NORMALISER LA PRIVATION DE DÉSIR entre les deux parents biologiques d’un enfant, voilà le seul crime du projet de loi qui légaliserait l’adoption dans les « familles » homoparentales. Mais c’est déjà un crime énorme ! Cette loi, si elle est votée, est autrement plus grave qu’une loi qui normaliserait l’absence physique d’un des deux parents d’une même famille. Car là, rendez-vous compte, c’est carrément l’absence d’amour qui est justifiée socialement ! C’est l’Amour réel, à savoir l’alliance entre le désir et la nature, qui est condamné ! Et ça, c’est un scandale qui devrait tous nous sauter à la figure ! À mon sens, il faut absolument que nous évitions, dans notre argumentaire contre le projet de loi sur l’adoption pour les couples homosexuels, de poser comme uniques critères d’épanouissement de l’enfant la seule différence des sexes, ou encore la nécessité absolue de la présence physique des deux parents biologiques. Ce ne sont pas ces deux conditions/réalités qui font universellement le bonheur d’un enfant: c’est faux ! Je crois que le seul argument solide, c’est celui de l’INDISSOCIABILITÉ DE LA NATURE AVEC LE DÉSIR, ou, si vous préférez, la vérification que le DÉSIR DANS/DE LA DIFFÉRENCE DES SEXES est bien PRÉSENT ENSEMBLE dans une famille. Et là, à l’évidence, cet amour de la différence des sexes au coeur du couple qui se revendique « parents naturels », il n’existe pas dans la structure conjugale homosexuelle. Dans les « familles » homoparentales, les parents biologiques sont, dans le meilleur des cas, « meilleurs amis », mais il n’y a pas pour autant de désir et d’engagement d’amour entre eux. Et c’est ça, le vrai drame des enfants élevés au sein de couples homosexuels, un drame bien plus grand encore que celui que peuvent vivre certains enfants qui ont perdu prématurément l’un de leurs deux parents biologiques, mais qui vivent au moins avec l’assurance non seulement qu’ils ont été aimés par leur papa et leur maman, mais qu’en plus ce même papa et cette même maman s’aimeront éternellement, au-delà de la mort. Tant que l’alliance entre la nature et le désir est préservée, il peut arriver les pires des épreuves à l’enfant : il vivra quand même pleinement heureux. Un enfant qui sait que ses deux parents biologiques ne s’aiment pas, aura beau les voir toute sa vie se côtoyer cordialement, il se sentira trompé/lésé sur l’origine biologico-désirante de sa présence sur Terre. Il vivra scindé en deux. Il aura du mal à s’aimer lui-même, et à voir d’un bon oeil ses parents biologiques ET ses parents adoptifs.