Chers amis,
 

J’apprends avec tristesse que Gerson, notre frère péruvien (et le monteur de notre film « Les Folles de Dieu »), traverse une période difficile,
 

parce que d’une part, matériellement et financièrement il ne s’en sort pas et se demande même comment il va manger (divorce de ses parents ; un père qui les abandonne, les rationne et les laisse sur la paille ; sans compter pour Gerson l’absence d’emploi et d’employeur ; et notre appel aux dons pour le film qui n’est pas réellement entendu),
 

et parce que d’autre part, spirituellement, il est très attaqué (il a eu le courage de dire publiquement que la tendance homosexuelle était une réalité – intime, sociale et politique – dans un pays comme le Pérou où ses concitoyens minorent le phénomène et préfèrent le cacher dans un mariage, une famille, ou dans une illusion de « guérison/disparition » miraculeuse de la tendance par la science et par la religion : on le renvoie régulièrement à sa prétendue « mauvaise foi » à s’installer dans son orientation homo et à ne pas se laisser libérer par Dieu et par les séances de thérapies de sa psychologue. Pour les pharisiens puristes, la continence ne suffit pas, est une lâcheté cachée, et ils réclament la guérison complète !… ce qui plonge évidemment Gerson dans un abîme d’impuissance, dans le doute, l’angoisse et le regret de s’être lancé dans l’aventure de notre documentaire.).
 

Je ne peux donc que vous redemander avec simplicité de reconsidérer notre nécessité matérielle, en vous demandant, si vous le pouvez, et dans la mesure de vos moyens, de donner pour la cagnotte. D’avance, merci pour lui. Et merci pour l’équipe.