Archives par mot-clé : lobby LGBT

Et nous, au milieu de tous ces cons, on fait quoi ?


 

Le drame concernant l’homosexualité dans l’Église et chez les prêtres, c’est que les cardinaux progressistes et les cardinaux conservateurs commencent maintenant à s’accuser entre eux (d’homosexualité et d’homophobie), mais aucun des 2 camps n’annonce la Bonne Nouvelle aux personnes homos.
 

La Fachosphère « catholique » (Réinformation TV, Riposte Catholique, Infocatólica, le blog du père Pagès, le blog de Jeanne Smits, Salon Lège, etc.) applaudit en ce moment Mgr Morlino, Mgr Sarah, Mgr Aquila, Mgr Schneider, tous les cardinaux soi-disant « couillus » qui diabolisent les personnes homos sous forme de « lobby gay » et même maintenant de « mafia rose sacerdotale » insidieusement infiltrée dans le clergé. Elle réclame un nettoyage sérieux de la Curie. Quant à la Libérosphère « catholique » (l’ex-père Charamsa, le père James Martin, les prêtres anti-pédophilie, etc.), ils sont également partisans d’une délation généralisée, d’un outing émancipateur, d’un coming out sacerdotal global, afin d’abattre ce « tabou de l’homosexualité ecclésiale » et cette « hypocrisie » du puritanisme tradi.
 

 

N.B. : Les fachos tradis, ils commencent à me les briser sévère… (Quand je vois le mur Facebook du pédopsychiatre Vincent Rouyer qui s’est transformé en véritable Mur des Cons avec le temps, alors même qu’il me cite… c’est le pompon.)
 

 

 

 

L’Homme Nouveau, c’est plutôt L’Homme Ancien

 

C’est quand même dramatique de lire à l’heure actuelle ce genre d’articles (cf. Patrick Garro sur ce lien). J’ai l’impression que beaucoup de catholiques restent dans leur bulle, n’ont absolument rien lu ni écouté ce que j’ai dit sur la communauté homo, sur l’homosexualité, sur l’hétérosexualité (qu’ils confondent encore avec la différence des sexes), et qu’ils se cachent derrière la diabolisation d’un « lobby » et des mots diabolisants (« idéologie » en tête), pour ne pas rencontrer les personnes, pour remplacer ces dernières par un « système » totalitaire, pour ne pas annoncer la Bonne Nouvelle. Ils nient l’existence de l’hétérosexualité en tant qu’idéologie, en plus. C’est navrant. L’Homme Nouveau c’est plutôt L’Homme Ancien
 

Les Vidéos de l’Araignée sur Youtube (de 1 à 8)

 

Vidéo n°1 : « Mon message existe sur Youtube »
 

 

Vidéo n°2 : « Pourquoi l’amour homo n’existe pas »
 

 

Vidéo n°3 : « Ce que je pense de Zemmour »
 

 

Vidéo n°4 : « Continuer l’opposition au mariage gay »
 

 

Vidéo n°5 : « Définition du boboïsme »
 

 

Vidéo n°6 : « Le Gender et le lobby LGBT, c’est l’hétérosexualité »
 

 

Vidéo n°7 : « Islam, la non-religion »
 

Vidéo n°8 : « Pourquoi la masturbation c’est mal »
 

Pour que vous arrêtiez de dire cette connerie

Pour que vous arrêtiez de dire cette connerie : « L’homosexualité, ça ne me dérange pas tant que ça reste privé. Le seul problème, c’est le LOBBY. »

 

Tout comme le problème du « mariage pour tous » n’était pas les enfants ou la famille mais le mariage et le couple dans la différence des sexes, le problème de l’homosexualité n’est pas le « lobby » mais bien l’acte homo. Même l’acte homo privé et discret. Je me permets d’insister car beaucoup ont la vue courte, apparemment. Ils préfèrent réinterpréter les propos du Pape dans l’avion des JMJ du Brésil comme une invitation à penser que l’homosexualité ne devrait être condamnée que dans sa visibilité, dans ses images médiatiques, dans ses conséquences sociales : pas en tant que telle, pas en tant que pratique reposant sur la discrimination de la différence des sexes et dont l’union homo pâtit.

Notamment certains mouvements anti-mariage-pour-tous et pro-mariage-pour-tous, soucieux de redorer leur blason gay friendly, se plaisent à couper caricaturalement la communauté homosexuelle en deux parties légendaires : la supposée communauté médiatique dépravée et despotique d’un côté et la communauté homo privée et éparse de l’autre, qui ne mériterait même plus le nom de « communauté » d’ailleurs tant elle serait formée de gens parfaitement intégrés dans la société et pacifiques, « qui ne feraient de mal à personne et qui ne revendiquent rien », qui ne se définissent même pas comme « homos » (et encore moins comme « gays »).

La visibilité, la médiatisation/politisation ne sont que des loupes du phénomène « homosexualité », des épiphénomènes, si vous préférez : pas le nœud en question. Ce qui pose véritablement problème (et ça, personne ne le dit), c’est l’acte homo. Même isolé. Même privé. Même l’invisible, en apparence inoffensif, vécu sur une île déserte, en toute discrétion. Il n’y a pas d’acte isolé, de toutes façons. Et cet acte homosexuel, qui tire sa violence de l’éjection de la différence des sexes, concerne déjà les deux personnes qui le posent. Et a fortiori, ces mêmes personnes sont, quoi qu’il en soit, des êtres de relations, auxquels on n’est pas indifférent, et dont les actes privés ont une portée sur le monde.

Code n°18 – Blasphème

blasphème

Blasphème

 

NOTICE EXPLICATIVE :

 

La haine jalouse de l’Église

 

Madonna en concert sur sa croix disco

Madonna en concert sur sa croix disco


 

Voici un code intrigant car il traite de toute la haine que les personnes homosexuelles pratiquant les actes homosexuels ont pour l’Église catholique… même si paradoxalement elles prennent très sincèrement leurs destructions pour un hommage.

 

Les dissensions entre la grande majorité des personnes homosexuelles et l’Église catholique ne datent pas d’hier. Lorsque les artistes homosexuels abordent iconographiquement le sujet religieux, ils choisissent presque toujours en toile de fond la perte de la foi et le blasphème. Mais parfois, la frontière entre agression picturale envers le clergé et agression réelle est franchie, et ceci, de plus en plus ouvertement et impunément (cf. l’interruption de la messe de Notre-Dame de Paris en 1991 par Act-Up, le mépris quasi systématique des ecclésiastiques ou des théologiens moralistes lors des débats télévisés, les pillages et provocations des Femen depuis 2013 en France et partout en France, etc.). Beaucoup de personnes homosexuelles dénigrent la religion, alors que leur désir de foi occupe paradoxalement une part importante de leur identité de femmes et d’hommes. Seul ce que nous idolâtrons et aimons mal en croyant l’aimer follement peut nous trahir, et donc mériter à nos yeux notre vengeance. Ce qu’écrit Marguerite Radclyffe Hall dans The Well Of Loneliness (Le Puits de solitude, 1928) est, pour cette raison, d’une étonnante actualité : « De nombreux invertis étaient profondément religieux et c’était sûrement l’un de leurs plus amers problèmes. » (p. 589)

 

L’Église catholique en veut-elle vraiment aux personnes homosexuelles ? Vu ce qu’en montrent certains médias, elles ont apparemment toutes les raisons de le croire. Et dans les faits, quelques-unes ont fait l’objet de réels rejets de la part d’ecclésiastiques et de certains fidèles à une époque où elles cherchaient une main tendue. Par conséquent, elles en déduisent que foi et homosexualité sont totalement incompatibles. Pourtant, leur déchaînement de haine anticléricale ne repose quasiment que sur leurs propres fantasmes cinématographiques (puisqu’elles n’ont pas mis les pieds à l’église depuis des lustres), sur leur mauvaise application (sincère et jalouse) des préceptes aimants et justes de l’Église catholique (Église qui les aime concrètement : je suis bien placé pour en témoigner !), et sur une violence à sens unique (cette violence hystérique qui les guide et qui reste totalement impunie par nos gouvernements occidentaux). Étonnant paradoxe : ceux qui condamnent les cathos de « fachos ! » sont les personnes les plus susceptibles d’agir en fachos.

 
 

 

N.B. : Je vous renvoie également aux codes « Attraction pour la ‘foi’ », « Focalisation sur le péché », « Vampirisme », « Mort », « Se prendre pour le diable », « Se prendre pour Dieu », « Curé gay », à la partie « Viol de la vierge » du code « Vierge », et à la partie « Bourgeoise-prostituée pénétrant dans une église » du code « Bourgeoise », dans le Dictionnaire des Codes homosexuels.

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 

 

FICTION

 

a) L’attaque anticléricale frontale :

En général, le personnage homosexuel des fictions homo-érotiques ne porte pas Jésus, son Père et l’Esprit-Saint, et leur Église, dans son cœur. « Du haut de ta croix, tu fais moins le malin ! » (Didier Bénureau s’adressant à Jésus en ricanant, dans son spectacle musical Bénureau en best-of avec des cochons (2012) de Didier Bénureau) ; « Il n’y avait plus de place pour Dieu, je l’ai chassé, il en avait trop pris pendant toutes ces années d’obscurantisme. » (Cécile après sa rencontre amoureuse avec Chloé, dans le roman À ta place (2006) de Karine Reysset, p. 42) ; « Surtout pas. J’ai horreur de ce mot ‘au-delà’. ‘Au-delà’, c’est la mort. » (Thierry, le héros homosexuel de la série Joséphine Ange-gardien (1999) de Nicolas Cuche ; épisode 8, « Une Famille pour Noël ») ; « Tant pis pour la Bible. Je veux mettre ma dent dans la pomme d’Adam. J’aime les filles et les garçons, j’aime tout ce qui est bon. Je suis bi-zarrement faite. » (Anne Cadilhac dans son concert Tirez sur la pianiste, 2011) ; « Tu oublies mon enfance athée ? » (Lou, l’héroïne lesbienne s’adressant à sa mère Solitaire, dans la pièce Les Escaliers du Sacré-Cœur (1986) de Copi) ; « Dieu a-t-il les oreilles décollées ? » (Nicolas Bacchus pendant son concert Chansons bleues ou à poing, 2009) ; « Il n’aime ni Collins ni moi. Il veut garder pour Lui toute la douleur ; Il ne veut pas la partager ! » (Stephen, l’héroïne lesbienne jalousant Jésus sur la Croix, dans le roman dans le roman The Well Of Loneliness, Le Puits de solitude (1928) de Marguerite Radclyffe Hall, p. 43) ; « Stephen s’obstinait à crier en parlant au Seigneur, dans une sorte d’impuissant défi. » (idem, p. 51) ; « Dieu pourri ! » (Cachafaz, le héros homosexuel de la pièce Cachafaz (1993) de Copi) ; « Bien parlé ! On va bouffer Dieu ! Ainsi s’achèvera le schisme entre curés et athéisme. »  (Raulito s’adressant à son amant Cachafaz, idem) ; « Je me suis mise à croire en Dieu. Quitte à croire à des conneries, autant y aller jusqu’au bout ! » (Karine Dubernet dans son one-woman-show Karine Dubernet vous éclate !, 2011) ; « Tu m’as fait gay ! » (un personnage s’adressant à Dieu, dans la comédie musicale Encore un tour de pédalos (2011) d’Alain Marcel) ; « C’est un connard, vulgaire, raciste. » (Pretorius, le vampire homosexuel parlant de Dieu, dans la pièce Confessions d’un Vampire sud-africain (2011) de Jann Halexander) ; « Je me fous de Jésus. » (Frank, le héros homosexuel de la pièce Fixing Frank (2011) de Kenneth Hanes) ; « Croire au Big Boss providentiel, dieu de carton, pâte à modeler. » (cf. la chanson « Les Chiens perdus » du Beau Claude) ; « La messe est un spectacle. On raconte de la merde, ça rapporte de l’argent. » (Shirley Souagnon dans son concert Free : The One Woman Funky Show, 2014) ; « J’ai cessé de détester Dieu. J’ai fait une sorte de pèlerinage. » (Jimmy, un des héros homosexuels, dans le roman Harlem Quartet (1978) de James Baldwin, mis en scène par Élise Vigier en 2018) ; etc.

 

Le personnage homosexuel ne se contente pas d’ignorer Jésus et son Église. Vexé de ne pas rester fidèle à son identité d’Enfant de Dieu, à sa royauté et à la pratique qu’induit celle-ci, il se montre particulièrement agressif envers les membres du Clergé, qu’il ridiculise : cf. le roman L’Agneau carnivore (1975) d’Agustín Gómez Arcos, le vidéo-clip de la chanson « Plus grandir » de Mylène Farmer (avec la statue de la vierge qui se brise au sol), le film « Comme des voleurs » (2007) de Lionel Baier, le film « Le Quatrième Homme » (1983) de Paul Verhoeven, le film « Nazarín » (1959) de Luis Buñuel, le film « Niqâb, ni choix, ni kippa, ni Bouddha » (2008) de Laurence Chanfro et Hervé-Joseph Lebrun, le film « Le Refuge » (2010) de François Ozon, le one-man-show Petit cours d’éducation sexuelle (2009) de Samuel Ganes (attaquant la Bible), la performance Golgotha (2009) de Steven Cohen (avec la croix détruite par un espèce de mutant de l’Espace), la comédie musicale Encore un tour de pédalos (2011) d’Alain Marcel (avec des attaques gratuites contre l’Église), la pièce Le Gai Mariage (2010) de Gérard Bitton et Michel Munz, la pièce La Belle et la Bière (2010) d’Emmanuel Pallas, le film « Métamorphoses » (2014) de Christophe Honoré (avec le mépris affiché des protagonistes pour les paroissiens catholiques réguliers, qui ne donnent rien aux mendiants en sortant de la messe), film « Jesús, petit criminel » (2016) de Fernando Guzzoni, etc.

 

B.D. "Femme assise" de Copi

B.D. « Femme assise » de Copi


 

Il est fréquent que le héros homosexuel présente Dieu et son Église comme de grands méchants ou des gens ennuyeux et inexistants qui ont la perversion/l’hypocrisie de se faire passer pour l’Amour : cf. le film « A Hard God » (1981) de William Fitwater, le film « Le Messie sauvage » (1972) de Ken Russell et Derek Jarman, le film « Bloody Mallory » (2002) de Julien Magnat, etc. « La religion m’inspirait une horreur instinctive. » (Roger dans le roman L’Autre (1971) de Julien Green, p. 41) ; « Dieu est cruel. » (Mrs Venable, la mère de Sébastien, dans le film « Suddenly Last Summer », « Soudain l’été dernier » (1960) de Joseph Mankiewicz) ; « Where are you, God of the Death ? » (Didier Bénureau s’adressant à Jésus en ricanant, dans son spectacle musical Bénureau en best-of avec des cochons (2012) de Didier Bénureau) ; « J’aime le Seigneur, mais Il ne m’aime pas. Il n’aime pas que je sois gay. Et Il ne m’aimera pas tant que je ne changerai pas. » (Steve, l’un des héros homos, dans le film « The Big Gay Musical » (2010) de Casper Andreas et Fred M. Caruso) ; « Laetitia, je suis parvenu à la conclusion que l’Église primitive était dans l’erreur sur certains points. Il semble que des interprétations hérétiques se soient glissées dans le texte. Je sollicite l’honneur de vous demander votre main. » (Dr Chasuble dans la pièce The Importance To Being Earnest, L’Importance d’être Constant (1895) d’Oscar Wilde) ; « Qu’est-ce que j’ai à faire de votre religion, moi, déesse de la mienne ? » (la Reine s’adressant au Jésuite, dans la pièce La Pyramide ! (1975) de Copi) ; « J’ai été élevée dans l’orthodoxie juive, moi, et parfois, j’ai besoin d’afficher un symbole clair de rébellion. […] J’ai commencé à marcher, en femme indépendante que je suis. » (Ronit, l’héroïne lesbienne, dans le roman La Désobéissance (2006) de Naomi Alderman, p. 91) ; « Le pape, dont le vrai nom est Mister Puppy, est en réalité un dangereux trafiquant de blanches. » (le narrateur homosexuel dans le roman L’Uruguayen (1972) de Copi, p. 62) ; « Je m’étais toujours moqué de la religion comme d’une béquille destinée aux masses. » (Anamika, l’héroïne lesbienne du roman Babyji (2005) d’Abha Dawesar, p. 27) ; « Finalement, la seule chose qui a définitivement crevé en moi, au cours de cette crise, ça a été ma foi. Je me suis réveillé affamé d’une bonne faim, assoiffé d’une bonne soif, et réconcilié avec la vie. Je ne croyais plus en Dieu. Je ne croyais plus qu’à la force de mon amour. » (Mourad, le héros homosexuel, au moment de s’assumer en tant qu’homo, dans le roman L’Hystéricon (2010) de Christophe Bigot, p. 339) ; « Il fait froid là-dedans. Je n’y comprends rien et ça n’apporte rien. » (Bryan, le héros homosexuel rentrant dans une église, dans le roman Si tu avais été… (2009) d’Alexis Hayden et Angel of Ys, p. 378) ; « C’est un peu contraire à mes principes, les trucs religieux. » (Hugo, le héros homosexuel de la pièce Ça s’en va et ça revient (2011) de Pierre Cabanis) ; « Ma mère, elle m’a rejeté. Elle est croyante. » (Geth dans le film « Pride » (2014) de Matthew Warchus) ; « Le clocher se dressait, haut et menaçant, au-dessus des tombes, tel un instrument de vengeance. Il ne manquait qu’une fille terrifiée courant dans l’allée en chemise de nuit pour la transformer en véritable affiche de film d’épouvante. » (Jane, l’héroïne lesbienne du roman The Girl On The Stairs, La Fille dans l’escalier (2012) de Louise Welsh, p. 72) ; « Jane n’arrivait pas à croire en Dieu et elle n’avait jamais vraiment été douée en sciences. » (idem, p. 86) ; « Au-dessus, Jésus levait les yeux au ciel depusi sa croix, avec l’air de vouloir maudire ce père qui l’avait cloué là. » (idem, p. 199) ; « Le père Walter leva la main droite et il redevint l’illusionniste qui avait hypnotisé les fidèles pour leur faire croire que leur dieu était parmi eux. » (idem, p. 209) ; « ’L’enfer n’existe pas’, dit Jane. ‘Avant, je faisais des cauchemars à propos des Russes, et après, j’ai fait des cauchemars dans lesquels Greta Mann m’attirait à une fête avec le diable. Parfois, les rêves se mélangeaient et les Russes étaient là avec Greta, en train de m’attendre. » (Frau Becker et Jane, idem, p. 215) ; « Ils ont trouvé le père Walter dans le cimetière avec les poignets tailladés. » (idem, p. 224) ; « Je ne sais pas ce qu’il y a de pire : l’Église ou la taule… » (Idgie, l’héroïne lesbienne du film « Fried Green Tomatoes », « Beignets de tomates vertes » (1991) de John Avnet) ; etc.

 

BLASPHÈME Caves du Vatican

 

Par exemple, dans le roman La Cité des Rats (1979) de Copi, Dieu est « le Dieu des Hommes », à savoir une pure invention humaine, qui ne mourra pas « tant qu’il sera dans les mémoires » (p. 89). Dans le film « Marguerite » (2015) de Xavier Giannoli, Kyril, le dandy anarchiste efféminé, scande qu’il ne veut « plus de religion ! ». Dans son roman Les Caves du Vatican (1914), André Gide décrit le Pape comme un imposteur, un usurpateur diabolique. Dans la pièce Gothic Lolitas (2014) de Delphine Thelliez, Kanojo, l’héroïne lesbienne, tourne en dérision la « récitation des curés ». Dans la pièce La Nuit de Madame Lucienne (1986) de Copi, Vicky affirme que c’est Dieu qui est l’auteur de l’attentat qui l’a défigurée ; elle Le voit comme un extra-terrestre dans sa soucoupe volante : « Dieu périclite ». Dans le film « Les Garçons et Guillaume, à table ! » (2013) de Guillaume Gallienne, les parents de Guillaume, pour le viriliser, l’envoient dans un pensionnat tenu par les Frères des Écoles Chrétiennes : il dit qu’il y vivra un calvaire. Dans le film « No Se Lo Digas A Nadie » (1998) de Francisco Lombardi, l’image du clergé catholique (et soi-disant homosexuel refoulé) est affligeante : les curés sont infantilisants, tyranniques et pervers. Dans la pièce Lacenaire (2014) de Franck Desmedt et Yvon Martin, Lacenaire soutient que « Dieu tue tout le monde ». Dans son one-man-show Tout en finesse (2014), Rodolphe Sand présente le film « Des hommes et des dieux », mais aussi la vie de monastère, comme rasoir. Dans le film « Love Is Strange » (2014) d’Ira Sachs, dans l’établissement scolaire où George travaille (Saint Grace), le prêtre catholique qui connaît George depuis 12 ans, licencie ce dernier à cause de son récent mariage gay. La décision du prêtre semble motivée uniquement par l’image, la peur du scandale, le qu’en dira-t-on, et la bondieuserie (puisqu’il propose à la fin de l’échange de rupture avec George de « prier » : « Je crois toujours en Jésus-Christ notre Sauveur. Mais je préfère prier tout seul. » rétorque George à son confesseur. Dans le film « Test : San Francisco 1985 » (2013) de Chris Mason Johnson, Todd et Frankie, les amants homos, se lâchent contre les cathos. Frankie dit que sa mère « ne se saoule qu’au vin de messe ». Et Todd déverse sa haine plus franchement : « Saletés de cathos ! » Dans le film « La Belle Saison » (2015) de Catherine Corsini, Delphine et Carole, les amantes lesbiennes, participent à des opérations-commando contre des conférenciers pro-Life réunis dans des églises. Plus tard, Carole se débarrasse de la croix du Christ qui se trouve sur la table de chevet de sa chambre, en la rangeant dans le tiroir. Dans la pièce Soixante degrés (2016) de Jean Franco et Jérôme Paza, Damien se moque de la foi chrétienne de son ami Rémi : « Quand t’étais petit, tu gobais un peu n’importe quoi ! » Dans le film « Dieu, ma mère et moi » (2016) de Federico Veiroj, Gonzalo, le héros homo, décide de se faire débaptiser (ce film fait l’éloge de l’apostasie). Dans le film « La Passion d’Augustine » (2016) de Léa Pool, Augustine, religieuse directrice d’un couvent-conservatoire, est féministe (elle rêve d’une « Papesse), désobéit à ses supérieurs, a vécu une fausse couche, délaisse l’habit religieux puis carrément ses vœux. Dans le film « Thelma » (2017) de Joachim Trier, la belle Anja va attirer dans ses filets la jeune et timide Thelma. Leur liaison donne lieu à des phénomènes physiques (crises d’épilepsie d’une grande violence pour Thelma) mais également surnaturelles, de nature démoniaque. La famille catholique et l’Église sont attaquées comme des repères sataniques du non-dit. Dans le film « Rafiki » (2018) de Wanuri Kahiu, le pasteur catholique de la paroisse des deux héroïnes lesbiennes Kena et Ziki est fortement homophobe et fait des prêches anti-mariage-pour-tous. Par ailleurs, Mercy, la mère de Kena l’héroïne lesbienne, est très croyante et catholique : on dirait même qu’elle est possédée. Dans la série Sex Education (2019) de Laurie Nunn, Éric, le héros homo noir, « ne croit plus en Dieu. » (dans l’épisode 3 de la saison 1). Il refuse le bénédicité et ne donne pas la main aux membres de sa famille (dans l’épisode 6 de la saison 1). Il ne veut plus se rendre au culte évangélique protestant (« Tu sais très bien que maintenant je ne vais plus à l’église, maman. », c.f. épisode 7)… même s’il finit quand même par y aller en traînant les pieds.

 

Dans le film « Love, Simon » (2017) de Greg Berlanti, Bram, le héros homo juif, déplore « sa triste tradition familiale ». Il voit la religion comme un terrible carcan qui l’empêche d’aimer : « On va devoir faire toutes nos traditions horriblement gênantes. » Le message-phare du film, c’est que l’homophobie vient des religions. Un autre personnage homo du film, Eytan, a lui aussi des soucis avec les résistances catholiques de ses parents et grands-parents « pratiquants ».
 

Dans son one-man-show L’Arme de fraternité massive ! (2015), Pierre Fatus pointe du doigt toutes les confessions religieuses comme autant de fondamentalistes du capitalisme spirituel mondialisé. L’ennemi, c’est clairement les religions, qui créeraient des guerres et qui agressent le narrateur par leur diversité.
 

Dans la pièce L’Héritage était-il sous la jupe de papa ? (2015) de Laurence Briata et Nicolas Ronceux, le curé Mgr Lanu, qui est censé présider l’enterrement est un homme invisible, que le public n’entend qu’en voix-off, se prend toutes les critiques des autres personnages : « On se tape Lanu à cause de toi ![…] On va devoir se frapper deux messes ! » (Franck s’adressant à Nicolas, le héros homo). Mgr Lanu est présenté comme un prêtre fouineur, démissionnaire, pervers, homosexuel.
 

Dans la pièce Les Vœux du Cœur (2015) de Bill C. Davis, Tom et Bryan, le couple homo « catho », s’en prennent à leur curé pour le forcer à les marier. La sœur de Bryan y va plus franco : « Nique l’Église ! » Bryan refuse de parler à sa mère bigote qui met des cierges à l’église pour qu’il cesse d’être homo. C’est l’Église-Institution qui est mise au pilori : « Il faut que le père Raymond soit attaqué de tous les côtés ! » (Irène, la sœur gay friendly de Bryan) Tous les croyants pratiquants de la pièce sont présentés comme des doux rêveurs, des bébés, des gens frustrés et tétanisés par le corps, le sexe : « C’est l’Église qui vit dans un rêve. » (Irène s’adressant au père Raymond) Et le père Raymond est porté responsable de la rupture entre Bryan et Tom quand il les appelle à la « chasteté ». En revanche, la désobéissance à l’Église est montrée comme une sainteté : « Obéir, on va peut-être pas le garder, ce mot-là… » (Tom s’adressant à son amant Bryan) ; « On ne peut pas rajouter quelque chose à l’obéissance ? » (Tom s’adressant au père, et ne parlant pas d’annuler l’obéissance à l’Église) ; etc.
 

Dans le film « The Boys In The Band » (« Les Garçons de la bande », 1970) de William Friedkin, Michael, le héros homosexuel catholique, est bourré de contradictions vis à vis de sa foi. Tandis qu’il pratique et va à la messe, à côté il fait les 400 coups ; il est capable, dans un même mouvement, de déclarer « J’ai trouvé Dieu. » et « Dieu est mort. Dieu merci ! » Rien d’étonnant qu’il soit alors présenté par son groupe de potes gays comme l’allégorie de la culpabilité mal vécue, de la soi-disant contradiction/hypocrisie religieuse : « Tu culpabilisais  parce que tu étais catho. C’est tout. » (Donald) ; « Tu ne sais pas dans quel camp tu es. Si on dit un truc religieux, tu critiques. Si on nie Dieu, tu critiques. Tu sembles avoir des problèmes dans ce domaine. Tu ne peux vivre ni avec, ni sans. Tu t’accroches à cette compagnie d’assurances qu’est l’Église. Tu es un homme triste et pathétique. Tu es homosexuel et tu ne veux pas l’être. Mais tu ne peux rien y faire. Toutes les prières du monde, toutes les analyses n’y changeront rien. Tu sauras peut-être un jour ce qu’est une vie d’hétérosexuel, si tu le veux vraiment, si tu y mets la même volonté que celle de détruire. Mais tu resteras toujours un homo. Toujours Michael. Toujours. Jusqu’à ta mort. » (Harold, le colocataire de Michael) Cyniquement et sans conviction, Michael les conteste à peine : « Oui, je crois en Dieu. S’il n’existe pas, je n’ai rien perdu. S’il existe, je suis couvert. Je suis catho qui pèche la nuit et va à l’église le lendemain. »

 

Et plus spécifiquement sur l’homosexualité, l’Église, dans la fantasmagorie homosexuelle, est désignée comme une cruelle institution homophobe, qui ferait semblant d’accueillir ses fidèles homosexuels pour mieux les étouffer et les pousser au suicide : cf. le téléfilm « Prayers For Bobby » (« Bobby, seul contre tous », 2009) de Russell Mulcahy, le film « Prom Queen » (« La Reine du Bal », 2004) de John L’Ecuyer, etc. « S’ils étaient intelligents, et charitables, et réalistes ! » (Pierre, le héros homosexuel à propos des catholiques, dans la pièce Homosexualité (2008) de Jean-Luc Jeener) ; « Il faudrait que l’Église l’accepte. Un point c’est tout ! » (Pierre, idem) ; « Je suis normal. Tu es normal. Ce sont eux qui ne sont pas normaux de nous condamner ainsi ! » (Julien à son amant Pierre, idem) ; « Je ne changerai pas pour vous, mon Dieu. Je veux que vous m’aimiez tel quel. » (Steve, l’un des héros homos, dans le film « The Big Gay Musical » (2010) de Casper Andreas et Fred M. Caruso) ; « Essobal ne luttera jamais assez contre ce pape rétrograde et opposé à l’usage des préservatifs dans le tiers monde, et contre l’Église catholique dont on sait tout le mal que depuis des siècles elle a causé à la civilisation et à la pensée occidentales, qui sans elle pourraient rivaliser avec les plus grandes cultures. » (le narrateur homosexuel de la nouvelle « Une Vie de lutte » (2010) d’Essobal Lenoir, p. 170) ; etc.

 

Par exemple, dans le film « Paresse » (2000) de Frank Mosvold, pour prouver que l’Église ne comprend pas les personnes homosexuelles, on nous montre un curé relativement jeune, campé sur ses positions, simulant la compassion, mais qui au final opère un chantage aux sentiments inhumain, et pousse ses ouailles à se haïr eux-mêmes, à refouler leur homosexualité. Dans la pièce Un Mariage follement gai ! (2008) de Thierry Dgim, Anne-Lise attribue au Pape des paroles qu’il n’a jamais prononcées : « Je vous signale que le Pape qualifie encore l’homosexualité d’aberration. » Dans le film « The Big Gay Musical » (2010) de Casper Andreas et Fred M. Caruso, Eve et Adam sont caricaturés comme un couple hétéro jaloux des homos et qui, par leur « invention » de la Bible, décident d’« apprendre à leurs descendants à haïr les gays » pour des millénaires. Dans la série Ainsi soient-ils (2014) de David Elkaïm, Jocelyn, l’étudiant roux ultra-anticlérical et pro-«laïcité» qui veut virer le groupe de séminaristes intégré aux cours réguliers de philo à la fac, se trouve être précisément homosexuel.

 

Au départ, le blasphème opéré par le héros homosexuel ne se traduit pas directement par l’attaque du Clergé mais par la (simulation de) destruction de ses symboles religieux (statues, cimetières, lieux de culte, etc.). C’est souvent que les personnages homosexuels pratiquent des actes de vandalisme à l’intérieur des églises : cf. le film « Le Planeur » (1999) d’Yves Cantraine (avec le vol de bougies), le film « Unveiled » d’Angelina Maccarone (avec l’héroïne lesbienne dérobant des cierges), le film « Le Temps qui reste » (2005) de François Ozon (on pisse dans le bénitier…), le film « La Mala Educación » (« La mauvaise éducation », 2003) de Pedro Almodóvar, le roman La Cité des Rats (1979) de Copi (avec le caniche et le fox-terrier urinant contre l’autel de la Sainte-Chapelle), le vidéo-clip de la chanson « Alejandro » de Lady Gaga, etc. « J’irai cracher sur vos tombes » (cf. la chanson « Rêver » de Mylène Farmer) ; « Si j’étais un bon pédé, je jetterais des capotes à la tête du Pape. » (Frank, le héros homosexuel de la pièce Fixing Frank (2011) de Kenneth Hanes) ; etc. Par exemple, dans le film « Naissance des pieuvres » (2007) de Céline Sciamma, Floriane offre sa médaille de baptême en pendentif à son amante Marie : « De toute façon, je n’y crois plus. T’y crois, toi ? » « Non » lui répond Marie.

 

L’étau peu à peu se resserre autour des héros prêtres ou bien croyants catholiques. Les injures verbales fusent. « Ta gueule, China ! Ne prie pas en ma présence, vu ! » (Venceslao s’adressant à sa fille China, dans la pièce L’Ombre de Venceslao (1978) de Copi) Par exemple, dans la pièce Entre vos murs (2008) de Samuel Ganes, Pierre, le héros homosexuel interné dans un camp de concentration, attaque l’Église avec virulence. Dans le one-man-show Chroniques d’un Homo ordinaire (2008) de Yann Galodé, Didier s’en prend à un ami prêtre et le force au silence. Dans le film « La Vie d’Adèle » (2013) d’Abdellatif Kechiche, pendant le cours de français d’Adèle (l’héroïne homosexuelle), les catholiques sont associés à la bien-pensance et à une censure de la pensée. Dans le film « The Big Gay Musical » (2010) de Casper Andreas et Fred M. Caruso, Patty qualifie les catholiques de « poivrots ». Dans la comédie musicale Les Miséreuses (2011) de Christian Dupouy, la bonne du curé congédie son amant prêtre : « Ne m’appelez plus Marie-France ! La Marie-France, vous l’avez laissée tomber ! »

 

Dans le film « Jonas » (2018) de Christophe Charrier, Nathan, le héros homosexuel, fait croire à son futur amant Jonas qu’il a été abusé dès la classe de CM1 dans son école catholique de Saint Cyprien par un prêtre, qui l’aurait forcé à lui faire une fellation et qu’il aurait mordu au sexe : « Tu veux la suite ? Eh bien je l’ai mordu. J’étais comme un chien avec son os, tu vois ce que je veux dire ? » Et ce prêtre, en représailles, lui aurait donné un coup de calice coupant sur le visage : « Du coup, il a pris la coupe qui était posée sur l’autel. Schlaaa… Il m’a fait ça. » On découvrira plus tard que la balafre que Nathan porte sur sa joue ne vient pas du prêtre (« T’y avais quand même pas cru à cette histoire de curé ? ») mais d’un lynchage collectif qu’il a subi aux autos tamponneuses à l’âge de 9 ans dans un parc d’attractions appelé Magic World. Nathan n’est pas le seul personnage à manquer de respect à la religion : son jeune frère, Léonard, a placé une figurine sur ressorts ridicule de Jésus sur la plage avant de sa voiture, sous le pare-brise.
 

Et puis parfois, le blasphème vire au cauchemar. Certains héros homosexuels finissent par violer ou abattre les curés et les religieuses : cf. la pièce Happy Birthday Daddy (2007) de Christophe Averlan (avec le prêtre défenestré). « Les bons apôtres, je les mange. » (cf. la chanson « C’est dans l’air » de Mylène Farmer) ; « Tu parles du Sacré-Cœur ! Ici, c’est la Sacrée-Queue et tu vas me la sucer ! » (Mimi s’adressant à Pédé dans la pièce Les Escaliers du Sacré-Cœur (1986) de Copi) ; « Je me précipite sur lui et je lui tord le nez jusqu’à le faire saigner. » (le narrateur homosexuel avec le Pape, dans le roman L’Uruguayen (1972) de Copi, p. 57) ; etc.

 
 

 

b) Le blasphème par le pastiche provocateur :

Vidéo-clip de la chanson "Que mon coeur lâche" de Mylène Farmer

Vidéo-clip de la chanson « Que mon coeur lâche » de Mylène Farmer


 

Le pire, c’est que l’acte de destruction de l’Église par le héros homosexuel se veut paradoxalement un hommage, un mimétisme qui prétend faire mieux qu’Elle (cf. je vous renvoie au code « Attraction pour la ‘foi’ » dans mon Dictionnaire des Codes homosexuels). La sincérité de l’Homme qui obéit au mal va jusque-là : il singe un respect de façade pour l’Église (il y reste, d’ailleurs) afin de masquer sa jalousie de ne pas être aussi humble, doux et miséricordieux qu’Elle ; et surtout, afin, aux yeux du monde, de s’attribuer à lui seul les fruits positifs de l’Église. Le premier des blasphèmes, c’est bien celui de se substituer à Dieu ! Les pastiches homosexuels de l’Église (à la sauce libertine dix-huitièmiste) sont légion dans les œuvres homosexuelles : cf. le film « La Religieuse » (1966) de Jacques Rivette, le vidéo-clip de la chanson « Losing My Religion » du groupe R.E.M., la pièce Dépression très nerveuse (2008) d’Augustin d’Ollone, le film « Children, Madonna And Child, Death And Transfiguration » (1983) de Terence Davies, le film « Dogma » (1999) de Kevin Smith, le film « La Bible de Néon » (1995) de Terence Davies, le film « La Sonde urinaire » (2006) de Camille Ducellier, l’opéra La Passion selon Sade (1965) de Sylvano Bussotti, le film « Les Diables » (1971) de Ken Russell et Derek Jarman, le film « My Summer Of Love » (2004) de Pawel Pawlikovsky (avec Mona pratiquant le spiritisme), le film « Good As You » (2012) de Mariano Lamberti, le film « Mon Arbre » (2011) de Bérénice André (avec le Christ crucifié féminisé), le film « Totò Che Visse Due Volte » (« Toto qui vécut deux fois, 1998) de Daniele Cipri et Francesco Maresto, la comédie musicale HAIR (2011) de Gérôme Ragni et James Rado (avec la reprise d’un chant pseudo religieux qui n’est en réalité qu’une ode à la « masturbation » et à l’« orgasme », qu’Aldebert, le maître de cérémonie, veut que tout le public reprenne en chœur, comme à la messe), la pièce Les Virilius (2014) d’Alessandro Avellis, etc.

 

B.D. "Le Monde fantastique des Gays" de Copi (planche "Prie-Dieu")

B.D. « Le Monde fantastique des Gays » de Copi (planche « Prie-Dieu »)


 

« Je voulais ma nuit avec une femme, comme l’on veut sa naissance. Une nuit de noces, comme celle où je perdis ma virginité et décidai, pour cette occasion, de me choisir un nouveau prénom… Alexandra. Ce serait désormais par ce choix secret que je marquerais ma différence, comme l’avant et l’après du baptême. » (Alexandra, la narratrice lesbienne du roman Les Carnets d’Alexandra (2010) de Dominique Simon, pp. 56-57) ; « J’ai vu Dieu dans ton cul. » (Yanowski et Fred Parker, Le Cirque des Mirages, 2009) ; « J’ai branlé ce qu’il fallait pour obtenir le saint chrême et j’en ai déposé trois gouttes sur ses lèvres. » (Vincent Garbo en parlant de son amant Emmanuel, dans le roman Vincent Garbo (2010) de Quentin Lamotta, p. 199) ; « J’avais une ribambelle de godes : ‘I believe in you ! » (Nathalie Rhéa dans le one-woman-show Wonderfolle Show, 2012) ; « La Jean-Paul II, la Pie XII, la Paul VI. La Benoît XVI, c’est différent : c’est une pédophile. » (cf. une réplique d’un des personnes homos de la comédie musicale Encore un tour de pédalos (2011) d’Alain Marcel) ; « Onze mille cierges, alcool et barbiturique. Je flotte dans les rues comme sous analgésique. Mon costume souillé de larmes et de suie, de la rue des Saints Pères à Soho tu me poursuis. » (cf. la chanson « Onze mille vierges » d’Étienne Daho) ; etc.

 

Par exemple, dans la pièce Nietzsche, Wagner, et autres cruautés (2008) de Gilles Tourman, Wagner réutilise les éléments religieux à sa sauce en le présentant comme une religion : « Ma musique est une religion. » Dans la pièce Un Mariage follement gai ! (2008) de Thierry Dgim, Marcy, l’héroïne lesbienne (qui a sa phase de grenouille de bénitier) revisite la Bible en faisant dire aux Dix Commandements ce qui arrange ses fantasmes. Dans son spectacle Madame H. raconte la saga des transpédégouines (2007), Madame H. (travesti M to F) nous fait une relecture biaisée de la Bible. Dans le spectacle musical Luca, l’évangile d’un homo (2013) d’Alexandre Vallès, Luca, le héros homosexuel, mêle libertinage et religiosité d’apparat : on le voit asperger les tombes de son sperme (« Sur vos tombes, j’irai cracher. Chacun, je les souillerai de mes déjections de pédé. »), se balader dans des monastères enflammés, vivre ses coïts homosexuels comme des messes (« Pour tes regards éperdus, mon sperme s’est répandu. » dit-il en prenant la position du Crucifié), insulter la morale (« La morale est une vermine. »). Dans le film « Mon Arbre » (2011) de Bérénice André, le jeune Marie (qui a 4 « parents : deux couples formés de 2 hommes homos et de 2 femmes lesbiennes) fait une bataille d’eau bénite de Lourdes avec une de ses mères, « Mamoune » ; et Jean-Paul, l’un des deux « papas », s’auto-flagelle parodiquement : « Blasphème ! Blasphème ! » pour surjouer ironiquement l’indignation. Dans le film « Homme au bain » (2010) de Christophe Honoré, Emmanuel et un Noir sont en train de copuler pendant qu’ils se font lire un texte épiscopal ( = d’un évêque).

 

B.D. "Kang" de Copi

B.D. « Kang » de Copi


 

Beaucoup de héros homosexuels, par provocation adolescente, ricanent en travestissant les gens d’Église, ou en s’imaginant faire l’amour avec Jésus ou un religieux : cf. le film « Le Cavalier noir » (1961) de Roy Ward Baker (où le personnage homo tombe amoureux du curé qui lui vient en aide), etc. « Appelle-moi Dieu. Appelle-moi Gode. » (cf. une réplique de la comédie musicale Encore un tour de pédalos (2011) d’Alain Marcel) ; « Mimile se souleva la soutane et nous montra son postérieur. » (le narrateur homosexuel parlant de Mimile, déguisé en faux curé, dans le roman La Cité des Rats (1979) de Copi, p. 115) ; « Quand je lis ma Bible, je pète. » (Claudia dans la comédie musicale Se Dice De Mí En Buenos Aires (2010) de Stéphan Druet) ; « Ces chapelets de capotes enfilées inopinément par l’auteur de ce mauvais pastiche de Proust sur ces pines à peine pubères, faisaient capoter son plaisir. » (le narrateur homosexuel de la nouvelle « De l’usage intempestif du condom dans la pornographie » (2010) d’Essobal Lenoir, p. 96) ; « Ce n’était pas l’avis de Sa Satiété la Pipesse Jeanne-Paul II qui, cessant selon le principe d’Onan de sucer un vieux rabbin vierge et intégriste bien que circoncis, protesta que le préservatif, sous quelque avatar qu’il se présentât, constituait une offense à Dieu tout puissant, lequel n’avait pas eu besoin de ce vil ustensile pour engrosser Marie tout en la laissant impollué et séronégative. » (le narrateur homosexuel de la nouvelle « L’Apocalypse des gérontes » (2010) d’Essobal Lenoir, p. 130) ; « Oh je n’ai fait que prendre exemple sur Jésus… mais si vous voyez… Jésus (elle mime une folle sur la Croix – mime les clous, la couronne, la chaleur) » (Lise, dans la pièce La Fesse cachée (2011) de Jérémy Patinier) ; « Dieu et le rat : ne forniquez pas sur l’antenne ! Nous sommes sujets à la censure interplanétaire. » (la Comédienne dans la pièce La Nuit de Madame Lucienne (1986) de Copi) ; « Tchaïkovski fait une bonne sodomie à Jean Réno dans un presbytère. » (Rodolphe Sand dans le one-man-show Tout en finesse, 2014) ; etc.

 

Parfois, leur plaisir du blasphème passe par la tentative d’entraîner une âme consacrée à Dieu dans leur chute : « La religieuse était pleine de vie et, bien qu’elle ne fût pas jolie, je fus attirée par elle. […] J’étais insensiblement attirée et sous le charme de la sœur. […] Je concentrai mon esprit sur les pensées choquantes qui me traversaient l’esprit. Je l’imaginais déshabillée et en situation de me donner ce que j’aurais voulu d’elle sur l’instant. […] J’avais souvent pensé que dans les couvents, parmi ces femmes enfermées, certaines devaient entre elles trouver un peu de satisfaction… […] Face à cette fille sans coquetterie, je me voyais dans la peau d’un diable venu pour la tenter. […] Sachant qu’elle allait partir, avec une énergie et une détermination qui m’étonnèrent moi-même, je me précipitai pour lui prendre un baiser. Elle n’en fut pas surprise et se laissa faire, mais sans participer en rien. Aussi furtif que fût ce baiser, je compris qu’elle n’avait jamais embrassé personne avant moi. J’en ressentis instantanément comme une sorte de tristesse et j’eus le sentiment qu’il émanait d’elle une pureté à jamais inaccessible. » (Alexandra, la narratrice lesbienne du roman Les Carnets d’Alexandra (2010) de Dominique Simon, pp. 221-224)

 

 

On retrouve la thèse de l’amour homosexuel entre saint Jean et le Christ dans la pièce L’Opération du Saint-Esprit (2007) de Michel Heim. Dans le roman Pasión Y Muerte Del Cura Deusto (1924) d’Augusto d’Halmar, Deusto, le personnage homosexuel, tombe amoureux du prêtre Pedro Miguel. Dans le roman Vincent Garbo (2010) de Quentin Lamotta, le bel héros homosexuel, pousse un prêtre qu’il séduit, à la débauche, par pure provocation et défi.

 

BLASPHÈME Aime

Film « W…imie » de Malgorzata Szumowska


 

Dans le film « W imie… » (« Aime… et fais ce que tu veux », 2014) de Malgorzata Szumowska, Adam, le prêtre homosexuel refoulé, tombe amoureux du jeune et beau barbu Lukasz qui a tout du Christ physiquement ; et inversement, Lukasz drague le représentant du Christ qu’est Adam. Chez Adam, l’arrivée de l’homosexualité active qui pervertit son ministère arrive subrepticement à petits pas : d’abord, il se masturbe dans son bain ; puis, par accident, il surprend deux de ses gars dont il a la charge dans son centre de jeunes adultes, en train de se sodomiser (il tombe dans les filets du chantage diabolique d’Adrian) ; il se met à nier en boutade et en public la force du message christique (« Vous pensez que Jésus a parlé à quelqu’un d’autre qu’à lui-même ? »), en étant presque pris au sérieux ; et une fois saoul comme un Polonais, il danse la valse avec le portrait de Benoît XVI, dans une scène qui se veut à la fois touchante et pathétique. L’image de Dieu donnée dans ce film se veut a priori respectueuse et pudique ; mais au final, les protagonistes ne Le suivent pas, fuient Son Église, n’en font qu’à leur tête « par amour », et propagent l’idée d’un Jésus censeur et incompris par Ses scolaires suiveurs hétérosexuels : « Le Seigneur est tout près. Garde le silence. » indique un écriteau.

 

Le blasphème gay friendly des héros homosexuels est pétri de bonnes intentions, de spiritualité de bas étage, de bons sentiments. Par exemple, dans la série Joséphine Ange-gardien (1999) de Nicolas Cuche (épisode 8, « Une Famille pour Noël »), la jeune Sandrine allume une bougie dans une église, devant la statue de saint Antoine de Padoue, afin que son père revienne avec sa mère, que leur famille soit à nouveau unie, et que son papa abandonne sa récente vie homosexuelle ; Joséphine ange-gardien la voit faire, et une fois qu’elle est partie, elle arrive devant saint Antoine, éteint la flamme de la bougie, et, en gros, essaie de briser l’union de prière entre Sandrine et le saint : « De toute façon, on ne peut pas être deux sur le même coup. Joyeux Noël quand même, mon Toinou. » Comme quoi : il existe bien des anges diaboliques (qui se font passer pour des justiciers blancs)…

 
 

FRONTIÈRE À FRANCHIR AVEC PRÉCAUTION

 

PARFOIS RÉALITÉ

 

La fiction peut renvoyer à une certaine réalité, même si ce n’est pas automatique :

 
 

a) L’attaque anticléricale frontale :

En général, les personnes homosexuelles pratiquant les actes homos et croyant en l’« identité homo éternelle » ne portent pas Jésus, son Père et l’Esprit-Saint, et leur Église, dans leur cœur.

 
BLASPHÈME Fourest
 

« Je suis né comme ça. Je suppose. Je ne me pose pas la question. […] C’est, je pense, l’intérieur qui commande. […] Il s’agit d’aimer. […] Dieu, c’est rien. » (Pierrot, homosexuel de 83 ans, dans le documentaire « Les Invisibles » (2012) de Sébastien Lifshitz) ; « Dans mon affreuse solitude, je ne pensais pas retourner à l’église ; il serait trop facile d’employer l’hostie comme un remède et de prendre à la Sainte Table un ressort négatif, trop facile de nous tourner vers le ciel chaque fois que nous perdons ce qui nous enchantait sur la terre. » (Jean Cocteau dans le Livre blanc, 1928) ; « C’est à cette époque que je suis devenue ce que je suis, à savoir agnostique, pour ne pas écrire franchement athée. » (Paula Dumont, Mauvais Genre (2009), p. 70) ; « Je pensais que Dieu était un menteur. Je voulais qu’il meure. » (Dan, homme homosexuel converti au catholicisme, dans le documentaire « Desire Of The Everlasting Hills » (2014) de Paul Check) ; « Michel Foucault s’amusait, non des ridicules de chacun, mais des illusions de tous : aux yeux de cet incroyant qui regrettait peut-être la foi de son enfance, rien ni personne ne paraissait être sérieux en ce bas monde. Serein en toutes circonstances, il était persuadé de la médiocrité de toutes choses. Il n’en avait pas moins le sens de l’engagement, comme on verra ; le scepticisme n’a jamais empêché les prises de parti les plus résolues. » (Paul Veyne, Et dans l’éternité, je ne m’ennuierai pas (2014), pp. 67-68) ; « Il n’y a pas de problème de l’homosexualité. Notre problème, c’est les autres. En pays chrétien, bien entendu. Ce problème, il n’existe que dans les pays judéo-chrétiens. En dehors de cela, il n’existe pas. » (Nedra, homme homosexuel, dans le documentaire « Les Homophiles » (1971) de Rudolph Menthonnex et Jean-Pierre Goretta) ; « Combien de milliers d’homos j’ai vus pour qui la foi était une angoisse démesurée ! Au confessionnal, on leur dit : ‘Tu es LE pécheur.’ Pas ‘un’ pécheur. LE pécheur, qui peut se relever, avoir la Grâce divine’. Non ! Tu es le pécheur, pour l’éternité. Tu ne t’admets pas !’ Et c’est ainsi encore maintenant. » (André Baudry, homosexuel, dans le documentaire « Les Homophiles » (1971) de Rudolph Menthonnex et Jean-Pierre Goretta) ; « On m’a virée de l’Église. » (Linn, jeune homme brésilien travesti en femme, dans le documentaire « Bixa Travesty » (2019) de Kiko Goifman et Claudia Priscilla) ; etc.

 

B.D. "Kang" de Copi

B.D. « Kang » de Copi


 

Par exemple, pendant le concert Météor Tour du groupe Indochine à Bercy le 16 septembre 2010, les images d’un gros « FUCK GOD » inscrit sur le synthétiseur étaient projetées sur les trois écrans géants en gros plan. Dans la chanson « Les Mantes religieuses » de Jann Halexander, il est question de « Dieu insecticide ». La Gay Pride de São Paulo (Brésil) en 2015 a battu tous les records de vulgarité blasphématoire en affichant des Christs crucifiés.

 

Action d'Act-Up au Sacré-Coeur (Paris)

Action d’Act-Up au Sacré-Coeur (Paris)


 

La majorité des personnes homosexuelles ne se contentent pas d’ignorer Jésus et son Église. Vexées de ne pas rester fidèles à leur identité d’Enfants de Dieu, à leur royauté et à la pratique qu’induit celle-ci, elles se montrent particulièrement agressives envers les membres du Clergé : cf. l’essai Pamphlet contre les Catholiques de France (1924) de Julien Green, tous les films et propos du réalisateur espagnol Pedro Almodóvar (apparemment traumatisé par son passage scolaire chez les Jésuites…), l’essai Vidente En Rebeldía : Un Proceso En La Iglesia (1978) d’Antonio Roig, l’autobiographie Libre : De la honte à la lumière (2011) de Jean-Michel Dunand (avec la critique de l’habit monastique, p. 55), etc. Par exemple, Magnus Hirschfeld est connu pour son anticléricalisme et son rejet de l’ascétisme chrétien. Sergueï Eisenstein, le cinéaste russe homosexuel, a fait des dessins obscènes de la crucifixion. Le couturier Yves Saint-Laurent, avec La Vilaine Lulu, a également versé dans le satanisme « naïf ».

 

« Je bouffe du curé. » (Paula Dumont, Mauvais Genre (2009), p. 23) ; « Les prêtres, on les trouve tels des mouches, aussi bien posés sur les uniformes de militaires que sur le caca des torturés politiques, courtisant riches et pauvres pour gonfler les caisses de leurs innombrables affaires en Éternelle Faillite. Ils sont influents dans toutes les couches de la population. Tout homme politique, syndicaliste ou militaire a un discret confesseur ou ami curé à travers lequel il règle ses affaires avec l’Église. Le confesseur du général Camps, tristement célèbre, a été inculpé récemment pour avoir participé à des tortures sur des prisonniers. Il n’est pas le seul prêtre dans sa situation. Si le vieux fantôme de Marx mettait jamais un pied en Argentine, c’est la classe du clergé qui s’accommoderait le plus vite d’une situation à la russe. L’Église est argentine, elle n’est pas séparée de l’État ! Le divorce n’existe pas, la contraception et l’avortement sont interdits. » (Copi à Paris en août 1984) ; « Je peux vous dire que j’insulte tous les jours le tout-puissant de cette merde qu’il a implantée en moi, moi qui est idolâtré sexuellement, attendant avec impatience mon premier rapport sexuel avec ces douces créatures qui sont les femmes. J’ai la rage. Je me dis quelquefois que je vais me faire sauter le caisson pour aller régler mes comptes là-haut, qu’il n’y a pas d’amour sans femme et que je mourrai sans leur amour. J’injure le seigneur car c’est lui qui nous a programmé ainsi, et si c’est son choix, Il ne peut pas s’amuser avec nous de la sorte. » (cf. le mail d’un ami homo, Pierre-Adrien, 30 ans, reçu le juin 2014) ; etc.

 

Par exemple, lors de sa conférence au Centre LGBT de Paris à l’occasion de la sortie de son essai Délinquance juvénile et discrimination sexuelle en janvier 2012, le « sociologue » Sébastien Carpentier critique sévèrement les désastres humains que la psychiatrie et l’Église auraient engendrés depuis des siècles. Dans son roman autobiographique Par d’autres chemins (2009), Hugues Pouyé, prêtre défroqué ayant fait son coming out, règle ses comptes avec « la théologie et son lourd contenu dogmatique », avec l’Église et « ses données figées en vérités éternelles » (p. 31) : « L’Église a raté un tournant. Elle n’aime pas franchement le monde qui l’entoure. L’époque moderne lui fait peur. » (p. 74)

 

Et plus spécifiquement sur l’homosexualité, l’Église est désignée par les communautaires homosexuels comme une cruelle institution homophobe, qui ferait semblant d’accueillir ses personnes homosexuelles pour mieux les étouffer et les pousser au suicide : cf. le documentaire Ouganda : au nom de Dieu (2010) de Dominique Mesmin, le documentaire Les Règles du Vatican (2007) d’Alessandro Avellis (sa projection à la Médiathèque Fafala de Reims le 15 mai 2010, suivie d’un débat « Religions et Homophobie », a été prétexte à un déchaînement anticlérical), etc. « Pour moi, toute religion, quelle qu’elle soit, est synonyme d’obscurantisme, de conformisme, de conservatisme, de misogynie et d’homophobie. » (Paula Dumont, Mauvais Genre (2009), p. 71) Il n’y a qu’à voir, sur Twitter, toutes les accusations infondées dont je fais les frais simplement parce que j’explique l’homosexualité avec un regard catholique (je pousserais les jeunes au suicide par mes conférences dans les établissements scolaires !).

 

Dans le documentaire « Du Sollst Nicht Schwul Sein » (« Tu ne seras pas gay », 2015) de Marco Giacopuzzi, Gaalh, la star norvégienne de dark metal, ouvertement homosexuel, explique que l’origine du mal ce sont les religions, et que pour cette raison « elles méritent d’être combattues » : « Il est important de se battre contre les religions pour faire comprendre au grand public qu’elles fonctionnent sur la séduction. » Toutes les Églises institutionnelles sont pointées du doigt dans ce documentaire… et tout le monde y passe : Dieu et ses prophètes ! : « Je me suis senti abandonné de Dieu. Je me suis souvent disputé avec lui. Dans ma chambre, face à la Croix. Je l’ai même traité un peu de tous les noms, parce que je ne savais plus ce qu’il attendait de moi. » (Daniel Bühling, jeune prêtre défroqué) ; « Qu’est-ce qu’un théologien ou un prêtre peut avoir à me dire sur ma sexualité ? et même sur la sexualité en général ?[…] Il faut que les non-croyants s’organisent. » (Ralf König, le dessinateur homosexuel) ; « Tout ça, au fond, c’est de la faute de saint Paul. Sa morale rigide est la source de nombreuses incompréhensions. » (la voix-off du documentaire) ; « C’était un type coincé qui n’a même pas connu Jésus. » (le dessinateur homosexuel Ralf König parlant de Saint Paul, idem)
 

De plus en plus de films actuels traitant du thème homosexuel pointent du doigt un unique ennemi au « bonheur » homo : l’Église Catholique (et un peu après, « les religions »). J’ai vu « The Cakemaker » (2018) d’Ofir Raul Graizer. Et c’est d’autant plus vrai avec le film « Come as you are » (2018) de Desiree Akhavan, qui présente clairement la foi catholique comme la grande méchante. La propagande anti-catholique et gay friendly resserre son étau sur nous catholiques, désignés comme les principaux homophobes que la terre ait comptés (plus encore, même, que les Juifs et les Musulmans).
 

Globalement, l’Église est jugée d’office comme « dangereuse » pour les personnes homosexuelles. Par exemple, le documentaire « Católicos Gays » de l’émission Conexión Samanta, diffusée en juin 2011 sur la chaîne espagnole Play Cuatro, attaque le Pape qui n’accepterait pas « les » homos. Dans l’émission Infra-Rouge intitulée « Et Dieu dans tout ça ? » (2011) de Philomène Esposito, l’essayiste homosexuel Henri de Portzamparc traite le Pape Benoît XVI de « Benoît treize et trois » : « L’Église est obligée de se moderniser et de s’adapter aux réalités du monde ! […] Ce que dit le Pape, c’est une abomination pour nous ! ». Par ailleurs, dans le même reportage, le père Jacques Mérienne, le curé de saint Merry, à Paris, très branché David et Jonathan et Devenir Un En Christ, en appelle à la compromission : « Il faut créer un consensus. »

 

Agression de Mgr Léonard par les Femen à Bruxelles

Agression de Mgr Léonard par les Femen à Bruxelles


 

Au départ, le blasphème chez la plupart des personnes homosexuelles ne se traduit pas directement par l’attaque du Clergé mais par la (simulation de) destruction de ses symboles religieux (statues, cimetières, lieux de culte, etc.) : cf. le vidéo-clip de la chanson « Je te rends ton amour » de Mylène Farmer, le vidéo-clip de la chanson « Que mon cœur lâche » de Mylène Farmer, etc. Par exemple, dans la scène de la pièce Le Fils du comique (2013) de Pierre Palmade, il y a une affiche « Dieu m’énerve ! » dans l’appartement de Pierre, le héros homosexuel. Dans l’émission Homo-Micro diffusée sur Radio Paris Plurielle le 15 mai 2006, Loïc, le régisseur, donne carrément à l’antenne la marche à suivre pour l’apostasie (= se faire débaptiser).

 

C’est souvent que les personnes homosexuelles – qui se gardent bien de dévoiler leur homosexualité – pratiquent des actes de vandalisme à l’intérieur des églises. Le phénomène iconoclaste hyper violent des Pussy Riot ou des Femen (ces prostituées ukrainiennes débarquant dans les églises et sciant des croix de calvaire à la tronçonneuse) n’aura échappé à personne ces dernières années.

 

Femen à ND de Paris le 12 février 2013

Femen à ND de Paris le 12 février 2013 (et toujours impunies par la loi française)


 

On voit bien que depuis une dizaine d’années (je ne vous remonterai pas jusqu’à la Révolution Française…), l’étau peu à peu se resserre autour des croyants catholiques et des prêtres. Les injures verbales fusent, dans une impunité totale et une indifférence quasi générale. « C’est fini, les familles hétéros, blanches et catholiques !!! » (Sergio Coronado sur la chaîne LCI le 3 février 2014 au Journal de 23 heures de Damien Givelet et Katherine Colley) À 16 ans, quand Arthur Rimbaud écrivait dans les jardins publics, il blasphémait tout haut « Merde à Dieu ! ». Aujourd’hui, les catholiques se font insulter à tour de bras (de « fascistes », d’« hétéros », d’« homophobes », d’« extrémistes », de « criminels »), et le pire, c’est que personne ne semble réaliser que l’insulte, la violence et l’homophobie ne se trouve quasiment que du côté de ceux qui prétendent les combattre. Les mass medias sont d’ailleurs en grande partie complices de cette désinformation sur l’origine des violences, en faisant croire qu’elles seraient réparties de manière équitable dans les deux camps qu’ils caricaturent, et que donc les « casseurs de cathos » ont bien le droit de se venger. Mais de se venger de qui et de quelles attaques, au juste ? Pour l’instant, la violence concrète, je l’ai surtout vue du côté des anti-cathos et des pro-mariage-pour-tous ; quasiment jamais chez les catholiques.

 

 

Et puis parfois, le blasphème vire au cauchemar : certaines personnes homosexuelles vont jusqu’à violer, maltraiter des prêtres et des moniales (cf. je vous renvoie au code « Violeur homosexuel » dans mon Dictionnaire des Codes homosexuels). « Dans ma prochaine nouvelle, j’me tape des curés dans la grotte de Lourdes. » (l’écrivain Ron l’Infirmier dans l’émission Homo Micro le 12 février 2007) Par exemple, Monseigneur Léonard (évêque belge) a souffert pas moins de 4 entartages ; des groupes commando perturbent les conférences des personnalités cathos telles que Christine Boutin ; mes interventions en « milieu scolaire » pour informer sur ce que sont vraiment l’homosexualité et l’homophobie sont censurées (et les établissements scolaires qui m’invitent reçoivent de nombreuses menaces) ; les Femen débarquent dans la rue pour gazer ceux qu’elles affublent de la réputation de « terroristes catholiques d’extrême droite » (cf. la « Manif de Civitas » le 18 novembre 2012 à Paris). En Italie, Rocco Buttiglione, député catho, est accusé en 2004 d’homophobie, tout comme le député Christian Vanneste en France, qui en 2007 a été attaqué en justice.

 

Les Femen sont des "victimes" selon Caroline Fourest, et sont "touchantes" selon Anne Hidalgo...

Les Femen sont des « victimes » selon Caroline Fourest, et sont « touchantes » selon Anne Hidalgo…


 
 

b) Le blasphème par le pastiche provocateur :

Le pire, c’est que l’acte de destruction de l’Église par les personnes homosexuelles pratiquant leur homosexualité se veut paradoxalement un hommage, un mimétisme qui prétend faire mieux qu’Elle (cf. je vous renvoie au code « Attraction pour la ‘foi’ » dans mon Dictionnaire des Codes homosexuels). Par exemple, Aleister Crowley se consacre à la magie noire et fonde une confrérie, l’Aurore Dorée. Pavel Tchelitchew s’intéresse à l’occultisme. Le baron Friedrich Alfred Krupp est amateur de littérature sataniste et des « messes noires ». « Aujourd’hui encore, certains groupuscules néonazis entretiennent une forme d’ambiguïté. De nombreuses histoires circulent, sur fond de messes noires ou de satanisme. Dans leur esprit, nazisme et homosexualité participent de la même ambiance, d’une même esthétique. » (Philippe Broussard, Le Monde, 18 juin 1997) Charles Nebster Leadbeater pratique l’occultisme. En 1883, il rejoint à Londres la Lodge of the Theosophical Society. Il voyage en Inde et au Sri Lanka où il assimile un nouvel enseignement de la magie.

 

La sincérité de l’Homme qui obéit au mal va jusque-là : il singe un respect de façade pour l’Église (il reste à proximité d’Elle, d’ailleurs) afin de masquer sa jalousie de ne pas être aussi humble, doux et miséricordieux qu’Elle ; et surtout, afin, aux yeux du monde, de s’attribuer à lui seul les fruits positifs de l’Église. Le premier des blasphèmes, c’est bien celui de se substituer à Dieu ! « Laissez votre identité être votre religion. » (Lady Gaga dans le journal Métro, n°2008, le 17 mai 2011, p. 3) ; « Je ne pouvais plus me contenter de ce Dieu d’amour qui faisait toujours le bien. Je voulais connaître le vrai dieu, le dieu couroucé qui punit. C’est pour ça que j’ai choisi la Fraternité Saint Pie X. » (David Berger, homosexuel attiré par le sadomasochisme et ancien clerc, dans le documentaire « Du Sollst Nicht Schwul Sein », « Tu ne seras pas gay » (2015) de Marco Giacopuzzi) ; etc. Les pastiches homosexuels de l’Église (à la sauce libertine dix-huitièmiste) sont légion dans les discours et dans le monde artistico-médiatique LGBT. Dans leurs œuvres, José Pérez Ocaña, Antonio Roig, Ronald Firbank, Pedro Almodóvar, Alberto Cardín, Nazario, utilisent abondamment l’imagerie catholique pour la pervertir à la sauce kitsch et camp. Le meilleur exemple de détournement blasphématoire mimétique (et sincère), c’est quand même à ce jour la congrégation des Sœurs de la Perpétuelle Indulgence, ces religieuses gays très maquillées qu’on voit souvent aux Marches des Fiertés. Cette confrérie parodique été créée à Castro en 1979 : les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence se sont auto-ordonnées, et se présentent comme les prêtresses travesties d’une religion profane anti-cléricale : « Nous sommes un ordre agnostique. » (une Sœur de la Perpétuelle Indulgence, dans le documentaire Et ta sœur (2011) de Sylvie Leroy et Nicolas Barachin) ; « Par les pouvoirs que nous nous sommes octroyés » (les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence, idem).

 

Une Soeur de la Perpétuelle Indulgence

Une Soeur de la Perpétuelle Indulgence


 

Les exemples de pastiches provocateurs de l’Église catholique fleurissent dans les festivals de cinéma LGBTI. Par exemple, dans le générique du 18e Festival « Chéries-Chéris » au Forum des Images de Paris, on voit un militant LGBT habillé en évêque, avec un tee-shirt « No Pasarán ».

 

Dans le docu-fiction « Les Majorettes de l’Espace » (1996) de David Fourier, la critique du Pape par rapport au préservatif est opérée sans détour : Jean-Paul II serait le responsable de la pandémie du Sida dans les pays du Tiers-Monde. Le réalisateur fait parler le portrait du Pape réduit à une marionnette de carton animée. On est parfaitement dans le pastiche de détournement, ici !

 

Vidéo-clip de la chanson "Je te rends ton amour" de Mylène Farmer

Vidéo-clip de la chanson « Je te rends ton amour » de Mylène Farmer


 

Beaucoup de personnes homosexuelles, par provocation adolescente, ricanent en moquant leurs quelques souvenirs d’enfance dévots, en s’imaginant faire l’amour avec Jésus ou un religieux. « Les journées de vacances ont passé ainsi, remplies de randonnées, de débats organisés ou informels, de projections de films et d’émissions de télévision sur le lesbianisme, de repas où nous nous attardions à table, raclant un fond de plat en déclarant avec allégresse : ‘Encore un que les hétéros n’ont pas eu !’ Ou parodiant des chansons, ou mieux encore, des cantiques, remis à jour pour les besoins de la cause. Celui qui m’a laissé le plus impérissable souvenir, c’est : ‘Je suis lesbienne c’est là ma gloire / Mon espérance et mon soutien / Mon chant d’amour et de victoire / Je suis lesbienne, je suis lesbienne.’ » (Paula Dumont, La Vie dure : Éducation sentimentale d’une lesbienne (2010), p. 240) Par exemple, Max Jacob appelle le Christ « Chéri » : « J’aime à sentir ton corps dans mes bras. » Il dira à Jean Cocteau : « Sois obstinément chrétien au travers des péchés, je t’en prie […] Crois-tu que les saints ne pèchent pas septante fois par jour ? » (Max Jacob cité dans le Dictionnaire gay (1994) de Lionel Povert, p. 277) Le Christ est pour l’écrivain Michel Bellin le concurrent idéalisé de sa mère : cette dernière lui semble trop focalisée « sur son Christ, oui, son Christ chéri, son époux de substitution, cet étrange voleur d’énergies » (Michel Bellin, Impotens Deus (2006), p. 98), et c’est sans doute la raison pour laquelle il a voulu jalousement être ordonné prêtre (il ne l’est plus depuis) : pour être le mari de sa mère… ou bien le mari de Jésus !

 

Certains ex-prêtres ou ex-fidèles vivant ensuite leur homosexualité au grand jour jouent les prophètes de ce qui, selon eux, est le « Véritable Évangile », l’Évangile « humaniste », plus proche des gens et de leurs réalités que l’Évangile du « Clergé d’en haut », en décrétant que « les homos » sont des créations de Dieu. Ils essentialisent, via une théologie de comptoir, l’homosexualité sous des prétextes divins, en faisant parler Dieu à sa place : « Moi, je voulais annoncer cette Bonne Nouvelle […] : Dieu nous aime ainsi, (homosexuels), parce que c’est ainsi qu’Il nous a créés, et Il l’a fait par pur amour. […] Et j’avais besoin de transmettre cette merveilleuse joie (‘Malheur à moi si je n’annonce pas l’Évangile’, disait Pierre de Tarse) à mes frères, à la société et au monde. » (cf. l’article « Doce Días De Febrero » de José Mantero, dans l’essai Primera Plana (2007) de Juan A. Herrero Brasas, p. 190) Ils détournent les belles vérités de la Bible pour justifier leurs fantasmes non conformes à l’Incarnation christique (toutes celles qui, sans leur citation complète, donnent à croire à la justesse de l’extinction de la raison et de l’Amour incarné : « Aime et fais ce que tu veux », « Ne juge pas et tu ne seras pas jugé », etc.) : « Mon engagement personnel consistait à m’accepter tel que je suis. Je ne pouvais pas me retenir davantage : je ne pouvais pas vivre dans le mensonge, je devais être libre et ce principe de liberté est celui qui se trouve dans la Bible. » (Antonio Toig, ex-carmélite, cité dans l’essai El Látigo Y La Pluma (2004) de Fernando Olmeda, pp. 297-298) Ils sont persuadés, dans leur erreur et leur rébellion, qu’ils sont meilleurs et plus concrètement aimants que les catholiques pratiquants, que leur libertinage et leurs actes blasphématoires les conduiront à la rédemption : « Les gens pensent que c’est de l’érotisme mais c’est stupide. C’est profondément religieux. » (Edwarda face au tableau de la jeune fille à la salle de bain de Balthus, dans le docu-fiction « Le Dos rouge » (2015) d’Antoine Barraud) ; « J’ai accueilli son sperme tiède dans ma bouche avec extase, comme une hostie. » (Denis Daniel, Mon théâtre à corps perdu (2006), p. 96) ; « Malgré la nudité de tous et de toutes, l’ambiance était, selon ce qu’on décrit ceux qui étaient présents ce soir-là, aussi spirituel que celui d’une église. […] La Licorería’ est devenue avec le temps un sanctuaire, où certaines nuits, en préparation d’une révolution mondiale future, ont lieu de mystérieux rites. » (cf. l’article « Crónica Auténtica De Lo Acontecido En Un Pub De Chueca Una Noche De Verano » dans l’essai Primera Plana (2007) de J. A. Herrero Brasas, pp. 123-124) ; etc. Par le blasphème, ils injurient le Seigneur et désobéissent à son Église… mais avec des étoiles dans les yeux.

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 

Code n°67 – Faux révolutionnaires (sous-codes : Révolution trahie / Rebelle / L’homo combatif face à l’homo lâche / Anti)

faux rév

Faux révolutionnaires

 

 

NOTICE EXPLICATIVE :

« Je veux faire comme tout le monde, mais à l’envers. » (cf. la chanson « Chemins de croix » du groupe Niagara)

 

Film "Pecadillo" de Royston Tan

Film « Pecadillo » de Royston Tan


 

La révolution homosexuelle n’a pas eu lieu et n’aura pas lieu. Je préfère vous prévenir. Les trois seules révolutions sexuelles – dignes de ce nom – que je connaisse, c’est le jour de la création de la différence des sexes aimante, le jour de la naissance de chacun de nous, et l’existence de Jésus-Christ. Le reste – dont la révolution homosexuelle, qui repose sur une pulsion et un fantasme, je le rappelle – , ce sont des révolutions de bazar, des modes éphémères, des châteaux de cartes, des fascismes ambulants qui se donnent des airs de Mère Teresa. Des chimères.

 
 

N.B. : Je vous renvoie également aux codes « Faux intellectuels », « Artiste raté », « Défense du tyran », « Homosexuels psychorigides », « Entre-deux-guerres », « Patrons de l’audiovisuel », « Milieu homosexuel paradisiaque », « Mère gay friendly », « Duo totalitaire lesbienne/gay », « Se prendre pour Dieu », « Bobo », « L’homosexuel riche / L’homosexuel pauvre », « Homosexuel homophobe », « Doubles schizophréniques », « Parodies de mômes », à la partie « Je suis un traître » du code « Homosexualité noire et glorieuse », à la partie « Aventurier » du code « Super-héros », à la partie « Le Bien par le mal » du code « Se prendre pour le diable », et au code « Inversion », dans le Dictionnaire des Codes homosexuels.

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 

 

PETIT « CONDENSÉ »

 

Le fantasme de Révolution chez les personnes homosexuelles

1- La révolution souriante

 

Film "Nés en 68" d'Olivier Ducastel et Jacques Martineau

Film « Nés en 68 » d’Olivier Ducastel et Jacques Martineau


 

Pour partir en croisade contre leurs ennemis (et surtout contre eux-mêmes !), bon nombre d’individus homosexuels décident de mener une révolution monumentale. Celle-ci va prendre deux principaux visages : une face euphorique, une autre agressive.

 

"Kissing" de Marseille, à l'automne 2012 à Marseille, par deux lycéennes

« Kissing » de Marseille, à l’automne 2012, par deux lycéennes « hétéros »


 

À l’époque de la Guerre froide, se déclarer à la fois révolutionnaire et homosexuel était chose difficilement possible et conseillée. À présent, les media ont réalisé le « rêve » de beaucoup de personnes homosexuelles : l’association des deux termes est devenue quasi obligatoire. Sur nos écrans de télévision et dans la presse, les critiques lèguent souvent aux sujets homosexuels des réputations d’anti-conformistes extraordinaires, de rebelles aux idées osées et à l’humour irrespectueux, d’intellectuels très engagés et ridiculisant les lieux communs du progressisme démocratique. Et le pire, c’est que beaucoup d’entre eux ont fini par croire en leur notoriété. « Moi je suis toujours pour changer les codes, quels qu’ils soient. Je suis contre toutes les institutions bourgeoises, quelles qu’elles soient. Vous savez, je suis né révolutionnaire, je mourrai probablement comme ça. J’ai un peu tété le lait de l’anarchie dans ma jeunesse. J’ai pas cessé de le faire. Je suis contre les discriminations. » (Pierre Bergé, actuel PDG de la revue Têtu, ami de François Mitterrand, et créateur de Yves Saint-Laurent, interviewé dans l’émission Culture et Dépendances sur la chaîne France 3 le 9 juin 2004). Maintenant, ils sont relativement nombreux à se dire ouvertement révolutionnaires. Mieux encore : ils affirment qu’« il y a de fortes chances pour qu’un homosexuel soit parmi les plus révolutionnaires des révolutionnaires » (H. P. Newton, ministre de la défense du Black Panther Party, cité dans l’essai Le Désir homosexuel (1972) de Guy Hocquenghem, p. 173).

 

La communauté homosexuelle magnifie le parcours de ses membres. Selon elle, tous les artistes homosexuels célèbres auraient fait « de brillantes études » (Michel Larivière, Dictionnaire des Homosexuels et Bisexuels célèbres (1997), p. 343), eu une « jeunesse éclatante » (cf. l’article « Oscar Wilde » de Jean-Philippe Renouard, dans le Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes (2001) de Didier Éribon, p. 501), et été de preux défenseurs de la démocratie. Elle tresse des couronnes et dresse des listes de personnalités admises au panthéon homosexuel dans des dictionnaires. Elle fait inlassablement les fonds de tiroirs pour trouver ses figures emblématiques dans l’Histoire humaine et reconstituer une Grande Famille homosexuelle. Mais, face à la noirceur de certaines œuvres artistiques ou vies, elle a de quoi s’arracher les cheveux ! « Comment trouver une image positive de l’homosexualité chez des artistes qui n’ont présenté que l’angoisse, la violence, la destruction, le désespoir, la peur ? » (cf. l’article « Francis Bacon » d’Élisabeth Lebovici, op. cit., p. 53) La recherche de l’héroïsme homosexuel n’est pas si évidente que cela… et pour cause : je crois que d’une part, le désir homosexuel pousse davantage les êtres humains à la bassesse qu’à la grandeur, et d’autre part, que « l’homosexuel » n’existe pas. C’est ce qui explique que les historiens gay partent à la chasse aux Grands Hommes « homosexuels » de la Seconde Guerre mondiale non sans une certaine inquiétude : « N’aurions-nous donc, pour cette période terrifiante de l’histoire, que des héros ‘négatifs’ ? » (Jean Le Bitoux, Les Oubliés de la mémoire (2002), p. 225) Ils nous présentent l’excuse de la rareté des témoignages et de l’absence de descendance chez les personnalités homosexuelles de l’époque pour attester de leurs exploits présumés. Par conséquent, ils ne peuvent que supposer des héroïsmes. « On peut formuler l’hypothèse que dans les maquis se trouvent aussi des jeunes dont l’orientation homosexuelle aura hâté l’entrée en clandestinité. […] Si la Résistance favorise l’émancipation de certaines jeunes femmes, on peut supposer que c’est aussi le cas pour certains homosexuels. » (cf. l’article « Résistance » de Corinne Bouchoux, dans le Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes (2001) de Didier Éribon, p. 403)

 

Personnellement, j’estime qu’il n’est pas nécessaire de se lancer dans des fouilles pseudo historiques pour prouver qu’il a existé par le passé, non pas « des homosexuels » ni des « personnes homosexuelles », mais des Hommes remarquables (… habités par un désir homosexuel plus ou moins durablement inscrit en eux). En revanche, la recherche désespérée des révolutionnaires visant à prouver par a + b que « les homos » n’étaient vraiment pas du côté des « salauds de fascistes » signale un fait très important : que certaines personnes homosexuelles sont les dernières à devoir encore s’en persuader, aux côtés de la poignée d’indécrottables personnes homophobes. À vouloir fuir à tout prix l’image stigmatisante du « héros homosexuel négatif », elles la justifient bien souvent dans une entreprise de béatification ratée.

 

Certains réalisateurs annoncent des lendemains chantants pour la communauté homosexuelle. Ils croient en une révolution homosexuelle grandiose, exprimée par leurs personnages de fiction. « Après la Révolution, on trouvera toutes le Grand Amour ! » exulte Karen dans le film « Sex Revelations » (1996) de Martha Coolidge. Au niveau associatif, les militants homosexuels présentent souvent la politique comme un champ de bataille « merveilleux » pour leurs victoires législatives futures. Leur principal slogan révolutionnaire repose sur l’idée de progrès. À leurs yeux, tout ce qui rompt avec la tradition est forcément juste et transcendant. Par leur utilisation de l’expression « jouir de ses droits », ils sous-entendent que l’obtention, même infime, de « droits pour les homosexuels » serait absolument géniale, même si, une fois exaucés, ils reportent leurs Everest ailleurs pour au final les bouder tous.

 

FAUX REV Pacs

 

Certains intellectuels homosexuels se plaisent à présenter la communauté homosexuelle comme un mouvement identitaire puissant, une famille ultra-soudée (cf. je vous renvoie au code « Milieu homosexuel paradisiaque » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels). Lassés des productions artistiques au message sinistre qu’ils avaient jadis construites eux-mêmes, ils créent sur papier ou sur pellicule des épopées extraordinaires où tout le monde rigole et applaudit, où les happy end parachèvent l’utopie, où l’homosexualité a forcément le dernier mot. Ils essaient de faire de la révolte de Stonewall une nouvelle prise de la Bastille, le déclenchement d’une révolution homosexuelle prometteuse. Quant aux personnes homosexuelles moins lettrées, elles ont tendance à se persuader qu’elles ne sont elles-mêmes et heureuses qu’entre les quatre murs du « milieu homosexuel ». Ceci est dû en général à l’influence de certains films visant à démontrer que la camaraderie homosexuelle est là à tout instant, que « les homos » sont d’infatigables fêtards, une bande de copains inséparables et toujours prêts à s’épauler dans l’épreuve.

 

Mais la première phrase de Dennis dans le film « Le Club des cœurs brisés » (2000) de Greg Barlanti vient nous ramener les pieds sur terre : « Je ne peux pas me décider à savoir si mes amis sont la meilleure ou la pire chose qui me soit arrivée. » Dans la réalité concrète, nous découvrons que la révolution homosexuelle n’est souvent qu’un joli concept romantique sorti des cerveaux des universitaires queer. Beaucoup de personnes homosexuelles n’aiment pas le collectif : c’est dommage, mais c’est souvent un fait. Les réunir autour de lieux-symboles, d’événements fédérateurs, de personnages emblématiques, de bars, d’associations, a souvent été particulièrement ardu. La majorité des militants associatifs vous le confirmeront, surtout les soirs ingrats de Gay Pride où, exténués, ils se forcent à sourire en disant que « ça a été une fois de plus un succès » alors que la joie est loin d’être dans tous les cœurs. La communauté homosexuelle constitue une famille turbulente dont la cohésion est bien plus une utopie sucrée marketing qu’une réalité. Si les personnes homosexuelles se retrouvent dans le « milieu », ce n’est pas vraiment par choix ni par engagement : elles viennent surtout consommer, trouver chaussure à leur pied, ou bien dans une logique d’adversité plus que d’unité. Même pour l’habitué des établissements gay friendly, l’entourage d’orientation sexuelle ne constituera jamais vraiment une seconde famille.

 

Le chanteur Emmanuel Moire pose un grand Acte de Solidarité contre l'homophobie (... dans son palais doré)

Le chanteur Emmanuel Moire pose un grand Acte de Solidarité contre l’homophobie (… dans son palais doré)


 

Quand les personnes homosexuelles utilisent le terme « révolution », il est en général plus à entendre dans le sens publicitaire de « mode » que d’un point de vue concret. Elles confondent la révolution avec la rébellion, avec l’image artistique qu’elles s’en sont faites. Chez elles, tout devient révolutionnaire à partir du moment où l’image violente ou déréalisante prévaut sur la Réalité. Le traitement du thème révolutionnaire sert presque uniquement de prétexte à filmer le corps musclé de l’homme prolétaire et ne relève pas d’une démarche clairement politique. La préoccupation des personnes homosexuelles pour la révolution est d’abord esthétique. En effet, pour elles, décrire avec passion les actions qu’elles voient, cela revient à les poser réellement. Elles s’imaginent qu’elles changeront le monde à coup de conditionnels, de synesthésies, et de larmes. « J’aimais d’instinct ce monde de la mer, ces hommes qui ne vivaient qu’auprès de la mer, des bateaux. Je voulais de tout mon cœur appartenir à ce monde-là, être en compagnie de ces hommes. Je pressentais que je saurais amarrer les bateaux, répondre à des ordres qu’on gueule, avoir ce visage buriné, ces rides ensoleillées, ces vêtements usés. Les premiers rêves de mon enfance ont été des rêves de marins. […] Je ne suis pas devenu marin. » (Philippe Besson, Son frère (2001), pp. 29-32) Elles préfèrent l’aventurier littéraire et libertin à l’aventurier réel. D’ailleurs, dans les œuvres homosexuelles, le personnage homosexuel est souvent associé à l’esthète bourgeois oisif, mis en opposition avec l’homme d’action communiste, son autre pendant homo-érotique. Dans les deux cas, nous retrouvons les deux visages d’une même révolution désincarnée (Je vous engage à lire mon livre Homosexualité sociale, publié aux éditions l’Harmattan en 2008, et dans lequel j’explicite le concept de révolution autour du pardon, le plus grand acte révolutionnaire qui soit ; ainsi que le code « Bobo » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels).

 
 

2 – Le mirage cynique de la révolution inversante

 

Film "The Raspberry Reich" de Bruce LaBruce

Film « The Raspberry Reich » de Bruce LaBruce


 

Quand la révolution que les sujets homosexuels défendent adopte un sourire qui n’est pas de circonstance, puisqu’il dissimule énormément de drames vécus au sein du « milieu homosexuel » et dans le vécu individuel de ses habitants, elle apparaît dans toute son horreur. Les talk show télévisés actuels, promettant un bonheur parfait aux personnes homosexuelles, correspondent rarement à la réalité, et causent bien des dégâts dans la vie des intervenants gay qui, par narcissisme ou inconscience, ont déballé leur « joie d’être homos/malheur d’être rejetés en tant qu’homos » devant les caméras (il finissent pour la plupart en dépression, abandonnés par leurs amis, séparés de leur compagnon de l’époque, démolis par leur(s) tentative(s) de suicide, etc.). La révolution festive homosexuelle a son cynisme et sa violence. Avant de les lâcher sur la place publique, la communauté homosexuelle dorlote ses porte-drapeaux, les décore, les épile, leur oxygène les cheveux, les place sur un char, leur ordonne d’être reconnaissants et d’arborer un visage de fierté afin de lui faire honneur. Les moins fragiles d’entre eux, ravis d’occuper pendant un quart d’heure le haut de l’affiche et de défendre une utopie collective, deviennent souvent des militants « agressivement heureux d’être gay ». C’est une manière comme une autre pour eux de se venger de leur propre naïveté.

 

Le "kissing" public homo = paradoxal geste d' "amour" agressif et militant

Le « kissing » public homo = paradoxal geste d’ « amour » agressif et militant


 
 

Aux yeux de beaucoup de personnes homosexuelles, la révolution est telle qu’on la leur a montrée dans les spots publicitaires : elle se réduit au silence du poète visionnaire incompris, à la rébellion, à l’anarchisme, au scandale, à la provocation, à l’anticonformisme, à l’irrespect des figures d’autorité, en somme, à tout ce que n’est pas la vraie révolution. La plupart des sujets homosexuels rentrent docilement dans l’archétype du bad boy qui n’existe que parce qu’il dit le « non » de l’enfant de trois ans à sa société. Dans le style faux révolutionnaire homosexuel, nous pouvons rencontrer par exemple le picaresque Oliver Twist du XIXe siècle (cf. le vidéo-clip de la chanson « Désenchantée » de Mylène Farmer), le rebelle underground de la Beat Generation, le loser belle-gueule du rêve américain, le hippie bisexuel Flower Power, le chanteur insolent de la vulgarité punk des années 1980-1990, l’artiste cocaïnomane et pornocrate de la Movida espagnole, l’écrivain cynique voyant dans le retrait social une démarche ultra-subversive, le journaliste barbu homo « anti-milieu » écrivant de temps en temps aux Inrock ou dans Minorités, etc. La révolution dont les intellectuels homosexuels parlent est prioritairement destruction. Guidés par la croyance manichéenne au mythe de la suppression totale du mal, il s’agit pour eux « de rayer, d’effacer l’infamie » (Pierre Bergé dans l’émission Culture et Dépendances, op. cit.) que la communauté homosexuelle aurait subie. L’utopie de l’éradication totale du mal, typique de la dialectique de la conquête chez les idéologies totalitaires, revient souvent dans leur argumentaire.

 

Étant donné que le mal dont ils découvrent que l’Homme est porteur ne peut être détruit par leurs propres efforts, beaucoup d’individus homosexuels vont faire semblant de renoncer à son extermination en proposant une version résignée, mais non moins orgueilleuse, de celle-ci : l’inversion (cf. je vous renvoie au code « Inversion » dans mon Dictionnaire des Codes homosexuels). Ce mot, qui définissait déjà les personnes homosexuelles du début du XXe siècle (on les appelait les « invertis »), remplace actuellement dans les discours celui de révolution : « les homosexuels » (et maintenant « les amoureux » tout court) seraient cette race d’Hommes dont le désir soi-disant révolutionnaire transformerait toute chose. Avec lui, « les choses se prennent à l’envers, par le revers. » (Néstor Perlongher, « La Fuerza del Carnavalismo » (1988), dans le recueil Prosa plebeya (1997), pp. 59-61). L’inversion s’exerce prioritairement sur la sexuation : le révolutionnaire par excellence est l’homme efféminé, le garçon manqué (cf. le dessin animé « Lady Oscar »), ou bien le transgenre/transsexuel. L’inversion carnavalesque homosexuelle consiste en une juxtaposition fusionnelle et imprévisible du féminin et du masculin, du bas et du haut, de ce qui est méprisé et de ce qui est consacré, ou bien en un retour de carte donnant l’illusion du changement de carte ou de la suppression de celle-ci. Beaucoup d’individus homosexuels s’imaginent qu’ils peuvent avoir leur supposé ennemi avec ses armes, en rentrant dans son jeu et en se jouant de lui par la technique de la contrefaçon inversante. Mais dans les faits, leur inversion n’est qu’un pastiche de révolution, qu’un échange de déguisements entre victime et bourreau fictionnels (Pensez par exemple au retournement du fouet de la sentence dans le vidéo-clip de la chanson « Pourvu qu’elles soient douces » de Mylène Farmer, fortement chargé esthétiquement), et non un changement concret d’identités et de réalités. Leur « retournement stratégique » (Michel Foucault, « Non au Sexe Roi », dans Dits et Écrits II (2001), p. 261) n’est pas si « stratégique » qu’ils le disent, puisqu’il est davantage esthétique que réel. En croyant échapper au totalitarisme par l’inversion, beaucoup de personnes homosexuelles ne font qu’imiter ce qu’elles prétendent évincer puisqu’elles auront amorcé leur réaction d’opposition en négatif de la réaction première ou supposée des autres. Dans leur cas, au lieu de « révolution », je parlerais plutôt de copiage inconscient, car excessivement motivé par l’intention de fuir l’objet d’aliénation, fruit la plupart du temps de leurs propres fantasmes. Par exemple, puisque pour certaines, l’interdiction est en soi mauvaise, inversement, elles vont soutenir que tout ce qui est interdit est juste, ou bien qu’il est interdit d’interdire. « Il est bon d’être sale et barbu, de porter des cheveux longs, de ressembler à une fille lorsqu’on est un garçon (et vice versa). Il faut mettre ‘en jeu’, exhiber, transformer et renverser les systèmes qui nous ordonnent paisiblement. » (idem, p. 1061) Mais elles restent ainsi à leur proie tout entières attachées. L’anti-conformisme est souvent un conformisme qui s’ignore, étant donné qu’il se focalise davantage sur sa volonté sincère de détruire que sur l’acte de destruction. Les idéologies de « l’Anti » (l’anti-hétérosexualité, l’anti-homophobie, l’anti-fascisme, etc.), dont la communauté homosexuelle est friande, sont généralement celles de l’idolâtrie, du mimétisme spéculaire dont parle si souvent René Girard. C’est pourquoi la dictature « mol-pensante » (Alain Minc, Épîtres à nos nouveaux Maîtres (2002), p. 98) homosexuelle rejoint souvent la dictature bien-pensante tant haïe, comme l’illustre le révolutionnaire communiste homosexuel Valentín dans le roman El Beso De La Mujer-Araña (Le Baiser de la Femme-Araignée, 1976) de Manuel Puig : « Je… parle beaucoup mais… mais au fond ce qui… continue de me plaire, c’est que… je suis pareil à tous ces fils de pute de réactionnaires qui ont tué mon camarade. Je suis comme eux, tout pareil. » (p. 142)

 
 

3 – La Révolution ratée

 

FAUX REV Spirit of 69

 

Trahies par le surplus de confiance qu’elles font à leurs intentions anti-totalitaristes, beaucoup de personnes homosexuelles découvrent parfois avec effroi qu’elles imitent inconsciemment leurs ennemis – intellectuels, scientifiques, religieux, sociaux, et bourgeois – en cherchant à les fuir pour mieux les déifier. Sans réellement réaliser pourquoi leur désir homosexuel trompe leurs utopies politiques, elles traitent avec grand cynisme des faux révolutionnaires et des révolutions trahies. Elles se demandent parfois comment elles en sont arrivées à intérioriser l’opprobre qu’elles ont/auraient subi, par quel mystère elles ont pu confondre la révolution avec la dictature – notamment celle de gauche : le castrisme, le stalinisme, le maoïsme, le socialisme –, et à se soumettre aux modèles sociaux qu’elles prétendaient combattre de tout leur cœur (cf. Wilhem Reich, La Fonction de l’orgasme, 1970). « Comment expliquer que le désir se livre à des opérations qui ne sont pas des méconnaissances, mais des investissements inconscients parfaitement réactionnaires ? » (Gilles Deleuze et Félix Guattari, L’Anti-Œdipe (1972-1973), p. 306) La réponse est simple : comme l’enfer est pavé de bonnes intentions, c’est-à-dire d’une sincérité non suivie des actes, et que le désir homosexuel pratiqué éjecte le socle du Réel qu’est la différence des sexes, il arrive qu’une idéologie révolutionnaire pétrie de jolies valeurs et d’idéaux humanistes comme l’est l’idéologie pro-droits-homos bascule très vite dans le totalitarisme, car elle ne se voit plus agir, vu qu’elle passe son temps à se regarder aimer, ressentir, sans tenir compte du Réel.

 
 

GRAND DÉTAILLÉ

 

FICTION

 
 

a) On annonce le personnage homosexuel comme un grand « révolutionnaire » :

Très souvent les fictions traitant d’homosexualité aborde le thème de la révolution : la pièce La Revolución (1972) d’Isaac Chocrón, le film « Shôjo Kakumei Utena : Adolescence Mokushiroku » (« Utena, la Fillette révolutionnaire », 1999) de Kunihiro Ikuhara, le téléfilm Fiertés (2018) de Philippe Faucon, la chanson « Réveiller le Monde » de Mylène Farmer, la chanson « Réévolution » d’Étienne Daho, la chanson « Ma Révolution » de Jenifer, le spectacle « Révolution » (2013) de Rebeka Brown, le film « Good Morning England » (2009) de Richard Curtis (avec l’équipe très queer de Radio Rock), la chanson « Ma Révolution » de Cassandre, le roman Quand nous étions révolutionnaires (2013) de Roberto Ampuero, etc.

 

B.D. "Kang" de Copi

B.D. « Kang » de Copi


 

On nous annonce les personnages homosexuels comme la fine fleur de la modernité. « Un homme vint me serrer la patte, me félicitant pour mon éloquence et une vieille hippie se mit à chanter s’accompagnant d’une guitare quelques mélopées afro-indiennes. » (Gouri, le rat homosexuel, dans le roman La Cité des Rats (1979) de Copi, p. 104) ; « C’est nous qui lançons la mode. Nous, les blacks et les gays. » (Maria, la prostituée, s’adressant à Jane, l’héroïne lesbienne, dans le roman The Girl On The Stairs, La Fille dans l’escalier (2012) de Louise Welsh, p. 165) ; etc. Par exemple, dans la comédie musicale Chantons dans le placard (2011) de Michel Heim, la chanson « Comme ils disent » de Charles Aznavour est présentée comme une œuvre « vraiment engagée ». Dans le film « I Love You Phillip Morris » (2009) de Glenne Ficarra et John Requa, on fait passer Steven pour un héros-martyr. Dans le film « In & Out » (1997) de Frank Oz, tout un amphi d’université finit par avoir le courage de se lever pour défendre Howard, le prof homosexuel bafoué, et pour dire qu’il « est gay » (une sorte de parodie sincère du fameux « Ô Capitaine mon Capitaine ! » du « Cercle des Poètes disparus »). Et le film postiche « Servir et protéger », traitant d’une intrigue homosexuelle, reçoit une pluie d’Oscars à Hollywood. Dans le film « Imitation Game » (2014) de Mortem Tyldum, Alan Turing, le mathématicien homosexuel insupportable et misanthrope, est présenté comme un génie (« un prodige des mathématiques ») qui aurait sauvé 14 millions de vies pendant la Seconde Guerre mondiale parce qu’il aurait cassé à lui seul Enigma, un programme de guerre nazi. Il serait parvenu à déchiffrer l’Indéchiffrable. Il aurait fait reculer la Guerre de deux ans.

 

Dans la série Sex Education (2019) de Laurie Nunn, Otis le héros hétéro va voir la comédie musicale Hedwig and the Angry Inch et offre une place à Éric son meilleur ami gay pour son anniversaire (c.f. épisode 5 de la saison 1) : ils s’y rendent tous les deux travestis en femmes. Otis célèbre ce navet théâtral et cinématographique comme « une véritable icône dans la communauté LGBTQI », et son amie Ola dit qu’« elle adore ce film ». Plus tard, Éric est applaudi par son propre père homophobe comme un héros (c.f. épisode 7 de la saison 1). Que fait-il ? Aide-t-il les autres ? Sauve-t-il des vies ? Pas du tout : il ose juste se déguiser publiquement en femme dans son lycée et affronter le regard des autres : « C’est le courage de mon fils qui me donne des leçons. »
 

Tout le film « Pride » (2014) de Matthew Warchus associe lutte ouvrière et lutte gay, ou bien communauté « hétéro » et communauté LGBT, comme si le fait d’avoir fait fusionner les mondes que tout séparerait relevait du miracle : « On écrit l’histoire. Gays et hétéros ensemble ! » (Dai, le père de famille gay friendly) Dans ce film démagogique et anachronique, les membres gays friendly du village de mineurs gallois qu’un groupe de militants LGBT a aidé, tressent des couronnes à leurs compagnons homos (tels que Joe, par exemple) : « Tout un village gallois pense que Joe est un héros. » (Sian, la villageoise universitaire s’adressant à la mère homophobe de Joe)

 

Dans le docu-fiction « 120 battements par minute » (2017) de Robin Campillo, on nous présente les militants homos d’Act-Up comme de courageux révolutionnaires qui font éruption dans les soirées cocktail bourgeoises, pour bousculer l’ordre établi. Le réalisateur entend nous prouver que le sexe serait révolutionnaire, ou bien encore la violence et la colère… Les scènes de sexe entre Thibault et Nathan se juxtaposent à l’happening du cocktail.
 

Le héros homosexuel s’annonce aussi lui-même comme un révolutionnaire. « ¡Viva la Revolución ! » (Zamba, le travesti M to F du film « 30° couleur » (2012) de Lucien Jean-Baptiste et Philippe Larue) ; « Je voudrais une Révolution. » (cf. la chanson « Bastille Day » des Valentins) ; « Mon vieux hippie, je vous adore toujours ! » (L. s’adressant à Hugh, dans la pièce Le Frigo (1983) de Copi) ; « Mon Cachafaz, mon doux trésor, faisons la révolution ! » (Raulito parlant à son amant Cachafaz, dans la pièce Cachafaz (1993) de Copi) ; « Finalement, on a réussi. » (Citron s’adressant à Radmilo pendant dans première Gay Pride à Belgrade en 2010, dans le film « La Parade » (2011) de Srdjan Dragojevic) ; « Elia Kazan est un génie. » (Roger dans la biopic « Life » (2015) d’Anton Corbijn) ; etc.

 

Par exemple, dans son one-man-show Elle est pas belle ma vie ? (2012), Samuel Laroque compare la première Gay Pride à la Révolution Française de 1789. Dans la comédie musicale HAIR (2011) de Gérôme Ragni et James Rado, l’objectif premier de Sheila est de « propager la Révolution ». Dans le roman L’Hystéricon (2010) de Christophe Bigot, l’oisiveté et le cloisonnement des héros « hétéros et homosexuels de salons » s’opèrent dans un climat brûlant de révolte sociale et de grèves alentours… et pourtant, ils ont l’impression que ce sont eux les vrais révolutionnaires : « Tu n’imagines pas, c’est le monde à l’envers. La vraie révolution, c’est ici qu’elle a lieu. » (Amande, p. 420) Dans la pièce Soixante degrés (2016) de Jean Franco et Jérôme Paza, Rémi, le héros bisexuel, porte un sweat du Che Guevara, se dit attiré par le bouddhisme et les philosophies orientales. Dans le film « Vita et Virginia » (2019) de Chanya Button, Virginia Woolf écrit en 1929 une autobiographie, Orlando, qu’elle présente comme « une Révolution ».

 

Les protagonistes homosexuels s’expriment souvent à coup de slogans (identitaristes ou sentimentalistes) publicitaires, centrés sur la « réalisation de soi par soi-même » ou sur l’opposition de principe : « Moi, je dis que le vrai défi, c’est d’être soi-même ici et maintenant. » (Vincent, le héros homosexuel du téléfilm « À cause d’un garçon » (2001) de Fabrice Cazeneuve)

 

Jenifer, la nana qui défend l'amour alors qu'elle ne croit pas en l'Amour...

Jenifer, la nana qui défend l’amour alors qu’elle ne croit pas en l’Amour (cf. photo d’Olivier Ciappa)


 

C’est la raison pour laquelle ils ont tendance à prendre pour modèle d’action « révolutionnaire » et d’affirmation de soi la femme féministe indépendante, qui veut s’affranchir de son sexe, qui est « mère toute seule », qui a un désir machiste, qui est parfois lesbienne : « Jane Randolph a 24 ans. Elle a toujours été révolutionnaire. Elle est pour la révolution sexuelle. Elle est d’une famille bourgeoise ; des gens pas très riches, mais tu sais, à l’aise. Toute son enfance et sa jeunesse, elle a souffert de voir ses parents se détruire mutuellement. Avec son père qui trompait sa mère, tu vois ce que je veux dire… Et la mère passait son temps à le critiquer devant sa fille, elle passait son temps à se poser en victime. […] Elle a été élevée pour faire une femme d’intérieur. Leçons de piano, de français, de dessin ; et à la fin du lycée, université catholique. […] Là, elle a connu un garçon, ils sont tombés amoureux et ils ont eu une liaison. […] Et le garçon voulait se marier. Mais Jane ne voulait retomber dans aucun vieux schéma, elle se méfiait. Elle s’est fait avorter une fois. Cela l’a affermie davantage, au lieu de la déprimer. Elle a vu clairement que si elle avait un enfant, cela l’empêcherait de mûrir, d’évoluer. Sa liberté resterait limitée. » (Molina, le héros homosexuel du roman El Beso De La Mujer-Araña, Le Baiser de la Femme-Araignée (1979) de Manuel Puig, pp. 47-49) ; « Je suis complètement indépendante et je fais l’inverse de ce qu’on me dit de faire. Vivo al revés. Je vis à l’envers. » (Alba, l’héroïne lesbienne de la pièce Se Dice De Mí (2010) de Stéphan Druet) ; « Les voisines disaient qu’elle était devenue un homme. Elles avaient raison. Ma mère faisait sa révolution. Elle se libérait. Retrouvait sa jeunesse. Et pour cela, elle avait besoin de détruire notre monde, le centre de notre monde : mon père. » (Omar, le héros homosexuel du roman Le Jour du Roi (2010) d’Abdellah Taïa, pp. 34-35) ; « Max, pour combien t’es juif, résistant, homosexuel et communiste ? » (Léon dans le le film « La Folle Histoire de Max et Léon » (2016) de Jonathan Barré) ; etc. Cette femme se propose en général de reproduire le péché d’Ève : celui de « vouloir un enfant toute seule », ou bien d’être vierge sans être mère. « Je deviens mère mais je reste une femme libre. » (Isabelle, la mère-porteuse-prostituée de la pièce Le Fils du comique (2013) de Pierre Palmade)

 
 

b) Le personnage homosexuel est un rebelle, joue les durs :

Vidéo-clip de la chanson "Désenchantée" de Mylène Farmer

Vidéo-clip de la chanson « Désenchantée » de Mylène Farmer


 

Vestimentairement et au niveau des attitudes, certains personnages homosexuels rentrent dans la peau de l’image stéréotypée du « rebelle » désobéissant, bref, dans ce qu’ils imaginent être la rebellitude : cf. le roman La Rebelle (2004) de Benoît Duteurtre, le film « Furyo » (1983) de Nagisa Oshima (avec le soldat inflexible joué par David Bowie), le film « My Beautiful Laundrette » (1985) de Stephen Frears (avec le personnage de Johnny), le film « Rebel Without A Cause » (« La Fureur de vivre », 1955) de Nicholas Ray, le vidéo-clip de la chanson « Désenchantée » de Mylène Farmer, la chanson « Rebel Rebel » (1974) de David Bowie, la chanson « Éternel Rebelle » de la Groupie dans la comédie musicale La Légende de Jimmy (1992) de Michel Berger, le film « Le Rebelle » (1980) de Gérard Blain, le vidéo-clip de la chanson « Who’s That Girl ? » de Madonna, le vidéo-clip de la chanson « Hasta Siempre » de Nathalie Cardone, le film « Jacquou le Croquant » (2007) de Laurent Boutonnat, le film « Les Rebelles du dieu Néon » (1992) de Tsai Ming-liang, le film « Thelma et Louise » (1991) de Ridley Scott, le film « L’Équipée sauvage » (1953) de Lazlo Benedek (avec Marlon Brando dans la peau de Johnny), la chanson « En rouge et noir » de Jeanne Mas, le film « Rimbaud Verlaine » (1995) d’Agnieszka Holland, le film « Rebelles » (2003) de Léa Pool, le one-woman-show Vierge et rebelle (2008) de Camille Broquet, la série télévisée « La Forja De Un Rebelde » (1951) d’Arturo Barea, « Young Soul Rebels » (1991) d’Isaac Julien, la pièce Les Fugueuses (2007) de Pierre Palmade (avec Claude, « la rebelle des Glaïeuls »), le film « New Wave » (2008) de Gaël Morel (avec Romain, « le rebelle »), la pièce La Tragi-comédie de Don Cristóbal et Doña Rosita (1936) de Federico García Lorca (avec Doña Rosita, la femme rebelle), le film porno « 100% Wesh » (2010) de Citébeurs (avec « Jawel le Rebelle »), l’album Rebel Heart de Madonna, le roman Le Diable emporte le fils rebelle (2019) de Gilles Leroy, etc.

 

« Je suis un bébé très rebelle. » (Vanina, la protagoniste lesbienne de la pièce Mi Vida Después (2011) de Lola Arias) ; « On a été rebelles, nous aussi. » (le père d’Ati, l’héroïne lesbienne, dans le film « Circumstance », « En secret » (2011) de Maryam Keshavarz) ; « Nous, les tantes, nous sommes résistantes. » (les personnages homosexuels de la comédie musicale Chantons dans le placard (2011) de Michel Heim) ; « J’ai été élevée dans l’orthodoxie juive, moi, et parfois, j’ai besoin d’afficher un symbole clair de rébellion. […] J’ai commencé à marcher, en femme indépendante que je suis. » (Ronit, l’héroïne lesbienne du roman La Désobéissance (2006) de Naomi Alderman, p. 91) ; « À sa façon, quelque peu vague et enfantine, Stephen [l’héroïne lesbienne] s’était rebellée contre la vie et cela rétablissait à ses yeux sa dignité personnelle. » (Marguerite Radclyffe Hall, The Well Of Loneliness, Le Puits de solitude (1928), p. 22) ; « Dites-moi… Qu’est-ce qui fait de vous la rebelle de la famille ? » (Agnès, l’héroïne lesbienne s’adressant à sa future amante, Marie, dans le film « Pièce montée » (2010) de Denys Granier-Deferre) ; « Ces fachos me font pas peur ! » (Dany, le héros homosexuel du film « Xenia » (2014) de Panos H. Koutras) ; « À bas la société bourgeoise ! » (Carole, l’héroïne lesbienne à poil au balcon, dans le film « La Belle Saison » (2015) de Catherine Corsini) ; etc.

 

Par exemple, dans la pièce Les Virilius (2014) d’Alessandro Avellis, les Virilius, parodie des Hommens (version puceaux homosexuels refoulés), s’annoncent comme des supers rebelles : « Les Sentinelles, c’est un truc de passifs. » (Jean-Paul) ; « Nous, jeunes étudiants progressistes ! » (Jean-Marc, homosexuel) ; « J’étais jeune dissident rebelle. » (Jean-Jacques, l’amant secret de Jean-Marc, et la tête du mouvement) ; etc. Dans son one-man-show Tout en finesse (2014), Rodolphe Sand dépeint les différentes catégories d’homos qu’il a identifiées dans la communauté LGBT , dont « les rebelles homos ». Dans le film « 20 ans d’écart » (2013) de David Moreau, Vincent Khan, le boss homo et pédant de la revue de mode féminine intitulée Rebelle est homo… et quand il voit son assistante Alice se dévergonder avec un petit jeune, il la félicite de sa rébellion :« T’as l’esprit rebelle. C’est ça que j’aime. »

 

La rébellion suit davantage une logique esthétique, orgueilleuse ou intentionnelle qu’un désir d’action concrète : « J’ai envie d’amour et d’être belle, c’est pour ça qu’on m’appelle rebelle, rebelle, rebelle. » (cf. la chanson « Rebelle » de Cindy dans la comédie musicale Cindy (2002) de Luc Plamondon) ; « Chrysanthème, rebelle plus que lesbienne » (Océane Rose Marie dans son one-woman-show La Lesbienne invisible, 2009) ; « Moi qui suis mi-voyou, mi-voyelle. » (cf. la chanson « Celles qui aiment elles » de Marie-Paule Belle) ; etc. Par exemple, dans le film « Un autre homme » (2008) de Lionel Baier, est prôné le « plaisir de désobéir ». Dans le film « Fried Green Tomatoes » (« Beignets de tomates vertes », 1991) de John Avnet, Idgie est la femme lesbienne insoumise, incorrecte, rebelle et indépendante. Dans la série Demain nous appartient, à l’épisode 87 diffusé sur TF1 le 14 novembre 2017, Sara Raynaud, l’héroïne bisexuelle, porte un tee-shirt « Belle et Rebelle ».

 
 

c) Le personnage homosexuel s’oppose par principe à tout, en adoptant l’idéologie de l’Anti :

Les héros homosexuels pratiquants ont tendance à appréhender la révolution non pas sous l’angle de la proposition réaliste mais bien sous l’angle de la proposition angéliste et de la contestation de principe. Ils sont « anti » et « contre », parce que ça fait joli, ça fait fort, ça fait déterminé, ça fait réel : cf. la pièce Antigone (1922) de Jean Cocteau, la pièce Les Anticlastes (1886-1888) d’Alfred Jarry, le poème « Non » (1915) de Gertrude Stein, la pièce Wrong (1993) de Dennis Cooper, les chansons « Maman a tort » et « La Poupée qui fait non » de Mylène Farmer, la pièce Contradanza (1980) de Francisco Ors, la pièce Antiphon (1958) de Djuna Barnes, le film « Antibodies » (2005) de Christian Alvart, l’album « En vert et contre tout » de Véronique Rivière, la chanson « À contre-courant » d’Alizée, la chanson « A contrapié » de Marta Sanchez, le film « Mathi(eu) » (2011) de Coralie Prosper (avec le cours sur les antonymes), le film « Contre-chaos » (2006) de Jérôme Legoff, le film « Contracorriente » (2009) de Javier Fuentes-Leon, la chanson et l’album « Désobéissance » de Mylène Farmer, le film « Les Crevettes pailletées » (2019) de Cédric le Gallo et Maxime Govare (avec l’écriteau « Anti » dans les buts de water-polo), etc.

 

« Je dis non, je dis non, je dis non, je dis non. » (cf. la chanson « Porno graphique » de Mylène Farmer) ; « Normalement, devrait y avoir en tout pédé un potentiel énorme de révolte, largement de quoi baser la Carole et faire disjoncter le système. […] On est dangereux, pour la Carole, dangereux, par nature, parce qu’on est ce qu’on est… » (Vincent Garbo, le héros homosexuel du roman éponyme (2010) de Quentin Lamotta, p. 177) ; « Vous êtes contre beaucoup de choses… mais vous êtes pour quoi ? » (Question posée à Harvey Milk dans le film éponyme (2009) de Gus Van Sant) ; etc.

 

Par exemple, dans la pièce My Scum (2008) de Stanislas Briche, les héros queer défendent leur manifeste des « anti-sexe », autrement dit des « anti-sexuation ». Dans le film « Ma vraie vie à Rouen » (2002) d’Olivier Ducastel et Jacques Martineau, les protagonistes participent à la manif anti-FN suite à la victoire de Jean-Marie Le Pen au premier tour des présidentielles en 2002 en France. Dans le roman Gaieté parisienne (1996) de Benoît Duteurtre, le héros homosexuel, Nicolas, est directeur de la revue Anti-Pouvoirs. Dans le film « La Vie d’Adèle » (2013) d’Abdellatif Kechiche, Adèle défile avec la CGT contre la privatisation de l’enseignement public, et chante « On lâche rien » ; puis, une fois en couple avec Emma, elle s’excitera à la Gay Pride parisienne.

 

Au bout du compte, la plupart des héros homosexuels finissent par devenir ce qu’ils reprochent aux autres, car à force de ne pas vouloir être comme les autres (alors que les autres sont une part d’eux), ils les imitent. Concrètement, l’« idéologie de l’Anti » est mimétique, est une soumission, même si en intentions, elle se rêve comme une rupture, une indépendance extraordinaire. Beaucoup de personnages homosexuels adoptant comme mode d’existence « l’anti » manquent totalement de personnalité (ils s’adaptent excessivement et obsessionnellement à ce contre quoi ils prétendent s’opposer) et deviennent cet homme « si transparent qu’on peut s’y voir dedans » décrit par Doriand dans sa chanson « Manque de personnalité » : « Je suis tout ce que je ne suis pas. » Ils sont même souvent sur le point de recréer un nouveau fascisme en prétendant éradiquer les anciens fascismes historiques. « En fait, rebondit Polly, t’es en train de nous dire qu’il y a autant de personnels armés en France que de gays et de lesbiennes ? Si je suis ton raisonnement, on pourrait faire une révolution gays-lesbiennes contre les uniformes armés, pour obtenir le pouvoir ? » (Polly, l’héroïne lesbienne, s’adressant à son meilleur ami gay Simon, dans le roman Des chiens (2011) de Mike Nietomertz, p. 30) Par exemple, dans la pièce Nietzsche, Wagner, et autres cruautés (2008) de Gilles Tourman, la pensée anti-totalitaire de Nietzsche est inconsciemment présentée comme le miroir inversé de la pensée nazie : c’est la raison pour laquelle la figure de Goebbels dit de Nietzsche qu’« il aurait fait un excellent nazi ».

 
 

d) Le personnage homosexuel échoue sa révolution :

Film "Salo ou les 120 journées de Sodome" de Pier Paolo Pasolini

Film « Salo ou les 120 journées de Sodome » de Pier Paolo Pasolini


 

Finalement, après s’être excité pour ses fantasmes de révolté et des mirages télévisuels, le héros homosexuel découvre la vanité de ses combats (identitaires, amoureux, politiques, etc.), de son action militante, de sa fuite du Réel. Très souvent dans les oeuvres homo-érotiques, il est question des révolutions ratées ou trahies : cf. la pièce Une rupture d’aujourd’hui (2007) de Jacques-Yves Henry, la fin du vidéo-clip de la chanson « Désenchantée » de Mylène Farmer (où la fuite au désert après la mutinerie se révèle un fiasco), la fin du film « Teorema » (« Théorème », 1968) de Pier Paolo Pasolini (qui est un cri de l’homme nu face au vide désertique de son combat existentiel), le film « Voyage à Niklashausen » (1970) de Rainer Werner Fassbinder, le roman El Anarquista Desnudo (1979) de Luis Fernández, la pièce Howlin’ (2008) d’Allen Ginsberg (avec l’allusion déçue au marxisme et au communisme), le film « Deutschland Im Herbst » (« L’Allemagne en automne », 1978) de Rainer Werner Fassbinder, le film « OSS 117 : Rio ne répond plus » (2009) de Michel Hazanavicius (avec les hippies bisexuels), etc. « Le feu vert s’éclaira et le taxi redémarra. Ils passèrent devant Rosa-Luxemburg-Platz et Jane pensa à Rosa tombant dans l’eau. Était-elle déjà morte lorsqu’ils l’avaient jetée dans le canal ? » (Jane, l’héroïne lesbienne du roman The Girl On The Stairs, La Fille dans l’escalier (2012) de Louise Welsh, p. 36)

 

Dans la pièce Sugar (2014) de Joëlle Fossier, Georges, le héros homosexuel face aux résistances de Pierre l’hétérosexuel (qui s’obstine à être gêné par le « mariage pour tous »), se montre inquiet concernant la montée de « l’homophobie » en France : « Comme quoi, 3 ou 4 décrets, c’est pas suffisant pour assurer notre liberté du jour au lendemain. » Dans son one-man-show Bon à marier (2015), Jérémy Lorca rentre dans la peau d’une actrice vieillissante qui fait des publicités, Marie-Astrid : « Dans ‘Autant en emporte le vent’, en 1939, c’est moi qui faisais le vent. » Il se moque de sa prétention à vouloir jouer la militante… alors qu’elle se contente de faire une publicité pour le cassoulet : « J’veux faire que des choses engagées. » Dans la pièce Drôle de mariage pour tous (2019) de Henry Guybet, le personnage libertin de Mireille à la fois encense mai 1968 (« Ceux qui ont connu cette période voyageaient sur les nuages. ») et décrit ceux qui l’ont vécu comme des lâches (« Vous êtes une génération de révolutionnaires qui n’ont jamais su faire la Révolution ! »).

 

La révolution proposée par le héros homosexuel reste cantonnée dans le domaine du pictural (radicalisé) : « La révolution, harmonie de la forme et de la couleur. » (Frida Kahlo dans la pièce Attention : Peinture fraîche (2007) de Lupe Velez) ; « On demande du changement. On obtient la révolution ! » (une cliente du salon de coiffure mécontente, dans le film « La Confusion des genres » (2000) d’Ilan Duran Cohen) ; etc.

 

Par exemple, dans le film « Pride » (2014) de Matthew Warchus, pour se justifier face aux journalistes d’avoir annexé arbitrairement tout un village de mineurs gallois avec son association LGBT, en vue de défendre les droits des mineurs en même temps que les droits homos, Mark, dit sur le ton de l’humour : « Ils créent avec le charbon l’électricité qui me permet de prendre mon pied sur du Bananarama ! » En réalité, Mark a tout du faux héros qui n’a rien maîtrisé de l’euphorie qui l’entoure ou de l’élan du mouvement homosexuel qu’il a lancé : « Je ne sais pas à quoi ça rime de défendre les droits gays… mais je le fais quand même pour les autres. » À la fin du film, le spectateur découvre que Mark n’a eu quasiment que le mérite d’avoir été un agitateur, et d’être mort jeune du Sida (à l’âge de 27 ans). Dans le film « Marguerite » (2015) de Xavier Giannoli, Kyril, le dandy anarchiste maniéré avec son monocle, prétend vouloir « brûler tous les bourgeois ». Il organise des spectacles scandaleux qui se finissent en baston.

 

FAUX REV laGayRevolution

 

Dans les œuvres homo-érotiques, le thème révolutionnaire sert presque uniquement de prétexte à filmer le corps musclé de l’homme prolétaire, à se rincer l’œil et à se faire (sensuellement et génitalement) du bien, à baiser tranquille, à s’auto-contempler narcissiquement : cf. le film « Far West » (2003) de Pascal-Alex Vincent, le film « Du sang pour Dracula » (1972) de Paul Morrissey, le vidéo-clip de la chanson « Cargo de nuit » d’Axel Bauer, le film « RTT » (2008) de Frédéric Berthe (avec Peyrac tombant sous le charme du beau mécanicien), etc. « La muscu a révolutionné ma vie ! » (Stéphane, le héros homosexuel de la pièce Confidences (2008) de Florence Azémar) ; « Ce jardinier, on le dirait sorti d’un calendrier des Dieux du Stade. » (Tom, le héros homosexuel en parlant de son futur amant qui le fait fantasmer, Louis, le jardinier sexy de la pièce La Famille est dans le pré (2014) de Franck Le Hen) ; « Si tu veux faire le potager tout nu, tu le fais. » (Graziella s’adressant à Louis, idem) ; etc.

 

Par exemple, dans le film « Que Viva Eisenstein ! » (2015) de Peter Greenaway, Sergueï Eisenstein, homosexuel, « refait la Révolution russe en film » (selon Alexandrov). Plus tard, quand il se fait sodomiser par son amant et guide Palomino, ce dernier lui plante un drapeau rouge dans le cul après l’avoir dépucelé : la sodomie homosexuelle est présentée comme une révolution.
 

La Révolution a été confondue avec l’inversion (or l’inversion n’est pas la suppression de la carte qu’on prétend détruire mais simplement un retournement de la même carte) : cf. le film « Hôtel Woodstock » (2009) d’Ang Lee ; etc. « La secrétaire modèle qui se transforme en furie syndicaliste » (Joëlle décrivant ironiquement Nadège dans le film « Potiche » (2010) de François Ozon) Je vous renvoie au code « Inversion » du Dictionnaire des Codes homosexuels.

 

Le héros homosexuel est en réalité un faux révolutionnaire qui ne veut de la révolution que la réputation, que l’image et les paillettes : pas l’action (constructive) ni ses contraintes. Il s’est installé dans le doux confort du militantisme à distance, en choisissant deux maîtres que tout – ou presque – oppose et qu’il ne pourra jamais servir bien entièrement : l’effort et la facilité. « Vous vous prenez pour des révolutionnaires ?!? Mais vous êtes juste des glandeurs ! » (une réplique du film « Nés en 68 » (2008) d’Olivier Ducastel et Jacques Martineau) ; « Sous vos airs révolutionnaires, vous n’avez pensé qu’à vivre comme un bourgeois. » (Nietzsche s’adressant à Wagner, dans la pièce Nietzsche, Wagner, et autres cruautés (2008) de Gilles Tourman) ; « Je suis pour le communisme, je suis pour le socialisme, et pour le capitalisme. » (cf. la chanson « L’Opportuniste » du groupe Indochine) ; « J’avoue : je me suis trompée ! J’ai dépensé des millions à te vouloir excentrique, bien élevée en liberté, en même temps sauvage et chic, cultivée et anarchique ! » (Solitaire s’adressant à sa fille lesbienne Lou, dans la pièce Les Escaliers du Sacré-Cœur (1986) de Copi) ; « Je me rends compte à quel point Marcel est, avant tout, un homme tout entier tourné vers le passé, comme s’il cherchait un âge d’or à jamais disparu, comme s’il tâchait de retrouver des sensations enfuies dont il éprouverait le regret. Son œuvre scrute le passé et lui-même paraît étranger aux révolutions qui se sont produites ces dernières années. […] Marcel est le contraire d’un moderne. » (Vincent en parlant de la figure de Marcel Proust, dans le roman En l’absence des hommes (2001) de Philippe Besson, pp. 160-161) ; etc. Je vous renvoie au code « Bobo » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels.

 

Par exemple, dans la pièce Les Babas Cadres (2008) de Christian Dob, Mimil est défini comme un « humaniste passif ». Dans le film « Hôtel Woodstock » (2009) d’Ang Lee, les « révolutionnaires » bisexuels s’empattent et deviennent avec le temps des businessmen corrompus par l’appât du gain et du sexe. Dans le film « Le Derrière » (1999) de Valérie Lemercier, Pierre Arroux (joué par Claude Rich) se targue d’avoir été un révolutionnaire en mai 1968… alors qu’il est la caricature vivante de l’homosexuel bourgeois installé. Dans le film « Saturn’s Return » (2001) de Wenona Byrne, les parents de Barney, le héros homosexuel, sont des ex-hippies encore accros à l’héroïne, des « révolutionnaires » irresponsables qui mettent des posters de Fidel Castro dans la maison familiale mais qui, à côté de cela, ont fui leur réalité et ont initié Barney à la drogue depuis qu’il est adolescent. Dans le film « Tan De Repente » (2003) de Diego Lerman, Mao et Lénine, deux lesbiennes marginales à la dérive, donnent une image désenchantée de la révolution. Dans la pièce Cannibales (2008) de Ronan Chéneau, on observe la déprime du trentenaire bobo qui voit l’hypocrisie de la révolution gauchiste. Dans le film « The Raspberry Reich » (2004) de Bruce LaBruce, on assiste à un pastiche de révolution homosexuelle. Dans le film « Potiche » (2010) de François Ozon, révolte syndicale et défoulement/infidélité sexuels s’entremêlent : la mère-pute bourgeoise, Suzanne, couche avec M. Maurice Babin, un ouvrier. Dans la nouvelle « La Mort d’un phoque » (1983) de Copi, le narrateur homosexuel fait partie d’un contingent d’Européens (quasiment tous homos) venu sauver les bébés phoques. Dans le film « Les Lendemains qui chantent » (2014) de Nicolas Castro, le milieu homo est associé à la gauche caviar (avec la couverture du magazine GLOBE « 3 millions d’homos : où en sont-ils ? » filmée en gros plan).

 

Dans le film « La Belle Saison » (2015) de Catherine Corsini, Carole, l’héroïne lesbienne à poil au balcon, hurle « À bas la société bourgeoise ! » après sa nuit d’amour avec Delphine. Elle est passée d’une vie hétérosexuelle avec Manuel, à une vie lesbienne avec Delphine. Manuel finit par lui envoyer dans la figure son incohérence : « T’as aucune rigueur, Carole. Aucune. L’engagement, c’est pas dans un amphi avec les copines. C’est dans la vie aussi. »
 

Le vertige d’avoir été trompé par ses parents soixante-huitards et ses potes ou de s’être illusionné soi-même est parfois exprimé par une question ou par une révolte amère : « Est-ce qu’on peut faire confiance aux masses ? » (une réplique de la pièce Le Cabaret des utopies (2008) du Groupe Incognito) ; « On baisait, on était politique. Tu embrassais un mec, tu faisais la révolution d’Octobre. […] et là c’est fini, oui. C’est mal fini. » (Domi à propos des années 1980 dans le « milieu homo », dans le roman La meilleure part des hommes (2008) de Tristan Garcia, pp. 37-38) ; « Les vautours ont surgi. Les cancers de la contre-révolution. » (Trotsky dans le film « L’Assassinat de Trotsky » (1970) de Joseph Losey) ; « Le PaCS, ça ne change rien. » (une réplique de la pièce Confidences (2008) de Florence Azémar) ; « Le film ‘The Owls’ (2010) de Cheryl Dunye embrasse la vision utopique de la Lesbian Nation. À l’approche de la quarantaine, la révolution s’éloigne de leurs rêves. » (cf. la critique du catalogue du 16e Festival Chéries/Chéris au Forum des Images de Paris, en novembre 2010) ; etc.

 

Par exemple, dans la comédie musicale Chantons dans le placard (2011) de Michel Heim, les « chansons homo-humanitaires » et gay friendly (de Francis Lalanne, de Charles Aznavour, et plus actuelles) sont tournées en dérision ou bien taxées d’arrivisme misérabiliste : « La révolution, la provocation a laissé place à l’indifférence… » regrette Gérard.

 

Le héros homosexuel se rend compte du conformisme de son anticonformisme. « Comment je fais pour rien faire comme tout le monde, mais réussir quand même à être aussi con ? » (Jarry dans le one-man-show Entre fous émois (2008) de Gilles Tourman) ; « Maintenant, c’est de la merde, Paris ressemble à un musée pour vieux cons fachos, avec des gays (il prononce ‘géïzes’) qui tètent du petit lait électronique avec des airs ingénus et qui se branlent devant Xtube. Des petits moutons. On a transformé une armée de pédés rebelles qui dérangeaient le modèle hétéro en gays, c’est-à-dire en tarlouzes de droite incapables de réfléchir plus loin que le bout de leur bite. » (Simon dans le roman Des chiens (2011) de Mike Nietomertz, pp. 23-24) ; « Je veux faire comme tout le monde, mais à l’envers. » (cf. la chanson « Chemins de croix » du groupe Niagara) ; etc.

 

Et pour cause ! Que c’est dur, irréaliste et violent, de chercher à être révolutionnaire sans se mettre au service des seules instances et incarnations qui incarnent vraiment la Révolution sur Terre : Jésus et son Église catholique ! Les héros homosexuels se trompent de Révolution parce que tout simplement ils se trompent de maître. Au lieu de choisir Dieu, ils ont élu sa doublure : le diable, l’androgyne. Un mélange de Bien et de mal. « Bientôt, l’île [de la Cité] fut déserte d’humains et couverte de rats qui chantaient bien fort nos vieilles chansons révolutionnaires. […] Nous comprîmes que nous bénéficiions de la protection d’un être de nature soit divine, soit diabolique, ou une alliance des deux. » (Gouri, le rat homosexuel du roman La Cité des Rats (1979), p. 93)

 
 

e) Le couple homosexuel est formé d’un preux défenseur de la cause gay et d’un lâche « qui ne s’assume pas encore » :

Philippe le coincé et Marc le naturel, dans le film "La meilleure façon de marcher" de Claude Miller

Philippe le coincé et Marc le beauf naturel, dans le film « La meilleure façon de marcher » de Claude Miller


 

En général, dans les fictions représentant le couple homosexuel, l’échec de la « révolution homosexuelle » est imputé soit à l’extérieur (la société et les méchants « homophobes »), soit à la lâcheté d’un des deux partenaires du binôme… sachant que cette lâcheté se déplace ou s’échange entre eux comme un virus censé rehausser le courage de l’un au détriment de l’horreur de la haine de soi de l’autre : Steven et Johnny dans le film « Get Real » (« Comme un garçon », 1998) de Simon Shore, Pablo et Antonio dans le film « La Ley Del Deseo » (« La Loi du désir », 1986) de Pedro Almodóvar, Alexis et David dans le film « Été 85 » (2020) de François Ozon, Charlie et son agresseur dans le film « Urbania » (2004) de Jon Shear, William et Weldon dans le film « Reflection In A Goldeneye » (« Reflets dans un œil d’or », 1967) de John Huston, Marthe et Karen dans le film « The Children’s Hour » (« La Rumeur », 1961) de William Wyler, Max et Horst dans le film « Bent » (1997) de Sean Mathias, Martin et Lucas dans le film « L’Homme que j’aime » (2001) de Stéphane Giusti, Molina et Valentín dans le roman El Beso De La Mujer-Araña (Le Baiser de la Femme-Araignée, 1976) de Manuel Puig, Roy et Jack dans le film « Roy Cohn/Jack Smith » (1993) de Jill Godmilow, Walt (ultra-conservateur) et Rusty (le débridé) dans le film « Personne n’est parfait(e) » (1999) de Joel Schumacher, Édouard (l’homo refoulé) et Georges (son partenaire décomplexé) dans la pièce En ballotage (2012) de Benoît Masocco, le footeux et son amant qui le romantisme belge dans la pièce Ma première fois (2012) de Ken Davenport), Louis ne s’assumant pas homo et son amant Nathan qui subit les quolibets au lycée à cause de leur liaison dans le téléfilm « Baisers cachés » (2017) de Didier Bivel, Markus (l’homo cool) et Gabriel (l’homo coincé) dans le film « Órói » (« Jitters », 2010) de Baldvin Zophoníasson, Marco l’homo blasé et Cibrâil le puceau dans le film « Cibrâil » (2010) de Tor Iben, Ivo et Sandro dans le film « More Or Less » (2010) d’Alexander Antunes Siqueira, Tania « la courageuse » et Élodie « la lâche » dans la pièce Ma double vie (2009) Stéphane Mitchell, Paul (qui veut croire en son histoire d’amour) en couple avec Jean-Louis (qui ne l’assume pas) dans la pièce Perthus (2009) de Jean-Marie Besset, Jason (l’homo conservateur) et Mourad (son amant détendu) dans le roman L’Hystéricon (2010) de Christophe Bigot, Seth et David dans le film « And Then Came Summer » (« Quand vient l’été… », 2000) de Jeff London, Ronit (la lesbienne célibattante et indépendante) et Esti (sa compagne frustrée et « à libérer » de son carcan de femme juive et mariée) dans le roman La Désobéissance (2006) de Naomi Alderman, Lars (l’homo courageux par rapport à son homosexualité) et Fatso (l’amant qui n’assume pas) dans le film « Broderskab » (« Brotherhood », 2010) de Nicolo Donato, Ivan (pas encore prêt à « s’assumer ») et Vedran (son copain plus libre) dans le film « Straight-Pull » (2010) de Filip Sovagovic, Bernard (l’artiste) et Philippe (le pompier homo refoulé) dans la comédie musicale La Belle au bois de Chicago (2012) de Géraldine Brandao et Romaric Poirier, Sarah qui ne s’assume pas et Charlène qui assume leur relation dans le film « Respire » (2014) de Mélanie Laurent, etc. « J’ai le courage d’un lâche. » (la figure de Sergueï Eisenstein, homosexuel, dans le film « Que Viva Eisenstein ! » (2015) de Peter Greenaway)

 

Par exemple, dans le film « Le Secret de Brokeback Mountain » (2006) d’Ang Lee, Jack, le personnage homosexuel « assumé », finira en martyr innocent de l’homosexualité non-assumée de son ami Hennis : le réalisateur veut nous faire comprendre que l’« homophobie homosexuelle » (entendre ici « identité homosexuelle non reconnue comme la Vérité profonde de l’individu homosexuel », et non ce qu’est vraiment l’homophobie, à savoir une « identité homosexuelle à la fois niée et trop célébrée ») tuerait. Dans le film « Memento Mori » (1999) de Kim Tae-yong et Min Kyu-dong, Hyo-Shin est victime de la lâcheté de Shi-eun : elle se suicide à cause de la non-validation de son amour homosexuel par son amante. Dans le film « Loin du paradis » (2002) de Todd Haynes, la culpabilité du mari de Cathy Whitaker, homosexuel effondré parce qu’il ne peut réprimer ses tendances, est accentuée pour que le spectateur ait en horreur et en compassion les crises soi-disant « injustifiées » de la « honte pédaloïde » (comme diraient Jean-Louis Bory et Guy Hocquenghem). Dans le film « La Vie d’Adèle » (2013) d’Abdellatif Kechiche, Emma incarne la lesbienne assumée, décomplexée, qui a assurée et a su rester cohérente, tandis qu’Adèle est celle qui a trahi et a tout gâché par sa bisexualité. Dans le film « Contracorriente » (2011) de Javier Fuentes-León, c’est la lâcheté de Miguel (homme marié bisexuel) qui rend d’abord Santiago invisible aux yeux des autres puis qui finit par le conduire à la mort. Dans le film « Save Me » (2010) de Robert Cary, Mark se sent coupable du suicide de Lester. Dans le film « Week-End » (2012) d’Andrew Haigh, Glen est pro-infidélité et pro-visibilité gay (même s’il ne croit plus en l’amour) alors que Russell son amant croit au grand Amour mais n’est pas prêt à assumer une visibilité de couple homo… Dans le film « Free Fall » (2014) de Stéphane Lacant, Engel est l’homosexuel entreprenant, et son amant Marc l’homme marié qui n’est pas prêt à tout quitter pour lui : Engel a beau lui soumettre un chantage aux sentiments (« T’es homo, Marc, assume ! »), Marc lui répond : « Je suis pas homo ! » et lui fout un pain. Dans le film « In & Out » (1997) de Frank Oz, même scénario : Peter est le gay qui a osé afficher médiatiquement son homosexualité, et il reçoit un coup de poing de son futur amant Howard qui n’accepte pas son outing. Dans le film « L’Inconnu du lac » (2012) d’Alain Guiraudie, Franck veut vivre son amour au grand jour avec Michel qui s’y refuse et qui tuera pour que ça se fasse pas. Dans la pièce Happy Birthgay Papa ! (2014) de James Cochise et Gloria Heinz, Chris se sert de la « fille à pédé » Marilyn comme couverture pour ne pas afficher son « amour » pour Ruzy, le « courageux homo » qui s’assume. Dans le film « Children Of God » (« Enfants de Dieu », 2011) de Kareem J. Mortimer, Johnny semble s’assumer homosexuel plus facilement que Romeo… et en même temps dans la vie, il est la mauviette qui a peur de tout, et Roméo le téméraire qui n’a peur de rien (véritable incohérence du scénario). Dans la pièce La Famille est dans le pré (2014) de Franck Le Hen, Tom, le héros homosexuel jouant l’hétéro pour rester un chanteur à minettes célèbre, se voit corrigé par son futur amant, Louis, le jardinier sexy : « Pourquoi tu veux faire croire que t’es hétéro ? » « Parce que j’ai peur. » lui répond Tom. Louis fait du chantage au coming out à Tom en lui soutenant que si ce dernier avait osé être un modèle télévisuel gay assumé, lui aurait eu plus de facilité à s’assumer homo quand il était ado. Dans le film « Jonas » (2018) de Christophe Charrier, Nathan est l’homo assumé, sans-gêne (il fume, boit, dévergonde Jonas), et Jonas est l’homo honteux, introverti, coincé, qui ne veut pas être associé à un gay par ses camarades de classe de 3e.

 

Dans la pièce Les Vœux du Cœur (2015) de Bill C. Davis, Bryan est présenté comme l’homo courageux qui s’assume, et son amant Tom, catholique, comme « quelqu’un qui n’a pas le courage de penser qu’il a le droit à l’amour ». L’ironie du sort, c’est que le second se rend à l’association gay catholique Courage ! « Seul un gars lâche peut s’engager à une association qui s’appelle Courage. » (Irène, la sœur gay friendly de Bryan, s’adressant à Tom) ; « Courage… quel nom débile… » (Bryan)

 

Dans le film « La Belle Saison » (2015) de Catherine Corsini, avant de sortir « durablement » ensemble, Carole rejette les avances de Delphine, en ne se déclarant pas lesbienne : « J’ai des copines lesbiennes. Je ne le suis pas, c’est tout. » Delphine lui répond « Moi non plus », et juste après, elles s’embrassent à pleine bouche. Plus tard, la vapeur s’inverse : c’est Carole qui va assumer à fond d’être en couple avec Delphine, et Delphine qui ne renoncera pas à afficher leur lesbianisme auprès des gens du village : « Dis que je te fais honte, en plus ! » récrimine Carole.
 

Dans le film « The Boys In The Band » (« Les Garçons de la bande », 1970) de William Friedkin, tous les duos homosexuels (Harold et Michael, le couple Larry/Hank, le couple Bernard/Peter, le couple impossible entre Alan et Michael, le couple platonique Justin/Alan, etc.) sont composés de ce tiraillement entre coming out et outing, pratique homosexuelle et acte homophobe : « Tu es un homme triste et pathétique. Tu es homosexuel et tu ne veux pas l’être. Mais tu ne peux rien y faire. Toutes les prières du monde, toutes les analyses n’y changeront rien. Tu sauras peut-être un jour ce qu’est une vie d’hétérosexuel, si tu le veux vraiment, si tu y mets la même volonté que celle de détruire. Mais tu resteras toujours un homo. Toujours Michael. Toujours. Jusqu’à ta mort. » (Harold s’adressant à son coloc homo Michael) ; « Pourquoi est-ce que j’ai toujours le mauvais rôle ? » (Larry reprochant à Hank de l’aimer et sa propre infidélité) ; « Il rejette les faits. » (Michael essayant de convertir Alan à l’homosexualité) ; « C’est la révolution. » (Harold en parlant ironiquement d’Alan qui risque de virer sa cuti) ; etc.

 

Dans la pièce Sugar (2014) de Joëlle Fossier, Adèle reproche à Georges, le copain de son frère William, de ne pas vivre pleinement son homosexualité au grand jour avec William. William est l’homosexuel courageux et malheureux à cause de la lâcheté de Georges « l’homme qui n’assume pas l’amour qu’il lui porte ». C’est une pièce où on nous fait la morale, pour nous faire comprendre que la culpabilité de l’homme marié bisexuel qui ne s’assume pas pleinement homo et qui ne reconnaît pas « l’amour véritable » (comprendre homosexuel) est criminelle.

 

Dans quasiment aucun cas l’échec de la révolution homosexuelle (amoureuse et politique) n’est attribué à ce qui, pourtant, devrait être identifié comme l’unique source du problème : la pratique homosexuelle et la dualité schizophrénique du désir homosexuel, étant donné que le désir homosexuel est un élan de haine de soi, qui fait que le personnage qui s’y adonne (s’)adore et (se) déteste dans un même mouvement. C’est cette ambivalence ou cette bipolarité violente du désir homosexuel cru vrai et pratiqué qu’illustrent ces nombreux duos homosexuels fictionnels formés de l’homo assumé et de l’homo non-assumé, unis à la vie et surtout à la mort/à l’ennui par une union charnelle (je vous renvoie également aux codes « Androgynie bouffon-tyran » et « Doubles schizophréniques » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels). Ils sont même parfois l’illustration de l’homophobie qu’est l’identité ou l’« amour » homos. Par exemple, dans le film « Praia Do Futuro » (2014) de Karim Aïnouz, Konrad impose à son compagnon brésilien Donato de couper les ponts avec sa famille au Brésil (« Tu es un lâche. ») et de rester avec lui en Allemagne… alors que leur couple ne durera pas.

 
 

FRONTIÈRE À FRANCHIR AVEC PRÉCAUTION

 

PARFOIS RÉALITÉ

 

La fiction peut renvoyer à une certaine réalité, même si ce n’est pas automatique :

 
 

a) On annonce les personnes homosexuelles comme des grands « révolutionnaires » :

Delacroix revisité par l'arc-en-ciel...

Delacroix revisité par l’arc-en-ciel…


 

Très souvent les personnes homosexuelles pratiquantes (et leurs sympathisants) traitant d’homosexualité abordent le thème de la révolution dans leurs propos et leurs écrits : cf. l’essai Homosexualité et Révolution (1983) de Daniel Guérin, l’essai La Rebelión De Los Homosexuales (1977) d’Alfonso García Pérez, l’essai La Trayectoria De Las Revoluciones (1919) d’Antonio de Hoyos, le documentaire « Schwestern Der Revolution » (1969) de Rosa von Praunheim, l’essai Global Gay : Comment la révolution gay change le monde (2013) de Frédéric Martel, le documentaire « Revolution Happen Like Refrains In A Song » (1987) de Nick Deocampo, le chapitre « Une Homosexualité révolutionnaire » dans l’essai L’Homosexualité au cinéma (2007) de Didier Roth-Bettoni, (p. 545), l’essai Gay Manifesto (1970) de Carl Wittman, le documentaire « Moralist Instruction Musical : The Revolutionary Conduct » (2010) de Lasse Längström, l’essai Révolution des corps homogènes (2012) de Bruno Cissinato, etc.

 

Beaucoup de mouvements et d’association LGBT se donnent une étiquette révolutionnaire, et ce, surtout à partir des années 1950-1960, partout dans le Monde : par exemple le Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire (FHAR) qui traduisit en France un rapprochement entre les intérêts homosexuels et l’extrême gauche maoïste. Cela peut prendre une forme politique comme artistique. Par exemple, la photographe lesbienne Claude Cahun adhère en 1939-1940 à la FIARI (Fédération Internationale de l’Art Révolutionnaire Indépendant).

 

On nous annonce très souvent dans les mass médias, dans les gouvernements occidentaux, que les personnes homosexuelles sont comme la fine fleur (ou le chiendent poil-à-gratter) de la modernité. « Le film ‘Priscilla, folle du désert’ fut une véritable révolution. » (Ximo Cádiz cité dans l’essai Primera Plana (2007) de Juan A. Herrero Brasas, p. 112) ; « Porfirio Barba Jacob fut un révolutionnaire complet, un martyr de l’immoralité. […] L’audacieux poète bohème ne respectait rien. » (cf. l’article sur Porfirio Barba Jacob (1883-1942) de Nicolás Suescún, sur le site www.islaternura.com, consulté en janvier 2003) ; « En 50 ans, Yves Saint-Laurent a révolutionné le vestiaire féminin. » (cf. la note finale du générique de la biopic « Yves Saint-Laurent » (2014) de Jalil Lespert) ; « Il n’y a qu’une fortune : celle d’être un génie. » (le commentateur parlant de Charles Trénet, dans le documentaire « Charles Trénet, l’ombre au tableau » (2013) de Karl Zéro et Daisy d’Errata) ; « Pour moi, Jean Genet est un révolutionnaire. » (le réalisateur homosexuel Rosa Von Praunheim dans le documentaire « Tellement gay ! Homosexualité et Pop Culture », « Inside » (2014) de Maxime Donzel) ; « The L World a vraiment été une révolution. » (une des actrices de The L World, idem) ; « Bronski, ça a vraiment été une révolution. C’était pas un groupe show biz. » (Didier Lestrade dans le documentaire « Tellement gay ! Homosexualité et Pop Culture », « Out » (2014) de Maxime Donzel) ; etc. Par exemple, dans le documentaire « Yves Saint-Laurent et Pierre Bergé : l’Amour fou » (2010) de Pierre Thoretton, l’ancien ministre de la Culture français Jack Lang parle de Pierre Bergé (président du Sidaction) comme un héros, et le couple homo Pierre Bergé et Yves Saint-Laurent comme la lueur d’espoir pour toute personne homosexuelle en quête de modèle de couples solides. La biopic « Que Viva Eisenstein ! » (2015) de Peter Greenaway présente Sergueï Eisenstein, homosexuel, comme un génie. Je vous renvoie à l’article suivant.

 

Ils nous présentent ce qu’elles vivent et les batailles législatives qui se jouent en leur nom comme des hauts faits « qui marqueront à jamais l’histoire du pays » et qui prouvent une incroyable ouverture nationale : cf. je vous renvoie à cet article. « Les droits et les libertés des personnes homosexuelles n’ont cessé d’évoluer durant ces quarante dernières années. […] Immersion au cœur de l’association Contact, dont les bénévoles : parents, homos, membres de la famille ou amis se démènent autour d’un mot qui manque bien souvent au sein de nos familles aujourd’hui, le dialogue. Au travers de cette mixité intergénérationnelle, regard sur des histoires de vie, d’acceptation ; de fierté, de honte et surtout d’amour. » (cf. la critique du documentaire « 20 ans de Contact » (2013) d’Héloïse Lester, dans le catalogue du 19e Festival Chéries-Chéris au Forum des Images de Paris, en octobre 2013, p. 89) ; « C’est la Révolution. Une authentique Révolution de l’intime. » (personne intersexe qui se fait appeler « M », dans le documentaire « Ni d’Ève ni d’Adam : une histoire intersexe » de Floriane Devigne diffusé dans l’émission Infrarouge sur la chaîne France 2 le 16 octobre 2018) ; « C’était vraiment à vous couper le souffle. » (Perry Brass, vétéran gay décrivant les premières Gays Pride à New York dans les années 1970, dans le documentaire « Stonewall : Aux origines de la Gay Pride » de Mathilde Fassin, diffusé dans l’émission La Case du Siècle sur la chaîne France 5 le 28 juin 2020) ; etc.

 

Par exemple, selon Jean-Noël Segrestaa, dans son article « Le Désir à l’œuvre chez Jean Genet » sur la revue Triangul’Ère 4 (2003) de Christophe Gendron, Jean Genet aurait une « écriture révolutionnaire » (p. 190). Selon Michel Larivière, dans son Dictionnaire des Homosexuels et Bisexuels célèbres (1997), les ouvrages passéistes de Lytton Strachey seraient des « biographies révolutionnaires par l’ironie et l’irrespect de l’auteur » (p. 315). Même les colères imbibées d’alcool de Paul Verlaine sont jugées « révolutionnaires » (Steve Murphy, « Colères révolutionnaires », dans le Magazine littéraire, n°321, mai 1994, p. 36). Selon Connolly, les étudiants homosexuels de l’Homintern d’Oxford sont des « révolutionnaires psychologiques » (Connolly cité dans l’essai Historia De La Literatura Gay (1998) de Gregory Woods). Pierre Bourdieu considère que le « mouvement gay et lesbien » est probablement à « l’avant-garde des mouvements politiques et scientifiques » (Pierre Bourdieu, « Quelques questions sur le mouvement gay et lesbien », La Domination masculine, 1998). Didier Roth-Bettoni, dans son essai L’Homosexualité au cinéma (2007), qualifie les films (merdiques : je n’ai pas d’autres mots) de Bruce LaBruce de véritables « manifestes politiques » (p. 431). Dans l’essai El Látigo Y La Pluma (2004), Fernando Olmeda prête un grand « talent artistique » à Juan Fersero pour ses exhibitions de bodybuilding « malheureusement passées inaperçues à l’époque à cause de l’homophobie ambiante »… (p. 47) Peut-être fait-il ici la confusion entre « culture » et « culturisme »… Le réalisateur Pierre-Clément Julien dit que son documentaire « Ma très chère sœur Olivia » (2012), retraçant le parcours d’Olivia C. (transsexuel M to F et franc-maçon), « montre une femme combattive, militante et touchante, qu’il admire ». Dans le documentaire « Homophobie à l’italienne » (2007) de Gustav Hofer et Luca Ragazzi, les deux partenaires du couple homosexuel qui tente d’« ouvrir les mentalités » de leurs contemporains italiens par rapport à la revendication de l’« égalité des droits entre homos et hétéros », sont qualifiés par la voix-off de « héros ». Dans le docu-fiction « Brüno » (2009), Sacha Baron Cohen est célébré comme un grand révolutionnaire par tout le gratin bobo du showbiz nord-américain. Dans son article « Dessinateur, écrivain, acteur : Copi, l’enfant pornographe » sur le journal Le Matin de Paris daté du 15 décembre 1987, Gilles Costaz baptise Copi de « révolutionnaire ». Par exemple, dans le docu-fiction « Howl » (2010) de Rob Epstein et Jeffrey Friedman, la lecture publique du poème d’Allen Ginsberg, effectuée par l’auteur (qui se décrit lui-même comme « prophétique »), est filmée comme un instant sacré qui envoûte littéralement l’assistance (suspendue à ses lèvres), un pamphlet qui révolutionne l’Humanité (… alors que c’est franchement de la merde).

 

Et beaucoup de personnes homosexuelles, flattées par tant d’éloges, sont prêtes à croire leur réputation de grands héros des temps modernes « démocratiques ». Elles se définissent souvent comme « révolutionnaires », se congratulent entre elles… et gare à celui qui remettrait leur titre en doute ! « J’étais réformiste à un moment qui se voulait révolutionnaire, mais j’étais révolutionnaire sur un sujet qui ne pouvait se vivre dans le compromis. Et l’histoire m’a donné raison. » (Geneviève Pastre, De l’amour lesbien (1980), p. 27) ; « On construit un moment historique. » (Linn, jeune homme brésilien travesti en femme, dans le documentaire « Bixa Travesty » (2019) de Kiko Goifman et Claudia Priscilla) ; etc. Par exemple, dans la biopic « Yves Saint-Laurent » (2014) de Jalil Lespert, on voit le couturier Yves Saint-Laurent (qui a pourtant, pendant toute sa vie, fuit concrètement beaucoup de combats, et notamment l’armée et la Guerre d’Algérie) créer une collection de haute couture appelée « Libération », et son amant Pierre Bergé applaudir à leur acte « subversif » (qui n’était au fond qu’un business) : « Tu maltraitais les bourgeois. Et la Révolution s’est très bien vendue. »

 

FAUX REV Drapeau planté

 

Elles n’hésitent pas, d’ailleurs, à confondre la révolution avec la période historique de la Révolution française (période qui était tout sauf révolutionnaire puisqu’Elle a rejeté Dieu et l’Église violemment et a inauguré l’individualisme libéral et matérialiste), en essayant de réactualiser l’image d’Épinal du révolutionnaire laïcard et libertaire construite par les bourgeois républicains des Lumières, soucieux d’écrire la légende noire de la monarchie et de l’Église catholique. Par exemple, lors de sa conférence « Différences et Médisances » autour de la sortie de son roman L’Hystéricon à la Mairie du IIIème arrondissement le 18 novembre 2010, l’écrivain Christophe Bigot a adoré la Révolution française : « Je faisais le bourreau du Tribunal Révolutionnaire sur la cour d’école. » Il s’est identifié très tôt – avant de le dés-idéaliser – au procureur Camille Desmoulins, la figure du traître par excellence : « Il est jeune, courageux, fougueux, c’est un amoureux. J’ai voué un culte à Camille Desmoulins pendant toute mon adolescence. […] C’est un homme violent qui désigne, à la vindicte populaire, les contre-révolutionnaires. »

 

La plupart des personnes homosexuelles se croient héritières d’un passé et d’un futur conquérants, infinis. « Durant ces 30 dernières années, on a fait énormément de progrès. » (Michael Michalsky interviewé dans le documentaire « Somewhere Over The Rainbow » (2014) de Birgit Herdlitschke, diffusé en juillet 2014 sur la chaîne Arte) Par exemple, dans son autobiographie La Vie dure : Éducation sentimentale d’une lesbienne (2010), la romancière lesbienne Paula Dumont se remémore nostalgiquement les « temps héroïques des mouvements féministes » (p. 65).

 

FAUX REV United Colour

Mariage homo United Colour of Benneton


 

Et actuellement, elles distribuent des médailles de « révolutionnaires » à tous les membres de la « communauté homosexuelle » qu’elles estiment méritants ou partie prenante de ce grand courant que serait la révolution et l’émancipation homosexuelles. Les exemples pleuvent, mais je m’arrêterai juste sur quelques-uns.

 

Par exemple, le 22 juillet 2011, la revue Têtu célèbrait un couple lesbien, Hege Dalen et Toril Hansen, qui aurait prêté main forte aux rescapés du massacre d’Utoya. On nous laisse entendre qu’elles sont révolutionnaires PARCE QUE HOMOSEXUELLES. « Ces deux lesbiennes courageuses ont fait parti des premières personnes à porter secours aux jeunes ciblés par la terrible fusillade sur l’île d’Utoya, en Norvège, vendredi dernier. Grâce à un bateau, ce couple de femmes a aidé quarante personnes à s’enfuir lors du drame. »

 

Dans l’émission Aventures de la médecine spéciale « Sexualité et Médecine » de Michel Cymes diffusée sur la chaîne France 2 le 16 octobre 2018, les figures de proue de la Gender Theory (Ronald Virag – inventeur des injections de papavérine pour lutter contre l’impuissance érectile –, Margaret Sanger – instigatrice du Planning Familial aux États-Unis –, Alfred Kinsey – maître à penser du tout-le-monde-est-bisexuel – , les médecins William Masters et Virginia Johnson – pornocrates cliniciens utilisant des cobayes sexuels –, Magnus Hirschfeld – savant fou homosexuel –, Rodolf/Dora Richter – premier homme trans M to F et complètement dépressif, etc.) sont montrées comme des héros, des martyrs, des sauveurs qui se sont offerts en victimes pour nos droits et notre liberté sexuels. On nous présente même les travaux d’Alfred Kinsey comme « révolutionnaires » !
 

Toujours dans Têtu, le chanteur Ari Gold, en juillet 2011 dans l’État de New York, est baptisé de « nouveau Rosa Parks », parce qu’il aurait tenu tête à un chauffeur de bus qui lui aurait demandé que lui et son compagnon (qui se tenaient par la main) aillent s’asseoir au fond du bus.

 

Sur les affiches du film « Freeheld » (« Free Love », 2015) de Peter Sollett, on nous présente l’amour lesbien entre Stacie et Laurel, basé soi-disant sur des faits réels, comme « une histoire d’amour qui a changé l’histoire ».
 

FAUX REV Revolucion du Désir

 

C’est souvent le désir individuel (même porté par une communauté minoritaire, au nom des minorités et de l’« Amour universel ») qui est avancé comme le levier qui va équilibrer et guider l’Histoire de l’Humanité : cf. le documentaire « La Révolution du Désir » (2006) d’Alessandro Avellis. « Jean Genet, lui, est un révolutionnaire authentique. C’est au nom de la liberté qu’il entend conquérir sa liberté personnelle. » (Susan Sontag, « Une Fleur du mal », L’Œuvre parle (1968), p. 126)

 

Madonna, la femme-objet... mais féministe et pro-gays, la chanteuse anti-mondialisation... mais qui incarne la mondialisation

Madonna, la femme-objet… mais qui ose se prétendre féministe et pro-gays ! ; la chanteuse qui a le culot de se dire anti-mondialisation… mais qui incarne à elle seule la mondialisation !


 

Dans leurs discours, beaucoup de personnes homosexuelles pratiquantes (et leurs défenseurs hétérosexuels) s’expriment à coup de slogans (identitaristes ou sentimentalistes) publicitaires, centrés sur la « réalisation de soi par soi-même » ou sur l’opposition de principe. C’est la raison pour laquelle, très souvent, elles prennent pour modèle d’action « révolutionnaire » et d’affirmation de soi la femme féministe indépendante, qui veut s’affranchir de son sexe, qui est « mère toute seule », qui a un désir machiste… même si elle saura de temps en temps le cacher par un discours mielleux, émotionnel, poétique. Modèles du genre : la nouvelle Marianne d’Olivier Ciappa (la Femen Inna Shevchenko), Christiane Taubira, Caroline Fourest, etc.

Toute la rhétorique de Mme Taubira tourne autour des concepts publicitaires de « droit », « égalité », « générosité », « tolérance » et « progrès »

 

Leur révolution est symbolique : pas concrète. « Le mariage, c’est à la fois très symbolique et très matériel. Très symbolique parce qu’on est dans un monde qui colle des étiquettes et qu’avant il n’y avait pas de case pour nous. » (Christophe et Mehdi en couple depuis 13 ans, dans l’article « Pacsés… un jour mariés ? », sur le magazine Psychologies, juin 2004, n°231, p. 77) Elles luttent pour des idées abstraites (« la société », « le progrès », « l’égalité », « la solidarité », « la tolérance », « la liberté », « l’amour », « la lutte contre les discriminations » – discriminations jamais nommées, comme par hasard… –, « la reconnaissance », « le dépassement des préjugés » – jamais les leurs non plus, comme par hasard…), pour le paraître, en faveur de slogans poétiques : ce n’est ni pour elles, ni vraiment pour les autres, ni par réelle conviction qu’elles demandent un droit ou une loi : « C’est au sein de la société que ça fait évoluer les choses ; pas pour nous. » (Juliette et Sophie, op. cit., p. 76) ; « C’est la révolution la plus incarnée qui ait existé sur la planète. Amantes ou non, nous étions en amour les unes avec les autres. Nous étions en amour avec les idées et avec tout ce qui était possible… » (Lise Weil interviewée dans le documentaire « Lesbiana : une Révolution parallèle » (2012) de Myriam Fougère) ; etc.

 

FAUX REV Têtu

 

Et à présent, beaucoup d’hommes et de femmes politiques non-homosexuels et tout fiers de se qualifier d’« hétérosexuels », se servent de la communauté homosexuelle, de la défense de « ses » droits ou de la « lutte contre l’homophobie et les discriminations », pour se faire passer pour des bons samaritains révolutionnaires : « Je suis engagée depuis longtemps. » (Anne Hidalgo, femme politique socialiste, par rapport à son engagement politique en faveur du « mariage homo » dans l’émission Mots croisés d’Yves Calvi, sur le thème « Homos, mariés et parents ? », diffusée sur la chaîne France 2, le 17 septembre 2012) ; « Chacun sa révolution. » (c.f. la chanson « Lily Passion » de Barbara) ; etc.

Le Président Obama luttant efficacement contre l’homophobie en disant que « c’est triste » et que « c’est pas bien » (Programme It Gets Better)

La ministre Najat Vallaud-Belkacem qui pense que « lutter contre les discriminations », c’est « détruire les clichés », alors que c’est précisément l’absence d’explication des clichés qui contribue à leur actualisation violente et aux discriminations…

 

FAUX REV Frigide

 

Les bécasses du gouvernement français actuel (Dominique Bertinotti, Roselyne Bachelot, Cécile Duflot, Najat Vallaud-Belkacem, Christiane Taubira, Anne Hidalgo et même Frigide Barjot) et leurs homologues suiveurs masculins (Erwann Binet, François Hollande, Jean-Pierre Michel, en première ligne) n’ont rien compris à l’homophobie. Non seulement ils ne la dénoncent pas, mais en plus ils l’alimentent par leurs bonnes intentions, s’en servent comme étendard révolutionnaire, en ne parlant jamais de ce qu’elle est vraiment (= le viol) ni de comment elle marche et par qui elle est posée (= les personnes homosexuelles pratiquantes). Ils la réduisent à l’« opposition aux droits des homos » ou bien à l’« accusation d’homophobie » (comme le fait Frigide Barjot, qui est bien incapable d’expliquer la véritable homophobie ou de porter un diagnostic sur les couples homosexuels, surtout parce que précisément dans le privé elle tient des discours clairement homophobes… et rien ne sert de s’entourer, comme elle le dit elle-même, « d’homos qu’elle aime », ni de clamer sa « non-homophobie », pour masquer cette homophobie). L’attitude hypocrite et moralisante de ces faux pourfendeurs des discriminations homophobes est révolte. Ils instrumentalisent les personnes homosexuelles en niant les drames et les insatisfactions amoureux qu’elles vivent, juste pour le plaisir de rentrer au panthéon des justiciers. Ils sont catastrophiquement sincères, ignorants de leur combat, et en plus opportunistes et pères-la-morale. Honte sur ces révolutionnaires de pacotille !

 

FAUX REV Xavier Bongibault

Xavier Bongibault, le militant homo anti-mariage-gay opportuniste (qui pense qu’être révolutionnaire se limite à se présenter en tant qu’« homo », à se dire « anti-homophobie » et « anti-militantisme LGBT », mais qui ne réfléchit jamais sur l’homosexualité et l’homophobie).


 
 

b) Beaucoup de personnes homosexuelles jouent les rebelles, les dures :

James Franco

James Franco


 

Vestimentairement et au niveau des attitudes, certaines personnes homosexuelles rentrent dans la peau de l’image stéréotypée du « rebelle » désobéissant, inflexible, qui ne se laisse pas faire : James Dean (« l’éternel rebelle » comme on l’appelait), Marlon Brando, Rock Hudson, beaucoup de célébrités bisexuelles « planquées », de femmes lesbiennes butch (= camionneuses), de drama queen hystériques, nous le démontrent.

 

Je vous renvoie au documentaire « Une Suissesse rebelle » (2000) de Carole Bonstein, à l’essai Séverine, une Rebelle (1982) d’Évelyne Le Garrec, à l’essai Rimbaud, la double vie d’un rebelle (2011) d’Edmund White, au rassemblement de Blois autour des « rebelles » Eddy Bellegueule/Didier Éribon/Geoffroy de Lagasnerie en 2014, le Festival Ciné Rebelle de Nanterre, etc.

 

La rébellion suit davantage une logique esthétique ou intentionnelle qu’un désir d’action concrète, qu’une intelligence et une réelle liberté : « Je suis rebelle, résistante, indocile et rêveuse. » (Gislin cité dans la revue Triangul’Ère 4 (2003) de Christophe Gendron, p. 110) ; « Je ne suis pas douce je ne suis pas aimable je ne suis pas une bourge. J’ai des montées d’hormones qui me font comme des fulgurances d’agressivité. […] Je viens du punk-rock et je suis fière de ne pas très bien y arriver. » (Virginie Despentes, King Kong Théorie (2006), p. 131) ; « Le rock’n’roll est une rébellion, une musique tout sauf sage… et aussi un peu gay. » (la voix-off dans le documentaire « Somewhere Over The Rainbow » (2014) de Birgit Herdlitschke, diffusé en juillet 2014 sur la chaîne Arte) ; « Je crois qu’à l’époque, je ne me rendais pas compte du rôle que je jouais. » (le chanteur Boy George, idem) ; etc. Par exemple, le film « Charming For The Revolution » (2009) de P. Boudry & R. Lorenz est un film muet, sans dialogue.

 

D’ailleurs, dans certains passages littéraires ou filmiques, l’adjectif « rebelle » remplace tacitement celui d’« homosexuel » : « Madame Berditcher […] déclara qu’elle [Ronit, l’héroïne lesbienne] l’était. Absolument. Ronit avait toujours été rebelle, même petite fille. » (Naomi Alderman, La Désobéissance (2006), p. 158)

 

La révolution défendue par les personnes homosexuelles pratiquantes repose uniquement sur la croyance en l’hétérosexualité, c’est-à-dire une conception récente (fin du XIXe siècle), marchand, techniciste, violent et cinématographique, de la différence des sexes : « La société des hétéroflics ne nous convient pas. La seule position qui nous convient est une position révolutionnaire. » (une gouine rouge en mai 1968 en France, dans le documentaire « Les Invisibles » (2012) de Sébastien Lifshitz) On voit donc sa vacuité.

 
 

c) Beaucoup de personnes homosexuelles s’opposent par principe à tout (sauf au flou), en adoptant l’idéologie de l’Anti :

Les personnes homosexuelles pratiquantes ont tendance à appréhender la révolution non pas sous l’angle de la proposition réaliste mais bien sous l’angle de la proposition angéliste et de la contestation de principe. Elles sont « anti » et « contre », parce que ça fait joli, ça fait fort, ça fait déterminé, ça fait réel, ça fait « sans concession » : cf. l’essai L’Anti-Œdipe (1972-1973) de Gilles Deleuze et Félix Guattari, la boîte de production de films gays Anti-Prod, la revue militante homosexuelle L’Antinorme dans les années 1970 en France, les éditions Contre-Dires, l’essai Manifeste contra-sexuel (2000) de Beatriz Preciado, le site de critiques Non-Fiction chapeauté par Frédéric Martel, le CUARH (Comité d’Urgence Anti-Répression Homosexuelle) dans les années 1970 en France, le documentaire « Jean Genet, le contre-exemplaire » (2010) de Gilles Blanchard, etc. Par exemple, le compositeur Érik Satie se définissait comme « anti-Français », l’écrivain Jean Genet comme « anti-Blancs », les poètes Arthur Rimbaud et Paul Verlaine comme « anti-bourgeois », etc. La photographe lesbienne Claude Cahun participe en 1936 à la fondation du regroupement Contre-Attaque.

 

Elles recyclent les vieux poncifs, adages et imageries rebattues des mouvements révolutionnaires historiques (prioritairement de gauche, cela va sans dire). Par exemple, lors du générique du 18e Festival Chéries-Chéris (ayant eu lieu en octobre 2012 au Forum des Images de Paris), un homme déguisé en évêque arbore un tee-shirt avec, inscrit dessus, le fameux slogan révolutionnaire communiste/républicain « No Pasarán ».

 

Pour elles, peu importe si la fin justifie les moyens : « Je revendique la provocation comme outil politique. » (Noël Mamère, homme politique des Verts qui a célébré le premier PaCS dans sa mairie de Bègles, entretien avec Christophe Gendron, le 23 mai 2006) ; « Ce que le public te reproche, cultive-le, c’est toi. » (Jean Cocteau, Le Rappel à l’ordre, 1926) ; « Cocteau incarne l’anticonformisme absolu. » (cf. l’article « Une constante remise en cause » d’André Derval, cité dans le Magazine littéraire, n° 423, septembre 2003, p. 24) ; « Toutes les minorités se retrouvent dans le personnage du vampires. C’est le symbole du marginal de toutes les époques. Il est toujours un contre-pouvoir. » (Tony Mark, l’écrivain homosexuel lors de sa conférence « Vampirisme et Homosexualité » au Centre LGBT de Paris le 12 mars 2012) ; « Il s’agissait d’être pour et contre tout. » (Dan Savage, homosexuel, parlant de la bisexualité de David Bowie, dans le documentaire « Tellement gay ! Homosexualité et Pop Culture », « Out » (2014) de Maxime Donzel) ; etc.

 

Par exemple, le réalisateur allemand Rainer Werner Fassbinder fonde avec des amis une troupe de théâtre, l’Antiteater, à la fin des années 1960. Dans sa pièce Docteur Faustroll (1898), Alfred Jarry définit la pataphysique comme la « science des exceptions ». Le philosophe homosexuel Michel Foucault invite à « la traque de toutes les formes de fascisme » et prétend définir les règles de la « vie non fasciste » (Michel Foucault, « Préface » de L’Anti-Œdipe (1972-1973) de Gilles Deleuze et Félix Guattari).

 

En général, les personnes homosexuelles pratiquantes (et leurs suiveurs hétérosexuels) s’attaquent aux socles du Réel pour asseoir leur mouvement révolutionnaire de destruction (eux disent « déconstruction », « déplacement », « ouverture » : ça passe mieux et c’est plus discret) : ils cherchent prioritairement à déminer la différence des sexes (ils la définissent comme un système conservateur et totalitaire dangereux, qui imposerait la domination des hommes sur les femmes), à déminer la différence des générations (il s’agit pour elles de s’affranchir du « joug familialiste », de tout héritage et tradition du passé réel), à déminer la différence des espaces (les « penseurs du désir » tels que Foucault, Derrida, Deleuze, Guattari, qui ont construit leur réflexion sur la base des travaux de Reich et Marcuse qui proposaient de faire de la révolution des mœurs une révolution politique, notamment par le ré-examen complet du freudisme, ne pensent l’Homme et ses frontières que dans la projection de ses désirs) et à déminer enfin la différence entre Créateur et créature (leur cible est bien évidemment l’Église catholique et les prêtres qui sont les garants de cette distinction salutaire). Ces théoriciens, qu’on appelle aujourd’hui plus communément les « théoriciens du Genre », s’attachent, selon la formule de Tony Anatrella dans son essai Le Règne de Narcisse (2005), à « désincarner le sexuel » (p. 109) : « La théorie du gender s’appuie sur divers auteurs marxistes, structuralistes et d’inspiration psychanalytique, notamment ceux de la révolution sexuelle avec Wilhelm Reich (1897-1957) et Herbert Marcuse (1898-1979) qui invitent à vivre toutes les expériences sexuelles afin de se libérer des normes sociales pesant sur la sexualité. Simone de Beauvoir (1908-1986) est également une référence avec sa formule ambiguë et ‘constructiviste’ : ‘On ne naît pas femme, on le devient.’ » (p. 120)

 

Leur conception de la Révolution est mue non pas tant par la joie et l’humanisme que par la vengeance et la misanthropie : « Un peu révolutionnaires mais sûrement différents, mes ressentiments à l’encontre de la société s’accroissaient. » (Berthrand Nguyen Matoko, Le Flamant noir (2004), p. 42)

 

Très souvent, les personnes homosexuelles pratiquantes mènent une guerre iconoclaste (démarche typique des fanatiques des images et des idolâtres iconodules s’il en est !) : on les entend constamment être « contre les préjugés », « contre les clichés »… alors que nous sommes tous « à l’image de… » (c’est ce qui fait que nous existons : nous avons besoin des images) et que nous avons tous des préjugés (et heureusement : ce sont eux qui nous montrent que nous pensons, que nous ressentons, que nous désirons et que nous sommes libres de les changer).

 

Dans leurs discours, il y a une confusion récurrente entre révolution (qui reconnaît les limites et intègre l’échec) et transgression (qui nie les limites et qui cherche la toute-puissance). « Le légalisme est une abomination. Je déteste… Reste anarchique. » (Claude Cahun dans sa Lettre à André Breton, 1953) Par exemple, dans leur essai Le Cinéma français et l’homosexualité (2008), Anne Delabre et Didier Roth-Bettoni célèbrent la « grâce transgressive » (p. 74) des œuvres filmiques homosexuelles.

 

FAUX REV pètent la gueule

 

Au bout du compte, la plupart des sujets homosexuels finissent par devenir ce qu’ils reprochent aux autres, car à force de ne pas vouloir être comme les autres (alors que les autres sont une part d’elles-mêmes), ils les imitent. Concrètement, l’« idéologie de l’Anti » est mimétique, spéculaire, est une soumission, même si en intentions, elle se rêve comme une rupture totale, une indépendance extraordinaire. Beaucoup de personnes homosexuelles adoptant comme mode d’existence « l’anti » manquent totalement de personnalité (elles s’adaptent excessivement et obsessionnellement à ce contre quoi elles prétendent s’opposer) et recréent un nouveau fascisme en prétendant éradiquer les anciens fascismes historiques. « L’antitotalitarisme moralisant est le fondement de la censure d’aujourd’hui. » (Élisabeth Lévy, Les Maîtres Censeurs (2002), p. 19) ; « Le fascisme s’est présenté comme étant l’antiparti. […] Il s’est identifié avec la psychologie barbare et antisociale de certaines couches du peuple italien, qui n’ont pas encore été modifiées par une tradition nouvelle, par l’école, par la coexistence au sein d’un État bien ordonné et bien administré. » (Antonio Gramsci, « Forces élémentaires », L’Ordine Nuovo, 26 avril 1921)

 

Par exemple, l’anti-kitsch par le camp revient à reproduire du kitsch, quand bien même les artistes camp tels que Copi s’en défendent : « Nous allons vers la propreté, l’hygiène politique, sociale, artistique. Nous glissons délicieusement sur les pentes douces du ‘consensus’. L’esprit du temps est au kitsch : miauler avec les loups !… Cet esprit du temps m’emmerde ! Il se paye de trop de soumission (vous, moi). »

 
 

d) Les personnes homosexuelles pratiquantes échouent souvent leur révolution :

Finalement, après s’être excité pour ses fantasmes de révolté et des mirages télévisuels, les personnes homosexuelles pratiquantes découvrent la vanité de leurs combats (identitaristes, amoureux, politiques, etc.), de leur action militante, de leur engagement associatif ou artistico-journalistique, de leur fuite du Réel. Je vous renvoie aux essais La Fonction de l’orgasme (1970) de Wilhem Reich, à la Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary Club (1986) de Guy Hocquenghem, au documentaire « Después De La Revolución » (2008) de Vincent Dieutre, au film « Revolutions Happen Like Refrains In A Song » (« Les Révolutions surviennent comme des refrains dans les chansons », 1987) de Nick Deocampo (traitant de la prostitution masculines), et à l’excellent reportage « Les Lendemains tristes du mariage gay » (2013) de Matthieu Barbier (le seul qui revient fidèlement sur la bataille du « mariage pour tous » en France en 2012-2013), le film « La Révolution sexuelle n’a pas eu lieu » (1998) de Judith Cahen, etc.

Par exemple, Manuel Vázquez Montalbán, en écrivant son roman Los Alegres Muchachos De Atzavará (1988), dit avoir utilisé la thématique homosexuelle pour illustrer « l’hypocrisie du changement » de la transition démocratique espagnole aux lendemains chantants de la mort de Franco. Le réalisateur français Jean-Luc Godard règlera son compte avec les personnes homosexuelles dans le film « Masculin-féminin » (1966) en faisant graffiter « À bas la république des lâches » par Jean-Pierre Léaud sur la porte des toilettes où il vient de surprendre deux hommes enlacés.

 

« Avant ma mort, je ne verrai pas la société que j’ai toujours rêvée depuis que j’ai 10-15 ans. Je ne la verrai pas. J’ai cru à un moment que j’allais la voir, cette génération. Au moment de 1945, j’étais de tous ces jeunes cons qui ont cru qu’on allait passer de la résistance à la révolution, selon le merveilleux slogan. J’ai su maintenant que j’ai été couillonné. J’appartiens à une génération couillonnée jusqu’à l’intestin-grêle. Je sais que c’est cuit pour moi. C’est pour ça que j’attends tellement des jeunes. J’espère qu’ils réussiront ce que ma génération et la vôtre n’a pas réussi. On a loupé notre coup, Chancel, vous le savez très bien. » (Jean-Louis Bory au micro de Jacques Chancel, dans l’émission Radioscopie sur France Inter, 6 mai 1976)
 

La révolution que les personnes homosexuelles pratiquantes proposent reste en effet cantonnée dans le domaine du pictural. Par exemple, selon Gilles Deleuze et Félix Guattari, la schizophrénie qui nous entraînerait dans un devenir « anti-fasciste » braverait les obstacles de la réalité avec succès : « Des hommes savent partir, brouiller les codes, faire passer des flux, traverser le désert des corps sans organes. Ils franchissent une limite, ils crèvent un mur, la barre capitaliste. […] À travers les impasses et les triangles, un flux schizophrénique coule, irrésistible, sperme, fleuve, égout, blennorragie ou flot de paroles qui ne se laisse pas coder, libido trop fluide et trop visqueuse : une violence à la syntaxe, une destruction concertée du signifiant, non-sens érigé comme flux, polyvocité qui revient hanter tous les rapports. » (Gilles Deleuze et Félix Guattari, L’Anti-Œdipe (1972/1973), p. 158) Mais ensuite, ils sont un peu obligés de nuancer l’euphorie de leur propos : « Sans doute toute intensité s’éteint-elle à la fin, tout devenir devient lui-même un devenir de mort. Alors la mort arrive, effectivement. » (idem, pp. 394-395)

 

Dans les discours des militants pro-droits-LGBT, le thème révolutionnaire sert presque uniquement de prétexte à filmer le corps musclé de l’homme prolétaire, à se rincer l’œil et à se faire (sensuellement et génitalement) du bien, à baiser tranquille, à s’auto-contempler narcissiquement, à se draguer entre « camarades » d’« actions » : « Copi était fou amoureux de Guy Hocquenghem. » (Christian Belaygue cité dans l’essai Le Rose et le Noir, les Homosexuels en France depuis 1968 (1996) de Frédéric Martel, p. 158) ; « Pendant que mon cousin prenait possession de mon corps, Bruno faisait de même avec Fabien, à quelques centimètres de nous. Je sentais l’odeur des corps nus et j’aurais voulu rendre palpable cette odeur, pouvoir la manger pour la rendre plus réelle. J’aurais voulu qu’elle soit un poison qui m’aurait enivré et fait disparaître, avec comme ultime souvenir celui de l’odeur de ces corps, déjà marqués par leur classe sociale, laissant déjà apparaître sous une peau fine et laiteuse d’enfants leur musculature d’adultes en devenir, aussi développée à force d’aider les pères à couper et stocker le bois, à force d’activité physique, des parties de football interminables et recommencées chaque jour. » (Eddy Bellegueule, l’enfant de prolétaire simulant des films pornos avec ses cousins dans un hangar, dans le roman autobiographique En finir avec Eddy Bellegueule (2014) d’Édouard Louis, p. 153) ; etc. Pensons aux Gay Pride qui, sous couvert de lutte politique, n’est qu’une immense foire aux bestiaux où la plupart des participants sont davantage intéressés par la drague que par les slogans militants qui sont scandés dans les haut-parleurs et affichés sur les chars.

 

En général, l’engagement révolutionnaire des personnes homosexuelles n’est qu’intentions : pas un don entier de leur personne. Par exemple, Steven Cohen, le performer homosexuel travesti M to F, se rend dans des grandes mégapoles internationales, mais propose un art trash-bourgeois qui ne vient absolument pas en aide aux personnes qu’il visite : celui-ci se fige en posture silencieuse, exhibitionniste et destructrice (Cohen dira « iconoclaste »), en démobilisation quasi complète, en contemplation désespérée du genre humain urbanisé, en hargne contre l’Humanité (à commencer par ses propres parents).

 


 

Je pense également au dramaturge Copi, qui s’est mis nu aussi dans ses pièces, à tous les artistes bobos homos qui mettent en scène l’alliance sexe-mort, et qui sont persuadés que « révolutionner » c’est juste « choquer ».

 

Dans l’esprit de ces activistes, la Révolution a été confondue avec l’inversion (or l’inversion n’est pas la suppression de la carte qu’on prétend détruire mais simplement un retournement de cette même carte). « La transgression, c’est toujours quelque chose qui m’intéresse. Dans la vie. Dans mon travail. Et c’est quelque chose que j’aime dans la culture gay en général. C’est de vraiment twister les choses, de les rendre différentes. Et en fin de compte qu’arriver à coder quelque chose, je trouve que c’est assez drôle. » (Michel Gaubert interviewé dans le documentaire « Somewhere Over The Rainbow » (2014) de Birgit Herdlitschke, diffusé en juillet 2014 sur la chaîne Arte) Je vous renvoie au code « Inversion », ou encore à la partie « Le Bien par le mal » du code « Se prendre pour le diable », dans le Dictionnaire des Codes homosexuels. Par exemple, Lionel Souquet défend « un mentir vrai », « dévastateur et révolutionnaire », lors de sa soutenance de thèse « La ‘folle’ révolution autofictionnelle : Arenas, Copi, Lemebel, Puig, Vallejo (à la Sorbonne à Paris, en 2009). Je crois qu’il y a là une mauvaise compréhension et une caricature de ce qu’est la véritable révolution : un don entier de soi pour la Vérité et par des actes justes et bons.

 

B.D. "Kang" de Copi

B.D. « Kang » de Copi


 

Les personnes homosexuelles pratiquantes sont en réalité des faux révolutionnaires qui ne veulent de la révolution que la réputation, que l’image et les paillettes : pas l’action (constructive) ni ses contraintes. « La révolution sexuelle est en marche à Hollywood ! » (cf. la critique par rapport à un film sur le SM, « Interior. Leather Bar » (2013) de James Franco et Travis Matthews, dans le plaquette du 19e Festival Chéries-Chéris au Forum des Images de Paris, en octobre 2013, p. 29) ; « Mon seul combat, c’est d’habiller les femmes. » (Yves Saint-Laurent dans la biopic « Yves Saint-Laurent » (2014) de Jalil Lespert) ; « J’adorais suivre la mode. » (Jean-Michel Dunand, Libre : De la honte à la lumière (2011), p. 21) ; « J’ai le Sida. J’attrape toutes les modes. » (Copi s’adressant à Facundo Bo, cité dans l’essai Le Rose et le Noir (1996) de Frédéric Martel, p. 479) ; « On est à bonne école ici : on est chez les soumis ! » (cf. une blague d’un membre du Centre LGBT de Paris, entendue le 2 avril 2010) ; etc. Elles se sont installées dans le doux confort du militantisme à distance, en choisissant deux maîtres que tout – ou presque – oppose et qu’elles ne pourront jamais servir bien entièrement : l’effort et la facilité. « Les auteurs de la Beat Generation pensaient avoir fait un grand coup en se retirant et en prenant la route du Maroc, pour ne pas dire du haschich, mais ils n’avaient jamais commencé quoi que ce soit. C’étaient des marginaux qui n’auraient jamais été remarqués par personne sans le génie publicitaire d’Allen Ginsberg. » (Gore Vidal, Palimpseste – Mémoires (1995), p. 357)

 

B.D. "Kang" de Copi

B.D. « Kang » de Copi


 

Le vertige d’avoir été trompé par ses idéaux révolutionnaires, par ses parents soixante-huitards et par ses potes de combat, ou de s’être illusionné soi-même est parfois exprimé par une question ou par une révolte amère : « La fête est finie. » (Alberto Mira, De Sodoma A Chueca (2004), p. 565) ; « Que reste-t-il de l’explosion des années 1970 ? » (Jean-Luc Hennig cité dans le Dictionnaire gay (1994) de Lionel Povert, p. 8) ; « En cette fin de siècle, tout semble s’être refermé. Comment être outrageant en ces années outragées ? » (Bill T. Jones, idem, p. 288) ; « Comment passe-t-on d’une rive à l’autre ? Comment se fait-il que le désir puisse défier et même provoquer la mort ? » (Néstor Perlongher, « Matan A Una Marica » (1985), dans son recueil Prosa Plebeya (1997), p. 35) ; « Employer la terreur pour la révolution : c’est en soi une idée totalement contradictoire. » (Michel Foucault, « Le Savoir comme crime », entretien avec S. Terayama en 1976, cité dans Dits et écrits II, 1976-1988 (2001), p. 83) ; etc.

 

Par exemple, dans son essai Il Teatro Inopportuno Di Copi (2008), Stefano Casi qualifie le dramaturge homosexuel argentin Copi de « timide révolutionnaire » (p. 13).

 

B.D. "Kang" de Copi

B.D. « Kang » de Copi


 

Beaucoup de personnes homosexuelles se rendent compte du conformisme de leur anticonformisme. « Avant, c’était excitant et original d’être homo. Ça faisait de vous quelqu’un de spécial. Ça vous rendait différent des autres. Alors que maintenant, vous êtes aussi ennuyeux ou intéressant que n’importe quel hétérosexuel au monde. C’est comme ça. » (Steve Blame, en conclusion du documentaire « Somewhere Over The Rainbow » (2014) de Birgit Herdlitschke, diffusé en juillet 2014 sur la chaîne Arte) ; « Le PaCS ne donne pas plus d’amour. » (Christophe, en couple depuis 13 ans avec Mehdi, dans l’article « Pacsés… un jour mariés ? », sur le magazine Psychologies, juin 2004, n°231, p. 77) ; « Le problème, c’est que l’homosexualité n’a plus rien de subversif. […] Ne plus croire en Dieu n’est pas non plus exceptionnel. […] En vouloir à l’Église, c’est lassant, ça ne sert à rien. […] Aujourd’hui, ce qui est subversif, c’est justement d’adhérer à tout ça, de ne pas voir le Loup avant le mariage. […] Même voter à gauche n’est plus signe de rébellion, et si l’on y regarde de plus près, c’est l’inverse qui est bien souvent la preuve d’une bravade insolente. » (Gaël-Laurent Tilium, Recto/Verso (2007), pp. 257-258) ; « J’escroque un peu mon monde. » (Allen Ginsberg dans le docu-fiction « Howl » (2010) de Rob Epstein et Jeffrey Friedman) ; « Quant à la visibilité des homosexuels, j’ai l’impression que c’est un peu un leurre. On ne s’est pas battu pour rien, mais la gay pride et le PaCS restent de fausses libertés ; on reste emprisonné dans un ghetto, et si on est visible, c’est derrière un paravent. » (Jean-Daniel Cadinot cité dans la revue Triangul’Ère 4 (2003) de Christophe Gendron, p. 72) ; etc. Leurs constats confinent au cynisme. « L’Essobal, c’est un gars bon. Il est vachement engagé socialement, que même Béachelle et l’abbé Pierre à côté, c’est des veaux. Dès l’âge de douze ans, au sein du comité d’action révolutionnaire de son lycée, le petit Essobal fonda le groupe de lutte contre la tonte et le découpage des oreilles des caniches. » (Essobal Lenoir parlant ironiquement de lui-même à la troisième personne, dans sa nouvelle « Une Vie de lutte » (2010), p. 168) ; « Essobal Lenoir ne rate jamais une marche de la section Neuilléenne de lutte contre le Front national. Tous les week-ends, au golf, il est très farouchement opposé à toute forme d’antisémitisme, voire même de racisme, vous savez le truc des nègres et des bougnoules. » (idem, p. 171)

 

Dans la pièce musicale Rosa La Rouge (2010) de Marcial Di Fonzo Bo et Claire Diterzi, une très longue liste de noms d’auteurs dits « révolutionnaires » (dont le dramaturge Copi) est citée. Le plus significatif, c’est que l’immense papier où est inscrit le mot « Révolution » finit par être chiffonné… ; plus tard est diffusé avec ironie un extrait du film « Spartacus » (1960) de Stanley Kubrick, comme un symbole kitsch des révolutions d’antan, plus flamboyantes que celles d’aujourd’hui.

 

La passion soudaine chez les personnes homosexuelles pour des fausses réalités (l’égalité, la tolérance, leur conception erronée du droit et de la liberté, etc.) et des réalités travesties (l’homosexualité, la famille, le couple… les Jeux Olympiques « Gays » !), qui n’émane pas d’un désir profond mais plutôt d’une révolte inconsciente, n’est chez elles que l’expression, au fond, d’une désaffection de l’engagement, en plus d’un fanatisme. C’est parce que beaucoup de couples homosexuels sont infidèles et ne savent plus s’engager en amour, c’est parce que les individus homosexuels ne savent plus qui ils sont, qu’ils font précisément semblant de s’exciter pour des causes (le coming out, le mariage, l’adoption, les enfants…) qui ne les emballent pas vraiment, qui ne concernent pas véritablement leur situation de vie, qui tuent leur ennui ou leur angoisse d’être si mal assortis, et qu’une fois obtenues ils écartent. Ils ne les voulaient que « pour le symbole », « pour la reconnaissance sociale », que pour le paraître et la sincérité, parce que « ça faisait solidaire ».

 

L’humoriste Océane Rose-Marie s’engage pour les Gay Games (J.O. « homosexuels »)… parce que c’est HYPER important (pourquoi? Parce que c’est HYPER important)

 

Par exemple, invité du Petit Journal de la chaîne Canal + le 22 juin 2013, Pierre Bergé a admis qu’il n’était pas pour le mariage homo mais juste pour l’union civile (exactement comme Frigide Barjot), après avoir fait croire à tout le monde pendant des mois qu’il le voulait : « Je trouve que le mariage, c’est une institution bourgeoise. Donc je ne suis pas pour le mariage des hétéros, et je ne suis pas pour le mariage des homos. C’est clair, ça, je suis pour une grande union civile. » Lors de l’émission, il a l’aplomb de répondre à la question « Quel est votre plus gros défaut ? » : « La mauvaise foi. » Pour une fois, il dit vrai !

 

Caroline Fourest et les Femen, pleines de bonnes intentions

Caroline Fourest et les Femen, pleines de bonnes intentions


 

Pire encore, l’action « révolutionnaire et antifasciste » des personnes homosexuelles pratiquantes finit par devenir encore plus violente que le fascisme ou le totalitarisme qu’elles prétendaient dénoncer et éradiquer. « Contrairement à ce qui se passait aux Antilles, ici en métropole, nous poursuivions le combat avec acharnement. L’imminence d’une manifestation sur la voie publique se précisait à mesure que nous imposions nos idées. […] Plus que jamais le moment était venu de sortir de l’ombre, et les grands chambardements de la société de mai 68 furent une aubaine. » (Ednar dans les premiers groupes de revendication homo, dans le roman très autobiographique Un Fils différent (2011) de Jean-Claude Janvier-Modeste, p. 172) Par exemple, dans le documentaire « La Grève des ventres » (2012) de Lucie Borleteau, le collectif « Grève du ventre » est un groupe commando voulant « arrêter de faire des enfants » et imposer leur idéologie infanticide/abortive à l’ensemble des femmes, des mères et de la Planète.

 

Cette violence militante vient d’une frustration de découvrir l’inutilité du combat, d’une bouderie. Les militants homosexuels découvrent inconsciemment que l’identité homo et l’amour homo ne sont pas des causes réelles… donc ils se mettent à faire la gueule, et même à faire passer leur coup de gueule pour minoritairement homosexuel (alors qu’il s’agit précisément du contraire). Il existe en effet une attitude homosexuelle présentée actuellement comme « révolutionnaire » : celle du rejet de l’étiquette « homosexuel » sous couvert d’ouverture à l’universalité et de rejet de la ghettoïsation du « milieu homo ». Par exemple, le réalisateur Xavier Dolan rejette avec virulence l’existence de prix spécifiquement « gays ». En réalité, ni les promoteurs de ces prix artistiques, ni ceux qui les détruisent (et qui sont au fond les mêmes personnes) ne font preuve de courage et de discernement par rapport au désir homosexuel. Dolan a l’attitude (bobo et homophobe) du commun des personnes homosexuelles pratiquantes qui ne veulent pas voir leur désir et leurs actes identifiés. Rien de révolutionnaire ni d’extraordinaire dans sa démarche. La marque de fabrique du désir homo, c’est qu’il se renie pour mieux se pratiquer. La grande majorité des personnes homos sont si homosexuellement correctes en pensant ne pas l’être !

 
 

e) L’homophobie : fragile et ultime rempart de la « Révolution LGBT »

Chris Colfer et Jim Parsons, pour la revue "Rolling Stone"

Chris Colfer et Jim Parsons, pour la revue « Rolling Stone »


 

En général, dans le quotidien des « couples » homosexuels, l’échec de la « révolution homosexuelle » est nié en bloc, ou bien est imputé soit à l’extérieur (la société et les méchants « homophobes »), soit à la lâcheté d’un des deux partenaires du binôme… sachant que cette lâcheté se déplace ou s’échange entre eux comme un virus censé rehausser le courage de l’un au détriment de l’horreur de la haine de soi de l’autre. « Je voulais montrer deux générations successives d’hommes gays, deux extrêmes, deux pôles, l’un qui est dans la honte et la culpabilité et l’autre qui est totalement libre. Et comment témoigner de ses sentiments lorsque l’on ne peut pas ? » (Tor Iben, le réalisateur du film « Cibrâil » (2010) de Tor Iben, s’exprimant sur la plaquette du 17e Festival Chéries-Chéris au Forum des Images de Paris en octobre 2011)

 

On observe la même démarche de clivage manichéen à l’échelle cette fois communautaire ou nationale. « Sans être militant, Copi aura contribué, sans doute davantage que les Groupes de Libération Homosexuelle qui naissent en 1974, à façonner l’imaginaire homosexuel. » (Frédéric Martel, Le Rose et le Noir, les Homosexuels en France depuis 1968 (1996), p. 159) Il y aurait, selon les journalistes et les « intellectuels » pro-gay, la communauté homosexuelle « qui s’assume » et qui courageusement luttent pour l’épanouissement de la communauté homosexuelle « qui ne s’assume pas » et qui crache sur la première. Selon ces manichéens homosexuels actuels, soit on vit ouvertement son homosexualité comme ils le suggèrent/imposent, soit on finit frustré et malheureux : « Au final, il convient de rappeler une évidence majeure : […] l’homosexualité n’est pas un choix moral. Sauf dans le cas d’une homosexualité temporaire ou de circonstance, le seul et unique choix, pour la plupart de ceux d’entre nous qui naissent homosexuels et le découvrent très jeunes, est de vivre ouvertement et sereinement leur sexualité et leur vie ou de se replier dans la solitude, le refoulement et l’aigreur. Dans le premier cas, ils n’en seront que plus équilibrés et n’ennuierons en rien leurs voisins pas trop obtus, dans l’autre, cela ne peut qu’engendrer des conséquences fâcheuses pour eux-mêmes, leur entourage, et pour la société tout entière. » (Bertrand Desfossé, Henri Dhellemmes, Christèle Fraïssé, Adeline Raymond, Pour en finir avec Christine Boutin (1999), pp. 21-22)

 

Dans quasiment aucun cas l’échec de la révolution homosexuelle n’est attribué à ce qui, pourtant, devrait être identifié comme l’unique source du problème : le coming out et la formation du couple homo, autrement dit la pratique homosexuelle et la dualité schizophrénique du désir homosexuel, étant donné que le désir homosexuel est un élan de haine de soi, qui fait que la personne qui s’y adonne (s’)adore et (se) déteste dans un même mouvement.

 

Beaucoup de militants pro-gays se servent de l’homophobie comme seul et unique rempart/socle de leur « Révolution homosexuelle » fantasmée, mourante parce que basée sur une pratique homosexuelle violente.

 

Par exemple, le documentaire « L’Affaire Pasolini » (2012) d’Andreas Pichler essaie de faire passer le meurtre de Pier Paolo Pasolini pour un crime politique national, un complot collectif sournois, et non pour un assassinat dû avant tout aux actes honteux du fameux réalisateur opérés dans un cadre privé concret (celui du tourisme sexuel, de la drague homosexuelle et de la prostitution masculine), et dû à la terreur homosexuelle/homophobe du jeune voyou Pelosi… tout ça juste pour magnifier le personnage de Pasolini par la victimisation, pour l’ériger en héros et en martyre gênant d’une société qui a tué l’un de ses maîtres à penser parce qu’il lui aurait révélé de terribles vérités : « Comme tous les poètes, il entrevoyait l’avenir. » En réalité, le meurtre de Pasolini a été un « plan cul » qui a mal tourné.

 

Autre cas similaire. Avant de découvrir que le jeune Matthew Shepard, assassiné aux États-Unis en 1998, avait été massacré par ses deux ex-amants et fournisseurs de drogues, beaucoup présentaient (c’est très clair dans le docu-fiction Le Projet Laramie (2012) de Moisés Kaufman) et continuent de présenter le garçon décédé comme un révolutionnaire christique, qui s’était engagé pour les Droits de l’Homme et la Cause gay, alors que concrètement, ce n’était pas le cas. « Mon sentiment, c’est que les médias dépeignent Matthew comme un saint… alors que c’était un pilier de bar. » (une des rares autochtones lucides du Wyoming) Il est comparé à un Jésus crucifié sur un poteau, ligoté à une clôture : « Cet endroit est devenu un lieu de pèlerinage », déclare le père Steeven. Même le jeune cycliste (Aaron) qui a découvert le corps de Matthew, prétend que c’est Dieu qui l’a conduit sur les lieux du martyr. On constate tout l’opportunisme sincérisé des militants pro-gay et des mass médias qui se sont servis de la mort du jeune homme pour hurler à l’homophobie, pour satisfaire leur voyeurisme narcissique, pour justifier leurs propres actions militantes (« Il y avait dans la personnalité de Matthew Shepard un aspect politique. » avouera Doc O’Connor) en organisant partout aux USA une grande chaîne émotionnelle de solidarité, de veillées aux flambeaux (les fameuses « candlelight vigils » qu’on a pu voir aussi suite à l’assassinat du maire homosexuel Harvey Milk à San Francisco) : « Je crois vraiment que c’est une des plus belles choses que j’ai faites dans ma vie. » (Matt, un homme homosexuel parlant des veillées) ; « Quelle chance d’avoir vu une chose pareille dans sa vie. » (Harry, un autre veilleur, 52 ans)

 

(avec toujours l’insupportable et classique voix-off susurrée des films bobos)

 

Cette récupération du malheur ou de la violence dits « homophobes », pour tresser des couronnes révolutionnaires « aux homos » et se glorifier d’être leurs sauveurs, est observable dans tous les cas de meurtres non-élucidés (suicides, agressions, assassinats, épidémie de Sida, etc.). Elle est opérée avec la complicité des associations LGBT (Le Refuge, Act-Up, l’inter-LGBT, l’APGL, les Panthères roses, les Antifas, etc.), des revues de la presse homo (les officielles tout comme les officieuses : Têtu, Minorités, Yagg, etc.), et maintenant de nos gouvernants politiques.

 

On a pu la voir lors de l’affaire Sébastien Nouchet (homosexuel qui s’est auto-incendié à l’essence en 2004 en France), qui fut récupérée et montée en épingle par les mass médias pour accélérer l’adoption de deux amendements anti-discriminations réprimant notamment les propos homophobes en France. C’est aussi ce qu’on peut observer avec le meurtre de Clément Méric lors de la bataille du « mariage gay » en France en 2013 (la communauté homosexuelle a fait croire au crime politique impulsé par la « Manif Pour Tous » avant de se rendre compte que l’activiste anti-fasciste avait lui-même agressé ses tueurs).

 

Dans nos contrées occidentales pseudo « démocratiques », se dressent depuis un certain temps, autour des concepts d’homophobie et de fascisme, des tribunaux « révolutionnaires » formés en réalité de trouillards, d’ignorants, de condamnateurs et de personnes particulièrement homophobes (il n’y a qu’à voir comment elles traitent et insultent leurs pairs homosexuels qui ne pensent pas comme elles), qui culpabilisent tout le monde et surtout traînent la Terre entière (excepté leur élite) en procès de fascisme (ou d’intégrisme ou d’extrémisme), en les faisant comparaître dans leurs films, pièces, talk-shows, conférences, plateaux télé politiques (transformés en arènes par l’entremise de l’« équipe à Ruquier » et autres journalistes véreux). Quand le militantisme manichéen, agressif, idéologue, ose se présenter comme l’incarnation de l’humanisme, de l’amour, du respect, de l’humour, de l’engagement audacieux, on oscille, en tant que spectateur, entre rire, consternation et révolte. Car oui, ceux qui prônent l’amour en vous insultant ou en vous menaçant de penser/pleurer comme il faut, c’est-à-dire comme eux, sont littéralement tragicomiques (c’était palpable lorsque j’ai assisté à la projection du documentaire « Et ta sœur ! » (2011) de Nicolas Barachin et Sylvie Leroy, ou bien lors de la représentation de pièces dites subversives et engagées comme Golgota Picnic (2012) de Rodrigo Garcia, Grand Peur et Misère du IIIe Reich (2008) de Bertold Brecht, Le Projet Laramie (2012) de Moisés Kaufman, Bent (2007) de Martin Sherman, etc.). Ces idéologues « bienfaiteurs » vous crachent à la gueule le sourire aux lèvres, la larme à l’œil, et avec la satisfaction d’accomplir une œuvre de justice et de progrès. Sidérant. Déplacé. Indécent. Puant. Surtout au vu des crises dramatiques (économiques mais surtout morales) que traversent en ce moment tous les pays (Espagne, Belgique, France, Suède, États-Unis, Afrique du Sud, etc.) approuvant les yeux fermés les lois pro-gays en pensant que ça fera écran aux divisions dans les familles, entre concitoyens, et sur notre Planète qui perd pied avec le Réel, alors que c’est tout le contraire qui arrive.

 

FAUX REV Espagne

 

La défense sociale et la banalisation de la pratique homosexuelle (une pratique qui est tout sauf aimante car elle expulse la différence des sexes et repose sur une discrimination contraire à l’Amour et au Réel), loin de marquer un progrès humain et une ouverture, indiquent une régression civilisationnelle très grave, qui risque de se retourner contre les plus fragiles de notre société (les femmes, les enfants, les personnes homosexuelles, en premier lieu). L’égalitarisme bon ton est un rouleau compresseur extrêmement inhumain et dangereux, qui transforme le troupeau de moutons de panurge anti-conformistes et pro-Égalité en macaques décérébrés, incapables de penser par eux-mêmes (ce n’est pas moi qui le dis : ce sont eux-mêmes qui se représentent ainsi! cf. la photo ci-dessous que j’ai prise dernièrement), oubliant leur humanité, et présentant (par cynisme désabusé) leur décadence et leur barbarie comme de l’esprit et du progrès social.

 

Photo d'un graffiti des pro-mariage-pour-tous défendant l'égalité, et représentant un singe

Photo d’un graffiti des pro-mariage-pour-tous défendant l’égalité, représentant un singe (Paris, IVe arrondissement, 2013)


 

Finalement, que c’est dur, irréaliste et violent, de chercher à être révolutionnaire sans se mettre au service des seules instances et incarnations qui incarnent vraiment la Révolution sur Terre : Jésus et son Église catholique !

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.