L’amour est une PERSONNE avant d’être une orientation sexuelle ou la catégorie de personnes que cette orientation désigne. J’en suis de plus en plus convaincu. Ceci dit, ce n’est pas parce que j’insiste sur cette priorité que je soutiens que, en matière d’amour vrai, peu importe le sexe de la personne aimée à partir du moment où il s’agirait d’amour, d’une rencontre, et d’une personne. Pour moi, les corps et la nature sexuée des amants ont aussi leur importance. Même si la Personne a à être première, il est important de prendre en compte la présence et surtout le respect de la différence des sexes au sein du couple, car cette différence des sexes est un mystère et un trésor donné à l’Humanité qui n’a pas fini de nous dévoiler ses richesses. Un couple incluant la différence des sexes ne donne pas les mêmes fruits qu’un couple la rejetant… et je ne pense pas d’abord aux enfants ; je parle avant tout des fruits de joie, de paix, de durée. C’est pourquoi je suis bien loin d’une pensée relativiste et asexualisante (on pourrait dire « queer« ) sur la sexualité et l’amour en mettant en avant le fait que la Personne prime sur les étiquettes d’ « homos », d’ « hétéros », de « bis ».