En discutant tout à l’heure au téléphone avec un couple d’amis, 2 constats très forts concernant la crise sanitaire mondiale actuelle me sont apparus :
 

1) Que ce confinement, même s’il est apparemment nécessaire et bon, se base pourtant sur une confusion qui devrait tous nous sauter aux yeux et qui nous force à croire cet amalgame excessif : que LA SOCIÉTÉ tout entière SERAIT UN HÔPITAL. En effet, le Monde entier s’est estimé « débordé » parce que les hôpitaux étaient débordés. Et nous avons été mis en quarantaine parce que nous étions tous jugés « potentiellement malades ». En fait, celui ou ceux qui a lancé cette pandémie (je postule, quand je dis ça, pour la thèse spirituelle et pas pour la thèse humaine ou naturelle donc complotiste) est parti du principe que tous les Hommes étaient potentiellement malades, dangereux, et soi-disant « trop nombreux », et a donc planifié de transformer le Monde en immense hôpital, pour réduire l’Humanité à ce mouchoir de poche aseptisé. D’ailleurs, on portera tous des masques… comme dans un bloc opératoire géant !
 

2) Que ce virus s’attaque surtout au concept et à la réalité physique même de GRANDE ASSEMBLÉE UNIVERSELLE, de groupe nombreux (d’ailleurs, je ne sais pas quand est-ce qu’on reverra un jour de nos propres yeux une foule, un meeting, un concert, un pèlerinage, après tout ce battage médiatique tacitement anti-communauté nombreuse…). Sont implicitement menacées par cette crise sanitaire en particulier les réunions où un REPAS COMMUN est partagé largement et universellement par tous ses participants… donc, vous l’aurez compris, les RELIGIONS (car le monde du spectacle et de la politique, lui, même s’il souffre de la crise, pourra toujours se recycler et peut atteindre son large public autrement : l’important pour lui est plus d’être vu par beaucoup de gens – et accessoirement de récolter un max de votes et d’argent – que de réunir physiquement beaucoup de gens). Et pour illustrer mon constat, je nous pose la question : quel type de foule ne pourra pas survivre à cette crise sanitaire, ou difficilement survivre? Comme par hasard : les assemblées religieuses (messes, pèlerinages) d’une part, et les restaurants d’autre part (on nous dit que 40 % des restaurants en France ne rouvriront pas leur porte après la crise). La cible du Coronavirus, c’est donc la FOULE MANGEANTE et PARTAGEANT UN GRAND REPAS. Cette pandémie, c’est l’antithèse de la multiplication (eucharistique) des pains.