Je vous donne mon humble avis. Je ne crois pas que les arguments sur l’écologie, la Nature et l’Humanité auront un quelconque poids sur la conscience de nos contemporains. Ce sont des problématiques qui les barbent. Nous n’arriverons à vraiment toucher les coeurs d’aujourd’hui qu’en parlant de sexe (et surtout d’homosexualité), de souffrance (en particulier tous les mots en lien avec la peur et qui finissent par « -phobie ») et de mort (en lien avec le viol, les avortements, les suicides). C’est de cela dont les gens veulent entendre parler. J’insiste ici sur l’importance de la présentation : il n’y a pas à mettre d’abord en avant ce que l’on sait de juste et ce que l’on veut dire ; il y a à être drôles et sexys dans nos propos, corrosifs, à manier les paradoxes, à réveiller et à secouer les autres, à dénoncer sans agressivité les injustices, à acquérir un parfum de scandale (sans être scandaleux), à s’adapter aux besoins et aux intérêts de nos auditeurs ! La thématique Sexe-Souffrance-Mort, ça accroche un peu plus que l’écologie.