Petite anecdote véridique pour vous montrer combien l’homosexualité est à la fois coriace, futée (elle déploie des trésors de dissimulation, de simulation, de mensonges et de duplicité, pour se rendre invisible et se nier elle-même) et plus généralisée qu’on ne croit. Et tant pis si en vous racontant ça, je fais ricaner les catholiques bobos anars d’extrême droite qui pensent que j’homosexualise la planète entière.
 

Je me trouvais il y a quelques jours à la session charismatique du Renouveau à Koekelberg en Belgique. Il a fallu qu’avec moi un gentil papy s’y prenne à 3 fois avant de finir par me cracher le morceau de son homosexualité !
 

D’abord il s’est pointé à plusieurs de mes conférences ; ensuite nous avons déjeuné ensemble et il m’a présenté fièrement sa femme en jouant l’hétérosexuel ; et enfin il a débarqué à mon stand au moment des départs pour tomber le masque (je ne m’y attendais absolument pas!) et pour me révéler qu’il était toujours homo… Punaise ! Faut la leur arracher ou quoi !? Pas étonnant qu’avec une invisibilité pareille, je passe pour un affabulateur homosexualo-centré! Vous me direz que la surprise et la confidence sont d’autant plus belles, et vous aurez raison. Mais bon, mes frères homos cathos sont à ce point des planqués que je suis même tombé plusieurs fois dans ma vie sur des hommes, parfaits pères de famille, qui par devant menaient carrément avec leur femme des formations pour les couples au mariage, et qui par derrière vivaient une homosexualité. Indétectables! Et bien sûr, la majorité des catholiques, dans leur bulle idéalisant le mariage traditionnel, la paternité ou le statut sacerdotal, te prennent pour un fou ou un excessif.