60 degrés

 

Au lieu de vous conseiller d’aller voir cette pièce (« Soixante degrés ») parce qu’elle « fait évoluer les mentalités » et « est touchante« , je vous propose d’aller plutôt voir comment elle s’accorde à merveille avec une grande partie des codes de mon Dictionnaire des codes homos que j’y ai vus. J’ai quand même trouvé 49 des codes homos sur 186! (alors que rien n’indique de l’extérieur qu’elle va traiter d’homosexualité…). Cette pièce rentre dans la plus grande tradition des créations artistiques bobos actuelles, qui prônent une bisexualité qui ne doit pas porter de nom et qui sont à la fois « gays friendly » et homophobes : « L’homosexualité n’est pas sexuelle et n’est même pas homosexuelle »). Bonne lecture de mon décryptage.
 

(À ce propos, c’est l’avant-dernière pièce que je référencerai sur le « Dico Homo » et que je passerai au tamis des symboles du désir homosexuel. Après, finitto !)

 
 

Les 49 codes homos dans Soixante degrés :

 

Mariée

Poupées

Homosexualité vérité télévisuelle ?

Première fois

l’hétérosexuel = l’homosexuel

Bergère

Matricide

Infirmière

Jeu

Haine de la famille

Bonbons

Planeur

Trio

Morts-vivants

Destruction des femmes

Orphelins

Homme invisible

Musique comme instrument de torture

Fan de feuilletons

Méchant pauvre

Voleurs

Super-héros

Corrida amoureuse

Prostitution

Faux révolutionnaires

Attraction pour la foi

Petits morveux

Plus que naturel

Solitude

Homosexuel homophobe

Désir désordonné

Amoureux

Manège

Ennemi de la nature

Attraction pour la foi

Parricide

Blasphème

Matricide

S’homosexualiser par le matriarcat

Emma Bovary « J’ai un amant ! »

Chevauchement de la fiction sur la Réalité

Substitut d’identité

Main coupée

Peintre

Violeur homosexuel

Homosexuels psychorigides

Cannibalisme

Inversion

Drogues

 
 
 

N.B. : Un aparté, cette fois en lien avec le Gouvernement Mondial. Toujours dans la pièce très bobo-bisexuelle Soixante Degrés, c’était rigolo : à cause d’une machine à laver qui a déteint tout son linge en bleue, la Carte Vitale du héros bisexuel Rémi s’est transformée en Carte bleue. Nos contemporains annoncent inconsciemment la fusion – que condensera (et qu’est déjà) la puce électronique – entre la carte d’identité, la carte de séjour, la Carte Vitale, la Carte bleue, etc.