Archives par mot-clé : objet

Code n°5 – Amant modèle photographique (sous-codes : Amant miniature / Amant de dos / Amant-nain)

Amant modèle photographique

Amant  modèle photographique

 

 

NOTICE EXPLICATIVE :

 

Mon amour tout petit dans mon appareil

 

MODÈLE photographique plage

 

Il est fréquent de voir dans les œuvres traitant d’homosexualité des héros homosexuels exercer le métier de photographe, ou bien passant leur temps à prendre en photo la/les personne(s) qu’ils désirent amoureusement. D’ailleurs, ces personnages avouent parfois avoir ressenti leurs premiers émois homosexuels devant des hommes photogéniques, très médiatisés, attirant massivement à eux les flashs des journalistes et des photographes. Ces modèles hétéros de magazine font la couverture des magazines gays actuels, et illustrent que l’homme-objet est le dieu de la communauté homo. Généralement, le personnage homo/lesbien qui mitraille son amant(-e) parce qu’il l’idéalise et désir l’immortaliser, ne le/la respecte pas tant que ça : symboliquement, il le/la traite comme un objet de consommation, il le/la rapetisse (au point qu’il peut parfois le/la transformer en nain(-e) : c’est bien une miniaturisation qui est opérée par le biais du smartphone ou de la caméra portable), il le/la réifie. En d’autres termes, il le/la méprise. Cet(-te) amant(-e) photographié(-e) devient un trophée manipulable à souhait et qu’il est facile d’utiliser comme faire-valoir personnel. Et comme il/elle est pourtant bien vivant(-e) dans le monde réel et qu’il/elle ne se laisse pas mettre le grappin dessus parce qu’il/elle tient à sa liberté, il arrive tôt ou tard qu’il/elle se venge de cette entreprise de possession sur son Pygmalion fasciné.

 
 

N.B. : Je vous renvoie également les codes « Pygmalion », « Photographe », « Amant narcissique », « Miroir », « Peinture », « Voyeur vu », « Espion », « Frère, fils, père, amant, maître, Dieu », « Poupées », « Doubles schizophréniques », « Obèses anorexiques », « Homosexualité, vérité télévisuelle ? », « Tomber amoureux des personnages de fiction ou du leader de la classe », « Femme fellinienne géante et pantin », et « Un Petit Poisson, Un Petit Oiseau », dans le Dictionnaire des Codes homosexuels.

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 

 

FICTION

 

a) Le personnage homosexuel réifie son amant par la photo :

Film "Ma vraie vie à Rouen" d'Olivier Ducastel et Jacques Martineau

Film « Ma vraie vie à Rouen » d’Olivier Ducastel et Jacques Martineau


 

Dans beaucoup de fictions homo-érotiques, le personnage homosexuel prend son copain en photo ou au piège de sa caméra : cf. le film « Billy’s Hollywood Screen Kiss » (1998) de Tommy O’Haver, le film « Surveillance » (2007) de Paul Oremland, le film « New Wave » (2008) de Gaël Morel (Éric filme Romain), le film « Get Real » (« Comme un garçon », 1998) de Simon Shore (Steven photographie l’équipe de foot de son université, et notamment son amant), le film « Passion » (1964) de Yasuzo Masumara, le film « Boys Don’t Cry » (1999) de Kimberly Peirce, le film « Ma vraie vie à Rouen » (2002) d’Olivier Ducastel et Jacques Martineau, le film « Fluffer » (2001) de Richard Glatzer, le film « Saturn’s Return » (2001) de Wenona Byrne, le film « Presque rien » (2000) de Sébastien Lifshitz, le film « Eclipse » (1995) de Jeremy Podeswa, le film « Fucking Amal » (1998) de Lukas Moodysson, le film « La petite mort » (1995) de François Ozon, le film « Harvey Milk » (2009) de Gus Van Sant (avec Scott comme modèle photographique d’Harvey Milk), le film « Smooth » (2009) de Catherine Corringer, le film « Ghosted » (2009) de Monika Treut (Mei-li est une mystérieuse journaliste qui suit Sophie Schmitt), le one-man-show Les Histoires d’amour finissent mal (2009) de Jérôme Loïc, le film « Homme au bain » (2010) de Christophe Honoré (Emmanuel filme Omar), le film « Free Fall » (2013) de Stephan Lacant, etc.

 

Film "Billy’s Hollywood Screen Kiss" de Tommy O’Haver

Film « Billy’s Hollywood Screen Kiss » de Tommy O’Haver


 

Par exemple, dans le film « Les Chansons d’amour » (2007) de Christophe Honoré, Erwan photographie Ismaël avec son téléphone portable. Dans le film « Plan B » (2010) de Marco Berger, Pablo prend au départ Bruno (son futur amant) pour un sosie d’une photographie que possède sa copine Laura. Plus tard, en faisant plus ample connaissance,