » (1990) de Sidney Lumet, le film « Dirty Love » (2009) de Michael Tringe, le film « Edmond » (2005) de Stuart Gordon, le film « Curse Of The Queerwolf » (1988) de Mark Pirro, la pièce Big Shoot (2008) de Koffi Kwahulé, le film « Les Lunettes d’or » (1987) de Giuliano Montaldo (avec le prostitué profiteur), le film « Cercle vicieux » (2001) de Gary Wicks (avec le tapin homo tueur), le film « Dafydd » (1993) de Ceri Sherlock, le film « L’Immeuble Yacoubian » (2005) de Marwan Hamed (avec le prostitué tueur), le roman Dix petits phoques (2003) de Jean-Paul Tapie (avec l’adjuvant Diaz qui extermine les homos parce qu’il n’a pas pu les conquérir), le film « The Children’s Hour » (« La Rumeur », 1961) de William Wyler (avec Mary, la lesbienne homophobe), le film « Free Fall » (2014) de Stéphane Lacant (avec le personnage de Gregor), etc.

 

« Quoi qu’il y ait pu y avoir entre nous, c’est terminé ! » (Marie repoussant violemment son amante Ayla aux vestiaires de la piscine, dans le téléfilm « Ich Will Dich », « Deux femmes amoureuses » (2014) de Rainer Kaufmann) ; « Je suis pas un PD comme toi. Alors maintenant, tu ne m’approches plus. Si tu parles de ça, j’t’éclate la gueule ! T’as compris ou pas ? » (Selim menaçant son amant Victor, dans le téléfilm Fiertés de Philippe Faucon, diffusé sur Arte en mai 2018)
 

Par exemple, dans le film « Lilting » (« La Délicatesse », 2014) de Hong Khaou, Kai, le héros homosexuel, n’arrive pas à faire son coming out à sa mère et à assumer son copain Richard (« Tu dormiras dans la chambre d’amis. On fera semblant d’être amis. »). Le secret qu’il entretient autour de son homosexualité est pointé du doigt comme le responsable de la mise en quarantaine de sa mère Junn en maison de retraite… alors qu’en réalité, c’est l’acte du couple homosexuel qui est responsable de l’isolement maternel. Dans le film « Respire » (2014) de Mélanie Laurent, Sarah, l’odieuse amante de Charlène, n’assume pas leur relation. Dans la pièce Soixante degrés (2016) de Jean Franco et Jérôme Paza, Damien raconte à Rémi (qui tombe amoureux de lui) qu’il a déjà connu dans son adolescence une ou deux expériences de touche-pipi avec un mec, « la bonne vieille amitié amoureuse », mais que ce mec a fini casseur de pédés, et que cette curieuse métamorphose l’a dissuadé de suivre jusqu’au bout le chemin de l’homosexualité : « C’est quand même vachement déstabilisant. » Rémi, qui n’arrive plus à dissimuler ses sentiments à Damien dont il se dit éperdument amoureux, continue à se dire « hétéro » : « J’t’arrête tout de suite. Je suis pas une tarlouze ! » À la fin, il persiste dans son discours d’ouverture/indéfinition bisexuelle homophobe : « Je ne suis même pas homo. Il y a deux ans, j’ai juste aimé follement l’homme de la vie de l’ancienne femme de la mienne. Depuis, tout est rentré dans l’ordre. »

 

Il arrive très souvent que les personnages homophobes soient présentés comme des homosexuels refoulés, haineux d’eux-mêmes depuis longtemps. « T’étais anti-gays au lycée. Même avec moi… » (Schmidt s’adressant à son meilleur ami Jenko, dans le film « 22 Jump Street » (2014) de Phil Lord et Christopher Miller) ; « Scrotes, pourquoi insistez-vous sur le fait que je me méprise moi-même ? » (Anthony, le héros homosexuel s’adressant à son amant, dans le roman At Swim, Two Boys, Deux garçons, la mer (2001) de Jamie O’Neill) ; « Je ne suis pas comme toi. Ce baiser, c’était juste pour essayer. Je suis pas homo ! » (Louis s’adressant à son amant Nathan, dans le téléfilm « Baisers cachés » (2017) de Didier Bivel) ; etc. Par exemple, dans le film « Qui a envie d’être aimé ? » (2010) d’Anne Giafferi, les rappeurs qu’écoute Antoine sont définis comme « des mecs qui s’enculent et niquent leur mère ». Qui tue Sébastien à Cabeza de Lobo dans le film « Suddenly Last Summer » (« Soudain l’été dernier », 1960) de Joseph Mankiewicz ? Non pas « les hétéros », mais ses anciens amants homos. Mankiewicz n’est pas le seul auteur homosexuel à décrire le cercle des prétendants homosexuels comme des brigands. Dans sa chanson « Boomerang », Étienne Daho parle du « gang » de ses amants. Un gigolo tue son client dans le film « Bas fond » (1957) de Palle Kjoerulff-Schmidt. Dans le film « Imitation Game » (2014) de Mortem Tyldum, Alan Turing a appelé la police pour cambriolage : en réalité, il s’est fait voler par un jeune amant, Murray, dans son domicile. Dans le film « L’Appât » (1975) de Peter Patzak, l’homosexuel est assassiné par son prostitué. Le protagoniste homo du film « Le Quatrième homme » (1983) de Paul Verhoeven détrousse des hommes gays dont il sait qu’ils ne porteront pas plainte. Dans le film « Seul avec Claude » (1992) de Jean Beaudin, un tapin se livre à la police après avoir assassiné son amant. Dans le film « Maurice » (1987) de James Ivory, le prostitué homophobe trahit le très homosexuel Vicomte Risley en l’attirant dans un guet-apens après l’avoir dragué. Dans le film « Minuit dans le jardin du bien et du mal » (1997) de Clint Eastwood, Jim Williams finit par assassiner un amant gigolo qui lui demandait toujours plus d’argent. Dans le film « Cruising » (« La Chasse », 1980) de William Friedkin, les flics profitent de leur autorité pour arrêter des travelos pour que ces derniers les sucent ; et pendant tout le film, un serial killer se venge et tue les hommes avec lesquels il « baise » parce qu’il ne supporte pas d’éprouver pour eux du désir : « Tu m’as forcé à faire ça ! » Dans le film « 7e Ciel » (2013) de Guillaume Foirest, « Sofiane est homosexuel et homophobe, un jour racaille, un soir pédé, un peu perdu » (dans le catalogue du 19e Festival Chéries-Chéris au Forum des Images de Paris, en octobre 2013, p. 56). Dans le film « Fried Green Tomatoes » (« Beignets de tomates vertes », 1991) de John Avnet, Frank le mari de Ruth l’héroïne lesbienne, particulièrement hostile à l’union de sa femme avec Idgie la sauvageonne, est paradoxalement décrit comme un homosexuel : « J’lui trouve l’air tapette. Il paraît que tous ces messieurs en Georgie sont du genre folles tordues. » (Grady) Dans la pièce La Thérapie pour tous (2015) de Benjamin Waltz et Arnaud Nucit, le « syndrome John Travolta » est le nom donné au pédé honteux qui ne s’assume pas. Dans son one-man-show L’Arme de fraternité massive ! (2015), Pierre Fatus identifie l’insulte « pédé ! » comme la preuve de l’homophobie : « ’Pédé’ ! C’est pas de la frustration sexuelle, ça ? » Dans la pièce Les Favoris (2016) d’Éric Delcourt, Guen, le héros homosexuel, réagit un peu de même : « J’ai jamais aimé ce mot ‘pédé’. C’est un peu moche, brutal, dur, carrément méprisant. Ça m’agresse. » Dans le film « Love, Simon » (2017) de Greg Berlanti, Martin, le héros hétéro homophobe, qui met la pression à Simon et le fait chanter sur son homosexualité afin d’obtenir les faveurs d’Abby (une pote de Simon), a tout l’air de l’homosexuel refoulé : à un bal masqué, il se travestit en femme et porte une robe ; il propose à Simon de « rester dormir chez lui » ; plus tard, il feint de se couper un doigt avec une feuille ; et enfin, à l’issue du film, il déclare sa flamme à Simon pour le piéger : « Simon, c’est moi, je suis Blue [pseudonyme secret de l’amant que Simon attend]. Je t’aime. »

 

Souvent, les héros homosexuels ont des démêlés avec des prostitué(e)s qu’ils essaient de convertir à l’ « amour (homo) » : « Nous sommes des victimes désignées. Et nous avons affaire à de véritables professionnels. D’abord ils nous disent qu’ils ont 20 ans et puis, ils nous volent. Et alors seulement ils nous montrent leur carte d’identité. Et naturellement nous ne pouvons pas porter plainte qu’en prenant le risque d’être poursuivis et arrêtés pour incitation de mineurs à la débauche. » (Jean Desailly, homme riche dévalisé par un tapin dans le film « Un Flic » (1971) de Jean-Pierre Melville) ; « Si j’étais capable, je draguerais tous les soirs. […] C’est vraiment juste quand je drague que je me sens en vie. C’est effrayant comment je me sens quand je sors. Je suis vraiment fou. Je deviens électrisé. Sauf que moi c’est dangereux. J’ai un de mes amis qui s’est fait poignarder dans sa douche. […] Je me fais voler en permanence dans mon appartement. Les gars partent avec mes disques, mes bouteilles de vin, ma montre. » (Claude dans le film « Déclin de l’empire américain » (1985) de Denys Arcand) ; « Dire qu’il y a des folles qui ont peur de draguer dans la rue et se font voler ou massacrer par des gigolos qu’ils ont dragué dans les boîtes de nuit ! » (le narrateur homosexuel dans le roman Le Bal des folles (1977) de Copi, p. 44) ; « Elle me prit par le bras et m’entraîna dans un coin sombre, comme elle devait le faire pour décider le client quand il n’était pas sûr de lui. Elle ouvrit un peu mon manteau et chercha entre mes jambes ce qu’il n’y avait pas. Elle entreprit de me palper plus avant. Je me mis à la regarder bien en face. […] Elle m’attrapa le bras violemment. Terrorisée, j’eus l’énergie de m’enfuir, courant comme je le pouvais dans mon accoutrement, manquant de trébucher dix fois sur mon pantalon trop long… Je l’entendis qui disait quelque chose comme : ‘J’ai d’la moralité, moi !’ Puis, très clairement, le mot ‘ordure’ claqua dans la nuit. » (Alexandra, l’héroïne lesbienne, face à une prostituée qu’elle a essayé de draguer, dans le roman Les Carnets d’Alexandra (2010) de Dominique Simon, pp. 40-41) Par exemple, dans le téléfilm « Les Dix Petits Nègres » (2015) de Sarah Phelps, l’homosexualité est sous-jacente. William Blore, l’inspecteur, a violé dans une cellule de la prison de Dartmoor un prostitué homosexuel, James Stephen Landor, qui faisait le tapin dans les pissotières, et qu’il a fait condamner aux travaux forcés à perpétuité où il a fini ses jours : « Edward Landor était un pédéraste. Plutôt mourir que de m’approcher d’un de ces pervers ! »

 

Comment expliquer que l’agresseur homophobe soit en réalité homosexuel ? En général, c’est parce que le désir homosexuel n’est pas reconnu tel qu’il est que la pulsion homosexuelle refoulée par le personnage bisexuel ressort avec la rapidité et la violence d’un bouchon de champagne. Par exemple, dans le film « More Or Less » (2010) d’Alexander Antunes Siqueira, Ivo agresse constamment Sandro, un de ses camarades de classe, avant de lui avouer son trouble. Dans le film « Hoje Eu Quero Voltar Sozinho » (« Au premier regard », 2014) de Daniel Ribeiro, le personnage estampillé « homophobe » et chargé d’être méchant avec le duo initialement amical Gabriel/Léo, est extrêmement ambigu, en réalité : il projette sur les deux garçons une homosexualité qu’il est le seul à ressentir ; il interprète leurs gestes amicaux innocents en drague suspecte ; il attend leur union (« Alors, Léonardo, tu as un nouveau copain ? ») parce qu’il est lui-même peu au clair avec sa sexualité (il est blond, a les cheveux longs, est un peu androgyne). Dans le film « Xenia » (2014) de Panos H. Koutras, les agresseurs de Dany, le héros gay provocateur, l’identifient comme homo et lui proposent qu’il les suce comme il suce sa sucette. Dans le film « Pride » (2014) de Matthew Warchus, les héros homosexuels se font insulter de « Bent Bastards ! » par un des fils homophobes de Maureen… (« Qu’ils viennent ici ! Ils se régaleraient ! ») qui se révèlera à la fin très gay friendly. Et au début du film, avant de « s’assumer pleinement gay », Joe, lors de sa toute première Gay Pride londonienne, surenchérit les insultes homophobes d’une passante offusquée qui trouve la manifestation « répugnante ! »… et pour ne pas passer pour homo, il acquiesce : « Exactement ! ». Dans le film « Le Français » (2015) de Diastème, Marco se fait poignarder par un homme maghrébin avec qui il y a un échange de regards ambigu, limite amoureux, à l’entrée de la boîte où Marco, pourtant hétéro, est videur. C’est cette reconnaissance mutuelle implicite de jalousie et de faiblesse qui provoque l’incident. Dans l’épisode 86 « Le Mystère des pierres qui chantent » de la série Joséphine Ange-gardien, diffusée sur la chaîne TF1 le 23 octobre 2017, Chloé est la méchante qui accuse Louison d’être lesbienne et qui la fait chier sur ça, précisément parce qu’elle est potentiellement lesbienne elle aussi (« Ça, tu vas me le payer… » marmonne-t-elle). Lorsque elle invente une nouvelle preuve de lesbianisme à Louison quand elle voit celle-ci se rapprocher de son amie Chanelle, Chanelle dévoile le pot aux roses et sort à Chloé : « En fait, si tu fais ça, c’est que tu la kiffes ? ».

 

Un certain nombre de personnages homosexuels nient leur identité homosexuelle (en tant que désir existant ; je ne parle pas ici d’identité homosexuelle envisagée à tort par notre société comme « LA vérité ontologique fondamentale de l’individu qui ressent en lui un désir homosexuel ») : « Je ne suis pas homosexuel ! » (Louis, un des personnages homos de la pièce Dépression très nerveuse (2008) d’Augustin d’Ollone) ; « Ah non mais attends, j’suis pas gay ! » (Bernard, le personnage homo qui fera plus tard son coming out à sa meilleure amie Donatienne, dans la pièce Nous deux (2012) de Pascal Rocher et Sandra Colombo) ; « Je ne suis pas comme ça ! » (Miguel s’adressant à son amant Santiago dans le film « Contracorriente » (2011) de Javier Fuentes-León) ; « Mais non !! Je ne suis pas gay !! » (Jules, le héros homosexuel de la pièce Les Sex Friends de Quentin (2013) de Cyrille Étourneau) ; « Je te préviens. J’suis pas pédé… » (Laurent, le personnage homo du one-man-show Gérard comme le prénom (2011) de Laurent Gérard) ; « C’était la première fois que je parlais de mon homosexualité et c’était pour la renier ! » (Ednar, le héros homo du roman Un Fils différent (2011) de Jean-Claude Janvier-Modeste, p. 44) ; « Moi, j’ai horreur de ça ! » (le narrateur à propos de l’homosexualité de son auteur, dans la nouvelle « La Mort d’un phoque » (1983) de Copi, p. 18) ; « Y’a plein de bisexuels dans les séries TV. Sauf que j’en suis pas. » (Lennon le héros qui se révèlera bisexuel et homos à la fin de la pièce Scènes d’été pour jeunes gens en maillot de bain (2011) de Christophe et Stéphane Botti) ; « Je vous pisse à la raie, sale pédale ! » (Didier à Bernard, son futur amant, dans la pièce À quoi ça rime ? (2013) de Cyril et Sébastien Ceglia) ; « Je ne suis pas une sale pédale comme toi. » (Ugo à son ami-amant homosexuel, avant de lui révéler qu’il est lui-même un homo refoulé, dans le film « No Soy Como Tú » (2012) de Fernando Figueiras); etc. Dans le film « Navidad » (2009) de Sebastian Lelio, le personnage d’Aurora a du mal à accepter ses attirances lesbiennes. Dans le film « My Own Private Idaho » (1991) de Gus Van Sant, Scott joue les parfaits hétéros en disant qu’il ne baise avec les mecs que pour l’argent, par nécessité… même si cela se révèle être un mensonge. Le personnage qui rejette l’homosexualité est le même qui, en croyant s’en débarrasser, l’intériorise. Par exemple dans le spectacle musical Starmania de Michel Berger, la maman de Ziggy offre à son fils l’intégrale de Tchaïkovski pour son anniversaire. Certes, Ziggy l’a revendu le lendemain au disquaire… mais il est resté enchaîné à ce qu’il a rejeté puisque Tchaïkovski était homosexuel et que Ziggy devient homosexuel à son tour en se choisissant un autre gourou tout aussi ambigu sexuellement : David Bowie. Dans la pièce En ballotage (2012) de Benoît Masocco, Édouard, pourtant homosexuel, prend des positions très homophobes devant les caméras de télévision afin de s’acheter un électorat de droite et parfaire sa carrière politique (c’est la raison pour laquelle son petit ami, Georges, le quittera). Dans le film « Jongens » (« Boys », 2013) de Mischa Kamp, c’est juste après s’être embrassés que Seiger dit à son amant Marc : « Je suis pas gay. » et ce dernier, pour ne pas le contredire, lui rétorque par le même déni d’acte : « Bien sûr que non. » Plus tard, face à des témoins, Sieger bousculera Marc en pleine forêt, lieu où ils avaient pourtant tous les deux rendez-vous.

 

C’est au moment de découvrir leurs penchants homosexuels, et leur probable violence une fois qu’ils sont actualisés, que certains personnages agressent ceux qu’ils identifient comme de dangereux tentateurs : leurs pairs homosexuels. Par exemple, dans le film « Shower » (2012) de Christian K. Norvalls, le héros homo fracasse le crâne du mec qu’il vient d’embrasser sur la bouche dans un vestiaire de douches : il finit par le tuer. Dans le film « Nettoyage à sec » (1997) d’Anne Fontaine, par exemple, Jean-Marie se fait sodomiser par le beau et provoquant Loïc dans le sous-sol de son pressing, avant de lui coller le fer à repasser brûlant sur la figure et de le tuer en le jetant violemment par terre. Dans le film « Harvey Milk » (2009) de Gus Van Sant, Dan White, l’assassin d’Harvey, est un homosexuel refoulé. Le refoulement de l’homosexualité conduisant au fascisme est développé dans le roman Le Conformiste (1951) d’Alberto Moravia. Dans le film « Scènes de chasse en Bavière » (1969) de Peter Fleischmann, les hommes du village jouent les efféminés pour se moquer de l’homosexuel Abram. Et comme par hasard, le plus virulent et le plus homophobe de tous, c’est Georg, celui qui imite le mieux la tapette ! Dans la B.D. Pressions & Impressions (2007) de Didier Eberlé, le personnage homophobe de Martial, présenté pourtant comme un gros beauf masculin, est très ambigu : il est même plus efféminé que Romain, l’homo « officiel » ! Dans le film « Children Of God » (« Enfants de Dieu », 2011) de Kareem J. Mortimer, l’ambiguïté du personnage hétéro de Mike – qui provoque Johnny, le héros homosexuel, soi-disant gratuitement et méchamment, et qui finira par le poignarder – est dévoilée par Johnny lui-même : « Mike, tu es le plus gros pédé que j’ai jamais vu. »

 

Il arrive très souvent que le personnage homosexuel, avant de se dire homo et de vivre des amours homosexuelles, ait un passé homophobe chargé (et parfois un futur homophobe post-coming out non moins musclé !). Comme si l’origine de son homosexualité était l’homophobie. « Avec les pédés, j’peux pas. En même temps, faut que je fasse gaffe : y’a pas plus folles que les folles qui critiquent les folles. […] C’est drôle. À 16 ans, je cassais du pédé dans les parcs. À 20, je couchais avec. » (Jacques Nolot dans son film « La Chatte à deux têtes », 2002) ; « C’était un peu paradoxal – j’envisageais de révéler mon homosexualité à nos parents, et en même temps je mentais à toutes les filles que je rencontrais. » (Petra, l’héroïne lesbienne se travestissant en homme en boîte, dans le roman The Girl On The Stairs, La Fille dans l’escalier (2012) de Louise Welsh, p. 83) ; etc. Par exemple, dans la pièce Bonjour ivresse ! (2010) de Franck Le Hen, Raphaël s’est fait traiter de « tapette » par Benoît au collège… et à l’âge adulte, ce même Benoît fera pourtant son coming out, tombera amoureux du souffre-douleur qu’il avait jadis méprisé (et qui, avec le temps, est devenu un canon ! c’est fou, la vie, hein ?), et ils formeront un couple homo merveilleux et heureux. Dans le roman L’Hystéricon (2010) de Christophe Bigot, Esteban, qui se dira homo plus tard, a jadis été forcé par ses camarades de collège à être homophobe envers Mourad : il l’a battu dans les vestiaires. On assiste exactement à la même scène, cette fois dans le film « Broderskab » (« Brotherhood », 2010) de Nicolo Donato, où Jimmy est chargé de frapper à mort son copain Lars pour prouver à son groupe néo-nazis que tous les deux ne sont pas amants (ce qu’il fera). Dans le film « Moonlight » (2017) de Barry Jenkins, Chiron, le jeune héros homosexuel, se fait maltraiter physiquement et verbalement par un camarade de classe, Terell, qui le féminise pour mieux se justifier de le redresser « comme un homme » : « Je suis pas pédé… mais je te niquerais bien. » Son attitude agressive en dit long sur cet adolescent aux dreadlocks le transformant en Steevie Wonder efféminé… Par ailleurs, Kevin, l’amant secret de Chiron, sous la pression de ses camarades et de Terell, se retrouve à donner des coups de poing à Chiron pour que leur liaison ne soit pas découverte. Dans le film « Homophobie » (2012) de Peter Enhancer, on assiste à la lente et surprenante métamorphose de l’homophobe en homosexuel : ce film prouve inconsciemment que l’homophobie, c’est l’homosexualité pratiquée.

 

 

Dans la pièce Fixing Frank (2011) de Kenneth Hanes, Jonathan, l’un des personnages homos, raconte qu’il faisait partie de la bande de « casseurs de pédés » qui a tabassé un homme homosexuel de son village… alors qu’il se dira plus tard homosexuel ! « La petite frappe, c’est devenu moi… » avouera-t-il à son amant Frank qui, pour le coup, n’en revient pas que son homme soit un ex-homophobe : « Incroyable… T’as été un péquenaud haineux avant de devenir un Super-Pédé… » Dans le film « C.R.A.Z.Y. » (2005) de Jean-Marc Vallée, Zac a été « casseur du pédé » avant de devenir homosexuel. C’est exactement le même cas de figure avec le personnage de Joe Bill dans la pièce Inconcevable (2007) Jordan Beswick.

 

Dans le roman Si tu avais été… (2009) d’Alexis Hayden et Angel of Ys, Bryan, le héros, n’est pas venu en aide à un camarade de classe efféminé, Julien, qui comme lui était homosexuel, et qui a fini par se suicider parce que ses camarades le rejetaient : « C’était mon frère de cœur. Nous avions la même faiblesse – si c’en est une – mais je ne me reconnaissais pas en lui. Je l’avais toujours ignoré. Finalement, j’étais peut-être pire que ceux qui se moquaient de lui. » (p. 49) ; « Personne n’était là quand Julien en avait besoin, quand il était bien vivant, quand il désespérait. Personne pour l’écouter, pour le comprendre et lui tendre la main… alors, il est parti. » (p. 51) Un peu plus loin dans le roman, Kévin, le petit copain de Bryan, se fait attaquer par un gang de « casseurs de pédés ». Laurent, le garçon qui est à la tête de ce groupe homophobe, se montre particulièrement ambigu dans ses gestes d’agresseur, vu qu’il embrasse sa victime sur la bouche (p. 266). Kévin explique à son amant Bryan tous les paradoxes de Laurent : « On peut faire semblant, comme le gros connard qui m’a peloté dans le parc. Lui, tout en cassant du pédé, il mourrait d’envie de me baiser et peut-être même qu’encore aujourd’hui, il pense à moi en se masturbant ! » (p. 323) À la fin de l’histoire (désolé de vous la raconter, pour ceux qui voulaient lire ce navet romanesque), Laurent finit par assassiner Bryan. Kévin-et-la-Ferrari-rouge, inconsolable, comprend une nouvelle fois que l’assassinat homophobe n’est pas qu’une déclaration de haine gratuite et hétérosexuelle : « Bryan est mort pour rien, juste parce qu’un malade, qui bande pour moi et qui rêve de me sauter, voulait se débarrasser de lui. » (p. 457) ; et Laurent passe en effet aux aveux devant Kévin : « Je ne sais pas quand, ni où, mais je sais que je te baiserai. J’en fais la promesse sur la tombe de ton pote. T’es trop beau ! Je n’y suis pour rien si tu me fais bander ! » (p. 459)

 

HOMOPHOBE 2

Film « Broderskab » de Nicolo Donato


 

Dans le film « Broderskab » (« Brotherhood », 2010) de Nicolo Donato (dont j’ai parlé précédemment, et qui est un film magnifique), on observe d’abord une homophobie intériorisée chez l’un des deux membres du couple, Lars, qui a du mal à se faire à son identité homosexuelle ; et dans un second temps, ce même Lars subit un outing surprenant de la part d’un de ses compagnons politiques qui nourrit envers lui un mélange d’admiration amoureuse et de haine (tiens… la jalousie, c’est une bonne définition de l’homophobie !). Dans le film « Nos Vies heureuses » (1999) de Jacques Maillot, Lukas traite au départ François de « sale pédé ! », puis couche un peu plus tard avec lui en mettant ses penchants homosexuels sur le compte de l’alcool et de la camaraderie militaire… Il « s’assumera » homosexuel à la fin du film. Dans le téléfilm « Baisers cachés » (2017) de Didier Bivel, Louis tabasse Nathan dans les vestiaires de sport, pour se blanchir/désinculper auprès des autres camarades par rapport à son homosexualité. Dans le film « Prora » (2012) de Stéphane Riethauser, l’amour entre les deux adolescents Matthieu et Jan commence par une grande violence homophobe. À la fin du film « On ne choisit pas sa famille » (2011) de Christian Clavier, César finit en couple avec Louis… qu’il avait au départ traité de « sale pédale ».

 
 

b) L’homophobie post-coming out : le personnage homosexuel est en réalité homophobe parce qu’il célèbre trop son désir homosexuel : 

En règle générale, et contre toute attente, les agressions fictionnelles homophobes ne viennent pas de l’extérieur, ni des personnages « hétéros ». Elles concernent les personnages soi-disant hétéros mais en réalité très bisexuels, et les personnages homosexuels entre eux, même s’ils sont les premiers à le regretter et à trouver cela absurde : « Un gay contre un gay, c’est malheureux… » (Harvey Milk, dans le film éponyme (2009) de Gus Van Sant) ; « On peut se demander si l’homophobie n’est pas créée par les homosexuels eux-mêmes ! » (le narrateur homosexuel du spectacle musical Luca, l’évangile d’un homo (2013) d’Alexandre Vallès) ; « Pourquoi tu me détestes ?? » (Thérèse, l’héroïne lesbienne s’adressant à l’ex-maîtresse Abby de son amante Carol, dans le film « Carol » (2016) de Todd Haynes) ; etc. Par exemple, lors de son one-man-show Elle est pas belle ma vie ? (2012), l’humoriste homosexuel Samuel Laroque déverse toute sa haine sur ses frères homos : « Les hommes politiques, c’est un peu comme les homosexuels. Ça te fait gober tout et n’importe quoi. Et plus c’est gros, plus ça passe. […] Les homos, c’est pas de la tarte. Y’a pas plus intolérant qu’un homo dans le milieu. »

 

Plus on regarde des fictions traitant d’homosexualité, plus on découvre que l’homophobie n’est pas qu’une homosexualité refoulée. Elle est aussi et surtout une homosexualité en apparence fièrement assumée et pleinement active. C’est quand tout semble être en règle que le naturel violent du désir homosexuel revient au galop, cette fois de manière tout à fait incompréhensible. Comme pour tuer l’ennui. « Chaque gay doit avoir un motif d’en tuer un autre… » signale sournoisement Xav dans la pièce La Mort vous remercie d’avoir choisi sa compagnie (2010) de Philippe Cassand. Par exemple, dans la pièce Doris Darling (2012) de Ben Elton, Sidney, l’héroïne homo, oute tous les présentateurs-télé : c’est son jeu. Dans le roman Les Carnets d’Alexandra (2010) de Dominique Simon, Alexandra, l’héroïne lesbienne, est prête à « outer » sa jeune voisine par jalousie (p. 50). Dans le film « Children Of God » (« Enfants de Dieu », 2011) de Kareem J. Mortimer, Romeo renie son amant Johnny en pleine fête en disant à sa girl friend Lonette qu’« il ne le connaît pas » ; il lui gueule même dessus : « Dégage ! » Dans la série Faking It (2014) de Dana Min Goodman et Julia Wolov (cf. l’épisode 1 « Couple d’amies » de la saison 1), Shane, le héros homo, fait tout pour outer, ou plutôt forcer Amy et Karma à être homosexuelles comme lui : « Je suis tellement fier de mes petites ! » Dans son one-man-show Tout en finesse (2014), Rodolphe Sand avoue qu’en amour, il « recherche un gay pas gay ». Dans le film « Call me by your name » (2018) de Luca Guadagnino, le jeune Elio, 17 ans, pourtant homosexuel et sortant en cachette avec Oliver, se moque ouvertement du couple d’amis gays français invité par ses parents à la maison, Mounir et Isaac, qu’il juge « ridicules ». Il les surnomme « Sony et Cher », et les méprise car il refoule son homosexualité.
 

Dans la série Sex Education (2019) de Laurie Nunn, Adam maltraite, insulte, rackette et violente Éric, le gay de son lycée, et qui deviendra son futur amant : « Ferme ta petite gueule, Trompette en l’air. » ; « Fais gaffe où tu vas, pédé. » (c.f. épisode 1 de la saison 1) ; « Comment ça va aujourd’hui, p’tite tapette ? » (Adam s’adressant à un camarade blond, dans l’épisode 2 de la saison 1) ; « Tu veux quoi, Adam ? » (Éric) « J’vais te tuer, connard. » (Adam, dans l’épisode 7 de la saison 1). Au moment où ils se donnent leur premier baiser et couchent ensemble (c.f. épisode 8 de la saison 1), juste avant, ils se battent dans la salle de musique, se plaquent violemment contre le sol, se crachent dessus (« Alors, ça te plaît ? » demande Adam). Comme c’est romantique… Et même après être sortis ensemble, Adam continue de le menacer de mort : « Si jamais t’en parles à qui que ce soit, je te jure que je te tue. »

 

Certains héros homosexuels, après avoir posé leur premier geste homosexuel, se rétractent et le renient. Par exemple, dans le film « Free Fall » (2014) de Stéphane Lacant, juste après avoir volé un baiser à son futur amant Marc, Engel n’assume pas : « C’était une blague. » Plus tard, quand ils se mettent en couple, Marc, l’homme marié, refuse sa situation, ce qui fait réagir Engel : « T’es homo, Marc, assume ! » Marc lui répond : « Je suis pas homo ! » et il lui fout un pain. Il finira par le renier. Dans le film « Hoje Eu Quero Voltar Sozinho » (« Au premier regard », 2014) de Daniel Ribeiro, Gabriel ment à Léo quand il lui dit qu’il ne se souvient de rien à la fête où pourtant il lui a donné leur premier baiser : ce désaveu montre qu’il n’assume pas du tout son acte homo. Dans le film « In & Out » (1997) de Frank Oz, comme Howard ne supporte pas de tomber amoureux de Peter, il lui fout un coup de poing dans la figure. Dans le film « L’Homme blessé » (1983) de Patrice Chéreau, Jean traite son futur amant Henri d’« enculé ». Dans le film « W imie… » (« Aime… et fais ce que tu veux », 2014) de Malgorzata Szumowska, Adrian est l’homosexuel pratiquant qui a identifié l’homosexualité latente du père Adam, et qui le fait chanter. Dans la pièce La Thérapie pour tous (2015) de Benjamin Waltz et Arnaud Nucit, le Dr Katzelblum suit en thérapie un couple gay Benjamin/Arnaud parce qu’Arnaud ne s’assume pas comme homo. Arnaud s’insurge contre Benjamin et le traite de tous les noms : « Encore un truc de pédale ! » ; « Connard, va ! Trou de balle ! » ; « Tapette ! » ; etc. Benjamin ne se montre pas plus doux : « L’enfant de catin ! » Dans le film « La Belle Saison » (2015) de Catherine Corsini, avant de sortir « durablement » ensemble, Carole rejette les avances de Delphine, en ne se déclarant pas lesbienne : « J’ai des copines lesbiennes. Je ne le suis pas, c’est tout. » Delphine lui répond « Moi non plus », et juste après, elles s’embrassent à pleine bouche.

 

Dans le téléfilm « Clara cet été-là » (2003) de Patrick Grandperret, toutes les héroïnes lesbiennes se réfugient derrière l’excuse de la bisexualité ou bien dans le déni pour devenir homophobe. Zoé trahit sa meilleure amie Clara, alors que c’était elle qui à la base l’avait poussé à être lesbienne et avait éveillé en elle un désir homo : « J’t’aime plus, Clara. J’ai fait l’amour avec Sébastien. À cause de toi, j’ai failli faire une croix sur les garçons. C’est toi qui as un problème avec les mecs. Pas moi. » Ensuite, Clara met du temps à assumer qu’elle a couché avec Sonia (et encore… elle a du mal à dire qu’elle en est amoureuse) : « J’suis pas une lesbienne ! Deux filles entre elles, j’vois pas l’intérêt. » Une fois qu’elle sort avec Sonia, elle la renie devant les autres : « Elle me saoule. Elle n’arrête pas de me coller… »

 

Dans le film « Stand » (2015) de Jonathan Taïeb, à Moscou, Anton et Vlad, un jeune couple homosexuel est par hasard le témoin passif d’une agression de rue. Plus tard, ils apprendront que la victime a succombé aux coups et qu’il s’agissait d’un crime homophobe. Leur enquête pour retrouver la trace du meurtrier les renvoie peu à peu aux sphères de drague internet homosexuelles : « Les rendez-vous entre gays sur internet, c’est toujours un peu craignos. » (Katya) Pire : elle les renvoie à eux-mêmes. En effet, Vlad n’a pas secouru Nikolay, le jeune gay qui se faisait tabasser à mort, quand il passait en voiture devant lui. Audrey, le tueur homophobe, et ami d’Anton, comme une voix d’outre-tombe, joue sur cette culpabilité et complicité homosexuelles : « Il faut au moins un mentor et un disciple pour réussir une quête. » ; « Pourquoi ne pas être sorti de la voiture ce jour-là ? » (idem). Anton finit par succomber à cette voix et par croire qu’en effet, la complicité de son amant Vlad vaut meurtre : « Tu as tué un homme, Vlad ! Tu as tué un homme ! » Vlad lui fout un poing dans la gueule et le quitte définitivement, blessé de cette semi-vérité, de la révélation de son homophobie homosexuelle.
 

Le plus contradictoire (et comique), c’est déjà quand les personnages homosexuels s’insultent de tous les noms d’oiseaux que l’homophobie ait créés, alors qu’ils forment pourtant à eux deux un couple qui prouve qu’ils sont aussi homo l’un que l’autre et qu’ils n’en a pas un pour rattraper l’autre ! : « On n’est pas des pédés ! » (Fred à son amant Max, dans la pièce Des Bobards à maman (2011) de Rémi Deval) ; « On n’est pas des tapettes ! » (Yoann, le héros homosexuel hyper efféminé, dans la pièce Ma belle-mère, mon ex et moi (2015) de Bruno Druart et Erwin Zirmi) ; « Connard, enculé, salope, connasse ! » (Emmanuel, du haut de l’immeuble, à son amant Omar qu’il a violé, dans le film « Homme au bain » (2010) de Christophe Honoré) ; « Pète-toi la gueule ! Tafiole ! » (Claude, le héros homo insultant un patineur artistique à la télé, dans le one-man-show Hétéro-Kit (2011) de Yann Mercanton) ; « C’est une folle ridicule. » (la voix narrative parlant du Rouquin, dans le roman Le Bal des folles (1977) de Copi, p. 109) ; « Quand est-ce que tu auras fini de me poursuivre, sale pédale ? » (Pietro à Copi, son ex-amant, dans le roman Le Bal des folles (1977) de Copi, p. 57) ; « On se dit partout connasse ! On se déteste, on s’insulte de sale peste ! » (cf. la chanson « L’Amour ça va » du groupe Mauvais Genre) ; « Tu ne te trouves pas un peu ridicule, connasse de travelo ? » (Luc insultant Micheline, dans la pièce La Tour de la Défense (1974) de Copi) ; « Ta gueule, espèce de connasse de travelo de merde ! » (Luc à Micheline, idem) ; « C’est toi, le spectacle sordide ; tu es le seul spectacle sordide ici. » (Jean à Micheline, idem) ; « On n’est pas des pédés ! » (Sébastien, le héros homosexuel, en conclusion de la pièce Un Mariage follement gai ! (2008) de Thierry Dgim) ; « Il faut toujours que les uns traitent à tort et à travers les autres de pédés, alors qu’ils se livrent peu ou prou aux mêmes activités. » (cf. la nouvelle « Mémoires d’un chiotte public » (2010) d’Essobal Lenoir, Le Mariage de Bertrand, p. 84) ; « Pas de ça chez moi ! Je te rends ton baiser ! » (Nathalie s’adressant à Tatiana dans le one-woman-show Wonderfolle Show (2012) de Nathalie Rhéa) ; « Toi et moi on sait repérer les mecs bien. Pas comme toutes ces folles qui cherchent à baiser. » (Romain, le compagnon d’Alexis, s’adressant à Laurent qui sort en secret avec Alexis, dans le film « L’Art de la fugue » (2014) de Brice Cauvin) ; « Une folle qui danse, c’est moche. » (Todd, l’homosexuel viril, dans le film « Test : San Francisco 1985 » (2013) de Chris Mason Johnson) ; etc. Dans la pièce Comme Ils disent (2008) de Christophe Dauphin et Pascal Rocher, David et Philibert se traitent mutuellement d’« enculé ! » et de « pédé ! ». Dans le film « Cloudburst » (2011) de Thom Fitzgerald, Stella, l’héroïne lesbienne, traite Prentice de « Sissy » parce qu’il fait des mouvements de danse sur la plage.

 

Par exemple, dans le film « The Boys In The Band » (« Les Garçons de la bande », 1970) de William Friedkin, tous les personnages homosexuels jouent les grandes folles décomplexées de pratiquer leur homosexualité, mais sont odieux entre eux : Michael veut pousser Alan au outing et dans les bras de Justin ; Alan est follophobe, frappe Emory et l’insulte de « Pédale ! » (« Je n’aime pas sa façon de parler, ça me tape sur les nerfs. ») ; Harold humilie son coloc Michael, et ce dernier organise une fête où il règlera ses comptes avec tous ses « amis » : « Je me sens si mal. J’en ai assez de vivre et j’ai peur de mourir. Si on pouvait ne pas tant se haïr. C’est tout. Si on essayait de ne pas tant nous détester. » conclut-il.

 

Il est également très fréquent que le personnage homosexuel dise ouvertement son aversion pour la communauté homo et pour ses semblables homosexuels : « La pensée de devenir involontairement comme eux… me faisait peur, me rendait malade et en colère. » (William Windom à propos des homosexuels, dans le film « Le Détective » (1968) de Gordon Douglas) ; « Il est important que vous le sachiez : je ne suis pas ‘un homo comme ils disent’. Si je reconnais beaucoup de mes frères et sœurs dans le personnage de la chanson de Charles Aznavour – mal dans sa peau, minable, pathétique –, moi, personnellement, je ne m’y reconnais pas. » (Dominique dans le roman Les Julottes (2001) de Françoise Dorin, p. 25) ; « Moi ce qui me gêne, c’est les pédés. Y en a trop. » (Willie, lui-même homosexuel, dans le roman La Meilleure part des hommes (2008) de Tristan Garcia, p. 96) ; « Elles me font chier, toutes ces folles. » (François, précisément la plus « grande folle » du roman Riches, cruels et fardés(2002) d’Hervé Claude, p. 112) ; « J’aime pas les mecs qui traînent dans les bars à pédé. » (JP dans la série Clara Sheller (2005) de Renaud Bertrand, l’épisode 5 « Oublier Paris ») ; « Nicolas se désintéresse de la femme, mais ne s’intéresse guère au ‘gay’. Sa curiosité s’applique exclusivement aux jeunes mâles ‘normaux’. […] Il voit trop de femme dans l’homosexuel. » (Benoît Duteurtre, Gaieté parisienne (1996), pp. 21-22) ; « Le milieu, c’est pas mon style ! » (Benoît dans la pièce Bonjour ivresse ! (2010) de Franck Le Hen) ; « J’aime pas les pédés ! » (Lou dans la pièce Les Escaliers du Sacré-Cœur (1986) de Copi) ; « Ah, race de femmes maudites, vous êtes toutes des putes ignorant tout de la bite ! » (Ahmed à des lesbiennes dans la pièce Les Escaliers du Sacré-Cœur (1986) de Copi) ; « J’aurais envie de les tuer, mais il vaut mieux que je ne perde pas mes pédales. » (la voix narrative dans le roman Le Bal des folles (1977) de Copi, p. 130) ; « Maintenant, finies les tantes ! On en a plein le dos ! » (les protagonistes homos de la comédie musicale À voix et à vapeur (2011) de Christian Dupouy) ; « Qu’est-ce qu’elles peuvent être niaises dans les bras les unes des autres ! » (Cy Jung, Mathilde, je l’ai rencontrée dans un train (2005), p. 164) ; « Je veux un mari, 2 enfants, une maison et un chien. Pas être une salope comme les autres ! » (Paul, le héros homo parlant de ses amis homos en couple, dans le film « The Big Gay Musical » (2010) de Casper Andreas et Fred M. Caruso) ; « Nous ne serons plus jamais gay. » (la troupe de chanteurs homos de la comédie musicale Adam et Steve, idem) ; « Il n’y a pas pire que d’être gay. » (Eddie, homosexuel, idem) ; « En gros, c’est des crétins comme les autres. » (Glenn, le héros homo parlant des autres homos, dans le film « Week-End » (2012) d’Andrew Haigh) ; « Je le trouve beau, jeune, fort. Après un moment, il se rhabille, je l’imite. Je lui demande son prénom, il répond ‘H.’ et j’ajoute ‘Tu vois, ce qui est important, c’est de vivre chaque instant. Peu importe quoi, peu importe avec qui.’ Puis il dit ‘Adieu’ et il s’en va sans se retourner. Je hurle le plus fort possible ‘Connard, gros connard, sale pédé de merde, va crever. » (Mike, le narrateur homo, en parlant de « H. » qu’il rencontre à la gare du Nord, dans le roman Des chiens (2011) de Mike Nietomertz, p. 61) ; « Y’en a marre des déhanchés sur Lady Gaga et Mylène Farmer. » (François, le héros homosexuel, dans la pièce L’un dans l’autre (2015) de François Bondu et Thomas Angelvy) ; etc. Dans le roman The Well Of Loneliness (Le Puits de solitude, 1928) de Marguerite Radclyffe Hall, Brockett, le meilleur ami homosexuel de l’héroïne lesbienne Stephen, reproche à celle-ci son homophobie : « Vous fuyez vos semblables comme s’ils étaient des démons ! » (p. 451) Dans la pièce Le Cheval bleu se promène sur l’horizon, deux fois (2015) de Philippe Cassand, Guy a tué l’amant (Herbert) de l’amant (Fabien) de son amant (Hugues), par « amour ».

 

Dans le film « Jonas » (2018) de Christophe Charrier, les héros homosexuels se détruisent entre eux : les amants Nathan et Jonas se conduisent à la mort, et Jonas abandonne son ami aux mains d’un prédateur homo rencontré en sortie de boîte, et qui lui-même décriait l’inhumanité du milieu homo : « Une fois que tu seras là-dedans, tu verras à quel point c’est triste et moche. ». Avant d’être assassiné par ce client, Nathan se plaignait que lui et Jonas n’aient pas pu rentrer dans le club gay The Boys parce qu’ils étaient mineurs, et donnait des coups de pied contre la porte de la discothèque, en insultant le videur : « Putain ! Quel enculé, ce mec ! T’as vu comment il m’a parlé ! » Dix-huit ans plus tard, Jonas enchaîne les plans cul sur les sites de rencontres, et se rend chez un internaute qui ne correspond pas à sa photo de profil sur Grindr : ce dernier pense que, sur un malentendu, le « plan cul » pourra quand même passer… mais il révèle néanmoins les revers de son mensonge : « Y’en a plein qui ont voulu me casser la gueule. »
 

Dans la série Sex Education (2019) de Laurie Nunn, il n’y a aucune solidarité fraternelle entre personnages homosexuels. Anwar et Éric, qui sont pourtant les deux gays officiellement connus de leur lycée, se tirent dans les pattes : « Toi, t’as l’air d’être un clown de chantier. » (Anwar, dans l’épisode 6 de la sainson 1). Éric, au moment où il pète un câble et file son premier coup de poing « viril » à quelqu’un, jette son dévolu sur Anwar et s’en prend aveuglément à lui… ce qui étonne ce dernier : « Frapper le seul autre gay ici… bien joué, Éric ! Maintenant, ma mère pense que t’es un sale homophobe. J’suis toujours pas ton pote. » (c. f. épisode 6).
 

Dans son spectacle Madame H. raconte la saga des transpédégouines (2007), Madame H. décrit l’homophobie comme un virus… et demande ensuite – comme elle est bien inspirée ! – à la salle entière, remplie de personnes homosexuelles, de se taper dessus les unes les autres ! Dans la pièce Se Dice De Mí en Buenos Aires (2010) de Stéphan Druet, Alba, la femme lesbienne, rejette son fils Roberto parce qu’il est homo. Dans la comédie musicale Encore un tour de pédalos (2011) d’Alain Marcel, il y a une kyrielle de personnages homosexuels homophobes : par exemple, un homo est violé dans une tournante par des bad boys, qu’il définit comme par hasard comme ses « jumeaux » ; par ailleurs, la chanson « Je hais les gays » de ce même spectacle ouvre les festivités (elle est interprétée par les quatre comédiens-chanteurs qui virent leur cuti au fur et à mesure de l’intrigue). Dans la pièce Les Escaliers du Sacré-Cœur (1986) de Copi, Pédé se fait attaquer par Fifi et Mimi, les deux clochards travestis, et traiter de « pouffiasse », d’« hystérique ». Dans la nouvelle « Virginia Woolf a encore frappé » (1983) de Copi, « des travestis cubains et pro-lesbiens s’attaquent à une boîte homosexuelle à Pigalle, et aux homos dans les backroom » (p. 90). Ce genre d’assauts homophobes, commandités par les personnages homosexuels eux-mêmes sont apparemment monnaie courante : « Une guerre tribale, comme d’habitude. » (idem, p. 91) L’écrivain Essobal Lenoir, dans sa nouvelle « Kleptophile » (2010), croque les clones du Marais en portraiturant leurs « déhanchements de dindes et gloussements d’oies », comme s’il se décrivait lui-même ou détruisait ses propres fantasmes : « Toutes ces folles à franges se faisaient monter au rayon j’ai vingt ans, bien qu’elles en eussent au moins le double chacune » (p. 77) Dans le film « Une Femme, un jour… » (1974) de Leonard Keigel, Caroline assène qu’elle est « normale » par rapport aux autres femmes lesbiennes. Dans le one-man-show Chroniques d’un homo ordinaire (2008) de Yann Galodé, Didier passe son temps à se faire passer pour un homo supérieur aux autres homos de son entourage, même s’il prétend être un « homo ordinaire ». Dans la pièce À partir d’un SMS (2013) de Silas Van H., Jonathan ne veut pas être catalogué « homo du Marais », alors qu’il en a pourtant tous les travers (« Surtout, ne jamais aimer Mylène ! »). Dans le film « Week-End » (2012) d’Andrew Haigh, Glenn et Russell méprisent les « éternels bars gays »… genre « on ne mange pas de ce pain-là ! »… alors qu’ils se sont rencontrés précisément dans un bar gay ! C’est toute la production artistique homosexuelle qui appelle à la haine du « milieu homosexuel ». C’est fou, non ?

 
 

c) L’homophobie prend parfois le visage de la tolérance gay friendly, voire homosexuelle :

Mais c’est également la tolérance gay friendly et l’acceptation sans borne de l’homosexualité qui sont les vecteurs de l’homophobie ordinaire. Par exemple, on entend ce genre d’injonctions apparemment paradoxales (mais en réalité très logiques !) énoncées par des personnages bisexuels qui se targuent d’être des « hétéros ouverts » : « Les homophobes, ça devrait pas exister. C’est comme les pédés. » (le personnage de l’hétérosexuelle dans le one-woman-show Karine Dubernet vous éclate ! (2011) de Karine Dubernet) ; « J’aime pas trop les pédés, même si je suis du genre tolérant. » (Claudio dans le roman Riches, cruels et fardés (2002) d’Hervé Claude, p. 58) ; « Pourtant, vraiment, les mecs, ce n’est pas mon truc… » (idem, p. 60) ; « On n’est pas homophobes ! Sales pédés ! » (les Virilius – dont certains sont homosexuels refoulés et pratiquants – dans la pièce Les Virilius (2014) d’Alessandro Avellis) ; etc. Certains héros homosexuels, conscients de leur « ancienne » homophobie, expriment un piteux mea culpa : « Peut-être que j’étais jaloux. Tu l’assumes depuis que t’as 16 ans. » (Simon, le héros homo, s’excusant auprès d’Eytan, un camarade affiché « gay » depuis bien plus longtemps que lui dans leur lycée, et se justifiant de ne pas avoir été plus tôt solidaire avec lui, dans le film « Love, Simon » (2017) de Greg Berlanti)

 

Par exemple, dans le film « La Vie d’Adèle » (2013) d’Abdellatif Kechiche, une « pote » d’Adèle, pro-gay et indifférente à la pratique homosexuelle, insulte pourtant sa copine de « sale goudou » et s’imagine en train de se faire mater/tripoter salement par elle. Adèle rentre dans son jeu et dément qu’elle est lesbienne devant ses camarades : « Puisque je vous dis que je ne suis pas lesbienne ! »

 

Pire. L’homophobie homosexuelle arbore le masque du militantisme LGBT (pro-mariage-gay, pro-PMA, pro-GPA). Par exemple, dans la pièce Hétéro (2014) de Denis Lachaud, Gatal, le héros homosexuel, est outé et forcé par le couple homo de ses deux « pères » à trouver absolument « mari ». Dans la série Sex Education (2019) de Laurie Nunn, l’homophobie est présentée comme une mode d’un passé révolu, donc vue comme une irréalité : « Hey, Adam, je sais pas si t’es au courant mais l’homophobie, ça fait vraiment 2008. C’est super ringard. » (Anwar, homo, s’adressant à un autre gay, dans l’épisode 1 de la saison 1).
 

C’est la pratique homosexuelle – hors et dans le « milieu » – qui provoque indirectement l’agression homophobe par la violence et le rejet de la différence des sexes qu’elle induit. Par exemple, dans le film « À trois on y va ! » (2015) de Jérôme Bonnell, c’est après que Charlotte et Mélodie se soient embrassées dans un bar qui provoque chez un des clients du bar une grosse bagarre. Cette coïncidence (ou effet-miroir) laisse Michel, l’amant officiel de Charlotte et l’amant officieux de Mélodie, songeur : « Qu’est-ce que vous lui avez fait pour qu’il soit aussi agressif comme ça ? »
 
 

d) Le frère (de sang) du personnage homosexuel se montre particulièrement homophobe :

Qui mieux que la figure récurrente du frère homophobe dans les fictions homos pouvait prouver que l’homophobie n’est qu’un effet-miroir d’un seul et même désir : le désir homosexuel ? On retrouve ce frère homophobe dans la pièce Inconcevable (2007) de Jordan Beswick (avec le personnage de Cindy, la catho tradi aux idées très arrêtées), le film « Embrasser les tigres » (2004) de Teddi Lussi Modeste, le film « Du même sang » (2004) d’Arnault Labaronne (avec le frère « casseur de pédés »), le film « À cause d’un garçon » (2001) de Fabrice Cazeneuve (avec le grand frère qui fait une crise de jalousie parce que son frère homo Vincent serait le préféré des parents), le film « Un Amour à taire » (2005) de Christian Faure (avec Régis, le frère collabo qui trahit son frère), le film « Le Clan » (2003) de Gaël Morel, le film « Le Temps qui reste » (2005) de François Ozon, le film « C.R.A.Z.Y. » (2005) de Jean-Marc Vallée (avec les frères particulièrement intolérants de Zac), le roman Las Locas De Postín (1919) d’Álvaro Retana (avec Guillermo le frère de Rafaelito), le film « Lola et Bilidikid » (1998) de Kutlug Ataman, le film « Dernière sortie pour Brooklyn » (1989) d’Uli Edel, le film « Pervola » (1985) d’Orlow Seunke, la pièce Ça s’en va et ça revient (2011) de Pierre Cabanis (avec Viviane, la sœur très bourgeoise et très homophobe de Jean), la pièce Ma Double Vie (2009) de Stéphane Mitchell (avec la sœur homophobe de Tania), le film « Donne-moi la main » (2009) de Pascal-Alex Vincent (Antoine, le frère « hétéro » de Quentin, son jumeau gay, devient carrément son maquereau), le film « Toto qui vécut deux fois » (1998) de Daniele Cipri et Francesco Maresto (avec Bastiano, le frère homophobe de Pietrino), la pièce Mon frère en héritage (2013) de Didier Dahan et Alice Luce (avec Alex, le frère homophobe de Philippe l’homosexuel), le film « Circumstance » (2011) de Maryam Keshavarz (avec Mehtan, le frère homophobe de l’héroïne lesbienne Ati), etc. Par exemple, dans le film « Jongens » (« Boys », 2013) de Mischa Kamp, Ed, le frère de Sieger le héros homosexuel, est un hétéro qui traite son petit frère de « pédé » quand ce dernier est avec de simples amis.

 

HOMOPHOBE 3

Film « Un amour à taire » de Christian Faure


 

Chez le personnage dont le frère est homo, l’acceptation précipitée de l’homosexualité de son frangin gay, si acceptation il y a, n’est parfois que l’expression d’une homophobie inversée, c’est-à-dire une confirmation/affirmation de l’étiquette du macho hétérosexuel qu’il s’attribue pour se rassurer qu’il n’est pas « homo comme son frère » : « Quand, à 26 ans, j’avais enfin annoncé à mes parents que j’étais gay, Irwin avait accueilli la nouvelle avec flegme tel qu’il m’a fallu un bail pour comprendre ce qu’il ressentait, c’était principalement du soulagement. Pour lui, ma sortie du placard signifiait qu’il n’était plus la honte de la famille ; il pouvait s’occuper de faire des mômes et de vendre des baraques, de redevenir le mec. » (Michael à propos de son frère Irwin, dans le roman-feuilleton Michael Tolliver est vivant (2007) d’Armistead Maupin, p. 90) ; « Ça t’intéresse de savoir si mon frère est gay ? » (Martin, l’hétéro homophobe, qui fait chanter Simon sur son homosexualité, dans le film « Love, Simon » (2017) de Greg Berlanti, Martin) ; etc.

 

C’est parfois le frère gay friendly qui est capable d’une belle démonstration d’homophobie. « T’as tourné le dos au monde. T’es qu’un pédé égoïste ! » (Ayrton s’adressant à son grand frère homo Donato, dans le film « Praia Do Futuro » (2014) de Karim Aïnouz) ; « À cause de ta différence, on m’a toujours traitée comme une paria dans cette famille. » (la sœur hétéro de Jérémie, le héros homo qui avoue finalement son hétérosexualité, dans le film « Toute première fois » (2015) de Noémie Saglio et Maxime Govare) ; « Son frère est venu me menacer de me casser la gueule si je publiais ces horreurs. » (Guillaume, journaliste homosexuel, à propos de l’homosexualité de son ami Gérard, dans la pièce Commentaire d’amour (2016) de Jean-Marie Besset) ; « Quand je pense qu’ado, t’étais mon idole ! » (Daniel s’adressant à son frère Louise, désormais trans M to F, dans le téléfilm « Louis(e) » (2017) d’Arnaud Mercadier) ; etc. Par exemple, dans la pièce Sugar (2014) de Joëlle Fossier, Adèle, la sœur du héros homosexuel William, fait des leçons à Georges, le copain de William sur le fait qu’il n’assumerait pas son couple avec William parce qu’il ne délaisse pas son statut bancal d’homme marié bisexuel. Elle et son frère le maltraitent verbalement et physiquement : « Tu te fous de moi ! Ça fait cinq ans que tu m’abreuves de mensonges ! Marre ! Marre ! Marre ! Marre d’être englouti dans ta double vie ! » (William) Les homosexuels assumés (ou leurs défenseurs gays friendly) font le procès des hommes bourgeois bisexuels, donc de leurs amants secrets. Dans le film « Les Tuche » (2011) d’Olivier Baroux, Donald suspecte son grand-frère Wilfried de le maltraiter simplement à cause du « refoulement de sa propre homosexualité » : Wilfried demande à Donald d’« arrêter de parler comme un p’tit pédé »… parce qu’en réalité, il complexe d’être moins brillant intellectuellement que lui. Dans le film « The Cakemaker » (2018) d’Ofir Raul Graizer, Moti, Juif orthodoxe, et frère homophobe d’Anat (femme mariée à Oren, homme qui a eu une liaison secrète avec l’Allemand Tomas avant de décéder tragiquementdans un accident de voiture) gifle Tomas et l’oblige à quitter Israël pour retourner à Berlin, dès qu’il découvre le lien amoureux entre Oren (son beau-frère) et Tomas.

 
 

FRONTIÈRE À FRANCHIR AVEC PRÉCAUTION

 

PARFOIS RÉALITÉ

 

La fiction peut renvoyer à une certaine réalité, même si ce n’est pas automatique :

 

a) L’homophobie avant-coming out : Beaucoup de personnes homosexuelles deviennent homophobes parce qu’elles refoulent leur désir homosexuel

N.B. : Voir également le code « Liaisons dangereuses » dans le Dictionnaire des Codes homosexuels.

 

La haine de soi – il serait peut-être temps qu’on s’en rende compte (… rien qu’en voyant l’origine étymologique du mot « homophobie ») – est l’un des piliers du désir homosexuel. Si on est trop « ennemi de soi-même, comment aimer les autres ? » reconnaît justement Étienne Daho dans sa chanson « Retour à toi ». En parlant des individus homosexuels dans son essai Homoparenté (2010), le psychanalyste Jean-Pierre Winter a ces mots un peu secs mais finalement très justes : « Les uns et les autres sont divisés par ce qu’on appelle une ‘haine de soi’. L’homosexuel est clivé intérieurement entre un homosexuel et un détracteur de l’homosexualité. » (p. 196) Au commencement de l’homophobie, il y a un désir et un orgueil blessé, une peur qui s’appelle l’homosexualité : « Pendant de longs jours, j’eus l’impression d’être guéri : la vision ignoble de ce garçon, que je croyais viril, les images de cet homme singeant la femme en présence d’un autre homme tout aussi efféminé, tout cela endormait en moi toute velléité de recommencer. Toutes mes aventures, je les avais eues ou menées sous le signe de cette domination : en un mot, je ne m’étais jamais vu moi-même. Sensible et féminin, désirant d’impossibles caresses, j’eus alors la révélation que l’on n’est pas fait pour cela ; je sus qu’il y avait, en cet individu, quelque chose de détruit, comme en moi-même. Une sorte de timidité sexuelle faisait de nous ‘les invertis’, des monstres, des malades. Ainsi, il m’arrivait parfois de ne pas croire à ma propre homosexualité. » (Jean-Luc, 27 ans, homosexuel, dans l’essai Histoire et anthologie de l’homosexualité (1970) de Jean-Louis Chardans, p. 110) ; « C’était un garçon charmant, affectueux, mais sa discrétion excessive m’agaçait, et pour cause ; c’était un Antillais ‘pures sucres’. Rarement dans la journée nous sortions ensemble. Il avait toujours cette crainte de tomber sur une connaissance et de devoir se justifier. Le plus embêtant était que ce garçon n’avait jamais l’esprit tranquille par rapport à cette homosexualité qui le perturbait.[…] À la longue, je ne supportais plus ses jérémiades ; malgré tous mes efforts, je finis par lâcher prise. En vivant si mal son homosexualité, Hugo se mettait de fait dans la catégorie des homosexuels limite homophobes. En effet, il n’est pas rare de rencontrer ce genre de personne dans la communauté ; c’est même fréquent aux Antilles. » (Ednar, le héros homosexuel du roman très autobiographique Un Fils différent (2011) de Jean-Claude Janvier-Modeste, pp. 177-178) ; « Vous vous aimez si peu que ça ? » (un des psys s’adressant à Guillaume, le héros bisexuel, dans le film « Guillaume et les garçons, à table ! » (2013) de Guillaume Gallienne) ; « Comment être un autre si on n’essaie pas d’être soi-même ? » (Gabriel et Nicolas, les deux potes gays du film « Boys Like Us » (2014) de Patric Chiha) ; « Aux côtés d’hommes, je m’ennuie très rapidement. Je les considère comme des pères ou frères. Pas comme des hommes avec qui je dois coucher. Je trouve qu’un homme sent mauvais et c’est crade. J’aime pas qu’un homme me regarde, qu’il soit hétéro et encore moins homo. J’ai l’impression qu’ils ressentent quelque chose en moi, ou ils me projettent mon propre miroir et ça me répugne encore plus. […] J’ai rêvé que je me faisais violer par des hommes et au final ils m’avaient tué. […] Je me reconnais dans beaucoup de points que tu cites comme par exemple sur les agressions homosexuelles qui sont commises par des homos refoulés. Et c’est vrai que pour mon cas, non pas que j’aie eu fait des agressions ni physiques ni verbales, loin de là, mais dès que je croise des hommes qui ont un regard empli d’attention à mon égard, ça me fout la rage. Sûrement, le fait de voir son propre miroir ne fait pas plaisir à voir. Mais c’est idem pour les lesbiennes. Ça m’énerve encore plus car j’ai l’impression qu’elles me rejettent dans mon intégrité en tant qu’individu. Je me dis qu’elles sont heureuses sans nous, et qu’elles se font du bien entre elles alors que moi je voudrais aussi en faire partie. » (cf. le mail d’un ami homo, Pierre-Adrien, 30 ans, reçu en juin 2014) ; « Himmler a aussi été un des persécuteurs les plus assidus des homosexuels allemands. » (Philippe Simonnot dans son essai Le Rose et le Brun (2015), p. 253) ; « Je suis arrivée au pensionnat à l’âge de 14 ans. J’étais très naïve. Et je me suis retrouvée très tôt face à ces problèmes. Et j’ai été choquée. Il ne se passait que ça autour de moi, et je ne voulais pas le voir. Et j’en étais choquée. Depuis la surveillante qui couchait avec la surintendante, jusqu’aux élèves qui partageaient ma chambre, il n’y avait que ça autour de moi. J’étais la seule à ne pas être informée et à ne pas trouver que c’était épouvantable. Je me suis d’autant plus braquée que je sentais confusément en moi une attirance. Mais je voulais absolument la nier. » (Germaine, femme lesbienne suisse, dans le documentaire « Les Homophiles » (1971) de Rudolph Menthonnex et Jean-Pierre Goretta) ; etc.

 

Il arrive très souvent que la personne homosexuelle, avant de se dire homo et de vivre des amours homosexuels, ait un passé homophobe chargé (et parfois un futur homophobe post-coming out non moins musclé !). « En prépa, je me souviens, j’avais une amie qui m’avait fait des déclarations amoureuses et je l’avais envoyée chier violemment. » (Catherine, femme lesbienne de 32 ans, dans l’essai Se dire lesbienne : Vie de couple, sexualité, représentation de soi (2010) de Natacha Chetcuti, p. 57) ; « En fait, si une fille pouvait provoquer chez moi quelque chose qui n’était pas nommable à l’époque, j’avais tendance à l’agresser. » (Élodie, femme lesbienne de 46 ans, idem, p. 60) ; « Je lui répétais sans arrêt que l’homosexualité était quelque chose de dégoûtant, de ‘carrément dégueulasse’, qui pouvait mener à la damnation, à l’enfer ou à la maladie.» (Eddy Bellegueule, homosexuel, parlant de son petit frère Rudy qu’il veut transformer en « hétérosexuel », dans le roman autobiographique En finir avec Eddy Bellegueule (2014) d’Édouard Louis, p. 53) ; « Avec deux ou trois élèves de ma classe, nous nous moquions d’un garçon du lycée que nous jugions efféminé et que nous traitions de ‘tapette’. En l’insultant, je m’insultais moi-même, par ricochet, et le plus triste, c’est que je le savais confusément. » (Didier Éribon, Retour à Reims (2010), p. 203) ; « J’entendais dans la cour de récréation les élèves se traiter de ‘pédé’. C’était une insulte, pour moi. Une simple insulte, rien de plus, que j’utilisais à mon tour sans penser à mal, pour être comme les autres. » (Brahim Naït-Balk, Un Homo dans la cité (2009), p. 16) ; « Je me tenais à l’écart de tout ce qui se rapprochait plus ou moins de l’homosexualité. » (Eddy Bellegueule, homosexuel, dans le roman autobiographique En finir avec Eddy Bellegueule (2014) d’Édouard Louis, p. 147) ; « J’avais échoué, avec Sabrina, dans la lutte entre ma volonté de devenir un dur et cette volonté du corps qui me poussait vers les hommes, c’est-à-dire contre ma famille, contre le village tout entier. Pourtant je ne voulais pas abandonner et continuais à me répéter cette phrase, obsédante, ‘Aujourd’hui je serai un dur’. Mon échec avec Sabrina me poussait à accentuer mes efforts. Je prenais garde à rendre ma voix plus grave, toujours plus grave. Je m’empêchais d’agiter les mains lorsque je parlais, les glissant dans mes proches pour les immobiliser. Après cette nuit qui m’avait révélé plus que jamais l’impossibilité pour moi de m’émouvoir pour un corps féminin, je me suis intéressé plus sérieusement au football que je ne l’avais fait auparavant. Je le regardais à la télévision et apprenais par cœur le nom des joueurs de l’équipe de France. Je regardais le catch aussi, comme mes frères et mon père. J’affirmais toujours plus ma haine des homosexuels pour mettre à distance les soupçons. Je devais être en classe de troisième, peu avant la fin du collège. Il y avait un autre garçon, plus efféminé encore que moi, qui était surnommé ‘la Tanche’. Je le haïssais de ne pas partager ma souffrance, de ne pas chercher à la partager, ne pas essayer d’entrer en contact avec moi. Se mêlait pourtant à cette haine un sentiment de proximité, d’avoir enfin près de moi quelqu’un qui me ressemblait. Je le regardais d’un œil fasciné et plusieurs fois j’avais essayé de l’approcher (uniquement lorsqu’il était seul à la bibliothèque, car il ne fallait pas que je sois vu en train de lui parler). Il restait distant. Un jour qu’il faisait du bruit dans le couloir où une foule assez importante d’élèves était amassée, j’ai crié ‘Ferme ta gueule pédale’. Tous les élèves ont ri. Tout le monde l’a regardé et m’a regardé. J’avais réussi, l’instant de cette injure dans le couloir, à déplacer la honte sur lui. » (idem, p. 195-196) ; etc. Dans son autobiographie Libre (2011), Jean-Michel Dunand raconte comment il a renié son homosexualité face à un garçon avec qui il avait eu une aventure (« Je te préviens, je ne suis pas du tout homo. C’est juste une expérience. », p. 38), ou bien l’épisode inverse durant lequel Yann, l’un de ses amants, après leur première nuit ensemble, s’est défilé en présentant la même excuse homophobe pour se désengager au plus vite (« D’abord, je ne suis même pas sûr d’être vraiment homo. » idem, p. 85)

 

HOMOPHOBE 4

Film « La Chatte à 2 têtes » de Jacques Nolot


 

Dans le roman autobiographique En finir avec Eddy Bellegueule (2014) d’Édouard Louis, Eddy Bellegueule raconte toute l’ambivalence séductrice de ses deux bourreaux du collège (un grand roux et un petit) : « Regarde, c’est Bellegueule, la pédale. » (p. 20) Et le pire, c’est que lui, par homophobie intériorisée, rentre dans leur jeu ! « Ils sont revenus. Ils appréciaient la quiétude du lieu où ils étaient assurés de me trouver sans prendre le risque d’être surpris par la surveillante. Ils m’y attendaient chaque jour. Chaque jour je revenais, comme un rendez-vous que nous aurions fixé, un contrat silencieux. […] Uniquement cette idée : ici, personne ne nous verrait, personne ne saurait. […] Dans le couloir, je les entendais s’approcher, comme les chiens qui peuvent reconnaître les pas de leur maître parmi mille autres, à des distances à peine imaginables pour un être humain. » (Eddy Bellegueule parlant de ses deux agresseurs au collège, dans le roman autobiographique En finir avec Eddy Bellegueule (2014) d’Édouard Louis, p. 38)

 

Il est grand temps que nous le reconnaissions. L’agresseur n° 1 des personnes homosexuels n’est pas le « méchant non-homosexuel » mais bien l’homme à la sexualité ambiguë/incertaine, le macho qui joue les « hétéros » pour mieux masquer son homosexualité latente, sa bisexualité violente, cette bisexualité qui s’exprimera à l’occasion par une brutalité envers sa femme/les femmes et envers ses amants homosexuels occasionnels, ou dans des rapports fortement liés au cadre violent de la prostitution et du jeu collectif cruel de la « chasse aux pédés » : « Au grand dam de ma propre expérience, j’étais souvent désagréablement surpris qu’à l’unanimité, ces trop ‘Posés’, idéalisés et en même temps si ressemblants, qui parlaient de tare congénitale et de détournement, condamnaient cette pratique et refusaient de voir cette autre image de la sexualité pourtant si révélatrice de leur personnalité. » (Berthrand Nguyen Matoko, Le Flamant noir (2004), p. 61) ; « Si véritablement je n’étais pas leur star, à coup sûr, je devins par la suite une célébrité parmi eux [les garçons]. Ma féminité les rendait impulsifs les uns les autres. Ils m’aimaient, me parlaient avec douceur en me caressant la nuque ou le dos, comme il était permis ici pour démontrer une certaine affection. » (idem, p. 58) ; « Ce qui est arrivé, oublie-le. Je ne tiens pas à ce que cela se sache et encore moins à ce que tu le prennes comme la naissance d’un amour véritable. Vous êtes ‘toutes’ les mêmes. » (un ex-amant parlant à Berthrand Nguyen Matoko, idem, p. 72) ; « La violence traduit la peur d’être séduit. » (Rennie Yotova, Écrire le viol (2007), p. 111) ; « Quand je vois un beau gars qui me plaît dans la rue, il faut que je change de trottoir. Je connais trop ma sensibilité. » (un témoin homo refoulé, cité dans l’essai Ça arrive aussi aux garçons (1997) de Michel Dorais, p. 198) ; « Bruno, malgré un discours carrément homophobe, a vraisemblablement davantage de relations homosexuelles que de relations hétérosexuelles. Il en va de même pour Éric, qui se prostitue exclusivement avec des hommes ; quoiqu’il s’affirme plus volontiers hétérosexuel qu’homosexuel, il n’a presque jamais eu de rapports hétérosexuels. » (idem, p. 241) ; « Dans leur ambivalence, certains semblent ‘jouer avec le feu’ : ils sont à la fois attirés et dégoûtés par l’homosexualité. Une grande anxiété mais aussi une curiosité certaine en amènent plusieurs à entretenir à la fois des préoccupations homosexuelles et homophobes. Le cas de Bruno, 25 ans, est à ce titre éloquent. Il dit détester les homosexuels mais hésite, au cours de promenades nocturnes, entre deux possibilités : les pourchasser ou les inviter à faire l’amour avec lui… » (idem, p. 198) François, 17 ans, sympathisant des skinheads, et abusé dans son enfance, participe activement à des expéditions de « tabassage de tapettes » dans le village gay de Montréal : « J’ai de la misère avec les homos. L’an passé, avec des amis, on allait dans le quartier gay à Montréal, le soir. J’en attirais un dans une ruelle en lui parlant puis, avec les chums [chum = ‘mec’ en Québec] qui m’attendaient cachés, on lui faisait les poches, on lui râpait la face sur l’asphalte si on pouvait. C’était comme une vengeance. […] Finalement c’est à des gars comme mon père que j’en veux, pas aux homosexuels. Je fais la différence aujourd’hui entre les hypocrites qui abusent et les homos. » (idem, p. 171) ; « Il n’est pas nécessaire, pour expliquer l’attitude ambivalente à l’égard du rival, d’invoquer une homosexualité latente ou refoulée. Le rival détourne vers lui une bonne partie de l’attention que le sujet, en bonne hétérosexualité, devrait réserver à l’objet ; cette attention est forcément ‘ambivalente’ puisqu’à l’exaspération suscitée par l’obstacle se mêle l’admiration et même l’exaspération que suscite les prouesses du don juan. » (René Girard, Des choses cachées depuis la fondation du monde (1978), p. 474) ; etc.

 

Les agresseurs homophobes se font souvent passer pour des homos pour satisfaire leurs appétits sexuels sans en assumer la responsabilité, comme le montrent certains articles. « Le grand point faible de l’homosexualité, c’est sa lâcheté : surpris en flagrant délit ‘d’outrage aux mœurs dans un lieu dit public’, le pédéraste ne peut chercher aucun secours chez son partenaire de rencontre ; il est seul. Personne n’est jamais homosexuel… sauf celui qui se fait pincer. Une ignoble loi de la jungle régit notre existence et nous vivons dans la perpétuelle attente de la catastrophe. » (Jean-Luc, 27 ans, homosexuel, dans l’essai Histoire et anthologie de l’homosexualité (1970) de Jean-Louis Chardans, p. 103) ; « Le violoniste virtuose Paul Körner est victime de chantage de la part du prostitué Franz Bollek. Körner refusant de continuer à payer toujours plus d’argent au maître-chanteur, Bollek le dénonce pour infraction à l’article 175. Au cours du procès qui s’ensuit, le docteur Magnus Hirschfeld, qui joue son propre rôle, prononce un ardent plaidoyer contre l’intolérance et la discrimination dont sont victimes les homosexuels. Bollek est condamné pour extorsion de fonds. Körner, qui est pourtant victime de chantage, est lui aussi condamné, mais pour avoir enfreint l’article 175. Sa réputation est ruinée, il ne supporte pas l’opprobre public et finit par se suicider. » (Philippe Simonnot dans son essai Le Rose et le Brun (2015), p. 112) ; « Pour le poète René Crevel, Magnus Hirschfeld est un ‘abominable charlatan’, un ‘Moloch qui dévore chaque jour au moins un hermaphrodite ou un travesti’. De fait, Crevel n’était pas le seul homosexuel à détester Hirschfeld, on le verra. » (idem, p. 113) ; etc.

 

À titre d’exemples d’homophobie homosexuelle entre amants, Costas Taktsis, l’écrivain grec, est assassiné (étranglé) le 30 août 1988 par un amant de passage, alors qu’il se prostituait dans les rues d’Athènes. L’agresseur du chanteur espagnol Miguel de Molina n’est autre qu’un homme homosexuel lui aussi (cf. l’essai El Látigo Y La Pluma (2004) de Fernando Olmeda, p. 56). Carlos Travers, à l’automne 1979 à Madrid, est tué par un prostitué, étranglé par un câble. Álvaro Retana, le romancier espagnol, est assassiné par un prostitué homosexuel en 1970. Joan Joachim Winckelmann est assassiné dans sa chambre d’hôtel de Trieste par un jeune voyou, Francesco Arcangeli. Ramón Novarro, amateur de jeunes prostitués, est retrouvé mort dans sa piscine, assassiné par deux gigolos. Pier Paolo Pasolini a été tué par Pino Pelosi, un jeune homme homosexuel de 17 ans, le 1er novembre 1975. L’homme politique Harvey Milk est assassiné par Dan White en 1978 à San Francisco : l’orientation sexuelle du tueur, si l’on s’en tient à l’adaptation cinématographique de Gus Van Sant, semble plus que trouble. Le directeur de Sciences Po Paris, Richard Descoings, est retrouvé nu et décédé à 53 ans sur son lit de chambre d’hôtel à New-York en 2012 : il y avait fait de drôles d’expériences avec deux jeunes prostitués. Le 4 avril 2012, Jean-Nérée Ronfort, un expert en antiquités de 69 ans, a été découvert par son compagnon gisant au sol de son bureau, le crâne fracassé : il a été tué par trois prostitués roumains de 20, 21 et 25 ans. Le 12 juin 2016, Omar Mateen, l’auteur de la fusillade la plus meurtrière des États-Unis dans la boîte gay The Pulse à Orlando, en tirant sur 49 personnes, s’est révélé être homosexuel refoulé et client régulier de l’établissement.

 

Personnellement, j’ai rencontré à Angers, l’année 2002, un homme de cinquante ans, Jacques, à l’association homosexuelle Tonic’s. Quand je lui ai parlé en tête à tête au cours d’un dîner associatif, il avait l’air d’être assez torturé, d’avoir des pratiques aux antipodes de ses idéaux profonds. Si je devais résumer, l’impression que Jacques m’a laissée est celle d’un dragueur désespéré. J’ai appris quelques années plus tard qu’il avait été retrouvé mort étranglé dans son appartement. Tout de suite mes amis homos de l’époque m’ont raconté les faits et ont conclu au meurtre HOMOPHOBE perpétré par un terrible psychopathe hétéro qui s’attaquerait à tous les homosexuels de cette belle ville d’Angers (Qui sera le prochain sur la liste du « méchant Homophobe » ? Sûrement). Le fin mot de l’histoire n’intéressa pas grand monde (à part moi…). En effet, la police a découvert qu’il s’agissait d’un règlement de compte entre amants, et que Jacques avait demandé à son amant homo de passage de le soulager définitivement d’une existence trop lourde à porter. Affaire classée. Pas qu’homophobe : homosexuelle surtout !

 

Beaucoup d’hommes et de femmes homosexuels décrivent le visage homosexuel de leur agresseur homophobe : « Le pire ennemi est la folle exhubérante. » (la voix-off du film « Ce n’est pas l’homosexualité qui est perverse » (1971) de Rosa Von Prauheim) ; « J’ai moi-même été plusieurs fois la victime d’agressions. » (Denis Daniel à propos de ses amants, dans Mon théâtre à corps perdu (2006), p. 119) ; « La vie de cet intellectuel [Pasolini] qui ne se sentait bien qu’avec la canaille était fascinante et, on le comprendrait quelques années plus tard, assez effrayante. » (Jean-Claude Brialy dans Le Ruisseau des singes (2000), p. 144) ; « Ce qui, pour moi, reste un mystère absolu, c’est pourquoi ces garçons, malgré leur haine féroce pour les homos, voulaient avoir des relations sexuelles avec un gay comme moi. » (Brahim Naït-Balk, Un Homo dans la cité (2009), p. 81) ; « J’ai travaillé pendant 4 ans avec une ‘bande de loubards’, tels qu’ils se définissaient eux-mêmes, dans le XVIIe arrondissement de Paris. Fréquemment, ils allaient ‘casser du pédé’ au square des Batignolles. En repensant à eux, à leurs discours, aux descriptions qu’ils aimaient faire, s’intégrant à leur mode de provocation par rapport à l’adulte, à l’éduc, je reconnais volontiers ma cécité. La bande : une cinquantaine de jeunes de 14 à 30 ans, bardés de chaînes, de croix gammées pour certains, de blousons de cuir, vivaient une homosexualité latente. […] Sans vouloir en rien énoncer que ces hommes provoquaient le viol parce que homosexuels, le viol d’hommes est peut-être localisé autour des sphères homosexuelles. » (Daniel Welzer-Lang, Le Viol au masculin (1988), pp. 183-184)

 

Dans son témoignage sur un viol collectif survenu contre un homme homosexuel par une bande de jeunes, Carlos López décrit leur homosexualité latente (Carlos López, cité dans l’essai El Látigo Y La Pluma (2004) de Fernando Olmeda, p. 115). En avril 1993, deux hommes sont arrêtés (l’un de 60 ans, Félix P.R., l’autre de 50 ans, Gregorio C.M.) parce qu’ils se faisaient passer pour des policiers au cinéma Carretas de Madrid afin de forcer des clients à coucher avec eux (Fernando Maldonado, dans l’essai El Látigo Y La Pluma (2004) de Fernando Olmeda, p. 142). Pendant la Seconde Guerre mondiale, un prisonnier homosexuel raconte que ses deux compagnons de cellule de camp de concentration, qui maltraitaient la « pédale » qu’il était parce qu’ils se disaient « hétéros », étaient finalement homosexuels : « De ce qu’ils racontaient, je pus déduire qu’ils étaient tous deux mariés, mais j’ai découvert dès la première nuit qu’ils se faisaient des choses sans se cacher. D’après ce qu’ils pensaient, c’était un moyen de remplacement et pas une histoire de pédés ! » (un témoin cité dans l’ouvrage Les Hommes au triangle rose (1981) de Hans Heger) Le 12 octobre 1998 aux États-Unis, Aaron McKinney et Russell Henderson, les assassins de Matthew Shepard prétendument « hétéros », le soir du meurtre, dans les toilettes du bar Fireside, se sont faits passer pour un « couple gay » auprès de Matthew, avant de l’embarquer dans leur camionnette pour le draguer et le torturer ; après leur procès, on découvre l’homosexualité refoulée de Aaron en prison (l’un de ses compagnons de cellule, Andrew, le laissera sous-entendre : « Pourquoi t’as enculé cette putain de tante ? Parce que tu vas devenir une putain de tante aussi… »).

 

Le crime homophobe est toujours l’aveu d’un trouble sexuel mal géré. « Je me fis traiter de ‘sacré makoumè ( = pédé) par beaucoup de personnes, même par les jeunes de mon âge, qui, la veille encore, m’avaient sollicité pour un plan masturbation à un coin de plage. » (Ednar, le héros homosexuel du roman très autobiographique Un Fils différent (2011) de Jean-Claude Janvier-Modeste, p. 69) Par exemple, à Oxnard, en Californie, le 12 février 2008, le jeune Brandon McInerney (14 ans), trouvant que Lawrence King (15 ans) flirtait trop ouvertement avec lui, l’a tué de deux balles dans la tête devant tous leurs camarades de classe.

 

L’orientation bisexuelle ou homosexuelle n’est quasiment jamais dévoilée par l’agresseur : « La plupart des agresseurs auraient tendance à se définir comme hétérosexuels exclusifs et s’avèreraient, de surcroît, homophobes » (Michel Dorais, Ça arrive aussi aux garçons (1997), p. 108), ce qui conduit la victime à désigner naïvement son violeur homophobe comme « 100 % hétérosexuel » (alors qu’à mon avis, si l’agresseur a une orientation sexuelle, il a les trois en même temps : homosexuelle, hétérosexuelle, et bisexuelle !) et à se croire elle-même parfois d’orientation homosexuelle, du fait de son statut de victime passive : « La plupart des agresseurs sont décrits par leurs victimes comme étant ou s’affirmant d’orientation hétérosexuelle, quelquefois bisexuelle, très rarement homosexuelle. » (idem, p. 73) Encore une fois, la majorité des personnes homosexuelles se voilent la face sur la nature homophobe du désir homosexuel, et sur le caractère homosexuel de l’agression homophobe.

 

Dans mon cas personnel, et dans le cadre de ma pratique professionnelle de prof d’espagnol au lycée, j’ai constaté que les seules attaques homophobes que j’ai connues ne sont venues que des garçons les plus efféminés ou des filles les plus garçonnes, ou bien à l’extrême-inverse, des élèves qui forçaient trop leur hétérosexualité et leur identité masculine pour en être totalement sûrs (ils n’avaient d’ailleurs aucun succès avec les filles…).

 
 

b) L’homophobie post-coming out : Beaucoup de personnes homosexuelles sont en réalité homophobes parce qu’elles célèbrent trop leur désir homosexuel

N.B. : Je vous renvoie également aux code « Milieu homosexuel infernal » dans le Dictionnaire des Codes homosexuels.

 

Actuellement, l’homophobie est souvent caricaturée par les personnes homosexuelles comme un refoulement, un refus de ne pas s’accepter soi-même et de ne pas passer à l’acte homo (« La pire des homophobies, c’est l’homophobie intériorisée. » déclarera par exemple Sébastien Carpentier, lors de sa conférence au Centre LGBT de Paris à l’occasion de la sortie de son essai sociologique Délinquance juvénile et discrimination sexuelle, en janvier 2012)… alors qu’en réalité, l’homophobie est aussi le passage à la pratique homo, est aussi la caricature du coming out ! Car qui, par l’identité et la pratique homosexuelle, rejette la différence des sexes (dont nous sommes tous issus) finit toujours par se rejeter lui-même dès qu’il se croit « un homo » ou qu’il pose un acte homo. C’est totalement logique ! L’homophobie bien homosexuelle est le résultat de l’éjection (jalouse) de la différence des sexes, y compris entre personnes homosexuelles : « Hans Blüher manifeste du dégoût pour Magnus Hirschfeld – dégoût représentatif de l’attitude du camp homosexuel masculin pour celui des ‘efféminés’, dans lequel il range le célèbre docteur et son comité humanitaire. » (Philippe Simonnot, Le Rose et le Brun (2015), p. 137)

 

En tout individu homosexuel, même après son coming out, même en couple « stable », il y a des vieux réflexes d’homophobie qui reviennent au galop : « Encore aujourd’hui, à 24 ans, Alexandre n’arrive pas à dire aux autres qu’il est homosexuel. Pourtant, à 24 ans, c’est un homosexuel qui est ouvert, qui le dit, qui assume déjà bien. » (le père d’Alexandre, encore étonné de la persistance de l’homophobie de son fils homo, dans l’émission Temps présent spéciale « Mon enfant est homo » de Raphaël Engel et d’Alexandre Lachavanne, diffusée sur la chaîne RTS le 24 juin 2010) ; « Je n’oublierai jamais l’horreur indicible qui glaça la lymphe de mes glandes quand le mot honteux jaillit dans mon esprit torturé : j’étais un homosexuel.’ Parce qu’on est tous plus ou moins passés par là, les tourments de William Burroughs relèvent de l’universel. » (cf. la citation de Burroughs commentée par un journaliste de la revue Têtu, n°127, novembre 2007, p. 104) ; « Je ne vais pas vous faire le coup du coming out, ce serait presque banal et dénué d’intérêt. » (Gaël-Laurent Tilium, Recto/Verso (2007), p. 14) ; « Est-ce que je suis homo ou hétéro ? Je me vois comme hétéro ; l’homosexualité, ce n’est pas pour moi. Je suis certain que ça vient des abus. » (Bruno, un garçon bisexuel de 25 ans, cité dans Ça arrive aussi aux garçons (1997) de Michel Dorais, p. 206) ; « Pour s’intégrer à la meute, on rajoute une couche d’homophobie à l’homophobie. » (un témoin homosexuel breton avouant qu’il dissimule son homosexualité au travail, dans le documentaire « Coming In » (2015) de Marlies Demeulandre) ; etc. Le cinéaste homosexuel britannique Terence Davies considère l’homosexualité comme une « exécrable malédiction » (cf. l’interview dans le journal The Guardian, 6 octobre 2000). On voit bien, à travers de tels témoignages, qu’il ne suffit pas de se dire « homosexuel » pour bien le vivre. C’est bien parce que le désir homosexuel est intrinsèquement homophobe que Didier Éribon dit que le coming out est une démarche souvent ratée et à refaire éternellement : pas pour une autre raison (même si le sociologue soutiendra à l’inverse que c’est à cause de l’imbattable homophobie sociale que ce travail de Sisyphe est sans fin). Cette homophobie intériorisée peut d’ailleurs prendre le visage de l’auto-parodie, comme c’est le cas dans cette vidéo, où ses concepteurs jouent à imiter les homophobes (… de leur propre camp).

 

Les exemples de haine homophobe des personnes homosexuelles déclarées fusent. Par exemple, André Gide ne tolère que les hommes pédérastes, pas les personnes homosexuelles efféminées qu’il juge « anormales ». Jean Genet « n’aime pas les homosexuels » (Edmund White concernant Jean Genet, cité dans Magazine littéraire, n°313, septembre 1993, p. 29). Dans l’essai L’Homosexualité dans tous ses états (2007) de Pierre Verdrager, Simon, comme la majorité des personnes homosexuelles, « se sent très différent des homosexuels » (p. 89). Dans le documentaire « Pierre Louÿs : 1870-1925 » (2000) de Pierre Dumayet et de Robert Bober, Pierre Louÿs, pourtant homosexuel, dit être « dégoûté de l’homosexualité ». La lesbophobie des hommes gay est assez répandue. Mais celle des femmes lesbiennes entre elles est tout aussi marquée (cf. le film « Sex Revelations » (1996) de Jane Anderson). Violette Leduc, Marguerite Yourcenar, ou Cathy Bernheim, se sont même demandées si elles ne détestaient pas seulement les femmes mais aussi les femmes lesbiennes. Virginia Woolf, par exemple, refuse d’être assimilée aux « saphistes » et aux hommes efféminés qui s’affichent.

 

Cela choquera certains que je le dise, mais c’est pourtant vrai. Le premier acte d’homophobie intériorisée, c’est déjà le suicide opéré au nom de l’homosexualité/l’homophobie. Par exemple, le militant gay Alfredo Ormando, en 1998, s’est immolé lui-même par le feu sur la place saint Pierre au Vatican pour protester contre l’homophobie. Son acte a-t-il été reconnu comme un acte homophobe ? Pas du tout, puisqu’il est enrobé d’intentions pro-gay, d’émotionnel catastrophiste, et qu’il est dirigé contre sa propre personne. Notre époque a tout simplement du mal à envisager qu’on puisse être son pire ennemi… Autre exemple d’homophobie homosexuelle par le suicide : celui de Sébastien Nouchet, qui, on l’a appris plus tard, n’a pas été la victime de l’acte homophobe odieux qu’on croyait, mais qui s’est en réalité incendié lui-même à l’essence dans son jardin le 16 janvier 2004 (cette affaire avait défrayé la chronique et ému l’opinion publique juste au moment des Gay Pride françaises).

 

Magnus Hirschfeld prétendra en 1914 que 300 de ses patients, soit 3% des 10 000 individus homosexuels qu’il a reçus, se sont donné la mort. Pour les seules années 1906-1907, on comptait six suicides parmi les homosexuels officiers de l’armée allemande, dont l’existence avait été dévastée par les réclamations de maîtres-chanteurs.
 

L’homophobie homosexuel prend parfois le visage sournois de la victimisation. En effet, la logique victimiaire peut pousser certaines personnes homosexuelles à rechercher l’homophobie pour « exister », ou bien à créer et à répéter pour elle-même ce qu’elles n’attribuent qu’aux autres (« Choquant ? Pour les homophobes. » signale une affiche de Journée Mondiale contre l’Homophobie ; « Un homosexuel aux Antilles ne peut être respecté. » déclare avec fatalité Ednar, le héros homosexuel du roman très autobiographique Un Fils différent (2011) de Jean-Claude Janvier-Modeste, p. 81) Par exemple, dans le documentaire « Les Invisibles » (2012) de Sébastien Lifshitz, Élisabeth et Catherine font en sorte d’être virées de leur boulot uniquement au nom de leur homosexualité.

 

Par exemple, dans le spectacle musical Luca, l’évangile d’un homo (2013) d’Alexandre Vallès le comédien sur scène se met à citer des phrases que les homophobes auraient dites… mais qui sortent quand même de lui, au final : « Les homos, je leur pisse à la raie ! Le Sida est la punition divine sur les homos et les drogués. »

 

L’homosexualisation de la violence faite à une personne qui ressent un désir homosexuel, comme si sa seule homosexualité suffisait à expliquer l’acte violent qu’elle a vécu et qu’une attaque justifiait qu’on réduise des personnes à leur orientation sexuelle, est aussi homophobe que l’« homophobie » pointée du doigt : « Un gamin venait d’être battu dans cette ville parce qu’il était homo ! » (un jeune garçon homo parlant du meurtre de Matthew Shepard, dans la pièce Le Projet Laramie (2001) de Moisés Kaufman)

 

Mais allons plus loin en reconnaissant que ce sont ceux qui persécutent le plus la communauté homosexuelle qui sont, dans le privé, les individus les plus homosexuellement pratiquants. Par exemple, dans les années 1950, le sénateur homosexuel américain Joseph McCarthy organise une véritable « chasse aux sorcières » contre les communistes et les personnes homosexuelles aux États-Unis. Son amant, l’avocat républicain et gay honteux, Roy Cohn, mort des suites du Sida en 1988, a toute sa vie exprimé publiquement son dégoût des personnes homosexuelles et prétendu être atteint d’un cancer au moment de sa mort (son histoire est représentée dans la pièce Angels In America (1991) de Tony Kushner). Autre cas qui semble inouï : celui du directeur du F.B.I., J. Edgar Hoover. Cet homme a pourchassé les personnes homosexuelles en temps de maccarthysme alors même qu’il a vécu 40 ans avec son compagnon (c’est pourquoi Sébastien Chauvin, dans son article « Hoover », publié dans le Dictionnaire de l’homophobie (2003), évoque le « paradoxe Hoover »). Tout récemment, en 2010, on a découvert que le pasteur Eddie Long, télévangéliste nord-américain pourtant particulièrement connu pour ses prêches anti-gay, est pédophile et homosexuel. Wes Goodman est un député américain homophobe ET homosexuel. En 2011, aux États-Unis, on découvre que Phillip Hinkle, opposant au mariage gay dans l’État de l’Indiana, a eu des relations sexuelles avec un jeune escort boy. Idem pour le sénateur républicain Roberto Arango, opposé au « mariage homo »… mais inscrit et posant nu sur Grindr ! En France, le politicien Renaud Donnedieu de Vabres est « outé » alors qu’il défile contre le PaCS en 1999 ! Les ambiguïtés homophobes de la pratique homosexuelle se vérifient à l’échelle d’une nation ou de communautés particulièrement hostiles aux personnes homosexuelles : « Il se passe dans l’Islam le contraire de ce qui se passe en Occident. En Occident, aujourd’hui, le pouvoir est libéral, mais l’opinion reste à la traîne ; dans l’Islam, les autorités répriment ce que la population pratique sans complexe. » (Dominique Fernandez, L’Amour qui ose dire son nom (2000), p. 11)

 

HOMOPHOBE 5

Film « Tu n’aimeras point » de Haim Tabakman


 

Beaucoup de personnes homosexuelles disent clairement leur mépris de leurs « semblables » d’orientation sexuelle et leur préférence sexuelle pour tous les individus qui, de près ou de loin, ne « font pas homos » : « Quand un gars s’approche et qu’il me plaît, je le laisse faire. Quand il ne me plaît pas et qu’il s’approche trop, je lui dis : ‘Aie, qu’est-ce que tu fais ? Laisse-moi tranquille, maudite tapette !’. » (Bruno, bisexuel de 25 ans, cité dans l’essai Ça arrive aussi aux garçons (1997) de Michel Dorais, p. 205) ; « Je ne fais pas partie de ces vieilles folles qui se peinturlurent. » (Francis Bacon dans le documentaire « Francis Bacon » (1985) de David Hinton) ; « C’est avec quelqu’un comme lui que je conçois une relation entre deux garçons, peut-être parce que nous nous ressemblons, parce qu’on ne dirait pas que nous sommes homosexuels. » (Alexandre Delmar, Prélude à une vie heureuse (2004), p. 144) ; « Je ne suis toujours pas gay. Je n’ai jamais supporté cette appellation souvent utilisée du bout d’une lèvre incertaine, mêlant grivoiserie retenue et honte passagère à l’égard des garçons qui préfèrent les garçons. […] Je ne me reconnais en aucun cas dans ce que certains appellent ‘le milieu’. » (Gaël-Laurent Tilium, Recto/Verso (2007), pp. 255-256) ; « Le plus triste dans sa déchéance alcoolique aura été son antisémitisme, ses délires homophobes. » (Gore Vidal parlant de l’écrivain homo Jack Kerouac, dans Palimpseste – Mémoires (1995), p. 352) ; « Les pédés sont des cons. Ils nous détestent. Ils marchent comme des zombies. Notre but, c’est de réveiller toutes ces folles ! » (Thibault, homosexuel, leader du mouvement Act-Up, dans le docu-fiction « 120 battements par minute » (2017) de Robin Campillo)

 

Le libertinage donne une illusion de liberté et construit finalement un ghetto doré, avec des nouvelles règles, une nouvelle loi de la jungle : « Outre la mauvaise réputation qu’avait la Savane la nuit, je lui rapportais en détail certaines agressions dont j’avais été témoin. Sur la place, je rencontrais toutes sortes d’individus ; les ‘branchés’ étaient une population très hétéroclite. On était du même bord, mais on ne se fréquentait pas. Sans doute par manque de confiance, beaucoup se méfiaient de leur propre clan et jouaient à cache-cache en permanence, se dénigrant et se méprisant mutuellement. Impensable pour un groupe déjà victime du malheur de sa propre différence ! C’est quand même surprenant et regrettable d’en arriver là.[…] Cette histoire de clans est une fatalité pour la communauté et l’on ressentait une rivalité oppressante entre les groupes différents. En fait, chaque groupe entrait dans une catégorie bien distincte : les extravagants, les cancaniers, les très discrets et enfin les ‘leaders’, ceux qui incitaient à la prise de conscience contre les discriminations et l’homophobie dans la région d’outre-mer. Je trouvais bien dommage cette diversification au sein de la communauté. » (Ednar parlant des lieux de drague antillais, dans le roman autobiographique Un Fils différent (2011) de Jean-Claude Janvier-Modeste, pp. 188-189)

 

Le 7 avril 2011, je discutais avec un ami metteur en scène et écrivain, Jérémy Patinier, à la fin de la représentation d’une de ses pièces. On parlait de ses projets à venir. Et il me dit qu’il est en train d’écrire une pièce plus ouvertement gay que ses précédents travaux… mais qui traitera du « comment rester folle tout en étant hors milieu ». Je me suis dit en moi-même : Pourquoi les créateurs homosexuels ont-ils en général tant de mal à assumer de parler franchement d’homosexualité, même quand ils prétendent sincèrement le faire ?

 

Certains membres de la communauté homosexuelle se leurrent en pensant que seule l’homosexualité refoulée est facteur de violence et que « de toutes les déclinaisons, la moins néfaste n’est certainement pas l’homophobie intériorisée » (Daniel Borrillo, « Homophobie », dans le Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes (2003) de Didier Éribon, p. 255). Le sujet homosexuel peut devenir homophobe après s’être « assumé » pleinement homosexuel, comme c’est le cas avec « Sébastien » (cf. l’autobiographie Ne deviens pas gay, tu finiras triste (1998) de Sébastien). On le voit également à travers l’article de Manuel Puig, « El Error Gay », publié dans le journal argentin El Porteño en 1990, dans lequel l’écrivain fait une critique sévère du « milieu homosexuel ». Ou encore à travers les mots de l’écrivain Berthrand Nguyen Matoko, dans son autobiographie Le Flamant noir (2004) : « Je me demandais pourquoi les choses n’étaient pas si simples entre garçons, pourquoi la médisance avait cours dans nos esprits. […] Je me butais à dire que j’étais rejeté par ce même milieu, tout en le fréquentant assidument. Je savais que je me contredisais. Pire, j’avais tendance à me positionner en victime vis-à-vis à d’eux. […] On se haïssait. On se scrutait en chiens de faïence. Ainsi allaient nos humeurs. […] Des liens de rivalité et de dépendance, des uns par rapport aux autres, s’installèrent par la suite. Nous étions en fait des assoiffés du renouveau et du sexe, même si , nos mœurs nous obligeaient à une pseudo convivialité. » (p. 141)

 

On entend très souvent de la part des personnes homosexuelles une attaque féroce du « milieu homosexuel », surtout à travers la Gay Pride. C’est sensiblement les mêmes discours sur l’exhibition et la discrétion qui reviennent sur le tapis (genre « ‘Ils’ donnent une mauvaise de nous. Tous les homos n’ont pas une vie sexuelle débridée et des plumes dans le cul ! ») : « Dans la réalité, une mouvance gay s’exprime dans les médias d’une manière provocatrice qui me dérange et le tapage médiatique qui en résulte offre une vision unilatérale de l’homosexualité. » (Jean-Michel Dunand, Libre (2011), p. 132) Le plus gênant, à mon sens, dans ces plaintes – lâches mais compréhensibles – , c’est qu’elles sont démobilisatrices, et surtout, elles déplacent et réduisent la critique des actes homosexuels à une simple question de visibilité, de paraître (« Après tout, les homos/nous font/faisons bien ce qu’ils veulent/ce que nous voulons, à partir du moment où ça ne se voit pas… »). Elles ne règlent absolument pas la question morale des actes homosexuels. En cela, je trouve que la demande du fameux « droit à l’indifférence » pour se fondre dans la masse, la revendication d’une homosexualité invisible et belle dans la fidélité, la critique homosexuelle de la Gay Pride, si et seulement si elles ne donnent pas lieu à une reconnaissance et à une remise en cause des actes homosexuels privés, sont des démarches particulièrement homophobes. À travers beaucoup de récits d’auteurs homosexuels dépeignant avec amertume et cynisme la soi-disant superficialité du « milieu », on décèle une forme de déni de leurs propres actes, d’auto-punition d’être tombés dans les panneaux qu’ils dénoncent. Dans tous les cas, on ne sort pas la tête de l’eau, et le débat sur la nature et le sens du désir homo passe à la trappe… pour laisser du coup un espace vacant à une homophobie croissante.

 

Par exemple, dans le roman Un Fils différent (2011) de Jean-Claude Janvier-Modeste, Ednar effectue un va-et-vient entre mensonge et caricature d’affirmation de soi, par l’homosexualité. Il est libéré sans être libre : « Après quelques années de retrait en marge du combat contre l’intolérance, je ressentis tout à coup le besoin d’exprimer au grand jour mon identité sexuelle. […] Cette prise de conscience, bien que tardive, faisait de moi un homme libre, oh, que dis-je ! Un homosexuel totalement libéré… » (p. 185)

 

Les artistes homosexuels savent implicitement que leur public le plus impitoyable, ce n’est pas les personnes dites « hétérosexuelles » mais bien les membres antipathiques de leur propre « famille homosexuelle ». « Je suis lesbienne. Donc quand je vais voir un film qui parle du sujet, je suis la pire ! » (Océane Rose-Marie se décrivant sur le qui-vive pendant qu’elle voyait « La Vie d’Adèle » au cinéma, dans le documentaire « Tellement gay ! Homosexualité et Pop Culture », « Out » (2014) de Maxime Donzel) ; « Les mêmes folles qui s’étaient hystérisées dans les manifs du FHAR – le Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire – étaient prêtes à brûler théâtres et cinémas où l’on jouait La Cage aux folles. Et à cribler d’épingles des figurines à l’effigie de Jacques Chazot, copieusement honni, et qui donna pourtant à la follitude quelques-unes de ses lettres de noblesse. » (cf. la revue Têtu, n°135, juillet-août 2008, p. 72) À la question « Ça vous gênerait d’avoir un public uniquement gay ? », Pascal Rocher, metteur en scène homosexuel, répond en boutade : « Oui. Parce qu’ils ne sont pas faciles, ils sont sans pitié ! » (cf. le magazine Égéries, n°1, décembre 2004/janvier 2005, p. 95) ; etc. Par exemple, le documentaire « Tellement gay ! Homosexualité et Pop Culture » (« Out », 2014) de Maxime Donzel, méprise le coming out du chanteur Ricky Martin comme s’il avait été un manque de courage, car il l’aurait fait parce qu’il était en fin de carrière et aurait voulu vendre son livre. De nombreuses personnes homosexuelles médiatiques continuent de nous prouver qu’elles ont fait concrètement l’expérience de l’homophobie homosexuelle, et que l’homophobie hétérosexuelle n’est qu’un mythe. Mais malheureusement, nous persistons à nous boucher les oreilles pour contenter notre propre haine des couples femme-homme réussis et préserver nos illusions amoureuses !

 

Nos illusions paternalistes et maternalistes aussi ! Entre elles, même les personnalités homosexuelles médiatiques et « assumées », peuvent s’écharper comme jamais. C’est ce qui s’est passé lors de l’émission On n’est pas couchés de Laurent Ruquier diffusée le 20 octobre 2018 sur la chaîne France 2, pendant laquelle Muriel Robin, Marc-Olivier Fogiel et Laurent Ruquier (je ne compte même pas Christine Angot) se sont ligués contre le jeune chroniqueur homo Charles Consigny, à propos d’un désaccord sur la GPA (Gestation Pour Autrui).
 

 

Pour clore ce long exposé sur l’homophobie homosexuelle, j’avais envie de finir par un best of de tous les témoignages (mal connus du grand public puisqu’ils ne résonnent qu’en coulisses) de ces personnalités homosexuelles qui, en croyant bien faire et défendre courageusement leur Patrie LGBT, sont revenues du champ de bataille blessées – et abasourdies ! – par les balles qu’elles ont reçues, non de la part de l’« ennemi hétérosexuel » du devant, mais de l’ennemi homosexuel qui se tenait derrière elles et qui était censé logiquement les couvrir ! :

 

« Je ne pensais pas qu’il y avait autant d’intolérance chez les homos. Ils se plaignent à longueur de journée de ne pas avoir tel ou tel droit et ils ne sont même pas unis entre eux.[…] Les seuls papiers méchants que j’ai eus dans la presse, c’était dans la presse gay. Quand je suis sorti de ‘La Ferme’, j’ai eu 10000 lettres de fans, et six lettres d’insultes qui venaient toutes de gays. » (Vincent McDoom dans le magazine Égéries, n°1, décembre 2004/janvier 2005, pp. 52-55) ; « Sache qu’on ne m’a pas classé dans une catégorie après mon passage à la télé. Certes, je suis l’homo de service à mon boulot et c’est pour rire que mes collègues balancent des blagues sur les pédés. Mais les gens veulent me connaître pour mes qualités et mes défauts, pas pour mon homosexualité. Ce qui est amusant, c’est que ce sont les homos qui me caricaturent en s’imaginant que j’aime les mêmes choses que les folles, qui fréquentent le milieu. Les homos sont intolérants. » (cf. un extrait d’une lettre de Jérôme qui a été l’invité remarqué de l’émission Jour après Jour de novembre 2000 sur France 2, et qu’il m’a écrite personnellement en 2001) ; « Avec Clovis [Cornillac], nous avons été surpris de la petite polémique qu’il a pu y avoir à la sortie cinéma de ‘Poltergay’, concernant le côté homophobe ou homophile du film. On est vraiment tombés des nues. » (Éric Lavaine, le réalisateur du film « Poltergay » (2005), cité dans Le Cinéma français et l’homosexualité (2008) d’Anne Delabre et Didier Roth-Bettoni, p. 57) ; « J’ai été mieux perçu par les rappeurs que par les homos. » (le rappeur gay Monis à l’émission Homo Micro de Radio Paris Plurielle le 1er mars 2010) ; « J’ai plus souffert dans le milieu LGBT que dans le milieu du rap [pourtant réputé homophobe]. » (ce même rappeur, cette fois à l’émission Homo Micro du 25 avril 2011) ; « J’ai eu beaucoup plus de problèmes avec les femmes qu’avec les hommes. Les mecs m’ont toujours accepté à 85% avec mon penchant pour les filles. Les filles ne m’ont pas accepté à 85% avec mon penchant pour les mecs. » (Christine, intervenante bisexuelle, huée par le public de l’émission Ça se discute, diffusée sur France 2 le 18 février 2004, parce qu’elle a osé dire tout haut que l’homophobie était plus homosexuelle qu’« hétérosexuelle ») ; « Curieusement, du côté hétérosexuel, je n’ai jamais eu d’ennemis. Évidemment, il existe toujours quelques vrais conservateurs. Mais mes pires ennemis, je me les suis fait parmi les homos. » (Rosa Von Praunheim dans le documentaire « 68, Faites l’amour et recommencez ! » (2008) de Sabine Stadtmueller) ; « Magnus Hirschfeld fut tellement détesté non seulement par les antisémites, mais aussi par certains homosexuels allemands. » (Philippe Simonnot, Le Rose et le Brun (2015), p. 117) ; « Vous prêchez la compréhension, la tolérance et puis vous vous attaquez aux autres. Seulement parce que quelqu’un a une opinion différente. Est-ce une manière de penser démocratique et éclairée ? C’est de l’ignorance, parce qu’il ignore le fait que d’autres peuvent avoir une opinion différente, aussi digne de respect que la sienne. Domenico a ses idées, il a fait certains choix. Elton John a fait des choix différents. Différents choix, différentes vies. Respect égal. Je constate, surtout en ligne, qu’il y a beaucoup d’homosexuels qui sont homophobes : des homosexuels qui attaquent d’autres homosexuels qui expriment des idées différentes des leurs. » (Gabbana, le styliste homosexuel qui a exprimé en mars 2015, avec son ex-compagnon Dolce, son opposition à l’adoption par les couples homos, et son indignation face à l’appel au boycott de leur marque de prêt-à-porter par le chanteur Elton John) ; « Je ne connais pas du tout ce milieu. Je ne sais pas s’il a ses cadres. Je le vis en homme libre. » (Pierre Démeron, homosexuel de 37 ans, au micro de Jacques Chancel, dans l’émission Radioscopie sur France Inter, 3 avril 1969) ; etc.
 

Tweet daté du 27 octobre 2018


 

José Mantero, l’ex-prêtre catholique, raconte qu’au moment de son coming out dans la revue gay espagnole Zero en février 2002, ses deux ennemis ont été la hiérarchie catholique, et, à sa grande surprise, les membres des mouvements homosexuels officiels, « les dirigeants gay du moment, trop préoccupés par leur propre ascension personnelle » (José Mantero, « Doce Días De Febrero », dans l’essai Primera Plana (2007) de Juan A. Herrero Brasas, pp. 189-194). Lors de la sortie du livre-bombe Le Rose et le noir (1996), on couvre d’insultes le pourtant très objectif Frédéric Martel qui a décrit la censure qui sévit dans le « milieu homosexuel », notamment au moment de l’apparition du Sida en France : « Un gay trahit les gays » (cf. propos rapportés dans l’essai La Politisation de l’ordre sexuel (2008) d’Albert Le Dorze, p. 103). Dans son autobiographie La Vie dure : Éducation sentimentale d’une lesbienne (2010), Paula Dumont parle de la cruauté et de l’ingratitude d’une grande partie de la population homosexuelle à l’encontre d’un de ses pionniers, André Baudry, ancien séminariste, créateur des thés dansants et de la fameuse « danse du tapis », qui a fondé la première association française ouvertement homosexuelle, Arcadie, et qui a déblayé le chemin de la communauté homosexuelle actuelle. « Il était de bon ton de ricaner derrière le dos de cet homme et je n’ai jamais compris pourquoi. Les gens de gauche le trouvaient trop à droite alors qu’Arcadie était apolitique, les homosexuels honteux lui reprochaient de rendre visible ce qu’ils auraient préféré voir tenu caché, les femmes regrettaient qu’il soit un homme et tous ceux qui n’avaient jamais remué le petit doigt pour améliorer notre sort criaient, quoi qu’il fasse, qu’il se fourvoyait. Tout en laissant braire ces ânes, j’ai adhéré au club et j’ai été de tous les congrès et de tous les débats jusqu’à ce qu’André Baudry finisse par jeter l’éponge. J’ai toujours eu la plus grande estime pour cet homme qui s’était entièrement dévoué à la cause de ses semblables et en qui l’on pouvait avoir toute confiance. […] Il connaissait tous les Arcadiens par leur nom et il avait pour chacun d’eux un mot chaleureux. Merci à vous, cher André Baudry ! » (p. 69) Qui, parmi la jeune génération homosexuelle, connaît ce monsieur ? Et qui, chez les rares militants homosexuels plus âgés qui l’identifient, rendent hommage à celui que la légende actuelle à presque transformer en « pédé bourgeois, honteux » (voire homophobe !) ? Pas grand monde. Par ailleurs, Paula Dumont continue d’évoquer l’homophobie homosexuelle, mais cette fois celle dont elle a fait les frais de la part de son entourage proche. Elle évoque en effet l’inimitié de certaines de ses amies lesbiennes qui ne supportent pas qu’elle ose afficher son homosexualité au grand jour : « Il était manifeste que Catherine était choquée par la visibilité de mon homosexualité. Pour elle, j’étais la représentation, la statue vivante, l’incarnation même du lesbianisme. » (idem, p. 174) Geneviève Pastre, quant à elle, regrette que certaines lesbiennes féministes lui aient reproché d’avoir affiché ouvertement son homosexualité : « J’ai reçu ce boycott du petit monde féministe-lesbien, en pleine figure. » (Geneviève Pastre, De l’amour lesbien (1980), p. 15) Et bien oui ! On a beau jouer le vieux routier du « milieu homosexuel », ce n’est pas pour ça qu’on a compris d’où venait les balles !

 

Je peux aussi vous parler de mon cas personnel, avec un exemple particulièrement parlant d’homophobie homosexuelle. Le 3 mai 2011, le jour de mon anniversaire, j’ai reçu une véritable pluie de vœux de la part de mes amis, et notamment de mes contacts Facebook. Jamais on ne m’avait autant souhaité mon anniversaire ! Le député UMP, Christian Vanneste, réputé très homophobe, m’a également écrit un simple « bon anniversaire » sur mon mur public Facebook. Il faisait partie de mes contacts car suite à ma participation au duo « Lettre ouverte » que j’avais chanté avec le rappeur Monis (et qui était clairement une main tendue, non une matraque : « Ceci n’est pas une déclaration de guerre. Juste un appel à la paix. C’est notre lettre ouverte. » termine la chanson), je souhaitais poursuivre ce dialogue amorcé, appliquer ce que j’avais défendu, et m’expliquer sur ma démarche. Les vœux de Vanneste étaient donc discrets mais justifiés. Perdus au milieu de 300 autres messages de sympathie, ils ont quand même été identifiés par quelques-uns de mes camarades chroniqueurs de l’émission radio Homo Micro de Fréquence Paris Plurielle, dans laquelle je travaillais bénévolement depuis 2 ans et demi, presque tous les lundis, pour animer la chronique symbolique. L’un d’eux est allé moucharder dans un mail collectif adressé à toute l’équipe radio que « le très homophobe Christian Vanneste avait souhaité un bon anniversaire au Roi des Codes » que j’étais. J’ai bien évidemment réagi, en proposant à ce chroniqueur-Grand-Inquisiteur de fouiller mes 2500 contacts Facebook (et même ma corbeille à papier !) s’il voulait absolument m’associer à tous mes amis et à toutes mes nombreuses lectures pour prouver que j’étais bien le dangereux homophobe qu’il suspectait ! S’en est suivi un échange de mails plus ou moins orduriers, certains me taxant de « traître homophobe » ou me reprochant ma foi catholique. Si ces soi-disant « défenseurs des homos » savaient au moins se relire quand ils rédigent un mail délateur, ça m’éviterait d’avoir à expliquer que les individus homophobes ne se trouvent pas du côté qu’on croit. La preuve en est qu’en m’attaquant, le chroniqueur qui m’a « balancé » auprès des autres, et m’a forcé à quitter l’émission, a terminé son tout premier mail collectif par un aveu qui résume à lui seul tout ce que j’ai essayé de vous expliquer sur l’homophobie de ces militants pro-gays : « Bises homophobes. » Enfin, à l’heure actuelle, le visage 100% homosexuel des attaques et insultes homophobes dont je fais les frais est particulièrement visible sur Twitter : en effet, les seuls qui m’agressent, me traitent de malade mental, m’empêchent de parler d’homosexualité et de l’analyser, ce sont des personnes homosexuelles (ou des personnes bisexuelles se présentant comme « hétéros gay friendly« ) !

 

Les hommes et les femmes homosexuels sont réellement plus exposés à être confrontés à la violence dans leur vie. Ce plus grand risque de violence arrive malheureusement au sein des relations LGBT. En 2002, une étude réalisée par Greenwood et d’autres faisait apparaître que « dans une population représentative on constate statistiquement que le degré de violence dans les relations entre hommes homosexuels était considérablement supérieur au degré de violence des hommes envers les femmes dans une communauté femme-homme. » Greenwood indique que « la fréquence sur 5 ans de violence physique entre des MSM citadins (hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes) (22%) était significativement plus élevée que la fréquence annuelle de violence grave (3,4%) ou que le taux annuel des violences totales (11,6%) dans un échantillon représentatif de femmes qui étaient mariées ou en concubinage avec des hommes. »

 

Comme le dit fort à propos l’écrivaine Nina Bouraoui dans l’émission « Culture et dépendances » (diffusée le 9 juin 2004 sur France 3), « avant de combattre l’homophobie des autres, il faut avant tout dépasser notre propre homophobie », et envisager l’homophobie non pas comme un processus extérieur à nous, mais comme un processus intérieur, lié à la nature profonde de notre désir homosexuel. Un désir pour et contre lui-même.

 

Pour finir ce chapitre sur la menace homophobe de la gay friendly attitude, j’aimerais insister sur le grand danger que représente actuellement la banalisation bisexuelle de l’homosexualité chez les personnes pro-gays qui, sous prétexte de faire ce qu’elles veulent et d’avoir la paix pour ne plus être obligées de faire leur coming out ou de rendre des comptes sur leurs actes sexuels (ni aux autres ni à leur partenaire de vie), invitent à ce que le désir homosexuel soit nié, soit mis sur le même plan invisible que les autres désirs, pour être justifié et ignoré dans un même mouvement. « J’ose espérer à l’avenir qu’on ne parlera plus d’orientation sexuelle, que ça deviendra juste un fait naturel. » (une femme trentenaire lesbienne dans le documentaire « Coming In » (2015) de Marlies Demeulandre) Cette homophobie bobo-bisexuelle (particulièrement visible dans le fait divers qui a impliqué un couple lesbien agressé en septembre 2018 à Paris par Arthur, un homme bisexuel), qui ne souhaite plus entendre parler d’homosexualité et qui réduit les individus homosexuels au silence, arrive de manière très forte dans les pays occidentaux. En plus de rajouter du flou sentimentaliste, individualiste et relativiste sur le désir homosexuel, et de déconnecter les êtres humains de leurs actes sexuels, elle est de l’indifférence qui se fait passer pour du respect. Donc elle est redoutable. Je décris ses travers paradoxaux dans le code « Amoureux » dans mon Dictionnaire des Codes homosexuels.
 
 

d) Le frère (de sang) du sujet homosexuel se montre parfois particulièrement homophobe :

Le cliché du frère homophobe peut se vérifier dans les faits, comme en témoigne cet homme homosexuel qui a été violé par son frère quand il était petit : « C’est lui qui m’a appris l’homosexualité qu’il me reproche aujourd’hui. Comme s’il ne se souvenait plus de rien. » (Jean-Sylvain dans, Ça arrive aussi aux garçons (1997) de Michel Dorais, p. 55) Par exemple, dans son film autobiographique « Guillaume et les garçons, à table ! » (2013), Guillaume Gallienne raconte que son frère a essayé de le noyer dans la piscine quand ce dernier a appris qu’il avait eu une liaison avec un Noir. Dans la biopic « Vice » (2018) d’Adam McKay, Liz est présentée comme la sœur homophobe : elle s’oppose publiquement au « mariage gay » alors que sa sœur Mary est lesbienne.

 

Applaudir à l’homosexualité de son frère, cela revient concrètement à cautionner qu’on attaque ce dernier parce qu’on ne serait radicalement pas du tout comme lui… Il arrive aussi que le frère soit trop proche de son frangin homo pour se sentir à l’aise avec l’ambiguïté homosexuelle de ce dernier ou bien qu’il partage avec lui le secret d’une blessure : « Ni mon père ni mes frères et sœurs n’eurent le moindre soupçon de ce qui s’est passé. Seul mon frère aîné demeurait l’ennemi et le témoin secret qui nous [le père Basile et moi] liait. » (Berthrand Nguyen Matoko, Le Flamant noir (2004), p. 40) ; « Ti Éloi. Ce dernier, si par hasard il apprenait son terrible secret, lui briserait les os. » (Ednar en parlant de son grand-frère, dans le roman très autobiographique Un Fils différent (2011) de Jean-Claude Janvier-Modeste, p. 20) ; etc. Avoir un frère homosexuel renvoie forcément un reflet de sa propre sexualité ! « Il s’entêtait, aboyait, balbutiait, m’adressait des injures de toutes sortes. » (Eddy Bellegueule parlant de son grand frère Vincent, alcoolique et brutal, dans le roman autobiographique En finir avec Eddy Bellegueule (2014) d’Édouard Louis, p. 38) ; « C’est vraiment Frédéric qui a réagi le plus mal à ce moment-là. On a vraiment senti ce mouvement de combat en lui-même, ce dégoût. » (Alexandre, témoin homo parlant de son frère cadet Frédéric dit « hétéro », dans l’émission Temps présent spéciale « Mon enfant est homo » de Raphaël Engel et d’Alexandre Lachavanne diffusée sur RTS le 24 juin 2010) ; etc. Dans l’émission Toute une histoire spéciale « Quand ils ont renoncé leur homosexualité, leurs proches les ont rejetés » diffusée sur France 2 le 8 juin 2016, Tony, 19 ans, se dit homosexuel et a un frère jumeau dit « hétéro », Enzo, qui au départ a bien réagi au coming out de son frère pour finalement, par peur des comparaisons, l’insulter : « J’ai eu droit aux insultes. » De mon côté, même s’il affiche un discours gay friendly pour faire bien en société (il se dit pro-mariage-pour-tous), mon frère jumeau adopte à mon égard des attitudes homophobes puisqu’il pathologise (et me réduit à) mon homosexualité (pour me transformer en dangereux « cas » qui aurait gâché sa vie), et qu’il nie complètement mes études sur l’homosexualité.

 

Enfin, je commence à connaître un certain nombre de cas où l’attention et l’empathie qu’a suscitées le coming out d’une personne dans une famille ont réveillé des jalousies cachées (entre un fils « hétéro » et ses parents, entre un frère « hétéro » et son frère « homo »).

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.