Archives par mot-clé : désir homosexuel

Code n°164 – Substitut d’identité (sous-codes : Play-back / Imitateur / Travestissement)

substitut d'identité

Substitut d’identité

 

 

NOTICE EXPLICATIVE :

 

« Faut m’aimer à ma place et m’attendre au tournant. »

(cf. la chanson « J’ai pas 20 ans » d’Alizée)

 

Dragqueen

Dragqueen


 

Quand on ne s’aime pas un minimum soi-même, qu’on reporte l’amour qu’on se doit en cherchant à être quelqu’un d’autre ou à se mettre en couple avec un semblable sexué qui comblera partiellement cette haine de soi, comment en toute logique prétendre aimer ensuite l’autre tel qu’il est vraiment ? C’est la première question qu’on devrait se poser au sujet des « couples » homosexuels et des personnes homosexuelles – qui ont beaucoup de retard par rapport à l’acceptation d’elles-mêmes, non pas en tant que personnes homosexuelles mais en tant que personnes aimantes et aimables.

 

Leanne Payne, intellectuelle lesbienne nord-américaine, a tout à fait raison de dire que dans l’homosexualité, il y a une forme de jalousie, de complexe et de peur qui s’exprime : on recherche chez les semblables sexués ce dont on croit manquer.
 

Dans les fictions homo-érotiques, on constate que bon nombre de personnages homosexuels (mais aussi de personnes homosexuelles réelles) expriment leur désir de devenir quelqu’un d’autre qu’eux-mêmes, pour échapper aux contingences humaines et à l’horizon d’une vie qui promet d’être banale. Ils désirent, par leurs attitudes et leur mode de vie, être riches/pauvres, être une femme (quand ils sont nés hommes) ou homme (quand elles sont nés femmes), être beaux, être célèbres, être objet, être éternellement jeunes, vivre à une autre époque, nier leur unicité et la souffrance inhérente à leur condition humaine. Cette fuite et haine de soi sont rarement étudiées dans l’étiologie de l’homosexualité : pourtant, elles sont frappantes, évidentes, et suffiraient à ébranler la « certitude » qu’a la société par rapport à l’identité homo, et même par rapport à la fiabilité du désir homo.

 
 

N.B. : Je vous renvoie également aux codes « Fusion », « Maquillage », « Extase », « « Je suis différent ! » », « Amant narcissique », « Bergère », « Jumeaux », « Pygmalion », « Voleurs », « Fan de feuilletons », « Moitié », « Amour ambigu du pauvre », « Tomber amoureux d’un personnage de fiction ou du leader de la classe », « Se prendre pour Dieu », « Se prendre pour le diable », « Musique comme instrument de torture », « Inversion », « Clown blanc et Masques », « Cannibalisme », à la partie « Autocensure anti-identitaire » du code « Déni », et à la partie « Automates » du code « Poupées », dans le Dictionnaire des Codes homosexuels.

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 

 

1 – PETIT « CONDENSÉ »

 

Le désir fou de se substituer à l’amant réifié

 

Photo I Wanna Rob A Bank de Jason Collett

Photo I Wanna Rob A Bank de Jason Collett


 

On n’en parle très peu aujourd’hui. Et pourtant, cela saute aux yeux dès qu’on s’arrête pour rencontrer un peu les personnes concernées. Les histoires d’amour homosexuel se construisent généralement sur un malentendu existentiel puisqu’elles réunissent deux personnes qui individuellement et originellement ont voulu être quelqu’un d’autre qu’elles-mêmes (un garçon, une fille, un dieu, une star de cinéma, une moitié d’Homme, etc.), et qui du coup désirent se substituer l’une à l’autre, ou ne faire qu’Un ensemble. « Je voulais me glisser dans son corps comme dans un pyjama. » (le juge Kappus parlant de son amant Julien, dans le roman Portrait de Julien devant la fenêtre (1979) d’Yves Navarre, p. 92) Elles ne se sont pas suffisamment tolérées elles-mêmes telles qu’elles étaient, en corps, en cœur et en esprit, pour ensuite être en mesure de s’accueillir mutuellement en vérité. La non-acceptation de soi, et la nécessaire épreuve douloureuse qu’elle supprime, peut empêcher ensuite de bien aimer. Comme l’écrit très justement François Varillon, « l’amour ne se consomme pas dans l’absorption, ou fusion, de deux en un […]. Il veut à la fois la distinction et l’unité, l’altérité et l’identité. Dans la condition humaine, ce vœu profond : être non seulement uni à l’autre mais un-avec lui tout en restant soi, est incoercible et irréalisable. C’est pourquoi nul n’entre sans souffrance au royaume de l’amour. » (François Varillon, L’Humilité de Dieu (1974), p. 106) De manière presque générale, on peut affirmer à propos des unions amoureuses homosexuelles que la volonté de se substituer à l’autre a précédé le désir d’amour que la personne homosexuelle a ressenti pour son amant. « La forme d’amour la plus reculée dont je me souvienne, c’est mon désir d’être un joli garçon… que je voyais passer. » (Jean Genet cité dans l’essai Saint Genet (1952) de Jean-Paul Sartre, p. 99) L’omniprésence des play-back dans les œuvres homosexuelles illustre bien la volonté de substitution fusionnelle à l’amant. L’excessive identification projective sur l’entourage – « l’être-pour-les-autres » – fait souvent souffrir, et pourtant, semble banale à celui qui l’opère car dans l’instant, elle peut flatter son Ego : « On est là tous à se déchirer et on est tous très bien, à tenir compte des autres, à se mettre dans la peau des autres. » (Jean-Louis Bory, La Peau des Zèbres (1969), p. 487)

 

Beaucoup de personnes homosexuelles s’intéressent à leur amant non pas tant pour lui-même que pour combler leur propre vide existentiel. « Moi, je n’avais pas de moi. J’étais vide. Il me remplissait. » (Guillaume Dustan, Nicolas Pages (1999), p. 112) La jalousie apparaît alors comme l’expression détournée de l’adoration. Dans le couple homosexuel, nous assistons à ce que nous pourrions appeler une identification par absorption, comme l’exprime Olivier dans le reportage « Une Vie ordinaire » de Serge Moati : « Paradoxalement, je crois que j’étais un homme quand j’étais avec un homme. Je devenais un homme par rebonds, par personne interposée. » (Olivier, 37 ans, parlant de la découverte de son homosexualité, dans le documentaire « Une Vie ordinaire ou mes questions sur l’homosexualité » (2002) de Serge Moati) Certaines personnes homosexuelles vont se dérober à elles-mêmes sous le prétexte de l’union d’amour avec leur amant-paravent. « Je peux être caché derrière lui pour vivre sa vie. » (Laurent à propos de son amant Jean-Jacques, dans le documentaire « Woubi Chéri » (1998) de Philip Brooks et Laurent Bocahut) Ce dernier, plus apprécié par son aspect physique que pour ses qualités intérieures, est censé les conforter dans la très haute et la très basse image qu’elles ont d’elles-mêmes ; en un mot, les aimer à leur place (c. f. la chanson « J’ai pas 20 ans ! » d’Alizée). Mais avec le temps, elles finissent par lui reprocher d’obéir sans broncher à leur orgueilleuse demande, de leur mentir et de les entretenir dans un rêve illusoire. Car personne ne peut faire à notre place ce travail d’amour de nous-mêmes, ni s’imprimer en nous telle une presse, ni même nous figer en image contagieuse.

 

« Tu m’as aimée pour mon image, mais m’aimeras-tu pour ce que je suis ? » Voilà la question fondamentale de Cendrillon que beaucoup de personnes homosexuelles rêveraient de poser à leur amant, mais qu’elles ne lui soumettent que très rarement car elles connaissent déjà la triste réponse : elles lui demandent de leur révéler leurs propres richesses, parce qu’elles/il doute(nt) trop d’elles. Cette conception de l’amour qui fait dépendre l’amour de soi principalement de l’amant ne traduit pas la confiance mais au contraire une démission mutuelle. À bien y réfléchir, nous pouvons nous demander comment il peut y avoir un amour juste entre deux personnes qui se désirent à ce point hors d’elles-mêmes, qui ont fondé leur union sur la déception de soi et la substitution réifiante. « Ennemi de soi-même, comment aimer les autres ? » chante Étienne Daho dans sa chanson « Retour à toi ». Il semble qu’il faut déjà s’aimer un minimum soi-même pour pouvoir aimer l’autre tel qu’il est et pour lui demander de nous aimer tels que nous sommes. Et dans la majorité des couples homosexuels, il est clair que les questions sur l’estime de soi n’ont généralement pas été réglées. Ces dernières restent souvent noyées pour un temps par l’adoration. Il est fréquent de voir que beaucoup de personnes homosexuelles remplacent dans leur discours le verbe « aimer » par celui d’« adorer » dès qu’elles parlent de leur(s) amant(s). Malheureusement, l’amour-idolâtrie, l’autre nom de l’amour homosexuel, n’équivaut pas exactement à l’amour. Il est plutôt un désir de fusion-rupture à l’objet de désir. L’admiration permet l’émerveillement et le respect de l’être aimé dans la juste distance. En revanche, l’adoration n’inclut pas une reconnaissance de la Réalité. Elle se traduit par une captation des yeux et un désir inconscient d’agression, de possession. Le regard idolâtre ne respecte pas l’être aimé : il dévore ce qu’il veut sincèrement honorer. Parfois, dans la réalité concrète, certaines personnes homosexuelles regardent leur amant sans le voir, c’est-à-dire sans le reconnaître dans son individualité et ses limites, et sans lui laisser sa liberté. Quand bien même elles vivent avec lui au jour le jour, elles passent à côté de lui. Elles pourraient dire, comme le protagoniste du roman Temps voulu (1979) d’Yves Navarre : « Je l’ai aimé. […] Et je l’aime encore. Mais l’ai-je vraiment connu ? » (Yves Navarre, Le Temps voulu (1979), p. 8) Pour illustrer ce curieux aveuglement, Jean Cocteau se filme en portant des yeux postiches pour exprimer, selon ses propres termes, qu’il « regarde Jean Marais sans le voir » (Jean Cocteau dans le documentaire « Jean Cocteau, Autoportrait d’un inconnu » (1983) d’Edgardo Cozarinsky).

 

L’adoration n’est pas l’amour : elle est un versant de la haine. Il ne suffit pas de haïr oralement quelque chose pour en être détaché, ni de se faire à deux une déclaration d’amour fou pour vivre à l’abri des désirs de destruction de l’objet de désir. La fascination a quelque chose à voir avec la haine : nous détestons, et secrètement nous envions. Le nœud du fanatisme qui unit la haine à l’adoration est la déception : rien de pire qu’un fan déçu qui présente la jalousie sous les traits de l’amour, avant parfois de la laisser agir avec une violence inouïe. Je crois que l’amour homosexuel est un subtil mélange d’amour vrai et de fanatisme. Il a le parfum de la vénération inconditionnelle que le fan porte à sa vedette. Celle-ci sait pertinemment que le jour où elle ne lui proposera rien de nouveau et qu’elle apparaîtra sans maquillage dans la rue, il ne la reconnaîtra pas et ne se battra pas pour la repêcher. Elle a conscience de l’amour-pacotille dont elle est aimée. Le fan homosexuel a aussi compris cela, et souffre à la place de sa star de l’amour éphémère qu’il lui porte. L’idole lui annonce leur médiocrité mutuelle. L’idolâtrie est un amour désespéré et haineux entre deux victimes qui jouent constamment à s’échanger les rôles de victimes et de tyrans jusqu’à ce que destruction et engloutissement (fantasmé et parfois réel) s’en suivent.

 
 

2 – GRAND DÉTAILLÉ

 

FICTION

 

a) Le personnage homosexuel cherche à changer d’identité et à usurper celle d’un autre :

L’usurpation d’identité (en amour notamment) est un sujet omniprésent dans les œuvres de fiction homosexuelles : cf. le chanson « Sois-moi – Be me » de Mylène Farmer, la pièce Ubu Roi (1896) d’Alfred Jarry, le film « Dans la peau de John Malkovich » (1999) de Spike Jonze, le film « Seconde Peau » (1999) de Gerardo Vera, le film « Persona » (1966) d’Ingmar Bergman, le roman Si j’étais vous… (1947) de Julien Green (racontant l’histoire d’un homme se mettant successivement dans la peau de différentes personnes), le roman À ta place (2006) de Karine Reysset, la chanson « Mourir comme lui » du Teenager du spectacle musical La Légende de Jimmy (1990) de Michel Berger, le film « Strangers On A Train » (« L’Inconnu du Nord-Express », 1951) d’Alfred Hitchcock (traitant de l’usurpation d’identité opérée par un fan incontrôlable), le film « Niño Pez » (2009) de Lucía Puenzo, le film « La Révolution sexuelle n’a pas eu lieu » (1998) de Judith Cahen (où le transfert identitaire se fait grâce à un ordinateur), la pièce Journal d’une autre (2008) de Lydia Tchoukovskaïa, le film « Si j’étais star » (2003) de Patrick Mimouni, le film « Quand je serai star » (2004) de Patrick Mimouni, « I Was A Male Yvonne De Carlo » (1970) de Jack Smith, le film « Man To Man » (1992) de John Maybury, la chanson « Optimiste » de Stéphane Corbin, la pièce Cyrano intime (2009) d’Yves Morvan (avec Cyrano se faisant passer pour Christian auprès de la belle Roxane), la pièce Et puis j’ai demandé à Christian de jouer l’intro de Ziggy Stardust (2009) de Renaud Cojo (avec l’identification autoparodique des fans de David Bowie à leur idole), le film « Après lui » (2006) de Gaël Morel (avec une mère qui, pour surmonter la mort de son fils décédé dans un accident de voiture, tombe amoureuse de l’assassin de ce dernier), le film « Chéri » (2009) de Stephen Frears, la comédie musicale Dr Frankenstein Junior (1974) de Mel Brooks (sur le transfert d’identités), etc. Par exemple, dans la pièce Y a comme un X (2012) de David Sauvage, Jean-Louis va chez le psy à la place de son ami(e) transgenre M to F Jessica (initialement Jean-Charles), et ce dernier fait passer Jean-Louis pour lui vis-à-vis de son propre père. Dans l’épisode 6 de la saison 1 de la série Sex Education (2019) de Laurie Nunn Adam, le héros homo, fait croire que c’est lui le gagnant du concours de dissertation du lycée, alors que c’est Maeve qui a rédigé son devoir à sa place. Il est plagiaire.

 

Souvent, le héros homosexuel exprime son désir d’être quelqu’un d’autre que lui-même, car il ne s’accepte pas tel qu’il est : « J’ai toujours voulu être quelqu’un d’autre. » (Rabii dans le film « Adieu Forain » (1998) de Daoud Aoulad-Syad) ; « J’aimerais bien échanger ma vie avec un autre. » (Luc s’adressant à Bruno, dans le film « Corps inflammables » (1995) de Jacques Maillot) ; « Je voudrais être n’importe qui excepté moi. » (Frankie dans le roman Frankie Addams(1946) de Carson McCullers) ; « Pourquoi suis-je moi et pas toi ? » (le héros du ballet Alas (2008) de Nacho Duato) ; « J’aime qu’on m’aime pour ce que je ne suis pas. » (David Forgit, le comédien travesti M to F, dans son one-(wo)-man show Désespérément fabuleuses : One Travelo And Schizo Show, 2013) ; « Tu me croirais si je te disais que j’aimerais bien être à ta place ? » (Adineh l’héroïne transsexuelle F to M s’adressant à Rana la femme mariée, dans le film « Facing Mirrors : Aynehaye Rooberoo », « Une Femme iranienne » (2014) de Negar Azarbayjani) ; « Les races n’existent pas. Y’a l’espèce humaine. C’est tout. L’autre, c’est moi. Moi ailleurs, à un autre moment. Mon pays, c’est toi. Mon amour. » (Pierre Fatus, le Blanc qui se prend pour un Noir, dans son one-man-show L’Arme de fraternité massive !, 2015) ; « Arrête de faire semblant d’être ce que tu n’es pas. » (Ninon, la lesbienne, s’adressant à Guen le héros homosexuel, dans la pièce Les Favoris (2016) d’Éric Delcourt) ; « Je n’ai jamais été comme toi. » (Carol, l’héroïne lesbienne s’adressant à son amante Thérèse dont elle découvre le corps nu pour la première fois, dans le film « Carol » (2016) de Todd Haynes) ; « Oui, vous n’êtes pas à ma place. » (Vera l’héroïne lesbienne s’adressant à Nina, dans la pièce Géométrie du triangle isocèle (2016) de Franck d’Ascanio) ; etc.

 

Le désir de changer d’identité naît d’abord de l’identification excessive du personnage homosexuel à ses héros de papier, ses stars de cinéma ou de magazine. « J’aurais adoré être elle. » (Marilyn Lenorman en parlant de son idole Marilyn Monroe, dans la pièce Elvis n’est pas mort (2008) de Benoît Masocco) ; « James Bond, sors de ce corps ! » (Shirley Souagnon dans son concert Free : The One Woman Funky Show, 2014) ; « Mourir comme lui, je voudrais mourir comme lui, avant d’avoir gâché ma vie à trop vouloir vivre comme lui. » (cf. la chanson « Mourir comme lui » du Teenager de la comédie musicale La Légende de Jimmy de Michel Berger) ; « Je rêvais de prendre la place de l’un d’eux. » (Kevin, le héros homosexuel regardant un couple homosexuel faire l’amour sur une plage, dans la pièce Les Amers (2008) de Mathieu Beurton) ; « Après tout, si ça plaît à l’héroïne, ça devrait lui plaire aussi à elle. » (Perrine, cherchant à imiter en vain son idole Amélie Poulain, dans le film « Le Fabuleux Destin de Perrine Martin » (2002) d’Olivier Ciappa) ; « S’ils tombent, pensais-je, je meurs avec eux. » (Roger en regardant des trapézistes, dans le roman L’Autre (1971) de Julien Green, p. 20) ; « On se met à la place de Meryl Streep. Eh oui ! Encore elle ! » (Matthieu, l’un des héros homos se programmant une soirée ciné avec son « chéri », dans la pièce À partir d’un SMS (2013) de Silas Van H.) ; « Et là, je me voyais courir dans les champs, cheveux au vent, comme dans la Petite Maison dans la prairie, avec la petite fille qui se cassait la gueule. » (Fabien Tucci, homosexuel, s’identifiant à Laura Ingals, dans son one-man-show Fabien Tucci fait son coming-outch, 2015) ; « J’ai l’impression d’être Beyoncé au Stade de France. » (Fred, le trans M to F, dans le film « Les Crevettes pailletées » (2019) de Cédric le Gallo et Maxime Govare) ; etc. Par exemple, dans le film « Como Esquecer » (« Comment t’oublier ? », 2010) de Malu de Martino, Hugo, le héros gay, s’identifie aux personnages du roman Les Hauts du Hurlevent. Dans la pièce Confidences (2008) de Florence Azémar, Stéphane rêve d’être acteur, de devenir comme Madonna. Dans le film « 22 Jump Street » (2014) de Phil Lord et Christopher Miller, Schmidt joue la « princesse », sa Beyoncé ; et il décrit le supposé délire homosexuel de son collègue Jenko : « Il se prend pour Harvey Milk. » Dans son one-man-show Bon à marier (2015), Jérémy Lorca passe son temps à se prendre pour Rihanna, Dalida, Brigitte Bardot, Alizée, Céline Dion : « T’as des cheveux, tu te prends pour Beyoncé. »

 

Dans la pièce Dernier coup de ciseaux (2011) de Marilyn Abrams et Bruce Jordan, Romain Canard, le coiffeur homosexuel, organise des soirées déguisées chez lui. La dernière qu’il a faite, c’était « dessins animés de notre enfance » (il était déguisé en Princesse Sarah). Il aime aussi se farder en Lady Gaga. Et il cherche ensuite à s’identifier aux personnes de son entourage qui correspondent « le moins mal » à la femme-pbjet (par exemple, il s’adressera à Mme Bioray, la bourgeoise de l’histoire, en ces termes : « Quand je serai vieux, j’aimerais tellement être comme vous ! »). Dans son one-woman-show Wonderfolle Show (2012), Nathalie Rhéa dit qu’elle est le sosie black de Marilyn Monroe. Dans le film « Hoje Eu Quero Voltar Sozinho » (« Au premier regard », 2014) de Daniel Ribeiro, Léo, le héros homosexuel, rêve que par le voyage dans un pays imaginaire que personne ne connaîtrait sauf lui, « il pourrait s’inventer sa propre personnalité ». Dans la pièce Et Dieu créa les fans (2016) de Jacky Goupil, Tom, le fan de Mylène Farmer, arrive travesti en Mylène.

 

Dans le film « The Talented Mister Ripley » (« Le Talentueux M. Ripley », 1999) d’Anthony Minghella, Tom, le héros homosexuel, s’identifie à un homme, Dick, sur le point de se marier avec une femme. La première fois qu’il l’observe sur la plage, avec des jumelles, il laisse échapper sa schizophrénie : « C’est mon visage. », tout en apprenant l’italien avec une méthode assimile. Tom imite en tous points Dick, au point de s’habiller comme lui, d’imiter sa voix et son écriture. Après avoir tué Dick, Tom se fait passer pour lui. On découvre qu’à la base de cette schizophrénie se cache un grand manque à être : « J’ai toujours pensé qu’il valait mieux être quelqu’un d’autre que n’être personne. »
 
 

b) Le personnage homosexuel cherche à changer d’identité sexuée :

SUBSTITUT Garçonne

The Drag King Fem Show


 

Chez le héros homosexuel, le désir de se substituer à une autre personne concerne particulièrement la différence des sexes : il rêve d’incarner cette différence à lui seul, et renie sa sexuation d’origine : « Je veux être une femme. » (Molina, le héros gay du roman El Beso De La Mujer-Araña, Le Baiser de la Femme-Araignée (1979) de Manuel Puig, p. 24) ; « Je voudrais être une fille. » (Willy, le gamin transgenre M to F qui se prend pour une fille, Film « Le Tout Nouveau Testament » (2015) de Jaco Van Dormael) ; « Je ne puis sentir que je suis une femme. » (Stephen, l’héroïne lesbienne du roman The Well Of Loneliness, Le Puits de solitude (1928) de Marguerite Radclyffe Hall, p. 266) ; « En ce temps-là, elle avait désiré être un garçon… » (idem, p. 134) ; « Douze ans : l’âge où je me suis senti le plus fille de ma vie ? » (le narrateur homosexuel du roman Le Bal des Folles (1977) de Copi, p. 39) ; « Je préfèrerais être un fils. » (Anamika, l’héroïne lesbienne parlant à sa mère, dans le roman Babyji (2005) d’Abha Dawesar, p. 180) ; « Dans la famille, on est de gauche de père en fils. » (Rodolphe Sand se mettant dans la peau de Joyce, une lesbienne camionneuse, dans son one-man-show Tout en finesse , 2014) ; « Je veux devenir un play-boy professionnel. […] J’entrerai dans l’armée. […] Ce sera que pour fréquenter l’école militaire. Pour m’entraîner et avoir un corps magnifique. Je veux dire un corps rude et robuste comme le vôtre. » (Anamika s’adressant à Adit, op. cit., p. 206) ; « Ceci dit, il y a une femme dans plus d’un homme. » (Nathalie Rhéa dans son one-woman-show Wonderfolle Show, 2012) ; « L’intuition féminine… ben tu peux pas comprendre. Je suis une femme, moi. » (Benjamin, l’un des héros homosexuels, ironique, dans la pièce Le Fils du comique (2013) de Pierre Palmade) ; « Je suis un jeune garçon, non pas une femme, ma mère ! » (Lou, l’héroïne lesnienne dans la pièce Les Escaliers du Sacré-Cœur (1986) de Copi) ; « Je n’ai aucun problème avec les hommes. La preuve : j’ai un mec à l’intérieur de moi. » (Shirley Souagnon, humoriste lesbienne, dans l’émission Bref à Montreux (Suisse) sur la chaîne Comédie +, diffusée en décembre 2012) ; « J’aimerais être une femme parfois. Je suis jaloux de tes orgasmes. J’vois bien que l’intensité du plaisir est plus forte chez toi. J’ai entendu dire que la femme jouissait huit plus que l’homme. » (Jupiter s’adressant à Junon, dans le film « Métamorphoses » (2014) de Christophe Honoré) ; « J’ai emprunté à la femme. Pourquoi les hommes ne feraient pas comme les femmes ? » (Rudolf Noureev, dans le biopic « Noureev, le Corbeau blanc » (2019) de Ralph Fiennes) ; etc.

 

Par exemple, dans la pièce Le Mariage (2014) de Jean-Luc Jeener, Suzanne, une des deux héroïnes lesbiennes, fait une thèse sur « l’identité sexuelle »… mais pour justement substituer aux identités sexuelles fondatrices homme-femme celles, beaucoup moins réelles et incarnées, d’hétérosexuels-homosexuels. Le père de Claire – la compagne de Suzanne – essaie de la ramener au Réel, et de lui expliquer que la pratique homo ou l’identité homosexuelle/hétérosexuelle sont des tentatives erronées d’identification à ses pulsions, à ses actes génitaux et à ce qu’on croit être les enfants : « C’est la grande loi de Dieu : une femme est une femme, un homme est un homme. […] Homosexuel donne hétérosexuel. Hétérosexuel, c’est le contraire pratique d’homosexualité, qui montre bien la folie de ce monde. […] L’homosexualité est une infantilisation. »

 

Dans le one-man-show Au sol et en vol (2014) de Jean-Philippe Janssens, Jeanfi, le steward homo, dit que sur la fraterie de quatre enfants dont il fait partie, ils sont deux, sa sœur et lui, à avoir fait un coming out : « Ça fait un beau ratio ! ». Il fait la remarque qu’avec sa frangine, qui a choisi d’être chauffeur routier, de se comporter en mec, qui changeait les plaquettes de freins de leur père, et lui qui a décidé d’assumer sa féminité, d’être hôtesse de l’air, il a dû y avoir « inversion : « Les hôtesses de l’air sont des femmes comme vous et moi. »
 

Dans le film « Rafiki » (2018) de Wanuri Kahiu, Kena, l’héroïne lesbienne garçonne, est exceptionnellement admise à jouer au foot avec les garçons. Cela étonne Ziki, la future amante de Kena, qui aimerait bien elle aussi être intégrée à l’équipe masculine… et les gars lui répondent qu’ils ont inclus Kena uniquement parce que « Kena, elle joue comme un mec ».
 

Film "Guillaume et les garçons, à table!" de Guillaume Gallienne

Film « Guillaume et les garçons, à table! » de Guillaume Gallienne


 

Le personnage homosexuel aime se déguiser et rentrer dans la peau d’une personne du sexe « opposé ». Je ne vais pas dresser la très longue liste des œuvres de fiction homosexuelles où le travestissement est montré, mais simplement me contenter de citer les quelques œuvres qui me reviennent en tête : cf. le film « Les Garçons et Guillaume, à table ! » (2013) de Guillaume Gallienne (Guillaume se travestit en Sissi dans sa chambre), le film « Il ou elle » (2012) d’Antoine et Pascale Serre (Florent Hostein s’habille en femme régulièrement), le film « Unconditional » (« Inconditionnel », 2012) de Bryn Higgins (Owen se travestit, et ce qui semblait au départ un jeu devient sérieux), la pièce Les Sex Friends de Quentin (2013) de Cyrille Étourneau (Jules, le poète homo, aime se travestir), le spectacle musical Bénureau en best-of avec des cochons (2012) de Didier Bénureau (avec l’association fictive l’ATEB : l’Association des Travestis Évêques Belges), le film « Outrageous ! » (1977) de Richard Benner (avec le personnage de Robin), la chanson « Travesti » de Sadia dans le spectacle musical Starmania de Michel Berger, la chanson « Sans contrefaçon » de Mylène Farmer, le film « Les Douze Coups de Minuit » (« After The Ball », 2015) de Sean Garrity (avec Kate qui se travestit en Nate), la chanson « Comme un garçon » de Sylvie Vartan, la pièce Les Bonnes (1947) de Jean Genet, le film « Madame Satã » (2001) de Karim Ainouz, le film « Huit Femmes » (2002) de François Ozon, le film « Nuits d’ivresse printanière » (2009) de Lou Ye (avec le personnage de Jian Cheng), le film « Une Voix d’homme » (2001) de Martial Fougeron, la pièce Elvis n’est pas mort (2008) de Benoît Masocco, le film « La Meilleure façon de marcher » (1976) de Claude Miller (avec Philippe qui se travestit en cachette), le film « La Mala Educación » (« La Mauvaise Éducation », 2003) de Pedro Almodóvar, le film « Tootsie » (1982) de Sydney Pollack, le film « Nos Vies heureuses » (1999) de Jacques Maillot (avec François déguisé en « Miss Sophistication »), la B.D. Anarcoma (1983) de Nazario, le film « Ocaña, Retrato Intermitente » (1979) de Ventura Pons, le film « Torch Song Trilogy » (1989) de Paul Bogart (avec le personnage d’Arnold), la pièce Les Amers (2008) de Mathieu Beurton (avec le personnage de Kevin), le film « Priscilla, folle du désert » (1995) de Stephan Elliot, la pièce Musique brisée (2010) de Daniel Veronese (avec un homme en robe de soirée), le film « Saisir sa chance » (2006) de Russell P. Marleau), le film « Morrer Como Um Homem » (« Mourir comme un homme » (2009) de João Pedro Rodrigues, le film « Mathi(eu) » (2011) de Coralie Prosper, le film « Alice In Andrew’s Land » (2011) de Lauren Mackenzie, la chanson « It » de Christine & the Queens, etc.

 

Par exemple, dans le one-man-show Les Gays pour les nuls (2016) d’Arnaud Chandeclair, le narrateur homosexuel raconte que les gays adorent organiser des soirées déguisées à thèmes : « On s’imagine que le gay adore se travelotter. » ; « Les soirées déguisées, on adore ça. C’est le moment parfait pour être quelqu’un d’autre. Pour montrer son double. » Dans le film « Sing » (« Tous en scène », 2016) de Garth Jennings, Gunther, le cochon homosexuel, se prend pour Lady Gaga. Dans le film « Vita et Virginia » (2019) de Chanya Button, Vita Sackville-West, raconte que dans son autobiographie Challenge, elle s’habille en homme pour vivre sa relation lesbienne avec Violet Trefusis.
 

Bien souvent, le personnage homosexuel aime devenir objet (ou personne de l’autre sexe) à travers les objets qu’il porte : « Willie aimait les perruques, les bijoux. » (Tristan Garcia, La Meilleure part des hommes (2008), p. 55) ; « Cole Porter, je suis sûr qu’il portait des porte-jarretelles. » (Alex dans le film « Music and Lyrics » (« Le Come Back », 2007) de Marc Lawrence) ; « Je portais des vêtements d’homme que je chinais au marché aux puces ; on pouvait acheter des beaux tailleurs années 50 pour quelques marks à l’époque. » (Petra s’adressant à son amante Jane, dans le roman The Girl On The Stairs, La Fille dans l’escalier (2012) de Louise Welsh, p. 82) ; « Jane avait vu des photos de Petra jeune, les cheveux lissés en arrière, vêtue de tailleurs stricts à carreaux ou à rayures, un feutre penché de façon désinvolte sur la tête, ressemblant tour à tour à David Bowie dans sa phase berlinoise et à Al Pacino jeune à la mode ‘ Scarface’. » (idem, p. 82) ; etc. Par exemple, dans le film « La Mante religieuse » (2014) de Natalie Saracco, Jézabel, l’héroïne bisexuelle, se prend pour des tableaux, et se peint en autoportrait. Dans le film « Facing Mirrors : Aynehaye Rooberoo » (« Une Femme iranienne », 2014) de Negar Azarbayjani, Adineh l’héroïne transsexuelle F to M ne croit pas qu’elle est une fille : « Je ne peux pas épouser un homme. Je ne suis pas une fille. » D’ailleurs, à la fin du film, elle revend les bijoux de sa mère, décédée quand elle avait 5 ans. Dans son one-man-show Les Bijoux de famille (2015), Laurent Spielvogel utilise les bijoux de ses femmes pour se féminiser.

 

Il y a souvent un fond d’inceste dans ce désir de vouloir changer de genre sexué, venant de la mère ou de la soeur de sang : « Mes plus anciens souvenirs étaient quand je mettais les robes de ma sœur. » (Bambi, star trans M to F, s’exprimant dans le débat « Transgenres, la fin d’un tabou ? » diffusé sur la chaîne France 2 le 22 novembre 2017)
 

Dans le film « Pauline » (2009) de Daphné Charbonneau, Pauline, l’héroïne lesbienne qui, étant jeune, s’est déguisée en garçon pour son premier rôle dans une pièce de théâtre qu’elle a jouée sur la place de son village, s’est prise quelque année plus tard pour son déguisement en assumant sa nouvelle « identité de genre/sexe » ( = son homosexualité).

 

Le travestissement peut se faire également par le biais d’un simple changement de prénom, ou l’expression d’un coming out (cf. je vous renvoie à la partie sur les pseudonymes du code « Déni », ou bien au code « Clown blanc et Masques » dans mon Dictionnaire des Codes homosexuels). « À partir de maintenant, je m’appelle Samantha. » (Shirin, l’une des héroïnes lesbiennes du film « Circumstance », « En secret » (2011) de Maryam Keshavarz) ; « Je voulais ma nuit avec une femme, comme l’on veut sa naissance. Une nuit de noces, comme celle où je perdis ma virginité et décidai, pour cette occasion, de me choisir un nouveau prénom… Alexandra. Ce serait désormais par ce choix secret que je marquerais ma différence, comme l’avant et l’après du baptême. » (Alexandra, la narratrice lesbienne du roman Les Carnets d’Alexandra (2010) de Dominique Simon, pp. 56-57) ; « Devant le miroir, Cody lève les cheveux de sa perruque blonde et dit ‘Je souis Catherine Denouve, non, dans une film de Bunuel ?’ En me regardant, les cheveux toujours maintenus en l’air, il dit ‘Toi, tu es Vanessa ? Ça fait très français, ça, comme nom, quoi. Catherine  Denouve et Vanessa de Paris, les putes gratuites qui cherchent les hommes pour leur vagina’. » (Mike, le narrateur décrivant Cody, le héros gay efféminé nord-américain, dans le roman Des chiens (2011) de Mike Nietomertz, p. 101) ; etc. Par exemple, dans la pièce Mon frère en héritage (2013) de Didier Dahan et Alice Luce, Philippe, l’écrivain homo à succès, a changé son nom de famille pour nier sa lignée parentale, et s’est choisi un pseudonyme. Dans la pièce Mon frère en héritage (2013) de Didier Dahan et Alice Luce, Philippe, l’écrivain homo à succès, a changé son nom de famille pour nier sa lignée parentale, et s’est choisi un pseudonyme. Dans la pièce Nous deux (2012) de Pascal Rocher et Sandra Colombo, Bernard, le héros gay parisien, en même temps qu’il fait son coming out, décide de changer d’identité et de s’affubler d’un pseudonyme branchouille ridicule : « Jean-Kévin ». Dans le film « Keep The Lights On » (2012) d’Ira Sachs, Erik dit qu’il change toujours de nom lorsqu’il drague.

 

Une valeur sacrée (excessive) est généralement donnée au travestissement dans les œuvres homosexuelles. Par exemple, dans le film « Mann Mit Bart » (« Bearded Man », 2010) de Maria Pavlidou, la grand-mère de Méral, au seuil de son lit de mort, reconnaît le travestissement de sa petite-fille comme vrai. Dans la pièce Transes… sexuelles (2007) de Rina Novi, le travestissement est signe de paix puisque les crises de Claudette, le héros transsexuel M to F, doivent être systématiquement soulagées par l’inversion vestimentaire de ses anciens camarades de fac. Le paraître serait le Roi et « le » Remède aux troubles identitaires ou amoureux. Dans le film « RTT » (2008) de Frédéric Berthe, le travestissement est signe d’invisibilité, de camouflage idéal : « C’est fini, les couvertures ringardes : vous êtes un couple gay à Miami. » (cf. la phrase dite aux deux flics Leroy et Peyrac) C’est exactement le même cas de figure dans le film « La Croisière » (2011) de Pascale Pouzadoux (Raphaël décide de se travestir en femme, pour passer inaperçu sur le bateau et espionner sa femme), ou encore le film « Mrs Doubtfire » (1993) de Chris Columbus (où un père de famille, suite à son divorce, essaie d’approcher ses enfants qu’il ne peut plus, en se faisant passer pour leur nounou). Dans le film « Mezzanotte » (2014) de Sebastiano Riso, Davide, le héros homosexuel, se prend pour ses actrices.

 

Spectacle cubain de travestis

Spectacle cubain de travestis


 

Dans le film « Les Garçons et Guillaume, à table ! » (2013) de Guillaume Gallienne, le grand jeu de Guillaume, le héros bisexuel, c’est d’imiter sa mère, sa grand-mère, ses tantes puis toutes les femmes… et le pire, c’est que tout le monde se ferait avoir (au téléphone, etc.) : « J’arrive hyper bien à l’imiter, ma mère. » Cette comédie finit par le rendre extrêmement dépressif, car il voit bien qu’elle a du mal à s’incarner dans le Réel : « Pourquoi ma mère n’est-elle pas heureuse ? Pourtant, je suis une fille, comme elle. » Quand il essaie d’intégrer le groupe des danseuses de sevillanas andalouses, il finit par se faire éjecter, par exemple.

 

Dans le one-woman-show Mâle Matériau (2014) d’Isabelle Côte Willems, la narratrice transgenre F to M se met dans la peau d’une petite fille modèle ridiculement habillée en princesse par ses parents… et qui, à cause de son déguisement, ne peut pas exister. Pourtant, pendant toute la pièce, paradoxalement, elle se déguisera en plein de personnages (surtout très machistes) afin d’acquérir une invisibilité (et aussi une consistance !) : « Changer de vêtement pour ne pas être reconnue. » Elle retrace la vie des « modèles de saintes travesties » qui auraient jalonné l’histoire de l’Église catholique. Et elle croit que le fait de s’habiller en homme la transforme en vrai homme : « Mon costume dit à l’homme = Je suis ton égale. »
 

Les personnages homosexuels n’ont parfois même pas conscience d’être travestis même quand ils le sont objectivement. Par exemple, dans l’épisode 3 de la saison 1 de la série Sex Education (2019) de Laurie Nunn, Éric, le héros homosexuel noir (très voging), nie qu’il se travestit, comme par auto-transphobie : « J’aime me déguiser. Mais je ne suis pas un travesti. »
 

Le travestissement est une attitude idolâtre par rapport aux apparences vestimentaires, confondues avec le corps réel. Et comme cet amalgame ne fait pas durablement illusion, et finit par décevoir cruellement, le héros homosexuel a tendance à vouloir détruire/immortaliser son rêve dans la destruction de son déguisement, le tout dans un même mouvement : « Elle avait pris un certain plaisir à se travestir en jeune Nelson. » (Stephen, l’héroïne lesbienne du roman The Well Of Loneliness, Le Puits de solitude (1928) de Marguerite Radclyffe Hall, p. 133) ; « Stephen déchirait les vêtements dont elle avait tant aimé se vêtir pour les remplacer par ceux qu’elle détestait. Comme elle haïssait les robes fragiles, et les ceintures, et les rubans, et les petits grains de corail, et les bas à jour ! » (idem, p. 29) ; « Je m’imaginais découper ces vêtements, les brûler, les enterrer là où personne ne foule jamais la terre. » (Eddy Bellegueule dans le roman autobiographique En finir avec Eddy Bellegueule (2014) d’Édouard Louis, p. 29) ; etc. Dans le film « Sancharram » (2004) de Licy J. Pullappally, Kiran, l’héroïne lesbienne, se retire dans un accès de révolte les boucles d’oreille, et tous les attributs extérieurs de sa féminité. Dans le film « Sils Maria » (2014) d’Olivier Assayas, Maria a du mal à rentrer dans la peau d’Helena, la lesbienne malheureuse qu’elle doit interpréter : « Je me sens mal dans sa peau. »

 

Le travestissement indique chez le héros homosexuel un certain égocentrisme narcissique : « Avec une perruque, j’accepte votre regard, je déclare votre jugement moins lourd sur moi… vous pouvez me trouver belle et laide, vous pouvez me regarder, me dévisager avec un sourire aux lèvres, une larme dans les yeux ou plisser le front, je ne suis plus moi-même… Je m’en fous je ne suis pas là. Je joue pour moi, pas pour vous. » (l’actrice de la pièce Parano : N’ayez pas peur, ce n’est que du théâtre (2011) de Jérémy Patinier).

 

La transgression de la différence des sexes n’est absolument pas douce. Par exemple, le film « Chloé » (2009) d’Atom Egoyan traite des désastres du transfert d’identité : la belle prostitué Chloé essaie de se mettre dans la peau du mari de Catherine, son amante ponctuelle, pour détruire la vie de celle-ci. Elle finira par mourir d’avoir cherché à être un homme.

 
 

c) Le personnage homosexuel cherche à usurper l’identité de son amant :

Mais sans aller jusqu’à désirer changer de sexe, une autre catégorie de héros réalise son rêve de substitution identitaire grâce à la recherche de la composition d’un couple. L’excuse de l’« Amour » est une merveilleuse aubaine pour se fuir soi-même et se donner, à travers un amant « de passage » (dans le sens quasi littéral de l’expression), l’illusion d’être quelqu’un d’autre : « Laisse-moi être comme toi, laisse-moi être toi. » (cf. la chanson « Le Grand Secret » du groupe Indochine) ; « Moi seule je sais qui tu es. » (Elle s’adressant à son amante Delphine, dans le film « D’après une histoire vraie » (2017) de Roman Polanski) ; « J’aime les Russes. Enfin… surtout les femmes russes. Je suis une femme russe. » (Anne Cadilhac dans son concert Tirez sur la pianiste, 2011) ; « C’est par toi que je vivrai, toute ma vie. » (Georges parlant à Alexandre, son amant mort, dans le film « Les Amitiés particulières » (1964) de Jean Delannoy) ; « Jamais l’un sans l’autre, je serais… ce que tu es ! Promis ! » (Bryan s’adressant à Kévin dans le roman Si tu avais été… (2009) d’Alexis Hayden et Angel of Ys, p. 141) ; « L’âme de François-Charles a plus d’existence pour moi que la mienne. J’ai eu si souvent envie d’être lui. À la façon dont le romancier anime ses créatures, je me suis glissé dans sa peau. Il est mon personnage. Mon héros. Est-ce parce qu’il est beau ? Est-il beau ? Je le trouve beau, cela suffit. » (Jean-Louis Bory, La Peau des Zèbres (1969), p. 28) ; « Nous nous complétons. Nous nous sommes devenus indispensables. Il est tout ce que je ne suis pas, tout ce que je ne puis être. […] Je veux qu’il réussisse tout ce que je ne réussirai jamais. Il est bien dans sa peau. Moi pas. Toujours d’accord avec lui-même, à la manière d’un arbre qui pousse sans histoire, harmonieux. Moi pas. » (idem, p. 34) ; « Envie de lui… envie de lui ressembler, tout simplement. » (le héros homosexuel parlant de Patrick, un de ses amis fréquentant la même salle de sport que lui, dans le one-man-show Gérard, comme le prénom (2011) de Laurent Gérard) ; « L’espace d’une minute seulement, il m’a semblé que maintenant, moi… j’étais toi. » (Molina, le héros homosexuel, après la nuit d’amour avec son amant Valentín, dans le roman El Beso De La Mujer-Araña, Le Baiser de la Femme-Araignée (1979) de Manuel Puig, p. 208) ; « Si tu tues quelqu’un que tu aimes, c’est comme te tuer toi. » (Cherry s’adressant à son amante Ada dans la pièce La Star des oublis (2009) d’Ivane Daoudi) ; « Je veux croire alors qu’un ange passe, qu’il me dit tout bas : ‘Je suis ici pour toi, et moi c’est toi. » (cf. la chanson « L’Autre » de Mylène Farmer) ; « J’aimerais bien être à l’intérieur de ta tête. » (Danny s’adressant à son futur copain Chris, dans le film « Judas Kiss » (2011) de J.T. Tepnapa et Carlos Pedraza) ; « Martin, c’est ma vie. » (Thierry, le héros homosexuel parlant de son compagnon, dans la série Joséphine Ange-gardien (1999) de Nicolas Cuche, épisode 8 « Une Famille pour Noël ») ; etc.

 

Par exemple, le film « Le Cimetière des mots usés » (2011) de François Zabaleta aborde la question de la vie par procuration, du désir de se substituer à l’être aimé, de la perte d’identité dans le miroir symboliquement narcissique d’Internet : « Tu es mon amour parce que tu es celui que j’aimerais être. » (Denis s’adressant à son amant-internaute Luther)

 

Dans la pièce Soixantes degrés (2016) de Jean Franco et Jérôme Paza, Damien et Rémi, les héros bisexuels, se donnent la réplique pour répéter un rôle dans Cyrano de Bergerac. Les deux hommes finissent par se prendre à leur jeu dramatique (Damien joue Roxane, Rémi Cyrano) et à tomber amoureux l’un de l’autre. Ils en sont tellement troublés qu’ils en perdent leur identité : « Prends plutôt ma place. » lui dit Rémi à la dérobée.
 

Dans le film « Open » (2010) de Jake Yuzna, Cynthia, un jeune hermaphrodite, rencontre Gen et Jay, un couple qui se remet d’opérations de chirurgie plastique : à travers eux, elle découvre la pandrogonie, procédé à travers lequel deux personnes fusionnent leurs traits de visage afin de tenir compte de leur évolution à partir d’identités distinctes en une seule entité unifiée.

 

Dans le film « La Dérade » (2011) de Pascal Latil, grâce à une greffe, Simon va vivre avec le cœur de son amant François qui est décédé brutalement d’un accident de voiture ; cette transplantation est présentée comme une magnifique fusion d’amour qui permet la continuation de la vie.

 

Dans la pièce Les Virilius (2014) d’Alessandro Avellis, les deux amants secrets Jean-Michel et Jean-Jacques se collent la tête l’une contre l’autre et tentent un transfert d’identité et de charisme : « Tu as l’étoffe d’un homme politique. » (Jean-Michel) ; « J’aimerais pouvoir lire dans tes pensées, savoir ce qui te rend aussi fort. » (Jean-Jacques)

 

Dans certains cas de fictions homo-érotiques, on constate que le désir de substitution à l’autre cache un désir d’immortalité : « Je vis ta vie. Je vis-à-vis (= Je vis à vie). » (cf. la chanson « Vis-à-vis » d’Étienne Daho) ; « Dieu, quand je te rencontrerai, je serai un ange magnifique. » (Ray, le héros transsexuel M to F, vivant avec plein de photos d’actrices autour de sa glace, dans le film « Dallas Buyers Club » (2014) de Jean-Marc Vallée) Dans le film « The Cakemaker » (2018) d’Ofir Raul Graizer, Tomas couche avec Anat pour recoucher symboliquement avec Oren, son amant brutalement décédé.

 

En réalité, ce transfert d’identité génère l’angoisse du caméléon ou de l’électron libre qui s’expose à l’errance, à la désillusion amoureuse, à la consommation des corps, à la jalousie, à la trahison future : « Saïd jalouse secrètement les cheveux longs et noir foncé de son compagnon [Ahmed], qui passe au moins une demi-heure tous les matins à placer soigneusement avec des pommades et des gels. » (Denis-Martin Chabot, Accointances, connaissances, et mouvances (2010), p. 43) ; « Il ne dira pas qu’il se sent si seul qu’il passe de bras en bras. » (cf. la chanson « Il ne dira pas » d’Étienne Daho) ; « J’ai navigué de corps en corps. » (cf. la chanson « La Chanson du Navigateur » de Denis Daniel, dans son autobiographie Mon théâtre à corps perdu (2006), p. 7) ; « Mon cœur ne bat que par sympathie ; je ne vis que par autrui ; par procuration, pourrais-je dire, par épousaille, et ne me sens jamais vivre plus intensément que quand j’échappe à moi-même pour devenir n’importe qui. » (Édouard dans le roman Les Faux-Monnayeurs (1997) d’André Gide, p. 85) ; « Tu es qui je n’ai pas su être. » (le juge Kappus dans le roman Portrait de Julien devant la fenêtre (1979) d’Yves Navarre, p. 183) ; « On relit toujours avec les yeux des autres, on ne vit plus ce que l’on vit. » (idem, p. 47) ; « On vit toujours l’amour des autres. D’autres histoires. De rencontres ? Jamais. Si peu. » (idem, p. 118)

 

Par exemple, dans le film « Romeos » (2011) de Sabine Bernardi, l’héroïne transsexuelle F to M Miriam (qui se fait appeler Lukas) rêve de devenir le beau Fabio qu’elle cherche à séduire : « Je suis jaloux de sa dégaine ! » Elle ne supporte plus son identité de femme : « Miri n’existe plus ! » Dans le film « 30° couleur » (2012) de Lucien Jean-Baptiste et Philippe Larue, la jalousie est clairement montrée comme un moteur d’homosexualité. Dans le film « Shower » (2012) de Christian K. Norvalls, c’est en entendant son voisin de cabine de douche se masturber (comme une voix intérieure) que le héros est excité homosexuellement.

 

Le héros homosexuel ne s’aime pas assez lui-même, et demande à son amant un travail d’estime de soi qui ne revient pas à ce dernier : « Faut m’aimer à ma place et m’attendre au tournant. » (cf. la chanson « J’ai pas 20 ans » d’Alizée) ; « J’suis un mec. Spécialement quand je suis avec toi. » (Jamie s’adressant à Ste, dans le film « Beautiful Thing » (1996) d’Hettie Macdonald) ; « Un mâle qui en baise un autre est un double mâle. » (Mignon dans le roman Pompes funèbres (1947) de Jean Genet) ; etc. Il finira souvent par lui reprocher ce laisser-faire, ou par comprendre qu’on ne peut pas aimer véritablement quelqu’un si on ne s’aime pas un minimum soi-même : « L’amour… quelle drôle d’idée ! Comment puis-je prétendre à l’amour alors que je suis infichue d’avoir un soupçon d’estime de moi ? » (la narratrice lesbienne dans le roman Mathilde, je l’ai rencontrée dans un train (2005) de Cy Jung, p. 163) ; « Inconsciemment je savais depuis longtemps pourquoi j’étais resté avec cet imbécile. […] C’est seulement le manque de confiance. » (François à propos de son « chéri » Max, dans le roman Riches, cruels et fardés (2002) d’Hervé Claude, p. 115)

 

Parfois, les amants homosexuels fictionnels s’avouent le non-sens de leur illusion de symbiose, fusion impossible et forcée, où l’un des deux (voire les deux, au final !) disparaît et y perd son âme : « Tu voudrais être moi ! Je voudrais être toi ! C’est absurde ! » (Kévin s’adressant à Bryan dans le roman Si tu avais été… (2009) d’Alexis Hayden et Angel of Ys, p. 299) ; « Je ne suis plus moi, je suis toi… » (Bryan à Kévin, op. cit., p. 309) ; etc. Par exemple, dans le film « Judas Kiss » (2011) de J.T. Tepnapa et Carlos Pedraza, Zachary Wells dit qu’il est en réalité Danny Reyes, et que le jeune étudiant (de 15 ans son cadet) se faisant passer pour Danny Reyes est un imposteur. Finalement, il acceptera la fusion identitaire (« Tu peux me sauver grâce à ta vie. » affirme Zach à Danny) et Danny essaiera de la fuir : « Écoute-moi : je ne suis pas toi ! »

 

Il est question du dédoublement de personnalité, pouvant aller jusqu’à la schizophrénie (cf. la pièce Et puis j’ai demandé à Christian de jouer l’intro de Ziggy Stardust (2009) de Renaud Cojo ; le film « Collateral » (2004) de Michael Mann, où Max se fait passer pour Vincent), et ne se faisant pas sans angoisse : « Je n’aime pas ce mélange de rêve et de réalité, j’ai peur d’être encore amené à tuer comme dans mes précédents rêves. […] Je sais que même si je ne suis pas un criminel, mon emploi du temps de ces quatre derniers jours m’est complètement sorti de la tête, n’aurais-je pas pendant cette période tué pour de bon ? Est-ce que Marielle ne courra pas un danger restant seule avec moi ? Non, voyons, je suis la personne la plus pacifique du monde. Les gens violents dans leurs rêves sont dans la réalité incapables de tuer une mouche. » (le narrateur homosexuel du roman Le Bal des Folles (1977), p. 134) ; « Je n’ai pas peur. Je suis sûr. Je suis Khalid. Je suis Khalid. » (Omar dans le roman Le Jour du Roi (2010) d’Abdellah Taïa, p. 180) ; etc. Le héros schizophrène a le chic de « s’absenter sur place », de ne pas s’éprouver présent quand il agit : « Je le vois bien que vous êtes là. Mais moi, est-ce que je suis là, moi ? Voilà le problème. » (Jeanne au Vrai Facteur, dans la pièce La Journée d’une rêveuse (1968) de Copi)

 

Dans la série nord-américaine United States of Tara (2009-2011), on retrouve le thème de l’homosexualité en lien avec la schizophrénie : Tara est une mère de famille qui a des troubles dissociatifs de l’identité, et elle se met par exemple dans la peau d’un vétéran du Vietnam tombant amoureux d’une femme (cf. le thème de l’homme dans un corps de femme).

 

Il arrive souvent que le héros homosexuel, en se travestissant, cherche à devenir la femme-objet cinématographique (qu’il prend pour sa mère réelle !) ou l’homme-objet. « Je suis fille de bijoutiers, moi ! » (Meri, le prostitué transsexuel M to F, dans le film « Mezzanotte » (2014) de Sebastiano Riso) ; « J’ai été violé. » (Daniel s’adressant à Jonathan pour se justifier auprès de lui de porter du rouge à lèvres et de porter du parfum pour femme, dans le film « Madame Doubtfire » (1994) de Christ Columbus) ; etc. Par exemple, dans la pièce À partir d’un SMS (2013) de Silas Van H., Matthieu parle de sa mère en l’imitant comme s’il s’agissait de la mère cinématographique : « Parce que je le vaux bien. » Dans le pièce Brigitte, directeur d’agence (2013) de Virginie Lemoine, Jacques vit encore avec sa vieille mère et s’habille comme elle : « Ma mère elle-même s’habille en femme. » Dans le film « Strella » (2009) de Panos H. Koutras, Strella, transsexuel M to F, imite parodiquement la Callas qui se shoote et qu’elle adore pourtant : « Je l’ai vue à la télé et ça m’a rendu dingue. […] Notre seul point commun, c’est d’être cinglées. »

 

Le désir de se substituer à l’autre est avant tout un désir de mort ou de viol (envers soi-même ou dirigé vers un autre). D’ailleurs, l’être humain auquel le héros veut se substituer a pour particularité de ne pas être vivant (ou considéré comme tel) : c’est dans la fusion qu’il perd sa consistance ou sa raison d’être. « Sans frapper je suis entré dans la chambre de Khalid. Il dormait profondément. Sur le ventre. […] J’ai fermé les yeux. J’ai rêvé. J’étais chez Khalid. Je dormais avec mes vêtements de jour dans son lit. Seul dans son lit. Puis avec lui. Mais, du plus loin de mon sommeil, c’est moi qui parlais cette fois-ci. ‘Non, non, ce n’est pas moi… Oui, oui, c’est moi… Moi… Sûr… Sûr…’. » (Omar regardant son amant Khalid endormi, dans le roman Le Jour du Roi (2010) d’Abdellah Taïa, p. 44) C’est la raison pour laquelle il est souvent réduit à un reflet narcissique froid, à un pantin, à une victime, à une personne violée, à un mort ou au diable : « Je reconnais alors la voix d’un cher défunt, d’un défunt qui ne respire plus que par mes lèvres : toujours, quand l’enthousiasme me donne des ailes, je suis lui. » (le narrateur homosexuel du roman La Confusion des sentiments (1928) de Stefan Zweig, p. 66)

 

Par exemple, dans le film « W imie… » (« Aime… et fais ce que tu veux », 2014) de Malgorzata Szumowska, le père Adam surprend le jeune Rudy se faire sodomiser violemment par Adrian, et projette complètement son homosexualité sur cette scène. D’ailleurs, plus tard, il va défroquer et annonce à sa sœur sur Skype : « Je vais me transférer moi-même. » Dans le film « Free Fall » (2014) de Stephan Lacant, Kay traite toujours son futur amant Marc de « gonzesse » pour le draguer et l’humilier en même temps. Dans la pièce Gouttes dans l’océan (1997) de Rainer Werner Fassbinder, Leopold, l’un des héros homosexuel, croit qu’il a tué un de ses clients parce qu’il l’a poussé au suicide : « Franz, j’ai tué quelqu’un, un de mes clients s’est tué la cervelle ! » Dans le film « Une Affaire de goût » (1999) de Bernard Rapp, Frédéric Delamont veut par son amant vivre une vie par procuration, et se montre dangereux, despotique, intrusif, avec lui. Toujours dans le roman Le Jour du Roi (2010) d’Abdellah Taïa, à la fin de l’intrigue, Omar propose à son amant Khalid d’échanger leurs identités : « Et si on changeait de noms ? Je veux dire échanger nos prénoms, juste nos prénoms… […] On ferme les yeux dix secondes. Après, chacun de nous deux sera l’autre. Je deviendrai toi, TU deviendras moi. » (p. 138) Ce jeu terminera mal puisqu’il finira par l’assassiner. Dans le film « Les Biches » (1967) de Claude Chabrol, Why, la jeune étudiante, tue Frédérique qu’elle voudrait être, jusqu’à s’approprier son identité.

 

La substitution d’identités, destructrice, infantilisante, et totalitaire, se fait pourtant au nom de jolis principes humanistes (l’amour, l’humour, la force de la passion, la compassion auprès des victimes, le partage des souffrances, etc.) : « Tu partages le sang de Pablo, Doris, Roger, Hilaire, Esteban et les autres. Tu ne t’appelles plus Félix Perlman mais Vincent Braconnier. » (Félix dans le roman La Synthèse du camphre (2010) d’Arthur Dreyfus, p. 59) ; « J’avais si envie que tu sois dans mon sexe. J’avais si envie que tu sois dans ma tête. » (cf. le poème « Des bleus d’amour » (2008) d’Aude Legrand-Berriot) ; « Je voudrais l’avoir attrapé… Je voudrais avoir attrapé votre épanchement de synovie, Collins, parce qu’ainsi je pourrais le subir à votre place. J’aimerais souffrir terriblement pour vous, Collins, comme Jésus a souffert pour les pécheurs. En supposant que je prie fortement, ne pensez-vous pas que je puisse l’attraper ? Ou supposez que je frotte mon genou contre le vôtre ? » (Stephen, l’héroïne lesbienne, dans le roman The Well Of Loneliness, Le Puits de solitude (1928) de Marguerite Radclyffe Hall, p. 30) ; « J’aimerais beaucoup être un Sauveur pour Collins… Je l’aime et je désire être blessée comme vous l’avez été ; […] Je désire être opérée à sa place. […] Elle s’endormit pour rêver que, par quelque étrange transposition, elle était Jésus. » (idem, p. 31) ; « Moi, j’veux jouer Lorenzaccio. » (Laurent Spielvogel dans son one-man-show Les Bijoux de famille, 2015) ; etc. L’enfer est vraiment pavé de bonnes intentions de fusion !

 

Par exemple, dans le téléfilm « Ich Will Dich » (« Deux femmes amoureuses », 2014) de Rainer Kaufmann, après de nombreuses années de stérilité, Aysla, femme mariée avec Dom, a réussi à avoir un bébé depuis qu’elle est amoureuse de Marie, en couple avec Bernd. Elle considère d’ailleurs son bébé comme celui de Marie.
 
 

d) Le personnage homosexuel se plaît à faire des play-back et des imitations :

Film "La Robe d'été" de François Ozon

Film « La Robe d’été » de François Ozon


 

L’un des supports les plus courus de la substitution d’identité chez les héros homosexuels, c’est bien sûr la musique, et notamment les play-back : cf. le film « Boys Don’t Cry » (1999) de Kimberly Peirce (avec la scène du karaoké), les films « Huit Femmes » (2002) et « Robe d’été » (1996) de François Ozon, le film « Chouchou » (2003) de Merzak Allouache (avec la boîte de travestis reprenant de chansons françaises des années 1980), le film « Muriel » (1994) de P. J. Hogan (mis sous le patronat du groupe ABBA), la pièce Western Love (2008) de Nicolas Tarrin et Olivier Solivérès, le film « Priscilla, folle du désert » (1995) de Stephan Elliot (la chanson « Finally » de Ce Ce Peniston est même play-backée en intégralité à la fin, comme pour prouver le manque de distance du réalisateur par rapport à ses goûts), l’épisode « État secret » de la série Clara Sheller (2005) de Renaud Bertrand (avec le karaoké), la pièce Burlingue (2008) de Gérard Levoyer (avec le play-back sur une chanson de Sylvie Vartan), le film « Les Résultats du Bac » (1999) de Pascal Alex Vincent, le film « Cabaret » (1972) de Bob Fosse, la pièce Elvis n’est pas mort (2008) de Benoît Masocco, le film « Je t’aime toi » (2004) d’Olga Stolpovskay et Dmitry Troitsky, le film « Je vois déjà le titre » (1999) de Martial Fougeron, le vidéo-clip de la chanson « Dolce Vita » de Zazie (reposant exclusivement sur le play-back), la pièce Le Cri de l’Ôtruche (2007) de Claude Gisbert, le film « Fire » (2004) de Deepa Mehta, le film « Juste un peu de réconfort » (2004) d’Armand Lameloise, le film « Les Témoins » (2006) d’André Téchiné, le film « Pôv’ fille » (2003) de Jean-Luc Baraton et Patrick Maurin (avec la chanson « Téléphone-moi » de Nicole Croisille play-backée en voiture par Doriane), la pièce Un Mariage follement gai ! (2008) de Thierry Dgim (rien moins que trois play-back durant toute la pièce ! Non, le ridicule ne tue pas !), le one-man-show Entre fous émois (2008) de Gilles Tourman, le film « Les Chansons d’amour » (2007) de Christophe Honoré (construit comme « Les Parapluies de Cherbourg » (1964) de Jacques Demy), le one-man-show Chroniques d’un homo ordinaire (2008) de Yann Galodé, le film « I Love You, Baby » (2001) d’Alfonso Albacete et David Menkes, le roman Riches, cruels et fardés (2002) d’Hervé Claude (avec le play-back de François déguisé en Dalida), la comédie musicale Se Dice De Mí En Buenos Aires (2010) de Stéphan Druet (avec le play-back d’Octavia, le transsexuel M to F), l’adaptation de la pièce Jeffrey (2007) de Christian Bordeleau, le one-woman-show Nana vend la mèche (2009) de Frédérique Quelven, le one-man-show Les Histoires d’amour finissent mal (2009) de Jérôme Loïc, le film « Toto qui vécut deux fois » (1998) de Daniele Cipri et Francesco Maresto (avec le play-back de Pietrino), le film « New Wave » (2008) de Gaël Morel), la pièce Bang Bang (2009) des Lascars Gays (avec le play-back de Ryan), la pièce Les Gens moches ne le font pas exprès (2011) de Jérémy Patinier (avec le play-back sur du Mireille Matthieu), la comédie musicale Les Miséreuses (2011) de Christian Dupouy (toute la pièce tourne autour du play-back et des détournements gay de grands classiques de la variété française ; les personnages sont des juke-box sur pattes), le film « Ma Vie avec John F. Donovan » (2019) de Xavier Dolan, le film « Homme au bain » (2010) de Christophe Honoré (avec le play-back du jeune étudiant en histoire), la pièce Bonjour ivresse ! (2010) de Franck Le Hen (dans laquelle tous les héros sont habités par des chanteurs des années 1980… et notamment Jackie Quartz, la chanteuse adorée de Benoît), le film « Toute première fois » (2015) de Noémie Saglio et Maxime Govare (avec le play-back strip-tease sur « I Put A Spell On You » que fait Jérémie à son amant Antoine, pour se prouver qu’il est encore homosexuel), la comédie musicale À voix et à vapeur (2011) de Christian Dupouy (avec le principe du juke-box), le one-man-show Gérard, comme le prénom (2011) de Laurent Gérard (où le héros gay fait des play-back de Mick Jagger), la pièce Ça s’en va et ça revient (2011) de Pierre Cabanis (Hugo, le héros homosexuel, fait plein de play-back, sur « It’s Raining Men » et d’autres daubes musicales), la pièce Gouttes dans l’océan (1997) de Rainer Werner Fassbinder (où Franz, l’un des héros homosexuel, passe son temps à play-backer des chansons mélancoliques), le one-man-show Elle est pas belle ma vie ? (2012) de Samuel Laroque (avec les play-back de la chanson « Rêver » de Mylène Farmer en concert, ou de Chantal Goya), la pièce Copains navrants (2011) de Patrick Hernandez (avec les play-backs entrecoupant la pièce), le one-man-show Gérard comme le prénom (2011) de Laurent Gérard (avec le play-back sur Mike Jagger), la pièce Revenir un jour (2014) de Franck Le Hen, le one-man-show Les Bijoux de famille (2015) de Laurent Spielvogel (avec le play-back de Marlène Dietrich en entrée et en sortie), le film « Les Crevettes pailletées » (2019) de Cédric le Gallo et Maxime Govare (avec le play-back de Vincent et Jean, deux co-équipiers homosexuels de water-polo, sur la chanson « Sous le vent » de Garou et Céline Dion), etc. « Pour moi, être libre, c’est de chanter des chansons de cow-boy rodéo. » (Carmen dans la pièce À toi pour toujours, ta Marie Lou (2011) de Michel Tremblay) ; « Tout le monde dit que je ressemble à Ricky Martin. » (Yoann, le héros homosexuel, dans la pièce Ma belle-mère, mon ex et moi (2015) de Bruno Druart et Erwin Zirmi) ; « C’est moi qui fais Lady Gaga. » (idem) ; « Pas la soirée karaoké. Pardon, mais ça va être rempli de pédés. J’ai rien contre les fiotes. Mais si c’est pour chanter du Elton John, ça va… » (Topito, Quand t’annonces un truc à tes potes, avril 2017) ; etc.
 

L’artifice du play-back est dénoncé/défendu dans le film « Mulholland Drive » (2000) de David Lynch. Dans le film « My Own Private Idaho » (1991) de Gus Van Sant, Klein, un homme de l’hôtel d’Idaho qui loue les services de Scott et Micke pour la nuit, leur interprète un play-back en prenant une lampe pour s’éclairer le visage de manière à créer un masque expressionniste terrifiant. Dans la pièce Happy Birthgay Papa ! (2014) de James Cochise et Gloria Heinz, Rozy, le footballeur homosexuel noir nie qu’il est Brésilien plutôt que Noir. Et en début de pièce, on le voit danser et play-backer de manière très efféminée la chanson de Cindy Lauper « Girls Just Want To Have Fun » en faisant le ménage avec son plumeau. Dans le film « Xenia » (2014) de Panos H. Koutras, les deux frères Ody et Dany (le héros homo) sont fans de la chanson « Rumore » de Patty Bravo et dansent dessus. Dans la pièce À partir d’un SMS (2013) de Silas Van H., les deux amants Jonathan et Matthieu se mettent à parler comme dans les chansons du répertoire connu de la variété française. Dans la pièce Nous deux (2012) de Pascal Rocher et Sandra Colombo, Bernard l’homo et Donatienne la FAP (« fille à pédés ») font du karaoké ensemble. Dans le one-(wo)man-show Zize 100% Marseillaise (2012) de Thierry Wilson, Zize, le travesti M to F, fait l’Eurovision et se play-backe lui-même. Dans le film « Mezzanotte » (2014) de Sebastiano Riso, Rettore et Davide, les deux héros homosexuels, aiment play-backer les chanteuses italiennes des années 1960-1970.

 

Le désir de substitution d’identité ne concerne pas que le play-back. Il a aussi à voir avec l’imitation en général (par l’art et la science). La figure de l’imitateur revient souvent dans les œuvres homosexuelles : cf. le recueil Pastiches et Mélanges (1919) de Marcel Proust, la pièce Coming out (2007) de Patrick Hernandez, le film « La Triche » (1984) de Yannick Bellon, la chanson « Sans contrefaçon » de Mylène Farmer, le film « Le Roi et le Clown » (2005) de Lee Jun-ik, le spectacle musical Yvette Leglaire « Je reviendrai ! » (2007) de Dada et Olivier Denizet, le one-woman-show La Folle Parenthèse (2008) de Liane Foly, le one-man-show Raphaël Beaumont vous invite à ses funérailles (2011) de Raphaël Beaumont (avec l’imitation de Cristina Cardoula, la relookeuse de la chaîne M6), etc.

 

Dans le sketch « Sacha » de Muriel Robin, Bruno, le fils homosexuel, fait des imitations de Dalida ou de Mylène Farmer (sa mère se montre d’ailleurs toute fière de recoudre les costumes de scène de ce dernier). Dans le film « Los Abrazos Rotos » (« Étreintes brisées », 2009) de Pedro Almodóvar, on observe un chevauchement entre identité fictive et identité réelle : par exemple, un va-et-vient s’opère entre Lena en vrai et Lena l’actrice ; de même, Harry déclare qu’« il s’est converti au pseudonyme ». Dans le film « Imitation Game » (2014) de Mortem Tyldum, Alan Turing, le mathématicien homosexuel, mobilise toute sa vie à jouer « le jeu de l’imitation ». Dans le film « The Talented Mister Ripley » (« Le Talentueux M. Ripley », 1999) d’Anthony Minghella, Tom, le héros homosexuel, avoue qu’il a « un talent pour contrefaire les signatures, raconter des mensonges ». Il change aussi de voix et manipule tout son entourage. Par exemple, Dick, l’homme dont il est amoureux, lui demande une imitation : « Fais-moi une imitation. » Et Tom imite la voix du père de Dick, et la ressemblance est tellement frappante que Dick dit « C’est éblouissant. » et se tourne vers sa compagne en désignant humoristiquement Tom comme son père : « Marge, je te présente mon père. »

 

Dans la pièce 1h00 avec nous (2014) de Max et Mumu, Muriel fait un play-back sur Claude François, Max sur Shakira (il porte une robe de soirée et une perruque blonde) : « Je suis sosie d’une chanteuse très très connue : je suis sosie de Mireille Matthieu. Et de Nana Mouskouri. » (Max) Mais paradoxalement, ils n’assument pas d’être déguisés : « Pédé, ça veut pas dire travelo. » (Max à Muriel) Dans le one-(wo)man-show Zize 100% Marseillaise (2012) de Thierry Wilson, Zize, le travesti M to F, arrive en Madonna sur scène et s’annonce comme son sosie parfait : Monsieur Bénamou, son agent, veut avec lui monter une agence de sosies.

 

En général, le héros homosexuel postule que l’imitation, censée servir son modèle (une personne, un objet, un paysage, la réalité extérieure), est plus originelle et vraie que l’original. « Il n’y a pas à dire, Jioseppe a vraiment un don, qui lui permet d’aller au-delà même de la représentation vraie, pour toucher l’idéal. » (Jean-Philippe Vest, Le Musée des amours lointaines (2008), p. 10) ; « Il ne se considère pas comme un simple imitateur de nature. » (idem, p. 11) Il ne fait pas la différence entre l’imité et l’imitant. Par exemple, dans la pièce La Nuit de Madame Lucienne (1986) de Copi, Vicky, la Comédienne, dit que lorsqu’elle joue, elle ne s’éprouve pas actrice : « Ce qu’il y a de plus éprouvant, c’est que soi-même on devient théâtral. » ; « Si au moins je sentais le personnage… » ; « Je n’ai pas l’impression de jouer la comédie mais d’imiter une actrice de cinéma détestable, comment s’appelait-elle ? Elle ne jouait que dans les films de vampires. »

 

Chez le héros homosexuel, même si c’est très inconscient, la prévalence de la simulation de Réel sur le Réel Lui-même cache au fond un désir de mourir et d’être objet. Par exemple, dans le film « Saisir sa chance » (2006) de Russell P. Marleau, Chance, le héros homosexuel, a une passion (qu’il ne s’explique pas lui-même) pour « l’imitation de chanteuses mélodramatiques décédées comme Rosemary Clooney, Dionne Warwick, Ethel Merman ». Dans le film « Mommy » (2014) de Xavier Dolan, lors d’une séance de karaoké, où Steve (le héros homosexuel) se ridiculise, la prestation vire à la vision d’enfer : il voit tous les clients du bar ricaner (ils le traitent de « pédé »), puis en menace violemment un avec une bouteille de bière car il ne gère pas l’humiliation. Souvent, le héros homosexuel pense être étranger à lui-même à force de vouloir être quelqu’un d’autre : « J’ai l’impression d’avoir volé la place d’un autre. » (John parlant de son existence et ne se sentant pas légitime pour vivre, dans le film « Ma Vie avec John F. Donovan » (2019) de Xavier Dolan).

 
 

FRONTIÈRE À FRANCHIR AVEC PRÉCAUTION

 

PARFOIS RÉALITÉ

 

La fiction peut renvoyer à une certaine réalité, même si ce n’est pas automatique :

 
 

a) Certaines personnes homosexuelles cherchent à devenir quelqu’un d’autre :

Dans sa préface de Si j’étais vous (1947), Julien Green confie son désir d’« échange de personnalités » (p. 8) qu’il a essayé de mettre en images dans son écrit romanesque. On retrouve la thématique de la substitution à l’autre dans le documentaire « Transgressions » (2002) de Stuart Gaffney, et dans le discours de certains écrivains bisexuels/homosexuels : « C’est moi qui suis toi. » (Christine Angot pendant la Sixième Nuit Blanche de Paris à la Librairie Les Cahiers de Colette, le 6 octobre 2007) Dans l’émission Zone interdite spéciale « Être fille ou garçon, le dilemme des transgenres » diffusée le 12 novembre 2017 sur la chaîne M6, Isaac, femme F to M qui s’appelle initialement Taïla, s’identifie à un personnage de série, Teenwolf.

 

Le porno pousse beaucoup de jeunes et de personnes homosexuelles à complexer de ce qu’ils sont profondément, et à imiter ce qu’ils ne sont pas : « Mon cousin a demandé ‘On pourrait faire comme dans le film, les mêmes trucs. […] Toi et Fabien vous ferez les femmes, et moi et Stéphane on fera les hommes. » (Eddy Bellegueule, En finir avec Eddy Bellegueule (2014) d’Édouard Louis, pp. 150-152) ; « Je voudrais rapporter le cas, que j’ai pu observer récemment, d’un jeune homme, fiancé à une jeune femme de la façon la plus bourgeoise, et qui tombe amoureux d’un homme plus âgé que lui, qu’il prend de son propre aveu d’abord pour modèle, puis pour maître et enfin pour amant. Cet amant lui-même, bien que ‘purement homosexuel’, me racontera plus tard que, nullement attiré par mon malade au départ, il n’avait été intéressé que par la présence de sa fiancée et la situation triangulaire créée lors d’un dîner. Lorsque le malade, jaloux de son amant, abandonna pour lui sa fiancée, cet amant se désintéressa complètement de lui. Interrogé par moi sur les raisons de ce revirement, il me dit : ‘L’homosexualité, croyez-moi, c’est vouloir être ce que l’autre est.’ » (Jean-Michel Oughourlian cité dans l’essai Des choses cachées depuis la fondation du monde (1978) de René Girard, pp. 469-470)

 
 

b) Certaines personnes homosexuelles cherchent à changer d’identité sexuée : le goût du travestissement

Chez beaucoup de personnes homosexuelles, le désir de se substituer à une autre personne concerne particulièrement la différence des sexes : elles rêvent d’incarner cette différence à elles seules, et ont tendance à renier leur sexuation d’origine : « Avec Simone de Beauvoir, la femme veut être un homme. » (Gérard Leclerc, UDT pour Tous à Châteauneuf-sur-Cher au Château de Lignières, le 29 août 2013) ; « J’ai aussi regretté d’être un garçon et de devoir devenir un homme. […] J’aurais voulu être une fille. » (un patient homo dans l’article « Le Complexe de féminité chez l’homme » de Félix Boehm, Bisexualité et différence des sexes (1973), p. 442) ; « Moi, j’aurais vraiment voulu être un homme. Franchement. » (Maïté, femme lesbienne, dans le documentaire « Les Homophiles » (1971) de Rudolph Menthonnex et Jean-Pierre Goretta) ; « J’ai mauvais genre. Bien qu’étant une femme, j’ai les cheveux courts comme les messieurs qui ne veulent pas se faire remarquer. En outre, je m’obstine à m’habiller de telle manière qu’on me prend souvent pour un homme. » (Paula Dumont, Mauvais Genre (2009), p. 7) ; « Avec Simone de Beauvoir, la femme veut être un homme. » (Gérard Leclerc, lors de l’UDT pour Tous au Château de Lignières de Châteauneuf-sur-Cher,  le 29 août 2013) ; « J’avais décrété une fois pour toute que j’étais mieux réussi comme garçon que comme fille. » (la blogueuse Bab El dans son article « Tom Boy à l’affiche ») ; « À cette période, l’idée d’être en réalité une fille dans un corps de garçon, comme on me l’avait toujours dit, me semblait de plus en plus réelle. […] Je rêvais de voir mon corps changer, de constater un jour, par surprise, la disparition de mon sexe. » (Eddy Bellegueule dans le roman autobiographique En finir avec Eddy Bellegueule (2014) d’Édouard Louis, p. 155) ; « En accordant dorénavant beaucoup de temps à mon entourage professionnel notamment féminin, je m’intronisais aussi plus que jamais en femme, au point que les conversations que je tenais ressemblaient aux leurs. En effet, lorsque j’arrivais le matin, c’était pour parler de vêtements ou de cuisine ; de même que pendant les heures de déjeuner, je traînais les magasins avec ce même entourage à la recherche de petits bibelots de décoration. Ma condition était l’archétype voulu d’une vie de femme, mes propos et mes réactions, ceux d’une fille vivant seule. » (Berthrand Nguyen Matoko, Le Flamant noir (2004), p. 130) ; « La plupart des lieux de prédilection fréquentés par les homosexuels étaient urbains, civils, sophistiqués. Le scénariste américain Ben Hecht, à l’époque correspondant à Berlin pour une multitude de journaux des États-Unis, se souviendra longtemps d’y avoir croisé un groupe d’aviateurs, élégants, parfumés, monocle à l’œil, bourrés à l’héroïne ou à la cocaïne. Les hommes s’habillaient en femmes et les femmes en homme, travestis ou non. On pouvait fouetter ou se faire fouetter, sucer, inonder de pisse ou de merde, étrangler jusqu’à un fil de la mort. » (Philippe Simonnot parlant de la libéralisation des mœurs dans la ville nazie berlinoise des années 1920-30, dans son essai Le Rose et le Brun (2015), p. 30) ; etc.

 

Comme dans leur cœur et leurs fantasmes esthétiques l’homme-objet est bien souvent confondu avec les hommes réels (et qu’il ne l’est pas intellectuellement) – et on pourrait faire le même parallèle avec la femme-objet –, on les entend parfois dire sincèrement qu’elles n’ont jamais voulu changer de sexe, ni être une femme quand elles sont nées garçon, ni être un homme quand elles sont nées femme : « Je ne les ai jamais considérés comme des rivaux. » (Paula Dumont parlant des hommes, dans son autobiographie Mauvais Genre (2009), p. 115) ; « J’étais en adoration devant un animateur d’Europe 1, Jean-Louis Lafont, dont la voix et l’allure d’éternel adolescent me ravissaient. Je collectionnais les autocollants avec sa photo et passais tout mon argent de poche en achat de 45 tours. Europe 1 réalisait certaines de ses émissions en direct dans différentes villes de France, le fameux ‘Podium’. En prévision de son passage dans notre région, je me préparais donc à cet événement en endossant le rôle de sa femme imaginaire dans mes jeux. J’avais choisi un prénom de fée : je m’appelais Viviane Lafont. Je n’avais aucune envie de me transformer en femme. Mais, si je veux jouer avec le prénom d’enchanteresse que j’avais choisi, j’espérais qu’un petit miracle allait se produire et me rétablir dans la normalité environnante. Car j’avais très vite saisi que seule une femme avait le droit d’être attirée par les garçons. Si, par magie, je me réveillais un beau matin en fille, tout serait rentré dans l’ordre. » (Jean-Michel Dunand, Libre : De la honte à la lumière (2011), p. 29) ; « Je me sens tellement à l’aise avec elles que mon souhait de me transformer en fille réapparaît aussitôt. Il serait si simple d’être une femme et de devenir carmélite. À défaut, je serai carme. » (idem, p. 41) ; « On l’aime donc on s’habille comme elle. » (des fans gays de Lady Gaga, dans le documentaire « Tellement gay ! Homosexualité et Pop Culture », « Inside » (2014) de Maxime Donzel) ; etc. Par exemple, Karl Heinrich Ulrichs (1825 – 1895) se souvenait qu’à l’âge de 3-4 ans, il aimait s’habiller en fille et proclamait « Je veux être une fille. »

 

Le goût pour le travestissement est beaucoup plus répandu qu’on ne le croit dans les rangs LGBT, y compris chez des gens apparemment coincés et peu efféminés (ou bien féminins parmi les femmes lesbiennes). Depuis toutes petites, les personnes homosexuelles ont pris l’habitude de dissimuler, et en ont pris leur parti : « La discrétion sur ma vie privée était une chose strictement personnelle qu’il fallait protéger. Cette stratégie d’ailleurs avait admirablement bien fonctionné durant toute ma carrière. » (Ednar dans le roman autobiographique Un Fils différent (2011) de Jean-Claude Janvier-Modeste, p. 171) ; « Le travesti se sent complètement étranger à son propre sexe, ses sensations de femmes, ou d’homme, le saturent entièrement, sans que l’on puisse constater en lui le moindre signe de folie. » (C. Westphal, en 1870, cité dans l’essai Histoire et anthologie de l’homosexualité (1970) de Jean-Louis Chardans, p. 306) Je vous renvoie par exemple à l’ouvrage collectif Le Corps travesti (2007) de Georges Banu, au documentaire « Le Genre qui doute » (2011) de Julie Carlier, etc. Dans son autobiographie Le Flamant noir (2004), Berthrand Nguyen Matoko raconte les soirées interlopes déguisées où ses amis et lui jouaient plus ou moins avec distance les « stars du monde » (Diana Ross, Barbara Streisand, Dalida, Sylvie Vartan, etc.).

 

L’Histoire humaine ne cesse de montrer que beaucoup de personnes homosexuelles aiment se travestir : Henri III (constamment travesti en femme), le pape Paul II (en 1417), Charles de Beaumont (le fameux chevalier d’Éon), Félix Sierra, Malcolm Lowry, José Pérez Ocaña, Michael Jackson, Sir Elton John, Yukio Mishima, Edward Morgan Forster, Pierre Loti, Andy Warhol, David Bowie, Copi, Rachilde, Jean Guidoni, Charpini, Thierry le Luron, Vincent McDoom, Francis Bacon, l’Abbé de Choisy, Gabriele D’Annunzio, Félix Youssoupov, Miguel Frías Molina, Pirouletz, Quentin Crisp, Little Richard, Mathilde de Morny, Michel Journiac (il sortait dans la rue toujours maquillé), etc. Par exemple, en Allemagne, Einar Wegener (1882-1931), l’artiste peintre, qui était transsexuel, se déguisait comme sa femme, et se fit appeler « Lili Elbe »

 

Pierre Loti

Pierre Loti


 

Au XVIIe siècle, William Shakespeare se plaît à travestir les comédiens de ses pièces. Dans les années 1970-1980, le dramaturge argentin Copi joue sa pièce L’Homosexuel ou la difficulté de s’exprimer en bas résille à la Cité Universitaire de Paris. Pour sa pièce Le Frigo (1983), il endosse tous les rôles, change 14 fois de costumes. Dans son avant-dernière pièce Les Escaliers du Sacré-Cœur, jouée au Théâtre de la Bastille (hiver 1984), habillé de bleu marine, il interprète chacun des 11 rôles en changeant sa voix. Dans son one-man-show Les Bijoux de famille (2015), Laurent Spielvogel imite pas moins d’une vingtaine de ses proches.

 

Le travestissement est bien sûr lié au carnaval (cf. le vidéo-clip de la chanson « Mister H » d’Inna Modja). Mais il acquiert une dimension sacrée, sentimentaliste. Celui qui se travestit se donne souvent l’illusion d’être tous les sexes (un tissu ou un vêtement est par essence genré mais pas sexué), de les « transcender », d’être Dieu ou bien le Roi de l’Authenticité/de l’Invisibilité : « On est bien d’accord qu’un vêtement n’a pas de chromosome XX ou XY… pourtant, il est genré. » (Laura, homme M to F, dans l’émission Zone interdite spéciale « Être fille ou garçon, le dilemme des transgenres » diffusée le 12 novembre 2017 sur la chaîne M6) ; « Le romantisme français a été fasciné par le travestissement et l’inversion – Mademoiselle de Maupin, de Gautier, Sarrazine et La Fille aux yeux d’or de Balzac. Avec Seraphitus-Seraphita celui-ci reprend le thème swedenborgien de l’androgyne comme image de l’être parfait, de l’être angélique. » (cf. l’article « Monsieur Vénus et l’ange de Sodome : L’androgyne au temps de Gustave Moreau » de Françoise Cachin, dans l’essai collectif Bisexualité et différence des sexes (1973), p. 87) ; « On n’est pas une parodie de bonnes sœurs : on est des sœurs ! Point ! Je ne le fais pas par provocation. Même pas pour tirer sur l’Église. Si on voulait attaquer l’Église aujourd’hui, c’est comme tirer sur une ambulance. » (Sœur Belphégor, dans le documentaire « Et ta sœur ! » (2011) de Sylvie Leroy et Nicolas Barachin, sur la Congrégation des Sœurs de la Perpétuelle Indulgence) ; « Les costumes et les accessoires continuent de fasciner David Berger. » (la du documentaire « Du Sollst Nicht Schwul Sein », « Tu ne seras pas gay » (2015) de Marco Giacopuzzi) ; etc.

 

Le travestissement via la destruction-sublimation de la femme-objet (ou de l’homme-objet dans le cas lesbien) n’est pas qu’un simple jeu rigolo avec soi-même : il est un auto-viol, une auto-déclaration de haine, comme l’illustre parfaitement cette planche dessinée par Copi.

 

Planche "Le Miroir" de la B.D. "Le Monde fantastique des gays" de Copi

Planche « Le Miroir » de la B.D. « Le Monde fantastique des gays » de Copi


 

Celui ou celle qui se travestit à la fois vit l’euphorie de sa transformation et l’amertume de son mensonge (cf. la fin de la chanson « Comme ils disent » de Charles Aznavour) : « Je dérobais dans la chambre les vêtements de ma sœur que je mettais pour défiler, essayant tout ce qu’il était possible d’essayer : les jupes courtes, longues, à pois ou à rayures, les tee-shirts cintrés, décolletés, usés, troués, les brassières en dentelle ou rembourrées. Ces représentations dont j’étais l’unique spectateur me semblaient alors les plus belles qu’il m’ait été donné de voir. J’aurais pleuré de joie tant je me trouvais beau. Mon cœur aurait pu exploser tant son rythme s’accélérait. Après le moment d’euphorie du défilé, essoufflé, je me sentais soudainement idiot, sali par les vêtements de fille que je portais, pas seulement idiot mais dégoûté par moi-même, assommé par ce sursaut de folie qui m’avait conduit à me travestir. » (Eddy Bellegueule, En finir avec Eddy Bellegueule (2014) d’Édouard Louis, pp. 28-29)

 

Dans le documentaire « Bixa Travesty » (2019) de Kiko Goifman et Claudia Priscilla, Linn, jeune homme brésilien travesti en femme, crée une nouvelle espèce queer de personnes homosexuelles ou transsexuelles – les « bixa-travesty », qu’il traduit par « trav-tapettes » – et qui renvoie à ceux qui ont le goût de se travestir, mais en souhaitant échapper aux canons de beauté féminine trop propre et à la lourdeur d’une opération chirurgicale ou de prise d’hormones. Il aime rentrer dans la peau de différents personnages (que les queer bobos appelleraient « polymorphes ») : « J’ai souvent changé de nom. »
 
 

c) Certaines personnes homosexuelles cherchent à usurper l’identité de leur amant :

Mais sans aller jusqu’à désirer changer de sexe, une autre catégorie de personnes homosexuelles réalise son rêve de substitution identitaire grâce à la recherche de la composition d’un couple. L’excuse de l’« Amour » est une merveilleuse aubaine pour se fuir soi-même et se donner, à travers un amant « de passage » (dans le sens quasi littéral de l’expression), l’illusion d’être quelqu’un d’autre : « Martine éprouvait pour moi une admiration sans bornes. D’après ses critères, j’étais celle qui avait réussi, alors qu’elle avait tout raté. Dans cette logique, il était souhaitable pour elle de rester dans mon ombre et de continuer à vivre ainsi, par procuration. » (Paula Dumont parlant de son « union mal assortie » avec sa compagne Martine, dans son autobiographie La Vie dure : Éducation sentimentale d’une lesbienne (2010), p. 72) ; « Lui, c’était un peu ce que je rêvais d’être : beau, libre dans sa tête, respecté, cultivé et surtout, capable de s’habiller comme bon lui semblait. » (Gaël-Laurent Tilium, Recto/Verso (2007), p. 73) ; « Il me fascinait et j’aspirais à lui ressembler. Et je me suis mis à parler, moi aussi, de Godard, dont je n’avais rien vu, et de Beckett, dont je n’avais rien lu. Il était évidemment bon élève et ne manquait jamais une occasion d’afficher une distance dilettante avec le monde scolaire. » (Didier Éribon, Retour à Reims (2010), p. 175) ; « Il avait la clairvoyance du chasseur et de l’athlète ; j’avais la myopie de l’écrivain et du lecteur. » (Gore Vidal, en parlant de son premier grand amour de jeunesse Jimmie Trimble, dans ses Mémoires (1995), p. 35) ; « Je n’ai jamais eu d’aventure avec quiconque. Des relations sexuelles, oui. Des relations amicales, oui. Les deux combinées ? Non. Jimmie, bien entendu, c’était autre chose – c’était moi. » (idem, p. 253) ; « Je pense que je l’envie. Je le trouve beau, beaucoup plus que moi. […] Mon sexe est pourtant plus long et plus gros. Mais c’est le sien que je voudrais avoir. » (Alexandre Delmar, Prélude à une vie heureuse (2004), p. 47) ; « C’est en cela que réside l’homosexualité de Virginia Woolf : dans cette nécessité de tout vivre à travers une femme. La médiatrice devait être belle et séduisante, comme Vita Sackville-West l’aristocrate, et posséder un univers qu’elle, Virginia, ne possédait pas. » (cf. l’article « Vivre à travers une femme » de Diane de Margerie, dans le Magazine littéraire, n°275, mars 1990, p. 36) ; « J’attends Slimane. Je suis Slimane. Tellement habité par lui. Respirant exactement comme lui. Dans Le Petit Robert, je cherche à le comprendre davantage. À me rapprocher encore plus de ce qu’il est. De ce qu’il fait quand il part au travail. Être là où je ne peux être avec lui. ‘FONDERIE : Atelier où l’on coule du métal en fusion pour fabriquer certains objets. » (Abdellah Taïa, Une Mélancolie arabe (2008), p. 107) ; « J’l’avais dans la peau. » (Guillaume en parlant de son amant Xavier, dans le documentaire « Cet homme-là (est un mille-feuilles) » (2011) de Patricia Mortagne) ; etc.

 

On lit derrière ce souhait de fusion avec l’être aimé, de substitution d’identité, un amour passionnel qui ressemble à la jalousie fanatique : « Son amour est une tentative désespérée pour devenir eux, il s’accompagne donc de haine : il les hait de n’être pas déjà lui. » (Jean Genet et ses conquêtes amoureuses homosexuelle, dans l’essai Saint Genet (1952) de Jean-Paul Sartre, p. 147)

 

La substitution d’identités, destructrice, infantilisante, et totalitaire, se fait pourtant au nom de jolis principes humanistes (l’amour, la force de la passion, la compassion auprès des victimes, le partage des souffrances, etc.). Par exemple, dans son article « Pourquoi et comment notre vision du monde se ‘racialise’ ? », publié dans le journal Le Monde du 4-5 mai 2007, le sociologue Éric Fassin défend « un devenir-noir qui fait exploser le concept de race ». Le désir de transfert d’identité ne manque pas de violence mais aussi de sensualité, de charme. Notamment, dans son autobiographie Une Mélancolie arabe (2008), Abdellah Taïa raconte comment à 13 ans il a projeté d’imiter un jeune homme plus âgé que lui qu’il a vu se masturber : « Je me laissais faire. Ravi. Je participais à sa jouissance. J’apprenais. Bientôt je l’imiterais, seul, en pensant à lui. » (p. 12)

 

Avec la récente identification de certains couples homosexuels à la famille traditionnelle naturelle, par le biais du projet de loi sur l’adoption ou le mariage, on a encore plus l’occasion d’observer les bonnes intentions – très déconnectées du Réel – de la projection identitaire impulsée par le désir homosexuel. Par exemple, lors de sa conférence « Homoparentalité aux USA » à Sciences-Po Paris le 7 décembre 2011, Darren Rosenblum, qui a obtenu une enfant avec son copain (grâce à une mère porteuse, donc une GPA : Gestation Pour Autrui), explique comment il a fini par se prendre pour la véritable mère de sa petite fille : « On est devenus très très proches de la femme qui a porté notre enfant. […] Je me sentais enceinte. […] Je soutiens que ces rôles de père ou de mère ne sont pas essentiels. Si dans une famille un homme veut être la mère, il doit pouvoir le faire ; si une femme veut être le père, il doit pouvoir le faire. » La substitution des identités, aussi irréelle et mensongère soit elle, se pare des meilleures intentions et des plus belles sincérités pour exercer sa violence.

 
 

d) Certaines personnes homosexuelles se plaisent à faire des play-back et des imitations :

Lady Gaga

Lady Gaga


 

L’un des supports les plus courus de la substitution d’identité chez les individus homosexuels, c’est bien sûr la musique, et notamment les play-back. « Sur ma lancée d’organisateur de jeux pour le quartier, je pris en charge les fêtes de la Saint-Jean. J’avais tout juste treize ans. Je montai une comédie musicale avec mes camarades, abusant du play-back. C’était le début du disco et je me trémoussais avec enthousiasme durant le spectacle, incarnant… des chanteuses. » (Jean-Michel Dunand, Libre : De la honte à la lumière (2011), pp. 29-30) ; « Jimmy avait un don indiscutable pour le mime et la comédie. » (Ronald Martinetti dans sa biographie James Dean (1995), p. 25) ; « Le monde entier amusait Copi, le langage l’amusait, sa propre manière de l’estropier en français ou en italien, tout comme les accents divers de ses amis de langue espagnole. » (cf. l’article « Le Petit Sommeil » de Giovanni Gandini, dans la bande dessinée Un Livre blanc (2002) de Copi, p. 10) ; « J’imitais avec facilité. […] J’adorais faire le singe et je mimais les grandes personnes avec ce don qu’ont les enfants de copier un geste, une attitude, un trait, se transformant en marionnettes vivantes. » (Jean-Claude Brialy parlant de sa jeunesse, dans son autobiographie Le Ruisseau des singes (2000), pp. 23-27) ; « Là, tu donnais ta version de Carmen Miranda, la chanteuse brésilienne, si petite, si nerveuse. Tu l’imitais à la perfection. » (la grand-mère d’Alfredo Arias à son petit-fils, dans l’autobiographie de ce dernier Folies-Fantômes (1997), p. 159)

 

Thierry Le Luron et Coluche

Thierry Le Luron et Coluche


 

On compte parmi les personnes homosexuelles un certain nombre d’imitateurs possédant des talents de caricaturiste appréciés, ou des individus parodiant les gens de leur entourage : Pierre Jullian, Rafael Lorca, Mohammed VI du Maroc, Oscar Wilde, Colette, Robert de Montesquiou, Michel Catty (alias Michou), Charpini, Johnny Prieure, Thierry Le Luron, Juan Gallo, Jennifer Saunders et Dawn French, Henri Tisot, Patrick Adler, Juan Ribó, Camilo Sesto, Ismael Merlo, Yves Lecoq, sans oublier bien sûr le cortège des transformistes, travestis, dragkings, et des sujets transsexuels. Charles Trénet imitait le Maréchal Pétain. Les spectacles de travestis sont souvent fondés sur le play-back. Aux soirées spéciales « Mylène Farmer » de la boîte Le Tango à Paris par exemple, les sosies de Farmer se contentent de bouger les lèvres et de reprendre les chorégraphies de la chanteuse sans lui prêter leur voix et sans rajouter vraiment de leur personne (ils sont d’ailleurs étonnamment sérieux lors de leurs prestations : on a l’impression qu’ils n’ont aucune distance avec leur modèle adoré, ni même la claire conscience de jouer un rôle).

 

Transformiste Mylène Farmer

Transformiste Mylène Farmer


 

Dans sa Correspondance (1945-1970), l’écrivain Yukio Mishima rêve que l’imitation, censée reproduire et servir son modèle (une personne, un objet, un paysage, la réalité extérieure), soit plus originelle et vraie que l’original. « L’écrivain, tout en fuyant l’imitation, doit sans doute l’accepter. […] Il est impossible de faire la différence entre cette imitation essentielle et indispensable, et la création. » (pp. 42-43)

 

Cette confusion identitaire entretenue par bon nombre de personnes homosexuelles louvoie avec le dédoublement de personnalité, la schizophrénie. L’exemple du dramaturge Copi est à ce propos très parlant. Dans son autobiographie Folies-Fantômes (1997), Alfredo Arias, en parlant de son ami, explique que ce dernier ne fait pas la différence entre l’imité et l’imitant, entre la fiction et la réalité : « Son seul problème était de parvenir à se démaquiller. » (p. 12) Le frère de Copi va dans le même sens : « En ce qui concerne ses romans, Copi aimait ses personnages. Souvent il leur prêta son nom. Il prenait du plaisir à la confusion qui s’installait. » (Jorge Damonte dans la biographie Copi (1990) du frère de Copi, Jorge Damonte, p. 9)

 

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 

Code n°173 – Train

train

Train

 

NOTICE EXPLICATIVE :

 

TRANS…SIBÉRIEN ET ARRIÈRE-TRAIN

 

Le train occupe une place très importante dans la fantasmagorie homosexuelle. Par exemple, dans toute l’œuvre de Marcel Proust, il est extrêmement présent. Et comme le souligne le philosophe Giacomo Leopardi, le train est le tout premier moyen de locomotion au monde qui a aboli les distances et le temps. Et on pourrait tout aussi bien rajouter les sexes et la différence des sexes !

 
TRAIN enfant noir et blanc
 

Peut-être que l’association entre homosexualité et train étonnera, car dans l’imaginaire collectif, le train est souvent défini comme un « jeu de garçons ». Mais croire le contraire, c’est pourtant ignorer que la pratique et le désir homosexuels sont une émanation du machisme, et plus largement d’un élan amoureux désincarné, peu libre, effréné, violent, cinématographique, visant la toute-puissance mais niant les limites et les faiblesses humaines. Un élan narcissique, en somme. D’ailleurs, testez, si vous rentrez dans un métro, la place prédominante qu’occupent les miroirs ; observez les attitudes des gens qui s’y trouvent : le train est vraiment LE lieu privilégié de la drague narcissique, de la recherche du semblable, où il est impossible de ne pas se voir reflété quelque part, où beaucoup de monde se regarde à foison dans les vitres ou les portes coulissantes et a la possibilité de se scruter les uns les autres. Pas étonnant que le train soit devenu, symboliquement, iconographique, et parfois concrètement, le moyen de transport le plus plébiscité par la communauté homosexuelle pour les rencontres amoureuses. Les trains sont des lieux fortement fantasmatiques, donc bisexuels.

 
 

N.B. : Je vous renvoie également aux codes « Télévore et Cinévore », « Couple homosexuel enfermé dans un cinéma », « Voyage », « « Plus que naturel » », « Vent », « Symboles phalliques », « Chevauchement de la fiction sur la Réalité », à la partie « Port » du code « Eau », dans mon Dictionnaire des Codes homosexuels.

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 

 

FICTION

 

a) Métro-homo-bobo :

Film "V For Vendetta" de James McTeigue

Film « V For Vendetta » de James McTeigue


 

Le train est un moyen de locomotion particulièrement présent dans les œuvres de fiction traitant d’homosexualité : cf. le film « Morrer Como Um Homem » (« Mourir comme un homme », 2009) de João Pedro Rodrigues, le film « Senza Fine » (2008) de Roberto Cuzzillo, la pièce La Cage aux Folles (1975) de Jean Poiret, le film « East Of Eden » (« À l’est d’Éden », 1955) d’Elia Kazan (avec le personnage de Cal – James Dean – assis sur le toit d’un train), le film « Entre les corps » (2012) d’Anaïs Sartini (avec Hannah, l’héroïne lesbienne regardant le RER parisien), le roman Les Clochards célestes (1963) de Jack Kerouac, le film « Les filles du botaniste » (2006) de Daï Sijie, le film « Chicken » (2001) de Barry Dignam, le film « Warm Nights On A Slow Moving Train » (1987) de Bob Ellis, le film « Tous les papas ne font pas pipi debout » (1998) de Dominique Baron, le film « W » (1998) de Luc Freit, la pièce Vu duo c’est différent (2008) de Garnier et Sentou, le film « Le Crime de l’Orient-Express » (1974) de Sidney Lumet, le film « Le Quatrième Homme » (1983) de Paul Verhoeven, le film « Giallo Samba » (2003) de Cecilia Pagliarani, les romans Mi Novia Y Mi Novio (1923) et A Sodoma En Tren Cobijo (1933) d’Álvaro Retana, le film « Passagers » (1998) de Jean-Claude Guiguet, le film « Moments » (1979) de Michal Bat-Adam, le film « Kika » (1993) de Pedro Almodóvar, le film « Week-end » (2012) d’Andrew Haigh, la pièce The Milktrain Doesn’t Stop Any More (Le train de l’aube ne s’arrête plus ici, 1963) de Tennessee Williams, le film « Last Summer » (2013) de Mark Thiedeman, le film « V For Vendetta » (« V pour Vendetta », 2006) de James McTeigue, la chanson « Saint Claude » de Christine & the Queens, le téléfilm « Baisers cachés » (2017) de Didier Bivel (avec les retrouvailles de Louis et Nathan, au ralenti, sur le quai de la gare), le roman Harlem Quartet (1978) de James Baldwin, la chanson « Il aimait les garçons » de Kelly, la chanson « Nous voici réunis » de Charpini et Brancato, la chanson « Mon Petit Pédé » des Wampas, etc.

 

Par exemple, dans le one-man-show Comment j’ai mangé du chien (2002) d’Evgueni Grichkovets sont décrits à bord d’un train deux « marins qui s’étreignent », apparemment très soucieux de leur apparence, très propres sur eux, « jetant des regards autour d’eux pour savoir si on les regarde ». Dans le film « Pride » (2014) de Matthew Warchus, l’engagement militant LGBT du jeune Joe, homosexuel est suspendu à un train de banlieue, train qui prend une importance démesurée. Dans le one-man-show Au sol et en vol (2014) de Jean-Philippe Janssens, Jeanfi, le steward homo, dit que sur la fraterie de quatre enfants dont il fait partie, ils sont deux, sa sœur et lui, à avoir fait un coming out : « Ça fait un beau ratio ! ». Il fait la remarque qu’avec sa frangine, qui a choisi d’être chauffeur routier, de se comporter en mec, de changer les plaquettes de freins de leur père, et lui qui a décidé d’assumer sa féminité, d’être hôtesse de l’air, il a dû y avoir « inversion. Leurs parents ont cherché une explication à cette émergence massive d’homosexualité dans la famille nucléaire, et en concluent que c’est parce que c’était sans doute dû au fait que leur gars et leur fille travaillent « tous les deux dans les transports ». Dans le film « Carol » (2016) de Todd Haynes, le train électrique symbolise l’amour saphique entre Carol et Thérèse. Thérèse vend des poupées et des trains dans un magasin de jouets. Carol dit être plus intéressé par les trains électrique et tâte le terrain désirant de sa future compagne : « D’où vient cette science des trains électriques ? » Dans le film « The Cakemaker » (2018) d’Ofir Raul Graizer, Oren, le héros homo israélien travaille « dans l’urbanisme et les trains ».

 

Certains héros homosexuels assurent adorer les gares, le train, le métro, et parfois même s’y identifient schizophréniquement : cf. la pièce Un train dans la tête (2007) d’Alberto Lombardo. « Petit pantin, t’es vraiment bête. Le petit train, tu l’as dans la tête. » (Didier Bénureau dans son spectacle musical Bénureau en best-of avec des cochons, 2012) ; « [Je prends le métro pour aller] Nulle part. Je prends le métro parce que j’adore le métro. J’y passe des heures. » (l’Auteur dans la pièce La Nuit de Madame Lucienne (1986) de Copi) ; « On dirait trop un tramway… Non, un métro… un métrosexuel. » (Nono, l’un des héros homos, s’adressant à un autre ami homo, Vivi, dans la pièce Copains navrants (2011) de Patrick Hernandez ; « Tanguy reprit sa place en se disant qu’il avait passé toute son enfance dans des trains. » (le narrateur homosexuel du roman Tanguy (1957) de Michel del Castillo, p. 49) ; etc. cf. la définition de « métrosexuel » est expliquée un peu plus bas dans cette page).

 

Par exemple, Dans la pièce The Mousetrap (La Souricière, 1952) d’Agatha Christie (mise en scène en 2015 par Stan Risoch), Christopher Wren, le héros homosexuel, est tellement déjanté qu’il quitte la scène en faisant « tchou-tchou » comme le train, de manière hyper efféminée.

 

Dans la pièce The Importance To Being Earnest (L’Importance d’être Constant, 1895) d’Oscar Wilde, le jeune Jack a été retrouvé dans un sac de voyage laissé à la consigne de la gare Victoria, près de la ligne de Brighton. Il est sans origine et sans identité. La seule identité à laquelle il peut se raccrocher, c’est le lieu (= le train) de son abandon :

 

Chasuble – « Mr. Moncrieff, à quelle gare avez-vous dit vouloir vous rendre ?

Jack (s’interrompant, l’air désespéré) – Quelle gare ! Qui diable vous parle d’une gare ? Ce que je veux simplement, c’est retrouver le nom de mon père. »

 

Dans cette pièce, il est curieux comme certains personnages (souvent hystériques et violents/violés) passent leur temps à la gare, apparemment pour rien : « Jusqu’à hier, j’ignorais qu’il existât des familles ou des personnes qui eussent un terminus pour origine. » (Lady Bracknell) ; « Venez, ma chérie, nous avons déjà manqué cinq trains, si ce n’est six. En manquer un de plus risquerait de nous exposer, sur le quai, à des commentaires déplacés. […] Je me rends compte que je n’ai pas manqué moins de neuf trains. Il n’en reste plus qu’un. » (Lady Bracknell s’adressant à Gwendoline, idem) ; etc. La gare annonce l’homosexualité latente du héros, Jack/Constant : « J’ai manqué le dernier train ! Mon neveu, il me semble que vous faites preuve d’une certaine frivolité. » (Lady Bracknell s’adressant à Jack, idem)

 
 

Il arrive que le héros homosexuel vive juste à proximité d’une voie ferrée : cf. Strella le transsexuel M to F dans le film « Strella » (2009) de Panos H. Koutras (il dit s’être habitué au passage des trains), les héros du film « My Beautiful Laundrette » (1985) de Stephen Frears, Nicolas et Gabriel (les deux potes gays parlant de tous les circuits de métro parisien qu’ils font au quotidien, en les transposant à la montagne autrichienne) dans le film « Boys Like Us » (2014) de Patric Chiha, etc. Parfois, il se prend même pour le train ! « J’ai l’air d’un train. » (c.f. la chanson « Le Petit Rouquin du Faubourg Saint-Martin » de Fortugé).

 

Au départ, le train représente l’éloignement du Réel (il permet en effet de passer d’un lieu à un autre en un clin d’œil, et abolit, par sa rapidité, l’espace-temps qu’on peut observer dans la vie quotidienne), l’illusion-cinéma (comme le fil de la bobine cinématographique), un cliché bobo romantique rebattu (l’amour « beau » parce qu’impossible et improbable), voire le désir homosexuel lui-même : cf. la pièce A Streetcar Names Desire (Un Tramway nommé Désir, 1947) de Tennessee Williams, le film « Donne-moi la main » (2009) de Pascal-Alex Vincent, le poème « Le Fil Pensée » (2008) d’Aude Legrand-Berriot, le film « Órói » (« Jitters », 2010) de Baldvin Zophoníasson (les premières images du film sont un plan fixe sur le défilement des vitres d’un bus qui passe), etc. « J’ai raté le train. Je ne le vois plus. » (Ada, l’une des héroïnes lesbiennes de la pièce La Star des oublis (2009) d’Ivane Daoudi) ; « Adieu, Jolie, mon train va partir. » (Silvano dans le roman La Vie est un tango (1979) de Copi, p. 23) ; « Je me suis fait belle, belle, belle. Pour aller les voir. Je remercie toute l’équipe de la gare Saint Lazare. Gentils machinistes aux doux accents du Gard, qui m’ont permis de prendre le train du mois d’août. Je m’en vais déverser les flots de mon coming out. Je suis un garçon sensible et réfléchi. En grandissant, je ne me suis jamais affranchi de ces nuits de veille au douloureux vague à l’âme. J’ai compris bien trop tard que j’étais une femme. » (cf. la chanson « Coming out » d’Alexis HK) ; « Tu n’étais pas comme moi qu’un usager anonyme du 7h19, gare du Ranci-Villecomble-Montmerveil ; mais quoique le hasard seul nous eût placés en vis-à-vis ce jour-là, notre rencontre s’inscrivit au premier instant comme une évidence dans son livre. […] Je ‘lisaisMaurice, le roman d’Edward Morgan Forster, et toi aussi, mais tu le disais vraiment, et en version originale. Qui étais-tu, que voulais-tu ? Si je m’affichais avec ce livre, qu’il me semblait avoir suffisamment lu en voyant le film qu’en avait tiré James Ivory, c’était parce que j’aspirais à un amour aussi… comment dire ? Romantique. Par ce truchement, peut-être forcerais-je le destin ? » (le narrateur homosexuel de la nouvelle « Un Jeune homme timide », (2010) d’Essobal Lenoir, pp. 42-43) ; « Seul demeurait face à moi le jeune homme aux doigts de cristal. […] Pour tout témoin étranger à ce manège, c’eût été un spectacle risible que ces deux jeunes personnes isolées désormais dans ce wagon de chemin de fer, épiant réciproquement les tressaillements de leurs mains. » (le narrateur homosexuel de la nouvelle « Terminus Gare de Sens » (2010) d’Essobal Lenoir, p. 64) ; « Le train s’arrêta comme ses lèvres étouffaient sur les miennes le dernier écho de notre épithalame. » (idem, p. 68)

 

 

Le train symbolise souvent l’effet cinéma. Par exemple, dans le film « Une Histoire sans importance » (1980) de Jacques Duron, Philippe regarde défiler le réel à travers les vitres du train roulant à grande vitesse. Dans le film « Kika » (1993) de Pedro Almodóvar, Ramón, hypnotisé par le train qui passe devant lui, est cet homme face à la pellicule cinématographique. « François de Séryeuse, bouleversé par la scène du train, s’interrogeait. À aucun moment, se demanda-t-il, ne ressemblé-je à ces femmes du train ? » (Raymond Radiguet, Le Bal du Comte d’Orgel (1924), p. 74) ; « Je suis dans ce train comme on regarde un film. » (la narratrice lesbienne du roman Mathilde, je l’ai rencontrée dans un train (2005) de Cy Jung, p. 16) ; etc. Le train est comme une salle obscure ou un livre feuilleté par le personnage homosexuel : « Le bruit des rails vous obsède. Vous vous effondrez au milieu du wagon. Semprun essaie de vous retenir. Mais il est trop tard. On ne quitte pas un tel wagon. » (le narrateur homosexuel du roman N’oubliez pas de vivre (2004) de Thibaut de Saint Pol, p. 187)

 

Film "L'Inconnu du Nord-Express" d'Alfred Hitchcock

Film « L’Inconnu du Nord-Express » d’Alfred Hitchcock


 

Le train est le vecteur d’exil de la différence des sexes, donc de l’homosexualité. Par exemple, dans la scène finale du film « Aniel » (1997) de Francois Roux, Marc, qui a découvert son homosexualité, quitte sa femme, et le jeune homme qui l’a initié au désir homosexuel, en prenant le train et en tirant un trait sur toute sa vie hétérosexuelle d’avant. Dans le film « W Imie… » (« Aime… et fais ce que tu veux », 2014) de Malgorzata Szumowska, Likacz voyage en train pour retrouver son amant Adam, exactement comme il fait le pas d’assumer son homosexualité et ses sentiments pour un autre homme. Dans le film « The Boys In The Band » (« Les Garçons de la bande », 1970) de William Friedkin, Hank raconte comment il a viré sa cuti dans une gare : « La première fois que je l’ai fait, c’était pendant la grossesse de ma femme.  Il y avait une réunion de professeurs, à New York. Ma femme ne se sentant pas bien, j’y suis allé seul. Et dans le train, j’y ai pensé. J’y pensais, j’y pensais pendant tout le voyage. Et peu après mon arrivée, j’avais emballé un mec dans les toilettes de la gare. » Dans le téléfilm « Clara cet été-là » (2003) de Patrick Grandperret, à la fin du film, Clara part retrouver Sonia en train pour assumer leur « amour » lesbien. Dans le film « Certains l’aiment chaud » (1959) de Billy Wilder, le train est le symbole du changement de genre sexué.

 


 

D’ailleurs, les rencontres amoureuses homosexuelles dans les œuvres homos se concrétisent fréquemment dans un train ou dans les lieux de transit que constituent les gares : cf. le film « L’Homme blessé » (1983) de Patrice Chéreau, la nouvelle « La Queue du diable » (2010) d’Essobal Lenoir, le film « Vil Romance » (2009) de José Celestino Campusano (Roberto et César se draguent dans une gare), le roman lesbien Mathilde, je l’ai rencontrée dans un train (2005) de Cy Jung, le film « L’Âge atomique » (2012) d’Héléna Klotz (avec Victor et Rainer dans le train), le film « Ceux qui m’aiment prendront le train » (1998) de Patrice Chéreau, le roman Mr Norris Changes Trains (1935) de Christopher Isherwood, le film « Strangers On A Train » (« L’Inconnu du Nord-Express », 1951) d’Alfred Hitchcock, le film « Espacio 2 » (2001) de Lino Escalera (avec les regards soutenus entre les deux passagers d’un train, qui vont finir par « baiser » ensemble en descendant du convoi), le film « Ossessione » (« Les Amants diaboliques » (1943) de Luchino Visconti (avec Gino et son amant secret le gitan Giuseppe, qui se découvrent pour la première fois dans une locomotive), le roman Strangers On A Train (1950) de Patricia Highsmith, le roman J’apprends l’allemand (1998) de Denis Lachaud, le film « La Belle Saison » (2015) de Catherine Corsini, etc. « J’ai rencontré un homme dans le train qui m’a donné son adresse. » (le jeune Thomas, dans le bâti Lars Norén (2011) mis en scène par Antonia Malinova) ; « Je suis sorti avec Marcel. Il est sorti avec Marcel. Je suis sorti avec Marcel. Il est sorti avec Marcel. Je suis sorti avec Marcel. Il est sorti avec Marcel. Dans le métro on s’est rencontrés. » (cf. la chanson « Oh les filles oh les filles » du groupe Au Bonheur des Dames) ; etc.

 

Par exemple, dans le film « Potiche » (2010) de François Ozon, Laurent, le fils qu’on soupçonne homo, a rencontré Floriane dans un train à Noël ; en réalité, on ne la voit jamais… et on devine que la « Floriane » en question serait plutôt un Florian. Dans la pièce La Mort vous remercie d’avoir choisi sa compagnie (2010) de Philippe Cassand, la rencontre amoureuse entre Omar et Xav s’est faite à la station de métro Poissonnière à Paris. Dans le film « Petit Cœur » (2012) d’Uriel Jaouen Zrehen, une fille est troublée par une autre fille, le temps d’un regard dans le métro. Dans la comédie musicale Cabaret (1966) de Sam Mendes et Rob Marshall, Ernst le Berlinois et Cliff se rencontrent dans le train. Dans le roman Les Carnets d’Alexandra (2010) de Dominique Simon, Alexandra, la narratrice lesbienne, raconte comment elle drague (au culot) une jeune religieuse dans un train.

 

 
 

b) Gare à tes fesses !


 

Mais l’évacuation du Réel que le train symbolise, même si dans un premier temps elle ravit et enchante, finit par désarçonner et entraîner le héros homosexuel dans une course sentimentale folle, souvent destructrice. Le train est alors personnifié en désir-passion incontrôlable qui défile comme l’éclair, un inconscient qui domine l’être humain et le défigure. « On raconte qu’elle a fait le voyage de Louxor au Caire dans un train de feu. » (Clive à propos de l’écrivaine lesbienne Vita Sackville-West, dans le film « Vita et Virginia » (2019) de Chanya Button) ; « La locomotive a relâché… » (cf. la seule phrase que Gabriel arrive à peine à déchiffrer en braille sur le livre de son amant aveugle Léo, dans le film « Hoje Eu Quero Voltar Sozinho », « Au premier regard » (2014) de Daniel Ribeiro) Bref, c’est la victoire de la machine et des instincts inhumains sur l’Homme : cf. le film « Keep The Lights On » (2012) d’Ira Sachs (le tableau fétiche du couple homo Paul-Erik est la photo d’une femme qui loupe de peu son métro, et qui a un regard décontenancé, affolé), le film « Krampack » (2000) de Cesc Gay (Dani, le héros homo, jaloux d’Elena, est à deux doigts de la pousser sur le passage d’un train à grande vitesse pour la tuer), la chanson « Regarde-moi » de Céline Dion, le film « Les Enfants terribles » (1949) de Jean-Pierre Melville (où le train est le théâtre de l’inceste : « Et cette petite fille qui roule en express pour la première fois, au lieu d’écouter le tam-tam des machines, dévore le visage de son frère. »), etc. Par exemple, dans la série Joséphine Ange-gardien (1999) de Nicolas Cuche (épisode 8, « Une Famille pour Noël »), le jeune Julien – dont le père va faire un surprenant coming out qui va ébranler toute la famille, se coince le pied (dès le tout début du téléfilm) dans la portière du train. Dans le film « Boys Like Us » (2014) de Patric Chiha, Gabriel, l’un des héros homosexuels, raconte qu’il a fait un cauchemar avec Franz, son « ex » : il lui donnait rendez-vous sur un quai de gare, mais ce dernier ne venait pas, et en revanche était remplacé par une drôle de cavalière : « Et là, Romy Schneider traverse le quai sur un cheval noir. » Dans le film « Praia Do Futuro » (2014) de Karim Aïnouz, le train est symbole de rupture amoureuse entre Konrad et Donato. D’ailleurs, Ayrton, le petit frère de Donato, ne le voit pas d’un très bon œil : « Ce train fait un boucan d’enfer. » Dans le téléfilm « Just Like A Woman » (2015) de Rachid Bouchareb, les voyages en train ou en bus de Marilyn sont toujours synonymes de déprime.

 

« Quelle est la différence entre un train et un psy ? Quand le train va trop vite, il déraille. » (Jonathan, l’un des héros homosexuels de la pièce Fixing Frank (2011) de Kenneth Hanes) ; « Une de ces machines ressemblant à un train de Walt Disney faillit l’[Truddy] écraser. L’homme noir qui la conduisait riait, il fit demi-tour et refonça sur elle. » (cf. la nouvelle « Les Potins de la femme assise » (1978) de Copi, p. 31) ; « S’habiller en blanc avec les trains noirs, ça se remarque. » (Cherry, l’une des héroïnes lesbiennes de la pièce La Star des oublis (2009) d’Ivane Daoudi) ; « En ce moment, j’ai du mal avec le métro. » (Nicolas, l’un des héros gays du film « Boys Like Us » (2014) de Patric Chiha) ; « Le vent est parfois si méchant. […] J’ai encore raté le train. » (Suki, l’héroïne lesbienne parlant de son billet envolé et qui lui a fait perdre son train, dans la pièce Gothic Lolitas (2014) de Delphine Thelliez) ; « Si le train déraille, je t’en supplie. Réclame le corps avant mes parents. Je t’aime Adar. » (Antoine s’adressant à son amant Adar, dans le film « L’Art de la fugue » (2014) de Brice Cauvin) ; « Train de retard.[…] Mais pour les gens, je déraille. » (c.f. la chanson « Get up Girl » de Mylène Farmer) ; etc.

 

De manière plus triviale mais aussi inconsciente, la locomotive figure également un symbole phallique, voire même le viol (le train qui rentre en gare, qui sort et qui rentre dans un tunnel, serait comme un pénis qui sodomise ou pénètre un orifice génital ou anal) : cf. le vidéo-clip de la chanson « XXL » de Mylène Farmer (avec la chanteuse en tête de train, crucifiée, avec le « train au cul » si je puis dire), la chanson « Le Trou de mon quai » des Charlots (avec un sous-texte homo très clair), le film « Cabaret » (1972) de Bob Fosse (avec Liza Minnelli simule un orgasme au moment du passage du train), le film « Túnel Russo » (2008) de Eduardo Cerveira, etc. « Le halètement d’un train en partance rappelait une poitrine oppressée. » (François Mauriac, Génitrix (1928), p. 60) ; « Le tramway s’incrusta dans la Rolls. Les vitres arrière volèrent en éclats. » (Copi, La Vie est un tango (1979), p. 79) ; « Je t’ai montré mon arrière-train. » (cf. la chanson « Porno Graphique » de Mylène Farmer) ; « Y’a des baisers volés dans les trains de Tsarine… » (cf. la chanson « Gourmandises » d’Alizée) ; etc. D’ailleurs, dans les expressions employées dans le « milieu » homo, « faire le petit train » ou la queuleuleu suggère une activité libertine : « Allez, on fait le p’tit train ! Tout le monde s’encule ! » (Raphaël Beaumont dans le one-man-show Raphaël Beaumont vous invite à ses funérailles, 2011) ; « Quand vous étiez petits et que vous jouiez au p’tit train, Riton voulait toujours faire la locomotive. » (la mère de Léo s’adressant à son fils homosexuel, dans la pièce La Belle et la Bière (2010) d’Emmanuel Pallas) ; « Tu as un billet 1ère classe. Je suis le chef de train. » (Palomino, l’amant de Sergueï Eisenstein, en train de le sodomiser, dans le film « Que Viva Eisenstein ! » (2015) de Peter Greenaway) ; etc. Par exemple, dans la pièce L’Homosexuel ou la difficulté de s’exprimer (1967) de Copi, Irina a « baisé » avec sa « mère » dans le transsibérien, avec les menottes. Dans les dernières images du vidéo-clip de la chanson « Gay Bar » du groupe Electric Six, le train électrique rentrant doucement dans une montagne illustre « subtilement » la sodomie. Dans le film « L’Homme blessé » (1983) de Patrice Chéreau, Henri se cache derrière un wagon de train dans le but de vivre son premier « plan cul » (avant d’être surpris par un surveillant) : le train est ici le paravent de la débauche.

 

Le train renvoie parfois à un désir d’hyper-masculinité, un élan machiste (donc particulièrement bisexuel). Il est le vecteur de la pulsion, de l’amour précipité : cf. la nouvelle « La Servante » (1978) de Copi (avec l’enfant-rat jouant au petit train), etc. « Tout le monde a un secret. Tu es pédé par exemple et nous n’en avons jamais parlé. Si je me tape des machinos de théâtre, tu es amateur de ceux de la S.N.C.F. qui sont plus virils ! » (la Comédienne s’adressant à l’Auteur, dans la pièce La Nuit de Madame Lucienne (1986) de Copi) Par exemple, dans le film « A Streetcar Named Desire » (« Un Tramway nommé Désir », 1950) d’Élia Kazan, le train est clairement associé au désir homosexuel : il est même question d’un « désir violent ». Portable : Dans l’épisode 96 « Trois anges valent mieux qu’un ! » de Joséphine ange gardien, pour réunir le couple Fabio/Martin, Joséphine envoie un faux texto (de son propre cru) à Fabio de la part du téléphone portable de Vincent : « 10h devant le resto, ou je me jette sous un train. (Vincent) » Et la menace marche puisque le couple se réconcilie.
 

Le train est le support de l’élan homosexuel ET homophobe. Par exemple, dans la pièce Happy Birthgay Papa ! (2014) de James Cochise et Gloria Heinz, le père de Chris (le héros homo) dit qu’il a vu dans le métro deux mecs qui s’embrassaient, et qu’il les a insultés en vociférant que « c’était sale ! ». Dans le film « The Talented Mister Ripley » (« Le Talentueux M. Ripley », 1999) d’Anthony Minghella, Tom, le héros homosexuel, utilise le reflet de la vitre du compartiment du train pour se donner l’illusion spéculaire qu’il embrasse Dick sur la bouche. Le train dans ce film représente la schizophrénie.

 

Enfin, le train dans les œuvres homo-érotiques évoque également un bolide conduisant vers la mort (physique ou psychique) : cf. la chanson « Voyage sans retour » de la comédie musicale Cindy (2002) de Luc Plamondon (avec le Cocaïne-Express, baptisé le « Train de la Mort »), le film « Une poule, un train et quelques monstres » (1969) de Dino Risi, le film « Terror Train » (1980) de Roger Spottiswoode, le film « Agathe et Lou » (2013) de Noémie Fy, etc. Par exemple, dans le one-(wo)man-show Zize 100% Marseillaise (2012) de Thierry Wilson, Zize travesti M to F associe son « affreux » voyage en TGV vers Paris à la prostitution (« P’tin, j’y vais. » = TGV) et à la morgue (il est assis aux côtés d’une vieille dame à l’article de la mort). Dans le film « Les Amitiés particulières » (1964) de Jean Delannoy, Alexandre, le jeune héros homosexuel, met fin à ses jours en se jetant du haut du train. Dans le film « My Beautiful Laundrette » (1985) de Stephen Frears, Omar, un Pakistanais homosexuel, vit avec son père tout près de la voie ferrée (où s’est suicidée sa mère) et voit sans arrêt le train passer. Dans le roman Pasión Y Muerte Del Cura Deusto (1924) d’Augusto D’Halmar, Deusto, le héros, meurt écrasé par un train. Le film « Sils Maria » (2014) d’Olivier Assayas commence par le voyage en train de Valentine et Maria, où elles apprennent la mort du dramaturge qu’elles venaient rencontrer. Dans la pièce Ma belle-mère, mon ex et moi (2015) de Bruno Druart et Erwin Zirmi, Yoann, le héros homosexuel, ne se voit pas prendre le métro avec « un mort » (comprendre son vieil aspirateur usagé, Tornado, qu’il traite comme un être humain, son bébé, son chien).

 

Dans le roman The Girl On The Stairs (La Fille dans l’escalier, 2012) de Louise Welsh, le train est le lieu de la mort et du viol : Jane, l’héroïne lesbienne, se fait agresser par des skinheads : « Une autre rame déboula dans la station avec fracas. Jane sentit le souffle d’air chaud sur sa peau. Les gens s’inquiétaient-ils tous de leur envie de se jeter sur les voies. Les portes des voitures s’ouvrirent et les punks poussèrent des acclamations. Elle leva les yeux pour voir quelle était la source de leur excitation, se demandant si elle devait emprunter une autre sortie pour les éviter, puis elle aperçut les talons hauts et le manteau rouge familiers. Elle vit Anna ouvrir grand les bras et tournoyer parmi les hommes. L’un d’eux poussa un cri de joie et l’attrapa. Ils s’embrassèrent puis il la poussa vers ses compagnons qui l’embrassèrent à leur tour. Leurs baisers étaient profonds et brutaux ; la fille s’y soumettait, s’arc-boutant dans une parodie de passion hollywoodienne, son rire haut perché et nerveux. » (p. 94)
 

Dans le film « Fried Green Tomatoes » (« Beignets de tomates vertes », 1991) de John Avnet, le train est la symbolisation du désir homosexuel, mais aussi des destructions terribles que ce dernier opère quand il s’actualise. Dès le début du film, Evelyne, l’héroïne du film, fait arrêter son mari Ed en voiture : « T’as entendu ça ? Le train… » Ensuite, elle écoute l’histoire d’amour entre Idgie et Ruth, qui débute par la mort tragique du grand-frère d’Idgie, Ruddy, qui était aussi promis à être le futur mari de Ruth : Ruddy s’est coincé la chaussure sur un des rails de la voie ferrée, et n’a pas pu s’en extraire à temps pour échapper au train qui l’a écrabouillé. Plus tard, une fois arrivées à l’âge adulte, Ruth et Idgie tombent amoureuses l’une de l’autre, notamment grâce à une virée épique dans un train où elles pénètrent clandestinement : « T’aimes les trains ? Tant mieux ! On va bien s’entendre ! » Leur liaison charnelle prend la métaphore du train : « On ne va pas encore jouer au train, Idgie ? » À la fin, Ruth, maltraitée par un mari violent avec qui elle a un fils qu’elle baptise « Buddy junior », vit une dernière mutilation dans son existence à cause du train : son fils perd son bras, arraché par le passage du train.
 
 

FRONTIÈRE À FRANCHIR AVEC PRÉCAUTION

 

PARFOIS RÉALITÉ

 

La fiction peut renvoyer à une certaine réalité, même si ce n’est pas automatique :

 
 

a) Métro-homo-bobo :

Même si cela peut surprendre, il existe mine de rien des liens non-causaux très étroits entre désir homosexuel et train. Ce n’est pas par hasard si, dans son autobiographie Roland Barthes par Roland Barthes (1975), Roland Barthes qualifiait le train de « lieu de formation des idées » (p. 75). Le fantasme sexuel est une force qui court aussi vite qu’un TGV, surtout quand il ne s’attache pas au Réel, comme c’est le cas du désir homosexuel.

 

TRAIN Tee-shirt

 

Par exemple, le stade « métrosexuel » (dénomination donnée aux hommes sophistiqués qui seraient hétérosexuels mais qui physiquement prennent tellement soin de leur corps et de leurs petites affaires qu’ils donneraient à croire qu’ils sont homosexuels refoulés/cultivés) est l’autre nom donné à la bisexualité, la première marche vers l’homosexualité. Le métro peut donc symboliquement conduire vers une sexualité désincarnée, donc homosexuelle. Dans le documentaire « Lesbiennes, gays et trans : une histoire de combats » (2019) de Benoît Masocco, Hervé Latapie, gérant de la boîte Le Tango à Paris, raconte comment s’organisaient les rencards amoureux homos dans les trains de la capitale. Par exemple, dans les années 1970, il y avait une publicité pour les métros parlant de « la deuxième voiture »… et celle-ci a été détournée par le public homosexuel pour se donner rendez-vous secrètement : « Les homos rentraient dans la deuxième voiture du métro. »

 

Puis quand on regarde les portraits de personnes homosexuelles à la télévision, au cinéma, ou que vous nous observez dans la vraie vie, vous pourrez remarquer que notre vie amoureuse, nos endroits d’homo-sociabilité, nos lieux de travail, sont souvent liés aux rails et aux chemins de fer. Par exemple, dans le documentaire « Les Invisibles » (2012) de Sébastien Lifshitz, est filmée une femme lesbienne de 70 ans en train de marcher le long d’une voie ferrée. Toujours dans ce même reportage, Catherine, une autre femme lesbienne, travaille dans la compagnie des wagons-lits. Dans le documentaire « Ni d’Ève ni d’Adam : une histoire intersexe » de Floriane Devigne diffusé dans l’émission Infrarouge sur la chaîne France 2 le 16 octobre 2018, le cheminement d’acceptation de l’« identité intersexe » de Déborah est suggéré par les voyages en train de celle-ci.

 

Au « hasard » de mes rencontres, j’ai entendu une femme sexagénaire qui m’a raconté qu’elle a travaillé toute sa vie (pendant 30 ans, quand même) dans la compagnie des wagons-lits, en France. Et elle m’a assuré que la quasi-totalité de ses collègues de travail était homosexuels !

 

Par ailleurs, le petit ami de Richard Descoings (l’ancien directeur de Sciences Po Paris), n’était autre que Guillaume Pégy, directeur actuel de la SNCF. De plus, il existe en France une association LGBT nommée Gare !, regroupant parmi les cheminots et leurs sympathisants, une majorité de personnes homosexuelles.

 

 

Dans le biopic « Noureev, le Corbeau blanc » (2019) de Ralph Fiennes, le danseur et chorégraphe homo Rudolf Noureev est passionné de trains électriques. D’ailleurs, il est tout fier d’annoncer qu’il est né dans un train transsibérien. Et le train, par la suite, désigne l’impulsivité de son désir. Dans une scène étonnante où on le voit en train de faire marcher son train électrique, il tente un rapprochement physique avec son camarade de danse Yuri… mais ce dernier marque la distance et installe un rocher-tunnel sur le trajet du train, pour lui faire comprendre qu’il n’est pas intéressé par l’homosexualité. À la fin du film, face à une horde de journalistes, il fait du train sa marque de fabrique, d’identité et sa raison existentielle, et finit en boutade : « Je peux vivre n’importe où. Je suis bien né dans un train ! ».
 

Pourquoi voit-on des recoupements aussi nombreux entre homosexualité et réseau ferroviaire des trains ? Parce que l’un comme l’autre brouillent les frontières du Réel : la première, ce sera plus avec la différence des sexes, le second, ce sera plus avec la différence des espaces, sachant que ces deux différences se font écho et sont les « rocs » d’un même Réel. Au départ, le train accélère l’éloignement du Réel (il permet en effet de passer d’un lieu à un autre, et abolit, par sa rapidité, l’espace-temps de la vie quotidienne), favorise l’illusion-cinéma (comme le fil de la bobine cinématographique), le sentiment amoureux (l’amour sera perçu comme « encore plus beau » dans un train parce qu’improbable, furtif et inaccessible), voire le désir homosexuel lui-même. « J’étais déjà amoureux avant même de l’accueillir à sa descente du train. […] Yann était devant moi, beau et aussi gauche que moi. » (Jean-Michel Dunand, Libre : De la honte à la lumière (2011), pp. 83-84) ; « Les hétérosexuelles ont toujours un métro de retard quand il s’agit de reconnaître leur attirance pour d’autres femmes. » (Oshen, alias Océane Rose-Marie « la lesbienne invisible », lors de son concert parisien à L’Européen, le 6 juin 2011) ; « Tu m’abandonnais. Tu partais. Dix minutes après, je courais après toi dans les rues du 18e arrondissement. Rue de Clignancourt. Boulevard de Barbès. Rue Doudeauville. Rue… Et le petit pont. Et le petit banc. Tu étais là. Tu m’attendais là. Assis sur le petit banc. Je te rejoignais. Et on regardait ensemble les trains de la gare du Nord passer. Dans le silence. » (Abdellah Taïa s’adressant virtuellement à son « ex » Slimane, dans son autobiographie Une Mélancolie arabe (2008), p. 120) ; « J’ai tellement insisté [pour aller voir le spectacle de magie de Fou Man Chou] que ma grand-mère a dû enfiler sa robe à volants, ses mitaines de dentelle, son petit chapeau et ses chaussures à talons. Nous avons pris le train. Pour moi, c’était comme si nous étions partis pour toujours. Légers, sans valise, à la gare centrale. Elle m’a acheté des bonbons. Comme ça, la panoplie nécessaire aux rêves était complète. […] Ce que j’aimais, c’était longer la voix ferrée avec toi. On aurait continué jusqu’à l’infini. » (Alfredo Arias s’adressant à sa grand-mère, dans son autobiographie Folies-Fantômes (1997), pp. 150-156) ; etc.

 

TRAIN Inde

 

D’ailleurs, les rencontres amoureuses homosexuelles se concrétisent relativement souvent dans les trains ou dans les lieux de transit que constituent les gares. « C’est dans le train que j’ai rencontré Matthias l’Allemand et son ami Raphaël qui était polonais. On a fait connaissance. On s’est débrouillés pour se retrouver tous les trois dans une voiture, dans un compartiment. Et là, on n’a pas dormi. On a fait l’amour avec le train qui marchait, qui traversait la nuit. » (Abdellah Taïa, le romancier marocain homosexuel, évoquant un « plan à trois » dans un train) Par exemple, les Britanniques George Merrill et Edward Carpenter, qui furent amants pendant 40 ans, se rencontrèrent dans un train.

 

Certains amis homosexuels habitant à Paris m’ont indiqué les lignes de métro les plus prisées pour la drague homosexuelle (la ligne n°1, apparemment), et m’ont raconté les épisodes incroyables qu’ils ont vécus dans les trains-couchettes ou les rames de métro (par exemple, un occupant de leur wagon qui, juste avant de partir, leur a laissé un papier avec un numéro de téléphone préparé à l’avance – le stock déjà prêt… – ; ou bien leurs frasques sexuelles dans des trains de nuit). À tous les coups, j’hallucine car ça me dépasse complètement, ce genre de fonctionnements !

 
 

b) Gare à tes fesses !

Mais l’évacuation du Réel que le train encourage, même si dans un premier temps elle enchante, finit par entraîner certaines personnes homosexuelles dans une course amoureuse folle, souvent destructrice, car ce sont les pulsions et les fantasmes qui prennent le dessus sur l’amour ajusté au concret et aux personnes.

 

Le train peut dire une fuite ou une absence de désir, donc une violence (homosexuelle ou hétérosexuelle : peu importe, c’est pareil). « Le soir, j’étais souvent réveillé par un bruit métallique, un grincement qui augmentait peu à peu. Je croyais qu’un tramway s’était arrêté en face de chez nous et qu’il ne parvenait plus à démarrer. Le conducteur essayait en vain et son véhicule avançait et reculait de quelques mètres, dans un rythme qui devenait effréné, frénétique. C’était comme si voyageaient dans le tramway un singe et son dompteur. Je pouvais entendre les cris hystériques du singe, la voix rauque du dompteur, qui dialoguaient. D’abord ils se disputaient, ensuite ils élevaient la voix, ce n’étaient plus des mots : c’étaient des râles, des soupirs. Il y avait aussi les hurlements du singe très aigus. L’étonnant, c’est que tout s’arrêtait d’un coup. On n’entendait jamais le tramway repartir. D’ailleurs, il n’y avait pas de tramway qui passait devant chez nous. L’eau coulait dans la salle de bains. Au bout de quelques années, tu m’as dit : ‘C’étaient tes parents. »  (Alfredo Arias s’adressant à sa grand-mère, dans son autobiographie Folies-Fantômes (1997), pp. 153-154) ; « Je fais la chasse aux pigeons dans les toilettes des gares. » (Herbert, homosexuel, dans la pièce Le Cheval bleu se promène sur l’horizon, deux fois (2015) de Philippe Cassand) ; etc.

 

TRAIN trans metro

 

De manière plus triviale mais aussi inconsciente, la locomotive figure également un symbole phallique, voire même le viol (le train qui rentre en gare, qui sort et qui rentre dans un tunnel, serait comme un pénis qui sodomise ou pénètre un orifice génital ou anal) : « Les transports en commun sont des lieux privilégiés de la transphobie. » (une intervenante lors du débat « Transgenres, la fin d’un tabou ? » diffusé sur la chaîne France 2 le 22 novembre 2017) ; « ‘Je la prends par-derrière. Ça me plaît tout autant.’ [Nacho parlant de « la Cochonne », la prostituée de la caravane] Un train passa sur la voie ferrée voisine. La Cravache, la boîte de tôle et de carton, fut violemment ébranlée. Les lumières clignotèrent. » (Alfredo Arias, Folies-Fantômes (1997), p. 259) ; « J’avais été trahi par mes parents mais je conservais un caractère à donner ma confiance. Il y avait, près de chez nous, un dépôt SNCF où un ouvrier montait les voitures sur les wagons. On aimait bien l’observer. Il était gentil. Un jour il m’a proposé de l’accompagner chez lui. Moi, j’étais toujours partant pour me balader. Une fois arrivés dans sa chambre, il m’a donné un bonbon, m’a couché sur le lit, et il m’a violé. Moi je trouvais ça bizarre, je ne comprenais pas tout ce qui se passait. À tel point que je suis revenu le voir, le lendemain, avec mon copain. Il nous a virés violemment, soutenant qu’on avait fait des conneries et qu’il ne voulait plus entendre parler de nous. On n’a pas compris ce changement subit d’attitude. Sur le coup, c’est cette trahison-là qui m’a le plus blessé, pas le viol. » (Père Jean-Philippe à 12 ans, Que celui qui n’a jamais péché… (2012), p. 44) ; etc. D’ailleurs, dans les expressions employées dans le « milieu » homo et à l’extérieur, « faire le petit train » ou la queuleuleu suggère souvent une activité libertine. Mais dans les faits, le registre est beaucoup moins comique, étant donné que la rencontre entre le monde des trains et le monde homosexuel se fait souvent à travers la prostitution, le viol, l’infidélité, la clandestinité, la misère sexuelle, les accidents. Par exemple, dans son autobiographie Une Mélancolie arabe (2008), Abdellah Taïa raconte comment il a fini par tromper son homme dans le sous-sol de la gare de l’Est, par une rencontre sexuelle de fortune, violente et furtive. Dans le film biographique « Girl » (2018) de Lukas Dhont, Lara/Victor, garçon trans M to F de 16 ans, va sur le Grand-8 d’une fête foraine avec son papa. Et on le voit beaucoup dans le métro, ruminant sa solitude.

 

Mylène Farmer en concert (Medley, 1999)

Mylène Farmer en concert (Medley, 1999)


 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 

Code n°177 – Vent

vent

Vent

 

NOTICE EXPLICATIVE :

 

LES HÉROS HOMOS SE PRENNENT UN (POUR LE) VENT

 

Film "Vent d'ouest" de Tim Stattel

Film « Vent d’ouest » de Tim Stattel


 

Les personnages homosexuels fictionnels ont tendance à se prendre pour le vent. Ils le personnifient, lui attribuent des sentiments humains, en général désincarnés et mélancoliques. Le vent incarne leur désir de disparaître, de devenir des anges transparents et immatériels, de mourir esthétiquement (façon « bobo » : bourgeois-bohème), d’être des purs esprits. Il est également la représentation de leur désir amoureux homosexuel, de l’amant (littéralement, ils désirent « se prendre un vent » !), d’un élan aérien au départ magique, et qui, comme il est désincarné et inhumain, comme il rejette la différence des sexes, devient incontrôlable et violent.

 

Comme le dit un proverbe marin, « En voile, tous les vents sont bons quand on connaît la direction ». En revanche, étant donné que le désir homosexuel est un élan qui n’a majoritairement pour but que la jouissance sexuelle de soi avec un autre soi-même, et qu’il ne veut pas s’imposer de direction, il finit par devenir, selon les dires des héros homosexuels, et parfois même des personnes homosexuelles, une rafale méchante ou un pet de lapin plutôt qu’une brise légère et vivifiante.

 
 

N.B. : Je vous renvoie également aux codes « Télévore et Cinévore », « Bovarysme », « Planeur », « Couple homosexuel enfermé dans un cinéma », « Conteur homo », « « Plus que naturel » », « Eau », « Bobo », « Train », « Chevauchement de la fiction sur la Réalité », « Ombre », « Musique comme instrument de torture », à la partie « Paravent » du code « Maquillage » et à la partie « Schizophrénie » du code « Doubles schizophréniques », dans le Dictionnaire des Codes homosexuels.

 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 

 
 

 

FICTION

 

 

a) Le vent amoureux du désir homosexuel :

Film "L'Homme de sa vie" de Zabou Breitman

Film « L’Homme de sa vie » de Zabou Breitman


 

Il est souvent question du vent dans les œuvres de fiction traitant d’homosexualité : cf. les chansons « Rêver » et « Libertine » de Mylène Farmer, le film « Il Vento, Di Sera » (2004) d’Adriano Adriatico, le tableau Alexandre (2006) d’Orion Delain, la chanson « Candle In The Wind » d’Elton John, la chanson « When The Wind Blows » de David Bowie, la pièce Chroniques des temps de Sida (2009) de Bruno Dairou, le poème « Le Fil Pensée » (2008) d’Aude Legrand-Berriot, le one-(wo)man-show Charlène Duval… entre copines (2011) de Charlène Duval (avec Patrick Laviosa jouant au piano « Autant en emporte le vent »), le film « Gone With The Wind » (« Autant en emporte le vent », 1939) de Victor Flemming, le film « Maurice » (1987) de James Ivory (qui commence par une scène de cerfs-volants), le film « La Belle et la Bête » (1945) de Jean Cocteau, le film « Children Of God » (« Enfants de Dieu », 2011) de Kareem J. Mortimer), le film « Métamorphoses » (2014) de Christophe Honoré, le film « Lilting » (« La Délicatesse », 2014) de Hong Khaou (avec le vent dans les arbres, régulièrement filmé), le film « Praia Do Futuro » (2014) de Karim Aïnouz (avec les images d’éoliennes dès le début), etc.

 

Par exemple, dans le film « Como Esquecer » (« Comment t’oublier ? », 2010) de Malu de Martino, Hugo le héros homosexuel travaille son adaptation théâtrale des Hauts du Hurlevent. Dans le roman Je vous écris comme je vous aime (2006) d’Élisabeth Brami, Émilie compare la propriété terrienne de son amante Gabrielle (Bois-Rouge) à « Tara, la propriété de Scarlett O’Hara, dans Autant en emporte le vent » (p. 50). Dans le film « Drôle de Félix » (1999) d’Olivier Ducastel et Jacques Martineau, le héros homosexuel fait du cerf-volant avec l’un de ses amants. Dans le téléfilm « Ich Will Dich » (« Deux femmes amoureuses », 2014) de Rainer Kaufmann, Dom, le mari d’Aysla (l’héroïne lesbienne), construit des éoliennes. Dans le film « Les Crevettes pailletées » (2019) de Cédric le Gallo et Maxime Govare, Vincent et Jean, deux co-équipiers homosexuels de water-polo, font un play-back sur la chanson « Sous le vent » de Garou et Céline Dion.

 

« Moi, j’aime les choses avec de l’air. » (l’un des héros homosexuels du film « Navidad » (2009) de Sebastian Lelio) ; « Il nous faut du vent. » (cf. la chanson « Il nous faut » de Tom Dice et Elisa Tovati) ; « J’aime les fleurs et le vent dans les branches. » (Aldebert dans la comédie musicale HAIR (2011) de Gérôme Ragni et James Rado) ; « C’est un moment fort où se réveille l’eau qui dort, un moment clair où je me confonds à ta chair. C’est le vent qui court sous la peau. Et c’est t’apprendre avec les doigts qui me rend tout chose. » (cf. la chanson « Les Voyages immobiles » d’Étienne Daho) ; « Hmmm… Sacré courant d’air aujourd’hui. » (Arnaud, le héros homo, dans la pièce La Thérapie pour tous (2015) de Benjamin Waltz et Arnaud Nucit) ; etc.

 

Il arrive même que le héros homosexuel se prenne pour le vent : cf. le film « Los Hijos Del Viento » (1995) de Fernando Merinero, le film « Quatre garçons dans le vent » (1964) de Richard Lester, etc. « Moi je suis comme le vent. » (cf. la chanson « L’Alizé » d’Alizée) ; « J’suis un enfant de la pollution. Le nez au vent, je respire vent. » (Ziggy, le héros homosexuel de l’opéra-rock Starmania de Michel Berger) ; « Être soi, marcher dans le vent. » (c.f. la chanson « Désobéissance » de Mylène Farmer) ; « Il avait viré comme le vent. » (c.f. la chanson « L’Oubli » de Michel Rivard) ; etc. Il est un courant d’air, une victime de la mode. Il s’identifie à ses pulsions, marche au gré de ses fantasmes. Par exemple, dans le film « Les Garçons et Guillaume, à table ! » (2013) de Guillaume Gallienne, Guillaume, le héros bisexuel, accorde une importance désirante, fantasmatique et identitaire très forte au vent (« Soy un amante de la libertad. Soy libre como el viento. » entend-on à un moment donné), au souffle des femmes (« La plus grande différence des femmes, c’est leur souffle. Il varie tout le temps. »). Dans son one-man-show Bon à marier (2015), Jérémy Lorca rentre dans la peau d’une actrice vieillissante qui fait des publicités, Marie-Astrid : « Dans ‘Autant en emporte le vent’, en 1939, c’est moi qui faisais le vent. »

 

C’est parce qu’il se prend pour le fils du vent. Par exemple, dans son concert Free : The One Woman Funky Show (2014), Shirley Souagnon surnomme son propre père « Vooouin » tellement il est un homme qui passe vite, qui est absent ou qui se comporte comme un courant d’air.
 

L’image-mouvement cinématographique ou littéraire, symbolisée par le vent, suscitant souvent le désir homosexuel ou bisexuel chez le personnage homosexuel. « ‘Il a peur du vent, c’est certain’, et Quintus m’observait en train de feuilleter son livre. » (Garnet Montrose dans le roman Je suis vivant dans ma tombe (1975) de James Purdy, p. 148) ; « Il faut tourner les pages, ok, mais y’a du vent. » (cf. la chanson « Chapitre-toi » de Mélissa Mars) ; « Nous sommes loin de sa belle démarche immobile. Orphée et son guide se traînent, tour à tour empêchés et emportés par un grand souffle inexplicable. » (la voix-off de Jean Cocteau décrivant la descente en enfer d’Orphée et d’Heurtebise collés contre un mur, dans le film « Orphée » (1950) de Jean Cocteau) ; « Jolie, crinière au vent, ses dessous dépassant de l’ouverture du fourreau pailleté, boitant sur une seule chaussure, traînant d’une main le renard, de l’autre son sac, le [Silvano] suivit sans rien dire. […] Son maquillage dégoulinait. Jolie de Parma, celle qui l’avait tant ému au cinéma ! réalisa-t-il tout d’un coup. Hier encore, vous étiez mon idole, mon idéal de femme. » (Silvano dans le roman La Vie est un tango (1979) de Copi, pp. 22-23) Par exemple, dans le film « L’Ange bleu » (1930) de Josef Von Sternberg, le professeur Emmanuel Rath souffle sur la carte postale de Lola Lola (Marlene Dietrich) pour lui insuffler la vie de ses fantasmes (et soulever sa robe !).

 

Quelquefois, le vent est personnifié et sentimentalisé par le héros homosexuel, qui se rend totalement esclave de lui : cf. le premier recueil de poésies Perfil Del Aire (1927) de Luis Cernuda, la chanson « Laisse le vent emporter tout » de Mylène Farmer, etc. « C’est un vent étrange que je n’ai jamais senti dans aucun autre endroit. C’est un vent léger et qui m’aime. » (Marta dans le film « Hammam » (1996) de Ferzan Ozpetek) ; « La nuit dernière, j’ai rêvé que je volais au-dessus de Hendon [États-Unis]. Le vent m’entourait de tous les côtés, mes poumons en étaient remplis. Hendon s’étalait sous moi. » (Ronit, l’héroïne lesbienne, se prenant pour un oiseau, dans le roman La Désobéissance (2006) de Naomi Alderman, p. 301) ; « Malcolm se leva et fit signe à Adrien de le suivre. Il le conduisit dans une petite pièce adjacente. Il alluma la lumière et tendit le bras : ‘Regarde, c’est beau non ? Tu vois, ça c’est celui je préfère !’ Adrien s’approcha. Un enfant dont le visage n’était pas vraiment celui d’un enfant, plutôt celui d’une créature sortie d’un monde fantastique, mi-homme mi-volatile, chevauchait une bicyclette aux roues enflammées. La chevelure abondante, prise au vent, ressemblait à un plumage d’oiseau. Le plumage d’oiseau qui vole à contresens. Le rouge et l’orange dominaient. » (Hugues Pouyé, Par d’autres chemins (2009), p. 30) ; « Dehors, par la porte-fenêtre encore ouverte, c’est toujours l’été, toujours le soleil, à peine un léger souffle qui fait se soulever un rideau, une chaleur, une douceur sur tout. » (Vincent, le héros homosexuel du roman En l’absence des hommes (2001) de Philippe Besson, p. 22) ; etc.

 

Roman Sur mes quais d'Anne Loyer et Ingrid Chabbert

Roman Sur les quais d’Anne Loyer et Ingrid Chabbert


 

Le vent symbolise tout bêtement le désir homosexuel : « Il est difficile de traduire avec des mots d’adulte ce que j’ai ressenti : un souffle d’air pur, de vent… » (Suzanne décrivant son premier émoi lesbien, dans le roman Journal de Suzanne (1991) d’Hélène de Monferrand, p. 22) ; « Je la vis en bas des marches – avec elle, un courant d’air chaud s’engouffra dans la cage d’escalier. » (Laura parlant de son amie Sylvia, dans le roman Deux femmes (1975) d’Harry Muslisch, p. 160) ; « J’ai eu envie de me branler. Je me suis mis sur le dos, j’ai gardé les yeux entrouverts […]. Je voyais se découper sur le ciel des visages, des corps habités, des sexes multiformes et des culs sculptés. Le vent mélangeait tout ensemble et remuait les feuilles froissées derrière moi. » (Claudio, l’un des héros homosexuels du roman Riches, cruels et fardés (2002) d’Hervé Claude, p. 103) ; « … De nouveau mon cœur frémit sous Eros, comme les chênes des monts sous l’assaut du vent. » (la poétesse lesbienne Sappho) ; « Au bord du flot il s’arrêta, la tête basse, traçant de la pointe du pied des figures sur le sable humide ; puis il entra dans la flaque marine qui à son endroit le plus profond ne lui montait pas au genou ; il la traversa et avançant nonchalamment il atteignit le banc de sable. Là il s’arrêta un instant, le visage tourné vers le large ; puis se mit à parcourir lentement la longue et étroite langue de sable que la mer découvrait. Séparé de la terre ferme par une étendue d’eau, séparé de ses compagnons par un caprice de fierté, il allait, vision sans attaches et parfaitement à part du reste, les cheveux au vent, là-bas, dans la mer et le vent, dressé sur l’infini brumeux. » (le narrateur homosexuel décrivant le jeune et beau Tadzio, dans le roman La Mort à Venise (1912) de Thomas Mann, p. 107) ; etc. Par exemple, dans son roman Les Oiseaux (414 av. J.-C.), Aristophane fait naître Éros bisexué d’un « œuf sans germe », fruit du vent, pondu par « la nuit aux ailes noires, avant toute chose ».

 
 

 

b) Un vent pas comme les autres :

En général, le vent dépeint dans les fictions homo-érotiques n’est pas doux du tout. Il a la violence de la rafale ou du souffle inconsistant. À l’instar des passions, il domine le héros homosexuel et lui fait oublier son identité : cf. le film « Accroche-toi, y’a du vent ! » (1962) de Bernard Roland, etc. « Le vent est parfois si méchant. » (Suki, l’héroïne lesbienne parlant de son billet envolé et qui lui a fait perdre son train, dans la pièce Gothic Lolitas (2014) de Delphine Thelliez) ; « Comme une vague se retire pour mieux revenir, mes sentiments refirent surface avec une force inouïe, décuplée et incontrôlable. J’étais comme le capitaine d’un navire perdu en pleine tempête, sans savoir quoi faire. Parfois persuadé qu’il valait mieux faire demi-tour, parfois convaincu de mon insubmersibilité et qu’il fallait au contraire aller de l’avant. Mais peu importe puisque la barre ne répondait plus et que j’allais au hasard, porté par les vents, par cette force invisible qui s’appelle l’amour et qui n’obéit à aucune règle, à aucune loi ni à aucune logique. » (Bryan, le héros homosexuel du roman Si tu avais été… (2009) d’Alexis Hayden et Angel of Ys, p. 36) ; « Le vent se chargera de disperser nos paroles de même qu’on efface des mots sur une page. » (Brittomart s’adressant à Fabien, dans le roman Si j’étais vous (1947) de Julien Green, p. 72) ; « Je veux bien que tu sois libre mais, Lou, tu n’es pas un tigre dans le vent de l’aventure ni dans le sens du destin ! » (Solitaire à sa fille Lou dans la pièce Les Escaliers du Sacré-Cœur (1986) de Copi) ; « Mon cœur est confortable, bien au chaud, et je laisse passer le vent. Mes envies s’éteignent, je leur tourne le dos, et je m’endors doucement. Sans chaos ni sentiment. » (cf. la chanson « Si maman si » de France Gall) ; « Vous vous étiez compromis entre vous, pédés et gouines, à ventiler vos problèmes sans venir nous emmerder ! » (Ahmed dans la pièce Les Escaliers du Sacré-Cœur (1986) de Copi) ; « Quel vent bizarre ! J’avais jamais vu de vent si noir ! » (Venceslao dans la pièce L’Ombre de Venceslao (1999) de Copi) ; « Effaçons-nous, car le vent commence à souffler. » (cf. dernière réplique de Raulito à son amant Cachafaz, dans la pièce Cachafaz (1993) de Copi) ; « C’est le début du printemps, les frimas d’avril, elle laisse derrière elle les arbres que le vent fait frissonner, une jeunesse pauvre et digne, des illusions peut-être et elle pénètre dans la chaleur artificielle d’une ancienne demeure bourgeoise reconvertie en maison close. Elle vient vendre son corps puisque c’est tout ce qu’il lui reste. » (Vincent, le héros homosexuel décrivant la mère d’Arthur, son amant, dans le roman En l’absence des hommes (2001) de Philippe Besson, p. 203) ; « L’air est si salé qu’il ronge le béton et le fer. » (Donato s’adressant à son amant Konrad, dans le film « Praia Do Futuro » (2014) de Karim Aïnouz) ; « Les fenêtres de l’immeuble abandonné n’avaient pour la plupart plus de vitre. La lumière brilla une nouvelle fois, faible et vacillante ; cela pouvait-il être le vent qui s’engouffrait par une fenêtre sans carreau, et qui faisait trembler une flamme ? » (Jane, l’héroïne lesbienne du roman The Girl On The Stairs, La Fille dans l’escalier (2012) de Louise Welsh, pp. 56-57) ; « La lourde porte en bois s’ouvrit en grinçant, laissant s’engouffrer une rafale de vent et de feuilles mortes dans l’allée centrale. » (idem, p. 125) ; etc.

 

Par exemple, dans son one-(wo)man-show Zize 100% Marseillaise (2012) de Thierry Wilson, Zize, travesti M to F, habite un village « où il y a un vent à décorner tous les cocus ». Dans la pièce Dans la solitude des champs de coton (2009) de Bernard-Marie Koltès, il est question d’« un vent venu de nulle part ». Dans le film « L’Inconnu du lac » (2012) d’Alain Giraudie, on entend toujours le vent, et pas du tout de musique : il est annonciateur de la mort de presque tous les protagonistes. Dans la pièce Hétéro (2014) de Denis Lachaud, l’un des héros homosexuels, Négoce, fait mention du « plus redouté des vents du Nord » ; et en effet, sur scène, le vent ouvrant et fermant violemment les quatre fenêtres de la maison bourgeoise homo-hétéro décoiffe tous les personnages homosexuels et les conduit à la mort.

 

Film "L'Inconnu du lac" d'Alain Guiraudie

Film « L’Inconnu du lac » d’Alain Guiraudie


 

Le vent rend objet, amnésique, transforme certains personnages en électrons libres : « Je sais à peine comment je m’appelle : Polvareda. Peut-être qu’un vent m’a poussé de quelque part. Je n’ai ni foi ni patrie. Je suis une menteuse, ça oui, et je sais seulement que je mens. » (cf. le poème « Polvareda » de Copi, publié dans l’ouvrage La Pyramide ! / Loretta Strong (1999), pp. 99)

 

Le héros homosexuel essaie de freiner la course du vent/désir (cf. je vous renvoie à la grande place qu’occupent les paravents dans les œuvres homosexuelles : cf. le code « Maquillage » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels) : « C’est là où vous me direz : laisser tomber les chiens, asseyez-vous sur une dune, allumez une cigarette en faisant paravent contre le vent avec vos mains en cornet et pensez à quelque chose d’autre. Je vous soupçonne d’avoir eu un chien dans votre jeunesse, ça c’est une idée typique d’un maître de chien, Maître. Connard. » (la voix narrative du roman L’Uruguayen (1972) de Copi, p. 13) Par exemple, dans sa chanson « À force de retarder le vent », le chanteur Jann Halexander parle d’un « vent retardataire ». Dans la comédie musicale Les Miséreuses (2011) de Christian Dupouy, s’y trouve dépeint un personnage homosexuel nommé « Fauche-le-vent ».

 

Chez l’artiste bobo homosexuel, le vent occupe une place très importante. Ce dernier esthétise sa déprime amoureuse au point de la rendre (au moins à ses yeux) belle/beau. Quoi de plus bisexuel que le vent ! Quoi de plus sanctifiant et rassurant que l’identification narcissique à l’Esprit-Saint ! Mais c’est un désir de feuille morte… « Je vais comme les gens de rien vers le destin. […] une brindille dans le vent, une goutte d’eau dans l’océan. » (cf. la chanson « Boulevard des Rêves » (2011) de Stéphane Corbin) ; « Il fixa des yeux une tache sur son bouvard. […] C’était une tache d’une forme bizarre qui fait songer à l’ombre d’une main sans pouce. […] Cela ressemblait à une main de voleur, mais de voleur qui eût volé autre chose que de l’or. ‘Un voleur de vent’, murmura Fabien. Et plus haut il répéta : ‘Voleur de vent, voleur de vent. » (Julien Green, Si j’étais vous (1947), p. 29)

 
 

 

FRONTIÈRE À FRANCHIR AVEC PRÉCAUTION

 

 

PARFOIS RÉALITÉ

 

 

a) Le vent amoureux du désir homosexuel :

Ce n’est pas un hasard si une grande partie de l’équipe du film « Gone With The Wind » (« Autant en emporte le vent », 1939) de Victor Flemming (et notamment le décorateur George Cukor), était homosexuel. Dans l’imaginaire collectif, les personnes homosexuelles sont même parfois prises pour des vents, des courants d’air, des victimes de la mode : cf. l’émission de télé Queer : Cinq experts dans le vent (2004) sur la chaîne TF1.

 

5 experts

 

On observe une attraction particulière, esthético-érotique, des personnes homosexuelles pour le vent. Beaucoup d’œuvres homosexuelles utilisent l’air du ventilateur pour angéliser et diviniser leur modèle : cf. le film « Romeos » (2011) de Sabine Bernardi (avec la chanteuse transsexuelle M to F au chant de velours, avec les cheveux battus par le vent artificiel d’un ventilo), les vidéo-clips « Don’t Tell Me » et « Frozen » de Madonna, le vidéo-clip de la chanson « 2 Become 1 » des Spice Girls, les vidéo-clips « XXL », « Dégénération » et « L’Âme-stram-gram » de Mylène Farmer, l’affiche du concert Mylenium Tour (1999) de Mylène Farmer sur son échelle, la pochette de l’album « Post » de Björk, la charge esthétique du vent dans les mangas japonais, Shadoh interprétant « Rodéo » dans l’émission The Voice 2 (2013) sur la chaîne TF1, etc.

 

Photo de Mylène Farmer par André Rau

Photo de Mylène Farmer par André Rau


 

Cette attraction homosexuelle pour le vent s’accompagne régulièrement d’une fascination artistique pour les ralentis, qui donnent un effet aérien et du pathos à certaines scènes filmiques/réelles (souvent comiques au départ… et mélancoliques à la fin) : cf. le one-man-show Entre fous émois (2008) de Gilles Tourman, la pièce Vierge et rebelle (2008) de Camille Broquet, le vidéo-clip de la chanson « Kelly Watch The Stars » du groupe Air, la pièce Western Love (2008) de Nicolas Tarrin et Olivier Solivérès, le vidéo-clip « Stranger In Moscow » de Michael Jackson, etc.

 

Par exemple, le peintre britannique Francis Bacon est fasciné par les successions de photos sérigraphiques en noir et blanc d’Eadweard Muybridge (cf. le documentaire « Francis Bacon » (1985) de David Hinton). Dans son autobiographie Impotens Deus (2006), Michel Bellin dit son attrait pour la sensualité du « ralenti cinématographique » (p. 63).

 

Le vent symbolise tout bêtement le désir homosexuel. Pour prouver que l’homosexualité est un élan aussi naturel que le vent, beaucoup de réalisateurs aiment filmer le vent dans les arbres : cf. le film « L’Homme de sa vie » (2006) de Zabou Breitmann, le documentaire « Les Invisibles » (2012) de Sébastien Lifshitz, etc.

 
 

b) Un vent pas comme les autres :

En général, le vent dépeint par les personnes homosexuelles n’est pas doux du tout. Il a la violence de la rafale ou du souffle inconsistant. À l’instar des passions, il les domine et leur fait oublier leur identité : « Je voulais dire beaucoup de choses. Des histoires secrètes. Des mots d’été chauds. Mes impressions, ce que ce petit chef m’inspirait, les torrents qu’il était en train de provoquer en moi. Le feu. Le sang. La glace. Le vent. Je voulais surtout qu’il sache que malgré tout ce qu’on disait sur moi à Hay Salam, ‘la petite fille’, ‘la poupée’, malgré tous les surnoms de trahison j’étais encore vierge. Vierge vierge. Vierge des fesses. » (Abdellah Taïa, Une Mélancolie arabe (2008), pp. 20-21) ; « Elle est venue, la star blonde de l’époque, bien des années plus tard, à Paris. Je traversais avec elle l’esplanade du Trocadéro, un jour d’orage. J’ai senti que je ne marchais plus dans la réalité, que nos corps étaient aplatis sur un écran blanc. Que le vent l’arrachait au sol et la faisait virevolter en l’air. J’ai bien regardé son visage. Vous vous ressemblez comme deux gouttes d’eau. » (Alfredo Arias s’adressant à sa grand-mère, dans son autobiographie Folies-Fantômes (1997), p. 170) ; « Les amourettes inquiètes d’homosexuel enténébré qui étoffent mon vieux passé personnel, malgré leurs émotions et leur poésie, n’ont laissé en moi que des traces de vent. » (Henry Creyx, Propos décousus, propos à coudre et propos à découdre d’un chrétien homosexuel, Éd. Thélès, Paris, 2005, p. 31) ; etc.

 

Vidéo-clip de la chanson "Don't Tell Me" de Madonna

Vidéo-clip de la chanson « Don’t Tell Me » de Madonna


 

Chez l’artiste bobo homosexuel, le vent occupe une place très importante. Ce dernier esthétise sa déprime amoureuse au point de la rendre (au moins à ses yeux) belle/beau. Quoi de plus bisexuel que le vent ! Quoi de plus sanctifiant et rassurant que l’identification narcissique à l’Esprit-Saint ! Mais c’est un désir de feuille morte… Par exemple, lors de son concert Les Murmures du temps au Théâtre de L’île Saint-Louis Paul Rey en février 2011, le chanteur Stéphane Corbin évoque sans cesse, avec complaisance narcissique, la fuite de son désir, de sa liberté : « J’entends le vent. » ; « Depuis ce jour d’hiver précoce, giflé par les rafales d’un vent d’est… »

 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 

 

Genèse de mon désir homosexuel

Du plus loin que je me souvienne, et si je suis vraiment honnête avec moi-même, mon désir homosexuel est apparu au moment de mon enfance où j’ai eu peur : peur de mon corps, de mon unicité, de ma liberté, de ma singularité, du Réel, du monde, des autres, des groupes. J’étais certes un enfant sage, souriant, prévenant… mais je cachais bien mon jeu. Je cherchais à être quelqu’un d’autre parce que mon image de moi-même et des autres était négative, me faisait souffrir. Parce que je ne me supportais pas. Dès l’âge de 5 ans, j’ai joué à la mauviette. À la boule d’hyper-sensibilité, fragile, qu’un rien ne casse, qui fuyait les autres et l’amitié car elle les voyait comme des menaces. Je sais que l’homosexualité est une blessure d’orgueil, qui donne raison à la peur, et qui, pour se justifier de le faire sans que ça se voit, use de l’excuse des goûts ou de l’esthétisme. Pendant toute mon adolescence, j’ai manqué de simplicité. J’étais une personne à l’orgueil blessé. Un adolescent trouillard, effrayé par l’effort et la nouveauté, choisissant des rôles de planqué. Un être paresseux en même temps que craintif, mal à l’aise avec le collectif, misanthrope, paranoïaque, mal dans ses baskets, orgueilleux. Toute personne homosexuelle, je crois, connaît tacitement le contexte peu glorieux de l’émergence de son désir homosexuel. Sa genèse boueuse.

 

Mon E = MC2 à moi

DÉFINITION SIMPLE DU DÉSIR HOMOSEXUEL

 
 
À ce jour, mes travaux sur l’homosexualité m’ont permis de dégager 7 grands axes pour définir le désir homosexuel (ce sont des constats fondés uniquement sur le bon sens, et qui permettent de justifier de manière humaine et non-catho que l’Église catholique a raison de dire que l’amour homosexuel est sincère sans être authentique ; c’est un peu mon E = MC2 à moi, si vous voulez, ma formule de Bombe « H »… comme Homosexualité!) :
 

1 – désir de viol (et parfois le signe d’un viol réel)
2 – éloignement du Réel (cf. les 4 « rocs » du Réel)
3 – désir d’être objet
4 – peur/doute d’être unique (…donc aimé)
5 – désir de se prendre pour Dieu
6 – désir idolâtre (divisant plus qu’unifiant ; pour et contre lui-même ; haine de soi ; désir homosexuel intrinsèquement homophobe ; les paradoxes de l’« homophobie »)
7 – désir de fusion-rupture (cf. gémellité de l’homosexualité et de l’hétérosexualité ; imposture de l’hétérosexualité)

Ne pas tuer la reconnaissance du désir homosexuel (Sinon, on suit la logique du Gender)

Je m’oppose fortement à l’étiquetage identitariste et essentialiste actuel des sexualités, qui stigmatise sous forme d’espèces les individus selon leur orientation sexuelle, leur apparence physique, ou leur subjectivité (« les homos », « les lesbiennes », « les bisexuels », « les transsexuels », « les transgenres », etc.). Mais, à la différence des sujets homos « honteuses » méprisant uniquement la visibilité homosexuelle et les clichés de l’homosexualité pour mieux pratiquer les actes homos en toute discrétion sans les remettre en cause, et à la différence des partisans de la Queer & Gender Theory qui certes critiquent le même étiquetage caricatural que moi mais pour mieux nier la réalité de la sexuation, s’éloigner des corps, et mettre sur le même plan tous les désirs humains dans un relativisme effrayant qui évacue toute réflexion sur le sens du désir homosexuel et le Sens de l’existence humaine, je me bats pour qu’en même temps que soient combattues les nomenclatures marchandes et pseudo médicales des sexualités, les clichés de l’homosexualité et la spécificité du désir homosexuel soient préservés,reconnus et expliqués, sans être justifiés, moralisés, essentialisés. Mon approche de la culture homosexuelle n’est donc ni essentialiste ni iconoclaste. Elle est symboliste, et donc réaliste, y compris dans la prise en compte de la probable actualisation des fantasmes humains inconscients.

Lien entre homosexualité et viol ?

Mon livre (Homosexualité intime + Homosexualité sociale) traite des liens entre désir homosexuel et viol. Cela peut choquer si on en reste à la définition sociale du mot « viol ». Mais en réalité, elle est plus vaste. Par « désir de viol », je n’entends pas seulement le désir de posséder quelqu’un sexuellement ou d’être possédé sexuellement, mais aussi le désir d’être objet ou fétiche sacré, d’être double, d’être quelqu’un d’autre, d’être une moitié d’Homme, d’être Dieu, d’aimer d’un amour fou.

Y a-t-il plus d’hommes gays que de femmes lesbiennes?

Y a-t-il plus d’hommes gays que de femmes lesbiennes ?

 

 

L’homosexualité, une affaire d’hommes ?

 

Les femmes lesbiennes : minorité invisible ? cachée ? méprisée ? silencieuse ? ou simplement  discrète ? Il est bien difficile de donner un nom à la population lesbienne mondiale, « nation » que certains individus, dans un élan euphorique de générosité, n’hésitent pas à qualifier de « minorité majoritaire » victorieuse, comme les mythiques et conquérantes amazones. Il faut le reconnaître : numériquement, la communauté lesbienne est moins imposante que la communauté gay (Bourdieu, par exemple, dans Les Études gay et lesbiennes, note que dans le mouvement gay et lesbien, il y a 90 % de gays et 10 % de lesbiennes). Non pas simplement parce qu’on l’entendrait/verrait moins (comme certains se plaisent à le croire pour soutenir des arguments victimisants du type « Si on ne voit pas les lesbiennes, c’est parce qu’elles sont doublement discriminées – en tant qu’homosexuelles et en tant que femmes ! »), mais aussi de fait. À moins que les femmes lesbiennes soient une espèce « planquée » préférant vivre dans un clandestinité heureuse et ne fréquentant que des squats souterrains la nuit, ce qui m’étonnerait franchement, je me surprends à pousser le cri seventies de Patrick Juvet : « Où sont les femmes ? » Oui, où sont passées les filles lesbiennes que l’on voit de plus en plus dans les vitrines télévisuelles et pourtant toujours aussi peu dans la réalité ? Est-ce que l’homosexualité concernerait majoritairement les hommes ? On est en droit de le penser, même si, à l’ère de l’« égalité » et de la parité des sexes, on finit par s’interdire ce constat.

 

Alors si vous le voulez bien, pour une fois, j’aimerais bien qu’on se penche un peu plus sur la communauté lesbienne, et qu’on essaie de comprendre pourquoi ce fossé existe entre hommes gay et femmes lesbiennes, car on en apprendra beaucoup sur la nature même du désir homosexuel. Ce n’est pas un hasard si notre société et la grande majorité des personnes homosexuelles évitent de traiter de cet écart numérique, car celui-ci pointe du doigt la probable influence qu’exercent certaines femmes et certains hommes dans le meurtre symbolique (et parfois réel) de la paternité-masculinité, dans le viol des femmes réelles, dans l’émergence du désir homosexuel.

 
 

Un constat de terrain

 

C’était l’année de mon coming out, en 2002. J’ai eu la chance d’être le témoin direct d’une phase de transition assez brève et spectaculaire dans le « milieu homosexuel » français, alors que je me trouvais dans la belle ville de province d’Angers. Il n’y avait pas à l’époque 36 000 bars homos dans lesquels aller : un bar nommé Le Cargo (et qui, depuis, a coulé… paix à son âme) accueillait la grande majorité de la « population sans contrefaçon » angevine. Le mérite qu’avait ce lieu par rapport aux bars et discothèques des grandes villes comme Paris, c’est que l’absence de choix permettait une plus grande mixité, un brassage nécessaire, presque spontané. Et c’est incroyable comme en l’espace de 6 mois seulement, entre janvier et juin 2002, j’ai pu voir le public de cet établissement gay friendly mixte d’habitude majoritairement fréquenté par les garçons (alors que les deux propriétaires étaient des femmes) subitement changer de clientèle. Comme descendues du ciel, les sirènes lesbiennes ont débarqué en masse au Cargo. Leur présence ne me dérangeait absolument pas (sauf, bien sûr, quand je me faisais bousculer pour une Marie-Jo en puissance qui n’avait que mépris pour la gente masculine « machiste » ou trop « folle » que je représentais, ou bien quand la programmation musicale « s’hétérosexualisait » dangereusement en parodie de fête beauf « de mecs »…) : au contraire, je trouvais qu’une ambiance vraiment mixte adoucissait bien souvent les esprits, rendait les rituels de la drague masculine un peu moins brutaux et consuméristes qu’à l’ordinaire, et favorisait les amitiés désintéressées. Mais j’avoue que là, la révolution a été un peu brutale. En seulement quelques mois, nous avons tous assisté d’abord à l’apparition-éclair d’une communauté lesbienne jusque-là invisible et très minoritaire, puis à la phase de compartimentation du supermarché homosexuel en sous-sous-parties de communauté (les trans, les bear, les bis, les folles, les seniors, les fem, les butch, les internautes, les hors-milieu, etc.), et ensuite, ô paradoxe, à la disparition de cette même communauté lesbienne qui, à peine installée, a vite plié bagage pour chercher d’autres horizons plus « radicalement féminins ». Chacun rentrait chez soi et fermait la porte, alors même que la fête n’avait pas commencé. J’apprenais qu’il y avait « des soirées 100 % filles » d’un côté, des « week-end bords de mer 100 % mecs » de l’autre, bref, que les sexes ne voulaient plus se rencontrer. En cette année de grâce 2002, les retrouvailles avec les femmes lesbiennes auront été de courte durée. Que s’est-il donc passé ? La communauté lesbienne est-elle une peuplade-fantôme, une étoile filante, un simple rêve ? On y croirait presque. On serait tentés de se demander s’il y a plus d’hommes gay que de femmes lesbiennes. Quand je faisais moi-même ce constat ou que je l’entendais de la bouche de certains de mes amis gay, je me contentais de relever sans chercher à trouver une réponse. Je me disais qu’« invisibilité » ne rimait pas systématiquement avec « inexistence », mais plutôt avec « censure », « mépris machiste », « misogynie ancestrale », ou « ignorance personnelle ». Ce n’est qu’en restant plusieurs années dans le « milieu homosexuel » et en me penchant sur la communauté homosexuelle féminine (quand celle-ci me faisait bon accueil et me laissait rentrer… ce qui n’a pas toujours été le cas) que j’ai compris que cette invisibilité n’était ni totalement surnaturelle, ni le fruit d’un choc culturel proprement personnel et non-universalisable.

 

 

Certes, le militantisme homosexuel des années 1960-1970 est clairement né des mouvements féministes (et pas systématiquement lesbiens, d’ailleurs). Certes, les progrès concernant la visibilité des femmes lesbiennes sont sensibles et encourageants, du moins sur le papier : on remarque aujourd’hui que les femmes lesbiennes sont moins isolées dans les associations homosexuelles qu’il y a 10 ans ; on voit surgir peu à peu des présidentes d’associations homosexuelles (Le Mag, ou le Centre LGBT de Paris, par exemple), des professeures universitaires au rang des Queer and Gender Studies nord-américaines, des « soirées filles » en boîtes, des speed-dating exclusivement féminins, des librairies spécialisées dans la production littéraire lesbienne et/ou féministe, des sites de rencontres Internet rien que pour les femmes, des revues « spéciales filles », des bars réservés à une clientèle lesbienne, des festivals de cinéma lesbien (ex : Cineffable en France), des chars 100 % lesbiens aux Marches des Fiertés, des films pornos spécifiquement lesbiens, des émissions de télé sur l’homosexualité féminine, des événements mondiaux réservés aux femmes lesbiennes (le Dinah Shore aux États-Unis), etc..

 

 

Mais cependant, on est encore loin de voir les femmes lesbiennes occuper les premières places de la communauté homosexuelle, tant au niveau du nombre que de l’importance des charges qui leur sont confiées. On entend certaines d’entre elles s’en plaindre, parfois ouvertement (rien que le titre choisi par la comédienne Océane Rose-Marie pour sa pièce La Lesbienne invisible – un one-woman-show qui cartonne en ce moment à Paris – suffit à l’illustrer) ; mais le plus souvent, cette plainte est silencieuse et se règle mal, c’est-à-dire par l’isolement et la rupture avec la communauté homosexuelle masculine. Est-ce une conséquence d’un mauvais accueil ou d’un refus délibéré de ne pas se mélanger ? Sûrement les deux, on n’aura jamais la réponse. Force est de reconnaître qu’en règle générale les réseaux relationnels lesbiens ne brillent pas par leur chaleur et leur ouverture aux membres du sexe qui les ont/auraient violées (Pour vous donner un bref exemple, alors que je voulais participer au 19e Festival International du Film lesbien et féministe de Paris, le Cineffable, au Théâtre du Trianon, en novembre 2007, j’ai été refoulé à l’entrée par un groupe de sept femmes lesbiennes du simple fait d’« être un homme » et qu’elles ne se voyaient pas « supporter la présence d’un seul homme dans la salle ». J’ai à peine pu me défendre que ce qui au départ était sorti en boutade de leur bouche a fini par devenir un ordre…). Après, ce qui est sûr, c’est que dans les faits, dans le « milieu homosexuel », la communauté lesbienne fait beaucoup moins le poids que son pendant masculin, et ce, depuis la naissance du communautarisme homosexuel. Les premiers bars homosexuels du début du XXème, les cabarets, et les thés dansants, réunissaient toujours une majorité de garçons. Les femmes ne se retrouvaient que dans des sphères sociales plus réduites (les salons lesbiens, les cercles intellectuels, les élites artistiques bourgeoises…). Aujourd’hui, c’est la même chanson : le monde lesbien est circonscrit aux groupes amicaux, aux réseaux relationnels privés, à des milieux extrêmement minoritaires (milieu sportif entre autres, mais aussi associatifs, féministes, musicaux). D’autre part, quand on pense aux chefs de file de la communauté homosexuelle, on cite d’emblée des hommes (Oscar Wilde, Marcel Proust, André Gide, Jean Genet, Jean Cocteau, … Steevy Boulay). Qui, à part les connaisseurs, ferait d’abord mémoire des femmes et évoquerait en premier lieu Sappho, Natalie Clifford Barney, Virginia Woolf, Radclyffe Hall, Colette, Monique Wittig, K.D. Lang, ou Lady Gaga ? Très peu de monde. Les femmes lesbiennes passent très souvent au second plan. Rien qu’en France, actuellement, la revue Têtu se vend plus que les quelques magazines lesbiens proposés (Lesbia Magazine, La Dizième Muse, Têtue, etc.), même si ces derniers ont le mérite d’exister. Les films pornos lesbiens ne soulèvent pas l’enthousiasme de la communauté lesbienne, alors qu’ils sont célébrés en masse par beaucoup d’hommes homosexuels. Quand on se balade dans le quartier du Marais à Paris, on voit une majorité d’hommes. Très peu de femmes. Il n’y a pas d’équivalents lesbiens aux bars gay l’Open ou le Cox (les femmes voudraient faire pareil qu’elles ne pourraient pas y prétendre : les établissements lesbiens comme le « feu » Troisième Lieu ou la Baby Doll ne font pas pitié, loin de là, mais ne rivalisent pas avec les bars masculins du Marais). Par ailleurs, ce n’est pas demain la veille qu’on verra une chaîne lesbienne voir le jour. Déjà que Pink TV s’essouffle, alors qu’elle est prioritairement destinée à un public gay… Et si on regarde du côté du cinéma, c’est le même constat : les films grand public lesbiens (y compris « La Rumeur », « Sex Revelations », « Boys don’t cry », « Gazon maudit », « La Vie d’Adèle »…) n’atteindront jamais la popularité d’un film comme « Le Secret de Brokeback Mountain » ou « Pédale douce », le rayonnement d’un téléfilm comme « Juste une question d’amour ». À tort ou à raison ? Là n’est pas la question. C’est une réalité, tout simplement. J’imagine mal qu’une pièce comme La Cage aux Folles, traitant de l’homosexualité masculine, retrouve un aussi grand succès dans une version lesbienne. Autant ne pas y penser ! L’homosexualité masculine est plus flamboyante, visible, risible, décapante, populaire, conviviale, transgressive, que l’homosexualité lesbienne. L’homosexualité féminine est une orientation caméléon, qui se fond dans la masse d’une société machiste et androgyne où la différence des sexes est diluée dans un « Sans contrefaçon, je suis un garçon » généralisé. Le look garçon manqué, signe d’une uniformisation et d’une asexualisation sociale, choque beaucoup moins que l’efféminement sur un corps de garçon. On associera plus facilement les gestes de tendresse entre femmes à l’amitié qu’à l’amour. On acceptera que deux copines se tiennent par la main dans la rue, alors que chez des garçons, cela paraît presque automatiquement suspect (sauf dans le Maghreb… encore que…). L’homosexualité masculine est plus dure à porter quelque part, car elle est plus discutée/discutable, plus évidente d’être paradoxalement perçue comme surnaturelle, jugée plus violente du coup : il est donc logique que, une fois assumée, et à partir du moment où l’opinion publique s’est laissée convaincre par les media qu’elle s’appelait « amour », elle soit davantage plébiscitée et qu’elle cueille les fruits médiatiques de son exceptionnalité. L’homosexualité masculine paraît plus consistante, plus imitable d’être jugée inimitable et incompréhensible par notre société. L’homosexualité féminine, au contraire, est plus insignifiante, plus vulgarisée, plus fragile. On la prend moins au sérieux. D’où l’hypothèse que le manque de visibilité saphique soit le signe que l’homosexualité est un désir qui concerne davantage les hommes que les femmes. Les femmes qui parlent de leur désir homosexuel ne sont d’ailleurs pas souvent crues : on pense qu’elles ne sont pas « vraiment lesbiennes », que leur homosexualité est juste une passade, une mauvaise passe. L’homme étant jugé plus « actif » pendant l’acte sexuel que la femme (et il est certain que pendant le coït sexuel, il le soit : c’est lui qui pénètre, non lui qui est pénétré), et la femme plus encline à simuler, on donne à l’homme un plus grand taux d’homosexualité. Le lesbianisme passe pour un entêtement voulu : le retour « à la normale » (comprendre « l’hétérosexualité ») est envisageable ; on accrédite finalement beaucoup plus ces pauvres « cas désespérés de la sexualité » que seraient les hommes gay, ces êtres vivant une orientation sexuelle imposée, que les femmes lesbiennes. Au final, dans l’esprit de beaucoup de nos contemporains, la défense de l’homosexualité féminine équivaut à un soutien de la bisexualité plus que de l’homosexualité[1]. En revanche, on interdira beaucoup plus aux hommes le statut de « bisexuels ». C’est la différence entre le lesbianisme (qui serait un comportement, comme la bisexualité) et l’homosexualité masculine (qui serait un désir et une identité indélébiles).

 

 

L’homosexualité féminine, une fois banalisée sur les écrans (voire décrédibilisée et « beaufisée » : dès le départ elle a été stigmatisée comme une sexualité-rince l’œil pour hétéros vicelards dans les films pornos, ou réduite à un harem, à un foyer de prostitution…), a perdu sa valeur de modèle d’amour possible et beau. On l’a décrédibilisée assez vite. En revanche, l’amour gay, présenté pourtant comme un « amour par défaut », a finalement tiré bien davantage son épingle du jeu : il est impossible… donc finalement rendu plus possible que l’amour lesbien. Plus c’est gros, plus ça passe ! Nos sociétés des contes de fées modernes asexualisants se mettent à défendre comme des évidences ce qu’elles ne cherchent pas à comprendre. Il est plus facile pour elles de soutenir un couple gay qu’elles ne comprennent pas qu’un couple lesbien qu’elles peuvent davantage analyser comme l’effet d’un peur de la sexualité, comme un phénomène « curable » et passager. L’homosexualité féminine nous est présentée comme une maladie chronique ; l’homosexualité masculine, comme un handicap de naissance. C’est là toute la différence ! L’amour homosexuel apparaît comme plus pur que l’amour lesbien : les femmes lesbiennes ont davantage de chances d’avoir un passé dit « hétéro » et de « pactiser » avec le monde hétéro que les hommes gay, qui n’ont très souvent pas de passé « hétéro ».

 

 

Ce n’est pas évidemment pas en termes naturalistes (et donc sexistes), ni en termes d’« activités génitales » (actif/passif), qu’il faut, à mon avis, envisager la différence entre homosexualité masculine et homosexualité féminine, même si « différence » il y a. C’est au niveau de la nature du désir homosexuel que tout se joue.

 
 

Le désir homosexuel masculin a-t-il devancé le désir homosexuel lesbien ?

 

S’il n’y a pas d’essence éternelle masculine ou féminine (et encore moins gay ou lesbienne), le désir homosexuel est ressenti autant par des hommes que par des femmes, c’est indéniable. Mais je crois qu’il concerne davantage les hommes car c’est un désir machiste, qui s’attaque à la force masculine des hommes réels pour mettre en avant une sur-féminité violente niant les limites et les faiblesses humaines.

 

Le désir hétérosexuel, un désir misogyne et machiste, en rabaissant les hommes réels pour élever les hommes féminisés et ultra-virils, s’en prend aux femmes réelles. Quant au désir homosexuel, un désir tout aussi misogyne et machiste que le désir hétérosexuel, en rabaissant les hommes réels pour élever les hommes féminisés et ultra-virils, s’en prend majoritairement aux hommes réels. Il est donc logique que ce soit les hommes qui se sentent en priorité homosexuels par rapport aux femmes. Nous nous trouvons dans une société qui combat le père par un culte de la mère-objet maternante niant la mort et les fragilités humaines : une mère machiste en somme, trop maternante pour ne pas être violente. On peut alors aisément comprendre que des pères de substitution, refusant la paternité biologique pour lui préférer une auto-paternité narcissique, soient par conséquent plus nombreux.

 

Le machisme – et le désir homosexuel est un désir machiste : un machisme inversé, où la femme avec un sexe d’homme est LE modèle social à imiter[2] – est un désir porté majoritairement par des hommes (… y compris des hommes honteux de leur masculinité !), même s’il n’est pas réservé qu’aux hommes bien entendu. Certains media nous incitent à nous identifier à un homme proche de Superman, asexué, tout puissant, sans limites, sans fragilité, sans corporéité, et nous poussent à reconnaître en la femme un ange naïf et dangereux, une femme phallique, féline, violée et violente, dotée d’un sexe masculin, et se vengeant d’une domination masculine présentée comme éternelle et historique. Or, s’il est vrai que beaucoup d’hommes font du mal aux femmes dans notre société, on fait très peu mention et mémoire du mal que de nombreuses femmes infligent aux hommes. Et cette injustice non-dénoncée finit par s’humaniser maladroitement, crier avec son sparadrap sur la bouche, se personnifier en l’homme homosexuel. Les personnes homosexuelles nées garçons sont la mémoire muette et inconsciente du viol des femmes (cinématographiques et réelles) et du viol opéré sur les hommes par des hommes machos et des femmes machistes refusant leurs soi-disant « faiblesses de femmes ».

 

Le désir homosexuel dit une crise de la masculinité et surtout une remise en cause de la force/fragilité des hommes. C’est la force masculine – une force fragile, douce – qui est depuis quelques décennies attaquée, caricaturée, et ridiculisée. On se retrouve dans une société de plus en plus couveuse, maternante, bien-intentionnée, agressivement compréhensive, qui refuse les limites, l’autorité, et les aspérités du Réel. Les nouvelles mères sont les futures femmes lesbiennes, des working girls indépendantes, « célibattantes », qui croient pouvoir se passer très bien des hommes pour « faire des enfants » et avoir du plaisir au lit.

 

Je vois une autre raison, plus essentialiste que constructionniste cette fois, expliquant que la nature du désir homosexuel s’agence davantage avec une manière particulièrement masculine de vivre ses désirs et de gérer sa sexualité. À mon avis, le désir homosexuel oriente les individus vers une sexualité plus compulsive, instinctive, parcellaire, dispersée, éphémère… Il cadre donc mieux avec la sexualité hygiénique, mécanique, pulsionnelle, moins sentimentalisée et cérébrale, des hommes. En matière de sexualité, les femmes sont moins gourmandes sur l’instant, moins titillées par leurs désirs sexuels immédiats (ce qui ne veut pas dire qu’elles ne peuvent pas, en matière de génitalité, se comporter en vampires nymphomanes sur la durée… parfois plus que bien des hommes !). Elles sont plus globales dans leur manière d’appréhender la sexualité. Les femmes fréquentant les sex-shops sont une espèce extrêmement rare. Ce sont les hommes qui, depuis la nuit des temps, ont eu besoin d’aller au bordel pour se défouler. Il est donc compréhensible que cette différence entre les sexes se transpose dans le « milieu homosexuel » : qui se rencontre dans les pissotières, les lieux de drague, les bars, les saunas, les backrooms ? Certainement pas les femmes lesbiennes. Il y a bien eu des essais d’introduction de backrooms dans les établissements lesbiens : cela a été un bide monumental, une grosse blague ; on s’est forcé récemment à faire des films pornos lesbiens, par souci d’équité et d’égalité-uniformité des sexes, mais cela ne correspond pas concrètement à un besoin féminin répandu. Les hommes restent les hommes, qu’ils soient homosexuels ou non. Et comme le « milieu homosexuel » assume plus un rôle de défouloir sexuel que de cadre pour un engagement d’amour durable, il n’est pas étonnant qu’il attire davantage les hommes que les femmes. Et qu’il y ait donc plus d’hommes gay que de femmes lesbiennes.

 
 

Une cohabitation difficile

 

 

 

Pour camoufler leur machisme et leur misogynie, beaucoup de femmes lesbiennes et d’hommes gay font diversion en cultivant entre eux une pseudo égalité (de nombre, de droits, d’identités, de capacités, d’amour…) et une amitié artificielle censée prouvée à la face du monde qu’ils sont tous deux absolument capables d’intégrer avec succès la différence des sexes au sein de leurs relations interpersonnelles. Dans le « milieu homo », cette contrefaçon porte le doux nom de « mixité » (sa jumelle « parité » est partie faire de la politique…). S’il pouvait y avoir une légende derrière ce mot, on lirait ce genre de discours : « Je t’aime tant que je ne crains rien de toi. Je m’approche de l’autre sexe à condition qu’il ne me demande pas de me donner entièrement à lui ». Selon cette logique, l’autre est considéré comme un parfait « collègue ». « Pour moi, les hommes, ce sont des camarades et je suis leur égale » entendons-nous de la part de certaines femmes lesbiennes[3].

 

La mixité au sein de la communauté homosexuelle est malheureusement plus un beau principe bien intentionné qu’une pratique. Je le constate quand, par exemple, je vois qu’au fil des années, les bars mixtes se transforment en établissements uniquement lesbiens ou strictement gay dans les petites villes de province. Même à San Francisco (États-Unis), le « Centre du monde homosexuel », les personnes lesbiennes et gay ne se côtoient pas vraiment : il y a d’un côté le quartier de Castro (pour les garçons) et de l’autre le quartier de Mission (pour les filles). Au fond, il n’existe pas vraiment de ville homosexuelle. Actuellement, le processus de séparation entre les femmes lesbiennes et les hommes gay est tellement avancé que la plupart des femmes lesbiennes voyant un homme gay lire des ouvrages sur le lesbianisme le regardent avec des yeux ronds, comme s’il n’était pas logique qu’il puisse s’intéresser à « leur » culture à elles.

 

Autre exemple parlant : la durée de vie des associations mixtes homosexuelles est particulièrement réduite[4]. Ceci est expliqué notamment par le fait que le dénominateur commun de la communauté homosexuelle soit l’orientation sexuelle : les hommes gay y viennent parce qu’ils sont attirés par les hommes ; les femmes lesbiennes par les femmes. Il est donc forcé qu’un jour ou l’autre, la scission femme/homme se fasse.

 

Nous pourrions nous dire que les hommes gay et les femmes lesbiennes ont peu de chances de se retrouver esthétiquement et éthiquement, d’autant plus que dans leur système de pensée, leurs affinités relationnelles obéissent d’abord à leurs goûts et préférences sexuelles. Les femmes lesbiennes ont souvent pour idéal d’identification esthétique ce que les hommes gay prétendent détester : l’homme macho. Et inversement, les hommes gay ont un goût spécial pour les femmes-objets très féminines, que les femmes lesbiennes refusent d’être et rejettent violemment. Beaucoup de femmes lesbiennes adorent les sports collectifs, les travaux manuels réservés aux hommes… tout ce que les garçons gay haïssent !

 

Cependant, les hommes homosexuels ont un rapport ambigu avec les femmes lesbiennes, car ces dernières sont la transposition dans la réalité concrète de la femme forte et guerrière que tous deux convoitent (la seule différence, c’est que les femmes lesbiennes vont s’y identifier et la désirer sexuellement, alors que les hommes gay se contenteront simplement de s’y identifier). Ils aiment esthétiquement l’icône que les femmes lesbiennes ont voulu imiter, mais pas son actualisation homosexuelle, celle-ci les dégoûtant plus qu’autre chose. Le libertin garde pour la « femme plus que femme » un intérêt méprisant, tout comme la libertine voue à Don Juan et à la gent masculine qu’il représente une haine viscérale maquillée généralement en indifférence.

 

 

Même si certaines femmes lesbiennes se targuent d’être plus « sérieuses et sentimentales » en amour que les hommes (je ne sais pas d’où elles tirent un conte pareil… Peut-être parce qu’elles considèrent la pénétration vaginale par le pénis « mâle » comme l’unique MAL possible pendant un coït), elles sont tout aussi dures, infidèles, mufles, entre elles, que le seraient deux hommes entre eux. Il n’est pas rare que leur relation s’oriente vers le sadomasochisme[5]. Et les rituels de la drague saphique ne manquent pas de cruauté bien souvent. Je ne crois absolument pas que les femmes lesbiennes soient « plus douces » et « matures » dans leur(s) couple(s) homosexuel(s) et leur sexualité que les hommes gay du simple fait d’être femmes… même si, pour leur défense, j’ai quand même remarqué que les femmes lesbiennes avaient une conscience associative ou de l’engagement conjugal durable plus forte que les hommes gays « en général »… ce qui ne m’empêche pas de considérer qu’au-delà de la différence femme/homme, c’est le désir homosexuel, l’irrespect de la différence des sexes, et l’univers uniformisant des ressemblances, qui sont facteurs de violence. Qu’on soit né homme ou qu’on soit né femme.

 

Les femmes lesbiennes se plaignent très souvent du manque de mixité dans les associations. Pourtant, elles font autant bande à part que leurs homologues masculins. Minorité dans la minorité, elles jouent de leur double statut d’exclues (en tant que femmes et en tant que lesbiennes) pour s’isoler encore plus des hommes gay. Beaucoup d’entre elles n’ont aucune sympathie pour les « folles », ni pour les hommes que les personnes gay représentent, tout comme de nombreux hommes gay méprisent les femmes lesbiennes. Certains ne gardent de la femme lesbienne que l’image d’une camionneuse antipathique qui ne leur adresse pas la parole quand elle débarque dans leur groupe d’amis, et qui ne fait la bise qu’aux filles… (authentique !)

 

Heureusement, femmes lesbiennes et hommes gay ont en commun leur humanité, ce qui leur permet parfois de tisser de vrais liens d’amitié. Mais n’idéalisons pas le tableau. Beaucoup d’hommes gay ont l’impression désagréable que leurs relations avec les femmes lesbiennes ne se construisent que par intérêt, et réciproquement pour les femmes lesbiennes. Cela s’explique assez bien : l’attirance amicale qu’aurait créée l’attraction sexuelle n’est plus là. On se rend vite compte qu’entre femmes lesbiennes et hommes gay, ce manque de complémentarité symbolique des désirs sexuels influe même dans la qualité des relations simplement amicales. Chacune des parties a l’impression de passer bien après la recherche d’amant(e)s de l’autre, et de servir de « bouche-trou » lors des soirées. Pour le coup, la déférence gay envers les femmes lesbiennes vire souvent à une parodie de galanterie ou de copinage, qui indique parfois l’existence des braises d’un incendie qui ne demande qu’à s’étendre. Il n’est pas étonnant de voir que le binôme « amical » que forment l’homme gay et la femme lesbienne est très souvent totalitaire ou sado-maso – donc hétérosexuel – dans les fictions et parfois dans la réalité concrète[6]. La femme lesbienne et l’homme homosexuel simulent l’harmonie parfaite. En réalité, ils ne font que différer le moment de leur affrontement réel. Tant que leurs conquêtes pour les « droits sociaux des homos » ne cesseront de s’accumuler, ils joueront la comédie de l’amitié. Une fois qu’ils n’auront plus besoin l’un de l’autre et qu’ils auront souri ensemble pour la photo, ils risquent de se jeter/s’anéantir mutuellement s’ils ne travaillent pas ensemble à démasquer les ambiguïtés violentes de leur désir homosexuel.

 

Le paradoxe, c’est que tandis que les hommes gay rejètent les femmes lesbiennes, ils les attendent. La présence de celles-ci leur fait un bien fou. Il suffit qu’il y ait une seule femme lesbienne dans leurs rencontres majoritairement masculines pour qu’ils soient plus respectueux entre eux et qu’ils se tiennent mieux. Les femmes manquent véritablement aux hommes gay. Ils ne l’avouent pas souvent car leur désir le plus profond est encore trop encombré de fantasmes en tout genre pour qu’ils s’autorisent à en parler. Les femmes lesbiennes, quant à elles, expriment aussi le besoin d’avoir une bande d’amis garçons, même si elles soupirent à chaque fois qu’elles voient arriver les groupes de « mâles » dans « leurs » bars. En réalité, la désertion progressive des femmes lesbiennes dans le « milieu gay », ainsi que la séparation toujours plus marquée des sexes, sont peu profitables à l’ensemble des personnes homosexuelles… mais nous y tendons malheureusement, puisque de plus en plus, nous constatons un phénomène de compartimentation des minorités au sein même de la communauté homosexuelle. Le « narcissisme des petites différences » suit sa route… Qui l’arrêtera ?

 


 

[1] D’ailleurs, les hommes homosexuels cultivent aussi l’amalgame quand ils sortent la blague qu’ils pourraient devenir « lesbiennes » quand ils s’imaginent un jour virer de bord et sortir avec une femme.

[2] Je le décris justement dans mon essai Homosexualité intime, à la page 151, comme « un machisme peinturluré de rose ».

[3] Une femme lesbienne dans l’émission « La Vie à Vif » (1982), dans La Nuit gay sur Canal +, le 23 juin 1995.

[4] La seule exception où j’ai vu un mélange femmes lesbiennes/hommes gay réussi, c’est l’association chrétienne David et Jonathan. DJ est d’ailleurs l’association homosexuelle la plus durable de France : si sa couleur religieuse peut attirer les suspicions, elle devrait au moins forcer le respect pour sa longévité et l’ouverture à la différence des sexes qu’elle propose depuis 30 ans.

[5] Les Maudites Femelles, par exemple, est une association lesbienne SM existante en France.

[6] N.B. : Voir également le code « duo totalitaire lesbienne/gay » dans le Dictionnaire des Codes homosexuels.